Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Histoire littéraire des femmes françoises ou Lettres historiques et critiques [by J. de la Porte ..."

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



i- ._•»..■ ".■^. 




600022367Q 





> ^ 



HISTOIRE 

LITTERAIRE 

DES 

FEMMES FRANÇOISES. 

TOME (QUATRIEME, 



HISTOIRE 

LITTERAIRE 

DES 

FEMMES FRANÇOISES. 

O U 

LETTRES HISTORIQUES 

ET CRITIQUES^ 

Contenant un Précis de la Vie & une Analyfe 
raifonnée des Ouvrages des Femmes qui fe font 
diftinguées dans la Licccrature Françoife. 

Par une Société de Gens de Lettres. 

QuiD FoEMiNA POssiT. Virg, jEneid, 

TOME QUATRIEME. 




A PARIS, 

ChezLACOMBE, Libraiie, rueChriftine. 

M. DCC LXIX. 
jtFEC APPROBATION, & PRIVILÈGE DU ROI. 



TABLE 

DES ARTICLES 
Contenus dans ce quatrième Vohime, 



-Lettre première^ 


jJagcs 1 


Madame de Staal jfes Mémoires^ 


ihid. 


LETTRE II, 


l6 


Suite de fes Mémoires j 
VEngoùment j Comédie ^ 
La Mode ^ Comédie j 


i&id. 


LETTRE III:, 


14 


Madame de FONTAINESj 

Aménophis , 

La Comtejfe de Savoie j 


ibid. 

ibid. 

4i 



On a oublié de placer à la fuite de Madtmc èê Fofttai« 
nés, le nom de Madame la GomteAè de Vbatilljcc, ixior« 
te le II Oâohre 1751 , âgée d'environ ^q ai^-Ë^e avoir 
donné une lettre furie ftyk , que M* Kcnûnd |le Saine* 
Mard a ait imprimer dans lê Recueil de fes (Suvrçs. M. de 
Burigni a fait l'éloge de cette Dainit ' daûS lie COiûe II da 
Mercuie de Janvier 175 1* 



LETTRE IF:, ^ 


A9 


Madame de RlCH^BOURÛ^ 


ibid. 


Ramire & Léonùrc^ 


ibid. 


LETTRE Vy 


55> 


Perfile & Si^fm^ndc ^ 


ibid. 


'. 


aM . 



jv TABLE. 

JLBTTRE FI, C^ 

Hijioire de Trocuelo^ ibid. 

Hijioirc de Ruperte , 75 

Flore & Slanchè'-FIeur^ 80 

LETTRE VU:, 84 

MademoifelU Barbier , ibid. 

^' Arrie & Petus j Tragédie ^ ibid, 

Cornélie j Tragédie j 8^ 

Tkomiris j Tragédie j 87 

2 La mort de Céjary Tragédie^ 90 

Autres ouvrages j ^ j 

%ETTRE FUI:, 94 

^ Madame DE GrafignYj ibid. 

Nouvelle Efpagnole ^ 97 

LETTRE IX, 114 

[ Lettres d'une Péruvienne^ ibid. 

lETTREXy 155 

J Suite des Lettres d'une Péruvienne j ibid. 

■LETTRE XI, 150 

'Cénie J Pièce Dramatique J ibid. 
- ■ C^r/^ 7w^/72tf /zi/ctf /Tzi/tf tf/2 vers par M. des Long- 

^- •* Champs i 16^ 
'; * ^^rj </tf jflf. f Abbé de l* Attaignant ^ fur la 

LETTRE XÏl/ 167 

f |. Madame LE MARCHAND j ibid. 

^ : . r . jiinecdote au fûjet de Boca^ 182 

Lettre de Madame Hujpon J ibid. 
Madame d'EntreCAUSSE BëRAT j 186 

•^' Madame DE Mal-Enfant ^ . ibid. 

Mademotfelle DE MONMORT ^ 1 87 

Madtmoifelle D* OUVRIER^ ibid. 



T A B t É V 

' Madame DU PLESSlS-Bitx^ÈriCiej îbid. 

LETTRE XIII, 1^8 

Madame I>E riLLENEVVM.j. à^d. 

Mémoires de Mademoifelle de-Marfange^ ibld» 
La Jardinière de VinunmM y * 115 J 

Le Juge prév4uu ^ 15 5 

LETTRE XIFj 101 

Contes des Fées , '- il>ii£. 

Ifl Belle & la Bête , icu 

LETTRE XV y' 119 

Les Noyades^ il^ld. 

Z/z Princeffe )d:u^^l^s ^ , . ^^ J ' V J 

LETTRE jtvi, ^ ^ ^ 247 

Le Beaufrere fuppofé , /.'A'. ;' îkBjj 

LETTRE XVII:, ... 2^4 

' Madame LevÊQi/É, îèid. 

LeSiécU^ ' iBid^ 

' Madame Anne Henriette de ff Ri QVÉt'lLLE , 

Marquifi deÇo lom»j EidE 4; . ibid# 

Réflexions fur les tremblements de terre j 170 
* Madame de MONTEGUT ^ ^ .-> _ zjf 

.Epitreàune am^ji ' .. ,^'!/ ^ .; 474' \ 

Depuis Timprcffion ^Tc cctanicTc j pa.a &aUié.i^Pâ-> ' 
tis 3 chez Barboa , on Recueil d'autres" Poches ," fiitif le 
titre d^ Œuvres mêlées de Madame deMomaiguJi^ M^ittiBlf 
4dcs Jeux FlorauXy recueillies par M. de^Montatptt ^ 'fôh^^ 
Confeillerau Parlement de Touloufe , de l^ Académie Royale 
Jef Sciences & Belles Lr^tf^e^rde^ li^^f^m-. FiH^» de 'çetîe 
des Jeux Floraux ^ £tde là Société: Rpy^e. à Apiculture d% 
limoges y 1 vol, in-ii. L'apure à une amie/rapportée^ans 
Xbn article , n*eftpas employée d'ans ies Couvres mêi^cjij 
*t%ft qu elle a été envoyée manufcrifc ii^Pere Sanferk^, 
ctiebre Prédicateur , & mon depuis loog-tems ^dc ^ai 
.«fili tient . .• < /':-^- .. 



V T A,B L E. 

.^ Le Songe j^ ibid. 

"^ ''Madame ru Toior ^ 280 
• 'MademQifelle'BE LA GÀKD^ THOMASSIN^ 

-- . '■:'-'•' ibid. 

' Madame Jy' Avf^AY y ibid. 

'. 'Mademoifelle DE LA Bus^ïtàÈj . ibid. 

ZETTRE XriITj 281 

„ Jdademoifelle DE LUBERT j ibîd. 

V'Jimadis des Gaules j '^ / ibid. 

'"plondle j Nouvelle j 287 

^ *^èatherine de Bragante^ 'Epîjodej^ 250 

fiBTTBJEXIX, 19Î 

V :2yrtf'^'^ rf^J jFeifX détruite ^ ibîd* 
'y^à PrinceJfeCoque-d'Œufj x^6 

f*e Px'yife Glacé & laPrinceJJe 'Etlncelante ^ 

295 

"'^ia Prihcejjf ùerijîble & le Prince Typhon y 

0-r^^..'-.-î ,. .^ ... . . ^^^ 

^ \jLionette & Coqikfico ^ ' 504 

^' Xfl PrinceJJe couleur deRofé'^ 308 

J-LaPrBiS^ Carnioh/ Z f'*- "^ 30^ 

^^^•*Màdamt ptrCHÀtEZETj •■-- ibid* 

^ frifiitutims dèPhyJi^ç% ; * jKî 

Principes Mathématiques ^ ibiA 



-T A B LE. Yif 

Madame DE laGorse , 3^^ 

JL^ Amour & la Fortune j Poëme 3 3 j j 

. Idcfdames ChALVET j CALAGES j ET Ca-' 

TE LAN S j jjp 

. Madame BruUj ibid. 

HELENE jDE BjLLY j ibidi 

Madame Baletti RiCCOBONI ^ ibi^ 

LETTRE XXII ^ 340 

Madame T>E LiNTOT y -ibid. 

Hijloire de Mademoifelle de Salens ^ ibid. 

LETTRE XXIII y ^64 

Madame LE Prikce DE SeaumosT • 

ibicr> 
Le Maga'[in des Enfans ^ .il>id» 

f£TTRE XXir^ S79 

; ti(^g^\in des Adolefcentes i - * ibîi 

LETTRE XXF^ 391 

fnjiruclions pour les jeunes perf ormes qui éttrent 
dans le monde ^ " ibid. 

^ETTRE XXVI ^ 409 

Education complette j ibid. 

' Wémoires de Madame de Bat(ç^i^e j ;f 14 

LETTRE XXriI, j^xZ 

JLettres d*Emerance à Lucie ^ jbid. 



fîif TABLE. 

IBTTRE XXriIIy 446 

Nouvelle Clarlce , ibîd. 

. IkfKUsi'ifflpre&ii ^ cet o(iriage,MaiiaiDck Prince 
de Beanmonr a donné aa PoUk le Msf/s^ des psMfncs 
Arâfans. 



LETTRE XXIX, 


. 4«7 


Madame DU BoCAGE > 
Le Paradis terrejlre , 


ibid. 


LETTRE XXX, 


49» 


La Colomh'uuU , 
Les ArmcfOruf^ 


ibi<L 
504 


LETTRE XXXl\ 


5x0 


Voyage de Madame du Bocage y 
, Madame Dv MOUT j 


5" 
5*4 


LETTRE XXXII^ 


5*5 


, Madame de BeAUMER j ' 
Les Caprices de la Fortune j 

. SmPoë/îeSy 
Muégorie » 


ibid. 
ibid. 

533 
536 


LETTRE XXXIII , 


}^^ 


; Madame D'. *■*_*» . 
Lefons de Cfrymie » 


m. 


LETTRE XXXI r, '■' 


559 


■ -Del'Amitui " 


â)id. 



TABLE. ix 

Des Paffions j j (î j 

Penfées & Réflexions 3 577 

Avis d'un Père à fa fille j 5 80 

LETTRE XXXr^ 58} 

Mémoires de Mademoifelle de VaUourt j ibid. 
Lettres de deux Amans ^ j9i 

Romans Angloisj jp8 

LETTRE XXXVI j tfoo 

Madame de SaiNT^Germain j ibîd 

Lettres d'Henriette & d'Emilie j ^01 

AnONYMESj 606 

Penfées errantes ^ ibid. 

Reflexions hasardées' d'une FEMME IGNO-- 

KANTE j 60J 

Cette humble & mcxlcftc dénomination eft la feule que 
prend, à la téce de Ton Livre, la Dame auteur qui a donné 
au Public ces fages & judicieufes réflexions. L'efprit , le 
goût , le bon fens , la juftefTc qui y régnent ; une connoiC^ 
lance profonde & étendue du cœur & du monde , tout dé- 
troit ici cette qualification de femme ignorante , la feule 
cependant , fous laquelle Teftimablc & modcfte anonyme 
veut qu'on la connoifTe. ^ 

Fin de la Table du quatrième Volume. 

N. B. On a rétabli dans cette Table Tordre des ckifiFres, 
qui indique chaque Lettte , lequel Ce trouve dérangé dans 
deux endroits du volume. 




HISTOIRE 

LITTÉRAIRE 

DES 

FEMMES FRANÇOISES; 



LjèttresaMadame***. 



LETTRÉ PREMIERE. 



I E ne font pas des cvenemens par eux-mc^ Mémoires 
mes bien importans ; c'eft la manière de les ra-^dc Madame 
conter , qui fait , Madame , tout le mérite des^dcSta^ 
Mémoires de Madame de Staal , écrits par elle- 
même. Il eft difficile de s'énoncer avec plus dot 
netteté, de juftefle, & de pureté , ni d une m^^ 
mtt« plus noble & plus naturelle. Elle nemploiô 
ni tours, ni figures , ni tout ce qui s'appelle ij|n 
vention. Frappée vivement des objets , çUe .le^ 
rend, pour me fervir de fes expreIÇons, corapit 
Tome IF. A 



£ Madame DE SfAAt. 

h glace d'an miroir les réfléchit , fans ajouter j 

isins omettra > fans rien changer. 

Le^ perede Mademoifelle de Launai (c'eft le 
àoFm qa'avoît Ma4^rttQ de Scaal étant fille) foc 
phJigé de <|aitt^k ^tance, & de s'étaUir en Ati- 
|^lferenng:^(5tt.i^ Peintre. Sa 

tenune ne pouvant vivre ^nsun clignât étranger^ 
revint àPâris,groffe d'une fiile,dont elle accoucha 
uienrôt après : dépourvue des moyens de fubfifter 
dans cette grande Ville , elle trouva une retraite 
dans un Couvent de Normandie,où,par le crédit 
de quelques amis,ellefut reçue fans payer depen- 
fion. Quand fa fille fut retirée de Nourrice , TA- 
belTe confenticà la recevoir dans le même Coa- 
lidnt. Madempifelle de Launai y reçut une édu« 
cation fort au-defliis de fa naiffance. » Il m'eft 
H arrivé , dit-elle dans fes Mémoires , tout le 
n contraire de ce qu'on voit dans les Romans , 
j> où THéroïne élevée comme une fimple berge- 
i>^ re , fe trouve une illuftre Princeflfe. J'ai été 
fy traitée dans mon enfance , en perfonne de dif* 
» tindion ; &: par la fuite , Je découvris que je 
•> n'étois rien , & que rien dans le monde ne 
» m'appartenoit. Mon ame n'ayant pas pris d'a- 
» bord \e pli qoe lui devoir donner la mauvaife 
s» fortune , a toujours réfifté à l'abaiffement & à 
K la fujétion où ;e me fuis trouvée «. 

En effet, Madame de Staal, fans bien & fans 
Appui, fe trouva à l'âge de deux ans,dans les mains 
de Mefdamesde Grieu, dont l'une étoit Abbetfe 
dès. Louis à Rouen , l'autre fimple Religieu/e, 
& qui, toutes les deux l'éleverentdaiis leur Cou- 
Vent avec une attention finguliere : maîtres de 
foute efpece> habits > argent > rien ae lui J»an- 



^u9||l$ mais h mort lui enleva fes RrôteâriceSj} 
^ Madame de Scaal, qi^i eeut-etre avoic alon 
f^ize ou di]i:-fept ans, fut céouice dans Téçat le plus 
fôclieux. 

L'Abbé de Vertot ( c*eft elle qui parle, & vout 
fçaurez en pa^nt y que cet jA^bé en étoit amouf 
reux j ) « l'Abbc de Vertot; qui ctoit à Paris , & î 
» qui ; avois mandé , en lui apprenant k pert^ 
9> que I avois faite , qu'il ne me reftoit plus que 
^> lair que |e refpirpi? , m'envoya fur le champ 
»> une Lettre de Change de cinquante piftoles. 
w Je la lui renvoyai Je lendemain. M. Brunel 
>) ( c'étoijc encore un Amant ; l'Abbé Se lui ea 
avoient fait la connoiffance au Couvent où eUb 
Ipgeoit) )> voulut au0i me donner tout l'argent 
3> donf je ppuyois avoir befoin. Je refufai tout:» 
>> bien déterminée à ne rien accepter , tant qu^ > 
9) je ferois dans l'incertitude de pouvoir jamais 
>9 rendre. ............ j^ 

9> Je me réfolus ij^ fouffirir la mifere , d'aller 
« cherchjer la feryitude , plutôt que de démentir ^ 
9> mon.caraâere; perfaaaée 31^'^ ^*y ^ Q^^ ^^^ 
f> propres aftioAs , qjji pui/ïent nous dégradée, 
»y Je ne n\e çonnoîtrois pas , (î je ne m'étpis vue 
V à cette épreuve. Elle m*a appris que nous c4^ 
» dons â la néceffité » moins par fa force que par 
a> notre foibleflTe». 

Cependant, malgré fon indigence , voilà Mar 
jdame de Sraal à Paris , & dans un Couvert. Une 
£œux qu'elle avoir chez la DuchelTe de la Fertéi^ 
.vient la chercher avec empreflement , & lui aoc- 
nonce la plus grande fortune. L'^enture çx'a 
paru trop oien racontée j Madame , pour nepa^ 
vous en faire part. 

î> Ma/iflpur me vjun voir, dit-elle, & n^^e dit 

. Aif ^ 



% MAbAMS DS StAAL. 

•• qu'en allant à Vcrfailles , avec Madame l#Du-^ 
f» chetTe , elle lui avosit conté , le long du chemin , 
4»'<ju'elle avoit une fœurcadette,qui avoit été éle- 
>j vée fînguliérement bien dans un Couvent de 
•f Province : elle lui dit qu0 je favois tout ce qui 
3J fe^éutfçavoir, & lui ht une énumération des 
»> fciencés qu'elle prétendoit que je polTédois ^ 
o dont elle eftropioit les noms. Ma fœur qui ne 
*> favoit rien , n'avoir pas de peine à croire que je 
»> favois beaucoup i la Duchefle qui n'en favoit 
•f> pas plus qu'elle , adopta tout , & me crut un 

t> prodige. Elle arriva à Verfailles , & en 

-»> dit cent fois plus qu'on ne lui en avoit dit . . . • • 
j> Ma fœur me dit qu'il étoit abfolument nécef- 
-i> faire que j'allâfle f^ire mes remercîmens. Se 
.9» me montrer à fa Maîtrefle .... Je n'a vois 
j> point d'habit honnête pour me préfenter j j'en 
99 emipruntai un d'une Penfionnaire du Couvent 
99 pour deux ou trois heures ; & après que ma 
w four-m'eut un peu ajuftée , je m'en allai avec 
>i elle. Nous arrivâmes chez la Duchefle à fon ré- 
i> veil j elle fut jravie de me voir , me trouva 
»» charmante. Elle n'avoir garde , au fort de fa 
f> prévention, d'en juger autrement. Apres quel- 
» aues mots qu'elle me dit , quelques réponfes 
■w tort fknples & peut-être affez plattes que je lui 
99 fis j vraiment , dit-elle , elle parle à ravir. La 
» voilà tout à propos pour écrire une lertre à M. 
i> Defmareft^que je veux qu'il ait tout-à-l'heure. 
» Tenez-, Mademoifelle , on va vous donner du 
» papier ; vous n'avez qu'à écrire. Eh quoi ? lui 
•»> répondis- jV, fort embarraffée ? Vous tournerez 
» cela comme vous voudrez , reprit-elle ; il faut 
» que cela foit bien j je veux qu'il m'accorde ce 
«» que je loi demande : mais , Madame, repris-je 



MADA'MiS-Dl StAAL: f 

Ifi encore, il faudroir fçavoiir ce qaevous lut vbui* 
» lez dire : eh! non,'Voùs entendez. Je nencen<? 
?> dois rien du toùc \ j'avoisi beau ir\(ifter » je ne 

V pouvois la faire expliquer. ]£n|5n rejoignait jeu 
» propos découfus qu'elle ;lacha , je cornpçis^. à 

V peu-près . de quoi il s'agiflbiç.iJe a en épois 
>» guères plus avancée i-caçj^ n^favois ppm.DJieft 
?» ufages Se le cérénionial des gens.ncçfii.i.ôc je 

V voyois bien qu'èlle-'nfe •diftmg-u^^rpit.paS'rifn^ 
» faute d'ignorance dune faute de boivfehs. .J^ 
>' pris pourtant ce papiej:. qu'on 9ig:préfe]Bfri;ii& 
*' je rne mis à éçi?ir<î;pçncfanïf qu'elle {q i^y^itt, 
» fans fçavoir comment- je m'y prendroija ^ifiç 
» écrivant toujours au K.^fard , je bnw cette i^trr 
» tre, que jq;{ui fus .pr^iencer , fort incertaine 
^ du fuccès.. Eb bien , slécria-t'elle , voil^ ju^&r 
» ment tout, ce que je lui vouloi mafidj^r^^ jMaW 
« cela eft'admirable ^.quelle ait fi bieq. prkinia 
>' peafqe i Henriette i: vqÇïô foeui; èft étoimaçt^t 
^' Oh puijpq^l^Ue éiçxit fi,biei^ , il faut qu'etHp, Arrju- 
.» veéncote.unb lettre pour mqn homme 4J*fr 
" faires.: ç^l^^f^ra faitpeadantjque j^i^'H^it^^l^ 
« 11 nd.fftlliî};':point.la queftibnnet; cette foisrU, 
*> fiurrceq^'elW/vouloit; mander. Elle répandit uq 
•> torrent, dp, paiJul^S, que toute lîattention -qu^ 
'' j'y cion«i)i$ nepouvoitfuivrq i,S^ je me trouvai 
** encore plus ^tfabarraff^eoi^fe^tlt^. féconde- épfeur 
»> ve, Êllç jayoiÉ. nomma fpn. Pjîçcureur &.:fcyBi 
:»> Avocat ^ quifenrtoienç >~pouip. beaucoup rd^n^ 
» cette lettr^,iiii'Whétai^kqç toutrà-fait incoqrtu«i 
*V ^ tnaUteureufement j^ pf;isi leurs noms , Tim 
." ]poiW Vautr^>. t'afFaire ^ft bkJ^.expUqué%^/n^ 
»> ditrtile,-;ap^è3 jtvpir lli U.îejctre j, mais:.j|^> q^ 
» comprends pa^.qit une- (i^ejq^^ autant dj'e^ 
»» prit^ue ypus eft:ftyp?ïj^ puili^douïier à^cA- 

Aiij 



f MÀt>ÀMÈDfeSTÀAt. 

Si Avocat fe nom de mon Procureur. Elle décou- 

s> vrit par-là les bornes de mon génie > heureufe- 

'iy ment je n'en perdis pas totalement fon eftime. 

Si fette âlloit à Verfailles : je la fui vis jufqu a foft 

»> carofTe ; &lorfqu*efle y tut montée , & cfue ma 

» fctvà Qu'elle menoit , eut pris fa place , au mo- 

M mêht qu'on altoit fermer ta portiefe , & que 

>» }6 oommençois à reïpitet : je penfe, dit-elle i 

» ihafl^ùr , que je ferai tien de la mener tout-» 

3> à-rheure avec moi. Montez , montez , Made- 

i» moilelle , je veux vous faire voir à Madame de 

»> Ventaddur, Je demeurai pétrifiée à cette pro- 

y>' pofition ; mais furtout i ce qui me glaça le cœur, 

5>' fiit cet habit emprunté pour deux heures , avec 

i»''' lequel j*e craignis qu'on .'ne me fit faire le tour 

5> du niôride j & il ne s*en fallut ^guère. Malgré 

•••ces confidérations , il n*y avoit pas moyen de 

fc-îrêtiflet : je n'étois plus au tems d'avdir une 

9^ Volonté ni de réfifter à celle des àtttres : j6 

ai-^âljtai dofnc, lecoéùr ferré; elle ne s'en ap- 

■5»;^rç6t pas , & parla tout le long du chemin. 

fl» Hflé dilbit cent' cho^fés à la fois qui n*avoient~ 

oj -mil rapport l'une à l'autre : cependant il y avoit 

i>'taÂt de vivacité, de naturel & de grâce dans fâ 

^ 'toJhverfation , qu'on récoùtoitavéc uhextrènie 

i» plàtfîn Après m'àvoir fait pldfieûrs qiieftions 

"»> dont elle n'avoît pas entendu la répônfe; fans 

* Hèute, me dit-ellè, buifque vouls lavez talit de 

^ chôfcs , vous fçiavez raire des points pour tiret 

*«» l'horôfcèpè : c*eft tout te qaej*aimeau monde. 

w Jc'lùi dis que je n-àv6i$ pas la ftiditidre idée de 

»> ceéte fciçtice^ : mais à quoi bon , reprit-elle , 

*ehî ' 




•^ 

^ "ttihe. Mais eUe fiecm'écoutoic ^éjà pli 



Madame de Staal« f 

t> mît à faire Téloge de la Géomancie , Chîro-» 
» tnznciç jdcc. • • • me dit touces4es prédidtioM 
n qu'on lui aroit faites , doi^t aile atcendoic en-> 
p core l'événement , me raconta, àicefujet, pliw 
SB fleurs hiftoires mémorables » enfiti ion rêve dé 
» la nuit précédante , quantité d'autres auffi 
ss remarquables, qui dévoient avoir tât ou taui 
» leur effet. * . • . . . • . . . .*. v 
» Je fus préfentée thsz la Duchefle de^ Venta** 
» dour , qui me reçut très-bien , & me parla de 
>3 ma mère, qui avoit été gouvernante de fa fille. 

» Le leiidemain Madame de la Ferté étant 
n allée chez la Duchefle de Noailles , elle me 
» manda d'y venir : j'arrive : voilà , dit-elle , 
t> Madame, cette perfonne dont je vous ai en- 
» tretenue,^ili:aun fî grand efprit , qui fait tant 
» de chofes. ^lons , Mademoifelle , parlez : 
n Madame , vous allez, voir comme elle parle : 
» elle vit que j'hélitois à répondre, & quUl fal- 
» loit m^aider ycomme une Ghànteufe qui prclu* 
» de, à qui l'on indique l'air qu'on défîre d'en* 
» tendre. Parlez un peude religion, «me dit-éllei 

» vous direz enfuite autre chof e. . • 

V Cette fcène ridicule fut à peu-.prè^ répétée 
w dans d'autres maifons où l'onime mena : je vif 
M donc que j'allois être promeftée comme -ui^ 
» Singe ou quelqu'alutre animal ^qui fait des toun 
» à la Foire». 

On n'a jamais raconté d*une manière çlu» 
agréable , ni donné plus d'intérêt aux plus pérîtes, 
bagatelles* La Duchefle qui la menoit païtout'v 
lui fit faire conaoiflTance avec M. de Maléfieu,*quî 
demeuroità Sceaux , chez Madame la Ducfcôffc 
du Maine. Cë'fiitpar fon moyen, qu'elle entra ^ 
en qualité de Femme-de-^Cbambre , chex cetBH 

Aiy 



i Madame de StaaiC 

Princefle. Elle, fut humiliée de cette placé , fans 
ofer la refufer y elle fe 0atta feulement , que fon 

Eu de capacité pour un pareil emploi y la feroic 
^ntôt coi^édier.. Il eft pourtant vrai , que de 
ia meilleure foi. du monde, elle faifpit le mieux 
qu'il lui étoit po0ible y mais avec cette bonne 
tolonté y elle rempUilbit fort mal fon miniftere. 
7f J.*entrai en fonction , dit-^Ue : on me donna 
» pour panage y ce qui s'app^.e , en termes de 
» Tart , les cnemifes à bâtir. Je me trouvai fort 

vr embarraffée Je padai la journée , 

». . tant à prendre les mefures , qu a exécuter cette 
79 grande entreprife ; & quand Madame la Du- 

V cbeffe du Maine eut mis (a chemife, elle trou* 
» va dans le bras , ce qui de vpit être au coude. . • • • 
9» . La première fois que je lui donnai à boire , je 
^> verfai l'eau fur elle , au lieu de la, mettre dans 

V Je verre. . • . . Elle me dit un jour de lui ap- 
» porter du rouge , & une petite tallè , avec de 
». l'eau qui étoit fur fa. toilette. J'entrai dans fa 
M. clumbre où je demeurai éperdue , fans fçavoir 
f>. de quel côté tourner. La Princefle de Guife y 
9» .paflà par hafard ; & furprife de me trouver 
99 dans cet égarement : que faites-yous donc là , 
n me dit elle ? Eh , Madame , lui dis-je , du 
» rouge , une tafle , une toilette ; je ne vois rien 
» de tout cela. Touchée de ma défolation , elle 
» me mit en main , ce que fans foufecours , j'au* 
» 'rois inutilement cherché. ....... Madame 

»' la Duchefle du Maine étant à fa toilette , me 
^:' demanda de la poudre : je pris la boëte par le 
» couvercle 5 elle tomba , comme de raifon , Se 
9 toute la poudre fe répaiidit fur la toilette , & 
» fur la Prmceffe , qui me dit fort doucement y 
31 .quand vous prendrez j^uçlque chgfe, il/aut que 



MADAliill DE STAAt;^ ^ 

M ce foit par en bas. Je retins ii bien cette leçon , . 
yy qu'à quelques jours de-là y m'ayant demandé . 
M fa bourfe , je la pris par le fond , & je fus fort* 
» étonnée de voir une centaine de louis quL- 
>> étoient dedans , couvrit le parquet. Je ne fça- 
»> vois plus par où rien prendre ». > 

Si la curiofité , Madame , vous a jnenée quel-* 
quefois dans le Commun , c'eft-à-dire , dans cesi 
appartemens deftinés aux dome(ïiques d'uha 
grande maifon, vous reconnoîtrez le tableau fui- 
vant. ♦ 

. » Je fi|s donc menée^ dit- elje., dans une nom-; 
iy breufe affemblée de ces perfonnés. Les uney 
3> jouoient, les autres regardoieAt:jPuer. Je m af- 
n fis auprès des défœuvrées -, & chôifis celle que 
» je trouvai fous ma main , ppuç lui adreflêr 
« mon bien dire j je me confondis ^en compli- 
» ' ihefts , en louanges , en air^ ;gfFeftueux : enfin 
il j'y mis, non pas tout ce. qui'étoit en moi , m^S: 
» ce que j'avois été chercher bien loin. Cela 
3> réttffit mal. ll%fe trouva que cette perfonne- 
« donti avois fait mon pillier de manège, étoit. 
« dans la dernière claCTe des efprjts de cet ordre: 
« mon peu de;.difcèrnement devint un fujet de. 
3> rifée. 11 eft vrai quecefs phific^nortiies-là me- 
3» paroiflbient auffi fémblables , que toutes celles. 
V d'un troupeau de moutons »r, : 

La vie que menoit Mademoifelle. de Launai. 
chez la Ducheffe du Maine, pçcApoit fans ceff^ 
fon efprit des moyens de s'en <léliyfer. Où luic 
fit plufieurs propofiripns qu'elle rie jugea pas à- 
propos d'accepter j parce que les gnes ne lui par. 
roiuoient pasiiqnnetes , & que le&w.tr^es jue lui 
étoient pomt aÇTezâvantageufes. filbprit'donc^ 
ïepfrçlde reftçr:4iUÎS:f9n Qbfeuriçé.a jlrfqU'à.cc^ 



Il Madame DE Staal. 

ff Ce procès , dit Madame de Suai , fat {ugc 
9> & perdu pour eux : TEdic qui les appelioic a la 
99 fucceflion à la Couronne,révoqué comme la Dé- 
s» cbrarion qui leur donooic le cirre de Princes 
9» du Sang ^ on ne leur, en laifTa que le rang &c 
99 les honneurs , dont iU avoienç précédemment 
99 joui , en vertu de leiurs anciens brevets. La pré- 
f» ro^uive de ztzveïfet le parquet au Rarlement, 
99 furconfervée, eu égard à la pofTeflion , au Duc 
»» du Maine & au Comte de Touloufe , leur vie 
»• durant. Par cet Arrct de. 17 17 , on laiflbir 
99 fubûfter l'ancienne Déclaration qui donnoit à 
f» l'un Se i l'autre , & à leur poftérité , un rang in- 
» termédiaire au Parlement. Le Prince de Dom- 
99 besfut privé du rang qu'il y avoir eu». 

Madame la DuchelTe du Maine , maltraitée 
en France , fongeaà fe procurer de l'appui auprès 
du Roi d'Efpagne , dont un Jéfuite gouvernoir 
ftlors la confcience. Mademoifelle de Launaifut 
choifie pour preflentir là-deflus le Père de Tour- 
nemine ; le Jéfuite laifit. vivement cette idée , Sç 
préfenta a ia Duchefle le Baron de Valef, qui fe 
charjgea de remettre des lettres fecrettes au Roi 
d'£(pagne , pour le porter i foutenir le Duc du 
Maine & fa famille opprimée. Les intrigues de 
cette négociation , les fuites fâcheufes qu'elle 

Eroduifit , l'emprifonnement du Duc & de U 
)uche(re du Maine , celui d'une quantité de 
gens de toute efpece, qui étçient impliqués d^ns 
cette affaire , la détention de Mademoiselle de 
I^unair à la Baftille y tout cela^ jUA^^mQ , rem- 
plit le fécond tome. . ,,•: 
Les•f>api^rs que la Daçhefle^envoyoît au Roi 
d'Efpagne .^ furent découvqtts 'aCfez fmguliérer- 
menc. JL^Âbbé Porto Czj^jifft i^\o\ii9^i^ àsixis 



Madame dbStaa t. tf 

ce pays. Il avoit une chaife à double fonds , où 
ces papiers furent mis ; & on les y croyoir très en 
fureté. Mais le Secrétaire de rAmbafladeur d*Ef- 
pagne avoit malheureufèment uneMaîtrefle dans 
la Communauté d'une femme nommée la Fillon . 
U manqua de quelques heures au rendez-vous 
qu'il lui avoit donné ; & pour s'en excufer , il lui 
dit qu'il avoit eu tant de dépèches à faire à caufe 
du départ de l'Abbé Porto Carrero , qu'il lui 
avoit été irapoflîble devenir plutôt. Comme cette 
affaire faifoit alors grand bruit , cette fille très- 
indifcrette en rendit compte à fa Supérieure, 
qui , étant fort en relation avec le Régsnt , lui 
en donna auffitôt avis. Les ordres furent expédiés 
dans la minute , & les papiers faifis. 

Un certain Abbé Brigànt , zélé partifan de 
la Duchefle du Maine . partir fecrettement , & 
laiffa au Chevalier de M-fnil un paquet de pa»* 
pîers qu'il lui confia comme un dépôt : le Che- 
valier inftruit de l'affaire, pour ne point trahir fou 
ami , Se n'être pas dans le cas de remettre ce dé- 
pôt au Régent , jetta tout au feu. C'étoit un trait 
d'honnête homme : cependant il fut mis àlaBaf- 
tiUe. 

w Un Marquis de Mefnil, d'une autre famille, 
*> alla trouver le Duc d'Orléans , pour l'affurer 
» qu'il n'étôit ni parent , ni ami du Chevalier. 
» Tant pis pour vous , Monfieur , répondit le 
» Régent : le Chevalier de Mefnil eft un très- 
3> galant homme M. 

Madame de Staal le trouva tel , & en devint» 
amour eufe à la Baflille mêmej il eft des folitu- 
des agréables , des retraites charmantes pour l'a-» 
mour y mais vous n'auriez jamais imaginé que 
ce Dieueûtiogé à la Baille ^ & il écgic téktyi 



X4 Madame de Staal» 

a Mademoifelle de Launai de l'y conduire & de 
Vy fixer. Lapaffion du Chevalier de Mefnil fut 
réciproque j & quoique nos deux prifonnicrs fuf* 
fent gardés très-exaâement , du moins pendant 
un tems , ils avoient trouvé le moyen de s'écri- 
re : ils étoient amoureux ^ &c dans l'efclavage , 
quel aiguillon pour Tefprit , & qu'il devient 
alors fertile en reffburces & en expédiens ! Ce 
petit commerce avoir paru (i doux à Mademoi- 
telle de Launai , qu'elle craignoit de recouvrer 
fa liberté , bien loin de la dénrer. 

ii Je fuis plus heureufe que vous , mon cher 
j> voifin ( écrivoit-elle au Chevalier. ) Le défit 
>i de la liberté ne me tourmente point. Non , je 
» la prife moins que vous ne faites. Mais je pré- 
ii tends (ne vous effrayez pas du paradoxe ) que 
» bien loin de l'avoir perdue , c'eft ici que j'ai 
9> trouvé la véritable ^ celle qui ne dépend pas 
» d'une porte ouverte ou fermée, mais de l'af- 
j> franchiflfement de la tyrannie que le monde & 
>t tout ce qu'il contient exerce fur nous : quelle 
99 erreur de fc croire libre dans des lieux, où non- 
>r feulement nos moindres actions dépendent de 
» cent égards différents , mais où nous n'ofons 
M même penfer à notre gré , où nos fenrimens 
j> prennent la ceinture détour ce qui nous envi- 
» ronne , où la plupart des objets qui nous ap- 
f> procheqt , femblent avoir le droit de nous fë- 
9i duire, où «nfin nous ne jouiflbnspoint de nous- 
9i mêmes ! Car ce n'efl que dans lafolitude, qu'on 
» fe retrouvée } & je .vous dirai que c'^ ici que 
>^ j'ai véritablement fait connoiflànce avec moi. 
»> Jufques4à je ne favois pas trop qui j'étois. Je 
» ixie prenois tantôt pour une perfonne , tantôt 
^ pour -une autre. Je iais pcefentement à quoi 



Madame db Staalv i; 

& m*en tenir , non feulement fur cela , mais fur 
s> beaucoup d'autres chofes : car en fe connoif- 
99 fant bien , on connoit le genre humain ; cha- 
99 cun pouvant trouver en foi ,rabrcgé du monde 
91 entier. Je crois donc avoir acquis , plus que 
fj \e n'ai perdu. Jelefens même; & le préjugé 
99 contraire eft tellement vaincu, qu'il n'ofe plus 
.»> paroitre. Travaillez aufli à vous en défaire en- 
» tiérement y Se goûtons le plaifîr de tromper 1% 
99 fort qui nous perfécute, en faifant notre bien 
^9 du mal qu'il nous a préparé >>. 

Une remarque fort lînguliere dans l'amour de 
Madame de Staal & du Chevalier de Mefnil ^ 
c'eft que jamais ils ne s'étoient vus : leur prifon 
à la Baftille fe trouva olacée l'une i côté de Tàu- 
cre : ils le fçurent, fe parlèrent, s'entendirent » 
s'aimèrent j & le Lieutenant de Roi , qui lui-^ 
même étoit fort amoureux de Madame de Staal p 
te chargeade remettre les lettres de jpart & d autre» 

Je fuis, &c 




i€ Madame de Staal. 



LETTRE IL 

f E tems que Madame de Staal a pafle à la 
Baftille, eft Tendroit de fes Mémoires, où elle 
•paroic qu'elle s'eft arrêtée avec plus de conï- 
plaifance. Elle y entra à fept heures du foir en 
Jiyver. Il faut lire la defcription qu'elle fait elle- 
même de fon appartement.»» Après avoir pafTé des 
•ji Ponts où l'on enténdoit des bruits de chaînes, 
a> dont l'harmonie eft défagréable , on me mit 
.jj dans une grande chambre, où il n'y avoir que les 
-»> quatre murailles fort fales , & toutes charbon- 
^j nées par le défœuvremenc de mes Prédécef- 
•» feurs. Elle étoit fi dégarnie de meubles , qu'on 
<» alla chercher une petite chaife pour m'afleoiri 
jo deux pierres pour foutenir un fagot qu'on allu- 
» ma y & on attacha proprement un petit bout de 
j> chandelle au mur , pour m'éclairer. Toutes ces 
*> commodités m'ayant été procurées , le Gou- 
» verneur fe retira j & j'entendis refermer fur 
99 moicinqoufîx ferrures, & le double verroux m. 
Seule , vis-à-vis. de fon iTagot , notre prifon- 
nîere avoir paffé-environ une Ireure dans une in- 
quiétude cruelle , lorfqu elle vit reparoître le 
Gouverneur , qiy lui amenoit-fi^Femme de cham- 
bre. On revint quelque teçns* après j on les fit 
{)a(rer enfemble dans urie chambre voifine , fans 
eur en dire la raifon. » On ne s'explique point 
» dans ce lieu-là j les gens qui vous abordent , 
>3 ont la phifionomie li réfervée , qu'on ne s'a- 
9i vife pas de leur faire la moindre queftion j?. 
On les retira de cette chambre, pour les remet- 
tre 



Ma'oàme i>É SfÀAt;' /17 

trè dans la précédente. Elles y trouvèrent un pe- 
tit lit aflez propre , duelques meubles commo-- 
des y Se une eipece de grabat , pour coucher la 
Fiemme de ehambre. Gellê-ci le trouva mauflade, 
St s'en plaignit : on lui dit que c'étoienr les lits 
du Roi 3 & qu*il falloit s'en contenter. Point de 
réplique j on s'en va; on les renferme, 

. Vous avez vu ^ Madame , que les amours de 
Madame deStaal lui firent trouver agréable cette 
même prifon , qui lui parut d'abord hafïreufe. Éa 
recouvrant fa liberté , elle perdit fon Amaiic 
qui devint infidèle , fous les loix d'une ri<r 
Vale qui Certainement ne la Valoit pas. M. Da- 
cier,veuf alors depuis peu de tems , voit Madame 
de Staal , & conçoit le projet de l'époufer ; la 
Duchelle du Maine prétena que fa Femnîe de 
chambte lui eft nécéflàire , 6c fignifie qu'elle ne î 
confentira pas à ce mariage : elle refufe en effet 
* de donner fon agrément , malgré tous les avan- 
tages que M. Dacier fait à Madame de Staal ^ 
alors Mademoifelle de Launai : on preffe la Du- 
cKefle de tous les côtés y rien ne réiiflît : les 
Grands font accoutumés à facrifier à leurs pro- 
pres intérêts > ou à leurs plaifirs , Ce qu'ils ap- 
pellent leurs créatures. Madame de Staal s'eh^ • 
nuiede fon état, &veutfe faire Religieufe. La 
Duchefle s'y oppofe encore , & enfin la marie i 
M. de Staal-, Capitaine , & depuis Maréchal de* 
Camp. De ce momem Mademoifelle de Launai 
devient Dame-d'honneur de la Duchefle, mange 
à fa table , & monte dans fes caroflès. 

Je ne fais rien de fon mari, que ce qu elle nOttf 
en dit elle-même dans fes Mémoires. 

5> Je fus contente de fon maiftâen > d'une cer-; 
Tome ir. B 



9> taîne policeiTe non étudiée , qui part du cœut ^ 
3> & annonce un caraûere doux & bien-faifant. 
3> Son ame exempte de toutes paflions , va vers 
33 le bien par une pente naturelle , fans être rete- 
» nue niciétourn^epar rien. \\ réfulte de ce calme 
j>. inaltérable , unç parfaite égalité d'humeur , 
V des vues faines , parce qu'elles ne font ofFuf- 
33 quées d'aucun trouble d'efprit : plus de }uftelle 
j3 que d'abondance d'idées ^ peu de difcours^mais 
33 fenfés. Enfin quelqu'un , dont la fociété ne 
33. peut incommoder i auflî incapable de .faire 
33 naître l'enjouen^ieut , que de donner du dé« 
33, goût. . . • Jel'époufaii & je trouvai un hom- 
33 me que la nature avoit placé où la raifon ne 
33 fauroit arriver )>. 
^ Vne femme de beaucoup d'efprit avoît fait le 

Sprtrait de Madame de Staal : c^lle-ci s'y trouva 
attéej & elle n'aimoitpoint à l'être. 33 Je vis ce 
33. portrait , dit-elle 5 un peu de prévention & trop 
'»3 de pplitefle , avoient écarté du vrai la femme 
33 qui l'avoir tracé : j'entrepris, de le faire moi- 
3> même , pour lui prouver la méprife j & je le lui 
33. donnai tel qu'on le voit là 

33 Launai çft, de moyenne taille , maigre, fé- 
33 che, & défag^éable. Son caractère & fon ef- 
33 prit font comme fa figure. Il n'y ariem de tra- 
33 vers 5 mais aucim agrément. Sa m^uvaife for- 
h tune a beaucoup contribué à la faire valoir. La 
3f prévention où l'oneft, que les gens dépourvus 
3> de nailTance & de bien ont manqué a éduca- 
33 tîon , fait qu,'o|i.l§ui: fait gré du peu qu'ils va- 
31 lent : ejle en^ a. pourtant eu une excellente y &c 
33 c'eft d'où ellô. a tiré tout ce qu'elle peut avoir 
^3 de? bon ^ çQrpme le^ principes de verru , les fen- 
33 riment. nobles >& les règles de conduite, que 



M'AD'AME DE StÂaÙ tf- 

»À rhabicude à les fuiyre lui ont rendus comme 
» naturels. Sa folie a toujours été de vouloir êtrô 
>' raifotmable ; & comme les femmes qui fa 
91 fentent ferrées dans leur corps , s'imaginent 
3> être de belle taille , fa raifon l'ayant incom* 
3> modée , elle a cru en avoir beaucoup. Cepen-^ 
>> dant elle n'a jamais pu furmonter la vivacité 
9> de fon humeur , ni i'affujettir du moins à quel-^ 
» qu'apparence d'ég^té y ce qui fouvent l'a ren-» 
»> due défagréable à fes maîtres , à charge dan» 
» la fociété , & tout-à-fait infupportable aux gens 
9> qui ont dépendu d'elle. 3eu^^ufement la for- 
» tune ne l'a. pas mife en état "d'en enveloppes 
» plufieurs dans cette difgrace. Avec tous ces 
» défauts 9 elle n'a pas laifle d'acquérir une ef- 
» pece de réputation , qu'elle doit uniquement 
1^ a deux occadons fonuites , dont l'une a fait 
» cpnnoître ce qu'elle pouvoit avoir d'efprit ; & 
» l'autre z fait remarquer en elle y de la difcré' 
» tion & quekjue fermeté. Ces évétiemens ayant 
» été fort connus, l'ont fait connoître elle-même, 
» malgré Tobfcurité où fa condition l'avoit pla»- 
» cée , & lui ont attiré une forte de confidcra- 
I» tion , au-dediis de fon état. Elle a tâché de 
» n'en être pas plus vaine y mais la fatisfaâioii 
» qu'elle a de fe croire exempte de vanité , eu 
» eft une, 

3> Elle a rempli fa vie d'occupations férieufes i 
>y pUitot pour fortifier fa raifon , que pour ornei 
» îbnefprit, dont elle fait peu de cas. Aucune 
» opinion ne fe préfente à elle , avec aflèz de 
» clarté, pour quelle s'y afFedionne, 6â ne foit 
^» auffiprcte à larejetterqu'àla recevoir j ce qui 
j> fait qu'elle ne difpute guère , fi ce n'eft par 
«« humem:. Elle a beaucoup Ici ,. & jae fait pouc-t 



tS Madame de Staai;. 

>j tant que ce qu'il faut , pour entendre ce qu*otf 
>j dit 5 fur quelque matière que ce foit , & ne 
» rien dire de mal à propos. Elle a recherché 
ï> avec foin la connoilïance de fes devoirs , & les 
>» axefpeftés aux dépens de fes goûts : elle s'eft 
» autorifée du peu de complaifance qu'elle a pour 
u elle-même., à n'en avoir pour perfonne j en 
» quoi elle fuit fon naturel inflexible , que fa 
>» utuation a plié , fans lui faire perdre fon ref- 
« fort. 

j> L'amour delà liberté eft fa paflîon dominan- 
» te ; paflîon très-malheureufe en elle , qui apaflc 
n la plus grande partie de fa vie dans la fervitu- 
» de : aum fon état lui a-t'il toujours été très-in- 
» fupportable , malgré les agrémens inefpérés 
»> {ju'elle a pu y trouver. 

J5 Elle a toujours été fort fenfible à l'amitié ; 
*j cependant plus touchée du mérite & de la ver- 
w tu de fes amis , que de leurs fentimens pour 
»> elle. Indulgente quand ils ne font que lui man- 
i> quer , pourvu qu'ils ne fe manquent pas eux- 
9> mêmes 3>. 

On regrette que Madame de Staal n'ait pas 
poufle fes Mémoires plus loin que fon mariage; 
comme on défîreroit qu'elle fe fût moins étendue 
fur l'Hiftoire de fes amours avec le Chevalier de 
Mefnil , durant fon féjour à la Baft:ille. Cet en- 
droit tient un peu de l'ennui que l'on refpire dans 
ce Château j mais ce défaut ne tombe pas fur le 
ftyle ; ce font toujours des idées vives , une ima- 
gination brillante, des expreflîons faites les unes 
pour les autres , & la facilité la plus heureufe. 

Madame de Staal a infpiré des partions très- 
fortes à quantité de gens d'efprit , &entr 'autres à / 
rÂl)bé de CbauUeu* U avoir pafle le tems des 



1 1 



Madame de SrAAt^ ï* 

amours; & MademoifelledeLaunaiTy ramena; 
au/ïï fit-il beaucoup de vers en fon honneur. Je 
. ne citerai que. cette Pièce : 

Laiinai , qui fouverainement ^ 

Pofledes le talent de plaire , 
Qui fais de tes 4^faucs te faire un agrément , ^ 

Et (les plaiiîrs un changement , 

Jouir fans paroître légère , • 

Même aux yeux d'un fidèle Amant i - 

Coquette , libertine , & peut-être friponne , 
Quelque nom odieux qu'en ces vers je te donne ^ 
Je fens dans le moment que Ton doit t'abhorrer , 
Que mon cœur , liormis toi , ne trouve rien d'aimable s 

Que par un charme inconcevable ^ 
Avec ce qui rcndroit un autre abominable j|^ 
Tu trouves le moyen de te faire adorer. 
Que ne te dois^je point ? Sans toi , dans l'indolence 
Couloient mes (lerniers jours, à l'ennui deftinés , 

Par la nature condamnés 

Aux langueurs de l'indifférence. 
Toi feule ranimant par d'inconnus efforts , 

D'une machine prcfque uféc 

Les mouvcmens & les refforts , 
As fait renaître encor dans une ame glacée , 
Les fureurs de l'Amour, & mes premiers transports. 
Mais que n ai-je point fait pour vainjcrc ma tendrefle.. 
Et combattre un penchant qui n'eft plus de faifon ? 
Il n'en étoit plu$ tems 5 & déjà ton â^treffc 
M'avoit fait avaler ce fiinefte poiibn , . .:. '^ 

Que tu fais préparer avec délicateffc : 
Et j'étois hors d'état d'écouter la raifon , 
Quand elle m*a voulu reprocher ma foibleffe. 

^ B ii| 



Vt -Ma D A MB DE StÀAX. 

X^mmcnc te rèfifter ! Même avant de te voir ,' * 
D'uûpeûchant inconnu j'ai fenti le pouvoir ^ 
7e louois ton efpric avant ic le connoitre. 

Ta feule réputation 
formoic Tintelligence Se rinclination 

Qu'une aveugle prévention , 
$ans m'en appercevoir , malgré moi faîfoit naître^ 
Je te cherchois pa^-toût 5 quand tu vins à paroître , 
Vn charme plus puifTant cent fois que la beauté , 
jQtmsL les nœuds fecréts tout-^-coup d'une chaîne 

Si forte eh fa légèreté , 

Que je facûiîai fans pçine j, 

A ce doux penchant qui m'entiaînc ^ 

Alon repos & ma liberté^ 
Qui jamais, comme toi , du charme de rç(prît , 

Fit femir tdute la puiflance ? 

De tout ce que Tétudc apprit , 
|1 femble que tu veux affeder l'ignorance ^ 

Et fais avec difcernçment , 
JD'un cfprit cultivé ménager l'abondance j 

Le tout avec tant d'agrément , 
^ Qu'à la plus abftraite fçience 

Tu conferves tout l'eajouement 

De la plus i^mple connoiiTance. 
Sur tes moindres difcoqrs, rimâgination 

Jette des fleurs avec largeife, 

Sans rien ôter à la juftei][e 

Du charme de l'invention. 
Ce brillant de l'efprit for toute ta pcifonnc 
Répand cet agrément qu*O0 ne peut exprimer^ 

Ces gracçs quç nature donne ,^ 
l^t <faï fe font fçntir à qui te fait aimer. 
N'4toit-çç|iQin| îtfçz \ Un fon 4ç voix fl^^ttçur. 



Mabamî DI StXal. ij' 

l^ortoit à tout moment dans mon ame cttAfiifét , 

D'une délicate penfée , 
La douce îllufion & le tour enchanteur. 
Jours fercins ! jôiirs heureux ! qù*^tes vous devenusl 

Od jadis plus d*unc conquête , , : . . 
De Mirthc & de Lauriers vint couronner ma tête. 
Jeuneflc des plaifirs, beaux j.ours-vous n'ctcs plu$i 

Et déjà l'âge <5ui s'avance , ^ ' * f, 

D*un amour mutuel me ravit rcfpîrahe^. 

Dzns cette jufte défiance» 
Je ne voulus jamais devenir ton vainqueur ; 
£t ne comptant pour rien, dans l'ardeur de te plaire»' 
Du plaifir d'être aimé il douceur étrangère , 
Au feul plaifir d*aimer j'abandonnai mon cœun 
Je te parlois d'amour 5 tu te plus à m'entendte : 
I-cs jours étoicnt trop courts pour nos doux enttetiens } 

Et je connois peu de vrais biens 

Dont on puiiTe jamais attendre 
Le plaifir que me fit la fauffeté des miens. 
Heureux à qui le Ciel donne un cœur aflcz tendre. 

Pour pouvoir aifément comprendre > 
D'un amour malheureux quel étoit le bpnheur s 

Tel que je cn^is qu'il devoit rendre 
Les plus heureux Amans jaloux de moo erreur. 

j ■ " •■' 

Quelque prévenue aue vous fôyez , Madainfe ; 
contreles Pièces de Tnéâtte, qui nom pas fûbi 
l'cpreuvé de la Tepréfentariori , je aois c^éh- 
dant que vous rie fêtez pas fSchée.que je vous' rafle 
connoître celles 'qtli cbrtippfent le quatrieitie vo- 
lume deis Œuvres de Maddriie de ScaaK Cfe fo^t 
deux Comédies en tiroii aélfés & en profe, înfi- 
vûitttEngàûmtnt<SclaAfode. 

Biv 



14 Madame D£ Staai.^ 

i'Engou* Une femme de condition , nommée Orphife i 
ment, Co^qui fe prend de goût pour tout ce qu'elle voit 3^ 
'^wç, fi'afFede d'un pbjet qu'elle quitte un moment 
après pour un autre qu'elle délire de même , Se 
dont'elle fe dégôùpé âuffi aifément j un Gentil- 
homme plein de raifon , appelle Dorante , ami 
de cette femme , quoique d'un caradere tout 
différent 5 un Erafte, ami de Dorante, & poflef* 
feur d'une très-belle- Terre , où Orphife vient 
d'arriver ; Aglaé , fille d'©rphife-, Valere , Amant 
d'Aglaé & fils d'Erafte : voilà , Madame , les 
principaux perfonhag^s de la première Pièce. Or- 

{>hife , allant voir fa fille au Couvent , pafle par 
aterred'E|:afte& s'arrête dans fon Château. La 
ttiaifon jj les. jardins ^ les vues , tout l'etichantç ; 
elle ne veut plus en fortir. Elle envoyé chercher 
fa fille > ne pouvant fe réfoudre à quitter un lieu 
fi agréable. Elle prefle Erafte de lui vendre fa 
Terre ; il n'y a pour elle ni repos ni bonheur , que 
dans cette acquifition- Elle tait fon plan d'y vi- 
vre éloignée de Paris & de la Couç , d'y voir peu 
de monde , de n'y être qu'en famille ; elle ma- 
riera fa fille qu'elle retiendra auprès d'elle 5 cela 
lui fera «ne compagnie, n * Les jours feront trop 
» courts , dit-elle , pour tout ce que nous aiurons 
iy à faire^ Nous chafferonsii j'aime la chalfe à la 
^ fureur. Pour nous repofer , nous irons à la pê- 

^ a>. che j c'eft u^ açiufement doux & ti^anquille ; 
w on y rêye le plus agréablement du monde. Nous 

. .>s ^vpns encore la volière qui me; fournira mille 
3> plaifirs. Le foir on voit rentrer les troupeaux, 

. n on goûte lé lait ; tout cela eft charmant. Dès 
*i .jaujourd'hui jç pécherai ^e verrai les vendan- 
te gesi & la n^énagcriej j'eflayerai tous les diver- 
ti ^^flçmejnjs de la çanjpagne >jP,^is je <i^ les çou-^ 



Madame de Staaxi.* 25 

*> teraî qu'autant que je ferai fûre d'en jouir tou- 
» jours 3>. 

Elle trouve un expédient pour s*aflurer de cette 
jouifTance j ç eft de marier fa fille avec le fils 
d*Erafte. Peut-être ce3 jeunes ^Qns ne fe convien- 
dront-ils pas y n'importe j » on fait aflfezpour fes 
3> enfans ; il eft raifonnable de fonger à foi ». 
Mais Erafte a promis à fon fils de lui céder fa 
Terre en le mariant ; eh bien , cela s ajufte le 
mieu:^ du pionde j Orphife achètera la maifon , 
Se l'aflurera à fon gendre par le Contrat de ma- 
riage, A-t'elle de quoi la payer j c'eft ce qu elle 
ne Içaitpas j mais h^ureufement M. Triffin ,fon 
Intendant , eft un homme admirable , plein d ex- 
pédiens j.ilen trouvera. Cet homme la vole j 
rpais elle le fçait : elle n'eft pas fa dupe.» Les 
i) honnêtes gens lont infupportables j ils fe con- 
« tentent d'ctre honnêtes gens ; ils ne cherchent 
« point à plaire. Leur devoir expédié , ils croyenc 
?' que tout eft fait j ils contrarient , voudroienc 
» vous impofer des loix , & fe rendent tout-à- 
V fait à charge. J'en ai l'expérience. J'avois avant 
« celui-ci un Intendant j c'étoit la probité même. 
» Il avoit mis mes affaires dans le plus bel ordre 
w du monde j ma maifon , mes gens exadement 
» payés i tout étoit bien , hors moi qu'il laiflbit 
« fanjf fou ni maille. Il fe piquoit de prendre 
» mes intérêts , me donnoit des avis quand je 
1» tiQn voulois point. J'étois fon martyre , fon 
♦» fouffre douleur j il fallut bien m'en défaire ». 
M. Triffin propofe à Orphife d'engager fes 
pierreries pour acheter la maifon dont çUe eft 
engouée j ce facrifice lui coûte j mais le défir eft 
ardent \ on donne les pierreries y le marché eft 
fignç- A peine Orohife eft çn PolTeflion du Cha- 



§f xZ Madame de Staai:! 

qui font tout le mérite des Mémoires de Mada^ 
me de Staal. Chaque fcène où paroit Orphife , 
préfente toujours quelques traits nouveaux. Ces 
traits ne fe confondent point j & le caradere eft 
bien foutenu. J'ai cru y retrouver celui de la Du- 

cheffe de la F fi bien peint dans le premier 

volume des Mémoires. C*eft la même tournure 
d'efprit, la même ardeur à obtenir ce quelle dé- 
fire , le même engoûment. C'eft ce que vous re- 
marquerez furtout dans la fcène d'Orphife & de 
Sopme, Cette dernière eft l'amie d'Aglaé , Pen- 
iîonnaire dans le même Couvent , & l'Amante de 
Damis , fils d'Orphife. Sçachant que fon Amant 
doit fe rendre dans la maifon d'Erafte , de concert 
avec lui & pour être plus à portée de le voir, elle 
vient, avec Aglaé, s'offrir à Orphife en qualité de 
Femme de chambre. A la première vue Orphife 
en eft enchantéç , & veut renvoyer Juftine qui la 
fert depuis long-tems , & qui dès ce moment ne 
fçait plus ni parler , ni coëfter , ni fççvir. 

Sophie. 

»» Dans la néceflîté qui me force à cher- 
» cher une condition , je n'aurois ofé efpc- 
» rer unaufli grand bonheur. Madame, que ce-: 
w lui d'être auprèjs de yous, 

O R P H I s B. 
w Vous avez fervi fans doute? 

Sophie* 
>? Hclaslnon^ Madame^ 



Madame ûîb Staai; xj 

O R P H I s C. 

9i Mais c'eft: peut •* être tant mieux. Elles 
«s prennent un mauvais pli dans les maifons qui 
»> ne font pas d'un certain air ; & Ton a tou- 
»> tes les pemes du monde à le leur ôter. Vous avex 
•» du moins appris à coëtfer? 

Sophie. 

>i Non y Madame. 

O R P H I s £• 

» Je n*en fuis pas fâchée : les CocfFeufes 
» ont des méthodes générales , avec lefquelles 
» elles n'attrapent jamais l'air du vifage. Une 
» main adroite , un goût naturel parviennent 
« cent fois mieux aux finefles de cet art. Oeft 
^ vous qui vous êtes cocfFée ? 

S o P H I £• 

» Oui , Madame. 

O R p H I s £. 

» Oh ! c'eft du meilleur goût du monde, 
•» & avec une, entente très-nne. Au furplus , 
» ^quels font vos talens? 

Sophie. 

y> Je fçais très-peu de chofes ; mais Textrcme 
a» défir de bien faire , m'inftruira. 



jo Madame DE Staal. 

O R P H I s E. 

w Vous favez tout ; vous favez plaire j ma 
»> belle , vous ctes à moi ; j'aurai foin de vous 
» rendre heureufe , &:c». 

Il s*en taut bien , Madame , que Ton puilFe 
a\U>Jc,p^jfj^j un jugement aulli avantageux de la Co- 
^*-^'^"- médie de la Mode; elle ell aulli bien écrite que 
la précédente; mais il y a des longueurs ce une 
monotonie qui la rendent languillante, Aulîî n'a- 
t'elle eu aucun iuccès dans une reprélentatîon 
qui en tut hazard^^e à la Comédie-Italienne, il y a 
q^ielques années. 

l" ne ComteiVe qui donne avidement dans tou- 
tes les nouveautés & luit toutes les modes , avoic 
promis de marier la nlle Julie avec d'Ornac. Le 
Contrat étoit drc'.îé , Le jour pris pour la noce ; 
mais elle apprend quil n'ell ni Comte ni Mar- 
quis > comme c*eic l^utage ; il le Fait appeller M. 
le Baron, titre luranncqui ne lied tout au plus 
qu*à c.^s E:r^:Tgei-5 ; ùs Terres iont iliu^es en 
LimcLuî::; c,iL iit-ii d.i bel air? Il a un père Je 
il va avec lui ; li ùtoi: ton: propte a vciùcir aller 
auili avec la remme. On le met à cible ; ce qui 
devroi: ctie aux encr'^'es, le trouve rarmi les hors- 
il oeuvres ; :e même c^placem'înt au lervice a in- 
tr;:v:s :S: à renrcemecs- Niiii^s Primeurs. Du gi- 
bier nial-ailortî > lans choix , è^ qid pis ^it, iaiis 
nom. On le recrie ibr la bcncc J-n cuar:i;ir d^ 
chevreuil ; on dema::dc -> :1 eifc de Monoar ? oa 
ne peut pas Le dire, »Jc ort pcurrci: en ina::;::^: ! 
Le ft-air le plus antique qu'on air '-.i ce :::^!r-oiL-e 
d'homme ; rien â ta place ; une coninjiiou , nn « ou- 
leverùmeuc a taire mal au c-ur , >:, pour .jni- 



Madame de Staax. 51 

ble de difgrace y pas un ragoût qui ne foit de l'an* 
cienne cuifine : on eft réduit a ne pas deflerrer 
les dents ni pour manger ni pour parler. Au fortir 
de table , on dit froidement a la ComteflTe , qu'on 
s'eftimp heureux d'être bientôt fon gendre. A ce 
mot , ne croiroir-on pas être dans la rue S. De^ 
nis ? V ailleurs te Baron eft ^jM^ gqût , fans con- 
Aoiflahce des ufages y fes tabatières font plattes , 
jpoint guillochées y fes habits ne font pas faits 
par Paflau y il parle de nouvelles , raifonne fur les 
affaires politiques , n*eft ait fait de rien fur les 
intrigues du monde y ilefttrifte; il eft plat^ ah, 
fi ! un pareil mariage ne fçauroit fe faire j ce fe- 
roit fe couvrir de ridicule. Il eft vrai que Julie eft 
auffi bien fînguliere. Elle fait des révérences i 
faire horreur jon voudroit que Marcel eût vu cela. 
Cette garniture de robe ii'eft pas de la Duchap j 
on n'a rien vu de plus mauflade. Tous ces chif- 
fons ont été pris au Palais ; & ce panier , dira- 
l'on ^u'il eft de la Germain ? Ce rouge femble 
vouloir ^ctre naturel y c'eft une vraie ridiculité. 
De plus , Julie s'amufe à lire : qui eft-ce qui lit ? 
Les feules hiftoires qu'il faut fçavoir, ce font celles 
du jour ; & fi l'on veut lire , que ce foit des bro- 
chures encore toutes mouillées ; car dès qu'elles 
font féches on n'en parle plus. Si Julie époufe 
le Baron , il l'entretiendra dans ce mauvais goût 
de Province j il l'aimera peut-êtie : & c'eft le 
comble du déshonneur pour une famille ; il ne 
l'époufera pas. Les chofes en font à ce point , lorf 
. qu'on vient dire à la Comtefle, que d'Ornac a ai- 
me une Comédienne , qu'il l'aime peut-être en- 
core , & que fur cet article il s'eft conformé aux 
ufages ôc aux mœurs du tems. Cette nouvelle U 



zz Mada^eoeStaal. 

fait revenir de fa prévention ; le Baron nell pîii<r 
un homme li ridicule j il n'aimera pas fa temme } 
il cpoufera Julie ^ ce mariage eft la hn de la Pièce. 
Ces mcmes idées reviennent fouvenc dans le 
cours de cette Comédie , & furtout dans une 
fccne entre la Comtelfe & une \Iarquife ^ qui 
on rerrouve les ii4^^s travers , les mêmes pro- 
pos , les mêmes détails. On y revient dans une 
autre fcène entre Acaile Se la Comtefle , & dans 
une autre encore entre la Comteile &: la \lar- 
quife. Ces répétitions font d'autant plus défa- 
gréables , qu'il n'eil queftion que de mînuritrs. 
j'ignore letems ou }yladame de Staal a coir pcfc 
ces deux Pièces j il cil probable que c'eft depuis 
fbn mariage ^ car elle n^jn parle pas dans fes Mé- 
moires , qui fanifïent à cette époque. 

Madame de Staal mourur au mois de Juin 
1750. On dit qu'elle n étoit pas toujours i beau- 
coup près auiH aimable dans le monde , qu'elle le 
paroit dans fes Ouvrages j pluiîeurs perfonnes 
qui l'ont connue,m\)nr alfure qu elle étoitibuvenc 
mauilade ôc pédanco. Mais rien n'emloit la gaîré 
& la vivacité de ion efprit , lorfqu elle croit con- 
tente d'elle-même & des perfoniies avec lefquel- 
les ellefetrouvoit. Il lui echappoit des traits in- 
génieux 3c plaifans. On m'en a dit im qui me pa- 
roit très bon. Une femme de fcs ^mies , qui ica- 
voit qu elle compofoit fes Mémoires , lui deman- 
da comment elle s'y prendroit pour fe peindre 
dle-meme, lorfqu'elle en feroit a la fenlîbilité 
de fon cœur , à fes aventures î^alances : ?> oh y 
n dit-elle , je ne me reprélenterai qu'en bufte u. 

Madame de Staal occupera toujours , i julle 
dcre , une des premières places parmi les femmes 

cui 



MàBAUB. DE STAACr ff 

^ttiont écrit. Ses Mémoires fontfurcout fore in** 
cérefTans; par la manière dont ils font traités;* 
le naturel qui y eft répandu , me fait juger qu'elle 
auroit très-bien réum dans^ le genre épiftolaire. 
Eilea delagaîté, des tournures neuves , des ex- 
prenons à elle , qui l'emportent peut-être fur 
Madame de Sévigné. Elle s'exerçoit aufli quel- 
quefois à la Poélîe j & il nous refte quelques 
pièces qui marquent qu'elle avoit Tefpnt natu-, 
Tellement porté à la iatyre , entr autres la naif* 
fance du Quolibet &c une Epigramme fur un Gri- 
macier , que j'ai lues dans divers Recueils. J% 
Tky ai rien trouvé d'alTez piquant y pour vous les 
préfenter , ni rien qui fût digne de l'efprit agréa- 
ble & naturel de Mad. de Staal. Autant fa Profe 
eft facile , douce & coulançe ) autant elle eft durej^ 
féche i précieufe & maniérée dans fes vers. 

Je fuis, &c 




Tome IK. 



^ MXDAMI BB FoNTAXMlS. 



L E T t R E I I I. 

Mad. de V_^ E que j*ai pu apprendre de Madame laCom- 
f ontaiaes. tefle de Fontaines , c'eft , Madame , qu'elle étoic 
la fille du Marquis de Givri , ancien Comman* 
dantdeMetz; qu'elle a 'époufé M. le Comte de 
Fontaines ; qu'elle a laifle deux enfans ^ un gar- 
çon & une fille , qui vivoient en 17^7 j & qu'elle 
eft morte vers l'année 1748. Nous avons d'elle 
deux petits Romans fort eftimés , intitulés ^m/- 
nophis Se la Comtejfc de Savoy e, 
hjoim^ Une Reine de Libie avoir fept fils , dont un 
flais^ des plus Jeunes, nommé Aménophis , infenfible 
aux plaints de la Cour , pafToit les jours entiers 
dans les forêts à pourfuivre les bêtes féroces. 
S'étant égaré par hazard, ilfe trouva fur le bord 
de la mer j & tout occupé de fes triftes penfées, 
il promenoir fes regards fur les flots , lorfqu'une 
planche du débris de quelque navire jetta pref- 
qu'à fes pieds un homme qu'il crut mort ; mais 
s'en étant approché , il remarqua qu'il refpiroit 
encore ,& s'empreila de le fecourir* Ses foins 
ne furent pas inutiles j l'Etranger ouvrant les yeux 
à la lumière , remercia fon Bienfaiteur d'un ton 
de voix affedueux , qu'une phifîonomie noble & 
agréable rendoit encore olus attendriflTant, L'ayant 
fait tranfporter dans une de fes maifons de cam- 

Î>agne , il en fit bientôt fon ami le plus fidèle , & 
on compagnon infcparable. Il apprit ^u'il s'ap** 
pelloit Ménécrate , & étoit fils du Roi de l'Hle 
du Soleil i que cette Ifle étoit fouipife à Philoco- 
ris^ Grand-Prêtre du Temple du Soleil > homme 



ég^emeut daingeceuxpatfçs vices & par ie.$ yer^t 
tus , & qui s'écoit empâté du fQuverain pouvoir 
fur le Roi Zcnocr^ y père de Mçnécrace. Par foi^ 
éloquence & Tautorité que lui donnoic Ton mi- 
liiftere » il 6t révoker la plu$ grande partie dq$ 
Infulaires , fe nfic à leur tète , combaccic ,.vain« 
quit l'armée Royale , & fit paffer au fil de Tépc^ 
le Monarque Se toute fa fanxiUe. Ménécrate,fauv4 
icul du danger commun, fut élevé par un fujet fi-» 
dele de fon père. Ayant atteint Tage de raifon , 
il quitta rifle du Soleil, &c alla chercher partout 
des Vengeurs j le Roi de Chypre lui ayant fourni,. 
des yaiileaux, il retournoit dans fa patrie, Ibrf- 
qu'une tempête affreufe fubmergea fa flotte , Si 
le jettafur le rivage où le Prince Aménophis l'a* 
voit recueilli. 

Le récit de cette Hiftoire tire le Prince de Lî- 
bie de fa rêverie , & le détermine à rétablir foa 
ami dans fon Royaume. Il prend les mefures le$ 
plus exactes pour l'exécution de fon delfein , s'af- 
fure de deux cens jeunes Libiens , réfolus à U 
fuivre partout j & ayant fait équipa fecrette- 
ment un vaifleau , il s'embarque avec fon ami. 
Arrivés dans Tlfle du Soleil, Us difperfent leur 
croupe dans difFérens endmiis , après être çon* 
venus d'un fignal pour fe ralfembler : les Princes 
vont loger chez un Seigneur de l'Ifle , appellii 
Chrifotas , le même qui avoit fauve & élevé Mé- 
nécrate. Ce généreux ami promet de fecpndeç 
leur deffein , & de réveiller le zèle des ancien^ 
ferviteurs de Zénocras. Chrifotas a une fille npm- 
mée Célidonie , qui plait fort à Ménécrate : cç 
Prince en devient lafenfîble'ment aftioureux : 
mais Aménophis ne trouvant rien qui fixât fej 
penfées ,-fe remit dans le goût de la chaffe, Vijk 

Cij 



fi Madame db Fontaines. 

jour (}u*il fuivoic un cerf,accompagnc d*Anaxara^J 
Lisbien qui avoir route fa connance , Tanimal le 
tonduifit dans un bois terminé par un vafte en- 
clos qui lui donna de la curionré y il oublia fi 
chafTe , & fuivir le tour des murailles , pour voir 
s'il n'y dccouvriroit point quelqu'entrée \ le ha- 
fard lui fit appercevoir une porte que la ncgli- 

{;ence d'un Jardinier avoir laiflee entr'ouverte^ 
i mit pied à terre j & donnant fon cheval à fon 
ami , il entra dans les plus beaux jardins du mon- 
de. La fraîcheur d'une infinité de fontaines jail- 
lifïkntes, la beauté des arbres roujoursveras,& 
la grande quantité de fleurs qui fembloient naî- 
tre fous fes pas , lui cauferent un étonnemenc 
3ui l'engagea à marcher roujours fans fçavoir où 
alloit. Il entra dans une falle d'Orangers , où , 
fur un gazon verd & femé de fleurs , entre qua- 
tre mirthes qui fembloient former une eipece 
de lit , il vit une jeune beauté endormie. 11 en 
approcha avec une émorion dont il ne connoiC- 
foit pas la caufe. Il craignit de la réveiller j fes 
nouveaux fentimens le rendant timide & comme 
immobile , il la confidéra long-tems j il s'ou- 
blioit lui-même , & ne favoit ce qu'il devoit fou- 
haiter ou craindre : cependant il etoit plein d'ad* 
xniration & dedefirs. Une jeune Efclave , qui ap- 
|>aremment avoit accompagné cette belle perfon- 
ne , & qui s'étoit éloignée , de peur de troubler 
fon repos , revint en marchant doucement , & 
fan» être apperçue d'Aménophis. Elle fut effrayée 
de voir un homme aflcz audacieux, pour être en- 
tré dans des lieux facrés. Cependant comme la 
jeune perfonne n'étoit point éveillée , elle fe con- 
tehta de fe mettre entre elle & Aménophis » à 
"^m elle dit d'une voix bafle : » téméraire ^ igno- 



i^ rez-vous où vous êtes , & que la mort eft le 
9M prix d'une telle hardiefle ». Parlant ainfi^ 
elle le pouCfa hors de la falle d'Orangers. Uétoic 
fi troublé ) que fans lui répondre , il le laifla con«- 
4uire où elle voulut. Des qu'elle fut derrière 
fuie pali&de , elle lui die \ » apprenez-moi qui 
i» vous a ouvert l'entrée de ces lieux ? Je voie 
» que vous êtes Etranger j & J'ai pitié du péril 
a> où votre imprudence vous a fait tomber »>^ 
Âménophis ^ un peu revenu à lui , raconta à Ter* 
clave la manière dont il étoit parvenu jufques dans 
cet endroit. Il lui demanda enfuite » avec eni« 
preiïèment y fi c'étoit une femme du fouveraii^ 
Pontife qu'il venoit de voir? L'Efclave lui appric 
que c'étoit une Etrangère , que des Pirates 
avoient enlevée & préfentée depuis peu au Grand- 
Prêtre , qui en ctoit devenu ëperdument amou^ 
ceux. Le Prince lui fit d'autres queffions,aux^uét« 
les elle alloit répondre , quand elle entendit du 
bruit qui lui donna à peine le tems de dire à Amer 
nophis de fuir promptenient , s'il ne vouloit fe 
perdre & perdre la beauté qu'il venoit de voir* 
JLe Prince Libien s'en retourne fort rêveur > if 
retrouve la porte , & joint fon fidèle Anaxaras , st 
qui il avoue qu*il eft le plus amoureux des hoçn* 
mes ; il lui conte fon aventure , & le charge d'ur 
fer de toute foni adrefle , pouf voir & pour entre;^ 
tenir Tefclave des jardinsi. Anaxaras y réuffit, & 
le fit même aimer d'elle. Celle - ci lui aor 
prit que fa Maîtrifle s'appellôit Cléorife > & W 
prômit^que le JQur de la^tète du Soleil, qui ap^ 
prochoit , elle placéroit. fctri ami dans le Temple^ 
en un 4ieu d'où il pourrdit confîdérer l'objet^dé 
fa paflîon. Aménophis inftruit <le la négociation 
d' Anaxaras ^'attend .cetteL.fcte axec impatience^ 

;; c iij 



3|8 Madame bz TdîtrrÂtî^j!^. 

thrifotàs qui avoit parcouru toute Tlfle , revîèiff 
far CQS entrefaites , & raconte aux j^èunes Princes 
ïè ifuccès de fon voyage : les plus confidérables 
hàbitians font prêts à fe dcckrer à la première 
ftttafion. 

Le jour de la fête , la jeune efclave fait placef 
Aménophis avec Anaxaras , vis-à-vis d une Tri^^ 
bùne,où la belle Cléorife ne tarde pas à fe ren- 
dre. A la vue du Prince de Libie , elle fe trotf* 
. ble j & voulant cacher fon embarras , elle tire 
tine efpece de jaloufie, qui la dérobe aux yeux de 
Ton Amant. Cependant elle ne cefTe de le regar- 
;iét , fans foncer* au Grand-Prêtre , qui s'étoit 
tare des plus oeaux ornemens pour plaire à fa 
xaivorite. La cérémonie achevée , Anaxaras re- 
joint la jeune efclave , & obtient d'elle , qu Amé* 
nôphis pourra voit fa Maîtrefle. 

Elle 1 inftruifit de tout ce que le Prince Libien 
ik tui , dans ttôis ou quatre fouTs , auroient à 
faire , pour entrer fecrettement dans une des 
Paieries du PaUis , où Cléorife avoit coutume 
4^iè ptomenèt une partie de la nuit : cette ga- 
lerie ^ qui terminoit rappartement où lé Grand- 
Piètï^ àVôii logé cette Etrangère , étôit ornée dé 
ftatuisJs qui repréfentoient , d*cin coté , les Héros 
3*1^ Grèce , & de Tautre les gtands Princes qui 
i^ôîent gouverné leS ï^erfes depuis Cirus. 
2; Liîfj^aïues étoiéht fî attiftenrent incruftécs de 
îoarbtes de diffétenres couleurs , & revêtues de 
lifnes d ot , d*argeïït ' 1&*4'àcier , pour repréfenter 
3feS cûiraflTes , qu'on eue dit que c'étoit de véri- 
t^hfe^hôrtînes vivans^Sc armes. 
■ il manqubit, d'un c6cé, la ftatue de' Dlorne- 
âe j & ^ de Tautre , celle du Gpand Artaxerce , que 
lés Ouvriers tfAevoierniô: dont lès placés étoifent 



MaDAMI SB f OUTAXKtS. $4 

jjirlpatjes; ringénieafe efçlave » devenue hardior 
par l'envie de plaire â Ânaxaras, imagina qu'Ame* 
nophis & lui pourroienc recouvrir, l'un d'armes 
Grecques» & Taucre d'armes Perfiques,& qu'iU 
fe placeroienc dans les deux endroits deftinés aux 
ftarues qui manquoienc y qu'elle ameneroic au** 
près d*eux l'Etrangère qu'ils vouloient voir , dç 
avec qui elle venoit toutes les nuits fe promenef 
dans cette galerie y elle étoit aflurée de les faire 
entrer par le fouterrain ^ & après avoir donné à 
Anaxaras toutes les inftrudions qu'elle crut né* 
ceflaires , elle le pria feulement de lui rcpondrç 
de la difcrétion de fon ami , conune elle répon* 
doit de celle d'Anaxaras. •: 

Il faut avoir aimé , pour dépeindre & pour con^ 
cevoir la joie & l'imoatience du Prince de Libi^. 
Jufqu'alors il avoir tait un myftere à Mcnéqrace 
de (on aventure ; mais voyant que tout réulfifibic 
au gré de fes deiîrs , il mit fon ami dans fa con- 
fidence. 

Enfin arriva cette ntut, où la jeune efclave avoir 
promis de faire entrer Amcnophis avec Anaxar;^ 
dans la galerie. Les armes furent portées chez un 
Officier du Temple, nommé Crcon , que l'ef- 
clave avoir difpoié à faire rout ce qu'on voudroit. 
Elle lui avoir même dit que le déguifement des 
deux hommes qu'elle introduiroit par le fouteç- 
rein dans l'appartement de Cléorife , fe faifoit 

Car l'ordre du Grand-Prêtre ; ainfi le Miniftre4u 
"emple ne fut point étonné, lorfc^u'Aménophis 
& Anaxaeas vinrent chez liii Se qu'ils fe trav.efti* 
rent l'un en Diomede & l'autre en Arraxerce. Il 
admira la bonne mine du Prince de Libie , qui 
choifit le perfonnage de Diomede ^ & commet 
lui fembta qu*Anaxaras » qui f 'habilla eji Am^ 

Gif " 



%6 Ma*Amb m -FotiïrAmfe's/* 

ierce, tcmoignia diuelque déférence pdur ' Amé-* 
tiophis , ce fut à Aiiaxaras qu'il s'adreffa , pour 
lui demander fi dans le divertiflement quils*ima- 
ginoic que le Grand-Ptètre vouloic donner y ils 
leroienc les feuls Ââeurs. 
' Jamais Anaxaras ne fut fi furpris ni fi charmé : 
la fortuné lui offroit ce qu*il n*eut jamais ofé ef- 
pérer : il avoir fait venir autour du Palais > à Tinf- 
eu d'Amcnophis , un grand nombre de Libiens , 
1 qui il avoir dit d*avoir des armes cachées , & 
"de fe tenir prêts à forcer quelque porte du Palais, 
au premier Druit qu'ils entendroient. Il avoit pris 
Wtte précaution , en cas qu'Aménophis & lui ruf- 
ftnt découverts ^ Se que le Grand-Prctre les fit 
•arrêter. Mais fur la queftion que lui fit l'Officier 
du Temple , il dit que lui feul étoît chargé de 
■la fcte , & qu*il v avôit à la porte quelques-uns 
' de fes gens, qu'il îéprioit de taire entrer. 

Cependant la jeune efclave paroît ^ & fervant 
de guide à nos Héros , elle leur montre les places 







: ;ii y avoir <léîà quelque tems qu'us ctoient ii- 
yrés à leurs réflexions , lorfque Cléorife , ap- 
•ityée fur la jeune efclave , entra dans la galerie. 
îUe étoit dans un déshabillé magnifique , jaune 
'& argent y qui en marquant fa taille , en laiflbit 
'voir toute la beauté. L'efclave lui aidant à mar- 
' dier, la conduifit d'abord du côté ou étoit Ana- 
'xaras. 

7 -Aménophis n*avoit pu s'empêcher de tourner 
{ 4a tête dii côté de Gleorife , qui , toute occupée de 
îfeSv-ennuis ,n'avoit pas apperçu ce mouvement ; 
*ïnaîf comme elle porta enluitela vue de fon côté, 
^9c qu'en même^c^o^ l'idée de Tinconnu qu'elle 



MadaiA SB Fontaines. 41 

< j. 

ivoit confidcré avec tant d'attention dans le 
Temple , fe préfenta à fon efpiit , elle regarda 
cette nouvelle ftatue de Diomede j & adreflanc 
la parole à Tefclave en la lui montrant : » depuis 
»> quand , Pcritce , lui dit-elle , cette place qui 
9> croit vuide, a-t'elle été remplie? >» La jeime 
cfdave, un peu interdire , lui répondit que la 
ftatue n'avoit été placée que le jour même- Cleo- 
rife, par un mouvement dont elle ne fut pas la 
maîtrefle ^ s'approcha pour la confidérer de plus* 
près. 

L'amour même auroit peine â décrire ce qui 
fe pafToit alors dans le cœur d'Âménophis. Il tut 
tellement troublé en voyant Cléorif e fi près de 
lui , ijue ne pouvant foutenir le feu de fes re- 
gards , il fe jetta à fes genoux; & , par ce tranf- 
port , il lui caufa une frayeur oui lui fit faire de 
grands cris. » O Dieux ! dit-elle , toute éperdue, 
» & voulant s*eloigner , ou fuis-je & que vois* 
^> je ? Vous voyez, lui dit Aménophis , l'homme 
»> du monde le plus amoureux ». Cléorife allar- 
mée du déguifement & du difcours d'un incon- 
nu , au milieu de la nuir , dans un Palais où tout 
lui étoit fufpeâ: , arracha avec violence fa robe 
•que tenoit Aménophis y & fans balancer ni Té- 
couter davantage, elle courut pour gagner fon ap- 
partement , d*où plufieurs efclaves attirées par 
l'es crisjfortoient déjà de la galerie. Elles ne fu- 
rent pas moins effrayées que Cléorife, envoyant 
Aménophis , qu'elles prenoient pour une ftatue, 
s'animer & marcher. ^ 

- Les cris redoublent dans le Palais ; le trouble 
'& la confufion régnent de toutes parts : on va 
dire au Grand-Prècre , qu'une des ftatuesdeïa 
«galerie s'eft animée : il accourt ^ & voit ^d'abord 



44 Madame di Foktaxkes^ 

qui ,pour reconnoître ce fervice, l'adopte pont. 
ion ms. Sa fille , qu'il veut lui donner en naaria* 
ge , fe trouve precifcment être la belle Cléorife , 
qu'il avoir fait élever en Crète. 

Le fécond Roman de Madame de Fontaines 
eut le plus grand fuccès dans fa nouveauté , & mé^. 
rita cet éloge en vers de M. de Voltaire. 

la Fayette & Segrais » couple fablimc Se tendre » 
Le modèle avant vous de nos galans écrits» 
Des Champs Eliféens , fur les ailes des ris , 

Vinrent depuis peu dans Paris. 
D*oii ne viendioit-on point , Sapho , pour vous entendre^ 

A vos genoux tous deux humiliés. 
Tous deux vaincus, 8c pourtant pleins de joie ^ 

Ils mirent leur Zaïde au* pieds 

De la ComtefTe de Savoye. 
Ils avoient bien raifon : quel Dieu , charmant Auteur^ 
Quel Dieu vous a donné ce langage enchanteur } 

La force & la délicateiTe , , 

La /implicite , la noblefle ^ 

Qiî» Fenelon feul avoit joint; 
Ce natural aifé , dont l'art n'approche point? 
Sapho , qui ne croiroit que l'amour vous inCpire } 
Mais vous vous contentez de vanter £bn Empire* 
De Mandoce amoureux vous peignez le t>cau feu » 

Bt la vfertueufe foibleflc 
D'une Maitrefle, 
)Çui lui fait , en fuyant , un fi charmant avcDf. 
Ah ! pouvez-voiii donner ces leçons de tendreflcj; ' 

Vous qui lès pratiquez fi peu ? * * ' 
C'eft ainfi que Marot fur fa lyre incrédule , 

bu Dieu qu'il méconnut prouva lafainteté, 

e- ■ -* - - .- . ... ■. ::; w'.*;*.^ ... - .- 



^"^ 



MaDAMI m FoNTAJKSi. 4 j\ 

Vous ayez , pour l'amoar , auffi peu de fcrapule s 
Tous ne le fervez point; 8c tous l'avez chaaté. 

Adieu, malgré mes épilogues, 

?ttiffiez-vous ponnant tous les ans » 

Me lire deux ou trois Romans , 

Et taxer quatre Sinagogues l 

Ce qui fait^urtout beaucoup d'honneur au Ko 
man de Madame de Fontaines , c'eft d'avoir four- 
ni au même Poëce , M. de Vohaire , le fujec de 
deux Tragédies , Ârtémire &Tancrede. 

La Comtefle de Savoye ayant eu occafion ^^ i^ r© . 
yoir le portrait de Mandoce , Roi de Murcie,teflcdc5to 
conçoit pour ce Prince, un penchant dont elle ne toie. 

Îeut fe rendre la maîtrelTe. Elle tombe dans une 
mgueur , dans laquelle tout Tart des Médecins 
étant inutile , ils ordonnent à la Princeife les 
eaux d'une fontaine célèbre en Efpaene ^ Se cette 
fontaine étoit voifîne des Etats de Mandoce : 
elle voit ce Prince qui partage bientôt avec çUe 
l'amour dont elle eft confumée. Ces Amans fe 
font tm aveu mutuel de leur tendrefTe ; mais la 
Comteflè rougit d'une déclaration qu'elle ne de* 
voit qu'à fon époux^ & pour s'en punir,elle quittée 
l'Efpagne dans le defTein de ne jamais revoir fon 
Amant. Mandoce chercha dans les occupations 
de la guerre , à effacer de fon efprit & de fon 
cœur les charmes de la Princefle. C'étoit dans le 
tems que les Tancredes , fils du Comte d'Haute- 
ville , d'une des premières Maifons de Norman- 
die , entreprirent la Conquête de la Sicile. Le 
Prince de Murcie fe joignit à ces braves Cheva- 
liers y Se fe (ignala par des aâions de valeur. 

Cependant la ComteflTe de Savoye étant arrive 
à Turin , d'où le Comte fon mari partit peu de 



'4^ Madame De Foktaines* 

tems après pour albr au fecours du Rdi d'Ait- 
glererre, contre un Prince voifin qui lui faifoit 
ime guerre injufte j il laiffa le Gouvernement de 
fes Etats au Comte de Pancallier, qui ne devoit 
rien décider fans en faire part à la Princeffe. Cet 
homme devient paflionncment amoureux de la 
femme de fon maître \ Se comme il ctoit né avec 
une hardiefle qui alloit jufqu'à Tinfolence , fans 
aucun égard pour le rang de fa Souveraine , il ofa 
lui déclarer la paffion. Cet aveu fut reçu avec 
hauteur y & le Miniftre ne refpira plus que la 
vengeance. 11 avoir pour héritier un neveu de 
même nom que lui j c'étoit le Seigneur de Sa-r 
voye le plus beau & le mieux fait. Son oncle lui 
perfuada qu'il étoit aimé de la Comteffe , & lui 
ordonna defe déclarer ouvertement fon Amant; 
A force de vouloir le paroître, le bruit s'en ré- 
pandit à la Cour j & cette nouvelle parvint jufqu a 
Mandoce qui étoit alors en Sicile avec les Tan- 
crédes, Pancallier crut avoir trouvé le moment 
de la vengeance ; il fit entrer fon neveu dans la 
chambre de la ComteflTe , lui ordonna de fe tenir 
caché , & lorfqu'elle feroit au lit , de fe préfenter 
à elle pour en obtenir les dernières faveurs. Ce 
jeune homme faifit avec tranfport ce pernicieux 
confeil , & affura qu'il ne manqueroit ni d'amour 
ni de hardieffe pour l'exécuter. Le Miniftre fit 
avertir les principaux Seigneurs de la Cour , de 
fe rendre auprès de lui pour une affaire impor- 
tante , qui regardoit le fcrvice du Comte de Sa* 
voyej & à l'heure fatale , marquée pour fa ven- 
geance y il leur ordonna de le fuivre dans l'ap- 
partement de la Princedè. 11 fit enfoncer la por- 
te de fa chambre. Les femmes ne venoient que 
d'en fortir j & le jeune Pancallier ne s'étoit pas 



1 



^ADAMl BI FoNTAINIS. 47 

mucote montré. Son oncle leva la portière où il 
£^voit qu'il étoitcaché^ & lui plongeant fon poi« 
gnard dans le cœur : » Meurs Traître , lui dit-* 
9> il) & eue la iufte punition de ton audace , fa^e 
t> trembler déformais tous ceux qui voudront 
f> tlmiter ». Il s'afTura^^n mème-tems de la 
Comtefle que toutes les apparences faifoient 
croire coupable. £Ue fut gardée avec beaucoup 
^e foin , en attendant que le Comte de Sa* 
voye , i qui Pancallier manda ce prétendu crime, 
eut décidé de fon fort. Il fut ordonné qu'on fui« 
vroit la loi établie en Lombardie. Cette loi con- 
damnoit la Princeffe à mourir, s'il ne fe préfentoit 
pas un Chevalier , qui en combattant fon Accufa«- 
xeur, la juftiBât par le fort des armes. On accor- 
da trois mois à la juftiâcation de la ComtelTe* 
Elle employa ce tems-lâ pour faire parvenir un 
billet à Mandoce , & rinftruire de fa cruelle fi-« 
ruation. Mandoce fe trouva agité dans ce mo- 
ment, de mouvemens fi violens, cauféspar l'a- 
mour & la jaloufie , qu'il ne daigna pas d'abord 
lire la lettre. Il fe fit dans fon efprit une confu- 
fion qui ne lui laiffa rien voir , que les apparences 
du crime. Revenu à lui-même, il lut le billet; 
& fans croire la Princeffe moins coupable , il nd 
peut envifager , fans frémir , la mort d'une per- 
fonne qu'il avoir aimée fi paflionnément , & qu'il 
aimoit encore trop pour fon repos« Il fe rendit à 
Turin avec toute la diligence d^un Amant qui 
court affurer les jours d^; ce qu'il aime. » On avoit 
» drefié au milieu de la place qui étoit devant le 
» Palais,une colonne de marbre blanc , où étoit 
9i attaché une efpece de bouclier , fur lequel celui 
ui demandoit le combat , devoit faire écrire 



w qui 
^ /on 



ç ijonnom. Maadocc oe voulant point y faire 



4S Madame de Fontaines^' 

>î mettre le fien, fit feulement ccrire,qu*im CKe-*, 
» va lier fe déclaroit défenfeur de la Comtefle de 
9) Savoy e j SczxiiBtbt il alla dans une endroit écar- 
» te de la Ville,où il avoit laifTé fes armes ». La 
fermeté du Comte de Pancallier ne fe démentie, 
point dans cette occaGon. Perfuadé que la valeur. 
& non la juftice , décideroit du fort du combat , il 
fe prépara à foutenir fon crime. Il méprifa même 
un ennemi qui ne vouloir pas fe nommer. On 
demande à la Comtefïe Ci elle remettoit fes in- 
térêts au Chevalier inconnu , qui ofFroit de les. 
foutenir. La Princeffe tira une bague de foa 
doigt , & en la donnant à celui qui étoit chargé de, 
fa voir fa volonté, elle lui commanda de la porter 
à fon Protedeur , comme un aveu qu elle faifoit 
de' lui , &:le préfage de fa réuffite, La viûoire de- 
meura long-tems incertaine j enfin Mandoce ir- 
rité de trouver tant de réfiftance , prefla li vive- 
ment fon Adverfaire , qu il le fit tomber à fes 
pieds 5 bleffc à mort. Tout le monde applaudit 
par de grands cris , au triomphe de Mandoce j & 
Pancallier ayant fait figne qu'il vouloit parler , 
déclara, avant que de mourir^ fa trahifon, & juftifia 
la ComtefTe par le récit de tous fes crimes* Manr 
doce difparut après fa victoire , pour ne pas exr 
pofer la PrincelTe à de nouveaux foupçons , qui 
auroient pu être très-dangereux pour elle , &.lui 
laiflTa ignorer à qui elle avoit de fi grandes obli^ 
gâtions. Ce n 3 hit qu'après la mort de fon mari » 
arrivée peu de tems après , qu'il fe découvrit à 
elle , en lui préfentant la b^gue , préfage de fon 
triomphe. L'Hymen couronna l'ardeur & la con/?- 
tance de leurs feux. 

Je fuis , &c. 

LETTRE 



v< 



Madame de RicHEBouRcr 45P 

LETTRE IV. 



O T R E intention-. Madame , eft que je vous m^^g^^ 
entretienne de toutes les femmes qui ont écrit dans je ]Uche« 
notre langue, quelque foibles que foient leurs pro- boarg. 
duâriohs ,. cei ce qui m'engage à vous parler de . 
Mad. de la Garde de Richebourg. Les perfonnes 

J pi ont connu cette femme, doutent même qu^elle 
oit Auteur des Ouvrages qui ont paru fous fon 
nom y miais ce n'eit pas à moi à les lui enlever, 
puifqueperfonneneles reclame. Il eft vrai qu'ils 
ne font pas de nature à flatter l'ambition d'un 
homme db Lettres : ce font d'anciens Romans 
Efpagncds , qui avoient déjà été traduits en fran^ 
çois , & que notre Auteur , ou celui qui lui a prête 
fa plume, a remis dans un ftile plus moderne. 
A l'égard de laperfonne de Madame de Riche- 
bourg,elle n'étoit pas d'un état à être fort connua 
dans le monde. Je crois que fon maii s'occupoic 
de Minéralogie^ &c étcùt employé dans des niines. 
Plufieurs ont cru qu'il avoit eu beaucoup de parc, 
aux Ouvrages de f<^n époufe , dont le ton Se la 
çonvèrfatiofi répondoient peu , dic-on, au mérite 
d'une femme qui fait écrire. 

Les Aventures de Dom Ramire de Roxas & R^amirc 8e 
de Donalfèonorde Mendoçe font^n d^f Romans Léonosi 
Ëfpa^nQls s dont je viens de vous parler. Je vous^ 
préviens. Madame,^ que vous i^e trouverez riea 
de bien intére(&nt d^sles récicf,, rien de bien, 
vaiié dans les détails , ifien 4^ neuf dans les fituafs 
tions y mais.vbus voulez coAnoure le (lile dé Mad« 
de Richeboùrg ^ je vais tâçhe^r de vous fatisfaire« . 
TomclV. "- ^ D 



r\ 



5i Madame de RicHEBovucr 

J9 poavoîc l'entendre , pour fe confulcer for les 
» moyens de donner un prompt fecours. Je me 
ff crouvois , avec mon ami , vis-à-vis.de l'endroit 
» oàlt caroflTe étoit renverfé ; & fans autre con^ 
f* fultation que celle -4^ la compaffion , je jene 
»» mes habits fur l'herbe ; j'entre dans le fleuve j 
f» je cours à celle de ces Dames qui me paroit 
9f le plus en péril j & la prenant entre mes bras ^ 
t9 je la rapporte, prefque fans aucun fentiment/ 
êp jufques fur le oord du rivage. Mon ami qui 
ff m'avoit fuivi, en fecourutune féconde y & fans 
n ccrc aides de perfonne, nous tirâmes de ce dan- 
t» ger auatre remmes , deux defqueUes étoient 
9t déjà clans un âge un peu avancé , & deux en« 
M cote dans l'adolefcence : la plus jeune , mal- 
99 gré la pâleur qui obfcurciflbit la vivacité de 
f* les couleurs » laifToit étinceller dans fes yeux 
9f languilTans , des feux qui auroient embrâfe les 
99 cofurs les ^oins fenûbles. Un Seigneur qui fe 
99 trouva U , offrit fon carofle pour remener ces 
»» Dames chez, elles ; & remontant dans le mien 
»» avec mon ami , nous les reconduisîmes,de peur 
tt Qu'il ne leur arrivât quelqu'autre accident en 
99 chemin. Elles étoient fî fort ef&ayées de leur 
M naufrage, principalement celle que j'avois fe« 
M courue la première , qu'elles ne fon^oient 
M pas i nous rendre grâce de leur avoir lauvé la 
M vie* Elles arrivèrent à une grande maifon dans 
99 la nie S. Bernard î nous leur donnâmes la main 
P9 pour les aider â monter à leur appartement ; 
M 6c quand elles y eurent un peu repris leurs 
99 fenf I âc que l'image du péril fe fûtdiffipée^ 
M «Utf nous remercièrent alors fort civilement du 
99 l^vico que nous venions de leur rendre ifur- 
Kmt p U pbs jeuM m'en parut £ reconnoif- 



Maoamb DE RièHÎi^uH^ yi* 

fi fante » qu il fembloic qu elle a'en devoir jsu- 
» mais .perdre le foavenir. Pour ne les pas in-^ 
»> commoder , nous voulûmes prendre congé 
9> d'elles y mais la mère de cette fille adorable 
M nous dit qu'elle ne fe tenoit pas quitte envers 
9» Tes libérateurs pour un foible remercîment^ 
i> & qu elle tiendroit â honneur de nous revoir, 
» pour nous témoigner plus à loifir, qu'elle coa-'' 
)> noiflbit tout le prix de ce que nous avions faic 
» en expofant notre vie pour lui conferver ht 
»* (lenne, ain(i qu'à fa compagnie. Je me fentois 
n déjà fi fort épris des attraits de fa fille , que je 
i> lui ré^ndis avecprécipitation,qiM|îe ne man*' 
n duerois point de revenir m'infonRr de l'état 
n d'une (anté,à laquelle je devois déformais m'in^* 
» téreder , & qui me leroit à l'avenir toujours 
n fort précieufe y & nous nous retirâmes très- 
3j fatishûts de nous être trouvés à portée de fe- 
st courir des perfonnes fi dignes de notre eftime; 
» Je fus huit jours fans ofer aller vifiter cette 
n Dame ^ mais pendant ce tems-là^ j'envoyois 
>9 chaque jour le domeftique qui me fuit, fçavoic 
j> defes nouvelles , & de celles de la divine Léo- 
}» nor fa fille, qui gardoit toujours le lit » très-in« 
»* commodée de la chute qu*elle avoit faite. Dès 
j> que j'appris qu'elle commençoit à fe rendre vi- 
99 uble , mon amour naiffant ne me permit pas 
»» de différer à l'aller voir > & je priai mon ami de 
>9 m'accompagner dans cette vihte. Nous fumes 
>» reçus avec autant d'affabilité^ que de politeffe-* 
1» Léonor s'offrit à mes yeux avec des charmes 
n plus puiifans , que la première fois que je l'a- 
V vois vue ; & je puis vous dire» fans exagération^ 
)l^ qu'il n'y avoir à faCoui^^jauaine fille qui pût lui 
»> eue comparée en beauté. Elle fe mêla daat 

Diij 



>j nofre convetfation,&iious parla avec tant d'cf» 
» prit & demodeftie, qu'elle laiffa mon ami en- 
>» chanté de fon mérite, & me rendit plus amou- 
» reux que je n'aurois jamais penfé le devenir, 
j> J'aurois bien voulu dès-lors lui découvrir ce 
3î que je fentois pour elle y mais fa mère étant 
«> aflîfe entre elle & moi, jenQ pouvois l'entre- 
» tenir de ce qui fe paflToit dans mon coeur. Après 
99 avoir long-tems parlé de leur naufrage & d'au- 
99 tre^ choies plus agréables , la mère de cette 
» belle nous demanda fi nous étions de Madrid j 
99 je lai répondis que j'y avois pris naiffance*, &c 
99 m'étanti^umé , elle me parut fatisfaite, parce 
>» qu elle cSihoiflbit ma famille. Pour mon ami , 
» il lui dit qu'il étoit de Tolède , & lui apprit le 

V fujet pour lequel il étoit aûuellement à la 
a> Cour , où il efpéroit une récompenfe propor- 
*» tionnée à un fervice qu'il venoit de rendre à fa 
» Majefté. Cette Dame connut avec joie , qu'elle 
» avoit eu pour libérateurs deux cavaliers de la 
» première diftindion; & comme jem'apperçus 
» de fes fentimens à mon égard , je me nazar- 

V dai à lui demander permiluon de revenir une 
9 autre fois l'aflur^r de notre attachement ref- 
» pedueux. Elle me répondit que je la prévenois 
» fur une prière qu'elle nous alloit faire elle- 
»> même , & qu'elle efpéroit que nous la lui ac- 
i> corderions,pour lui aonner,autant de fois que 
» nous la vifiterions , l'occafion de nous renou- 
99 yçllet fa reconnoiflance. On vint lui annoncer 
>> la vifite d'une Dame de fes amies y & pendant 
»> qu'elle alla au-devant d'elle pour la recevoir , 
»» Ùl fille me témoigna à. fon tour , qu'elle m'étoit 

"■» obligée de mon îecours. J'aurois maintenant 
•• befoin du vôtre , lui dis-je, aimable Léonor > 



Madame de RichibôuM. 55 

» m'écanc mis» en vous fauvant^dans un péril plus 
*> grand , que celui dont je vous ai cirée. Je n eus 
yy pas le loifir de lui en dire, davantage y mais ce 
» commencement de déclaration me parut fuffi- 
» fant pour cette fois. Les ayant lainées avec la 
S) Dame qui les venoit viiiter , nous montâmes 
3> à l'appartement des deux autres perfonnes que 
» nous avions au(Iîfecourues}& nous ne demea- 
j> rames pas long-tems avec elles ^ parce qu'étant 
M préoccupé de Léonôr , je ne me trouvois pas 
yy là dans mon centre 9 & je commençois à (en- 
»> tir que hors la préfence de cette belb fille , 
3) jenegoûterois plus de vraiplaifir» que dans la 
» iblitude. Nous n'eûmes pas plutôt quitté ces 
w Dames, que je m'informai de la qualité de celle 
» qui s'étoit rendue fi rapidement la maitrefTe 
yy de mon cœur j j'appris qu'elle étoit telle, que 
99 je pouvois afpirer au bonheur de lui donner la 
» main y & fans m'embarraffer de l'état de fa 
iy fortune , étant aflèz riche par moi-même , je 
» réfolus de m'attacher à elle par les nœuds les 
>> plus faints » me perfutdant que fa vertu & fa 
j> beauté me feroient une dot fuffifante >j. 

Don Ramire nous meneroit trop loin , fi nous 
le laillîons parler plus long-tems. Voici, à peu- 
près , le précis de ce qu'il continue de raconter. 
II fut quelque tems fans aller chez Léonor , afia 
de découvrir fi fon abfence l'intérefleroit. Pen- 
dant cet intervalle,il obferva qu'un certain Jdon 
JFadrique donnoit fouvent ', pendant les nuits , 
des ferénades fous les balcons de fa Maîtrefle. 
C'en fut aflTez pour faire naître dans fon efpric 
une étincelle 4e jaloufie, qui fit dans la fuite les 
plus grands ravages. Le hazard lui fournit une 
occalion de fonder plus particulièrement les fen- 

Div 



•y^ Madame r>É Richebôdhô. 

• timens de Léonor, Un des parens de Don Ra- 
mire venoit de quitter Madrid pour quelque 
tems; &c il Tavoit prié d'aller demeurer avec fà 
femme. Celle-ci occupoit une maifon voifine dé 
celle de Dona Léonor j de concert avec fon pa- 
rent,ellefe lia avec cette jeune perfonne , & l'm- 
vita à la venir voir. Léonor n'y manqua pas. L'ap- 
partement de pon Ramire étoit ouvert ^ les deux 
Dames qui fçàvoient qu'il n'y étoit pas , y entrè- 
rent. La curiofité fit que Léonor jetta partout les 
yeux : elle trouva des lettres fort tendres , écrites 
a Don Ramire, & un portrait d'une femme très- 
belle. Ces lettres & ce portrait âvoient été mis la 
à deffein. Dona Léonor en conçut une forte ja- 
loufie. Don Ramire retourna la voir j il s'apper- 
çut que fon artifice avoitréuffi ; & il deviiic plus 
amoureux que jamais. L'amour ne va guère fans 
la jaloufie : Don Ramire avoir quelqu'inquiétu- 
de des férénades de Don Fadrique. D'un ^tre 
côté , Léonor oui avoir eu peine à fe perfuader 

Sue l'aventure du portrait n'avoit été qu'un arti- 
ce , vit un jour , a une fête , Don Ramire afïîs 
auprès delà Dame que ce portrait repréfentoir. 
Don Ramire l'avoir emprunté d'un de fesamis j 
& f e trouvant avec cet ami & fa maîtreffe, il leur 

{►arloit & en étoit écouté , tandis que Léonor 
obfervoit d'un balcon voifin. Cette vue porta 
la fureur dans l'ame de cette tendre Amante j 
elle ne voulut plus voir Don Ramire , qu'elle re- 
gardoit comme un traître. Envain il fe préfenta 
plufieurs fois à fa porte ; envainil lui écrivit plu- 
(îeurs lettres pour fe juftifier 2 rien ne fut écouté. 
Don Ramire .au défejfpoir , crut qu'un rival plus/ 
heureux l'avoit banni du cœur de Léonor. Un 
foir qu'il obfervoit à faportjde quoi vérifier fes 



MaI^AME de RlCHEBOUHG. 57 

foupçons , il vit entrer un domeftique quHl prie 
pour un Emiflàire de Don Fadrique. Furieux , il . 
entre avec lui , pénètre jufqu*à la chambre de 
Lcohor qu*il voit , dans l'obfcurité , aflîfe auprès 
d'un cavalier. Don RamirI ne fe poflede plus à 
ce fpeâacle j il tire fon épée , fe jette fur ce ca- 
valier qu'il renver(e aux pieds de Léonor. Voilà 
le fujet de fon départ précipité de Madrid. 

Don Félix raconte a fon tour fes aventures à 
Don Ramire. Il eft aimé de fa maîtreffe \ mais 
Je frère de cette belle fille , appellée Viftoire , 
s'oppofe aux amours de Don Félix. Celui-c» 
prend la fuite avec Viftoire j dans leur route , 
il leur furvienp^lufieui's contre-tems , qu'il feroit 
trop-long de dccrire. Vidoire fe retire dans un 
Couvent pour fe fouftraire aux perfécucions de 
fon frère. Don Félix va la trouver ; & c'eft dans 
ce voyage,qu*il fait la rencontre de Don Ramire. 

Apres cette confidence réciproque de leurs 
malheurs , nos deux amis fe couchent. Don Ra- 
mire trouve le lendemain à fon réveil , Dom Fe - 
lix occupé à lire une Comédie intitulée , le Talis - 
man. Elle fait partie de l'Ouvrage de Madame 
de Richebourg : vous ferez bien , Mad ame , de 
ne point vous mêler de cette leâiire. 

Nos deux Voyageurs quittent Içur Hôtellerie : 
ils trouvent dans leur chemin yya homme baigaé 
dans fon fang. Ils le fecourent , le font tranfpor* 
ter dans une maifon; & là, après l'avoir fait 
panfer , ils le prient de leur raconter fon hiftoire. 
Cet homme les fatisfait j & moi. Madame , je 
vous fais grâce de ce récit. 

Comme nos deux amis font fertiles en rencon- 
tres y ils trouvent encore un autre homme alfallî- 
né, qu'ils fecourent pareillement. C'eft un Amant 



5.S. Madame de Richebouii«. 

malhçureux , que fa mai trèfle & fon rival ont 
mis dans cet itat. Il raconte à fes Bienfaiteurs 
rhiftoire déplorable de fes amours. Un Amant 
rebuté qui forme de nouvelles chaînes j fa maî- 
treflTe d abord infidelle , puis jaloufe qu'un Amant 
l'abandonne y cette jaloufie qui la porte à faire 
affaflîner cet Amant j ce font là les traits prin- 
cipaux que prcfentent les aventures de Thomm^ 
bleffc. . . 

Don Ramire & Don Félix arrivent à Valence. 
Le premier objet qui s'offre à leurs regards , e(fc 
yn jeune homme de bonne mine i vctu en Ber- 
ger , qui , fous le nom d'Anfrife, fe plaint poéti- 
quement des rigueurs de Belifarde. Il prend nos 
Vpyageurs pour deux Bergers j & leur parle de fon 
ingrate Bergère. On apprend que l'amour lui a 
dérangé l'efprit , & lui a fait adopter ces vifions 
de bergerie. 

Cependant Dona Léonor , que Don Ramire 
croit infidèle à Madrid, fe trouve je ne fçais com- 
ment 5 efclave en Barbarie. Rachetée par un Re- 
ligieux de la Rédemption , elle revient en Efpa- 
gne i & le rival prétendu que Don Ramire a aflaf- 
îiné dans la chambre de Léonor , eft le frère de 
cette belle j il eft vivant j & la maîtreffe de Doiv 
Ramire lui eft toujours fidelle. Il vole à fa ren- 
contre 5 lui jure un éternel amour , l'époufe j & ce 
mariage eft célébré par une Comédie , imprimée 
à la fin du Roman. Elle eft intitulée j Arlequin 
Subdélégué de l'Amour ; & c'eft tout ce qu'il 
fuffit que vous en fçachiez. 

Je fuis, &c. 



Madame de Richebourg, 59 



L E T T R E V. 

V^ N autre Roman traduit de rEfpagnol , & Pcr f/cSc 

3ue Madame de Richebourg n'a fait , pour ainfi ^igifmon-. 
ire, que rajeunir, eft THiftoirede Perfile & de - 
Sigifmonde, tirée dp Migupl Cervantes. Ceft 
encore ici un amas confus a avantures , d où font 
bannies le plus fourent , la raifon & la vraifem- 
blance. 

31 Dans rpuverture d'une bafle fofïe , le fc- 
ii pulchre, plutôt que la prifon de plufieurs corps 
ty vivans qui y croient comme inhumés , le bar- 
M bare Curfîcurbo crioit de toute fa force y Se 
» quoique le fon terrible de fo voix retentît dans 
'> tous les environs , perfonne ne diftinguoit fes 
» paroles , qu'une infortunée que {es malheurs 
«> avoient précipitée dans cett^ efpece de tom- 
>i beau. Clélie, lui difoit il » fais attacher à cette 
9> corde le prifonnier que nous avons mi^^tte 
9> nuit fous ta garde ; & vois enfuite,(i pa^jjHps 
V femmes de la dernière prife , il y en :^^1- 
» que une. qui foit digne d'habiter avec nous , 
9> & de revoir le foleil qui nous éclaire. En lui 
» parlant de la forte , il faifoit defcendre dans 
h cette bafle fofle , une grofle corde j & p^u de 
» rems après , étant aide par quatre autres bar« 
w* bares , il en tira un jeune homme , âgé d'en- 
>> viron dix - neuf ans , vêtu de toile , comme 
» un Matelot. Dès que ces barbares l'eurent dé - 
t> taché de cette corde, ils lui relevèrent fes 
» cheveux qui tomboient en forme d'anneaux , 
» d'un or très- pur , & lui voyant le vifage cou- 



6o MapAMS DB ftlCHEBOUHCr 

9> vert de pouifiere, ils le lui layecent xveciè 
s> l*eau, que l'un d'eux alla puifer fur le bord de 
» la mer. Ce prifonniôr leur parut alors d'une 
n beauté fî extraordinaire , qu'ils demeurèrent ^ 
Xi à l'exception de CurHcurbo , dans une admi* 
3' ration dont ils ne pouvoient revenir j & ta 
» douceur de fes regards attendcillbit quelques^ 
9> uns de ceux même^qùi Temmenoienc pour Té- 
'' gorger de leurs propres mains. Il ne paroi(Ibic 
9> dans le maintien de cette vi£kime,aucun:trott« 
s> ble y aucune afSiâion : au contraire » une foie 
9> intérieure fembloit fe manifefter dans fes yeux 
9> qu'il élevoit modeftement vers le Ciel. Ou» 
>' vrage admirable de mon Créateur , difoic-i( » 
)> en le coniîdérant, je ne mourrai donc pas ^ 
93 fans jouir encore de votre lumière ! Jette dans 
» un cachot obfcur, où je me voyois enfevelx, 
» avant que d'avoir ceffc ^e vivre , je m'abandon- 
» nois au défefpoir le plus funefte ; & mes mal< 
9> heurs ébranloient tellement ma conftance y que 
j* totit Chrétien que je fids , ils m'emportoient 
i',^KS de moi même > & me forçoient prefque 
>siflpuhaiter ma 'mort. 

» Ces. Barbares n'entendoient pas ce qu'il ài^ 
» foit, parce qu'il parloir un autre langage que 
» le leur ; ils refermoient^pendantce tems-U, 
j> l'ouverture de la baflTe-fofle ; Se après l'avoir 
» refermée , ils le menèrent fur le rivage de fat 
x> mer, où ils avoient un radeau fait de pièces de 
s» bois , attachées les unes aux autres avec des 
« ofiers. Cette machine leur fervoit pour palfer 
» de rifle qu'ils habitoient, i celle où us tenoient 
yy leurs çrifonniers , qui n'en étoit éloignée que 
yy de trois mille ou environ. Ils montèrent tous 
» enfemble fur ce radeau , 6c firem afifeoir le 



Madame db RicHiiouna; (t 

ift leane homme entre eux. Us écoienc déjà au 
99 milieu du détroit qui féparoit les deux Ules , 
9» lorfqu'il s^éleva tout^à-coup une tempête , dont 

/99 ces Barbare$,peuverfés dans la navigation, ne 
o purent foutenir la violence. Leurs pièces de 
M Dois agitées par des flots que foulevoit un vent 

. 99 impétueux, fe délièrent malgré leurs etforcs à 
2^ retenir les liens qui les uniitoient enfemble , 
99 Se fe diviferentendifFérentespanies. Le jeune 
M homme, qui, un moment auparavant, crai- 
« gnoit de périr par le fer , fe vit alors en dan* 
99 eer d'être enfeveli dans les eaux. JDemeuréfeul 
•» ior un débris de ce radeau,où il s'affermit du 
i> mieux, qu'il put , il fut emporté par un tourbil- 
9 Ion G[ui engloutit les cinq Barbares qui fe pré- 
19 paroient à le facrifier. Les vagues s'élevoient 
SI au-delfus de fa tête , en fe heurtant les unes 
9 contre les autres y Se retombant fur lui à gros 
t> bouillons , elles Tempèchoient non feulement 
99 de voir le Ciel , naais même de le prier d'a- 
99 voir pitié de fon état. Cependant après avoir 
» fenti les horreurs de la mort la plus effrayan- 
» te , les vents celferent de fe combattre y Se au 
s» bout de quelques heures , le flot devenu plus 
9» tranquille,le conduiHt, comnfle par miiade, à 
P une pointe de l'Ifle , où Curfîcurbo avoir def-- 
$9 fein de le tranfporter. Prefque mort de 1^ fa-; 
^ tieue qu'il venoit d'etfuyer , il s'afEt fur le 
p dâ>ris du radeau qui l'avoir apporté vers cet 
» abri j & promenant fia vue de tous côtés, en 
» remerciant le .Ciel de l'avoir tiré d'un péril (i 
»9 évident, il apperçut, aifez proche de lui, un 
» VailTeau qui avoir relâché dans ce parage , 
» comme dans un Port affuré pour fe mettre à 
19 couvert de l'orage qu'il avoit prcvUi; 



64 Madamï oi-RicH^puiwi 

fatigues, il apprit avec douleur , que- le. ouiré 
du Vaifleau où il ^toit, quî fe nommoit Arnalaç, 
Prince de Danematck , àlloit dans Tlfle des 
Barbares pour y chercher Auriftelle, que des 
Corfaires lui âvoient enlevée. 11 faut vous faire 
obferver , Madame , que Sigifmonde , qui avoir 
fait vœu d'aller à Rohie après avoir changé de 
nom, avoit été.prife, dans fon voyage, par des 
Pirates quîTavôient vendue en Uanemarck au 
Prince Arnaldej qu'il en ét#it devenu paffioimé- 
ment amoureux ; que d'autres Corfaires Tavoient 
reprife fur le bord de la mçr , où elle fe promer 
noir j & que le Prince de DanemàrcK avoiç 
équipé un Vaifleau , pour aller chercher cette 
Princefle. Périandre fut que le deflein du Prince 
Arrialde étoit de vendre aux Barbares , une fillç 
qui avoir été à. AuriftçUe , afin d'apprendre , par 
ion moyen, ce qu'étoit devenue la Maitrefle. 
Cette cqnnoiffànce lui fit naître un projet qu'il 
exéeutà i[ur le champ. Il alla fe préfenter au 
î^rince Airnalde j lui dit qu'il étoit frère d'Ajurif- 
telle , & s'of&it à êtfe vendu aux Barbares,fous 
l'habillement de fille', afin d'avoir des nouvelles 
'de fa fœur. Le Prince Arhalde goûta les raifons 
de Périandre j & fans faire attention à' quelque^ 
inconvéniens que l'excès de. fon amoiu: ne lui 




nir laplus belle fille qu'il eut encore vue ; ôc ij 
tiy âvdit i fes yeux , que la beauté d'Auriftelle ^ 

?uî pût' fè comparer à celle de Périandre. Ce 
rince fiit donc vendu aux Barbares comme 
fille y Se étant arrive daiis leur Ifle , porté fur les 
épaules de plufîeurs d'entr'eux,qui fe difputoient 

tour-à-tour 



Mà&AMË t>£'Rl(SSl£BOT7llO* Sf 

tour-à tour Tavantd^e de fe charger d'un fardeaa 
qui leur fembloic h précieux : on le conduiûl 
fous une grande & fuperbe rente% 

J'ai oublié de vous dire , Madame , que les 
habirans de cette Ide font des gens , auxquels 
un Magicien anciennement a prédit , qu'il naî-* 
tra parmi eux un Roi qui fera ta conquête d'une 
grande panie du monde. Ils ne favenc pas préci* 
fcment qui doit être ce Roi j mais pour en avoir 

^la connoiflance , ce Magicien leur ordonna de 
facriâertous les Etrangers qui aborderoient dans 
leur Ifle y de réduire leur cœur en poudre ; de 

- faire boire cette poudra aux principaux de leur- 
nation ^ & d'élire pour Souverain,ceiui qui la boi- 
ra fans répugnance. Ce Magicien leur commanda 
auûi, de raUembler dans leur Ifle toutes les filles 
Etrangères qu'ils pourroient acheter ou enlever , 
& de donner la plus belle au Barbare qui aura 
avalé cette poudre. Ces' filles font fi bien traitées 
par ces Peuples , qu elles n'ont pas fiijet de fe 
plaindre de leur barbarie. 

Le Gouverneur étant entré dans la tente où l'on 
avoit placé Périandre , on vint l'avertir qu'on 
avoit apperçu, près du rivage , un- radeau, fur le- 
guel on amenoit un jeune Efdave , avec la vieille 
temme qu'on avoit commife à. la garde de la 
bafle-foflfe. A cette nouvelle le Gouverneur prit 
le chemin de la mer ^ & Périandre voulant le 
fuivre comme les auures , il lui en témoigna 
beaucoup <le fatis£aâ:ion. En arrivant fiu: laPla« 
ge , il trouva qu'on avoit à^ mis à terre lePri* 
fonnier avec la* vieille ifemme. Périandre vou« 
lut voir s^il ne corinoîaoic point le malheu^ 
ceux , que fa mauvaife foroiae menoit dansTex^ 
trémité • où il s -étoit itiaréi lui-même j mais il 
Tomcir. ' fi 



l 



ne put lui: voir dijAiinâement le vifagei^parça 
^'il peocboi( la cère^^ faifpit enforçe de n'être 
vu de perfonncTpurnaitt auffilavue fi^r celle 
quon^difoit être la gardienne de la b^^Tç-foflTe, il 
ctuc.larecQanoîa:e>lJa crainte Iç faifit^&'il cha^ge^ 
de couleur. IlJbk çonfidéra de noi;yeau. avec plu9 
d'attention ^ plus il fé mppelloit fes trapi^s y plu$ 
il fe troubloit & feutoit d'inqqiiJtud^. Je n'en 
puis douter, difoit-iLenlui-meniÇjc'eft l'infor- 
tuné Clclie i c'eft la gouvernante de laaa chère 
Âuriftelle. Il auroit bien voulu lui parler y mais 
il n pfa l'entreprendre , craignant de découvrir cjé 
u'il vouloit tenir cacké ^ & il fuTpendit fa curio* 
té , jufqu'à ce qu'une occasion plus favQtable lui 
periTut de fe fatisfaire. • 

. PoBT preflTer davantage la preuve qu!il youloit 
faire lui-même , afin de s'aflurer U ppIfeAion de 
Périandre, le iGouverneW' commanda d'immoler 
le -jeune, homme qu'on venoit d'amener» & de 
réduire fur le çhamp.fort coeur en poudïeu.Deux 
Barbares s'en faifirent à l'inftan; , lui attache- 
neni les mains derrière Je. dos, lui bandèrent les 
feux, le firent mettre à genoux ; §c. comme un 
agneau , cette paifible viâime attendoit le^coup 
mortel, fans proférer une parole^ A ce fpeûacle 
pitoyable, la vieille Clélie ne pQuy.an,ï; fe conte- 
nir, plus long-tèms, pénétrée de la douleur la 
plus amere, &2 comme un torrent oui tpicnpjt la 
digue qui le retenoit , elle CQUtt. le jetter aux 
pieds du Gouveoieur* » Protefteur du.beau fexe, 
«j lui ditr^lLe , pceaei garde àice^que vous faites > 
w- vous croyez iacriôer .un. adolefcent > & ce fa- 
♦> crifice vous Terok. inutile. Ce, n'eft pcjint un 
«r. homme.que.vous Imiïioléz > c'eft.ùne. fille » & 
j» peut-êcre:ia;plas;i;dle. qui.foitd^nsie rdftc 



» iix inchèiàë: P^U^--'î;\ 'tMhh)e -ÂksAùûtl^h y 

99 ne foaffre2 pas qu'emportée par la rapidité ^le 

i7 vas df^éacéf^, éh'j^ô^ vîeqil6<vous 

yi potivé^^côftfeiyefr 3 pdàF^ti^ Jduk vas^jorn-if/co 

>» pliis de^ biSiiltei^ y».^s pàfoJës furpeAdlrent v 

ièâi^^AttiiiftëUe ^ & tèO^iiveriieiuf-ôf donna de 
bictéKèf Itëi ihdmsV^S^ 4^ d^tachetwla^jkmdeaa 
i^ui k^'t^oiivroitlé» yîsiix; Alors la regàîdant at^ 
cencivettiçht^, tout fttfbiiCfe cjuïl ctôitj les ten-^ 
dre?*rté^cfe'confeffbieftt cjuefott coeur ne trou-* 
toiep^'ût beat;rt:é moîîisH^iicl^^^e*^ que-eette dd 
Përîiiidi^';'JSb'ixHi àmè> cofhmt ei^xine amoui 
de c6i* objets' divines n^ ÛTok-plus^ ad^^el des 
deui ette devpit: s^imîr. ..-..'. 

* Figurer- vous , Madamev te trouble d^ Pi^dtiH 
dre j:(Juand tVVit qu^Auriftelle ëtoit la viâimt 
qui dlôit^tre immoléterf Ufte^fueur froikle coula 
de fon vHàge ^ une ^e^cc'de nuage luii ^duvrit 
la vue y il vouloir s'avancer vers celle après qui 
fon cœur voloit j & fa foiblettene le laîflfelt s* en 
approcher , que d'un pas chancellaut. j> Cherè 
» moitié de mon ame , lui dit-il, d une voix affea 
» baffe , pour n'ctre jîft^twlii que d'elle j vous 
» voyez fous ceyh^JaSamt^^ttt frère Périandre. 
» Vivez, a|oata-tii,t;^ftS^ la mort 

» n eft point ^à^Faiiidre^^^i^v votre fexe y ne 
» foyez pas plus craçlif "envers Vous , que ne le 
» font ces Barbares Ç& croyez que le Ciel vous 
» ayant préfervée de tant de périls , il vous pré-»^ 
» fervera de ceux qui pourroient encore vous 
j> menacer. Quoi , mon frère , lui répondit Au- 
» riftelie , ÙlïCxq d'étounement , j'ai le bonheur 

Eij 



j> qu'elle etbit. Une de teS troupe^èMnt à pàl- ' 

» fer auprès de-nos Péleîfins-, ttn yieillard. Juge 

s> des environs ^ s'avança vers cette troupe , & 

3> prit par la main une de ces filles : l'ayant coiif 

V lo , lui ait-il, tout courrcwcé i An*â^8iVbtiè^ 
' ii- poitit de honte , de^aroîtte aîhfi dnis ce$4àn- 

»r fer? Ces fêtes fonf^fetléi ihftituées - j|dur èrrc^» 
jy profâné^i ? Ne ctàignéif^oos potiïéqèe4è Ciel' 
»^lie vôiis puniiTédeee^fcandaleîSiCléihence, 

V 'ma fiHèj^ voûi a;j>êriwîs<de vous traveftirde la 
w" forte pôu^rtëtti^^Màvtgilahc^,'[)âfU^ô Dteu 
»' vivant 5 je paffemfiliaur,q\jélës4dù^^ 

3> tendroht d'uiié^fifeiifeyïft^-akîKévI^^ 
jfin^ônkç&iires y urfiuftffe. Vieillard jfeg*î de? ViU 

V lig^ tormnie liî|i té^ ^àW abU^mëftt-^r le 
>r=bif*S fÇ'^t'ë GbVèitâ V,lùi dit-it ,' favez^votis 
»>- àû;eri=was faîfatit '^'èhdre def ftii«#s , vdu^' 
»> f ëne* 'Uh- tiikfibfe ?^ënt^^i-totts' quQ noui 
>f -ftiiiïsV.emenaîoiiS''Pan'« l>nit¥è;^ç-;& â^pre- 
« nez moi ^fi^èi- 'hk^n fils |)*èîrt 'voirs avoir 
>> éflfertfé. yil voui a.fei*;(jttêkjUecîiiîùiè',;^^ 

>y' fiigt'^ cquitàlflè ^ |é le chàtiettai d\é fitfçbii; j' que 
»>^vt^<is*]A*-àiite2-|>àS'ftiJet^ plai'nli^é dé la 

3>' réparation. Sorf^clA-èït Vifible, fai' répliqua 
,^> le vieux Goveiiavpuiïqii^étanthdmmei vxMis le 
sr- prouvez -fcifi? Siî habita ftfmttfe, èc fton paP 
»-'dé fthMedit' éorntmih i'teaîtf' de celles^ ^ui 
w-^tc^iSipagneitt Îâ-Rfein^ dahi lès cérémonies»' 
yy'Céh^€f^^îs\t^^^ je^ois qtié 

>>vfes^^ Vêteihehi appartienhent à ma' filfë Clé- 
w- mencè ; voU$ ' tômpréÂex ccmimé mai ,' ce' q|ue 
^y'^wàftdihk fiprifitr'té îjéiuifémelit ;' k Je n'en- 
w*^tfeÀdrdi5 pas raîllerfe-i fi, durant cette-fête, l^é- 



li âiâbte alloic faite des /îékâes^ en les aniffant 
H de font àatonitè', «V^t qti'ils eulTenc te^ h 
h Bénédietion de ÎEglifeif Une gcôfTé réjouie 
•> d'entre les filles , 4^ui àvok écouté le difcdurs 
3> de ces deux vîe^làrdâ ,^jprk kpatple poftt le 
»> jeune Troçuelo^j & .s^c&efTaht à Pedrife-Gève- 
i na , Sêigneilr Alcade^ -lui dït-eH^j^^il faut 
^ déckrer ici la ^ritâri Clénience çft l^épouft 
» de Troçuelo,éothifiéfiiâ migre eft l'époufe de 
j> mon peire. Je n ai pas , continua-^-eUe ^^^pris 
« a juger comme vôiis {-mais, malgré c)élà, 
w layant vu danfer avec une certaine >:oHti?iîiil^ 
» te, je juge que vous ne feriez point itiaty dt 
» mettre la dernière main à ce qu'ils n^nt qu'é^^ 
« bauché j que le diàbléf s*en aille âpres i h 
î> malheùrè; & que Saint Pierjre bértifle enfûicô 
» ce qu'il plaira à Dieu d'ordonner du'b^e. 
» Cette fille a raifon , dit TroÇùeîo i CôveAa ; 
»' nos enfans font d'égàU Condition ; ils ne A)iit 
i» pas plus vieux Chrétieiisl Ain que l'autre.; & 
5> leurs biens peuverit iè -friëfurer à une itièmô 
9> aulne. J*y coiifens jluivépoïidit Covëlii , pôur- 
ii vu que ma fille y conféme attffi. Les a^àren^ 
w cei étant quedquefoî^itrettip^ttfei , il éft bon 
î> de l'entendre avanf qâè'dé rièri- céâçlûre. 
«> Qu'on la fàffe venir -, & Winme, EHèûiilèrciî 
w elle n'eft pas muette /èÔëiièus ilka-bieritôt 
, » ce qu elle penfê là-^e|fosi Gténiencê parût- ufl 
iy moment après ; &r dé)Ê |ftî^>fehaè" de ce <k>nt il 
i> s'agiflbit , je: fais éé que voùi m'allêz dèifiàn^ 
» dér ,Vm6fi peré"f*^it-éBé à Cdveiia j niais • je 
w vous prié ae croire par avance, que fî je n'ai 
» pai'été là première qui foÎMembée en fàuèev 
3> je nefer^ipasnonplùsliifermereqùèièfë^^ 
« maudit induira enténtafidri, Troçuelô ètt raoa 

£ iv 



7i .Madame dï RicHiBQiq.lijâf. 

•> îtiui y ajoiKa-t-elle j & je fuis fà, fèmrtifc. Par- 
99 donnez-moi , je vous jei) conjure > unç fôibledè 
«> doi^cjen'ai connu la çonfequence, qu'après 
.» m être foùvenUe de ce que m'avoic dit taiit de 
^ fois ma pauvre mère j & fi vpus ne m'accor- 
» dez pas Je pardon que je vous demande , Dieu 
» veuille me pardonner en votre place . ainfi 
s» qu'à Troçuelo , qui n'entendoit pas plus de 
.»> malice que moi ,. en ce qui s'eft paflc entre nous 
.^'deux. Eft-ce air^^ p\î^ jhlle, lui rçpondic Co- 
» vena , que la pudeur Ai^ou^ apprend à >ous ex-» 
ni.Çt^fef ? Eft-ce là le fruicde Téducarion que je 
« vous ai donnée ? J'en attendois un autre , 
>*: coQ.tinua-r-il \ mais puifque vous avez corn- 
ai» tnencë par oià Ips bonnes Chrétiennes finiffent , 
A>: je yeux bien,pout effacer la. honte qui en re- 
« jailiiïpit fur ilipn front , réparer ia brèche que 
*VY0U5^avez faite à votr.^ honneur j & comme je 
9} .viens de le dire au juge.TrpçiKlp, jeconfcns 
?>, quç^ fon fils foit votre époux , priant la Ciel 
v.quenvpus pardo|v|iapt votre faute, il cpn\7 
^ ble, votre mariage de, les bénédiûions , & 
j> QÙ!il faflç que cettenaventure demeure en^ 
»>' ^veji^ dans l'oubli i v^ct que Cl elle yenoit à 
». jk coi>noiflançe;des lupérieurs qui m'ont éta^ 
>> bli pour maintenir le, bon ordre dans Téten-^ 
<t due de, ma Jurifdiâion , ils ne manqueroient 
j». pa&d? me Watner deVayeugle confiance que 
i> j ai eue en votrô;^faufle vertu , & me dcplace- 
* V rpient peut-être,, conime incapable de veiller 
w fur les^adions de mes Concitoyens , puifqu^ 
y je* ne l'ai pas fait fur la conduite de ma 
» fille. Par le Dieu qui amené toiues .cbofei 
>• ileur bonne fin, dit alors la groffe Payfanne 
>\ qi^i avôit déjà parlé à Covena , le Seigneur A1-. 



MaDAM£ de RlCHEBOUJLG/ J) 

» -cade s'explique plus nettement qu'un Oracle. 
as Calmes enfan$,continua-t-elle,en s'approchant 
^ de Clémence & du jeune Troçuelo , tapez la 
» main Tun dans l'autre ^ & Il vous ne l'avez pas 
33 fait encore , vivez après cela tous deux unis 
« enfemble, comme lî vous ne faifiez qu'un, 
3> aind que le commande notre mère la fainte 
ô> Eglife y &c dépèchoi^ nous d aller fous l'orme, 
*3 continuer nos danfes, n'étant pas jufte d'inter^ 
Il rompre notre fcte pour une bagatelle. Suivant 
» l'avis de cette fille, le jeune Troçuelo donna 
»> la main à Clémence Covena j & les deux Al- 
» cades étant fatisfaits de cette alliance,la troupe 
f9 continu;^ fa marche comme elle l'avoit com- 
« mencé». * 

Voici, Madame, une autre hiftoire moins gaie, Hiftoire de 
mais qui ne vous plaira peut-être pas moins que Rupene. 
k précédente- 
Dans une Hôtellerie où nos Pèlerins £b trou* 
•i^pii^t logés , leur çonverfation fut interrompue 
par un homme qui entra dans^leur chambre. Sei- 
gneurs , leur dit-il, tqut émerveillé , venez voir 
ce que vous n'avez peut-ctre poij;it encore vu de 
votre vie. I^ profi^pit ces paroles avecrant d'é- 
motion , que s'imaginant aller voir quelque cho* 
fe de bien extraordin^re. , ils le fuivirentjufques 
dans un appartement un^ peu éloigné de celui 
qu'ils occupoient y &. virent au travers de quel- 
ques plancnes , une chambre tendue de deuil ; 
rnai^ Tobfcurité qui y regnoit, les empèchoitde 
diftinguer ce quil y avoir dans cette chambre. 
Pendant qu'ils raifoienr en forte de le découvrir^ 
un vieil hpmme , auflî vêtu de deuil , s'approcha 
d'eux d'un aîr affez trifte. » Seigneurs , leur dit- 
3) il, /i le defir de voir la veuye Ruperte^ ma 



^4 Mà»ÂMB Dl RlCTTEBOtmô; 

» MaîtréïTe , vous amené dans t:e lieu , vous f 
« êtes venu trop tôt ; vous prendrez s'il vous 
j> plaît la peine de revehir quand il fera nuit ; je 
» vous placerai dans un endtoit d'où vous Yx 
3> verrez , farts qu'elle s'en apperçoive ; & vous 
» ne ferez pas moins furptis de fon affliftion , 
» que defaoeautc. Je veut Bien, continua-t-il, 
« vous apprendre paç avance , que ma MaîtreflTe , 
j> qui logé dans cet appartement , s'étoit matiée 
s» avec le Gonite Lambert i Ecolfois ; &.que fon 
s» mariage a coûté la vie à fon mari , comme il 
i> Texpole chaque jour elle-même à la perdre , 
» depuis mi- elle eft veuve. Pour vous mettre att 
» fait de le^ malheurs , il faut vous dite que le 
3> Seigneur Rubicon , Cavalier âes plus qualifiés 
î» dePEcofle; & que'fe hôfeléffé & fes richeffes 
w rendbi^nt vftin&préfbmpmeux, ctoit,qudi- 
w que d*un âge un peu avancé , dim tempérai 
>j ment ftSt-amoureux , & qu'à aimoit la belle 
99 Ru^ttè , datis le tenis iitt'élle'étoit fille ;te*l8 
» elle h-avoit pas four lui tes ttiêtnes fentïiAhlèrfS;; 
» ce qui ne"éevoit pas le' fUfprendre v parte 
99 qu'elle li'étoit alors âgée que d'environ trihçt 
9i ans ,' & qu'il en avoir plus de' cinquante. Elle 
*> ' ne voùfiit donc point écdtftèr fcèttx qui lui ôfai:? 
s> loient'de mariage en fâ faVeur ; ils avbftfhr 
y9 beau revenir à la chaîne , jppfûr rerieagèf à né' 
>> pas refufer une fi grande njrtune , elle lès re»- 
99 voyoit toujours mécottrèns de leurs tentati- 
» ves-; &'poûr fe débàtraflTer de leurs importu- 
» nltés î elte ffe maria avec le Côftite Lambert > 
99 Cavalier tout jeune & tout aimable , & pour 
y9 lequel elle aVoirplus-detendreffe, que je né 
yy me le ferois imaginé. Rubicon regarda cette 
>r préfet ciice'comme un afftoht que lui faifoitnt 



Maoami i>£ Ric»£f €^]q(!v^; r 71^ 

n les parété 4e Rûpeite:i ^ i?e -p^nibUnt* pour • . 
a> tant poiac i lui.ii & <}ui ne (ong^ienc quU. 
3v mariée Icwf fiUe .felp|iHG^n-«îçUna4«Bk.Q^. *?^- 
» rhant.ftabîcou avoir.,' de fa première fetpme , 
» un ftls Âgé dé .di^rbùic an«3 mi étp^doué. 
3) des plas' bdle^ qvullijtés qui,puUtenc rendre un 
» Cayaliçr recomiandable; Si R^bicoOiei^ç de-: 
n mandé Roperce -pour ce Élk , |)j!|u£-^e;e iau-». 
yf Toir^on:écainT $ &;9Ïaroè énç Kn gcapd bon-- 
>> 'hear^-paixtt;iÇLie;lft<îafiite: «mu M^hf^.y<i^^' 
» j aYpisf élevé a}i(ec;t;atit defoin^'ierbit encore* 
n TÎTant;* Rupcrter.plus fktwtwe, V^ :j.ciuç, 
» que le Comtfc attôâr avec, elle à «aa:4efes< 
3> terres , pour prendre l'aide U campagney.Ru^:. 
>> bicon, inivT de nhiHeucsillomeftiqa^s» le..ren-" 
>» contra fitt Ictuiclii^mia') ^.vir Rcipert^ j Se fa. 
>i vue réveiHa: cec mnQiio;mnt rit avOÎt brûlé 
>^ p^or elle; Maisiceràmomr in(?prifé fe chânr: 
ff geanc en, mbxvex tems en fureur ^ 4^ voulanr 
3ï pcirt^r à Ruperte le coup le pins fenfible > il 
ii fondit comme un furieux ,iut le Comte , fans 
»r hii^klonner le leifirde fe raecire en défenfe j 
3> Se lui ptonoeanrfon épéc dansUe cœur x ir'eft-* 
». là, lui dit-il, ed le voyant tomber expirant, 
*:^^*eft*là Tendroit -où Je ne puis inanqiier -de 
39 frapper mon ingrate* Je te plains^ continua-» 
»''PM ; tu'tne^ pâypSr ce aast: tu ne mè dois pas ; 
^"trnh fi )'en «fe fi ccuejleméni; itoitég&ïd , ton 
*'épbufg en »tif&«ttvêrs moi^dmeimaniere en- 
» core plus cruelle. Je ne t'ôtequ^une fois la 
» lipvthi j & ôU« nitf ' Ttt 6tG autant de foiSi , que 
p je me la fliis? rebréfentée entre tes bras, 
--»- Ji3 ihe trouvai préfem à cecaiËiffihae9}*en« 
»' rètidis les paroles <jae je vous rapporte^ yôs je 
«»(uis témoin des plaintes de ou Maltrefle qui 



» forte ce foir de la' bouché d'aucdn -de vôtis >>< 
Apxès avok dbfMié cet Qîrdf è4 ce ferViteur , eller 
Itticoittrtiârtdadefèrftietfur eille la porte de fort 
appart^triehc , & dèn*en'pèfîhéttFé l'entrée à per- 
fonne. Nds Purins furent dom: obligés de fe 
rëtirer», (SeiRftpfeKe dei*ïéut^ feule pour réfféchir 
en 4iberté for fop^itti <ïii*elte^âfutoit a prendre dànsr 
cette conjondiire. Ce^t d'immoler à fa vén^ 
gèaijçê; fefifedè^RubiçiM., 
• Cotte réfôhwion ^taiit prifé j'Riiperte fôdui<îi? 
on domeftièrae' ^ Cfcrian j & pour quelqû'argentf 
qu'eRe Idi donna , il riàrroctg^ifiç fecrettémént 
dans la chambre <Je fon: maître; EUé s'étôî^mu-- 
ftie'dTiIfltbiitcaa pointu & bieh tranchant, & à^oic 
fous Ùk rôbé^iine. lanterne ftMifdè?,- dans laqiiéHé il 
7' avoié Utté boiigie allunâ^e. Enfin le moment dé^ 
rire arrive ; Cloriàn feircouche , & , fatigué an 
cbemi» ,:»êildprt éans itUcun preflfentiment du 
eoupiqui le menacé, llne flit pas plutôt endor- 
Ali ,;<jiiê la furieufe Rupert^ ouvré fa buterne ; 
& la chambte eià efb aullîtfot toute éclai^rce. Elle 
marche-enfiiitè doucemeht, en prenant garde où 
êllepofe les pieds , de peur derairele moindre 
bruit qui puiflTe réveiller fon ennemi-; 'elle sV 
vahcëvers fc^n-lit , &lui découvre le vifege^^Jéftè 
eieP! effet prodigieux? La- beauté de cet en- 
nemi: a la même propriété, que la tète dé* Mé* 
dufé. Rupe-re ne jette pas' plutôt les y6ux for le 
beau (Slpriah ,. qu'elle devient immobife, & cpm* 
me imè'lbtué-tîerTOrbré-j&Fa^ , fôtis Kap- 
paréiTiJé^de -k pitié , retient lé" coup qu;é*Hç ♦?«; 
P^er/Tï^iS'élfe contemple ce charmant chnerpi ; 
pltis^ ellb^é'feritattendriïi fon couteau lui tônibè 
de4ti main, ♦i Malheurèiïfe- que je fiiis, dît*£llè 
y> eri'tfHë*mtme,en potriTam un profond fotlpir; 



Madame bb Richebouhgî; 79 

ir que. devient ma colère ? Cet ennemi que je 
w \^ux m'immoler , me fembie un objet plus di- 
». gne de ma tendrefTe» que de ma vengeance. 
» Au liçu de me venger fur lui du crioie de fon 
jw père , ne devfpis-}e pas plutâ( l'engagera le 
./9 réparer ? Aimable innocent , tu peux m obli- 
» ger âlui pardonner ^cpmme tu m'obliges à chan*^ 
j> ger le defir de l'en puuir en. celui de t'avoir 
j> pour époux», Ruperte s'abfofboit fi fort dans 
£es tendres réflexions , que fa lanterne lui échap- 
pa de la main » & tomba fur Cloriah qu'elle 
réveilla. La bougie s'étant éteinte en tombant , 
Rupeine voulut fortir de la chambre; mais elle 
n'en put trouver la porte y de Clorian y entendant 
marcher , crie au {ecours , faute de £on lit ^ prend 
fon épée y & fiûvant la perfonne dont les pas y 
quelques légers qu'ils rutfent , frappoient fon 
oreille , il faifiç,.par le bras, Ruperte qui n'eut pas 
la force de fe débattre de fes mains. Les domef- 
jtiques de Clorian entrèrent dans fa chambre avec 
des lumières ; & ce jeune cavalier reconnut l'ai* 
mable veuve qui lui parut d'une beauté fi éblouif- 
fante » qu'il conçut auflitôt pour elle un amour ^ 
qui égaloit peut-être la haine qu'elle s'étoit fen- 
cie juiqu'alors pour le meurtrier du Comte fon 
époux. 3> Qu^létoit votre deffein , adorable Ru- 
« perte , lui demanda-t'il j vous cherchiez à foire 
M tomber votre vengeance fur un innocent qui 
». ne vous a point ofFenfé ? Ce couteau que je 
w vois par terre , m'apprend afTez que vous voa- 
t) liez me pun^r d'une faute que je n'ai point 
3> commife. Mon père n'eft plus , continua-t'il ; 
» & les morts ne peuvent donner fatisfaâdon des 
» outrées qu'ils ont faits jles vivans feuîs ont 
}• le pouvoir: da les réparer pour eux. L'Auteur 



8o MaDAM» ÔE RfCHEBbtJRCSé 

j> de mes malheurs, répliqua Ruperce, ne fub^ 
» fiftant plus , il emporte avec lui Ion crime dans 
9J le tombeais ; & j abandonne au Ciel le foin 
» de l'en punir. L'amour commit ce crime , Ma- 
» dame , dit Glorian \ l'amour ne demande qti'i 
s> rétablir le dommage qu'il vous a fait } & fi vous 
» n'êtes point un corps fantaftique , certifiez-le 
» moi en m'acceptànt pour votre époux. Don- 
3> nons-nous la main , lui répartit la tendre Ru- 
j> perte ; & vous ferez bientôt affiiré que loin 
>> d'ctte l'ombre de votre père , je fuis cette 
w malheureufe veuve , que le feul Clorian pou- 
3ï voit confoler ». Les domeftiques de Cloriaix 
i> furent témoins de la foi du mariage qu'on ft 
3> donna'dans le lieu même , où devoit fe paffer 
» une fcène fanglante; Us virent aufiile cnamp 
.^> de bataille fe changer , par l'entremife d'un 
» Pafteur qu'on envoya chercher , en un lit nup* 
« tial que l'Amour dreffa de fes propres mains, ce 
C'eft ainfi que nos Pétrins trouvoient de tem^ 
en tems, fur la route, de quoi égayer leur dévotion. 
Ils arrivèrent enfin à Rome ou le Prince de Dan- 
nemarcks'étoit rendu, & où le bruit de la beau- 
té d'Auriftelle avoit attiré de France le Duc de 
N?mours. Ces deux rivaux ne manquent pas de 
fe battre ; mais leurs prétentions s'évanouifïent 
bientôt par la connoiuance qu'ils ont de la qua- 
lité de Périandre & d'Auriftelle & par celle de 
leur amour. La mon fubite du Roi deTile , frère 
de Perfile , met fin à cette aventure. Périandre en* 
gagea fa foi à la belle Sigifmonde ; & le Saint Peré 
.célébra cet illuftré mariage. 
Tlorc & i^^^ f^^aî > Madame , que parcourir très-rapi^ 
Blanche- dément les Aventures, de Flore & Blanche-fieur ^ 
fleur. autre Roman Efpagnol , traduit en françois par 

Madame 



Madame de RtchebourgÎ 8i 

Xiaiîâme de Richebourg. Une légère efquiflTe du 
plan de l'Ouvrage fuffira fans doute. Vous con- 
noiiFez le goût des Efpagnols pour ces fortes 
de productions ; c'eft prefque toujours un mélange 
depélcrinages & d'aventures amoureufes , le tout 
âflez mal-amené , mal-tiflu , mal-conduit. 
' Perfius , neveu de l'Empereur Frédéric , étant 
à la Cour du Duc de Milan , y devient amou- 
reux de Topacie , fille du Duc de Ferrare. Il la 
demande en mariage & l'obtient. Ne pouvant en 
avoir d'enfans , il fait vœu d'aller avec elle à Saint 
Jacques de Compoftelle , fi le Ciel daigne rem- 
plir leurs defirs. La grpffefle de Topacie étant 
déclarée , ils partent enfemble pour ce pèlerinage. 
Félice , Roi Maure , étoit alors en guerre avec 
les Chrétiens ; un détachement de fes troupes 
rencontre Perfius & Topacie : l'Officier qui le 
tommande fait couper la tète au Pèlerin , & en- 
voyé la Pèlerine au Roi fon maître , qui la place 
près de Fatime fon époufe. Ces deux Princeffes 
prennent bientôtjl'une pour l'autre^une tendreffe 
réciproque. Toutes deux grofles du même tems , 
deviennent mères , Fatime d'un fils qu'elle ap - 
pelle Flores , & Topacie d'une fille qu'elle fait 
nommer Blanche-Fleur. Topacie meurt en don- 
nant la vie à fa fille. Flores & Blanche-Fleur 
font élevés enfemble , & s'aiment de l'amour 
le plus tendre. Le Roi Félice , ayant d'autres 
vues d'établifïement pour fon fils , l'envoyé dans 
ime Cour étrangère , pour eflayer de le guérir de 
fon amour. Dans cet intervalle , on réfout la mort 
de Blanche-fleur j & accufée par un courtifan , 
de crimes affreux , elle eft conduite fur un échaf- 
faud. Au moment de l'exécution , un Chevalier 
paroi^ armé de toutes Pièces y il écarte la foule , 
Tome ir. F 



Sa Mâ#âiff wk RjcHTiormcr 

naec en finte ks Minifires 3c les Offiden êc b 
Joftke,ac enlevé Bhnrligi flcui^yilcrcmnnair 
pour ion Amant. 

ApECs avoir exré qp cUpc tems , Ilofcs & ik 
nsakreflê font arraqnrs par «les Cadâkcs ^ 
emmènent Blancfae-deor en Barbarie, & laiflèm 
fin la pbce fon Hrfenfenr œnven de Ueflbres. 
Des gens dn Roi Fclîce, qoi cherchoîenc ces fat* 
«fs • rencontrem rinfofnmc Floccs, bsûgnc dans 
ion Càng , êc Tenvoyenc dans one liniefe à ion 
pcre. Il eftàpeine iccabb , ipi'il qoine de non- 
▼ean la Cour, Se va chercher £on Amante. Il ap* 
prend qoe le Goovemenr de Babilone en-eft en 
podèifion. 11 y arrive ,£m connoiflànrr avec nn 
Eonnqaednferndl, grand Joœar de pcoteifion, 
2cparccnréqaentavare2c£âpon.lirei^ageà loi 
(aire voir les femmes dn Goavemoir , & ncmi- 
mément la pins belle. 11 fe jette anx {»eds de 
Blanche-fleor , qui reçoit 8c loi fait les pins ten« 
drescareflês. Un bijoo fait taire rEonaqoe; mais 
par on haiârd fimefte , le Gouverneur encre dans 
Fappanement de Blanche-fleor, & la trouve avec 
im nomme. Tranfporté de foreur & de jaloufie , 
il les condamne fur-ie-champ à périr par les âam« 
mes. Sur le point de faire exécuter cet ordrebar* 
bare, il reconnoit Bores pour le fils d'un Prince» an- 
qoel il a les plus grandes obligations ^ il lui cède 
ù maîtreilè, & lui donne une efcadre pour re- 
tourner dans le Royaume de fon père. Une tem- 
pête difperfe les vaiflèaux , & jette nos Amans 
lur un rivage étranger. Ils en font tirés par une 
galère Turque , qui paroît à propos , & les con- 
duit â la Cour du Roi Félice. Cependant l'Em- 
pereur Frédéric & le Duc de Milan étoient par- 
venus à découvrii^ ù fon de Perfius & de Topacie ^ 



Madàhie de Richibourg; s j 

& avoient appris que filanche-fleur écoirdans les 
Etats du Roi Maure, auquel ils déclarent la guerre. 
Flores , qui coQiiman4oit les M^hOinétans , eft 
fait prifonnier. . Le Duc de Milan l'envoyé à 
Frédéric» ain(i que Blanche-âeur qui étoit auifî 
tombée entre fes mains. Les chofes étoient en 
cet état 5 lorfque Fatime , femme duRoi Maure, 
âr demander une conférence au Duc de Milan. 
Elle lui appreàd l'aventure de Perfius & de To- * 
pacie, &lui découvre que fa captive eft leur fille. 
L'Empereur en eft bientôt inrormé , & recon- 
noîc Blanche - fleur pour fon héritière. Fatime 
avoir paffé à fa Cour pour couftater cette recon- 
noifTance par des preuves authentiques , qu'elle 
avoît eues de Topacie. Elle retourne dans les 
Etats du Roi fon époux , après avoir donné fou 
confentement au mariage de Flores & de Blan* 
che-fieur , Se reçu , comme eux, le Baptême. Elle 
trouve , en arrivant , Felice & toute fa Cour con- 
vertis à la foi chrétienne. 

En fuppofant que Madame de Richebôufg 
foit l'Auteur des Romans qui ont paru fous fou. 
nom , elle n'auroit que le mérite d'avoir mis 
dans un François plus moderne , d'anciennes 
traductions des mêmes Ouvrages', déjà connue 
dans notre langue. On lui attribue auffi les^ven^ 
turcs de Clamade & de Clar monde ^ traduites de 
l'Efpagnot , aînfi, que la. Vtuve en puijfance de 
Mari ^ où fe trouve une Comédie intitulée le 
Caprice de C Amour : mais rien «l'eft fi incertain ' 
que cette propriété. 

Je fuis , ^. 



Ma0SMOISEIX£ Baabiex. 



LETTRE VIL 

iSt'ÎI vrai que MademoifeOe Baibier^ncei 
Orléans, &. morte à Paris en 1745 * ^^ (cm 
qoe de prcte-nom a VAthc PeDegcin , & que 
cdoi-ci lui air f aie le facrifife de £es cciics & de 
fk gloire ? Cet Abbc croit panvre,fen conviens; 
mais il n*a jamais pafic pour très-galant ^ & Made- 
moifelle BarbUr n'étant ni riche , ni jolie , quelle 
marque pouvoit-elle lui donner de fa reconnoîT- 
fance ? 11 eft vrai que Tétat de TAbbé Pellegrin 
loblig^ant à des bienféances qui ne loi permet- 
roient pas de travailler oavenemenr pour le Théâ- 
tre , ce Poëte auroit pu fe cacher fous le nom de 
la Demoifelle j mais n'a-t*il pas donné , fous 
le fien propre, àts Opéra, des Tr^^édies & des 
Pièces comiques ? Jen'aurois donc pas de peine 
à croire oue Mademoifelle Barbier fut vérita- 
blement Auteur des cinq Pièces , qui forment au- 
jourdliui ce qu'on appelle fon Théâtre \ mais 
elles ont pu être dirigées par les confeils de 
TAbbé Pellegrin. 

La première eft la Tragédie dUArrie & Petus. 
Vous vous rappeliez. Madame, le trait fameux 
de cette Héroïne qui , non contente d'encourager 
fon mari â fe mer, lui en donna elle-même l'exeoi- 

{)Ie, en fe perçant lapremiere , & lui préfentant . 
e poignard , avec ces paroles fi connues : Pétus ^ 
cela ne fa'u point de mal. Us avoient été impli- 

3ués , Tune & l'autre , fouslempire de Claude y 
ans la révolte de Camille^ Se ctoient condamnes 
À la mcme peine. 
.. y 



MADlMÔISltlB BARinit! Tf 

• Agripine ouvre la fcène avec ce ton impérieux > 
:qui annonce la fierté de fon caraftere ; & ellç 
prefTe Claudius de ne plus différer à lui donner la 
main. Ce Prince trouve de nouveaux délais dans 
la découverte d'une confpiration ^contre fa perfon^ 
ne. Le vrai motif eft fon amour pour Arrie j fille 
de Silanusj que Claude a fait mourir injuftement. 
Sa déclaration eft rejettée qivec cette fierté qiri 
convient , quand la main qu*on refufe , eft teinte 
du fang d'un père malheureux. Animée du défir 
de venger cette mort, Arrie engage fon Amant 
, Pctusj à perdre l'Empereur* Une Icène touchan- 
te développe tous les fentimens d'un' cœur oc-* 
cupé , rour-à-tour , des foins de fa vengeance & 
de fon amour. Pétus n'écoute que la voix de fa 
tendrefle : il confpire contre Claudius; la conju- 
ration eft découverte : Arrie époufe PétuSj & fe 
rend , avec lui , au camp des Conjurés. Voilà 
le fond des trois premiers aftes , qui doivent 
languir néceflairement. L'aâion s'anime au qua- 
même. Arrie & Pétus font arrêtés dans leur 
fuite. Claudius avoue i Agripine j q^n^ Arrie eft fa 
rivale. La fureur , la jalouhe , la politique , fe fiic«> 
cèdent mutuellement dans l'ame de cette Prin- 
cefle. Elle crie ; elle s'emporte j elle menace j ellg 
s'appaife. L'Empereur , toujours fins épris des 
diarmes èi Arrie ^ oublie la confpiration , la pout- 
fuite des Conjurés & les emportemens èiAgrip^ 
pinej pour ne s'occuper que de fim amour mé- 
prifé. Il pairie en maître qui veut être obéi. La 
tfifte Arrie obligée de confentir à l'exil de PétuSy 
ou de le voir périr , découvre le fecret de* fort 
mariage , & demande la permiflion de voir fon 
époux. C'eft dans cette entre-vue ^quifait le dé- 
nouement de la Pièce , qu'à l'exemple ^Arru j 

F iij ' 



t9 JAjkM^UÙïSliJLE BaKSCÉiL 

J^€tus fe pefce if on pcxignard. Ces mois fakieax 
fcu^ nondolet ^ quoique bien reados^ ne Crac 
point amenés avec cet ait^qoitîextflefpeâjteiir 
en (nTpens ; qm le trouble, Tigite, ilnqniete, loi 
fait ctaindre & défirer de voir finir cette crtanee 
fitoarion* Le défant dlntcrêt devîeiK celni de 
tonte la Pièce , où Ton apper^t à peine quel* 
qœs traits de cettemajefté tenibie y qm fait la 
principale beanté d'one Tragédie. Le fi^ de 
celle-ci eft trcs-Émple , & demandait a être foa- 
t^ui par la vivacité des fentimens & la force de 
Texpreffion; mais il faUoit,poar cela, fuppc^er 
dans le Poëte , une ame forte , véhémente, tonte 
defen, & cjoi, iâns^oimer dans les écarts d*ane 
imagination trop échauffée , fe livre à im enthoo- 
£afme capable a infpirer anx ^leâatears la gran* 
detir des fentimens qu'elle éproove : nne ame de 
cette trempe eucdonné l»en[Mns dejeuanx reflôcts 
^ grandes paffions , qui ne pamiflem: , pour ainfi 
dire , que foiblement indiquées dans cette Pièce 
médiocrement verfifiée. On reproche , de plns^ 
i rAuteur d'avoir défilé THiftoire , en fuppo* 
faut Narcijfc du para d^^gripîaeyïm qui fau fut 
tottîours û contraire. 

: La vérité hiftorique eft plus refpeâée dans la 
Tragédie de Camelie ^ merc dcsGracqucs. Ce fé- 
cond fujet , tité de THiftoire Romaine , offre de 
plus grands événemens que le premier \ ils font 
jJus multipliés , mieux traités , & ont été plus 
applaudis. Gracchus voit rouler fur lui feul , le 
fort du Sénat & du peuple. Obligé de venger la 
mort de fon frère , de s'oppofer à l'ambition da 
Conful Opim'ms ^ d'éclairer les démarches d'un 
Collègue , il veut encore allier , avec fon zèle eé- 
oèreux pour la Patrie » l'amour le plus tenc^e 



MADBMOISSilB BAUBIERr ¥7 

foot iicïnte j fille du Conful , ennemie an peu« 
pie & de la liberté. En cédant à fon amour , il 
manque aux devoirs de fa Charge de Tribun j 8C 
s expofe â toute la colère de Cor/z^/ie, femme d*un 
caractère aflez ferme , pour oublier qu'elle eft 
mère, & punir dans fon fils, tout ce qui dément la 
vertu d'un Romain. Si , au contraire il , n'écoute 

3ue la voix du devoir , il immole Opimius j mais 
perd pour jamais Licinuy objet de tous fes vœux. 
Livré à cette alternative cruelle , Gracchus eft là 
foibleffè même pendant les deux premiers aâes , 
qui fe paifent en conférences froides , & en mi« 
nucieux préparatifs d'un Oracle obfcur , pour an- 
noncer à Licinic ^ quunt main qui lui eft chtre^ 
répandra un fang précieux à Rome. L'Auteur a 
beau s'extafier fur cette invention , elle n'en eft 
pas moins une machine très-foible. L'oppofition 
qui fe trouve entre un Conful chargé de taire va- 
loir les droits du Sénat , & un Tribun qui fou- 
tient le parti du peuple , fuffifoit pour répandre 
fur toutel'adion , un intérêt plus vif & plus réel , 
que les terreurs paniques de Licinie , dont fon 
père & fon Amant ont la foibleflTe de fe laiflfer 
effrayer. Drufus j collègue & rival de Gracchus 3 
trahit le peuple dans l'efpérance d'époufer cette 
même Licinie. Gracchus^ animé par les difcours 
de Cornelie ^ court à la vengeance \ il eft arrêté 
par l'ordre du Sénat j auffitôt le peuple , foutenu 
des Gaulois , alliége le Capitole , & Gracchus eft 
mis en liberté. Opimius eft arraché de$ mains 
du peuple par l'intrépidité dé ce Tribun j & le 
Conful , par reconnoi({ànce,eft prêt à lui accorder 
fa fille. Le peuple excité par Drufus j fe croit trahi 
par Gracchus ^ Sc tourne fes armes contre fon libé- 
rateur. Gracchus punit Drufus de fa lâcheté , fe 

F iv 



48 MADiJtIftiSELLE BaRBI». 

perce loirtneme, &. Vient expirer aux pieds étûi 
mère , du Conful & de fa maicrefle. Cette multi^ 
Incité de petits inddens furcharge & éneive le 
cinquième aâe.L'Anteiir.demande^roii ne /fait 

pasj que rien ncftplus capahh d* attacher & tour 
cher lesfpeSateurs j que les péripéties ^ quand elles 
naijfent du. fond dufujet ? Oui fans doute \ mais 
l'on fçait aufli, que ces péripéties doivent être mé« 
nagées avec an ^ & ne fe. pas fuivre de li près ; 
parce qu'alors , elles fe déuuiienr , & empêchent 
re£Fet qu'elles produiroient , il on leur en laiflbit 
le tems. Malgré ces défauts , la Çomelie de Ma- 
demoifelle Barbier e(b la meilleure des quatre 
Tragédies que nous avons fous ce titre. Vous n'y 
trouverez cependant que les cara&eres de Cor- 
nelie & de Liç'uiU ^ qui foient bien foutenus. 
Cracchus eil auûî foib^e y qnOpimius eft inconf- 
çant & indécis^ ce font ^de la part de ce Conful , 
des projets & des réfolutions qui varient fans 
celTe , fans que rien l'autorife dans fes incerti- 
tudes. 

Fidèle à fuivre le plan que s'étoit tracé d'^ibord 
Mademoifelle^tfriier;» de njettre fur la fcène les 

^Héroïnes qui ont fait le plus, d'honneur à fon 
fexe , elle crut ne pouvoir rien choiûr de mieux , 
que THiftoire de Thomiris ^ Reine des Mejfa- 

. gettesj qcvi eft cette même Tltomiris^ Reine àts 

, Scythes j famcufe par fes viâoires fur Cyrus. 

. Vous fçavez avec quelle har.barie, plongeant dans 
le fang la tcte de c^ Héros , elle lui dit : cruel , 
tibreuve-rtoi du fang dont tu as toujours paru fi 
altéré. Croyez-vous , Madame , que ce foif un 
fpeélacle bien flatteur pour les femmes , que 

. celui d une Tragédie qui laifle voir » tour-à-tour » 
un amottt forcené & une fureur barbare dans une 



MADfïIOISELLfi BAKBI^It. S^ 

de leurs femblables ?• Tkomiris y en triomphant 
de Cyrusj a conçu pQurjiû la plus forte padion. 
Elle trouve une rivale dans Mandanc j fa prifon- 
niere j celle-ci eft une Princeffe doiice , tendre , 
aimable, & joint aux charmes de fon efprit , de 
fa figurp , & de fon cœur , Je Trône des Médes , 
<jurïuî appartient par la mort de fon père. Tho^ 
jnirls la deftineàfon fils Ar gante ^ Roi des IJfe^ 
dons ij qui en çft éperdûment amoureux, £lle 
emploie les promeifes & les menaces j Cyrus mê- 
me eft forcé d'entrer dans fes vues, pour fauver les 
|ours de fa maîtrefle. Mandane ^ informée de 
toutes ces intrigues , préfère la mort à la perte de 
fon Amant. Ar gante la fouftrait aux fureurs de 
Thomiris j qui s'en venge fur Cyrus j qu'elle 
met dans les fers. Les troupes de ce Prince atta- 
quent le Camp y tout cède à leur impétuofité : 
Arganfe tombe fous leurs coups j il expire , en 
demandant à fa mççé le. /ang de Cyrus. Cette 
Reine barbare faic couper la tète à fon vainqueur, 
la plonge elle-même danç le fang , & prévient la 
fureur du foldat , en fe* perçant d'un jK>ighard. 
Le^Public n'a jamais pugoucer cette Pièce, tant 
à caufe de la cruauté de^ Thomiris j que de celle 
de fon fils, qui eft féroce, envers fa mère .même. 

Je frémis des horreurs que mon efprit rafTcmble ; 
Mais , fi je dois trembler , qu*à fon tourelle tremble. 
Du fang de Thomiris j'ai déjà la fierté. 
Si je vais , quelque jour,jufqu'à fa cruauté j 
JuTqu à fuivre fes pas , fi jamais je m'égare , 
le ferai digne fils d'une merç. barbarç. 



£c ThomirU enfia, maigre tout fon orgueil 



^. 



€^ Mademoissilb Baubieh; 
En roolerant les flots veut trouver un écueii ; 
.Elle n'a pas befoin que ma fureur s*irrite , 
Et je ne fens que trop 



Cette fufpenfionlaifle entrevoir un fentiment 
de fureur , qui peut fe trouver dans un Scythe i 
mais ce Scytne eft un monftre que Ton ne mec 
point fur la fcène, furtout dans un rôle fubaltet- 
ne; parce qu'alors la punition du aime eft moins 
éclatante, que dans un premier perfonnage. Cyrus 
ne paroît grand, que dans le facrifice qu'il fait de 
fon amour , pour fauver la vie à fa maitreffe. Du 
refte , il n eft Héros que dans l'ennuyeux récit ,. 
que fait Artabafc ^ des exploita de ce Prince. Il a 
même la précaution de remonter jufqu'à fes 
Ayeux. Mandant relfemble à toutes ces Prin- 
ceflTes de Tragédies , que le fort perfécute injus- 
tement, &qùi ne font pas plus favorifées de 
ramour que de là fortune. Ce peut être quelque- 
fois un rôle qui intérelTe ; & quelquefois àU^» 
comme dans cette Pièce , ce n*eft' qu'un r6le iii- 
.fipide & poftiche. Le Pocme eft , cf ailleurs , affes 
mal conduit}& les événemens ici ne font ni mieux 
préparés , ni mieux foutenus, oue dans la Aforr dt 
Céjary où vous trouverez la plupart des défauts 
que j'ai repris dans Corndie. 

Céfar le plus audacieux des Conquérans , & 
peut-être le plus intrépide de tous les hommes, 
appréhende la mort y il en craint les approches 
avec la timidité d'une femme , pendant deux 
aâies entiets, & fur I4 foi d*un fonge de CaJpur^ 
nie. Il ambitionne la qualité de Roi i il veut en 
recevoir le titre , & eh ceindre lé bandeau, au 
milieu du Sénat aflemblé. Brutus a confpiré oour 
la liberté de Rome) il eft Tame & le chef ae U 



Mademoiselle BarbiirT. ^t 

f onCpiration contre Céfar ; celui-ci entréprend 
de le gagner , ou dé s'en aflurer. Se fe décide à lui 
faire cpoufer fa nièce Ociavie j Amante d'An- 
toine , auquel il deftine Porcie , fille de Caton^ 
ATno.nte de Brutus. Letroifieme ade eft rempli 
par les menaces de ces deux Amans , & les plain* 
tes de leurs maîtrelFes. La réponfe de VOracle 
de Prenefte j occupe le quatrième aûe, Céfar 
tombe dans l'incertitude & dans l'agitation : il 
doit craindre /e jour des Ides de Mars y&fes plus 
chers amis. Il interroge Antoine &c Brutus j Sc- 
ieurs réponfcs né fervent qua augmenter fon 
trouble. Il fe prcfente à leurs coups \ il les in- 
vite à frapper j & apprenant qu'il tirannife leurs 
cœurs , il rend à chacun d eux l'objet de fon 
amour. Brutus attendri n'écoute plus que fes re- 
mords } il fait tenir à Céfar un billet qui lui dé- 
couvre la conjuration , & ne fe laffe point de 
lui répéter : 

Encoite un coup> Seigneur , n allez point au Sénat. 

Céfar s'y rend , en téméraire, en furieux , ou 
en extravagant. On va le reconnoître pour Roi : 
Brutus j animé par les difcours de Porcie j vole 
au Sénat , immole Céfar aux Mânes de Caton j 
& i la liberté de Rome. Les trois derniers ades 
donc on peut dire que Brutus fait tous les hon- 
neurs , ont reçu des applaudiflfemens y lui feul 
intérefle & paroît grand. Pourquoi avoir mêle 
de petites intrigues d'amour à une aâion qui 
pouvoir fe foutenir par les grands refforts de la 
politique , de l'ambition , & de la liberté Ro- 
maine. Ces paflions dévoient figurer feules dans 
ce fujet, qid fourniffoit déjà aflezp^ lui-même p 



•/ 
9i Mademoiselle Barcier* 

mais il falloit la main d'un grand Maître , poot 
les mettre en mouvement. C'eft ce qu'a fait de- 

{>uis M. de /^o/r^irej dans fa belle Tragédie de 
a Mort de Céfar. 

II ne paroît pas qu'on ait voulu contefter k 
Mademôifelle Barbier , la gloire d'avoir fait la 
Comédie du Faucon j dont le plus grand mérite eft 
d'être paflablement yerfifiée. Tout le monde con- 
noît ce fujet , tiré de Boccace ^ fi bien narré par 
la FontainCySfC mis en aftion par d'autres Auteurs 
Dramatiques. 

Ce Théâtre , Madame , n'a rien de remar-» 
quable , rien qui le diftingue particulièrement. 
On fait qu'en général , l'Auteur s'y propofoit 
la gloire de fon fexe , en choififlant des fujets 
qui en étoient comme le triomphe j mais rien de 
plus commun que la manière de les traiter. Il eft 
cependant vrai de dire , que la conduite de ces 
Tragédies eft alTez régulière , & l'enchaînement 
des fcènes alfez bien lié j parce qu'il ne faut pour 
cela, que cette efpece de bon fens , dont Made-^ 
moifelie Barbier n'étoit pas dépourvue. Il y règne 
même une forte de fublime manqué , d'où rélul- 
tent mille défauts d'exécution. A force de vouloir 
rendre fes Héroïnes grandes & généreufes , les. 
Héros même les plus connus deviennent trem- 
blans & timides. Elle ne montre partout que 
de grandes femmes & de petits hommes , à^% 
Géantes & des Pigmées. Tandis qu'elle fuit,avec 
l'exaûitude la plus fcrupuleufe , les détails m^ni« 
cieux , les plus grands événemens font à peine 
indiqués; & l'on fent la foiblelfe d'un pinceau ti- 
mide , qui n'ofe entreprendre de peindre en 
grand , que ce qui devoir être repréfenté en pe- 
tit. Auilide tous ces foibles incidens , il ne réfulta 



Mademoiseilb BarbieH. 95 

^ue de médiocres intérêts. La gradation des fen- 
timens fans cefle interrompue , ne fait qu'effleu- 
rer l'ame au lieu de la pénétrer. On trouve , néan- 
moins , quelques fituations touchantes , & une 
verfification aifée , naturelle. Un peu trop de fa- 
cilité la rend quelquefois lâche, difiufe,profaï^ue. 
Outre le Théâtre de Mademoifelle Barbier , 
il nous refte d'elle plufieurs autres Ecrits en Profe 
& en Vers. Elle avoir entrepris une efpece d'Ou- 
vrage périodique, dont elle le propofoit de donner 
tous les trois mois un cahier, compofé de Pièces 
de Poëfie de fa façon , d'Hiftoriettes, & de Difler- 
cations, fur les meilleures Tragédies ou Comédies 
nouvelles. Elle en donna en effet un volume inti- 
tulé Saifons Littéraires^ ou Mélange dePoéfie^- 
d'Hiftoire j& de Critique ; mais foit qu elle n'ait 
pas eu le tems de remplir toute l'étendue de fon 
projet , foit que le Public n'ait pas goûté ce genre 
d'Ouvrage, elle s'en eft tenue à ce premier RecueiL 
U préfente d'abord deux Odes , l'une à M. l'Abbé 
fiignon , & l'autre à M. d'Argenfon ; une Criti- 
que de la Tragédie d^Ino & Mélicerte ^ de M, de 
la Grange \ une Eglogue \ une Ode fur la Beauté ; 
& une autre fur la SageiTe. On y trouve enfuite 
une Hiftoire , intitulée V Ingratitude punie. Elle 
n*eft ni aflez intéreflante , ni affezbien écrite,pour 
m*engager à vous en offrir un Extrait. J'ai penfé 
de même d'un autre Recueil, intitulé le Théâtre 
de V Amour ^ delà Fortune : ce font des Hiftoires 
dans le goût de la précédente , & où Mademoi * 
Telle Barbier n'a mis n'y plus de ftyle , ni plus 
d'intérêt. 

Je fuis, &c« 



5^4 Madame di Gkafignt* 



LETTRE VII I. 

JVi Adame de Grafigny ctoitnceen Lotraî* 
ne , & eft morte à Paris , le 1 1 Décembre 1758, 
dans la foixante-quacrieme année de fon âge. 
Elle fe nommoic Francoife d*Apponcourt. Elle 
étoit fille unique de François Henri dlflembourg. 
Seigneur d'Apponcourt , de Creux , & autres 
lieux , Lieutenant des Chevaux-légers , Major 
des Cardes de fon Altefle Royale, Léopold Pre- 
mier , Duc de Lorraine , . & Couverneur de 
Boutay & de la Sarre. Sa mère fe nommoit Mar- 
guerite de Seaureau , fille d'Antoine de Seaurean, 
Baron de Houdemon&: de Vandœuvre, premier 
Maître -d'Hôtel du même Duc Léopold. Le père 
de Madame de Crafieny , forti de l'ancienne 
& illuftre Maifon dlflembou^ en Allepiagne , 
fervit en France dans fa jeunefle. Il fut Aide-de- 
camp du Maréchal de Boufiers au ficge de Na- 
mur. Louis XIV, content de fes fervices , le 
reconnut Gentilhomme en France , comme i( 
l'étoit en Allemagne, & confirma tous fes titres» 
Il s'attacha depuis à la Cour de Lorraine. 

Sa fille fut mariée à M. François Huguet de 
Grafigny , Exempt des Gardes-du Corps , & 
Chambellan du Duc de Lorraine. Elle eut beau- 
coup à fouffrir de fon mari. Après bien des an- 
nées d'une patience héroïque , elle en fut fépa* 
rée juridiquement. Elle en avoit eu quelques en- 
fans , morts en bas âge avant leur père. 

Madame de Grafigny étoit née férieufe ; & fa 
converfation n'annonçoit pas tout lefpric qu'elle 



Madame de Grafignt. 9 y 

molt reçu de la nature. Un jugement folide , un 
cœur fenfible &bienfaifant , un commerce doux , 
égal & sûr , lui avoient fait des amis long-tems 
avant qu elle penfat à fe faire des Ledeurs. 

Mademoifelle de Guife venant à Paris époufer 
M. le Duc de Richelieu y amena avec elle Mad. 
de Graâgny ; peut-être , fans cène circonftance » 
n'y feroit-elle jamais venue : du moins Tétat de 
fa fortune ne lui permettoitguères d'y fonger y 6c 
d'ailleurs elle ne prévoyoit pas plus que les autres » 
la réputation qui l'attendoit dans cette Capitale. 
Pluueursgens d efprit réunis daAs une fociété , où 
elle avoit été admife , la forcèrent de fournir 
quelque chofe pour le Recueil de ces MeJJîeurs ^ 
volume in- Il y qui parut en 1745. Le morceau 

au'elle donna , eft le plus confîdérable du Recueil ; 
. eft intitulé : Nouvelle Efpagnole ; le mauvais 
exemple f rodait autant de vertus que de vices. Le 
titre même , comme on voit , eft une maxime , 6c 
coût le Roman en eft rempli. Cette bagatelle ne 
fut pas goûtée par quelques-uns des aifociés. 
Madame de Grafigny fut piquée des plaifante* 
ries de ces Meflîeurs fur la Nouvelle Efpagnole ; 
& fans rien dire à la fociété 3 elle compofa les 
Lettres d'une Péruvienne j qui eurent le plus grand 
£iccès. Peu de tems après , elle donna au Théâtre 
françois , avec des applaudiffemens qui xiQ fe font 
point démentis , Cénie j en cinq aâes , en profe. 
C'eft une des meilleures Pièces que nous ayons 
4iUis le genre attendriifant. 

La fille d'JriJlidej autre Comédie enprofe, 
n'eut point à la repréfentation , le même fuccès 
que Cénie. Elle a paru imprimée après la mort de 
Madame de Grafigny i on dit que l'Auteur , Iç 
|our tnême de fa mort »en ayoit cocrij^é k derr 
niere ^pi^euve* 



fÇ MaDAIEI de G1LAFI6XT. 

M?rî?rre de GraÉçnj aroîi cer inioiir {^cpie 
loazHe , p2T2 de toos les ulens ; eue crrdqiie , 
une Epî^amme hn caofoîr an Tcxit^ïle dugrinj 
& elle rsToaoir de benne fcL On fkir quelle 
iênhHKré elle témoigna , loifqae feu ^L Roy fit 
Gomie die cege E^gramme tameofe, qui lui 
cxx!£2 foit cher à ini-mcme. 

Outre fes deux Drsmes imprimes , NIadame 
de Grafigny a Uiâc on petit aie de tcerie , inti« 
tnlc Agoî y qui a ctc joué chez elle , & qu'en la 
détourna de donner aiix Comédiens. Elle a de 
plus compofé trois en quatre Pièces en un aâe , 

2 ai ont cté repréfentées à Vienne par les enfans 
erEmpereur. Ce (bntde5-fu)etslimples & mo- 
raux , à la poaée de raugofte jeunefle qu'elle 
▼ouloit inftruire. 

Leurs Majeftés l'Empereur & llmpctatrice 
Reine de Hongrie & de Bohème , rhonoroient 
d une eftime particulière & lui fiifoient (bavent 
îlespréfens , ainù que leurs Airelles Royales , le 
Prince Charles & la Princelle Charlotte de Lor- 
raine 5 avec lefquelles elle avoir même b diftinc- 
rion d'ccre en commerce de lettres. Elle a légué 
fes livres à feu M. Guymond de la Touche, Au- 
teur de la moderne Tragédie èHpkigénie • en 
Taurzde &de VEpitrc à t Amitié. Il n*a joui qu'un 
an de ce don , étant mort lui-mcme au mois de 
Février de Tannée i7(>c. Elle a laifle tous 
fes papiers à un homme de lettres , fon ami de- 
puis trente années , avec la liberté d'en difpofer 
comme bon lui fembleroit. 

On peut juger de l'efprit de Madame de Grafi- 
gny par fes Ouvrages ; ils font entre les mains 
de tout le monde : on peut juger de fon ame par 
fes amilj^Ue n'en a eu -que d'eftimables r leurs 

regrets 



Madame se Grafigny. ^y 

t^grets font fon éloge* Si on les croit , le fond d« 
fon caraâere écoit une grande fenfibilité & bonté 
de cœur. Elle faifoit le bien qu'elle pouvoir faire. 
On ne fçaic prefqu'aucune particularité de fa vie ^ 
parce qu'elle étoit modefte , & parloir rarement 
d'elle. Seulement on fçait que fa vie n'a été qu'un 
tiflu de malheurs y & c'eft dans ces malheurs ^ 
qu'elle aura puifé en partie cette douce & fu« 
blime philofophie du cœur» qui caraâérife fes 
Ouvrages & les fera pafTer à U poftérité. Je corn- 
mence par la Nouvelle Efpagnole. 

Alphonfe le Jeune , Roi de Caftille , & fuccef— Nouvelle 
feur d'Alphonfe le Cx;ael , fe propofa en montant Srpâg&ole. 
fur le Trône , de faire autant d'heureux , que 
fon prédécelTeur avoir fait de miférables. Il rap- 
pella àia Cour , les Seigneurs que les profcrip- 
cions du règne précédent en avoient éloignes^ 
Dom Pedce de Médina 5 dont le père avoir per- 
du la tête fur un échaffaut , y parut avec fa lœut 
£lvire , dont le caraûere vrai , noble, & géné- 
reux, ne fe développoit que fous les dehors de U 
naïveté , de la douceur , & de la confiance. La 
fierté du caradere de Dom Pedre inlpiroit à fâ 
iœur , cette fermeté d'ame , aufli négligée dans 
l'éducation des femmes , que nécelkire à leur 
conduite. Elvire avoir dix-huit ans & fon frère 
vingt-cinq , lorfqu' Alphonfe les rappella à la 
Cour ; & ce Prince rétaVlit Dom Pedre dans tou; 
tes les Charges que fon père avoir poffédées. 

La beauté d'Elvire attira les yeux des Courtî- 
fans, & captiva le cœur du Monarque. » En 
»» honorant le frère de fa faveur , en le com- 
» blant de fes grâces, le Roi croyoit donner à la 
»' générofité , ce qu'il n'accordoit qu'à fa pàflion 
M naifTante pour la fœur. Dom Pedre s'at^ri- 
Tomtir. • G 



^t* Mahair de GxAFiGirr. 

9 booit de bonne foi La. fareur de (on Maître : 
t» comment s'en fen>ir - il dcfié ? Le handean 
99 de k [néfoœptiûii, eft pins épais que orini de 
1^ rimoor J-. 

Sur la fin de TAntomne il y eut ime cfaaflè » 
du le Roi inriu tontes les Dames. Elrife ^ 
ii'aiôu>ît pas les plaifirs broyants , laiflà palier tout 
ce qui s*empreubit â fnivre le Prince , afin de 
pouvoir i'écaner librement. Qoand die crut 
n ctte plil^ remarquée , elle propofa à Ifd>elle de 
Mendoce , fon amie , de venir fe repofer arec 
eUè. Après avoir donné ordre à leurs gens de 
tés attendre ) elles s*enfoncerent dans le bois , 
& s^aflîrent au pied d'un arbre , dont le feoilb^ 
épais fotmoit une efpece de berceau. 

Tandis qu'Èlrire livroit fon ameatix diarmes 
de la nature , 8: cpi'eOe gonroir délicienfement 
la fraichetir de Tair y la douceur du filence , la 
tendre obfcnriré qui régnait dans la Forêt , lia- 
bëlië éroit toute entière à raccommoder une plu« 
\ti& dô fon ch:ipeaa : leurs occupations les carac* 
tétifôient. 

» Ce n*ef( pas, dit Madame de Grafigni , 
99 qu'I£d^t}e n'eût tout ce qu'il falloit pour être 
ty ifiieux ; mais fon efprit ébloui par fe feù de 
99 Ibnitti^nation , déplaçoit fes bonnes qualités 
99 ti iti&me (es défauts : Coquette de bonne foi, 
a fk ftanchlfe étoit plus dangereufe , que l'art le 
99 piuft adroit \ pour fervir fes amis eUe facti- 
99 Bcdr tout, jufqu'à leiu: fectet : officieufe^auflî 
'99 emptëâee qu'imprudente , elle nuifoit avec 
99 les meilleures intentions : èi bonté Idt donnoît 
99 dë§ âmîs \ fa fincérité lui donnoit des Amans \ 
99 dld étoit partout j on Taimoit partout 99. 

Elvire U voyoitfouvent^ autant par aitlitié^^ 



MaDAMI de GkAHONY* ^9 

que pour flatter la paflion que fon frère atok 
pour elb. 

Le plaiiir de s'entretenir avec elle-même , au* 
roic fait garder long-tems le (îlence à Elvire ; 
maïs Ifabeile, qui ne penfoit qu'en parlant, le 
xotnpit bientôt i »> vous rêvez , dit-elle à Elvire , 
» ( en tirant de fa poche une boëte à mouches , 
» pour voir s'il n'y avoir plus rien de dérangé i fa 
^> parure. ) £h ! qui n'admireroit de fi belles cho^ 
>' fes , répondit Elvire ? Quoi donc ! que voyez- 
9) vous , reprit vivement Ifabelle ? Ces arbres , 
» dit Elvire, ce gazon, cette verdure, ce calme 
»> délicieux qui ravit les fens... Quoi ! interrom- 
j> pit Ifabelle en éclatant de rire , ce font -là les 
» objets de votre profonde méditation ! Eft-il 
«9 quelque chofe de plus admirable , répondit 
» Elvire , que les ouvrages de la nature ? Ah ! 
» beaucoup , répondit Ifabelle j je ne vois rien 
» de fî ennuyeux que fon éternelle répétition ; 
99 on vivroit des uécles fans efpérance de voir 
M du nouveau ; ce font toujours les mêmes ob- 
» jets , travaillés fur le même deffein. Les ani- 
» maux ne différent de nous, que par quelques. 
» nuances extérieures. On dit même qu'il n'y a 
n pas jufqu'aux plantes , qui n'ayent des reflem • 
» blances avec les êtres vivans. Si vous admirez 
i^ tout cela, pour moi, je n'y vois rien que de 
«s fort mal adroit. Cet ordre dés Saifon$,que Ton 
w trouve merveilleux, ne me préfente qu'une 
w fucceffion de mille incommodités différentes. 
» Le Printems me paroîtroit affez agréable, s'il 
» étoit mieux enten4u y mais toujours des feuil- 
» les , toujours du verd , toujours du gazon j cela 
» eft infûpportable. Je conviens cependant qu'il 
» y a , dans tout cela^ de quoi faire de jolies cho'- 

G ij 



ICO Madaue 91 G&Ancvr. 
j» £tSyZwtcàa goôt, (ans prefqae nen duiig é r ^ 
M je Toodrois rendre la nanire aoffi belle que 
j» Tan». 

Par exemple » je laiâêtois à peo-pccs lafi- 
ii gore des aibres , telle qa*elle dt ; mais mus 
9 aoroîenr leurs feuilles en camayenx de diffi> 
j» rentes coalecrs : l'iin ooulear dt rofe, l'antre 
s» Uea, on aatre jaune ; fi les nuances me man« 
«» qooient, fen imagînercHS tant de nouvelles , 
m anaucon ne fe reflèmUeroic : au lieude cette 
ccorce rude, inutile, dcfâgrcable, celle de mes 
» aibres feroit de glace de miroirs ; avec cinq 
9> ou fix jolies femmes & autant d'hommes, une 
Foret feroit anffi animée qu'une Salle de bal : 
t» plus ii^énieufe que lanamre , je rendrois mes 
99 bois auili ^mx if çjn^ la nuit que le jour , en gar- 
.) niflânt toutes les branches de mes jolis ca- 
9» mayeux , de ces infeâes luifans, quiferoienc 
s> la un etfet admirable ». 

» Je vondrois au(£ qu'il fut très-vrai qu'on ne 
jt marchât que fur des fleurs ; je les ferois tou* 
>» tes auilî baffes que le gazon , &: de couleurs 
» encore plus variées que mes arbres ; enfin 
» que n'imaginerois-je pas,pour donner desgra- 
»> ces a cette iniipide uniformité de la nature? 

Ifabelle auroic fans doute pouffé beaucoup 
plus loin la réforme de l'Univers ^ mais elle fat 
interrompue par un cri que fit Elvire , en fe le- 
vant avec ptecipitation ; Ifabelle en fit autant » 
fans fçavoir ce qui caufoic la frayeur de fa corn- 

Eagne* Elles fongeoient i fuir , quand un jeune 
omme , couvert de (ang , vint tomber prefque 
i leur pied. Ce jeune homme n'étoic que bief- 
fé ; le (ecours qu'on lui procura, lui rendit la con- 
jDoifTance, Elvire fenc naître dans fon cœur un 



Madame de Grafxgkv. 'ioi* 

f«ntiment plus vif que la pitié , pour cet incon- 
nu ; & elle engage Dom Pedre fon frère , à le 
retirer dans fa maifon , où il trouvera plus de 
foulagement que partout ailleurs. La mine , la 
taille , un air noble qui perçoit à travers le dé- 
fordre du bleffe , ne laifioient pas douter qu'il ne 
fût d'une naifTance au-deffus du commun. On 
fut en peu de jours, qu'il n'y avoir aucun danger 
pour le malade y mais . il ne parloir point y 8c 
les Chini^iens démontrèrent qu'étant muet , il 
devoir aufn être fourd. Auffi fe permettoit-on de 
tout dire devant lui ; & cette liberté le rendit , 
pour ainii dire ^ le confident des penfées les plus 
leaenes d'Èlvire & d'Ifabelle. Il apprit que le 
Roi aimoit Elvire , & que celle-ci ne répondoic 
point à cet amour. Je vais , Madame, vous faire 
part d'une converfation que ces detuc femmes 
ont enfemble fur ce fujet , en préfence du pré-» 
tendu fourd. 

» Que mon frère eft malheureux , dit Elvire 
s> i fon amie ! vous n'avez nul ménagement 
» pour lui ^cependant il vous adore. Belle rai- 
>» fon , reprit Ifabelle j s'il faut mefurer l'amour 
» que l'on prend fur celui que l'on donne , vous 
» aimez donc le Roi à la folie. Vous prenez un 
» mauvais détour , reprit Elvire (avec un petit 
j» . mouvement d'impatience ). Le Roi ne m'aime 
» pas ; & quand il jn'aimeroit... • Eh bien ! inr* 
» terrompit Ifabelle , quand il vous aimeroit.... 
» Achevez comme s'il étoit vrai \ hors vous , 
M perfonne nen doute j que feriez- vous ? Pen- 
» dant qu'Ifabelle parloit > Elvire qui éroit aflife 
ji vis-à-vis de l'inconnu , rencontra fçs yeux 
>t qu'il baifla avec tant de triftelîe, que fon dé- 
» pit eu augmenta > elle répondit encore plus 

G iij 



l>4 Mabami es GtLAft^Tifr. 

n X^BBom feol pooTcnt œe le faire rcfcpce : fi 
« Toffire des pcemiecf nmx d'an asor p«ir roof 
c^ftenfe , \t i fy c eii ds k deflêin cœ jTzfoîs for- 
j» me; rien ne poma m'en diftcâîre. 

fl» IcXmt^ à k Yoîx de rinoNuie, for £ûfie de 
9 rznt de SScrcos fenônieiisuia'îbinipcsidirenc 
9 Tédf€oqaeaient leur efec ËQe femUoirToif- 
9 loir s'cKMgner ; mais llnconim la recenanr 
» toofcmn : paidonnez-moî , Madame , coati- 
» noa-c-il , k violeiice qne je vous fais : Y%Àd k 
9 moment dcdfif ck ma vie } je ne fois pas 
s» aflêz téméraire pont efpéier; mais je fais trop 
s» nullieateaz,poarayoir q■dc{llecmfeàcIain- 
» dre. J*ai park, bette Ekse ; vous feok k ùr' 
9- rez y qne toot antre l'ignore ; prdez mon fe- 
9 cret ; c eft k ienk grâce qne je irons demande 
9 a préfent ; me k refnferez-voes ? Repondez- 
s» moi 9 charmante Elvire ; ijae j'entende de 
^ cette befie bouche nn mocqai me fcnt adrefle; 
^ qoelqn'ilpmflêètre, ilferacheràmonamoar. 
9 Je garderai votre fecrer , répondit-elie d'une 
9 Toix timide ; permettez-moi feolemem de k 
communiquer à mon frère ; il ne doit rien 
39 ignorer de ce que je £u ; & vous lui devez va« 
af tre confiance. Vos volontés Ibnt mes kiz^ 
99 Mailame , reprit l'inconnu j dites mon feciec 
» i Dom Pédre : mais , adorable Elvire, ( ajou- 
' 9 ta-t-il avec une tendre timidité ) k lui direz* 
9 vous tout entier ? Je ne lai cache rien, répon- 
» dit-ette. Ah ! Madame , s'écria Tinconna,^ que 
j» monainour vous touche peu! que je fais niai- 
se heureux ! Mais pourqiiéi , dit Elvire, s^ipper^ 
s» cévaat alors pour k premkre fois qa elk s'at-» 
» tendriflbit ? Ctaignant d'en trop dire , elk sx« 
1» châppa iks maia^ de riaconnu » fi agitée ^ 



Madame de GrahgkyI 105 

i> qu'elle n ofa entrer dans le cabinet où étoic 
M Ifabelle ^ elle alla s'enfermer dans le (îen». 

A peine Eemife de fon trouble , commençoit^ 
elle à, fentir cette joie du cœur, oui naît du dc« 
veloppement d'un fentiment agréable , que Dom 
PôdreartivsL 

» Ah ! mon frère , s'écria-t-elle en courant k 
" lai , l'inconnu m'a parlé ^ vous ferez furpris de 
>» l'entendre : il vous aime y il a tm fon de voix 
9» charmant j vous ne vous repentirez Jamais de 
>' lui avoir fauve la vie ; vous l'aimerez j'en fuis 
^ fûre ; mais il faut lui garder le fecret ; je l'af 
>» promis. Quel fecret, demanda Dom Pedre ? Sa 
» nai(ËLiïce «ft-elle obfcure ?: n'ofcroit-il l'avouer? 
» Ce n'eft pas cela , répondit Elvire j il ne veut 
» parier qu'à nous; nous aurons feuls fa confian* 
» ce y notre amitié lui tiendra lieu de tout : un 
» jufte mépris pour les hommes. • . « Que vou« 
>) lez-vous'donc dire , ma fœur, interrompit 
»' Dom Pedre? Je ne vous entends point ; mais 
» enfin quel eft fon nom &c fa naiuànce ? Je ne 
»> le fai pas , répondit-elle, aufii furprife de fon 
M ignorance , qu'embarraflee de la queftion. 
» Vous ne le favez pas , reprit, vivement Dom 
« Pedre ?*&'qu'a-t il donc pu vous dire ? Pour- 
ri quoi vous confier des fecrets avant que de 
a»^ le faire 'çonnoître. Quel efl: l'embarras où je 
^9' voa&yoi&? Expliquez-vous , ma fœur; éloigner 
» s'il fe peut) desfoùpçons. ... . Ah! mon chec 
^ hère y intenrompit Elvire, n'intimidez pas ma 
-« cohfian^ j vous faurez tout ; je ne' veux rien 
9% cach» à un frère que 'l'adore. L'inconnu. . . • 
9> Quoi, toupiirs l'inconnu, reprit Dom Pédre 
-^> iivec colère. Ce neft plus que. fous fon non-. 



que je pok recevoir ^confiileaces; je vais Id 
s» fake ex^iqaer.Ni4odaûci0èQieQcneiBecQii« 
« vient avant ccJbt ^ ia fi:?t<rynre i«. 

Il fortit en même rems» & laiflâ £lvîre dans 
une fîrpaticn bien oofireile pour ionan»^ Emn* 
née, interdite , elle s'appoya for one laUe > te 
iemUoit, en fe caduiit le vi£ige de ies mains , 
vouloir (e dcfober à ^J^-foone one partie de ia 
çoo^aÛQn. La isolerede Dom Pédre amk cdairé 
ibn oopur : la crainre de s me mcprife fur. Tob^ 
jet de À lendcetfè «loi r^dirplos de tiniiditc» 
qoe le plaifir d*erreaîaiee ne buenàTokfait per^ 
dre i cette pafficm^qm s'esprimcHt ifn m omen t 
auparavant par une joie & naïve, kii parut oa 
crime, & peutrctie une bafleiTe. 

Elle foi raiTorée, lorfqœ fjam fîterc venant: la 
retrouver quelque tems qvès, loi apprit qu'il 
veuoit dVoir.un cdaircifemcntavec i igopBQtt» 
& qu'il avoir tué: de lui le fecret de la naiftt 
iàiice." Il étoirils de D.Sanche deLa&Torres, 
n fameux MiniftiSe d» Roi de Podoigal* Dom 
p Saoche avoit cale malheur de plairç à jLanreLde 
19 Padilb , maîaeflè dece Prince. P^us^violen^ Si 
If ptoscruelleencncequç lui, elle commença ipar 
99 laite empoifonnerlainerects Dom AlYaff,jpèur 
V 6tertoutprccexteàlavefmeufefroidfiurdc£tem 
f» Sanche ^ mais cet ^tteûta£.qu'il ne pitti^oref » 
« changea fon indifécence en horcouc^ Lanre » 
« d^felpérant de pouvoir le toucher , £s porta 
p aux dernières esnemités^ après. a»oir ^Szjé 
p envain de jetter dans refprit du IVoi, des fioup- 
p çons fur l'intégrité de fon Atiniftre, :eUe for« 
» gea elle-même un projet de conpic^cui y qn*elk 
p fit trouver dans les papiers île Dom Sanche , 
'> par un complice infâme de fes cruautés. << 



Mjl^aui db GaÀ9i6Nr. 107 

Faites atcemion , Madame , à ce projet de cou-- 
juration j ik doit en ârre quaftion dans la fqire de 
ce Romaii. 

» Le Roi, fur ce fpëcieux témoignage, fit 
M trancher la tète à fon Miniftre y m4is la ven^ 
tt geancQ de cette perfide femfme n*étoit pas àf^ 
p foiivie i elle vouloit éteindre, en Dom Âlvar, 
» le refte du aonn de Las Toires. Il ne lui eût 
*» p(is étediâ^cile de le ^aîr^ périr , tous les amis 
» de fon père Tay^nt abandonné' : un feul lui 
» refta^ qui eut le courage d'enlever le jeune 
^ Atvar ë il vint le cacher dans la Forêt , où £1-^ 
s» vire ôc Ifabelle i'avoient trouvé. 

» Ce fidèle ami a eoniacré fon bien , fon ef- 
» prit &: {qs talens, à Téducation de fon élevé; 
» une cabane leur a fervi d'afile contre les fu- 
» reufs de Laure, jufquau jour où Tinexpérien-^ 
n. ce du malheureux Âlvar a donné lieu à k plus 
9 horrible cataftrophe. Il chaiToit aflez loin de 
» lear habitation , lorfqu il rencontra des gens 
» iuôotinus , qui le croyant de la fiiite du Roi ^ 
» le quefti<mnerent fi adroitement , quç parlant 
» peur la première fois à ^es hommes , la dé- 
» fiance générale que fon ami lui avoir infpirée', 
» lié fumt'pas pour le garantir de leurs artifi- 
» cëSJ'Céeôteht d^s 'emiÇairés dé U 'cruelle 
i» LaAre ;'ils tirèrent 'des paroles de Dom AU 
19 Vàl? , 4es induâiôns fuHSfàntes pour déêbuypir 
» k fèlraitè de fon vertueux 'ami , & partirent 
» proMtopcement pour atter corifommer le* cri^ 
i» fnè par ^ infime affiffinat. ' 

«9 (^âel ipeikacle poitr lé^'màlheurecBc Alvar • 
» «fi eimant dans la GftbtfHe,4e trouver foi* tût(>» 
» it^ àhii ftiv fle rendre te- dernier ^pîr*! ji 
•• helui ifeftoîcde forcesj,quf pour lui ajpjprendrè 



loS Madaus de GlUnGHT. 

n d où panoient les coups y & pour Texhorter I 
«9 s*en gacanrir. Dom Âlvar layanc vu eiq>irer, ne 
» fe connoiflànc plus lui-même , erroic comme 
>• un furieux dans la Foret , quand il rencontra 
9» des Piqueurs ilu RoL Us voulurent brutale- 
a» ment le faire retirer. Dom Âlvar , qui ne 
n cherchoit qu'à mourir , fe livra à leurs coups » 
» & vint tomber aux pieds d'Elvirp. Sa feule vue 
» ('engagea à recevoir les fecours qu'elle lui pro- 
a» cura \ fon cœur , quoique prévenu contre les 
«» hommes, ne put rédfterâ l'amour qu'Elvire 
j> lui avoir infpiré \ il étoit d'autant plus violent ^ 
t> qu'il le reflentoit pour U première fois : mais 
i> en fê livrant à fes foins , il fe propofa d'obfer^ 
» ferver , en gardant le iilence , ii les hommes 
91 étoient tels qu'on les lui avoit dépeints , Se de 
a» ne le rompre , que lorfqu'il auroit trouvé où 
» placer fon eftime v%, Dom Pédre raconte à fa 
iaur, qu'il a vu dans les papiers de Dom Alvar ^ 
Fputes les preuves qui peuvent çonftater. cette 
Hiftoire \ que le feul écrit qui lui manque , éft 
le fatal projet de la conjuration, qui a coûté la 
vie à fon père, & que Dom Âlvar l'a cherché 
inutilement. 

Dans ce moment le fre^e ^ la fœur entendi-' 
rent un grand bruit : un Officier entra fuivi de 
plufieurs Gardes \ il venoit arrêter Dom Pédre 
de la part du Roi \ on ic conduifit dans une tour » 
où il fut enfermé. £lvire<:ourut fe jetter aux pieds 
du Monarque qui la reçut avec bonté , mais qui 
ne voulut, jamais lui dire de quel crime Dom 
Pédre étoit accufé. Ce qu elle fut feulement d'I- 
iabelle, c'efl: que Dom Alvar étoit dans la plus 
liauce faveur auprès du Monarque. U elfaya plu*^ 
fleurs fois de parler pour fon ^mi \ vim le Prmce 



Madamb db Grabigny. 109 

étoic impénétrable fur les motifs de fa détention. 
Il le fut bien encore davantage, lorfqu il appriiT 
^uè fon favori étoit aimé de la fœur de L)om 
Pédre. Il la crut complice du crime dont il foup^ 
^onnoic le frère d'Elvire j la jalouGe fe joignit à 
ce foupçon ^ & fans rien examiner davantage , 
il fit arrêter Dom Âlvar, Elvire , & Ifabeile. 
M Elvire allbmmée de ce coup imprévu , fem- 
9f bloit ne prendre aucune part à ce qui fe paf- 
» foit. O mon frère , ô Alvare , s'écria-t-elle dou- 
9^ loureufement y qu'allez^vous devenir ! Ifabeile 
99 ne cedbit de crier à l'injuftice ^ elle affuroit 
9» qu'elle n'obéiroit pas ; qu'elle vouloit parler au 
» Roi ; qu^aiïîirément elle lui feroit entendre 
n raifon. Ses plaintes furent inutiles j il fallut 
t> partir. Elvire demeura pendant tout le chemin 
» dans Tefpece d'égarement où elle étoit tom- 
» bée en recevant les ordres du Roi. Ifabeile ex- 
s> haloit fon impatience d'une façon , qui dans 
ji toute autre conjondture , auroit été plai* 
» faute. 

» La nuit étoit déjà fort avancée , quand elles 
» arrivèrent j on les conduiiit dans une chambre 
9> immenfe , dont le délabrement y aufli bien que 
s» celui des meubles,auroient effrayé des perfon- 
» nés moins délicates. Tout étoit égal à Elvire ; 
99 elle ne s'informoit de rien ^ mais Ifabeile , par 
» fes queftions réitérées , obligea des efpeces de 
» phantômes, deftinés 4 les fervir fous l'habille- 
M ment de DuégnesiL^ à fatisfaire fa curiofité. Elle 
» crut voir ouvrir fon tombeau , en apprenant 
n qu'elles étoient à la Cour de la Reine Douai' 
» riere , grand'mere du Roi. Elle fit à Elvire mille 
M reproches mêlés de larmes. Son chagrin redou- 
V bla le lendemain,enfe voyam dans unChâteaH> 



fio Madaki de GrahcktI 

9 moins afireux encore pir ion extrcme ihrî^ 
9 qaicé , qoe par le pea oe foiii que Ton pteiioit 
9 de rentrecentr. 

n La vieille Reine attadice aox étiquettes & 
9 aux aùciens nfages y renckât la vie infappcnr^ 
» table â celles que la profcription y conduifoit) 
» foos le {K^étezte de loi former une Coiir« Tout 
s» y refpiroit la gcne > la triftefllè , & Tinoommo^ 
s» dite ^. 

• Plus de fix mois s'étoient écoules, lorfqne le 
Roi fit avertir la Reine Douairiere^qu'il iroit le 
lendemain lui rendre une vifire. n» Il lui donnoit 
9 rarement cène marque de refpeâ ^ au(fi cet 
t» événement répandit une joie générale <km fa 
sf trifté Cour. La vieUle Reine , qui y comme tous 
9 les gens de fon âge , tenoit encore au monde 
3» pour en favoir les nouvelles , méfurant la 
a» quantité quelle en appr endroit, par la durée 
# du tems qu'elle pafferoit avec fon petit-fils , 
». voulut prévenir Ion arrivée j elle fit apprêter 
>» fes équipages , aulfi délabrés que fon Château j 
j9 & le jour marqué , elle fe mit en chemin pour 
5» aller à la renconne du Roi y Elvire & ifabelle 
» étoient du voyage. 

» La trifte Elvire revoit profondément aux 
>» moyens de tirer da Roi , ou de quelqu'un de 
n fa fuite , des édairci^emens fur le fort de 
9> fon frère ic de fon Amant ^ |ufques-là elle 
>» n avoit pu en prendre aucune nouvelle. 

»i Ses regards etoient fans deifein j quand 
99 tout-'à-'Conp frappée de la rencontre la moins 
M attendue , elle nt an cri , en s'élançant hors de 
■» la voiture , qui par bonheur étoit fort baffe. 
» Elle fur en un inftant au milieu d'une troupe 
39 d'Aichors qui con4;ttifoiem deux prifonniers i 



MaDAMTB DE GAAFIGNTW IIX 

h le changement de leur vifage , l'horreur de 
j> leurs habillemens, les fers dont ils.étoient 
i> chargés , n^ Tavôient pa^ ettii>èchée de les re- 
s> coniioîtrê. Moh frer« , s'écriolt-elle , ô Dieux ! 
9) moâ chet fret e^ eft-ce vou^ ? Elle le tenoit dans 
9> fes hrâ$ i qu'elle en doutoit ehée^e. Son pre- 
99 mrei? fskdUvement fût la jèie dé tettouvér tout 
99 ce ^'élle aiftieit ^ mais bieîit4c frappée de lap- 
^> pareil dHnfaihie qui Us éhtduroit ^ il fembia 
9> que fa vie ôU fà raifoh allaient labandonher. 
9> Saifîe d'eiftôi , elle les quittôit pout appeller 
n le ciel & la terre à fon fecours. Elle revenoit 
99 à Dôm Pédrè , le ferroit j>lus écrëitement 
n dalis fe^ toâs } nilUe faifè dahs fes pènfées ; 
99 iiul ordre dâAs i*ê^ ^rdlés 5 fa douleur étoit 
k9 UM délire. 

9> Dém Pëdré mohttëît ÉMins de fôibleàe ; 
>9 Mais le âéféfpoir étoit peiht dahs toute fofi 
9> âftioh j des tnots ehttecoUpés exptimôient 
99 tour-à-toUr fa fureul: , fa honte , éc foh atten-' 
9> driflement* Dbm Alvàr , iiialgré lé poids de 
»9 fes chaînes^ étoit aux pieds d'Elvirej iltéiioit 
9> une de fes mains qu'elle lui avoir abandoniiée j 
99 il la baigiloit dé les larmes y Elvire jettoit dé 
99 téms eh tettis fur lui des regards ittêlés de 
» complaifahce j d'horreur Se de tendréfle : Al- 
99* var 5 difoit-elle , que notis fonimés itaalheu- 
99 réui î ils ctoient tous trois ti^op occi^és d'eux- 
99 mêifee^, pour àppereeVoir ce qui fc paflToit au- 
n près d'eux «. 

La Reine furprife dé la fuite précipitée d'Et- 
▼ire, avoit fait arrêter, pour en favoir la caufe. 
Ifabelle , après avoir reconnu les prifonniers , 
étoit defcendue j elle coutoit pour joindre (es 



tii XIadame d£ Grafignv. 

careflês à celles de fon amie, lorfque le Roî 

arriva. 

Ce Grince avoit vu de loin ce qui s'étoic pafle } 
il avoit cru reconnoitte Elvire ; mais ne compre- 
nant rien i £a démarche » il avoit poufle fon che- 
val pour s'édaircir plutôt j fon impatience ne lui 
avoit pas permis de s'arrêter avec la Reine j il 
ne fit que la faluer en patTant , & rejoignit Ifa- 
belle au moment qu'elle arcivoit. » Voyez, lui 
»> dit-elle , le fruit de vos caprices. Vous en de- 
9» vriez mourir de honte & de regret y mais vous 
» êtes Roi s». 

Alphonfe reconnoiffànt jilors fes malheureux 
favoris , fe fentit combattu de fentimens fi op- 
pofés , que ne voulant céder i aucun , il alloit s'é* 
loijgner , lorfque Dom Pédre levant les yeux à la 
voix d'lfabelle> plus faifi de fureur que d'éton* 
nement de fe voir près du Roi , il lui cria avec le 
ton du défefpoir : >9 arrête, cruel ; repais tes yeux 
jî de rétat horrible , où tes injuftes préventions 
9) nous ont conduits \ tu veux ufurper le nom de 
j> Pacifique ; & tu mérites mieux celui de cruel, 
9> que ton prédécefieur ^ il n'a verfé que du fang y 
»> & tu déchires les ccrars. Ton amitié eft une 
99 tyrannie ; tes bienfaits font des malheurs , & 
» notre reconnoiffance un fupplice. 

» Au premier mot que Dom Pédre avoit prp- 
»> nonce , Elvire éperdue Tavoit quitté pour fe 
. » jetter aux eenoux du Roi , qu elle cenoit for- 
99 tement embrafles : ah ! Sire, lui ciioit-elle , 
» ne vous ofFenfez pas des paroles que le défef*- 
»> poir arrache à mon malheureux frère y fon 
*i crime ne commence que de ce moment j par- 
» doxmez tout à l'excès de fon infortune y vous 

l'avez 



Madame de Grafigny/ 1 1^51 

w l'avez aimé. AhDieuxljettez les yeux fur lui!. 
» vous aimez la veir,u , fecourez-la. Mes larmies^ 
>j . . . . Ma douleur. . . . Nos malheurs. . ^ 
»> Hélas ! ils font fans bornes »! , . 

Le Roi , plongé dans une profonde rêverie i, 
ne répondoit que par des regards fombres & dif- 
traics , qu'il jettoit alternativement fur le frère 
& la fœur. Elvire, perfuadée qu'ils annonçoienc 
la perte de ce qu'elle avoit de plus cher , n'écou- 
tant que fon defefpoir , alla fe jettér entre font 
frère & fon Amant. » Je ne veux plus t'enten- 
» dre, tyran inflexible , continua-t-elle en par-. 
3> l^t au Roi y nous expirerons à tes yeux j mais. 
yy tu ne feras pas le maître du moment j nous 
» te ravirons le plaifir barbare de l'ordonner..,, 

« Non, vous ne mourrez pas, s'écria le R0Î5 
i> vous êtes plus mes tyrans,que je né fuis le vôtre j 
» mes regrets me rendroient plus malheureux 
»> que vous , fi mon jufte reflentiment triom- 
3> phoit de ma clémence. Voyez , Madame '^^ 
^9 continua le Roi en s'approchant d'Elvire * 
» voyez fi votre frère étoit coupable j yojez s'il 
» mérite la grâce que je lui accorde. Élvire priç 
^ un papier que le Roi lui préfentoit, & qup 
» Dom Alvar reconnut auffitôt , pour le fatal 
^> projet de conjuration, qui avoit coûté la vie i 
» Ion père. Ah ! Sire, s'écria-t-i^ quelle pre^ê 
» plus convaincante pouviez-vousya,voir de f ia- 
5s nocence de Dom Pédré. En même tems il ap^ 
>j prit au JBloi l'origine ,de ce funeftç éc^ît j il lui 
Si fit remarquer qu'étant fans nom îk fans date., 
» il n'avoit pas été difficile aux ennemis de Doip. 
« Pédre d'en impofer au Roi, en rapprochant 
» les circonftances. Cela doit être vrai , Sire , 
9> dit Ifabelle , quand Dom Alyar eut cefl? de 
Tome IF^ H 



£ 



iltf MADAME ©Ë GRAFIGNYI 

rendoit d'une magnificence extraordinaire. 

On ne peut pas dire que les Péruviens 
euffent fait de grands progrès dans les arts, 
ni dans les fciences. Chez eux , la Médecine 
confiftoit dans la connoiflance de quelques 
fecrets. On ne favoit de Géométrie , que ce 

3u'il en falloir , pour la mefure & le partagé 
es terres , dont la culture étoir regardée par- 
mi eux , comme une occupation honorable. 
Ces peuples avoient une forte de mufique , 
& même quelque . genre de Pocfie. Les Pièces 
dramatiques , -qu'ils compofoient , étoient re- 
préfentées par les plus grands Seigneurs du 

>ays, en préfence des Incas& de toute la Cour. 

1 paroît que la morale & la fcience des loix 
utiles à la fociété , étoient les chofes que les 
Péruviens avoient appris avec plus de fuccès. 
11 fortoit aullî de leurs mains des Ouvrages 

- 4*une beauté admirable , tels que ces arbres , 

%:es fleurs & cçs fruits d'or , qu'on trouvoit 

= 'dans les jardins du foleil , & qui étoient tra- 

^ vailles avec un art inconnu en Europe. On a de 

- Ja peine à comprendre /comment ces peuples, 
fans aucun inftrument de fer ni d'acier , oiit 

• pu, à force de bras feulement, renverfer des 
rochers , conduire leurs fuperbes Aqueducs au- 
delFus des plus hautes montagnes , & pratiquer 
des routes dans tout leur pays , maigre les plus 
grands obftacles. 

Tels étoient les peuples qui devinrent les vic- 
rimèsde l'avarice dés Efpagnols j ceux-ci fe por- 
tèrent à des excès de cruauté , dont le récit fait 
horreur. Il ne leur fut pas bien difficile de vain- 
cre des hommes fimples & crédules , qui voyant, 

•^pour la première fois des armes â feu, les prirent 



Madame m Grafigny, w/ 

f)OMt des înftrumens du tonnerre. Les Efpagnols 
ânçant la foudre , & montés fur des chevaux , 
dont les Péruviens n*avoient jamais connu 
fefpece , furent regardés comme des Dieux , 
dont on ne parvient point à calmer les fureurs , 
par les dons les plus confidérables , & les hom- 
inages les plus humilians. Une nation entière, 
foumife , &: demandant grâce , ne put fléchir 
ces barbares vainqueurs j & après bien des 
tôrrens de fang répandus , les Efpagnols refte- 
fent m^iîtres d'une des plus riches parties du 
monde. 

Cette introdu6tion hiftorique doit fervir i 
la connoifïânce des peuples infortunés > parmi 
lefquels Madame de Grafigny a choifi fon Hé- 
roïne. L'Ouvrage eft une efpece de Roman 
épiftolaire , où , en forme de lettres , & en 
ftyle de fon pays , une jeune Péruvienne mêle 
au récit de fes amours , une critique fine & in- 
génieufe du caradere & des mœurs de notre 
nation. Vous êtes fans doute curieufe , Mada- 
me , de favoir comment elle s'y prenoit pour 
exprimer fes malheurs & fon amour. Elle fe 
fervoit , dit l'Auteur , des Quipos (Jui étoient en 
ufage de fon tems. On appelloit ainfî des ef^ 
peces de franges compoféesde fils ou de cor^ 
delettes dé diyerfes couleurs , auxquels on fai- 
foit des nœuds. . La combinaifon de ces cou- 
leurs & de. ces nœuds , te noient lieu d'écrit- 
"ture. ; " ." ■ ■■ , 

Le fond de ce Roman eft extrêmement iî|n- 
ple ; Zil'ia , jeune Princeffe du Sang des Incas , 

3ui font; les Rois du pày ^ i àvoit été éleycë 
an ' 

au 




lit Madame ȣ Cratic^t. 

» des ignorances ? Je le vois avec douleui,conci* 
9» nue Zilia ; les moins habiles de cène Contrée 
i» font plus favans que tous nos Phiiofophes. 

Détetville emmené avec lui la jeune Pcni« 
vienne a Paris. Il la préfente à fa famille qui 
y tenoit un rang diftmgué y Se voici comment 
elle y fut reçue. » En arrivant , dit Zilia , il me 
sy fit entendre qu'il me condnifoit dans la cham- 
9» bre de fa mère. Nous la trouvâmes à demi cou- 
» chée fur un lit, à peu-près de la même forme 
-tf que celui des Incas, & de même métal. Après 
-*• avoir prcfentc fa main à Déterville , qui la 
» baifa en fe profternant prefqne jufqu'à terre , 
J9 elle Tembrada^ mais avec une bonté fî froide > 
» une joie fi contrainte , que , fi je n'eufle été 
'99 avertie , je n'aurois pas reconnu les fentimens 
99 de la nature dans les carellès de cette mère. 

» Apres s'être entretenus un moment , 
99 Déterville me fit approcher ; elle jetta fur moi 
99 uri regard dédaigneux j & fans répondre à ce 
» quefon fils lui<ufoit , elle continua d'entou- 
»r ter gravement fes doigts d'un cordon qui pen- 
» doit à un petit morceau d or. 

" Dès que Déterville avoit paru dans cette 
9> chambre » une jeune fille, à peu-près de mon 
-99 age,étoit accourue ; elle le fuivoit avec un em- 
*y predement timide>qui éroit remarquable. La 
» joie éctatpit fur (on vifage , fans en oannir un 
» fond de rriftelTe intéreflant. Déterville l'em- 
99 braflfa la dernière j mais avec une tendrelle û, 
» naturelle, <Jùe moncorar s'en émut. 

« Pendant ce tems , j'étois reftée auprès de fa 
« raere par refped j je n'ofois m'en éloigner , 
»> ni lever les yeux fur elle. Quelques regards fé- 
» vercs , qu'elle j^ctoît de tems-en-tems fur moi. 



Madame de Grapigky. iit 

h achevoient de tn'intimider , & me donnoîenc 
•> unecontraintequi gênoitjiifqu*àmes penfées. 

>» Enfin , comme u la jeune fille eût deviné " 
>v mon embarras, après avoir quitté Déterville, 
»' elle vint me prendre par la main , & me con- 
» duifit près d une fenêtre où nous nous aflîmes. ■ 
» (Quoique je n'entendifle rien de ce qu'elle me 
»■ difoit , fes yeux pleins de bonté me parloienc 
» le langage univerfel des cœurs bienfaifans j 
» ils m'infpiroient la confiance & l'amitié : j'au- • 
w rois voulu lui témoigner mes fentimens ; mais 
3> ne pouvant m'exprimer félon mes defirs , je - 
n prononçai tout ce que jefçavois de fa langue. 

» Elle en fourit plus d une fois, en regardant 
» Déterville d'un air fin & doux. Je trouvois du* 
y plaifir dans cette efpece d'entretien , quand la 
» Dame prononça quelques paroles aflfez haut , 
»> en regardant la jeune fille , qui baiflfa les yeux, 
» repoufla ma mam qu'elle tenoit dans les fien- 
» nés , & ne me regarda plus. 
- j> Dans les différentes Contrées que j'ai par- 
ât courues , je n'ai point vu de Sauvages fi or* 
» gueilleufement familiers que ceux-ci. Les fem- 
» mes,furtouc,me paroiflent avoir une bonté mé- 
y» prifante,qui révolte l'humanité, & qui m'inf- 
» pireroit peut-être autant de mépris pour elles , 
à qu'elles en témoignent pour les. autres , fi je 
» les connoiffois mieux. 

n Une d'entr 'elles m occafionna hier un af- 
» front , qui m'afflige encore aujourd'hui. Dans 
» le tems queTaffemblée étoit la plus nombreu- 
» fe, elle avoitdéjà parlé â plufieurs perfonnes 
» fans m'appercevoir j foit que le hafard , ou que 
» quelqu'un m'ait fait remarquer , elle fit un 
p ^dac de cire, en jettanc les yeux fur moi ^ quic- 



ii£ Mai>au£ de Grajigkt. 

93 ta précipitammenc fa place , TÎnc à moi, me 
91 ht lever ; & après m avoir tournée & cetoornee 
s9 autant de fois que fa vivacité le lui fumera » 
» après avoir touche tous les morceaux de mon 
r%. habit avec une attention fcrupuleufe , elle âc 
n fîgne a un jeune homme de s'approcher,& re- 
99 commença avec lui l'examen de ma figure. 

" Quoique je répugnafle â la liberté que l'un 
3) & l'autre fe donnoient , la richelfe des habits 
t% de la femme, me la faifant prendre pour une 
99 PrincëlFe , & la magnificence de ceux du jeune 
99 homme tout couveit de plaques d or , pour ua 
99 erand Seigneur, je n'ofoism'oppofer a leurvo- 
» lontéjmiiis cefauvage téméraire, enhardi par la 
» familiarité de la Princefle, & peut-être par ma 
99 retenue, ayant eu l'audace de porter la main fur 
3> ma gorge , je le repouflki avec une furprife & 
99 une indignation , qui lui firent ccnnoitre que 
9» j'étois mieux inftruite que hii, des ioix de Thon- 
99 nétetc. 

>> Il s'en faut beaucoup, que l'humeur de \4a- 
9» dame , ( c'eft le nom de la mère de Déterville , ) 
» ne foit aulli aimable , que celle de fes enfans. 
99 Loin de me traiter avec autant de bonté , elle 
99 me marque en toute occafion, une froideur & 
99 un dédain qui me mortifient, fans que je paille 
99 en découvrir la caufe \ & par une oppofition de 
99 fentimens que je comprends encore moins > 
>9 elle exige que je fois continuellement avec 
99 elle. 

Déterville prend le pani de mettre Zilia dans 

un Couvent , où il lui donne des maîtres, pour lui 

apprendre la langue , les ufages & la religion de 

notre pays. 

. . 99 La vie que Ton mené dans cette retraite eft 



Madame de Grapigny.' 12 j 

ii fi uniforme , qu'elle ne peut produire que des 
a événeinens peu confidérables ; cependant cette 
M retraite ne me déplaitoit pas , fi au moment où 
j> je fuis en état de tout entendre , elle ne me 
w privoit des inttmétions dont j'ai befoin. Les 
» Vierges aiit l'habitent, font d'une ignorance 
» fi profonde , qu'elles ne peuvent fatisfaire à 
» nies moindres curiofités 3>. 

Malgré toutes fes occupations , Zilia trouvoît 
encore le tems d'écrire à Ion cher Aza ; mais Aza 
étoit un infi4èle qui ne méritoit plus fa tendrefle. 
Arrivé en Efpagne, il y avoit formé de nouvelles 
chaînes } féduit par les charmes d'une jeune Efpa- 
gnole, il fe difpofe à s'unir à elle par les liens 
de l'hymen. S'il vient en France , s'il voit Zilia , 
ce n'eft que pour fe dégager de la foi qu'il lui a 

Iurée , & pour aller après , fans remords , s'unir à 
'objet qu'il aime. 

Envain Déterville fe flatte que l'înconftance 
de cet Amant apportera quelque changement 
dans le cœur de Zilia ; elle lui déclare que fon 
penchant pour Aza eft invincible. » Je fuis gué- 
» rie de mapaflîorf, lui dit-ellè j mais je n'en 
y aurai jamais que pour lui. Tout ce que l'ami- 
j> tié infpire de féhtimens font à vous j vous ne 
y les partagerez avec perfonne 5>. 
^ . Elle le conjute eniuite de iie point attendre 
d'elle d'autres fentimens ;& loin de vouloir 
prehdre de* nouveaux liens, elle ne penfe plus 
tfu'à fe dégager de fes premières chaînes , &:à 
'oublier dans fa folitude Finfidele Aza. Voilà en 
abrégé toute l'hiftôire de Zilia : c'ëft fur cefon- 
'4êniènt qu'eftidnftruit l'édifice des Lettres Péru- 
yiehnes* 
' ' 'Je remarque d'abord, que ce qiii domine dans 



124 MAi^A^fx D2 GxAn^yrr 
cet Orrrige , ei ûh feâHrr.air dé cerjirœe qa'c- 
pcoc/ e poci Li pcernier* fois en azur :;ci neuf, &: 
«:û :'î2:j:r;~r icie rr.imere tjcre 3ccveiI0.Ce 
nt'z -: CLr.5 les Py2Zz:y , ni izns k$ Rjrr,?m , q^ie 
Zîlii 2. apprii  aimer ; ce n'ed poin: Li cou pois, 
qu'elle poife les expreâons ce fbn izrxKxr. Son 
ame e;r U fouzce &: Timage de fes fennmens ; S: 
fes proies en eiprimeni tcare Tciendae. » Âza, 
9 <jae m ir/escner; que j'ai de joie i ce le dire » 
9 a le peindre » à donner à ce fecnmenr toutes 
» les fortes d'exilcences qu'il peut avoir ! Je vou- 
99 droLs le tracer fur le plus oeau mctail, for les 
n murs de ma chambre , fur mes habits > fur touc 
9» ce qui m'enviromie, ii Teiprimer dans toutes 
» les Langues r>. 

C eil ainii, que dans une de les lettres , la jeune 
Péruvienne nous dépeint Ton amour j il prend » 
dans toutes les autres, une forme toujours nou- 
yelle ; ce neft ^uun fentiment^ mais ce font 
mille couleurs diïTérentes qui le repréfentent. 

Zilia rappelle à fon Amant les foins qu il 
s*eft donnés dans fa Patrie , poitt cultiver & 
.orr»er Tefprit de celle qui devoit être un joqr 
f';ii époufe. » Je goûte avec traniport la délicieu- 
^ fe confiance de plaire à ce que j'aime ; mais elle 
9> ne me fait point oublier que je te dois tout ce 
9> que tu daignes approuver en moi. Ainfî que 
1» la rofe tire fa brûlante couleur des rayons du 
t9 foleil y de même les charmes que tu trouves 
i9 dans mon efprit & dans mes ^ntimens , ne 
9» font que les oienfaits de ton génie lumineux y 
3» riennefta moi que ma tehdreffe. 

yy Si tu étois un homme ordinaire , je ferois 

j> refté dans l'ignorance, à laquelle mon fexe cft 

. f> condamné y mais ton ame ^ fupérieure aux, 



Madame di Grafigny. izj 

r» coutumes , ne fes a regardées que comme des 
» abus j tu en as franchi les barrières pour m'é- 
» lever jufqu a toi. Tu n'as pu foumrir qu'un 
fi Etre, lemblable au tien, fût borné à rhumilianc 
»j avantage de donner la vie à ta poftérité. Tu as 
» voulu que nos divins Philofophes ornafTent mon 
w entendement de leurs fublimeS connoiffances. 
» Mais, ô lumière de ma vie , fans le défir de 
» te plaire , aurois-je pu me réfoudre à abandon- 
» ner ma tranquille ignorance , pour la pénible 
j> occupation de l'étude ! Sans le defir de mériter 
n ton eftime , ta confiance , ton refpeâ; , par des 
j> vertus qui fortifient l'amour , & que l'amout 
ff rend voluptueufes , je ne ferois que l'objet de 
» tes yeux j l'àbfence m'auroit déjà effacée de ton 
j> fouvenir». 

Tout devient neuf, fous la plume de Zilia ; 
ce n*eft pas qu elle repréfente les chofes diffé- 
remthent de ce qu elles font^ mais elle les rend 
autrement que le vulgaire ne les conçoit, 

» Un bois , par exemple , eft un endroit dé- 
» licieux , où l'on croit voir la fraîcheur avant de 
5> la fentir. Les différentes nuances de couleur 
» des feuilles adouciffent la lumière qui les pé* 
» netre, & femblent frapper le fentiment auffi- 
ï> tôt que les yeux. Une odeur agréable , mais 
» indéterminée , laiffe à peine dilcerner fi elle 
f* offerte le goût ou l'odorat ; l'air même , fans 
» être apperçu , porte dans tout notre Etre, une 
ï> volupté pure , qui femble nous donner un 
» fens de plus, fans pouvoir en difcerner l'or- 
n gane. 

Paris ett une Ville , >> qui contient des Ponts, 
» des Rivières , des Arbres , des Campagnes: 
vi elle paroîtun Univers, plutôt quunc habita- 



ia8 Madame de GRAPicKr, 

s> hors de toute croyance , que les François di^ 
a voilent les fecrets de la perverlîté de leurs 
j> mœurs. Pour peu qu'on les interroge , il ne 
yy faut ni finelFe , ni pénétration, pour démêler , 
n que leur goût effréné pour le fuperflu , a cor- 
»> rompu leur raifon , leur cœur , & leur efplrit j 
j> qu il a établi des richefles chimériques fur les 
j> ruines du néceffaire , qu'il a fubftitué une po- 
w liteffe fuperficielle aux bonnes mœurs , & qu'il 
yy remplace le bon fens & la raifon , par le taux 
y» brillant de* l'efprit. 

» La vanité dominante des François , eft celle 

» de paroître opulens. Le Génie, les Arts, & 

. j> peut-être les Sciences , tout fe rapporte au 

5> fafte ; tout concourt à la ruine des fortunes j & 

>> comme fi la fécondité de leur génie ne fuffifoit 

yy pas pour en multiplier les objets , je fais d'eux 

» mcmes,qu'au mépris des biens folides & agréa- 

. yy blés , que la France produit en abondance , ils 

, 3> tirent , à grands frais , de toutes les parties du 

a> monde , les meubles fragiles & fans ufage , 

ȕ qui font l'ornement de leurs maifdns j les pa- 

« rures éblouiffantes dont ils font couverts ; juf- 

d> qu'aux mets & aux liqueurs qui compofent leurs 

j> repas. 

>y Peut-être , continue Zilia , ne trouverois-je 
3> rien de condamnable dans l'excès de ces fuper- 
« fluités, fi les François avoientdes tréfors pour 
yy Y fatisfaire, ou qu'ils n'employalTent à con- 
. yy tenter leur goût , que cequileurreftecoit,a|)rès 
3j avoir établi leurs maifons fur une aifance non- 
« ncte. 

yy Nos loix , les plus fages qui ayent été don- 
' yy nées aux hommes , permettent de certaines 
/ » décorations dans chaque écat^ qui cara^érifent 

la 



•MaÔAMB DE GftAFtGKr. ttf 

99 naiffaiice , ou les richefles , & qu'à la rigueur 
>j on pourroit nommer du fuperflu ; aujQli n'eft-ce 
» que celui qui naît du dérèglement de rimagi- 
5> nation , celui qu'on ne peut fôutenir fan$ mân- 
» quer à l'humanité & à la juftice , qui me paroît 
J^ un crime j en un mot , c'eft celui dont les 
99 François font idolâtres , & auquel ils lacriâent 
99 leur repos & leur honneur. 

j> Il n'y a,parmi eux,qu'une clafle de Citoyens 
^9 en état de porter le culte de l'idole à fon plus 
» haut degré de fpendeur , fans manquer au de- 
» voir du néceflaire. Les grands ont voulu les 
99 imiter j mais ils ne font que les Martyrs de 
3> cette Religion. Quelle peine ! quel embarras ! 
99 quel travail , pour fôutenir leur dépenfe au- 
9> delà de leurs revenus ! Il y a peu de Seigneurs 
99 qui ne mettent en ufage plus d'induftrie , de 
5> hneife , & de fupercherie pour fe diftinguer 
î> par de frivoles fomptuofités , que leurs ancêtres 
»> n'ont employé de prudence, de valeur & de 
» talens utiles à TExat, pour illuftrer leilr pro- 
3> pre nom. Et ne crois pas que je t'en impofe , 
» mon cher Azaj j'entends tous les jours avec 
j> indignation , des jeunes gens fe difputçr en- 
>> tr'eux la gloire d'avoir mis le plus de fubtilité 
» & d'adrelTe , dans les manœuvres qu'ils em.- 
' 3> ployent pour tirer les fuperflaités dont ils fe 
39 parent , des mains de ceux qui ne travaillent 
•9 que pour ne pa^ manquer du nécefliire. 

15 Quels mépris de tels hommes ne m'infpî- 
w reroient-ils pas pour toute la Nation , iî je ne 
» favois d'ailleurs que les François pèchent plus 
w communément, faute d'avoir une idée jufte des 
i> chofes , que faute de droiture : leur légereti 
•» exclut prefque toujours* le raifonnement. Par- 
Tomc jy. 1 



t$é Madame db 6aAnGinr; 

I» mi eux rien n'eA grave , rien n'a de poids ; 
>9 peut-ècre aucun n'a jamais réfléckifur les con- 
99 iequences déshonorantes de fa conduite. Il faut 
99 paroicre riche y c'eft une mode , une habitude : 
p on la fuit y un inconvénient fe préfente ^ on le 
19 fuxmonte par une injuftice j on ne croit que 
S) triompher d'ane difficulté y mais l'illuiion va 
»i plus loin. 

» Dans la plupart des maifons , Tindigence Se 
n le fuperâu ne font féparés que par un appar- 
9) tement. L'un & l'autre partage les occupations 
99 de la journée , mais d'une manière bien difFé^ 
}> rente. Le matin dans l'intérieur du Cabinet , 
99 la voix de la pauvreté fe fait entendre par la 
» bouche d'un nomme payé , pour trouver les 
»> moyens de les concilier avec la fauffe opulence* 
5>, Le chagrin & l'humeur préûde à ces entre- 
9i tiens , qui finirent ordinairement par le facri- 
.99 fice du néceflaire , que l'on immole au fuper- 
.99 flu. Le refte du jour, après avoir pris un autre 
99 habit , un autre appartement , & prefque un 
.99 autre Etre, ébloui de (a propre magnificence , 
99 on eft gai j on fe dit heureux : on va même juf- 
9> qu'à fe croire riche. 

» J'ai cependant remarqué que quelques-uns 
i> de ceux qui étalent leur fade avec le plus d'af- 
,>• fedation, n'ofent pas toujours croire qu'ils 
j> en impofent. Alors ils fe plaifantent eux-mè- 
9> mes fur leur propre indig/ence y ils infultenc 
• 9) gaiement à la mémoire de leurs ancêtres, dont 
99 la fage économie fe contentoit de vêtemens 
9> commodes , de parures & d'ameublemens pro^ 
99 portionnés à leurs revenus, plus qu'à leur naif- 
99 lance. Leur famille , dit-on , & leurs domefii- 
» ques joui^ient d'une abondance frugale Se 



Madams de Grapichy. i)t 

)> honnête. Us dotoient leurs filles^ Se ils établif- 
99 foient fur des fondemens folides, la fortune du 
i^ fuccofTeur de leur nom , & tenoient en référée 
» de quoi réparer l'infortune d'un ami , ou d'un 
>> malneureux. 

» Te le dirai-je , mon cher Aza \ malgré Taf- 
»> peâ: ridicule fous lequel on me préfenroit les 
» mœurs de ces tems reculés , elles me plaifoienc 
» tellement j j'y trouvois tyt de rapport avec 
» la naïveté des nôtres , que me laiflant entrai- 
» ner à l'illufion , mon cœur treffailloit à chaque 
t> circonftance , comme li j'eufle du à la fin du 
j> récit, me trouver au milieu de nos chers Ci-. 
» toyens. Mais aux premiers applaudiflemens 
>3 que j'ai donnés à ces coutumes (i fages , les 
n éclats de rire que je me fuis attirés , ont diilî- 
» pé mon erreur ^ & je n'ai trouvé autour de 
jî moi , que les François infenfés de ce tems-ci , 
» qui font gloire du dérèglement de leur ima- 
» gination. 

» La même dépravation qui a transformé les 
» biens folides des François , en bagatelles inu- 
>f tiles , n'a pas rendu moins fuperficiels les 
» liens de leur fociété. Les plus fenfés d'en- 
» tr'eux, qui gcmiiïent de cette dépravation , 
ï> m'ont arfurée qu'autrefois , ainfi que parmi 
» nous , l'honnêteté étoit dans Tame, & l'huma- 
»> nité dans le cœur : cela peut être : mais à pré- 
ft fent , ce qu'ils appellent politefle , leur tient 
» lieu de fentiment. Elle confifte dans une infi- 
»» nité de paroles fans (ignification , d'égards 
n fans eftime, & de foins fans afFeâ:ion, 

» Dans les grandes maifons , un Domeftiqu^ 
» eft chargé de remplir les devoirs de la fociété. 
» 11 fait chaque jour un chemin confidérable y 

lij 



Xjt Madame bi GaAFiQHr. 

jn. pour aller dire à l'un, que Ton eft en peine dt 
n fa fantc, àTautre que Pon s'afflige de foncha- 
w grin, ou que l'on fe réjouit de ion plaifîr. A 
3> fon retour , on n'écoute point les réponfes 
3> qu'il rapporte. , 

. » Les égards fe rendent perfonnellementj on 
j>; les poufle jufqu'à la puérilité : j'aurois honte 
i> de t'en rapporter quelqu'un, s'il ne falloit tout 
>> favoir d'une nation fi nnguliere. On manque^ 
9> roit d'égards pour fes fupérieurs , & même 
9> pour fes égaux , (î après l'heure du repas que 
» l'on vient de prendre familièrement avec eux, 
3> on fatisfaifoit aux befoins d'une foif preflan- 
»> te, fans avoir demandé autant d'excufes que 
yy de permiflîons. On ne doit pas non plus laif- 
at fer toucher fon habit à celui d'uqe perfonne 
M confidérablej & ce feroit lui manquer, que de 
•9 la regarder attentivement j mais ce feroit bien 
» pis , fi on manquoit à la voir. Il me faudroit 
» plus d'intelligence & plus de mémoire que je 
» n'en ai , pour te rapporter toutes les frivoli- 
aj tés que l'on donne & que l'on reçoit pour des 
» marques de confidération , qui veut prefque 
i> dire de Teftime. 

3> L'exagération 5 auflîtôt défavouce que pro- 
ii noncée , eft le fonds inépuifable de la copver- 
» fation des François. Ils manquent rarement 
)» d'ajouter un compliment fupef du à celui qui 
» rétoit déjà , dans l'intention de perfuader 
3> qu'ils n'en font point. C'cft avec des flatteries 
fj outrées qu'ils proteftent de la fincérité des 
5> louanges qu'ils prodiguent j & ils appuyent 
»> leurs proteftations d'amour & d'amitié , de 
p tant de termes inutiles , que^'ôn n'y recour 
9> noît point le fentiment >?• 

Je fuis, &c. 



Madame de QKAnovT^ ^3! 



LETTRE X, 



Souffrez , Madame , que j'interrompe i 
cette critique de nos mœurs , pour vous taire 
quelques obfervations fur ce que dit Zilia de nos 
miroirs , & des déclarations de l'amoureux Dé^ 
terville : eft-il vraifemblable qu elle n*ait rien 
compris aux preuves évidentes de fa paflion? 
On a peine à le figurer que connoiflant Vamour 
par fon expérience , elle n'en ait pas retrouvé les 
caradteres dans les foins emprelTés de Déter* 
ville ? A l'égard des miroirs , quand il feroit vrai 
que les Péruviens en ignoroient l'ufage , n'y-a.- 
c-il pas dans tous les Pays des glaces naturelles-.» 
telles que le criftal d'une fontaine ? Et il y a à 
parier que Zilia les avoir confultées. Mais je re- 
viens à fa critique de nos mœurs. 

» Parmi le grand nombre de coutumes ^uî 
» me frappent tous les jours chez les François , 
w je n'en vois point de plus deshonnorante 
» pour leur efprit , que leur façon de penfer 
>> fur les femmes. Ils .les refpeftent j & en 
s> mcme tems ils les méprifent avec un égal 
» excès. 

>ï L'homme du plus haut rang doit des égards 
>» aux femmes de la plus vile condition ^ il fe 
» couvriroit de honte , & de ce qu'on appelle 
» ridicule, s'il leur faifoit quelque infulte per- 
»> fonnelle ^ & cependant l'homme le moins 
f> conddérable, le moins eftimè, peut tromper» 
» trahir une femme de mérite , noircir fa tévM* 

luj 



1J4 MaDAMB de GRAFîiSNV:* 

» cation par des calomnies , fans craindre ni 
)> bl&me ni punition. 

3> Ici loin de compatir à la foibleflfe des fem- 
» mes , celles du peuple , accablées de travail , 
a> n'en font foulagées , ni par les Loix , ni par 
j> leurs maris , celles d'un rang plus cleVc, jouet 
M de la fédaftion ou de la méchanceté des hom- 
i» mes , n'ont , pour fe dédommager de leurs 
M perfidies , que les dehors d'an refpeéJ: purc-^ 
-9Ï toem imaginaire, toujours fuivi delà plus 
» mordante latyre. 

» Dans le priwtiier âçe , les enfans ne paroif- 
w fent deftines qu'au divertiflement des parens 
j» & de ceux qui les gouvernent* 11 fembie que 
>ï l'on veuille tirer un honteux avantage de leur 
i* incapatité à découvrir la vérité. On les trompe 
-* fur ce qu'ils ne voient pas. On leur donne 
.A des idées fauflTes de ce qui fe préfeme à leurs 
« fens; ic l'on rit inhumainement de leurs er- 
» reurs : on augmente leur fènfibilicé & leur foi- 
>9 bleffe naturelle, par une puérile compaflion 
» pour iôs petits accidens qui leur arrivent : on 
99 oublie qu'ils doivent être des hommes. 

» Je îie fais quelles font les fuites de Tédu- 
» cation qu'un père donne à fon fils ^ ie ne m'en 
t> fois pas informée. Mais je fais que du moment 
»» que les filles comménceht à être capables de 
» recevoir des inftruftions , on les enferme dans 
•> 'ime Maifi34îReligieufe , pour leur apprendre à 
j> vivre dans Je monde ; que l'on côhfie le foin 
» d'étltirec lent efprit,à desperfbnnes aufquelles 
» on forçait peut-être un crime d'en avoir , Se 
3» qui font incapables de leur fornier le coeur 
« cja'^lles ne connoifienr pas. 

» Les jprintipes de la Religion , fi propres à 



Madame de Gramgny. ijy 

» fervir de germe à toutes les vertus , ne font 
» appris que fuperficiellement & par mémoire. 
j> Les devoirs à l'égard de la Divinité ne font 
9> pas infeirés avec plus de méthode. Us confident 
M dans de petites cérémonies d'un culte exté- 
>» térieur , exigées avec tant de févérité , 
» pratiquées avec tant d*ennui , que c'eft le 
» premier joug do'ht on fe défait en entrant dans 
»> le monde ; & fî Ton en conferve encore quel- 
» ques ufages , à la manière dont on s*en ac- 
9> quitte , on croiroit volontiers que ce n'eft 
»> qu'une efpece de politefle que Ton rend par 
» habitude a la Divinité, 

w D'ailleurs rien ne remplace les premiers 
j> fondemens d'une éducation mal dirigée. On 
» ne connoît prefque point en France le refpe6t 
M pourfoi-mème, dont on prend tant de loiii 
j> de remplir le cœur de nos jeunes Vierges. Ce 
5> fentiment généreux qui nous rend le Juge le 
5> plus févere de nos adions & de nos penfées, qui 
j> aevient un principe fur,quand il eft bien fenti, 
3> n^ft ici d'aucune reffource pour les ferfimes. 
» Au peu de foin que l'on prend de leur "ame , 
3> on feroit tenté de croire que les François font 
» dans l'erreur de certains peuples barbares, qui 
w leur en refufent une. 

j> Régler les mouvemens du corps y arranger 
3> ceux du vifage , compofer l'extérieur , font 
ii les points eflentiels de l'éducation. C'eft fur 
>3 les attitudes plus ou moins gênantes de leurs 
3> filles 5 que les parens fe glorifient de les avoir 
« bien élevées. Us leur recommandent dç fe pé- 
» nétrer de confufion pour une faute commife 
« contre la bonne grâce : ils ne leur difent pas 
» que la contenance honnête , n'eft qu'une ny-^ 

1 ir 



13^ Madame de Graeignt. 

99 pocrifie , fi elle n'eft TefFet de l'honnêteté de 
»> l'ame. On excite fans cefle en elles ce mcprifa- 
s> ble amour propre , qui n'a d'effet que fur les 
5> agrémens extérieurs. On ne leur fait pas con- 
3> noître celui qui forme le mérite , & qui n'eft 
j> fatisfait que pair Teftime, On borne la feule 
99 idée qu'on leur donne de l'honneur, à Savoir 
»> point d'Amans , en leur picfentant fans ceffe 
9> la certitude déplaire pourlécompenfe de la 
» gêne & de la contrainte qu'on leur inipofe y 
î> & le tems le plus précieux pour former Tef- 
99 prit,eft employé à acquérir des talens impar- 
5> faits , dont on fait peu d'ufage dans la jeuneCTe , 
w Se qui deviennent des ridicules dans un âge 
j> plus avancé. 

« Mais ce n'eft pas tout j l'inconféquence des 
j> François n'a point de Ijornes. Avec de tels 
>3 principes ils attendent de leurs femmes la 
îj pratique des vertus qu'ils ne leur font pas con- 
» noître ; ils ne leur donnent pas même une idée- 
99 jufte des termes qui les défignent. Je tire tous 
» les jours plus d'éclairciflTement qu'il ne m'en 
w faut là-delliis , dans les entretiens que j'ai' 
>> avec de jeunes perfonnes , dont l'ignorance ne 
99 me caufe pas moins d'étonnement, que tout ce 
j> que j'ai vu jufqu'ici. 

3> Si je leur parle de fentimens , elles fe défen- 
99 dent d'en avoir , parce qu'elles ne connoiflent 
» que celui de l'amour. Eues n'entendent , par 
j> le mot de bonté , que lacompalïîon naturelle, 

V que Ton éprouve à la vue d'un être fouffrant j 
>9 êc j'ai même remarqué qu'elles en font plus 

V aftedées pour des animaux , que pour des hu - 
99 mains ; mais cette bouté tendre, réfléchie, qui 
97 fait faire le bien avec .noblefle & difcernement, 

V porte à l'indulgence & à Thumanité ^ leur eft 



Madame de Gkafigny; 137 

s> totalement inconnue. Elles croient avoir rem- 
9> pli toute rétendue des devoirs de la difcrction , 
n en ne révélant qu'à quelques amies,les fecrets 
99 frivoles qu'elles ont furpris , ou qu'on leur a 
*9 confiés. Mais elles n'ont aucune idée de cette 
99 difcrction circonfpede , délicate & néceflàire , 
»t pour ne point être à charge , pour ne bleflet 
» perfonne , & pour maintenir la paix dans la 
» lociété. 

99 Si j'effàye de leur expliquer ce que j'en- 
» tends par la modération , fans laquelle les ver- 
» tus mêmes font prefque des vices : fi je parlç 
»> de l'honnêteté des mœurs, de l'équité a l'é- 
»> gard des inférieurs , fi peu pratiquée en Fran- 
>» ce , & de la fermeté à méprifer & à fuir les 
99 vicieux de qualité , je remarque à leur embar- 
99 ras, qu'elles me foupçonnent de parler la 
99 langue Péruvienne, & que la feule politefle 
j> les engage à feindre de m'entendre. 

» Elles ne font pas mieux inftruites fur la 
99 cônnoiflance du monde, des hommes & de la 
j> fociété. Elles ignorent jufqu'à l'ufage de leur 
» langue naturelle y il efi: rare qu'elles la parlent 
» correftement > & je ne m'apperçois pas fans 
3> une extrême furpnfe , que je fuis à préfcnt 
w plus fçavante qu'elles à cet égard» 
•' » C'efl: dans cette, ignorance oue Ton marie 
» les filles , i peine forties de l'entance. Dès-lors 
99 il femble ,. au peu d'intérêt que les parens pren- 
>9 nent à leur conduite , qu'elles nç leur appar- 
99 tiennent plus. La plupart de maris ne s'en oc-^ 
ja cupent pas davantage. Il feroit encore tems de 
)> réparer les défauts de la ptemiere éducation ; 
9> on nen prend pas la peine. 

V Uae jeune femme , libre dans fon apparte^ 



ij8 Madame de GfnAEiGMrr 

w ment , y reçoit fans contrainte les compagnies 

i> qui lui plaiient. Ses occupations font oroinai- 

j> rement puériles ^ toujours inutiles , & peut- 

*> être au-defTous de roifiveté. On entretient fon 

» efprit tout au moins de frivolités malignes ou 

s> imîpides , plus proptes à la rendre méprifable 

« que la ftupidité même. Sans confiance en elle, 

5> ion mari ne cherche point à la former au foin 

» de fes affairés , de fa famille , & de fa maifom 

j> Elle ne participe au tout de ce petit Univers, 

» que par la reprefentation» C'eft une figure d*or* 

» nement , pout amufer les airieux ; auffi pour 

w peu que rhumeur impérieufe fe joigne au goût 

» de la diflîpation , elle donne dans tous les tra- 

»> vérs,pafle rapidement de Tindépendance à la li- 

>^ cence j Se bientôt elle arrache le mépris Se 

>j rindignation des hommes , malgiré leur pen- 

i> chant & leur intérêt à tolérer les vices de !* 

» jeuneffe, en faveur de fes agrémens. 

5> Il f^t pourtant fe garder de croire , qull 

»> n'y ait pomt ici de femme de mérite. 11 en 

n eft d'aflezhçureufement nées, pour fe donner 

» i elles-mêmes ce que l'éducation leur refufe. 

>3 L'attachement à leurs devoirs , la décence de 

iy leurs mœurs, & les agrémens honnêtes dé 

» leur efprit , attirent fur elles l'eftime de tout^ 

» le monde. Mais le nombèe de celles-U eft fi* 

» borné , en comparaifon de la multitude ; qu el- 

» les font connues & révérées par leur propre 

w nom. Qu'on ne croye* pas non plus que le dé- 

>y rangement de la ctjnduite des autres vienne 

» de leur mauvais naturel. En général il me fem- 

w ble que les femmes naiffent ici , avec toutes 

w les difpofitioiis néceflaires pour égaler les hom- 

« mos en mérité & en vertus. Mais comme s'ils 



Madame DE Ghavigny.' rj^ 
^ en convenoient au fond de leur c<rur^ & que 
j> leur orgueil ne pût fupporter cette égalité ^ 
D ils contribuent en toute manière à les rendre 
n méprifables , foie en manquant de confidér^ 
S) tion|)our les leurs , foit en féduifant celles des 
» autres, 

3» Quand on faura qu'ici Tautoritéett entière^ 
y» ment du ctté des hommes^on ne doutera point 
» qu'ils ne foient refponfables de tous les do^ 
M (ordres de la fociétéi Ceux qui par une lâche 
y ihdifFérence laiiT^nt fuivre à leurs femmes le 
» goût qui les perd, fans être les plus coupables j 
" ne font pas les moins dignes d'être méprifés ; 
w mais on ne fait pas zffei d'attention a ceux 
i» ^i , par l'exemple d'une conduite videufe & 
» indécente , entraînent leurs femmes dans le 
^ dérèglement, ou par dépit ou par vengeance. 

» Et en effet , comment ne feroient-elles pas 
» révoltées contre l'ihjuftiée des Loix, qui to^ 
» lerenr l'impunité des hommes , pouflce au mfc- 
•»> me excès que lèur autorité.. J Un mari, fans 
^ craindre aucune bunitîôn , peut avoir pour fa 
^ femme les manieras les jplus rebutantes ; il 
» peut diffiper en^^ti3fdigalitcs , auffi criminelles 
at dù'exceffives, noh-feutement fon bien^, celui 
^» dèftsenfans, mais même celui detovidtime 
* qu'il fait géinit jp^efdue dahs Tindigence , 
» par uhe avarice pour les dépenfés honnêtes , 
-«'rfiô s'allie très*cômmunémenc ici avec la pro- 
w' digaiité. lieft àutorifé àpunir rigoureufement 
^•f Carence d'une légère infidélité, en fe li- 
'i^ v^artt fans honte à toutes celles que le liberti- 
»».hage lui fùggere, Enfin, il femble qu'en I^ran- 
» ce les liens du mariage ne foiènt réciproques , 
» qu'au moment de k célébration ^ &;que dan$ 



SI la fuite les femmes feules y doivent être aflu* 
M jetties. 

» Je penfe & je fens que ce feroit les hono- 
»> rer beaucoup,que de les croire capables de con»- 
»> ferver de l'amour pour leur mari , malgré Tin- 
9» différence & les dégoûts , dont la plupart font; 
»> accablées. Mais qui peut réfifter au mépris ! 

» Le premier fentiment que la nature a mis 
1» en^nous,eft le plaifîr d être y & nous le fentons 
» plus vivement & par dégrés , à mefure que 
» nous nous appercevons du cas que Ton fait de 
» nous. 

j> Si la poflTeflSon d'un meuble , d'un bijou ,' 
» d'une, terre , eft un des fentimens les plus 
» agréables que nous éprouvions, quel doit être 
S) celui qui nou^ affure la poifeilion d'un cœur , 
9> d'une ame d'un Etre libre, indépendant âc 
^> qui fe donne volontairement^ en échange du 
« plaifîr de poflTéder en nous les mêmes avan- 
»> tages. 

» S'il eft vrai, que le defir dominant denog 
w cœurs foit celui d'être honoré en général , & 
>j chéri de quelqu'un en particulier , conçoit-on 
»> par quelle inconféquence les François peuvent 
;» efpçrer qu'une jeune femm©, accablée de l'in- 
» différence offençante de fon mari, ne cherche 
i> pas à fe fpuftraire à l'efpece d'annéantiffemenjc 
«qu'on lui préfente, fous toutes fortes de fot- 
» mes ? Jmagine-t-on qu'on puiflfe lui propofer 
» de ne tenir à rien,dans l'âge^où les prétentions 
3> vont toujours au-delà du mérite ? Pourroit-on 
i9 comprendre fur quel fondement on exigp 
?> d'elle la pratique des vertus , dont les homipes 
« fe difpenfent , en leur refufant les lumières & 
ja.les principes néceflaires pour les pratiquer? 



^ Madàmb db Gkafignt. 14X 

i» Mais ce qui fe conçoit encore moins , ce(t 
V que les païens & les maris fe plaignent réci* 
* proquement du mépris que Ion a pour leurs 
»> femmes & leurs filles 5 & qu'ils en perpétuent 
9> la caufe de race en race , avec, l'ignorance , 
^ l'incapacité , &la mauvaife éducation ». 

^ On fouhaiteroit , Madame, que la jeune Péru- 
vienne, qui a fi bien étudié nos mœurs,fe fût éga- 
lement appliquée à imiter , par fon ftile , le naturel 
denbs expremons, & à donner une tournure plus 
aifée a certaines phrafes trop recherchées. Vous 
avez dû. Madame, en voir plus d'un exemple 
dans quelques-uns des morceaux que j'ai cites : 
Zilia éait à fon Amant , que les François ont 
choifi le fuperflu pour objet de leur culte. 

M On lui coniacre les arts , qui font ici au- 
3» deflus de la nature : ils femblent ne vouloir 
w que l'imiter , ils la furpalTent j & la manière 
» dont ils font ufage de fes productions , parole 
f» fouvenc fupérieure à la fienne. Us raffemblenc 
a> dans les jardins , &c prefque dans un point.de 
9> vue les beautés qu'elle diftribue avec économie 
»» fur la furface de la terre j & les élémens fou-^ 
9$ mis femblent n'apporter d'obftacles à leurs en- 
» treprifes , que pour rendre leurs triomphes 
*> plus éclatans. 

» On voit la terre étonnée nourrir, & élever 
a> dans fon fein les pbntes des climats les plus 
a> éloignés , fans beioin , fans néceffités apparen- 
*> tes , que celles d'obéir aux arts & d'orner l'î- 
» dole du fuperflu. L'eau fi facile à divifer , qui 
»i femble n'avoir de confiftance que par les vaif- 
•» féaux qui la contiennent , & dont la direâion 
» naturelle eft de fuivre toutes fortes de pentes , 



142 ' Madame de GKAfîG^tr* 
f> fe trouve forcée ici à s'élancer rapidement dans 
iy les airs , fans guide , fans foucien , par fa pro- 
» pre force , & fans autre utilité que le plaifîr' 
» des yeux. 

» Le feu, continue Zilia, le feu , ce terrible 
« élénient , je Tai vu renonçant à fon pouvoir 
j> deftrudjeur , dirigé docilement par une puiflfan- 
» ce fupérieure ^ prendre toutes les formes qu'on 
»> lui prefcrit j tantôt deffinant un vafte tableau 
» de Jumiere fur un Ciel obfcurci par Tabfence 
» du foleil , & tantôt nous montrant cet aftre di- 
>> vin defceudu fur la terre avec fes feux , fon 
» adivité , fa lumière éblouiffante j enfin dans un 
a> éclat qui trompe les yeux & le jugement». 

Ce ftyle empoulé eft pardonnable à une Etran- 

S ère à qui il échappe de temsen-tems des façons 
eparler propres de fon pays. Mais ce qu'on ne lui 
panera pas fi aifément , ce font des fentimens qui 
ne peuvent convenir dans aucun pays du mon- 
de , quand on eft né fur le Trône , ou deftiné 
a y monter. L'amour doit toujours céder à la 
gloire j & la plus grande gloire eft celle de 
régner. Une ame) véritablement grande ne s'é- 
carte jamais de ces fentimens : on fouffre de 
les voir effacés du cœur de Zilia. 
. yy Abandonnes ton Empire, mon cher Aza.. . 
» Achettes ta vie & ta liberté au prix de ta puif- 
» fance, de ta grandeur, de tes tréfors. Il ne te 
»f reftera que les dons de la nature j nos jours fe- 
» ront en fureté. Riches de la poflTeflîon de nos 
» cœurs, grands par nos vertus , puilfans par no- 
$7 tte modération , nous irons dan$ une cabane 
» jouir du ciel , de la terre & de notre ten- 
jj drefte. 



Madamj! di Grafight. 145 

h Tu feras plus Roi , en régnant fur nos âmes , 
9> qu'en doutant de Taffeâion d'un peuple in* 
» nombrable y ma foumii&on à tes volontés te fe- 
9> ra jouir, fans tyrannie , du beau droit de corn* 
» mander. En t'obéifTant , je ferai retentir ton 
» empire de mes chants d'allégreffe ». 

On ne peut nier qu'il n'y ait dans ce fen- 
timent , beaucoup d'amour & de tendrefle y 
il feroit à fouhaiter qu'il y eue autant d'éiéva- 
tion & de véritable grandeijr. Cette façon d'ai- 
mer ne peut convenir qu'à des âmes du com- 
mun 'y encore les entend-on s'exprimer bien 
différemment. Loin de vouloir abandonner 
une Couronné , le premier de leurs vceux eft 
d'en podeder , pour les offrir à l'objet de leur 
amour* 

Je ne voudrois une Couronne , 

Que pour 1 offrira vos appas s 

Mais par malheur , je n*en ai pas > Êk 

Je n'ai qu'un coeur, je vous le donne. •* 

Cela s'appelle faire paroître des fentimens 
au - deffus de Ton état. Mais être né pour le 
Trône , & confentir à ne pas régner , pour ai- 
mer plus à fon aife , ce n'eft pas en avoir de 
bien dignes de fa naiffance. 

Âh r qu'on remarque bien plus de grandeur 
dans l'Amante de Titus. £lle aime l'Empereur i 
& elle le quitte » pour le laiffer régner avec 
gloire. 

Bérénice, Seigneur , ne vaut point tant d*aUarmju ; 
Ni que par votre amour TUoivers malheurtuz , 



144 Madami de GRAPiGiiYe 

Dans le tems que Titus attire tous Tes vœux , 
£t que de vos vertus il goûte les prémices » 
Se voie eu un moment enlever Tes délices. 
7e crois depuis cinq ans, jufqu'à ce dernier jour y 
Vous avoir affuré d un véritable amour 5 
Ce n*eft pas tout : je veux , en ce momeht funefte , 
Par un dernier effort couronner tout le reftes 
Je vivrai , je fuivrai vos ordres abfolus 5 
, Adieu, Seipneur, régnez j je ne vous verrai plus. 

C'eft aihfi que cette Princefle préfère à fon 
amour la gloire de fon Amant , tandis que 
Zilia voudroit facrifier le Trône de fon Amant 
aux charmes de fon amour. 

On dira peut - être qu'un Prophète de fa 
nation avoit prédit la dieftrudion de TEmpirB 
des Incas ; qu Aza ne devoir plus efpcrer de 
régner } & que c'eft pour le confoler de la perte 
^e fa Couronne , qu'elle fui offre Tempire de 
JBon cœur. Mais on voit dans la neuvième de 
fes lettres , qu'elle n'ajoute pas beaucoup de 
foi à cette prédidion j puisqu'elle fe Hatte 
toujours de revoir fon cher Aza , de régner 
avec lui , de combler d'honneurs & de richeffes 
le Cacique bienfaifant qui les rendra l'un i 
l'autre. 

Parmi ce qu'il y avoit de plus curieux a von: 
à Paris , lorfque Zilia y arriva , l'Opéra eft* ce 
qui fixa principalement fon attention. Un fa- 
vant de profeffion ne manqueroit pas de faire 
obferver ici un Anacronifme. Comment, fe 
peut - il faire , diroit-il , que Ziha ait vu l'O- 

Ïéra , puifque* ce fpeclacle ne fut introduit en 
rance , qu'environ cent ans après qu'elle y fnt 

arrivée i 



Mai>ame d£ Grafigny. 145 

arrivée. Ge fut prefqu'au commencement dà 
feiziéme ficelé , ajoûteroit-il , que les Efpa- 
gnols , fous Charles-Quint , dctruifirent la 
domination des Incas au Pérou ; & ceux qui 
font remonter le plus haut Tétabliflement de 
rOpéra en France , n'en fixent Tépoque qu'au 
tems de Marie de Médicis ; d'autres même 
prétendent , que ce fut le Cardinal Mazarin 
qui apporta le goût de ce fpeftacle à Parii. 
L'Abbé Perrin fut le premier qui. vers le mi^. 
lieu du dernier fiécle, y hafarda des paroles ftan- 
çoifes ; mais les repréfentations en mufique 8c 
en machines , ne commencèrent â paroître 
dans leur perfeûion , que du tems de Quinaulc 
•& de Lully. 

C'eft ainfi , que par un gtand étalage d'éru- 
dition , il cônclueroit avec l'air du triomphe, que 
Zilia n*a point été à l'Opéra. Mais on lui répon- 
dra , comme aux Critiques de Virgile, que le but 
d'un Auteur eft de plaire j qu'importe qu'Enée 
ait vécu trois fiécles après Didon , fi c'eft dans 
le récit de leurs amours que Virgile fe fait 
lire avec plus de plaifir. 

Ce qu'on pourroit reprocher avec plus de 
raifon à l'Auteur des Lettres Péruviennes , 
c'eft Pinfidâité d*Aza , cjui abandonne fa maî- 
'trèfle avec autant d'inhumanité , que le Héros 
Troyen fe fépara de la Reine de Carthage. 
Il eft vrai . que dans le Roman , comme dans 
4'Enéide , c'eft la religion qui autorife , & mê- 
me qui prefcrit cette efpece de divorce : ce 
font les Dieux qui ordonnent à Enée d'aller en 
Italie ; ce font ribs loix qui défendent à Aia 
d'époufer fa parente. Mais pourquoi les fup- 
■poler unis • par àés liens* incompatibles avec 
Tome ir. K 



tj^ Madame db GaAFiGNr. 
ceux de Thymen? Un degré de parenté de moins 
tendoic Zilia à fon Âmanc y Se épargnoic aux 
leéfceurs la douleur de la voir abandonnée. 

On pardonne à Virgile d'avoir rendu fo» 
Héros infidèle ; fa fuite eft fuivie de tant de 
faits intéreflans , qu'on feroit fâché de lui voir 
finir fes aventures à Carthage j au lieu que l'in- 
fidélité d'Aza n'a d'autre fuite, que le malheur 
de Zilia , & le chagrin de ceux qui s'intérefTenc 
à elle. 

Il falloir de plus , ou que Zilia connût bien peu 
l'amour , pour croire que Déterville pût en gué- 
rir par l'étude de la philofophie j ou qu'elle 
.n'eût pas envie de lui tenir rigueur , pour l'in- 
viter a venir avec elle pafTer fes jours dans la 
Xolitude. 

» Venez , Déterville , venez apprendre de moî 
» à économifer les retour ces de notre ame , 8c 
>) les bienfaits de la nature ^ venez apprendre à 
j> connoître les plaifirs innocens &c durables ; ve- 
» nez en jouir avec moi ^ vous trouverez dans 
rsi mon cœur, dans mon amitié, dans mes fen** 
3> timens, tout ce qui peut vous dédommager 
J9 de l'amour. 

Elle lui avoir dit , un peu auparavant : il eft 
mille moyens de rendre l'amitié intéreffante , 
& d'en chaifer l'ennui. Elle avoir raifon : & il 
en eft un fur-tout, qui ne peut jamais manquer 
dé réuflîr , c'eli d'y mêler un peu d'amour. Us 
en écoient bien perfuadés l'un & l'autre j je 
crois même qu'us n'étoient pas éloignés de 
s'enfervir. 

Mais quelgu'envie qu'en eût Zilia , elle 
n'étoit pas allez fîncére pour en convenir j cette 
fiUe du foleil étoit quelquefois trop diiCmu* 



lèt ; tien ne le prouve mwttjc , que 1- ignorance 
affeâée qii^elle hc paroître fur les premières 
niarques que Déterville lui donna ce fapaf- 
iion. *> Ses yeux s'atlifnérehc *, dit-elle à Aza j 
> fon yifaçe s'enflamma j il vint à moi d'pn air 
i>. agitée} u parut vpulôir me prendre dafns fes 
jj bras j puis s'arrêtarftt6at-à-coup> il me ferra 
» fortement la main , en prononçant d'une voix 
» émue : non. . . Le relpeâr. . . La vertu . .. 
» & plu(îe;irs autres mots que je n'entends pas 
f> mieux ^ & puis il courut fe jetter fur fon fiége , 
» où il demeura la tcte appuyée dans fes mains , 
jp ayeç tous les iigne^ d'une 'prbfdfidQ douleur. 
•9 Je^ ftis allarmée de fon état , ne doutant pas 
» que je. ne lui eufle caufé quelque peine j je 
it m'approchai de lui , pour lui en témoigner 
f» mou. repentir Îm. 

VôiU doue Zilia qui prend tous ces fîgnes 

4*amouc. pour des marques de mécontente"^ 

xneac : «dans une lettre précédente , ëllel avoir 

déjà r«p](éfenté Déterviue; , profterné refpec- 

itueufenieikrà fes pieds, 'les; yeux tendrement 

attachés fur elle , pitdaxii vin iilence profond'» 

jou. né .8 -exprimant que pâ» des foupirs. Mais à 

l'entendre . V elle ne f^t^li» que teiit cela (igni*- 

fie( elle né diftihgue point il dedans , les carac-* 

tçtes fenfibles . de l'anrtjuj:/^ Cependant , les 

yeux de Déterville , ces y^tbc tantôt âhiméî ic 

pleins de: r-fieu , tantôc tf^rès & laiiguiffans , 

^Éoiênt le vrai kngàgecdVn Amant , on con- 

-Âoîccet idiome dans coUs le^ pays dû mohde*j 

fcle coeur de Zilia ne devoir pas l'ignorer t 

■ -i^. ■ ^ • - '^ •■' ■ '-.' '- ■ " . ■ '- 
ï-c lângageji^ jci»x cfl: d'an charrtiaxit ufa^^ : 

A daa.^a^ bicnoais ito&c ittilk^^as: : 



%4< Mapamb/ db Gkafigky*^ 

. Mais à quoi fcrt ce langage , 
Sii'iwdesifleuxiierentciidpas? ... 

Zilia renrendoit certainement très-wen ; 
anais elle vouloir jTe faire un itnérite auprès de 
fon Amant, de cette prçrendue fimpUcité , & 
faire dire à Aza conmie Arnolphe ; 

£t grande, je l^ai vue^à tel point innocente » 
Que j*ai béni le:Cicl d*ayoir tronvé mon fait» 
Pour me faire unefeo^meau^é de mon Touhair. ' 

Âza cependant lî'enétoit. pas la dupe^ îlfa-^ 

;Voit qu'autrefois il.s'étoit fervi, avec elle , du 

même langage que Déterville; elle iavoit bien 

entendu alors : poupquqi "donc ne .i'^ncsndroir-* 

elle pas également aujourd'hui? ËUe;-m^eea 

.convient datis fd -fepiiéme lettre , où - elle lui 

.dit : » le croirpis-tu ^ mon cher Aza ^ it y a des 

.» momens où je trouve de la douceur dans ces 

.>> entretiens muets ( avec Déterville; ) le feu de 

3M fes yeux me râppdlle J'ûpage de celui quej'âi 

)Vyu dans les tiens ^ |',y trouve des rapports qui 

Ip , fjpduifent ippn çopty::.?? .Jba force dehuvcrité Tof 

.tlige quelquefoi;i4 çtféi&ïcérejmalgréille. 

_ / MV? ^® fp^tlà des fautes bien léeeres; & 

j^efles font .rép^fiées.çftirrTtaot de beautés, qu'oà 

Jes.perjd bientôt jde vjie. :^^^ , .• i • •• 

, efQ?F'5g^^^^^^ liomàn renferme tour te aque la 

!t:endre(^a d&pkiS;yif ,'jde plus doux ic de plus 

tquçjiant.' Çeft ignatjwrç embellie par levfeniiî- 

^ment : c'eft le fenjj^çrvt lui-mcme'y qui&'esBprî- 

me avec une élégante naïveté. L'amour eft peine 

avec desp;)uleurs!£i vraies ^ ^ variées âc fi intéref- 

fantes, que lecdUTtlc plus.infenfiUe-eniecbîs 



Madame db GnAncKf. 



Uff 



IStStc. On partage la joie & la triftelTe deZilia; 
on foufcrit a fes louanges & à fa cenfure ; on* 
trouve ridicule ce qu'elle ridiculife avec cane de 
finefTe : en un mot, c'eft un mélange adroit de 
£ityre fine de nos mœurs , de faine philofophie ^ 
Se de peintures fortes Se naïves de lamour. 

Je fuis , &c. 




Kiij 



IjfO Madame T>t GnAnG^rr* 

LETTREXL 

Cénic, Pié- J E ne croîs pas , Madame , que nous ayons 

ce dramau- beaucoup d'Ouvrages Dramatiques en profe , 

^^^' écrits d un ftile auffi pur , auflî gracieux , aufli 

poli , que la Comédie de Cénie , dont le fuccès 

n'a pas rendu Madame de Grafigny moins celé* 

bre , que fes Lettres d^une Péruvienne. 

Dorfainville , homme de condition , avoir eu 
une affaire d'honneur qui l'avoit obligé de quit- 
ter la France , & de pafler dans les Pays Etran- 
gers. Tous fes biens avoient été confifqués j 6c 
Orphife fon époufe , fe trouvoit par-là réduite à 
la dernière indigence. Il l'avoit liiffée enceinte ; 
& elle étoit accouchéç, peu de tems après,d*une 
fille nommée Cénie. 

Un riche vieillard , M)pellé Dorimipnt , avoic 
époufé Mélifle , jeune fen^mc qu'il aimoit ten-* 
drement. Celle-ci , dans la crainte y que fi fon 
' mari mouroit fans enfans , elle ne fût privée do 
fon bien , avoit feint une groffefle j & un voyage 
de fon époux lui avoit facilité les moyens de 
fuppofer un enfant. Cet enfant étoit Cénie, fille 
d'Orphife j une femme gagnée par Mélifle , per- 
fuada à cette mère infortunée , que fa fille etoit 
morte peu de jours après fa naiflance. 

Cénie fut donc regardée comme la fille de 
Dorimont 5, & Mélifle lui donna pour Couver-* 
nante,Orphife elle-même, que fon extrême pau- 
vreté avoit réduite à cette trifle condition. Elle 
4ivoit déjà pafl"é quelques années auprès de fa fille ^ 
fàn$ la connoître , lorfque la mort de MéHflo 



MADAMi SB GnÀflûNt? 15 < 

découvrît ce fecret. Cette femme , prefTce de fes 
remords ^ déclara par écrit en mourant, que Do« 
rimont n*étoit point le père de Génie j qu'Or- 
phifé en étoit la mère , & qu'elle même n'avoir 
ufé de cette fupercherie, que pour afiurer fa 
fortune, en cas que la mort lui enlevât fon mari. 
Dorimont avoit deux neveux , fils de fa fœur , 
Méricourt & Clerval. Celui-ci , dans un voyage 
que des affaires de famille Tavoient obligé de 
faire dans les Indes , avoit connu Dorfainviile y 
& ils s'étoient liés tous deux d'une amitié fore 
étroite. Us étoient l'un & l'autre de retour en 
France , où Clerval venoit d'obtenir , pour fon 
ami , des lettres de grâce. C'eft au moment où 
elles alloient être expédiées , que Dorfainviile 
revoit fa femme, reconnoit fa fille , que Cénie 
retrouve un père , Se Orphife fon époux. Voili 
le fond de la Pièce ; en voici l'intrigue. 

Clerval , neveu de Dorimont , aime Cénie y il 
en eft aimé ; & l'un & l'autre n'afpirent qu'à 
fe voir bientôt unis par les liens de l'Hymen. 
Méricourt la demande auflî en mariage , moins 
ar amour , que pour jouir feul , au préjudice de 
'on frère , de tous les biens de fon oncle. Cénie 
a pour Méricourt autant d'averfion , que de ten- 
drefle pour Clerval , & Dorimont ne veut point 
la contraindre dans le choix d'un époux. MeliflTe, 
dont Méricourt avoit toujours eu la confiance , 
l'avoit aulîî toujours préféré à fon frère , pour en 
faire l'époux de Cénie : c'étoit à lui, qu'en mou- 
rant, elle avoit laiffé l'écrit fatal qui découvroit 
le fecret de fa naiflance. Cénie , en époufant Mé- 
ricourt, peut renfermer ce fecret odieux dans u» 
éternel fuence ; lui-même ne doute pas que Ix 

Kiv 



i 



honte de fou origine , & la crainte de tx)mbet 
dans une affreufe indigence , ne changent fes 
fentimens , & qu'elle ne renonce à la rnain de 
fpn frère , pour accepter la fienne. L'intérêt parle 
pour lui , & l'amour pouç Clerval. L'amour l'em- 
porte y Génie ne balance pas un moment ; elle 
préfère les horreurs de la pauvreté à un hymen 
qu'elle abhorre. 

Jepafle au dénouement dç la Pièce. Génie ap- 
prend de Méricourt le fecret de fa naifTance j elle 
en fait part auffitÔ!: à fa gouvernante & à Dori- 
mont. Inftruit p^r la lettre de MéUlfe, que Génie 
eft la fiHe d'Orphife , Dorimont ne fonge plus 
qu'à leur procurer à toutes deux , une fituation 
heureufe dan.s la retraite , à laquelle elles fe def- 
tinent, Gependant l'infortune de Génie n'a point 
changé le cœur de Glerval : plus amoureux que 
jamais , il perfifte toujours à vouloir l'épouler. 
L'inégalité de leur naiflance pourroit y former 
un obftacle y mais la préfence de Dorfainville 
qu'on apprend être le père de Génie , levé toutes 
les difficultés ; & ce mariage , qui met le comble 
au bonheur des deux Amans , termine heureufe* 
ment toute la Pièce. La conduite en eft fimple > 
la diftribution naturelle , toutes les parties par- 
faitement liées, 

Dans le premier acjte 5 Méricourt demande à 
fon oncle la main de Génie ; Dorimont la lui 
aiçcorde , çn cas que fa fille y confente. 

Dans le fécond > Génie déclare à Orphlfe fon 
amour pour Glerval , $i fon éloigncment pour 
Méricourt. 

Dans le troifiéme , Méricourt fait voir à Gé^ 
nie ime let;tre j qui lui apprend qu'elle eft étrau-» 



AIadame de Grafigny. 15 j 

jêt&.dans la maifon de Dorimont ; mais il lui 
promet là-cieffus un profond fecrec, fi elle veuc 
coiifentir à Tépoufer. • ^ 

Elle perfifte dans fes premiers fentimens i Se 
Méricourt, pour s'en venger, prcfente d fon oncle, 
dans le quatrième aile ,une autre lettre de Mc- 
li/ïe qui déclare que Cénieeft la fille de fa Gou- 
vernante. 

Il ne refte donc à la fille & à la mère, que le 
Couvent pour afyle j & Ton prend des mefures 
dans le dernier adc , pour leur afiTurer à toutes 
deux un fort heureux dans leur retraite. Clerval 
charge fon ami de les y conduire. Mais au moment 
que Dorfainville fe préfence pour leur fervir de 
guide, il reconnoît fa femme, qui lui apprend 
que Génie eft fa fille j & les préparatifs du voyage 
ic changent en agprêts de noces. 

Me permettez-vous , Madame , d'expofer ici 
les beautés qui m'ont le plus frappé dans cette 
Pièce, avant que d'en rechercher les défauts? 

Rien ne m'y paroît déplacé ^ & chaque chofe 
y eft exprimée de la manière qui lui eft la plus 
propre. L'Auteur dit tout ce qu'il faut dire , & 
ne dit que ce qu'il faut. Nulle expreffion fuper- 
flue , nulle phrafe inutile ; chaque mot paroît être 
le feul qui convienne à l'endroit où on l'employé. 
On ne court point après l'efprit j c'eft le fenti- 
mentfeul qui domine: il y a de l'efprit cepen- 
dant; mais il eft placé avec art, & aux endroits 
feulement,oùlQ fentiment ne fçauroit avoir lieu. 
Voici ce qui fe préfente d'abord de plus fenten- 
cieiix dans les premiers actes. 

n Que l'infortune a de détails qui ne font 
« connus que des malheureux \ On foutient avec 
w fermeté tin revers éclatant j le courage s'aflFaif- 



t54 Mabamï de GRAnwr. 

d9 fe fous le mépris de ceux même que Ton mf« 

3> prife. 

» Les Couvents font plus TaTyle de la décen^ 
ai ce , que celui du malheur j lextrcme indigence 
j> n'y eft point accueillie. 

» Un mari qui n'eft point aimé , ne me paroîr 
j> qu'un maître redoutable } les vertus , les de^ 
a> voirs , la complaifance , rien n'eft de notre 
» choix , tout devient tyrannique j on fléchit fous 
»> le joug y on n'a que le mérite d'un efclave 
j> obéifTant. Mais fi l'on trouve dans un époux 
» l'objet de tous fes vœux, je crois que le defir 
V de lui plaire , rend les vertus faciles ; on les 
» pratique par fentiment ; l'eftime générale en 
33 eft le fruit ; on acquiert, fans violence, la feule 
a> gloire qu'il nous foit permis d'ambitionner. 

M On peut faire des malheureux , même fans 
« les connoître j mais qùelqu'e^ivie qu'on en ait , 
» il n'eft pas fi aifé qu'on le penfe, de faire des 
» heureux. Cela rebute j & l'on devient dur, faute 
w de fuccès. 

» Une jeune perfonne,en époufant un homme 
31 âgé , devient une femme interefTante , pour peu 
9> que fa conduite foit régulière , on la plaint, on 
9> l'admire j elle acquiert du mérite 5 fes charmes 
9) s'embelliiïent de la décrépitude de fon mari; 
» il meurt j eût-elle quarante ans , c'eft une jeune 
9y veuve. La caducité d'un vieillard éternife notre 
» jeunefle». 

Les fentimens de cette Pièce répondent a la 
manière dont elle eft écrite. Ils font nobles , gc-. 
néreux, pleins d'honneur & de vertu. 

Et d'abord , quel défintéreffement , quelle 
grandeur d'ame , de la part de Cénie j quand 
après avoir appris qu'elle n'eft point la fille de 



Madamb be GRAPïGNr. 15 J 

Dorîmont, Méricourt lui dit : Eh bien quels font 
â préfent vosjentimens ? Elle répond , les mêmes. 
Non-feulement elle ne veut point acheter une 
grande fortune par un hymen qu'elle dctefte ; 
mais elle ell la première à révéler un fecret, oui 
lui enlève des biens qu elle ne peut plus poflcder 
fans injuftice. 

Je remarque un fentiment de géncrofité bien 
louable dans Dorimont. » JouiflTez de vos richef- 
» fes , lui dit Méricourt j elles vous ont coûté 
»> tant de périls & de travaux. J*en jpuirai , ré- 
«• pond le généreux vieillard j je vous rendrai 
» tous heureux. 

Que Dorfainville témoigne de tendrefle pour 
fon époufe , 8t de reconnoifTance pour Clerval ! 
Il arrive en France j & fon premier foin eft de 
«'informer de la fituation de fa femme , de ce 
qu elle eft devenue , & qui pourra Tinftruire de 
ion fort. Voilà ce qui îoccupe uniquement j il 
paroit indifférent pour tout le refte i ou plutôt il 
ne defire tout le refte , qu'autant qu'il pourra le 
partager avec ce qu'il a de plus cher. ^ Hélas ! 
» que me fervira ce retour de fortune , fi je 
» ne puis la partager avec une époufe fi digne 
» d'être aimée ! Pardon, cher ami , fi je ne fens 
» point alfez le prix de vos bontés j ma femme 
M me tçnoit lieu de tout j fans elle , il n'eft point 
» de bonheur pour moi ». 

Ce fentiment de tendrefle ne lui fait cepen- 
dant pas oublier ce qu'il doit à Clerval j & fon 
cœur s'exprime là-deflus de la manière la plus 
touchante. » Qu'il eft doux de vous devoir ! Ah ! 
n cher ami , la reconnoiflance que vous infpirez , 
V n'eft point à charge j elle n'accable point un 
» cœur délicat fous le poids des bienfaits j elle 



x^S Madame db Ghafight. 

9» écarte ce que la crainte d'être importun a cle 
9y rebutant. Vous ne ferez jamaB d'inerats m 

Qn Orphife penfe d'une manière dcuntéreflfce ,. 
jufques dans Inumiliation de fon état ! Elle ap- 
prend qu'elle eft la mère de Génie j elle peut 
adoucir la rigueur de fa fituation y elle peut ren- 
dre fa fille heureufej elle n'a qu'à confentir à fon 
hymen avec Clerval j & elle le refufe , dans la 
crainte qu'un jour il ne foit pour lui un fujet de 
i:epentir. 

C I, E R V A L. 

» Je n'aurai pas d'autre époufe que Génie 5 ire- 
M cevez-en ma parole d'honneur. 

O R p H I s 1. * 

j> Je l'accepte, Monfieur. . . Génie .... eft ma 
«> fille. 

C L I R V A L. 

» Vous êtes fa mère ! Tous mes vœux font 
j> remplis. 

O R p H I s r. 

^> Non , Monfieur ; reconnoiffez l'effet de vo- 
w tre aveugle tranfport > que ceci vous ferve de 
j> leçon y je vous rends votre parole ». 

Dans Clerval, que de tendreffe, que de fidé- 
lité , que de conftance pour Génie ! Tout ce que 
l'amour a de plus vif, de plus délicat, de plui 
paffionné , de plus tendre , éclate avec décence , 
dans les procédés de cet Amant. Lifez , Mada- 
me , la belle Scène , la Scène admirable , où il 
charge fon ami DorfainviUe,de conduire lui-nicr 
me Génie & fa mère dans un Gouvent. Les aaio- 



Madame di Grahgny. 157 

les , les inquiétudes 3 les aliarmes , les tranfporrs 
de l'amour y tout y eft exprimé de la manière Ja 
pkiS'Vive Se la plus énergique. 

C L E R V A L. 

j> Ne les préfentez pas comme des infortu- 
9> néos. Les malheurs ne font pas toujours une 
j) bonne recommandation* ^ ' 

D O R s A INYILLl. 

i) Je fçais ce qu'il faut dire. 

C L 1 R V A L. 

n Qu'elles foient bien traitées : fi la penfi^A 
9 ne fuffit pas , on la doublera» 

DôRSAlNVIILE. 

' » Vous m'avez dît tout cela. 

C L E R V A 1. 

» Recomniandez fur-tout,que l'on yous aver- 
A tidà, s'il arrivoit la moindre incommodité i^ 
» Cénie* 

DciR^ÀiNVILLI. 

•: itt Je n'y manquerai pas. 

; • . : '. . "f 

':..., C L E R V A t. 

*' » Fa-îtes bien fentir que te font des femmes 
'*/'"de*méritél Cen'èft' qu'en nioncrant poiirçlïés 

» une grande èfenfîdération , que vous pourrez 

» leur en attirer. 

*. ' i . ,.: DoRSAlNYlili- ' 
» Je n'oublierai rien. * 



ijS Madame se GKAtioit^, 

C L B R V A L. 

}> Qu'il eft fâcheux, dans de certaines circoflf« 
» tancesjde ne pouvoir agir foi-mcme ! 

. DoRSAINVILLE. 

n Quoi ! doutez-vous de mon zélé ? 

C L t( R V A L. 

i> Non, cher ami. Mais vous ne connoilïez 
s> point les deux personnes qui méritent le plus 
w qu'on s'intérefTé vivement à elles. 

DoRSAINVILLE. 

î> Vous les aimez : cela me fuffit. 

C L E R v A L. 

3> Il faut fervir les malhçureux, avec tant de 
w circonfpedion, d'égards , & de refpedb ! 

DoRSAIKVILLE. 

» Qui doit mieux que moifavoir les ménager? 

. . . , .1 

C L E R y A L. 

9> Il eft vrai : mais un homme de courage con^* 
w tra£ke une certaine dureté pour lui-même , 
»> qull peut étendre fur les autres , fans même 
!• qu'il s'en apperçoive. Il eft mille petites atten- 
M tiohs qu'on ne peut négliger » fans bleffer ceux 
99 qui ont droit de les attendre. 

DoRSAINVILLE. 

3> Je ne maii^iierài à rien j je vous en donne 
» ma parole. . .j 



Madame ds Grafigny. 15^ 

C L s R V A L. 

î> Quel inconvénient y auroit*il , que je vous 
*3 accompagnafTe à cette première entrevue ? Je 
» parlerois vivement j c'eft le premier momeac 
^ qui décide : il eft important 

DoRSAINVlLLS. 

3J De n*en point trop dire. Loin de lesfervîr,' 
^ votre âge, votre ton, pourroient faire un 
*♦ mauvais effet. Je ctains déjà que vos arrange* 
j9 mens ne huifent i leur réputation, 

C L E R V A t. 

^ Comment? 

DoRSAINVILLE. 

n Voi un fafte qui me paroit déplacé 3>. 

Dorfainville ajoute qu*il eût été plus prudent de 
les mettre fur im ton approchant de leur état, 

C L E R V A L. 

s> De leur état i Ah ! gardez*vous de croiiê 
9> qu'il foittel qu'il paroit. 

Dors AIN VILLE. 

» Avez-vous des édairciflemens là-deflua? 

C L E R V A L. 

» Il n'en eft pas befoin : tout parle en elles i 
9> tout annonce ce qu'elles font >9. 

Sur ce que Dorfainville combat le deffein qu'il a 
pris d'époufer Cénie,il lui répond : » voilà,voilà ce 
»> que je prévoyoisîN'ayant pas de la mère & de la 
» nlle les mêmes idées qud moi> vos fpias tn»^* 



'^iît Maôamé ■ Dfc CÎAafiôWv'. 

» queront d'égards j votre polireflTe fera humî- 
^> liante. O Ciel ! s'il vous échappoit!^, a^ 

Des fentimens de cette pièce, je pa/Ie zux 
(îtuations les plus frappantes. La première eft 
celle ou Méricourt prcfcnte à Génie, Tccritfa- 
nefte , qui lui apprend qu'elle n'eft point là fille 
de Dorimont; Il venoitde dire, qu'il avoir en 
mains des armes toutes prêtes, pour vaincre fon 
înfenfibilité ^ on eft empreffé de favoir de quels 
.inoyens il pourra fe fervir i& cette lettre fatale, 
qui fait fur Génie une fi forte impreffipn , ne 
caufe pas aux fpedateurs une émotion moins 
fenfible. * ^ 

Méricourt fe retire ; Glerval paroît. L'arrivée 

de cet Amant forme encore une fituation heu- 

reufe. Que lui dira Génie ? Elle n'ofe plus fe 

flatter de l'époufer ; peut-elle encore répondre 

c^ifonàmpur ? Lui déclarera-t-elle cegue-Méri* 

court vient de lui apprendre ? Lui en fera-t-elljB 

un myftere ? On fent qu'elle éprouve un em- 

barras,que le fpedateur partage avec elle, 

t -i La Scène où Méricourt fait voir à Doriniont la 

féconde lettre deMélilfe, n'cft. pas rooids intéref- 

fante. Génie reconnpît fa merej Qrphife retrouve 

fa fille j cette reconhôifiTarice, quoique prévue dans 

le troifiémeade,nelaifre.pas, dansl^-quactiésne, 

de produire un grand effet. Elle touche j elle in- 

téreffe , elle attendrit jufqu'aux larmes. Le cœur 

: éprouva toarà;!:): fois, mille monvemens différens, 

de joie &c de trifteffè,xl'amoûr & de.haine.i d'ef- 

^pér^nce &ç ^e ç rainïp.. Qn fe réjouit avec Orphife 

, qui. retrouve fa .cli^re ^Cénie j on s'afflige avec 




on 



* Madame ùe GnAncNf^* i?t! 

MÎ efpere tout de labotitë, de la tendreflè » delà' 
générofité de l'onde ^ & le bonheur de Génie eft 
Tobjet de tous les vœux y parce que fa vertu & U 
douceur de fon caraârere lui ont gagné tous leè 
cœurs. Tous ces mouvemens fe fuccedent d'a^ 
bord ^ ils fe mêlent y fe confondent , & caufeac 
une agitation vive & agréable » qui dure prefque 
jufqul la fin de la Pièce. 
' Par rattachement de Dorfainville pour fa fem« 
me, la tendreffe d'Orphife pour fon époux j par 
les tranfports de Clerval ^ la fenfibilité de Génie , 
la bonté du cœur de Dorimont , il eft aifé ds 
juger quel effet doit produire la dernière Scène 
du cinquième Ade y où tous les perfonnages fe 
leconnoiiTent. Les grands mouvemens que cha- 
cun d'eux éprouve en particulier > viennent 
tous fe réunir i la fois dans le cœur des afliftans. 
Chaque fpedateur croit être en même tems Or- 
phife. Génie, Dorimont > Dorfainville &Gler- 
val. Il croit avoir les mêmes intérêts , parce qu'il 
a les mêmes fentimens j & je ne crains point de 
dire que cette fituation , toute commune qu'elle 
eft , eft une des plus heureufement amenées qu'il 
y ait au Théâtre. 

. Tout ce que j'ai dit jufqu'àpréfent , peut déjà 
donner une idée de la plupart des caraâeres de 
cette Pièce; mais voyons-les plus en détail. Voici 
comment l'Auteur même nous trace celui de Do« 
rimont. ' 

9> G'eft un vieillard d'une probité fcrupuleufc, 
« bon par excellence, efclave de l'honneur, ei^- 
•> nemi des foupçons , & que la crainte d'ètri 
99 injufte, rend facile à tromper su 

Ses deux neveux ont chacun un caraâere opr 
pofé. Méricourt eft u» bMime vain » . fog^rbe ji 

Tome IF. L 



Xtïf MAÛAMB HK GRAFiGNr*' * 

3fltéce(ré y qui.n'a hi amitié pour fon frere^ qu^îl 
cherdbe i oedêrvir auprès de Doritnont » ni at-* 
mchémem: pour fon oncle, donc il veut furpren* 
icè k bonnc-fbi ,m amour pour Ccnb, c^cm ne 
4éfire d'œoufer qu'à caufe des grands bietls qu'il 
ea attend. 

Clerval au contraire» eft un jeune homme 
dune candeur charmante , d'une générofîté» 
d'une poiiteâe , d'une attention « & d'ime droi- 
ture que leis défauts de fon frère rendent encore 
plus e(timables. C'eft un hon parent » un excel- 
lent ami , un parfait amant. 

Dorfàinville eft un honnête homme malheu- 
reux , qui aime fa femme , & qui connoît tout 
le prix d'un bienfait. Voilà tout ce que la fitua- 
ôon de h, fortune lui permet de paroître. 
.' Lexaraâbere d'Orphife eft plus décidé. C'eft 
une femme à grands fentimens , que la raifort 
iîettle ^^Mverne , & qui eft toujours montée fut 
le haut ton de la fageffe & de la vertu. 

Génie réunie en elle toutes les belles qualités 
des autres personnages y elle a la grandeur d'ame 
d'Orphife, la bonté de Dorimont,la candeur de 
Qerval. Elle eft tendre , reconnoiflfante, généreu- 
se , compâtiâfante ; elle joint les charmes de ta 
figure à la juftefTe de l'efprit ^ & l'Auteur enfin 
iemble avoir choiii pour modèle de ce rôle, une 
parente aimable ^ d'autres difent une nicce y dont 
Cenic eft Tanaerame. C'eft aujourd'hui Madame 
Hdvétios. _ • 

Tets font les principaux perfonnages de cett€ 
ftéce , parmi lefquels il y en a cinq qui font de 
très- honnêtes gens. Il n'y aperfonne qui ne défi- 
TÂt d'avoir de pareils amis y & qui ne voulût leur 
cedèmbler ^ j'en excepte cependant Orphife» que 



.MADiLHt SB GKÂWi^àt. !jfifj( 

j€h\imt point. Elle eft d'une {évétïté qu£ t^jtS 
^11^ a toujours la balance à hmaih pour pét6i;db^ 
que aâ:ion » chaque difcours^ au poids de la sde« 
,cence & de lardon ia plus rigouieufe. Elle eft 
j8 terriblement vermeùfe , qu^eUe h'kifpire aùcuh- 
-ne confiance. On aime Doriqiont ; on adore Cé« 
nie f oneftime Dorfaûiville ; on s anache à Cler- 
val \ mais on n'^ que de rindifféreflêe pour Or- 
phiie ; peu s'en faut même qu'on ne ta haïflê. 
C'eft la feulequi ne parle point au co^urdaiis cette 
Pièce : ce n eft pas raute cependant que Madani^ 
de Grafigny ne connoitfe bien toutes les routés 
oui y conduifent. Ceft au cœur qu'elle s'adfeffe 
oansprefque toutes les pages de cet Ourrage^; 
c'eft au cœur qu'elle parle , lorfque Dorimont die 
â Méricoun : »» fi je ne t'eftimois pas, je pourrois 
» te faire du bien > mais je ne vivrois pas avec 
^^ toi ». C'eft au cœur qu'elle parle , lorfque 
Cënie dit à Orphife : » Je fuis h malheureufè, 
» que je trouve de la douceur à plaindre les in- 
» forranés ji. C'eft au cœur qù elle parle , lorf- 
que,dans un monologue, Orphife dit :» Oh n'eft 
» pas tout4-fait malheureux^qujand il refte du 
» bien à faire >i; Enfin c'eft au cœur qu'elle pai- 
ie , quand pour finir la Piéce,ellemet ces derni^ 
res paroles dans la bouche d'Orphife , *> fi Tei- 
» ceffive bonté eft quelquefois trompée , eiU 
» n'eft pas moins la premiiere des vertus >n 

Les Ouvrages les plus parfaits ne font pâa 
toujours exempts de taches. Il y en à quelqiies- 
unes dans Cénie j mais elles font en petit nom- 
bre & fort légères. J'y remarque quelqu'expref- 
fions peu exaâes Se d'autres peu namrelles ; par 
exemple : dans la première fcène du rroifiém^ 
ûStQ , Dorimont. dit à M^icoiurt : la fincjfc né 

Lij 



yéLguèrt faits là méchanceté \ il auroic fallu dire 
Jpsms: idfaujfeté:'^ & la penfce eût été plus jufte, flc 
^Îa phrafé plus «xade^ 

.:, £)ans la dernière fcène du cinquième zOie i 
.Ûorimont die encore ëa parlant de Méricourt: 
Je lui donnerai de quoi vivre dans le grand mon-' 
jde j Sa Patk-ije. J*aurois . mieux aimé qu'on 
.retranehat ces deux derniers mots , que bien des 

fcn^n'ont ,pas entendus, & qui ont, en effer, 
efoin de Commentaire. Voici , je crois , le 
jiens dans lequel TAuteur les prend. Méricouit 
,eft. un homme fai^; le grand monde eft le fé* 
.. jour de la faulTeté j le grand monde eft donc le 
féjour , la patrie , réiément, l'air natal de Méri- 
.' court y cela me paroit trop recherché. 
^ Cénie ditau(& , au f$ijet de Méricourt \ car tl 
.iemble que ce n eft qu'en parlant de lui, que 
. TÀuteur lefpit trompé > ce qui fait L'éloge de 
fon coeur Voici donc ce que dit Cénie : en lui ôtant 
l,iafauj[[eté j U ne luirejlefokpas mime l'apparence 
^ des vertus. Ç'eft tout cequ'on pourvoit dire du plu* 
. méchant & du plps hipocrite de tous les hommes. 
^- Ce portrait^eft trep chargé ; & Méricourt ne méri- 
^toit pas qu'on le peignît ayec des couleurs ii affircu* 
^fes , furtout au moment où Cénie le peint de lia 
^forte ; c'eft-à-dire , avant qu'il lui eut révélé h 
, fecret de fa naifTance. Un homme à qui. on ne re- 
proche que de ladifHmulation , n'eft pa$ pour cela 
jdénué de toutes les vertus. : • 

^ Sur la reflemblance que l'on a trouvée entre le 
.drame de Cénie & celui de la,Gouverncuite ^ on a 
^crù que M. de la Chauffée avoit pris l'idée de fa 
. Pièce dans le manufcrit de Madame de Graâgny ^ 
. qui avoit fait la iienne long-tems auparavant > mais 
Je fixais de Madame de GraHgny elle-même > qiè€ 



è^eftà tort que- l'on a foilpçénnté cet Académicien ' 
de ce iarciidîttéraire ; il Ht'&fâmfli^vû ni lu Cén te,- ^ 
^ue^depuis que l'Auteur Ta donnée au Public. 
^M..tfjEts Longs-Champs y j^une Pocte, c^u'unex 
xnortp'rpoipce ^; enlevé auu|^arnafle ^ s'étoic don-) 
riè ta peiiiè "de mettre en vers. là Pièce de Ma4a«f^ 
inede.ÇîraJfigny > & fon Ouvfag0 imprimé offre 
des traits t^exioippaçaifon , qui lui font honneur:) 
Voici c6mme*îr à rendu l'endroit où Génie difrft 
» je me fuis fait une idée différente du mariage : 
»» un mari qui n*eft point iàimé,ne me'pàrôît qu'un 
» maître redoutable, t^ "verHft , les devbhrs , 
>j la compiaifance , rienitfeft deftotre choîx^touc 
i> devient tirannique j on ftéchkf6u« le joug ; 
i> on n'a que Je mérite d'un efclave ^bé^ijïânt. 
w Mais fi loîfftôuve.daiis un '|p6ut;|l'îpb|^^ de 
*> tous fes vœux i je* cf ôîs, qîïê ' Yi'&^t de"tur|plai- 
»> re rend les verttSP fâciïesl'X^rfles'é^^ par 

1» fentiment \ reftiWgénétâfe-en'tftie'-ôïiit ; 
» on acQuiert, fans violacé , laXî^uk^lQiift'qu il 
» nousfoitpêrmU A'aj»jt)itioflji^4.\, 



; --a'. 



,- . ■ . ..^: ■:i:--, j, r.j :; m li' ^ .'■ ^K 
Madame, là-dtffus je P^»r«lÎ5^%Rt???°fj^^ i*: - 
En effet , un mari qu'on aime fqîb]!qme;j.t'i " -- , 
Nô pâtiffltî mes ycui qti*ari miârit reSfiBÈàt?;'"" ' " .^ , 
Bcs déVcnrs^'riçiiipRr ngiFrem 'licîi^acccàb&l ,- .', 
£cs ïgHrdsitli^V^rtiïs,, qcri n>1t 3c nctfj-ç^hoix ; 
+oift âi?&ln?încêèn>fio<rc ; on flfthit (ous ks Lok. 
Sous le joug d'un tyran , t^ui noua traite en ckUvc { 
£c fait des plus doux nœuds , les plus cïte eotraver»' 
Mais (]uaiid un époux fait Tobjec de cous nos vœux j 
Par dciir dei liii pkûre , on devient vertueux. 
On remplit fes devoirs par goût , fans répugnance ^ 
L'cftime nniveifeUc en eft la récompenfe. 






S9ns.<]a*^ en coûte co&k^ on jooit du boi^icui : ' ^. ' ^ 
Qiû Çeal pqot nous db^rinct , ^ âa^er oobe cttor. 

•'iê-lfcSte, coTnfmèvpùs voyez, Madâihe»! reh-* 
éa àiflfès; exaâeméiit les penfées (ié Madame de 
Grafigny ; mais îF y trbeaùcoup ' plus d'énétgie & 
dtf Jforce dans- là çrôfel- , . : '^ 

-Jîâ forcir de la 'fefètÂîère retirèîc&îadôÀ de 
(Mhié.M. rAbbç dç- TAttàignAàt fit l'es veK« 

Httvâiîs:- ' -■- ■■■ ;:.^. ; ;. y ^ ^' V':;"; '' 

' ^ Je reviens (k.Uj.Cam6^ -■..': iîîu • ■ 
. .Çç^Py»Hs^M3pi£s.aq«^u»i/ jr - ■•• 
; Quf J'fldinc la tendre Céptet» ,i .. -. r.;;r,ti.:! '. ' j 
^ r;;&£çlfçMiji«ii!gj5ciiéwqir.- : .:.'••! 

•7 l)iùisïôn"portrâitg^^^ .. . 

": tQtoac.cBârn>é$.îq.uc.^'aar^CQSj ..-^ ., 

Que d'WroïfiHy tfknterpfittîftst •' ' -". 
Ah- <p'îlf3uc en avoir toi-mêmt, . 

Pour s gxpijjjjèr ctùmnc 'eu fais I ' 

,Tr;,ff!;;rr:ol ■,;.,>,, ^/'ip :•::;.: ■:î;^. - : 

Je ne v^çi^f ^ j^j^ij ^^ d*iine,^^treJPi|fee ié 
Madame de Grat^ny * -^- ^---^- -^- ^ -- ^- 




.. 51..:. 



Madahï u lAxKcuXyaR t^Tj 



L E T T R E X 1 I. 

J E ne connois rien d'imprimé de Madame le Ma4 1^ 
Marchand , que le Conte de Boca j inféré dans Mao^ià 
ttn RecueU publié en 17) ^ y fous le titre de 
Nouveaux Contes AlUgoriquis. Cette femme » 
rmorte il y a près de vingt cinq ans , a \^\St duel- 
ques autres Ouvrages niànufcrits, qu'elle iiioit i 
fesamis,en leur demandant» fur fes produâionf, 
le fecret le plus inviolable. Elle étoit fiUe de Ja- 
-feph François Duché , de rAcadémiê des b^cri^ 
.tiottô & Bielles-Let^es^ , & Auteur 4e plofi^ws 
Ouvrages dramatiques^^ tels que les Tragédies 
-dé Jonathas , d*Ablâlon & de Débora , Pièces 
itûntes > qu'il avoit faites pour Saint Cyr ^ & qui 
&rent jouées auffi fur la fcène frànçoife. Nous 
avons encor^e de lui quatre Opéra , dont le meit* 
leur eft Iphigénie. 

La ^fiUe de M.Ducbé lui a fait honneur tar fofi 
efprit, festalens & fo» goût pouf rétude^Èft^jôt- 
gnoitÂces qualités heuréttifes^toutes celles quiren- 
<ient> une femme aimable & eftimable. Elfe avbit 
'épouféM. I^ Marchand delà Méry,Recevettr*^- 
néràl des Domaines & Bois de la Généralité ^ 
-Soiflohsjette écbitenfôciété avecbeauçoupdeeétts 
d'efprit,& àcompofi plufiéurs Ckivrages ^Hd&fé-- 
rensgenres,quoiqu'eHe lie cràîgnît rieii tànt^^ue 
laréjSftàéioiide femme AiîteiirjauflGi nVt'4Uéfi»t 
imprk^er,comme je l'ai dit,qâefèR.othân^Bb^^ 
cncôrenépanuc-il pas fous foiiiiom.Miî^^ftïoiq^ 
k Recueuoùil le trouve, s'annonce pbâf è?» 

Liv 



*?caj 



^%t Maxume 1.1 MajlckaiIbS 

t^'nn }A,D ***3, il eft bien véritablement 4^ 

î^aaHame Le Marchand. 

Boca 5 fil^ cl!im Sculpteur de Lima , élevé- danf 

Tart de fon perè , aptes la mort de Ces parens , 

s'occupe pour gagner fa vie , à faire de petits 
rbocces 'd*y voire, Pliifieurs inconnus viennent fiic- 
w^^^^* ceffivement en acheter , ôc les lui payent au-^deU 
; de ce qu'il en demande. Il cache en différens cof- 
^fres, 1 argent qu'il reçoit ; mais toutes les fois 
-qu^il en veut prendre pour Jfpn ufage, il ne trouve, 
iau lieu dTargent , que. des mouches & des foui- 
^mis. Vn jqur qu'il avoir réfolu de fe dcfaiie de 
•ces coffrés /.donc la vue'augmentoitfon chagrin:, 
Jlvit'v ^Xi lés ouvrant > 'dp^9 l'un une baguette 

a'ébè^e , qu'il mit dans fa ppche } dans l'autre, 

iiii 6if<^u a une beauté merveilleufe , quiforrok 
rd'ùnç coque, L'oifeau y<>le dans la chambre }.il 
.^ft attaque par une araignée .d'ane croffour e»- 
: waftrdinàire j il f;ait un cri i & ils ajfparpifrenc 
4?im & l'autre, Eronné de ce prodige , J^Qc* veut 

tirer fa baguette ; il trouve fa poche pleine 4p 
ipljé^ d'or i il temee^ çe< àfgent da^s un cô&e ; Se 
-4bl^i^ jour pareil bonhei^ lui arrive,. Ap^ès un 
'fPitf^Qi^jxis-^ U va poorprendretoutes ee^ fon»* 
:|n^,s ^ mais elles fo^c changées en un billet- , par 
4iiqtP^i on lui ordon^ie de voyager yfers l'Orient ,, 
^#' Ade ^^d^^r , toujours^ devait Im poiîir 4^yçiMir 
>^ureux. ).'humajiué>4oAt oj[i lui fait w devoir; 
49^|«Afabie , 4w PA? ètçe [e mpyeiv . . 
t'^rfiçtçj^: 9^QV(ïhskt^^^^ voile pouç VlÛeJifi 
z^^^kI^ navigatJiQn f^t heureuf^ y mais i^poUiv 
•fe ^eadfe au Japon , il nje trouva poinç d^ * vaif- 
dfeîPBWf le tran/porter. Ici i la puiflan^e^i^è U 
M%^9 W ftUemfi un petit oifeai; <:^\f!')\i £mxt so^t 



Madame £c Mauchahs. ï6y 

|oufs fnr lô rivage , & qui lui fervit de guide juf- 
qu'àce qu'-il fe fût élancé, comme lui , dans un 
léger efqaif, rempli doifeaux qui faifoient la 
^ manœuvre. Toutes les commodités de lavies*y. 
rencontrent. Enân la nacelle prend terre ^ 6c 
JBoca fe voit dans le plus beau pays du monde. Il 
éprouve plusieurs aventures qui tendent à Tarrè- 
ïer en chemin, contre Tordre exprès de TOracle, 
de qiarcher toujours ^ mais tréfors , délices , plai« 
Ûrs , rien ne le tente j il n'envifage que Tordre 
du Ciel qu il doit accomplir. Quelle fut fon 
épouvante , lorfque s'avançànt à des cris doulou- 
lieux , il vit une jeune femme chartTiante,que deux, 
hommes lioient à un arbre ! La pitié le fait voler 
au fecours de Tinfprtunée y & les. deux hommes, 
levant le bras fur lui, pour Timmoler , demeu- 
xent imtndbiles. Bocafe raflare, & délivre, à leurs 
yeux , la belle inconnue , qui lui dit eu fouriant : 
)) Bpca, que peux^tu craindre , ne t'eft-il pas 
M .piefcrit d'être humain ? Suis-rmoi^j tu'yas paf- 
» fer par ta dernieti^ répreuve ». A la douceur de 
ùs paroles , Bpca k prie pour une Divinité fe« 
çoii^.4^e , de qui dépendpit fa deftinée. La der« 
. aiere épreuve eft un peu violente ; on le fait paf- 
ùr pkr des bois affreux , où Boca , l'invincible 
9oç^ > s'évanouit de lailitude & de frayeur. A fon 
féveil , il fe trouve dans* un Palais, dont la beauté 
ùiit i^onneur à l'imagination de la Fée qui le dé- 
cric : pq. ne vit jamais rien de plus voluptueux 
^ue Jps jardins. L'aimable inconnue avoir difpa- 
W.,ÇI'teft- là qu'il apperçoit une ftatue d'un tra- 
vailla divin. Son attitude étoit des plus touchan- 
W V' & .marquoit une extrême douleur. Boca 
û^pp^> d'admiration , s'écrie dans fon tranfport : 
^.^\ f'^ fjaçiq 4a^î çew§ (qlitudQ ? L^ haine ôc 



iji Madame le Marchâmes ' 

n la relever. Non , ma chère fille j vous vîvrW f 

s> je veux prendre foin de vos Jours. 

y» Zineby féconda les carefles que je lui fis ; rin- 
*> connue les reçut avec une efpece de confufioiv 
n & beaucoup de grâces: le befoin qu'elle avok 
»> de changer d'habic , nous fie prendre le chemia 
9> du Palais j je Tinterrogeai fur fa nai(Iànce^ 
j> & lui demandai quelle Fée lavoir coftduke.ea 
» ce lieu j elle me parut embarraflee de répon-* 
» dre , &c me pria d'attendre qu elle eut pris ua 
j» peu de repos pour me fatisfaire. L'ayant pre£- 
*y^ fée de me dire au moins fon.nom ; après ua 
3J moment de filence , je m'appelle Zobéide:» 
^ me dit-elle i mais vous, charmante perfoniie, 
« ,nie m'apprendrez- vous point' qui vous êtes, 
« & dans qu^ pays je fuis ? Vous êçes , dans mon 
» Royaume, lui dis-je j & je m'appelle Abdélaxis. 
j> . A ce« mots, elie^me paruttomoer dans uneprot 
p .fonde rêverie : cependant npus arrivâjrnes:âtt 
»> Palais y & Zineby ayant ap^Ort^ l'h^bip '4.*ana 
» de mes femmes , nous voalomes toui;e$ 4^ux 
» aider Zobéide.à s'habilUr j^ipaais parj^fft^âi 
» pour mon rang > elle ne le voulut pM £w»(ic.> 
9> nous la lai(%nes en liberté ; & Zineby ^ ;^oi 
9> nous >éçi^m retirées danslachat^bçô proçh#î^e» 
;> ma chère amie , lui dis jie. i J0yifuii$:c^i^ W^ 
» étrange ii>quiétude;i qtt>l|ip|îgonoil^f44çeb(dj« 
i> Zot>fi[idQ?: Nous remt9^er9§$ ad Palai^isi^^é^ 
*> 'pWiiit-ftllrjLS^ j^:Pr^dpiit^:i»Pi^¥Le.tptf|«ï^e$^. 
.99. compagt^ps n&la yoyent,ayec pl^lfir;aM^9aAW^ 
^ vocr^ Cour ; elle leur ]fera cb^r@ ,,puiif|^'§Û^^ 
» jfçu plaire à leur Prince^e^^l^on, non, ci:| tft 
>9 trompes , Zineby -, elle feroit d?f >^«>U*4^ }4 
» la pe|:4jÇQis j, quefçais-je, fi ma gpuv!^;SI^^t^ 
p YQH4çp«pf£x»fittreqii'çUeie^taVQC«ft« 



Madame le Marchand? 17I 

h trams même que Ton ne nous furprenne j fi tu 
"1» m'aimes , aide-moi i la cacher , au moins pour 
« quelques jours : mais comment faire ? Le fo-* 
.» leil eft prêt à fe coucher ; il faut que nous nous 
» retirions : dis-moi donc , que veux-tu que jb 
n fafle ?• tu ne trouves rien ? Ah ! Zineby , tu n'as 
» pas aujourd'hui tant d'efprit qu'à l'ordinaire. 
» Laifibns Zobéideici ,me répondit Zineby (ce 
n lieu étoit un petit Palais , appelle le Palais des 
n Plaijîrs) j elle y trouvera une partie des chofes 
w qui lui feront néceflaires j & je me charge du 
» refte; vous y venez tous les jours; vous la verrezj 
M & pour me venger de la querelle que vous venez 
>» de me faire, je partagerai ceplaifir avec vous. 
H J'approuvai fon idée ; & l'ayant tendrement 
» embraffée , nous allâmes retrouver Zobéide j 
ti nous lui dîmes que des raifons importantes 
19 nous forçoient a la lailTer dans cette folitude ; 
a> qu'elle n'y manqueroit de rien , & que le len- 
»> demain nous lui en apprendrions davantage. 
» Ah ! dit Zobéide , en foupirant , tout me man- 
» quera, puifque je vais vous perdre; vous m'allez 
w quitter. Il le faut , ma chère fille , lui répondis- 
M je y mais ce ne fera pas pour long- tems ; je vpus 
j» conjure cependant , de ne pas fortir de cet en- 
99 droit , que nous ne vous le permettions : nous 
19 i'embraflames; & nous nous rendîmes au Palais. 
w Le lendemain l'heure 011 j'avois coutume 
19 d'aller au Palais des plaifirs,me parut venir avec 
99 une lenteur qui me défefpéroit ; elle arriva 
19 enfin ; nous partîmes Zineby & moi ; Zobéide 
^ me revit avec une joie qui augmenta la mien- 
•9 ne ; je la trouvai plus belle que le jour précé- 
M dent; mais à la vivacité de fesyeuxfejoignoit 
•9 une langueur qui m'afïligea ; je craignis qu ello 



174 Madame ië Marchaî^0'. 

j> ne fût caufcé par Tennui de fe voir feule dan» 
»y ce Palais y je fis ce que je pus pour l'engager 
s> à refter encore quelque? jours ^ans cette foli« 
» tude. Ayant entendu nommer le Prince Jaloux^ 
» ah ! belle Abdélazis , me dit-elle , vous avez 
»> donc un Amant > un Amant favorifé des Fées , 
» & fans doute aime de vous , ajouta-t 'elle., avec 
99 un foiipir? Plût aux Dieux, répondis- je , que 
»? j'eufTe pour lui de l'amour ; je ne ferois pas 
» tant à plaindre ! Mais , Zobéide , ne parlons 
9> que de vous ; je laiflTe à Zineby de vous dire le 
*> fecret de mon cœur ; apprenez-moi qui vous 
w êtes , & qui vous a condnite dans ce lieu ? 

w Je fuis , me répondit-elle , une infortunée » 
» perfécutée de fes parents. 11 n'y a pas long-tems 
» que j'ai perdu ceux de qui je tenois k vie } 
» ils po^édoient des biens aifez coniidérables 
» dans un Royaume éloigné du vôtre. Ils con-* 
»> fièrent ma jeunefleà des perfonnes , à qui je 
j> devois ctre chère ^ mais qui, non contentes d'à- 
jj voir ufurpé les biens qui m'appartenoi ent , con- 
» curent le deflein de s'en aflîirer par ma perte ; 
j> ils attentèrent plufieurs fois à ma vie , flc me 
» contraignirent à fuir mon pays , pour me dé- 
» rbber à leur cruauté. Un petit nombre de gens 
î> attachés à moi , fe font chargés de me conduire 
» dans des lieux , où je n'aurois rien à craindre 
•> pour mes jours. Ils le font embarqués ; & leur 
w amitié leur a fait partager avec moi les dangers * 
» de la mer : mais les Dieux me réfervant au 
»> bonheur de tomber entre vos mains , excitèrent 
» hieè une fi fiuieufe tempête , que notre vaif- 
^ feauv après avoir été quelque tems agité des 
» vents ,/ut à la fin brifé par la foudre , &c dif- 
99 perfé en mille éclats. ' 



IMadame ifi Marchand.* 175 

i> Un refte d'efpoir me fit faifir une plancha 
h qui^pouflee par les flots , me porçajufques fut 
t» le rivage : c'eft-là , ma belle Prince , qu'épui- 
19 fée de fatigue, je cédai au fommeil, ou plutôt 
» ^à ma foiblefTe : je vous vis y & oubliant tous 
a> mes malheurs , je femis naître en mon cœur , 

>» la joie , Tefpérance , & ellebaifTa les yeux 

n fans achever ) mais Zineby prenant la parole » 
9» & voyant que je laiflbis échapper quelques 
9» larmes , qu'avez-vous donc, ma rrincelTe , me 
» dit-elle y vous pleurez ? Tu devrois être bien 
9» honteufe , de ne pas faire comme moi , lui 
« dis*je : Zobéide s'eft vue prête de perdre le 
9» jour j & tu ne pleures pas ! Quoi ! ce trifte récit 
» ne t'a point émue ? Je jouis , répondit-elle , du 
9> plaifir de Ten voir délivrée y & fon bonheur 
99 préfent effac^ en moi les impreflîons de fes 
j> peines paflées. 

>9 Le lendemain nous retournâmes voir Zo« 
99 béide y Se nous fûmes furprifes de trouver U 
99 porte du Palais entr'ouverte : j'y entrai avec 
99 précipitation j & ne la voyant point , je lap- 
99 pellai plufieurs fois inutilement : elle n'eft 
j9 point ici , m'écriai-je ! nous fommes décou- 
99 verts j ah ! je fuis perdue ! £h quoi , ma chère 

» Princeflê , me dit Zinéby Abdélazis , eft** 

9> ce vous qui parlez ? Quel excès de douleur ! 
39 Sans doute Zobéide , cherchant à difliper fon 
«9 ennui, aura voulu fe promener , en attendant 
^9 l'heure que nous devions arriver j & comme 
» votre impatience vous l'a fait devancer , nous 
19 la verrons revenir inceffamment. Ces paroles 
« me calmèrent 5 mais me voyant plongée dans 
» une profonde trifteffe , ah l continua-t'elle , fi 
j9 Zineby étoit perdue pour vous , feriez-vous 
ja autant affligéi^? Non ^ une Etrangère en trois 



tj6 Madame le Marcha^ô.^ 

M jours remporte fur moi j hélas ! je raifoùjdtir* 
>3 bien penfe \ Vous êtes trop aimable , pour ri'a*^ 
» voir pas mon cœur tout entier; & je ne le fiiif 
s> pas auez 5 pouf empêcher que vous ne parcagief 
j> le vôtre, 

. 33 Ce reproche fujTpeliclit , pour un mo* 
M ment , ma première douleur j & prenant la 
.5> main deZineby^que tu es cruelle, luidis-je, 
M d'ajouter encore à ma peine , un tort que je 
» ne veux point avoir ? Non , je ne me pardon- 
w nerois pas d'aimer Zobéide comme toi; auifi 
3> n'eft-ce pas comme toi , que je l'aime : notre 
j> amitié formée par une longue habitude , s'eft 
*• infenfiblement augmentée ; les charmes de 
» ton efprit , ta douceur , ta complaifance , les 
^> marques de ta tendrelfe 5 ont fçu m'attaeher 
jj à toi par diQs liens doux & tranquilles ; mais 
9> ce que je fens pour Zobéide , eft mêle d'un 
■«j trouble & d'une agitation qui bannit la paix 
« de mon cœur. Je crois même haïr le jour qui 
>> me la fit voir pour la première fois ; voudrois- 
» tu, Zinéby , que je t'aimafleainfi. Cependant 
î> toute funefte qu'eft pour moilà vue de Zobéide , 
3> je fens bien que fi je la perds , il n'eft plus de 
^^ plaifirs pouir moi : que ta généreufe amitié ne 
M m'abandonne pas \ aide-moi au contraire à la 
» chercher partout , & fi tu me la rends , compte 
» que je ne l'aimerai qu'autant que tu le voucjras y 
» tu n'auras plus à te plaindre de moi. Aide-moi 
M à démêler quels font mes fentimens ; ou pln- 
»> tôt confirme-moi dans la réfolution que je 
, » prends en ce moment , de ne la plus voir j oui , 
» elle eft fatale à mon repos ; J'ai ceflTé d'en jouir 
» dès l'inftant qu'elle s'eft offerte à ma vue. Ce 
» qui achevé de me confondre, & de me prou- 
ver 



Madame le KlAUcliÀNb» tj^ 

v> yernioninjuftice, c'eft, Zinéby , que je fens 
^ bien qu'il s*en faut peu, que je n aime Zobéide 
ï> autant que toi j mais je puis t aflurer en même 
»> tems, que jamais tu ne m'as été plus chère; 
•> oui, cominuai-je eh TembrafTant, & làiffant 
v> couler de mes yeux des larmes que j'avois eu 
» peine à retenir , je i*aime autant que j'en fuis 
i> capable ; & tu connois mon cœur ; je fens mè^ 
^ me que je te dois cette tendrefle j mais j'igno- 
'> re ce qui m'entraîne vers Zobéide, Pardonne ^ 
>» chère amie , une injure involontaire } je veux 
^ m'en punir j puifque cette Etrangère eft caufe 
» que je manque aux devoirs du fang & à ceux de 
^> l'amitié , ne la voyons plus j découvre tout à 
^» ma gouvernante ; je te charge de ce foin j dis^ 
î> lui ce qui s'eft paffé y & quoi qu'il en puiflFe 
^> arriver, je me louinets à tout , plutôt que de 
» refter dans l'état où je fuis. Mais fî l'on vous 
w accorde ce que vous demandez , reprit Zinéby, 
» & que l'on rafle forrir Zobéide du Palais, fon- 
j> gez-vôus bien , que peut-être vous ne la re* 
» verrez jamais. Ah 1 que tu es cruelle j repli- 
» quai-je i pourquoi ne pas efpérer au contraire, 
il que la voyant lî aimable, on fe fera un plaifir 
*> de la retenir ici. Peut-être m'approuvera-t'on 
M de l'aimer )& je n'aurai plus befoin du fectet 
iî ni du myftere que je me reproche* 

99 Le jour fuivant voyant Zinéby entrer dans 
^ ma chambre avec un air riant & enjoué : tu 
99 prends bien peu de part, lui dis-je, a l'ennui 
» qui me tourmente*; & fi tu as exécuté l'ordre 
» que je ce donnai hier , c'eft m'annoncer mon 
» malheur avec un front bien ferain t je me fais 
>j bien gardée de vous obéir , reprit Zinéby j 3^ 
•> j'ai bien vu que vou^ vous trompiez , en Cnoyznz 
Tome IF^ M 



178 MxDitME LE Marchand. 

j> vouloir ce que vous me difiez, je vous connois 
» mieux , ma Princefle } vous me voulez dacher 
j> l'extrême envie que vous avez de voir Zobéide ; 
» & je prétends que vous la voyiez dès aujour- 
» d'nui. Ah ! tu me rends la viejui dis-je,en l'em- 
iy brafïant y mais comment pourras-tu faire >> ? 

Il fufEt que vous fçachiez , Madame , que 
Zobéide ne partit point , & que Zinéby facilita i 
la Princefleies moyens de voir fouvent cette belle 
Etrangère. La Fée bienfaifante , pour éprouver 
Abdélazis , lui ordonne de fe préparer à époufer 
le Prince Jaloux, w Je fens , répond la jeune 
Pi inceflTe, qu'il pourra m'en coûter la vie , fi je 
ne puis éviter d'ccre i lui pour toujours. Hé 
bien , dit la Fée , il eft encore un moyen qui 
peut vous fauver de cet hymen : Zobéide vous 
a caché lanaiflance j je la connois jjelle eft née 
PrincefTe comme vous j qu elle époufe le Prince 
Jaloux y peut-être pourrons-nous le faire con- 
fentir à changer en fa faveur j elle eft belle , & 
fera dans peu maîtrdre d'un grand Royaume : 
qu'en peniez-vous , Abdélazis. Quoi? Madame» 
répondis-je , vous pourriez la livrer au fort le 
plus affreux ! Mais , pourfuivit-elle , Zobéide 
ne penfera peut-être pas comme vous , & fe 
trouvera flattée de la conquête du Prince. Non, 
non , repris-je avec précipitation , elle n'eft 
point faite pour l'aimer j je puis même vous 
afliirer , qu'elle le hait déjà autant que moi j 
mais ce n'eft pas tout , le Prince me refuferoit 
bientôt le plaifir de la voir ^ il nepourroit fouf- 
frir l'amitié qui eft entre nous j & je ne puis 
m'en féparer. Vous ne pouvez vous en féparer, 
Abdélazis ? Quels font donc les charmes puif- 
faifs qui , en fi peu de tems , ont fait naître une 



Madame le Marchand. .179 

ï» amitié fi forte ? Vous la connoifl'ez , lui répon- 
5> dis-je j pouvez-vous me le demander ? Je fjjais , 
j> continua la Fée , qu'elle eft belle j niais (i par 
»• mon poirvoir cette pecfoniie , qui vous parofc 
» charmante , étoit mctamorpholcc en une fi- 
f> gure hideufe, alors qiie fentiriez-vouspour elle? 
» Tout ce que je fens a préfent , répondis- je j Ion 
y9 malheur me la rcndroit encore plus chère ; je 
ï> retrouverois en elle fon ccwrr , fon efprit , fa 
» douceur: elle m'en aimeroit davantage, parce 
» que je ferois peur-ctre la feule amie qui lui 
» rçlleroit. Mais , Madame , quel que foit vorr« 
» pouvoir , Zobéide ne peut jamais ceffer d'être 
» aimable. 

Vous devinez , Madame , cette étrangère n'eft 
rien moins que ce qu'elle paroît : en effet, Zobéide 
n'eft autre chofe que le Prince Sédy-Aflan , gue 
k Fée bienfaifante protège , & qui devient l'é- 
poux de la belle Abdélazis. Kiribanou & la Fée en- 
vieufe veulent enfin s'cppofcr à cette union par 
leurs enchantemens : la PrincelTe eft changée en 
marbre j & Sedy-Aflan eft renfermé dans un fou- 
terrein. Le Prince Jaloux opère d'autres prodigesj 
M en métamorphofant les Mijets de cet Empire, il 
« ajoute à leur fupplice,celui d'ctre forcé à fuivre 
» l'inftincl naturel à l'efpece dans laquellcil les 
» avoit transformés ; inftinâ: qu'il avoit choisi 
» directement oppofc à leur cara6kcrc. Les Phi- 
» lofophes devinrent Papillons j les gens de let- 
» très , les Politiques & les Magiftrats fe virent 
j> changés en Hannetons. L'aSîdu courtifan , 
» mieux traité que les autres , conferva , par la 
» beauté de fon plumage,d'ancienneymarques de 
» fa parure ; mais fuyant l'efclavage , il devine 
» habitant de l'air ; Sz volant débranche (;nbran* 

M ij 



iSp Madame ii Marchand. 

»> che , il chantoit une liberté forcée,dont il igno- 
w roit tout le prix. Les femmes prodigues de- 
)> vinrent Fourmis^ les nonchalantes & les ava« 
9) res furent contraintes de travailler pour autrui, 
»> fous la forme de mouches à mieL Les vieilles , 
» prudes en apparence & coquettes en effet > 
9> dont tout le loin étoit de réparer avec an & en 
jy fecret les outrages qi^e le tems fait à la beauté , 
99 fe virent avec douleur,fous la forme d'araignées 
» monflxueufes , étaler au jour un indigne tra- 
3> vail, & n exciter par Uur préfence, que l'hor- 
» reur& TefFroi ». 

Je pafle au dénouement du Conte, qui fe fait par 
le defenchantement du Prince Sedy-Aflan. Boca >. 
le vertueux Boca^, opère encore ce prodige 5 & 
de merveille en merveille, il arrive au comble de 
fes vœux , qu'il borne par fagefle & par modéra- 
tion , au plaifir de travailler tranquillement à fes 
Ouvrages d'yvoire. 11 he demande des dons & 
des bienfaits » que cour les autres j il femble que 
fa félicité foit de faire des heureux & de s'oublier 
lui-même. Abdélazis& Sédy-Aflàn furent mariés 
avec pompe. Boca vécut dans un petit apparte- 
ment du Palais j la candeur de fes mœurs , fon dé- 
fintéreflement , fon humanité , fa franchife , le 
firent aimer & honorer de tout le monde j ce qui 
prouve bien , dit l'Auteur pour couronner fon 
ouvrage , que la vertu , pour fe faire refpeâer , 
n'a pas beloin d'emprunter l'éclat des richelTes 
ni des grandeurs. 

Tout ce merveilleux , dont la marche de l'ac- 
tion eft accompagnée , ne fert qu'à mettre en 
mouvemeot les palEons qui viennent lepréfenter 
fur la fcène. On y voit jouer, à l'erLvijtous les ref* 
.Ibrtsdelafable&de la vérité. EWesfe pictem 



Madame LE Marchand. i8i 

tin fecours mutuel pour augmenter , par plus 
dobftacles & de. travaux , le triomphe de la vertu. 
Boca , l'heureux inftrument doHt une bonne Fée 
fe fert pour délivrer deux Amans malheureux , eft 
l'image dé cette vertu fimple & naïve , guidée par 
Thumanité qui la rend fupérieure aux plus grands 
obftactes. Zinébjr eft le fymbole de l'amitié la 
plus fincere & la plus conftante. Dans la Princefle 
Abdélazis y on voit un cœur tendre , reconnoif- 
fant , & naturellement porté i la vertu. Quelle * 
délicatefle de pinceau dans la peinture de fon 
amour pour le Prince Sédy-Aflan , que fes habits 
lui font prendre pour une elle? Cette illuiîon faite 
aux yeux & même à Tefprit , n'eft pas pour le 
cœur,: qui ne fe méprend jamais dans de pareilles 
conjonâures : qu'on en jugypr la différence que 
la novice Princeffe met eq^ftnème , entre ce 
. qu'elle fent pour fon amie Zinéby & pour Zo^ 
béide j que cette Zobéide joue bien ion- rôle ! 
Quel an dans, la conduite de cette .paflîon ! Le 
tour du Conte eft tout-à-fait ingénieux j ce ne 
font d'abord que les aventures de Boca^ mais elles 
fe nouent fi bien avec celles de la Princefle Ab- 
jélazisi , qu'il en réfiilte un enfemble d'une juftefïè 
ad^û:able. La fimplicité des chofes y eft relevée 
par la noblefle des expreflîons ; il n'y a aucumvui- 
je <l^s la narration ^ & la curiofité du le£fceur eft 
touî^^^ excitée par k défir Se par l'efpérance d'ap- 
pren^^^ les incidens que l'Auteur n'a fait que 
pç ^pj^rer. Les réflexions en petit nombre , ne font 
œifes» V^^ pour aider le lefteur à pénétrer le fens 
caché ^^"^ le voile de la fidion , qu'il faut confi- 
d^j.çjjOuté entière i pour en fentir les agrémens. 
On naérite d'être lu quand on écrit avec cette 
ijàgeflè* ^ ^^^ ^^^ ttMt d'imagination ne font 

Miij. 



lii Madam£ lb Mai^cha>^^* 

empruntés , que pour fervir d'enveloppe aux traits 
de morale. 
Anecdotes ]Le Cont« de Boca a cîonné lieu a une Anec* 
au fujct de dote littéraire > qui doit être placée ici, naturelle- 
^^*' ment. En 1 7 5 <^ , Madame Hulïbn , jeune :& très 
jolie femme ^ fit imprimer , fous Ion nom , le 
Roman de Madame le Marchand,fans changer u^ 
feul mot dans le corps du livre. Elle avoir même 
laiiTé le titre ancien de Bocuj auquel elle n avoir 
• fair qu'ajouter ces quatre mots : ou la vertu ré- 
wmptnfit. Ce larcin,qu'eUe ne s'étoit pas même 
donné là peine de déguifer/ut découvert par une 
4eette anonyme , écrite à un Journalifte qui révéla 
le plagiat. Madame Huflbn prit alors le leul parti 
qu'il y eut à prendre,qui fut de convenir de bonne 
foi de fonvol , de 4^n faire une forre d'excufe au 
public par la lettre 
même Journal , 
iaJtcin. Cette lettre eft adreffée au Journalifte. 
Lettre dç >j Tous vos Leâ:eurs ont du, Monfieur, erre 
Mad. Huf-i„ bien furpris de la découverte d'im Plagiat auflî 
^^^' .« bien prouvé , que celui de Boca. Quand je vous 
fi aurai raconté comment la chofe s'eft faite > 
)• l'ofe me flatter que j'en paroîtrai moins coupa^ 
i> oie aux yeui les plus fev^es. Jeune & folle 3^ 
» poifèdee de la manie de la lecture , quelque* 
»9 fois même de celle du bel efprit , fortinée dans 
3» ces travers par les flatteries des hommes , au 
a» point qu'il y avoir des momens où je me croyois 
0» réellement une femme de génie \ il me pafla 
1» par la tête d'écrire un Roman pour me faire un 
>9 nom} je lus mon Ouvrage à ceux qui compo- 
» foienr mou petit Parnafle > & je m'eny vrai du 
>) nuage d'encens dont je f as enveloppée. Un feul 
» honune , plus foQ ou plus raifoonable que les 



\c 4^n faire une ibrre d'excufe au 

r«Avante,qui fut inférée dans le 

oui'avoit été la dénonciarion du 



Madame le Marchand. ï8j 

M autres , me dit nettement que mon livre étoit 
»> déteftable , & me mit , comme vous croyez 
» bien , dans une furieufe colère contre lui. Ce- 
» pendit , comme il me prouvoit,par de bonnes 
» raifons,que j'avois tort de vouloir être Auteur , 
» je me rendis en gémifTant ; & je pleurai la mort 
» de mon Roman , comme j'aurois pleuré celle 
» d'un enfant unique. Vous n'imagineriez pas , 
5> Monfieur , la façon dont il s'y prit pour jne 
»» confoler. Les homïyies fontl:>ien perfides y j'ai 
» fi peu d'expérience, que je donnai dans le pan- 
>> neau qu'il me tendit, & qui m'occafionne au* 
» jpurd'hui la lettre du monde la plus affligeante^ 
»> de la part d'un Anonyme qui certainement ne 
» me connoît pas ; car j'ai auez d'amour propre, 
w pour croire qu'il m'auroit préférée à fa dérun- 
» te amie,Madame le MarchAid. Il me dit , mon 
» traître ; je veux rapporter fes propres paroles 
» pour le confondre , fi cela fe peut : confolez- 
?> vous , Madame , de la perte de votre enfant j 
>» nous fommes tous mortels i Se , s'il vous en 
»^ faut un abfolument , j'ai votre affaire toute prc- 
» te i je cQnaois un certain jBoca , qui eft venu au 
>» monde en même-tems, à peu-prè$, <^e vous j 
» Se, comme alors le fiécle étoit un peu ingrat , 
*> un même jour le vit naître & mourir ; fi vous 
» entrepreniez de le irefrufciter , je penfe que 
99 yo^s pourriez y réuflîr j je l'ai en manufçrit^ 
» îç fli'envaislerairç imprimer avec votre nom 
» a 1^ tête î & îe p^rie dix contre un , qu'il fera 
V fortune j apures t.out , le plus grand malheur qijji 
99 puiflTe arriver , fera aue quelqu'habile homme 
» découvrira au bour d'un certam tems,la triche- 
» rie \ tout le axoixde en rira j & vous , Madame ^ 
a» wxpz pijki dç la réputation d*Auteur,doac vous 

Miv 



1^4 Madame ie Marchani>» 

» êtes fi entêtée , que je crains foi;t qu'il ne vow^ 
» arrive un malheur, n vous np conteAtez votre; 
» envie. Vous fèntez bien , Monfieui: , que je 
>j rcpoAdis à mon homme, à la fin de fa harangue, 
» qu'il étoit fou ^ & que je? ne coijfentirois ja- 
». mais à paflTer pour la merecierenfant d'un au-^ 
» tre. Le perfide , fans &'ari:êteç à tout ce que je, 
« pus lui dire à ce fujet , fit imprimer Boca fgus, 
a> mon n,om. J'en reçus les Exemplaires avec 
» cette palpitation de. coeuç , inféparable de toute 
» mauvaifeacStion; je Aienaçois de découvrir le 
» larcin >& dç m'en juftifier. Mon, homme ne. 
» fit que rire de mes remords. Boca , le pauvre 
» Boca, après un fomoveil de plus de vingt ans, 
39 fut tiré impitoyablement de fa paifiblje retraite, 
y> pour courir une féconde fois le has^ardde mpu- 
» rir de mort fubite, & fit, contre toute efpérance, 
» une efpece de fortune i ce qui prouve bien, qu'il; 
>> ne faut [amais déféfpéçer de fon fort , & que 
» le vrai mérite pçrçe tôt pu tard.. U paCfa fui: 
»3, mon compte j j'eus la foible(ïe de ne poii\t le. 
» défa vouer ^ nous ^pus donnâmes mutuellement 
» une e(pece de réputation , qui étoît afluçément 
» bien ufurpée de ma part : liiupunité endurcit^ 
» les cohfciences j je m'açcoui;umai peu-à-peu \ 
» répondre quelques phrafé3 mal conçues & mal-^ 
» articulées , à ceux qui m'en parloientj jepenfe 
V même que fans votre anonyme,, je ferpis venue. 
jj 4 bout ae me perfuader ayeç le tems ( l'imagi- 
» nation d^une feuime eft une tpile fur laquelle 
» l'on peint ce que l'on veut ) que Boca étoit 
» forti de ma Minerve. Bien des femmes de 
» lettres , qui s'affichent dans le monde pour les. 
» vrais Auteurs de leurs Ouvrages , en ont peut- 
ii être fait autant que moi '^ mais avec plus d'a-- 
jwf dçeiTe. 



jMIadamb le Marchand, 1J5 

3> J*efpere , Monfieur , qu'un aveu auflî naïf 
» que mortifiant pour moi , me réconciliera avec 
» le public. Je crois qu'il ne fe tient pas ofFenfc 
» de la folie d'une jeune femme , & de l'étourde- 

V rie d'un homme dont je tais jpar confîdération 
» le nom. Le Libraire qui l'a imprimé, me par-» 
» donnera aifément en faveur du profit ; les Pc- 
» dans me critiqueront > & je m'en moquerai. 
» Pour vous , Monfieur , vous êtes trop galant & 
3s> trop raifonnable enmême-tems, pour que je 
» vous fafle la plus légère excufe de la peine que 
» je vous donne de lire ce grifFonage ^ la feule 
» grâce que je vous demande , & que vous ne 
» pouvea^ me refufer fans commettre une injuf-^ 
» tice 5 eft d'inférer ma lettçe telle qu'elle eft y 

V bien ou mal écrite , dans votre Journal 3>. 
Convenez Madame , avec le Journalifte,, qu'il 

faut avoir beaucoup d'efprit , pour faire une pa- 
reille lettre j & que celle qui r a écrite , doit être 
en étatdecompoler elle-même unRoman, quand 
elle voudra s'en donner la peine. C'èft à l'occa- 
fion dQ ce plagiat découvert , qu'on lit dans les 
Pocfies de M, l'Abbé de rAttaignant^la çhanjbn 
fuivante. 

Sur l'Air ^ De G r. i m a y p i Nu 

Un jour Venus prit à Minervq 

Sur Ton bureau , 
Uu petit Roman de fa vervcp^ 

Fruit peu nouveau ^ 
Et cette belle fous Ton nom ». 
En % faire l'impreffion. 

On louoit au célefte £m|)ii:e 1^ 
Damç yénus^ 



i86 Madame le Marchand. 

Sur fon talent de bien écrire , 

Lorfcjue Momus 
Dit aux Dieux : c'eft un vrai larcin , 
Lifez-le dans ce vieux bouquin* 

* 
iHiircjue Vénus efl jeune & belles 

Safts çpntrcdit, 
A ion pourquoi Te pique t'elle 

De bel efprit ? 
Qumd on fçait plaire à mille Amans , 
A-t-on befoin d'autres talens ? 

Ce que Minerve peut écrire , 

N'cft qu'ennuyeux , 
Ah prix de ce qu'on aime à lire 

Dans deux beaux yeux. 
Trois Grâces, pour les connoifleurs , 
Valent mieux que neuf dodcs Sœurs. 

En parcourant difFérens R ecueils de Pocfie , 

|*ai lu plufieurs Pièces attrib uées à des femmes 

peu connues , mais dont les noms ne doivent pas 

être oubliés dans un Ouvrage de la nature de 

celui-ci. Je ne citerai point leurs vers , qui me pa- 

roiflTent peu dignes a être mis fous vos yeux ^ je 

me contenterai de vous indiquer les Recueils 

Madam ^^ ^^^ ^^ trouvent. 

d'Entre- Dans le Triomphf du ^oucy j jrempWfÇ p^* 

cauiTc Bé- Sironis , on a inféré des, Pjpçfies de Madame 

rat. d Entrecauffe Berat , de Touloufe. 

Madame . Qn nous a confeiyé des vers de Madame la 
JJ^^^'^'^'Préfidente de Mal-ênfant, dePamie? , qui font 



Madame le ^lARCHANn. 187 

de la force de ceux de Madame d'EntrecaufTe 
Bérat. 

Mademoifelle de Montmort a fait des Dia- ^^^* ^^ 
logues, une Comédie à^TIéraclue & Démocrue y^^^^'"^^'^^' 
& un Roman intitulé Relation de l^IJle de Bornéo. 
Elle s'expliquoit auffi aifément en Italien qa*en 
François. 

On a imprimé à Touloufe, des Poefies de Ma- Madcmoi- 
demoifelle d'Ouvrier. C*eft tout ce qu'il fuflSt de fcUe d'Oa- 
connoître de cette Demoifelle Auteur. ▼"cr. 

On a de Madame la Marquife du Pleffis- p^^^^^ j^ 
Belliere, an Recueil de Sonnets en bouts-rimes, y^ 
fur la mort de fon Perroquet. 

Je fuis, &c. 




i88 Madame de Villeniute.. 



LETTICE XII L 

Mad. de J^ Juger de Page Je Madame de Ville-nenve 
villencavc p^^. j^ j^^.^ j^ ^^^ Ouvrages , elle paroit devoir 
fuivre de fort-près Madame le Marchand. Elle fe 
nommoit Gabrielle Suzamie Barbot. Fille d'im 
Gentilhomme qui , je crois , étoit de la Rochelle, 
& reftée veuve de M de Gaallon» Seicneur de 
/ Villeneuve, Lientenam -Colonel d'Intanteiie , 
elle a cherché à fe procurer^par fa plume, les fe- 
cours que lui refuioit la fortune. Ayant fait con- 
noiflance avec Tilluflre Pocte tragique , M. de 
' Crébillon , qui avoit été nommé Cenfeur d'un 

de fes Romans , ils convinrent de loger dans la 
même maifon , & de vivre à la même table* Cette 
liaifon a duré jufqu à la mort de Madame de 
Ville-neuve , arrivée quelques années avant celle 
de M. de Crébifion , vers Tan ^1755. On lui attri- 
bue plufjburs Ouvrages , auxquels elle n*a eu 
aucune pan. Teljes font , en particulier, les jdnec- 
dotes de la Cour d^Alphonfe j qui ne font autre 
chofe que le Roman de Mathilde d'Aiguilar , 
de Mademctifelte de Scudéri , dont Madame de 
Villeneuve , o» le Libraire qui a emprunté fon 
nom , n'a , pour ainfi dire , changé que le titre. 

Je ne connois point l'Auteur des Mémoires de 
JMefdemoifelles de Marfange j qui , par une au*» 
tre fupercherie de Libraire, ont peut-être aulîl 
été fauflement attribués à Madame de Ville- 
neuve. Cependant , comme je ne fâche perfomie 
qui les revendique , je vais en parler , commet 
étant de l'Auteur dont ils portent le noixu 



Madame di Villeneuve.' iSp 

Deux Gentilshommes des plus qualifiés de 
leur Province , fur une conteftation de droits 
aflez légers , confervoient tant d*acharnement 
l'un contre l'autre , que la querelle ne finit que 
par la ruine entière de l'un des deux concurrens , 
unis autrefois5&devenus ennemis irréconciliables. 
Le Marquis de Neuger , ( c'eft le nom de TAdver- 
faire vainqueur ) triomphe enfin par un arrêt dé- 
finitif, qui Tantorife à faire main baffe fur tous 
les biens de l'infortuné Marquis de Marfange y 
il exécutoit déjà ce auel arrêt , quand la mort 
vint le furprendre j mais il fit furvivre fa ven- 
geance à lui-même , en obligeant fon fils de 
remplir fes volontés dernières & barbares. Le 
fils qui n'avoir pas hérité de la fureur du père , 
mais né généreux & compâtiffant , cherche , par 
les confeiis de tous les honnêtes gens , à séparer 
tant d'injuftice & d'animofitc. Toutes les voies 
poflîbles de conciliation ne fuffifent pzs encore 
a fa belle ame , & le jeune Comte de Neuger , fe 
détermine à cimenter l'union entre les deux fa- 
milles, en époufant Mademoifelle de Marfange. 
La propofition fut faite & acceptée avec toute la 
fatisfaétion imaginable. Dès le même jour , dit 
l'Auteur , la nouvelle s'en étant répandue , cha- 
cun s'emprefla à venir en témoigner fa joie au 
Marquis & à fa fille. Ils étoient u aimés , que le 
Comte en reçut des félicitations & des remercî- 
mens , comme s'il eût fait la fortune de tous ceux 
qui s'y intéreffoient. Le Comte naturellement 
galant & magnifique , témoigne à fa maîtrefle , 
par les fêtes qu'il lui donne , des emçreflemens 
auflîvifs, que fi cette conquête lui eut paru in- 
certaine. La fierté de Mademoifelle de Marfange 
l'avoir défendue jufque-là,cQntre toutes les incii- 



ipo Madame de Villeneuve. 

nations que Ton avoir efTayé de lui infpirer ; mais 
des procédés fi tendres , fi généreux &: fi ealans , 
lui firent prendre , pour le jeune Comte , des fen- 
timens que la raifon & la reconnoiflance auto- 
rifoient j elle Taima avec la plus forte tendrefle. 
Cependant malgré une paflîon fi vive , la crainte 
de s'en laiffer fubjuguer , l'obligea de lui cacher 
les progrès qu'il avoir faits dans fon coeur , bien 
réfolue de conferver fur fon époux , le pouvoir & 
l'indépendance où elle avoir été élevée , &: vou- 
lant Taccourumer de bonne heure à la fubordi- 
nation : projet qui lui fut, par la fuite, fi funefte. 
Dans le bonheur & la profpérité qu'elle goûtoit , 
quoique fon mariage ne rut pas encore Fait , fon 
heureux naturel ne lui permit pas d'oublier une 
fœur cadette^qui vivoir, dès fon enfance, dans un 
Couvent , deftinée par fes parens à l'état Reli- 
gieux. Elle éroit poftulante & fur le point de 
{^rendre l'habit. Mademoifelle de Marfânge eut 
'imprudence d'aller voir la charmante Julie ( c'é- 
toit le nom de lacadette ) & de l'amener du Cou- 
vent chez elle , quelque répugnance que témoi- 
gnât le père pour cerre démarche. Les deux fœurs 
s'aimerenr d'une tendrelfe égale j elles ne pou- 
voient fe quitter \ & ce fur aux inftanres folUcita- 
tioris de l'Amanre généreufe , que le jeune Comre 
voulur bien faire un forr à la belle Julie, qui s'en 
tinr fort comenre. Mais s*appercevant que l'hu- 
meur impérieufe & fiere de fa fœur donuoir de 
l'cloignemeiït à fon Amant , elle commença d'a- 
bord par l'en avertir j & comme fon aînée ne fe 
corrigeoit point, elle finit par eh profiter. L'in- 
térêt , plus encore que l'amour , lui fit tenrer rous 
les moyens imaginables d'enlever à fa fœur rrcp 



Madame de Villeneovi. 191 

aveugle , le cœur d'un Amant déjà lié par fa pa- 
role , qui,parmi les gens d'honneur,vaut tous les 
engagemens. La voilà donc artificieufe , ingrate, 
& perfide jufqu a la noirceur. Elle réuffit : le jeu- 
ne Comte devient amoureux jufqu'à l'extrava- 
gance. L'aînée s'apperçoit cfe quelque réfroidif- 
fement , & prend fa fœur pour la confidente de 
fes peines. Elle témoigne plus de douceur, fe 
montre plus aimable , affecle les politefTes les plus 
prévenantes. Son Amant a les yeux fafcinés pour 
Julie j ou plutôt il n'a des yeux que pour elle. 
L'ingrate Julie pourfuit fon projet avec impatien- 
ce , & force le trop foible Comte à propofer l'é- 
change de la cadette pour l'aînée. L'embarras , 
comme on l'imagine bien , devoir être extrême. 
Le Marauis de Marfange aimoit tendrement 
cette aînée , qu'il avoit élevée fous fes yeux , &c 
qu'il laiffoii la maîtreffe dans fa maifon, qu'elle 
gouvernoit. Le père eft affligé de la démarche du 
jeune Comte qui lui demande la cadette au lieu 
de l'aînée, repréfentant que par un tel échange , 
les deux maifons feront toujours amies , & qukil 
fe proaire à lui-même le plus grand bonheur, en 
époufaht une perfonne pour laquelle il éprouve 
une paffion véritable > qu'il n'avoir jamais fentie 
pour Mademoifelle de Marfange. Ses raifons font 
détruitespar le Marquis , qui s indigne d'une pa- 
reille conduite , s'empone contre la noirceur.de 
Julie, qu'il foupçonne avec raifon d'être l'auteur 
du changement > & veut s'en venger en la ren- 
voyant au Couvent ; ce qu'il exécute dès le len- 
demain. Mais Julie, quoiqne refermée, eft tou- 
jours redcacable 5 elle fait cx)nfeiitir fôn Amant , 
parla méchanceté la plus noire, à procéder con- 
tre fon père , pour le forcer , par la puiflànce où il 



152 Madame de Villeneuve* 

eft encore de le ruiner , de donner les mains à 
fon mariage. D'abord le Marquis tient ferme , & 
fe roidit contre la violence j mais enfin il cède 
aux confeils de fon aînée , qui veut bien faire le 
facrifice de fon cœur & de fa tendrefle. Rien 
n'eft peint de couleurs plus vives , que les nobles 
fentimens de cette infortunée ; elle montre alors 
une ame toute Romaine j & j*ai vu peu de véri- 
tables Héroïnes plus courageufes , plus magnani- 
mes j elle eft toujours fœur , fille , amante à la 
fois:mais tant d'efforts prennent beaucoup fur elle j 
ce n'eft pas fans fe contraindre & fans endurer 
des tourmens affreux. Julie , la barbare Julie , 
exige que fa famille & fa fœur même foient té- 
moins de fon bonheur 5 ce qui ^ entre plufieurs 
fujets d'indignation , irrite contr'elle fon Amant 
vertueux^ mais foible devant des charmes qui 
l'ont féduit. Enfin , la fête nuptiale fe célèbre , 
malgré les parens , aveC le plus grand éclat , aux 
yeux de la déplorable aînée , qui ne peut éviter 
d'en voir le cruel fpcâracle. Elle entend même les 
difcours paffionnés des deux Amans,qui déchirent 
fon ame. Epuifée de conftance & de courage, elle 
s'abandonne au défefjpoir , fuccombe aux plus 
noirs tranfports j & oans un accès de fureur , fe 
précipite par la fenêtre , & fe traîne mourante 
dans tm baflîn où elle termine fes triftes jours. Ce- 
pendant le père fait enfoncer la porte de l'appar-^ 
tementoùlamalheureufe fille s'étoit enfermée ; 
il ne la trouve point j il regarde par la fenêtre j il 
voit ( quel fpedacle pour un père tendre ! ) celle 
quM ne cherchpit qu'en tremblant , fans mouve- 
ment & fans vie. 11 tombe lui-même fans con- 
noiflance , & ne reprend fes fens que pour fouf- 
frir cruellement pendant quelques jours , après 

lefquels 



Madame de Viilbneuvb* 19J 

• krquels il expire de douleur. La inere , depuis* 
long-cems malade , le fuie au tombeau. Le jeune 
Comte, audéreif>oir d'être tombé dans les pièges 
d'un^ furie , perd la raifon , & meurt dans les 
accès de fureur les plus violens , fans avoir con- 
ibmmé le mariage. Son Oncle le vetige en réduis 
fant le monllre , auteur de tant de defadres, à (e 
renfermer dans fon Couvent , dont elle n*auroic 
dû jamais fortir pour l'honneur & le bien de fa 
famille. Elle y expie la peine de fes noirceurs , 
mcprifée & maltraitée de tout le monde. C'eft 
ainiî que le vice eft puni y mais la vertu eft-elle 
récompenfée ? Ce Roman fans doute manque de 
but. Il contient dans un long enchaînement de 
détails fouvent minutieux , écrit d'un ftyle «inégal 
& diffus , tout le fond d'une Tragédie bourgeoi- 
fe, qu'on pourroit intituler la Méchante Sœur. Les 
personnages repréfentent avec aflez de chaleur , 
& foutiennent leurs caraâeres -y l'intérêt des 
paillons eft aufli vif qu'il peut l'être dans les famil- 
les nobles y ^ l'adion fe termine par la plus ter- 
rible cataftrophe, puifque quatre ou cinq mal- 
heureux y périifent. 

11 y a moins d'imagination Sc de ftyle daas un La Jar- 
autre Roman intitule : /a Jardinière de Vuicen- dînicrc de 
ncs ' j ou les Caprices de V amour & de la fortune jVuiccnncs. 
en cinq Parties. La Fie de Marianne , de M, de 
Marivaux y la -Païfane parvenue ^ de M. le Che- 
valier de Mouhy y Pamela^ Sc d'autres IVomans, 
où un jeune homme de qualité devient amoureux 
d'une nlle de néant en apparence , ont fans doute 
donné à l'Auteur l'idée de celui-ci. 

Le Marquis d'Aftrel conçoit une paûion violen- ' 
te pour iine petite fille, nommée Flore, qui porte 
du l^it, des fleurs & de« légumes dans fon H6- 
TomclFl N 



I5>4 MàOÀMI DB VlLIfiK£UVB. 

tel î il fe flatte d'abord que la petite Laitière fe 
trouvera trop heureufe de devenir fa maitrefle ; 
mais il éprouve une réCftanceqA l'oblige à chan- 
ger d« toh : il ne peut même obtenir une^fim^ 
pie converfationdelafille, encore moins de Mar 
dame Maronville , mère de Flore, qui habite 
Hae petite maifon avec un Jardin à Vincennes. 
Il fe détermine à fe préfenter comme époux , ne 

Eiuvant ctre écouté comme Amant. Il eft refufé, 
e Marquis défefpéré , forme le projet d'enlever 
la mère & la fille. Avertie de ce complot , Ma- 
dame Maronville va employer la proteâion de la 
Marquife d' Aftrel , mère du jeune homme. Celle- 
ci veut être témoin des honteux deffeins de fon 
fils , & moyennant un déguifement , fe fait en- 
lever elle-même avec une femme-de-chambre. Le 
Marquis tranfporté , les conduit dans une Cha- 
pelle ou un Prêtre féduit doit faire la cérémonie 
du mariage. La Marquife fe découvre alors. Son 
fils tombe fi dangéreufement malade , que le Mé« 
decin n'y voït d'autre r^flburce, que la préfence de 
ce qu'il aime. Après bien des réuftances » Mada-r 
•me d' Aftrel fe détermine enfin à hii accorder l'obr- 
^et de fa p^ifion j Se Madame Maronville y con- 
fent auflî , voyant qu'il ne s'agit plus d'un maria- 

fe clandeftin. Le Contrat eft arrêté & d^refle. 
4ais Madame Maronville exige encore que la 
Marquife vienne le figner en perfonne dans la 
chanml^re , où Flore fait fa réfidence avec fa me* 
' «. Elle s'y rend j & lorfqu'il s'agit de remplir les 
^oms du Contrat , lailfés en blanc p^ le Notaire , 
, quelle furprife de voir la prétendue Païfaixe U 

Jùalifier de Çomtefle , & un fils qu'elle a élevé 
ans cette retraite avec fa fille , ayant Tépée au 
c^é ! On fe moque .d'abord de cet orgaeil ^ mais 



M ADAM* PÇ VlLLlMVV»^ %9i 

quiCç4'Aftrel,avec qui elU « été élf vçe 4 Se, Cyr » 
& lui rappelle Ufç^vm'u jiw Chevalier dç Mgn ^ 
i^wviîjeg^ qui avoic cçé (^ûné die U M^qwife » 
av^pt qu'elle fut mariée au Marquis, ^ qwi in^ii 
«offl^^ devenu Tépoujc de la Çomtelfe, Çe$ deu* 
Dam^ftfp citent Iôim: hiftp^r^^ce qui fiMUiEpir^ 
Iode» 

. Ce apçiaa m a paru î^fle^ç iQtérQi&m ; ily.jt 
des /î(U9xipus toi^çh^ntes » d^s f^iiitit^^ns gé^é^ 
^teux ^ la vertu y regnp &c y^& mife dpns vm beau 
jpiu' : m^is le fty le n^^ pas égal j il çft fQuvent QC^- 
gligé y d^fus , éc çli^gp de oécails inucilgs, 

JU Juge prévenu j autre Roman dç M*(kme 
d^ Villeneuve , ell , comme le préçédçm , di- lc Juge 
Yiféw cinq parties, ^ . prévcniu 

l^& Marquis d'i^lco^r époic Tami iatime d'an 
içiine homme nommé Dubois » qui pallpit ppur - 
le filis d'un Aporif:aire appelle Rubarbio. Leurs 
maiAvis étpienc voiiines î 4^ ils avoîenc vécu eu« « 
f^mbU daus le men^e Collège ; 1q pejçe du Mar*. 
<}uis ;^voit ppITédé die grai^ds biens } piais il les. -jf-.- 
avoir idii)îpés ) ^ (on fils f(§ feroit trpuyé dans U 
plu? atfreufe miftre , fi la Marquife n'eut con^ 
u:aâ:é un fécond mariage qui la mit ^n état dâ 
rélfvpr^ Ce fécond mari éroir un M^îtt^ dô» 
|LeqHêr^ç,îipmmé M- d^ Ciare, hppupç fprr tir 
chej&rqijii e^ ppijr le Marquis rpure iVnûtié 
4'w père. Madame d^ Ciar^dww Wfi fiUe à 
ùm wuvel épp^Kj.^ mpwrut queiqu^^ tnoi^». 
^lèf 'f le Maître d^^ Rçqi^êçeç n'eu eut pas mpi^is 
d'affpâ;iou pour 1« Mvqwiç. Celui-ci éioit alairs.. 
au Qpliége ^veç Pnit)pis. JU y feftçreur encoro 
quelque tems j çi^gn M, Rubjirbiu fjwugea i faire 
pr^ARTf m^ é(|it 4 fô£^ èhf Qvhw iè fontsic ua 

Nij 



1$tf Madame de Villeneuve; 

fout décidépour les armes ; mais , quelques no^^ 
les que fu(ïent fes fentimens , il n'étoit deftiné 
qu'à être Médecin , parce que fon père ne vouloit 
pas mettra une erande différence encre lui & fon 
fils. Dubois fe ^mit aux ordres de Rubarbin j 
& à vingt-deux ans il ne lui manquoit que del'ex- 
périence,poùr être auffi habile que fes Confrerec 
les plus renommes. Il fe plaifoit a lire les ordon- 
nances' qu'on apportoit chez fon père ; & il s'é- 
tonnoit fouvent , qu'il y eût des malades d'un 
aflez bon tempérament , pour réfifter aux foins 
des Médecins. Une maladie furvenue à Made- 
moifellede Ciare, donna lieu à Dubois de faire 
connoître fa capacité ; il rendit la fanté à fa ma- 
lade i mais il eut lui-^meme le cœur bleflTé d'un 
trait, dont il ne lui fut jamais poffible de guérin 
£n faifant renaître les charmes de Mademoifelle 
de Ciare , il en devint la première vidime. Le 

Î>ere de la Demoifelle n'en prit aucun ombrage » 
es foupçons ne tombant point G bas , & regar- 
dant le Médecin de fa fille, comme il auroit pu 
\^ faire un domeftique. Il eft vrai que le Médecin 
écoit fort riche ^ mais ces grands biens ne Tem*^ 
pèchoient pas d'être fils de fon pere,& ce père d'ê^ 
tre Rubarbin. La différence que le fort avoit 
mis entre Dubois & Mademoifelle de Ciare , 
ne fit pas la même impreflîon fur l'efprit de la 
jeune xonvalefcente. Nos deux Amans s'aflure- 
r«nt plufieurs fois d'une tendreffe mutuelle ; Se 
Mademoifelle de Ciare gémifloit fur fa nai(Ian« 
ce, qui ne lui permettoit pas d'époufer fon cher 
Dubois. Les chofes étoient dans cette fituation y 
. lorfqueM. Rubarbin déclara à fon fils, qa'il vou- 
loit le faire voyager. Cette nouvelle fut un coup 
de foudre pour le Médecin ^ mais il fallut obéir. 



MaDAMS DB VllLENEVVI. 19^ 

Avant que de partir , il eut avec fa maîtrefle une 
entrevue qui caufa une douloureufe joie i l'un & 
a Tautre. Quelques tems après Ton départ ,.le Mai** 
tre des Requêtes communiqua à fa fuie la réfolu- 
tion où il ecoit de la marier. Elle frémit à cette 
proportion; & pour éviter ce quelle regârdoic 
comme le plus grand des malheurs , elle forma 
le defTein cle fe réfugier dans une Abbaye éloi- 
gnée de Paris , dont une fœur de fa mère étoic 
Abbefle. Elle partit fecrettement y mais à peine . 
eut-elle fait quelques lieues dans une Chaiie de 
Pofte , que fon Laquais, de concert avec le Poftil- 
lon» la âtdefcendre & la lia à un arbre pour la 
fouiller & la voler. Deux Cavaliers fe trouvèrent 
là fort à propos , & la délivrèrent de ce péril. 
L*un d eux précifément étoit Dubois , qui reve- 
noit à Paris , & qui eut le bonheuf de fauver une 
féconde fois la vie de Mademoifelle de Ciare^ 
11 blefla le Laquais ; l'autre cavalier tua le Pof- 
tillon. Dubois monta fur un des chevaux de la 
Chaife . & fe difpofa à conduire fa maîtreflfe dans. 
TAbbaye. Comme il ne connoiflbit point les che- 
mins , il s'égara dans une forêt ; & après une 
très-longue marche , il fe vit tout-d'un-coup en- 
touré de la MaréchauflTée. Dubois fut conduit à^ 
Paris y, où il fut mis dans un .cachot , & Mademoi- 
felle de Ciare ramenée dans la maifon de fon 
père , qui ne douta pas que le départ fecret de fa 
fille ne fut un enlèvement. Toutes les apparences 
croient contre le Médecin ; s'il eût eu une naiflan- 
ce un peu plus honorable, le Maître des Requê- 
tes n'aucoit pas manqué de lui faire époufer fa 
fille j mais le mortier de fon père étoit différent 
de celui <Ju'il prétendoit que fon gendre devoir 
avoir i il ne penfa qu'à fe livret à toute fa ven-^ 

N iij 



i^S Madame î>e VrtLENÉuyi. 

gCiince. Il alla trouver le Prcfident de • . • . qui 
devoit être le Juge dans le procès criminel de Tin-- 
fortune Médecin. 

C ell ce même Prcfident , Madame , qui don- 
ne lieu au titre du livre , & qui va jouer dans la 
fuite le premier rôle. Il avoit toute l'équité d'un 
grand Magiftrat y mais il s'étoit malheureufe- 
ment laiiré prévenir contre la famille des Rubar- 
bins ; voici à quelfujet. Il avoit éponufé autrefois , 
à rinl(;u de fon père , Mlle Dourlai , Angicife de 
Nation , d'une famille diftinguée, mais fans bien. 
11 vécut quelque tems en fecret avec elle. Son 
père ayant eu connoilfjnce de ce mariage , en- 
gagea ton fils» ftnn c*aelqiîJ prétexte, à faire an 
voyage en Poitou. Pond.^nr Ion abience on enleva 
fa femne qui étoit grotle : on la mit dans un Cou- 
vent. Le PictKienthic près de dix ans fans favoir 
ce qu'elle ctoic devenue ; il ne la retroma qu'a- 
près iamott de fon père. Le^^arçondont e!Ie étoic 
accouchée , avoir e:c fcparé de fa mère ; «Se Ton fut 
plus de vingt-deiix :ins fans en entendre parler. 
ie père & ti mère deiefrcroient d'en apprendre 
aucui?? nc»::vcUe, icriqu'ane temme incc^nnuî 
vm: liL!r uirir qu'une de fes vciiTries qeife mcu- 
roi: , avort '.in i^cret de fi dzrniere importance i 
leur communiquer. Ih fe rendirent d^ins la me S, 
Jérôme , rue auiS petite &: auilî inccniue , dit 
r ALireur^cr.Te celui dont elle porre le nom el^ c^înd 
& biîTïeiix par les œuvres. Cet:e vcLline moirran- 
te avr»it nourri rerirant du Pr?rid*n: ;eLledecLiri 
aap«re & a la mère , qu^el'e Tavci: expofe dans 
ttfte corbeille devant la beucicîie de M. Riibarbin ^ 
& qu'elle avoit de fortes rïiirns d: crnire eue 
cet Àpocicaîre avoit recueil!: czc z:i'\:rA Sur ce 
fippOctjCaœvora cherchrr Ni. R uiirbir: i ca 



M AD AMI d£ VlLIlNBUVl. Iff 

employa les promeiTes & les menaces pour tiret 
de lai un fecrec qu'il ne voulut jamais^ révéler. Le 
Prëfident ne douta point que l'Apoticaire n*eût 
étouffé Ton fils , & qu'il n'eût employé le corps 
de cet innocent à Faire des drogues. Voilà ^ 
Madame , ce qui avoir fi fon prévenu le Jugedtt 
malheureux Dubois. Il fut charmé d'avoir trotivé 
l'océafion de fe venger , dans la perfonnedu fils» 
du crime aâteux dont il foupconnoit le peirëî 
Rubarbin , qui croyoic Dubois fort éloigné 
de Pari^ , apprit enfin fa détention & tous les 
attentats dont on l'accufoit. Il crut ne pouvoir lui 
fauver la vie,qu en déclarant le feaet de fa naif-* 
fânce. 11 alla trouver le Préfident ^ & après avoir 
tenté tous les moyens de le fléchir, il avoua enfin 
qu'ayant époufé une veuve fort riche, il en âvoit 
eu uii fils ) que ce fils étoit mort dans le tems où la 
corbeille avoit été expofée devant fa boutique ; 
qu'il en avoit profité, poiir remplacer fon enfant; 
Se que par cet artifice,il jouiflbit de tous les biens, 
de fa femme , qui étoit morte, avant fon fils. Il 
donna là-defliis toutes les preuves qu'on pût dé- 
firer j & il n'y eut pas moyen de douter que 
Dubois ne fût le fils du Préfident. Celui-ci ne 
fut plus occupé qu'à procurer la liberté au prifon- 
nier. On propôfa à Dubois de s'évader j fur de 
fon innocence , il fit d'abord duelques difficultés y 
mais on lui ht^sntenètt que h la Juftice a des.ai- 
les pour introduiife lesitiâmeucéux dans fon Palais^ 
elle devient cul-de-Jattè^dit UAuteur, quand il eft 

3ueftion de les en tirer. îl fe rendit; Se lamaifon 
u Préfident fut fon afyle.»On attendit faparfaite 
juftification , pour lui apprendre fa véritable naif- 
fance. Le laquais de Mademoifelle de Ciare , fe 
voyant fur le point de mourir de fes bleflures , déi- 

Niv 



20d MaITAME ©t ViLLEHEUVE, 

clara qu'il ctoit le feul coupable. IlconfelTadevaM 
le Juge, toutes lès circonftances de fon crime , 
& décnargea Dubois de tous ceux dont on Tac- 
cufoit. Le moment ctoit arrivé d'apprendre au 
£ls du Préfident le fecret de fa naiffance j ce fut 
Rubarbin lui-même qui voulut l'en inftruire. 

Vous prévoyez , Madame , le dénouement de 
cette aventure j le mariage de Dubois avec la 
611e de M. de Ciare , ne fouffrant plus aucune dif- 
ficulté , fe célébra au grand contentement de 
tous les parens. Mais ce qu'il n'étoit pas auflî 
aîfc de prévoir , c'eft celui de M. Rubarbin avec 
l'héritière de fa femme. Il l'avoir aimée dans fa 
jeunelfe } les grands biens qu*il auroit été oblige 
de lui céder , lui reftoient par cet arrangement. 
Le Marquis d'Elcour , que vous aviez perdu de 
vue , fe trouva pourvu par la même occafion : le 
Préfident avoit une pupille fort riche ^ elle de- 
♦vint la femme du Marquis > & le Roman finit 
pv un triple mariage. 

Je fuis t &c. 




Madame de Villeneuvh.' zoi 



LETTRE XIV- 

t A fuke des Ouvrages de Madame de Ville- Contcsdcs 
neuve font des Contes de Féerie j & voici de f^. 
quelle manière elle les amené. Deux amis , cadets 
de familles illuftres en Picardie , nommés Do- 
riancourt & Robercourt , étoient nés avec le mê- 
me goût & le même géqie ; mais n'ayant l'un & 
l'autre aucun fecours à efpérer de leurs familles , 
ils fe confoloient dans l'amitié réciproque qui 
les uniflbit. L'amour fit bientôt oublier à Do- 
riai^ourtles rigueurs de fa fituationj &c la con- 
fiance de fes fentimens égalant leur vivacité , il 
éjpoufa fa maître(ïe , quoiqu'elle ne fût pas plus 
favorifée que lui des biens de la fortune. 

Robercoiu^r,quine fongeoit qu'aux moyens d'ê- 
tre utile à fon ami , vendit le peu de bien qui lui 
appartenoit, & s'embarqua pour l'Amérique avec 
une petite pacotille , réfolu de ne rien négliger , 
pour la rendre plus confidérable. Le hazard le 
fervit au-delà de fes efpérances. Un riche habi- 
tant de Saint Domingue , nommé M. du Cha- 
roy , le prend en amitié, augmente fa pacotille , 
partage avec lui 6jn habitation , & lui fait épou- 
1er fa fille , qui devient mère neuf mois après., 
M. du Charoy meurt j Robercourt devenu ti^s- 
riche , s'occupe de la fortune de fon ami , a qui 
tous les ans il avoit déjà fait paffer des fommes 
confidérables. Il fait v^Ér un des enfans de Do- 
riancourt à Saint-Domingue , & envoie fa fille 
en France, chez Doriancourt, en échange. 

Plufieurs années après , ayant réfolu de mariée 



iDi Madame m Villeneuve. 

fa fîUe au jeune Doriancourc , il le fait partir peut 
aller lui-même chercher fa future époufe. La na- 
vigation eft heureufe : il fe rembarque enfuite avec 
Mademoifelle de Robercourt , qui étoit accom- 
pagnée d'une perfonne de confiance , fa parente, 
& d'une femme-de-chambre ûtiî poflcdoit le ta- 
lent fingulier d'amufer fa maitrefle par des hif- 
toriettes & d'autres contes plaifans. Elle eut le 
loifir de s'exercer fur le vaiflTeau ; & tout l'équi- 
page paroi (lànt vouloir prendre part à cet amufe- 
ment , on y confacra deux heures tous les jours ; 
& l'on régla que chacun conteroit àfon tour. 
Mlle de Cnon , c'eft le nom de la femmtf- 
Lâ Belle de-chambre , commence la première. Dans urté 
:laBctc. grande Ville , fort commerçante , étoit un Mar- 
chand fur qui la fortune, au gré de fes defirs, avôit 
toujours répandu fes faveurs : mais i'il avoir des 
biens immenfes , il avoit auffi beaucoup d*enfafts t 
fa famille éroit compofée de fix garçons & de fix 
filles. Par un dé ces revers affez ordinaires dans \à 
commerce , il tomba tout-à-coUp,de la plus hante 
opulence , dans une afFreufe pailvrclté. Il né lût 
refta qu'une petite habitation champêtre , fituéé 
dans un lieu défert , éloignée de plus de cent 
lieues de la Ville , dans laquelle il faifoit fon fo* 

i'our ordinaire. Contraint de chercfier un afyle 
oin du tumulte & du bruit , ce fut- là qu'il cort • 
duifit fa famille, défefpérée d'ilne^ telle révolu- 
tion. Sur-tout les filles de ce malheureux père n'en- 
vifageoient qit'avec horreur , la vie qu'elles al- 
loierit pafler darts cette trifte folitude. Cepen- 
dant la plus jeîdne d'entriftes montra , dans leur 
commun malheur, plus de réfolutiôn. Une beau- 
té parfaite ornoit fa jeuneflfe j une égalité d'hu- 
meur la reudoit adorable. Elle ccpit auffi fecfibU 



Madame de Villeneu^i.^ loj 
qne fes^iocurs , aux révolucions qui venoient d'ac- 
cabler fa famille j mais elle fçut cacher fa dou- 
leur , & fe mettre au-deflîis de Tadverfité : (î fon 
itiérite la fit diftinguer , fa beauté lui fit donner 
par excellence le nom de la Belle. En falloit-il 
davantage, pour exciter la jaloufie & la haine de 
fes foents ? 

Déjà deux années s'éioient écoulées ; & cette 
famille commençoit à s'accoutumer à i^ener une 
vie champêtre , lorfqu'un efpoir de retour viac 
troubler la tranquillité. Le père reçut avis , qu'un 
de fes vaiffeaux qu'il avoit cru perdu, venoit 
d'arriver à bon port , richement chargé. Il com- 
muniqua cette nouvelle à (qs enfans , & réfolut 
d*aller lui-même recueillir les débris de fa for- 
tune. Toutes fes filles , excepté la cadette, nedau- 
toient pas de fe revoir bientôt dans leur première 
opulence. La folitude ne leur ay^nt pas fait per- 
dre le goût du luxe & de la vanité , elles oferenc 
accabler leur père de folles commiffions. Il étoit 
chargé défaire pour elles des emplettes enbi}oux, 
en parures , en coëffures \ mais le produit de la 

{>rétendue fortune du père n'auroit pas fuffi pour 
es fatisfaire. La Belle ^ que l'ambition ne tyran- 
hifoit pas , & qui n'agiflbit que par prudence , 
jugea d'un coup d œil , que s'il remplifloit les 
mémoires de fes fœurs , le fien feroit inutile j 
cependant prefTée par fon père de dire ce qu'elle 
defiroit, elle fe contenta de demander une rofe. 
Le bon Vieillard partit enfin ; mais fon voyage fut 
irifruâ;jaeux. Ses aflbciés le croyant mort , avoient 

fartage (qs effets. La chicane acheva de les lui 
aire perdre. Pour comble de défagrément , afin 
de ne pas hâter fa ruine , il fut obligé de retourner 
à fa folitude dans h faifon k plus incommode de 



104 0MtDAMÊ Dt Villeneuve; 
l'année. Expofé fur la route à toutes les^juref 
de l'air , il taillit périr de fatigue j mais quand il 
fevità quelques lieues de fa maifon, les forces 
lui revinrent. Il lui falloit plufieurs heures pour 
travcrfer la foret y il étoit tard. La nuit l'ayant 
furpris , il fut obligé de s^arrêter fous un arbre 
aeufé par la pourriture , & d'attendre en cet état 
le retour de la lumière. Son embarras fut grand 
en voyant la terre extraordinairement couverte 
de neige? En avançant fans le favoir , le hazard 
conduifit fes pas dans l'avenue d'un très-beau 
Château , compofée de quatre rangs d'Orangers 
d'une extrême hauteur , chargés de fleurs & . de 
fruits. Arrivé jufques dans la première rour , il 
y vit une infinité de ftatues. Le froid ne lui per- 
mit pas de les confidérer. Un efcalier d'agatne i 
rampe d'or çizelée, s'ofifrit d'abord à fa vue. 11 tra-! 
verfa plufieurs chambres magnifiquement meu- 
blées. Une chaleur douce qu'il y refpira,le remit 
de fes fatigues. Il avoit beloin de quelque nour- 
riture y à qui s'adrefler ? Ce vafte & magnifique 
édifice ne paroiflfoit être habité que par des fta- 
tues. Un filencfe profond y régnoit;& cependant 
il n'avoit point l'air de quelque vieux Palais qu'on 
eût abandonné. Les falles , les chambres , les ga- 
leries , tout étoit ouvert j nul être vivant ne pa- 
roifToit dans un fi charmant lieu. Las de parcou- 
rir les appartemens de cette vafte demeure , il 
s'arrêta dans un fallon où l'on avoit fait un grand 
feu. Préfumant qu'il étoit préparé pour quel- 
qu'un qui ne tarderoit pas à paroître , il s'appro- 
cha de la cheminée pour fe chauffer : maïs per- 
fonne ne vint. Affis en attendant fur un fopha 

{>lacc près du feu' , un doux fommeil lui ferma 
es paupières , &c le mit hors d'état d obferver û 



Madame de Villeneuve. 105 

Quelqu'un ne le viendroit point furprendre. La 
fatigue avoit caufé fon repos j la raim Tinter- 
rompit. A fon réveil , il fut agréablement furpris 
de voir en ouvrant les yeux , une table délicate- 
ment fervie. Son premier foin fut de remercier 
hautement ceux dont il tenoit tant de biens j de 
profitant des bontés qu'on lui témoignoit , il ufa 
de tout ce qui put flatter fon appétit , fon goût 
&fa délicatefle. Cependant ne voyant perfonne 
à qui parler & qui Tinflruisît (î ce Palais étoit la 
demeure pu d'un homme ou d'un Dieu , la 
frayeur s'empara de fes fens. Rêvant profondé- 
ment à ce qu'il devoit faire , il lui vint dans l'i- 
dée , que pour des raifom qu'il nejpouvoit péné- 
trer , quelqu Intelligence lui faifoit prcfent de 
cette demeure , avec toutes les richefles dont elle 
étoit remplie. Cette penfée lui parut être une 
infpiration j & fans tarder , faifant de nouveau 
la revue , il prit poffeffion de tous ces tréfors. Il 
régla en lui-même la part qu'il deftinoit à chacun 
de fes enfans , marqua les logemens qui pou- 
voient féparément leur convenir, j & fe télicitant 
de la joie que leur cauferoit un pareil voyage , 
il defçendit dans le jardin , où , malgçé la rigueur 
de l'hiver , il vit , comme au milieu àk Prin- 
tems, les fleurs les plus rares exhaler une odeur 
charmante. En entrant dans ce Château fi riant ^ 
il avoit eu foin,malgré le grand froid dont il étoit 
pénétré, de débrider fon cheval , & de le faire 
aller vers une écurie qu'il avoit remarquée dans la 
première cour. Une allée,garnie de Paliffades for- 
mées par des berceaux de rofiers fleuris , y con- 
duifoit. Jamais il n'avoit vu de fi belles rofes. 
Leur odeur lui rappella qu'il en avoit promis à la 
Belle. \i en cueillit une : il alloic continuer de 



10^ Madame de ViiLESEuvr. 

faire ïîx bouquets ; mais un bruir cerrible lui ht 
tourner la tête ; fa frayeur fut grande qujinci il 
apperçur à fes corts une horrible bête , qui , d'un 
air turieux, fui mie fur ie coî une cfpece âe rrom- 

Se lijmblable à celle d'un Eléphant , &: lui diz 
'une voix ei&oyable : » qui r adonné laliberré 
9> de cueillir mes rofesr N'etoit-ce pas alTez qu j 
V je t'eufle fou&rt dans mon Palais avec ran: de 
39 bonrc r Loin d*en avoir de la reconnoillance , 
sy téméraire , je re vois voler mes fleurs j ton in- 
« folence ne reftera pas impunie>'.Le bonhomme, 
déjà trop épouvanté de la préfence inopinée de 
ce mcnltre , penfa mourir de frayeur a ce dii- 
cours y &c jettent prompjement certe rofe fatale , 
« Ah ! Monfeigneur , s'écria-t'il profterné par 
s» terre, ayez pitié de moi. Je ne manque pomr 
de reconnoillance y pénétré de vos bontés , je 
3> ne me fuis pas imaginé que fi peu de chofe 
n fut capable de vous oiienfer ». Le monftre tour 
en colère lui répondit : 9) tais-toi, maudit Ha^ 
» rangueur ^ je n'ai que faire de tes fiarrehes » 
» ni des titres que tu me donnes y je ne fuis pas 
9 Monfeigneur y je fuis la Bctc ; & tu n éviteras 
n pas la mort que tu mérites». 

Le Marchand concerné par une £ cruelle fenr 
tence , croyant que le parti de la foumiiSon étoit 
le feul qui le put garantir de la mon , lui dit 
d'un air véritablement touché , que la rofîe qu'il 
avoit ofé prendre , étoit pour une de fes biles ap^ 
pellée la Belle. Enfuite , foit qu il efpérat de re- 
tarder fa perte , ou de toucher fon ennemi de 
compaf&on , il lui ât le técit de fes malheurs , lui 
raconta le fujet de fon voyage , & n'oublia pas le 

Setic préfent qu'il s'étoit engagé de faire à la 
^cUc^ ajoutant que la chofe à laquelle elle s'étoit 




Madame m Villineuvé. 107 

reftrainte , pendant que les richefles d'un Roi 
n'auroienc à peiae que fuffi pour remplir les de- 
fiTS de Tes autres filles , venoit de lui faire naître 
Tenvi^dela contenter; qu'il avoitcni le pouvoir 
faire fans conféquence ; que d'ailleurs , il lui de^ 
mandoit pardon de cette tauce involontaire. 

La Bête rêva un moment ; puis reprenant la 
parole d'un ton moins furieux , elle lui dit : » je 
«> veux bien te pardonner y mais ce n'eft qu'à 
» condition que tu me donneras une de tes filles. 
p 11 me faut quelqu'un pour réparer cette faute, 
»> Jufte Ciel, que me demandez-vous , s'écria le 
9> Marchand ? Quand je ferois alTez inhumain 
f> pour vouloir racheter ma vie aux dépens de 
» celle d'un de mes enfans , de quel prétexte 
» me fervirois-je pour le faire venir ici ? Il ne 
9» faut point de prétexte, interrompit la Bête. Je 
99 veux que celle ât tes filles que tu conduiras , 
99 vienne ici volontairement,ou je nen veux point, 
« Vois fi entr 'elles il en eft une affez courageufe, 
99 pour vouloir s'expofer afin de te fauver la vie. 
99 Tu portes l'air d'un honncte homme ; donne- 
99 moi ta parole de revenir dans un mois , fi tu 
99 peux en déterminer une à te fuivre : elle refle- 
9> ra dans ces lieux ; & tu t'en retourneras. Si tu 
99 ne le peux, promets-moi de revenir feul après 
^ leur avoir dit adieu pour ^ujours ; car tu feras 
99 à moi. Ne crois pas , pourfuivitle monflre en 
99 faifant craquer les dents , accepter ma propo- 
99 fition pour te fauver. Je t'avertis que fî tu pen- 
99 fois de cette façon , j'irois te chercher , & que 
99 je ce détruirois avec ta race , quand cent mille 
99 hommes fe préfenteroient pour te défendre a». 

Le boiihomme , quoique très-perfuadé qu'il 
tenteroit inutilement l'amitié de fes filles , ac- 




io8 Madame de XitLi::2vrt. 

cepra la propofincn du ir.orâfire , qui l'obligea 
<i*ai!£;r ibupc-r tz de- remcrrre fon départ au lende- 
main. « Tu ccjeuneras avanr de partir: & tu 
M peux emporter unù rofe pour la Belie. te chc- 
99 val qui te doit porter fera prctdans la cour "• 
Le Vieillard n'ofa paiTer les ordres qu'il avoir re- 
çus. Son déjeuné rut prompt j enfuite il defcen- 
dit dans le jardin , oieillit larofe & prit le chev?.l 
qui lui avoit été promis. 11 trouva lurla feile un 
manteau chaud & léger ; dés que le cheval le fen- 
rit aflîs , il partit avec une vitefle incroyable, ôc 
arriva en peu d heuies à fa maifon. 

On ne longea qu'a lui témoigner la fatisfaâion 
qu'on avoit de le voir de retour en bonne fanté; 
mais la triftefle peinte fur fon vifage, & fesyeux 
remplis de larmes qu'il s'eftorçoit en vain de re- 
tenir , changèrent TaliégretTe en inquiétude. Tous 
^'empreiTerent à lui demanda lefujet defapeine. 
Il dit à I3. Belle j en lui présentant la rofe fatale : 
n voilà ce que tu m'as demandé ^ tu le payeras 
99 cher , auflî bien que les autres ». Ce difcours 
excita la curioiité de fes enfans , & fit évanouir la 
réfolution qu'il avoit prife de ne pas révéler fon 
aventure. 11 leur apprit le mauvais fuccès de fon 
voyage, & tout ce qui s etoir pafïe dans le Palais 
du monftre. Après cet éclairciflement , le défef- 
poir prit la place de l'efpérance & de la joie. Les 
iîls du Vieillard cherchèrent des expédiens pour 
luifauver la vie : ces jeunes gens remplis décou- 
rage ôc de vertu , propoferent que Tim d'eux al^ 
lât s'offrir au courroux de la Bcte. Mais elle s'é- 
toit expliquée poiitivemcnt , en difant qu'elle 
vouloitune des filles & non pas lui des garçons. 
.Ces braves frères , fâchés que leur bonne volonté 
•pepûc avoir fon exécution, fii:enc ce qu'ils pu* 

renc 



Maî)A)^É de VîLLENEtJV^i ié^ 

reiit poar infpirer les mêmes fentimehs à leut^ 
fœurs; mais leur jialoufie contre là Belk mettoic 
un obftacle invincible à cette aâion héroïque* 
» Un'eft pasjufte^ dirent-elles, que nous pé-^ 
» riffions d'une façon épouvantable, pour une 
fo faute dont nous ne fommes pas coupables. Ce 
M feroit nous rendre les viâimes de la Èdle , à 
A> qui Ion feroit bien aife de nous fadrifier. 

La Belle iwà la douleur avoir prefqu'6té là con* 
noiifance ^ (aifant Caire (es fanglots & fes ' fou^^ 
pirs , dit à fes fœurs : s^ je fuis coupable de ce 
*> malheur j c'eft à moi de le réparer . . • Je m'ex* 
»> poferai pour tirer mon père de fon fatal en^ 
» gagement. J'irai trouver la Bêtej trop heureu- 
» fe en mourant , de conferver la vie à celui de 
to qui je l'ai reçue , & de faire cefler vos murmu-* 
» res. Ne craignez pas que rien m'en puifle dé' 
» tourner. Que fçait-on ^ ajouta -t'elle en s'ef- 
9i forçantdetémoigner plus de tranquillité qu'elle 
ji n'en avoit? peut-être que le fort dBTroyable qui 
» m'eft deftiné, en cache un autre auffi fortuné 
*> qu'il paroit terrible .>. Ses forurs eh l'enten- 
dant parler ainfi ,fourioient malicieufement de 
cette chimérique penfée : elles étoieht ravies dé 
l'erreur dans laquelle elles la croy oient. Une èx^^ 
trème joie s'empara de leurs cœurs , quand au 
bout du mois , elles entendirent hennir le cheval 
envoyé par la Bête. Le père & les fils ne j^ou- 
Voient tenir contre ce fatal moment ^ ils vou^ 
loient égorger le cheValj mais h Belle confervàift 
lottte fa tranquillité , leur remontra le ridicule de 
ce deffein & l'impoffibilité de l'exécuter. Elle 
embraflàfes infennbles fosurs \ & le bonhomme 
prede par fa fille ^ étant monté fur fon cheval , elle 
fe mit en croupe avec le même empreiîemenc ^ 
Tome IF. Ô 



f iO MadAMB de VlILBNSUVB^ 

que s'il fe fûc agi d'un voyage fort agré^^. Lt 
suit vint } & iobfcuricé fut tout-à-coup diffipée 
par un nombre infini de feux d'artifices. Il faut, 
die la Belle en raillant , que la Bête foie bien af* 
fan^ée , jpour faire une telle réjornifance à larri- 
vée de fa proie. Cependant le cheval alla defcen- 
4re au bas du perron. Dès qu'elle eut mis pied 
à terre , fon père la conduifit par un veAibub) au 
ffdlon dans lequel il avoir épc Ci bien régalé. Ils 
y. crouveret^t un grand feu , des bpugies. allumées 
qui répandoiem un parfui» exquis , & de plus,une 
table Iplendidemeiit fervie. Le bonhomme au 
fait de la façon dont la Bete nourrifloiit fes hô« 
tes , dit »^a 611e , que ce repas étoit deftiné pour 
eux j & qu'il était 4 propos d'en faire ufage. La 
Belle n'en fit aucune difficulté , bien perfuadée 
que cela n'ayançero^c pas fa mort. Bientôt le monf- 
tte fe fit entendre. Un Wuit effroyable, caufé par 
le poids énorme de fon corps , par le cliquetis 
terrible de fes écaiïl'ës > & par des huirlem.ens af- 
freux^ annoncèrent (on arrivée. Là terreur s'em^ 
Sra dts la Belle. J^e vieillard , en embraHant fa 
ie,-pouira des cris atfreux y mais devenue dans 
uiMOuant maîtçell^ de fes f^ns , ellè& remit de 
fon agitation. Envoyant apptocber la^B^te » elle 
*s'avanca d'un pas fe^m.e & a'un air modefle , la 
falua fort refpeâfueufement. Cet^ie démarche plue 
au monftrej après l'avoir confidéçée , il dit. au 
vieillard , bonjoir^ bonhomme i & f e retournant 
vers la Belle , U lui, dU pareillement bon fo'vr j la 
Belle. Celle-ci. répondu fur leii^êm? (on ^ & If 
monftre ayant appris d'elle, que c'ejoit volonté 
irement qu'elle «toit venue le trouver , ordonn 
au bonhomme de fe. tenir piêc à partir, le Ijud^ 
main, après qu,'il adroit rempli: deux malles c 



Madame vu ViLifiNBuvir sii 

i!>i}oiuc fN>iu: fes filles^ La Belle monta , toute et» 
pleurs, dans fa chambre ; & accablée de fbmineily 
elle £s coacha. Elle rêva qu'elle étoit au bar^ 
d'un canal à perte de 'tue , donc les deux côté» 
étoient ornés de deux rangs d orangers & de mir« 
ches âeuris^d'iine hauteur prodigieufe , où toute 
occupée de Ùl crifte fituation y elfô déploroit l'in-* 
fortune quiia condamnoitàpalfer fes jours en ce 
lieu, fans efpoir d'en fortir. Un jeune homnrye ^• 
beau, comme on dépeint l'amouf, d'une voix qeà 
lui portoit au cœur, lui dit : ne crois pas, l^Belte , 
être fi malheureufe que tu îe parois. C'eft dans ces 
lieux que tu dois recevoir la récompense qu'o» 
t'a refuféeinjuftement par-tout ailleurs. Fais agi» 
ta pénétration pour me démêler des apparences 
qui me déguifent. Juges , en me voyant , li mè 
compagnie eft méprifable , & ne doit pas êtref 
préférée 1 celle d'une famille indigne de toî; 
Souhaite ; tous tes defirs feront remplis. Je 
t'aime tendrement. Seule , tu peux faire mon 
bonheur en faifant le rien. Ne te démens jamais; 
Etant, par les qualités de ton atne , autant aui- 
detfus des autres femmes , que tu leur es^ fupé- 
rieure en beauté , nous ferons^ parfaitement hét^ 
reux. Ënfuite ce phantôme & charmant lui parut 
à fes ge^oux,joindre aux plus ftatreafes çrtnneflfesi 
les difcôurs l^s plus tendres. Il lapreÔbit dfahs les 
termeâ les- plus vifs , de confentir à fou bonfeèuf -, 
& l'àfliirok qu'elle en étoit entièrement ht mia^ 
trèfle. ^ 

Ce tèvédifok aifeza la Bette, que le manftfë 
cachoit qcielique figure plus agréable. Toute» tes 
nuits on luidonnoit les mêmes confeils. La pre»- 
miere journée fut employée à parcourir les ap^- 
partemens , dont rien négaloir la niagnificence» 

sj ij > 



-».' 



m Madame de Villeneuve.* 

Le foir, après fon fouper, elle reçut la vifite de la 

Bcce, qui caufa familièrement avec elle, & finit 

Ear lui demander , fans détour , fi elle vouloir la 
liffer coucher avec elle ? A cette demande impré- 
vue, fes craintes ferenouvellerent; & pouffant un 
cri terrible , elle ne put s'empêcher de dire : ah ! 
|e fuis perdue. Nullement, reprit tranquillement 
la Bête y mais,fans vous efFrayer,répond!ez comme 
il faut. Dites précifément oui ou non. La Belle 
lui répondit en tremblant : non , la Bête. Hé 
bien , puifque vous ne le voulez pas , repartit le 
monftre docile , je m'en vais. Bon foir , la Belle. 
Bon foir la Bête , dit avec une grande fatisfac- 
tion cette fille effrayée. Contente de n'avoir pas 
de violence à craindre , elle fe coucha tranquil- 
lement & s'endormit. La féconde journée elle 
découvrit de nouvelles merveilles dans ce Palais 
enchanté. C'étoient des oifeaux , des finges &c 
différentes fortes d'animaux qui jouoient en Ta 
préfence, pour l'amufer & la divertir,des Comé- 
dies , des Tragédies , des Opéra , &c. Chaque 
{'our étoit marqué par de nouvelles fêtes. Mais 
e fouvenir de fa famille vint la troubler au milieu 
ile fa profpérité. Son bonheur ne pouvoir être par- 
fait , tant qu'elle n'auroit pas la douceur d'en 
înllruire fes parens. Comme elle étoit devenue 
plus familière avec la Bête , foit par l'iiabitudé 
de la voir , foit par la douceur qu'elle trouvoit 
dans fon caraâere , elle crut pouvoir lui deman- 
der s'ils étoient tous deux feuls dans ce Château» 
.Oui, je vous le prdtefte , répondit le monflxe avec 
une^orte de vivacité; & je vous affureque vous 
.& moi, les finges & les autres bêtes font les^ 
feuls Etres refpirans qui foient en ce lieu. La 
Bête n'en dit pas davantage, & fottit plus bruf- 



Madame »E Villeneuve. iij 

quement qa a Tordinaire. La Belle n'avoit fait 
cette demande,que pour favoir fi le jeune homme 
qu'elle avoit vu en fonee , n'ctoit point dans ce 
Palais. Elle eût fouhaite de le voir & de l'entre-:- 
tenir. C'étoit un bonheur qu'elle eût acheté da 
prix de fa liberté. Se même de tous les agrémens 
qui i'environnoient. C«t Amant n'exiftant plus 
que dans fon imagination , elle regardoit ce Pa- 
lais comme une prifon qui deviendroit fon tom- 
beau. Son ennui la fuivoitpar-tout ; fans cefle 
dans l'agitatioa , la triftede prenoit fur fes at- 
traits & fur fa fanté. Elle avoit un grand foin 
de cacher à ht Bête , la douleur dont elle étoit ac- 
cablée ; & le monftre qui l'avoit plufieurs fois 
furprife les yeux en pleurs^ fur ce qu'elle lui di- 
foit qu'elle n'avoit ^u'un léger mal de tête , ne 
pouflbit pas plus loin fa curiofité ; mais un foit 
fes fançlots l'ayant trahie , & ne pouvant plus 
diffimuïer , elle dit à la Bête qui vouloit fçavoic 
le fujet de fon chagrin , qu'elle avoit envie de 
revoir fes parons. A cette propofition , la Bête 
tomba fans avoir la force de fe foutenir, & expri- 
ma fa trifteffe par de longs hurlemens. La Belle 
en fut touchée j & ayant pponns d'être de retour 
dans deux mois , die obtint non-feulement ce 

2u'elle demandoit , mais encore la permiflîon 
'emporter quatre grandes caiflTes qu'elle rem- 
plit d'or & de richefles. Vous concevez. Madame, 
le plaifir qu'eut le bon Marchand à revoir fa 
fille. Les tours de la Belle n'en eurent guères 
moins j mais c'étoit à caufe des chofes précieu- 
fes qu'elle leur apportoit. Son père & fes frères 
ne négligèrent rien pour la retenir. Mais efclave 
de fa parole , ferme dans fa réfolution, les lar- 
loes de l'un Se les prières des autres ne purent 

Oiii 



ILI4 MaDAMB PB VxLtENEUVJB. 

)a gagner. Les filles feules n'en furent point af- 
&gées , Ôc louèrent fort fa bonne foi. 

La Belle ayant pris congé de tous ceux qui s'in^ 
4:ire(roieiit à elle , reprit la route du Palais enchan- 
|té. Elle étoit impatiente de revoir la Bète qui ne 
|> arut point a fon arrivée. Allarmce& comme en 
colère, elle ne fçavoit d'où provenoit fon abfence. 
Flottant entre la crainte & Tefpérance , l'efprit 
4igité, le cœur en proie à la ttiftefle, elledefcen- 
44it dans les jardins , réfoliie de ne point rentrer 
^dans le Palais qu'elle ne l'eut trouvée. Dans tous 
les endroits qu'elle parcourut ^ die ne vit aucune; 
À^ fes traces. Elle l'appella j l'écho feul répéta fes. 
oris. Accablée de laffitude , elle s'affit fur un banc 
£ile s'imaginoit, ou que la Bête étoit morte, ou 
qu'elle avoit abandonné ces lieux. Elle fe trou- 
iwi)it feule dans, ce Palais , fans efpoir d'en fortir^ 
jElle regrettoit l'entretien de la Bcre ; & ce qui 
luiparoiffbit extraordinaire, c étoit defe trouver 
fant de fenfibilité pour ce monftre. Elle fe re^ 
|>rochoit de ne l'avoir pas époufé , fe regardant 
çanmie l'auteur de fa mort j car elle oraignoit 
<îue fon abfence, trop Içngue , ne l'eût caufée. Au 
inilieu de ces triftes içflexions , elle apperçut; 
^'elle étoit dans cette allée même , où , la der^^ 
^iere i>uit qu'elle venoitde pafler chez fon père , 
jçUe s'étoit repréfenté le monftre mourant dans 
IJae caverne inconnue. Peçfuadée qu'elle n'avoir 
fas été conduite dans ce lieu par hafard , elle 
forta fes pas de ce çôté-là. Elle y vit un antre 
iureux, qui lui paroiflbit être le même qu'elle avoit 
cru voir eu fonge. Gomme la Lujue n'yfburnif» 
•f<Ht qu'une foible lumière , les Pages finges pa- 
jrurent itu:ontinent avec un nombre de flam- 
4>eaux fufliianj , {K>ur rcdaicex Se lui faire ^p- 



Madame de Villeneuve. 215 

percevoir la Bête étendue par terre , qu'elle crut 
endormie. Loin d'être effrayée de fa vue , la Belle 
lui padà la main fur la tête , en Tappellant plu« 
fieurs fois. Mais la fentanr froide & fans mou* 
vement , elle ne douta plus de fa mort, ce qui lui 
fit pouffer des cris douloureux, &dire les chofes 
du monde. les plus touchantes. La certitude de 
fa mort ne l'empêcha cependant pas de fair^ fes 
efforts pour la rappeller a la vie. En lui mef^tanc 
fa main ifur le cœur, elle fentit avec une joie in- 
exprimable qu'elle refpiroit encore. Sans s'amu* 
fer à la flatter davantage , la Belle fortit de la 
caverne , & courut à un baffin , où puifant de l'eau 
dans fes mains, elle la lui jettafurla tète. Mais 
comme elle n'en poûvoit prendre que fort peu* 
â la fois , & qu'elle la répandoit avant que d'être 
auprès de la Bête , fon fecours auroit été tardif, 
fans celui dos finges qui coururent au Palais avec 
tant de diligence , qu'elle eut dans un moment 
un vafe pour puifer de l'eau Se des liqueurs forti-* 
fiantes. Elle lui en fit refpirer & avaler , ce qui 
produifant un effet admirable , lui donna quelque 
mouvement , Se peu après lui rendit la connoif- 
fance. Elle l'anima de la voix & la flatta tant, 
qu'elle* fe remit. » Que vous m'avez caufé d'in*^ 
w quiétude , dit-elle obligeamment à la Bcte ; 
» j'ignoit>is à quel point je vous aimois : la pâuc 
i> de vous perdre m'a fait connoîcre que j'ettois 
»> attachée a vous par des liens plus forts que ceux 
» de la reconnoiffance. Je vous }ure que je ne^ 
* penfois qu à mourir , fi je n'avois pu vous fau- 
» vei la vie »>. A ces cendres paroles , la Bête fa 
fentantentiécenient foulagée, lui répondit d'une 
voix cependant encore foible : >> vous êtes boor 
>> oe^ k 9eUe^^ d'aisnec on moMitee fi laid|iliiài 

Oiv 



XïS Madame d^ Villeneuve. 

f) vous faites bien j je vous aime plus que ma 
>» vie. Je penfois que vous ne reviendriez plus \ 
H j'en ferois morte. Puifque vous m'aimez^, je 
?> veux vivre. Allez vous repofer j & foyez cer- 
9? taineque vous ferez àufli heureufe , que votre 
I» bon cœur le mérite >>• 

La Belle n'avoit point encore entendu prononcer 
un fi long difcours à la Bête.Il n'étoit pas éloquent; 
mais il lui plutpar fa fincérité.Elle eut dès-tors meil- 
leure opinion de fon caraâere,ne la trouvant plus Ci 
ftupidejelle regarda même comme un trait de pru- 
dence f es courtes réppnfes;& prévenue de plus en 
plus en fa faveur , elle fe rerira dans fon apparte- 
ment, Tefprit rempli des plus flatteufes idées. Son 
fommeil ne pouvoir erre qu'agréable5& l'image du 
bel inconnu l'occupa entièrement. 11 lui fit mê-» 
pie entendre qu'elle ne devoir point balancer à 
cpoufer la Bête. Celle-ci lui demanda à fon or- 

<finaire,fi elle vouloir qu*elle couchât avec elle.. 
La Belle fut quelque tems fans répondre ; mais 

E'renant enfin fon parti, elle lui dit en trem- 
lant : » oui , la Bête , je le veux bien , pourvu 
3» que vous me donniez votre foi , Se que vous 
V receviez la mienne. Je vous la donne , reprit 
» là Bête, & vous promets de n'avoir jamais d'au- 
9 tre.époufe. Et moi , répliqua la Belle , je vous 
^ reçois pour mon époi;i3c^ & vous jure fm amour 
?> tendre & fidèle 5>. 

-Quelque peu d'impatience qu'eût la Belle, de fe 
irpuver auprès de cer époux fingulier,ellefe coucha. 
Les lumières s'éteignirent à l'iuftant. LaBcre s'ap* 

Îjrochant fit appréhender à la Belle,que du poids de 
on corps elle n'cjcrafât leur couche. Mais elle fut 
agréablement étonnée,eii fentant que.ce.monftre 
jfe meif^Qit. à fes cotes auffi léger eipew qu elle ve« 



Madame de Villeneuve. ii^ 

rioit de le faire. Safurprife fut bien plus grande, 
quand elle Tentendit ronfler prefqu'auffitôt , & 
que par fa tranquillité , elle eut une preuve cer- 
taine qu*il dormoit d'un profond fommeil. 
Elle s*étoit mife au bord de fon lit , ne croyant 
pas faire trop de place à fon affreux époux. Le 
filence qu'il gardoit , quand elle s'éveilla , lui 
af ant fait douter qu'il fût auprès d'elle } & s*i- 
maginant qu'il s'çtoit levé doucement , elle (e 
retourna avec le plus de précaution qu'il lui fut 
poflîble , & fut agréablement furprife de trouver, 
au lieu de la Bète , fon cher inconnu. 

Le charmant Dormeur ne s'éveilla qu'à l'ar- 
rivée de deux Dames dans un équipage fuperbe , 
traîné par quatre cerfs blancs. C'ctoit la Reine 
fa mère & (a Fée fa protectrice. CeUe-ci préfen- 
ta la Belle à fa compagne , comme l'époufe du 
Prince fon fils. Mais la Reine s'étaut recriée fur 
une alliance aufll difproportionnée , la Fée lui 
apprit que la Belle étoit fille de Roi ; qu'elle 
Tavoit louftraite,dans fon enfance, à la malignité 
d'une Féç , & Tavoit mife à la place d'une fille 
du Marchand encore au berceau , & morte de- 
puis quelques momens. Quant à la Bète , ou 
plutôt au Prince élevé par les foins d'une autre 
fée , il lui avoir , avec l'âge , infpiré de l'amour \ 
& cette gouvernante furannée avoir ofé le de- 
mander en mariage à la Reine fa mère y car le 
Roi étoit mort depuis long-tems. Irritée d'un 
refus auquel elle auroit du s'attendre , elle avoir 
métamorphofé le Prince en monftre hideux , & 
avoir mis pour condition , à la fin de fon dégui- 
fement, qu'une belle devint amoureufe de fa 
figure , fans qu'il pût la faire valoir d'ailleiurs 
par ion efpric. La Fée Protectrice avoir conduit 



jtiS Madame de Villemeuvi; 

tout le refte , ne pouvant détruire direârement 
l'ouvrage de fa fœur. De-U , ce Palais enchante , 
pour dérober le Prince à fes fujets , cet égare^ 
ment du Marchand , cette rofe fatale ^ vous 
voyez préfentemenc , Madame , Tenchaînemenc 
de tant d aventures. C'eft à vous de juger fi Made- 
moifelle de Robercourt , & tout l'équipage dtl 
vailTeau durent être fatisfaits du récit delà femniç 
de chambre. 

Je fuis , &a 




Madame DB ViLLENEuvK. »i$ 



LETTRE XV. 



M 



, A dernière lettre, Madame,vous a fuffifam- Les Naya- 

ment inftruite de ce qui doit continuer à ctre le fu- ^"• 
jet de celle-ci. Dans un lieu peu éloigné de la Chi- 
ne , il eft un Royaume qui abonde en tout ce qui 
peut contribuer à la richeffe d'un État, Il y a plu- 
lîeurs fîécles que ce pays obéilToità un Roi fage, 
vertueux , équitable, mais d'une humeur fi douce 
& fi pacifique , qu iHn eut le furnom de Bon & 
Rebon. Il avoit un parent de qui les inclinations 
écoient fort différences. Par la proximité du fang 
& les bienfaits du Roi , il ne lui manquoit que 
déporter la Couronne j cependant il ne fe troq* 
Yoit point heureux. L'ambition qui le dévoroit , 
cmpoifonnoit toutes les douceurs qu'il auroit pa 
goûter. Il- portoit , du confentement même du 
Roi , le furnom à Ambitieux. Kéfolu de fecouer 
te joug , il prit fes mefures pour exécuter fon 
deflein ; & non-feulement il le détermina à dé- 
trôner fon maître , mais encore à lui ôter la vie , 
ajoutant à cet afFreu^ projet , celui d'enlever la 
Princelïe Lifîmene , nlle unique du Monarque. 
Tout étoit déjà difpofé à fon gré, lorfqu un des 
Conjures, pénétré de remords, découvrit le corn- 
plot. Il s'adrefla au premier Miniftre, quilecon- 
duifit au Roi. La furprife de ce Prince fut ex- 
trcme,en apprenant les circonftances de la conf- 
piration. Il envoya chercher Ambitieux j & non- 
feulement il fit grâce au coupable,mais lui propofa 
le mariage de la Princeffe avec fon fils. Il dit 
enfuite au premier ](Pniftre ; eh bien^ Vifir» 



!!• Madame de ViiuENSTm* 

connois-tu ma fatisfadion ? J*ai enfin trouve le 
moyen de remettre Ambitieux dans fon devoir j 
& je ne ferai point forcé de le punir. Seigneur , 
répliqua le Vifir , la clémence eft belle j mais 
j'appréhende que la vôtre ne vous expofe à un 
repentir aullî mutile que tardif. Il avoit raifon. 
Ambitieux , excité par lés confeils de fa femme , 
ne fit que différer de quelques jours Texécutioix 
de fes projets. Le Roi alla dans une de fes mai- 
fons de plaifance , n'ayant d'autre fuite que celle 
de fes équipages, de chafle. Ambitieux ne né- 
gligea point des circonftances fi favorables , ôc 
prit fes niefujres pour faire éclater la conjuration 
dans la nuit. Il étoit refté a la Ville , où il fe 
rendit maître du Palais. Il voulut envoyer au 
Château où étoit le Roi \ mais il ne put tromper 
la vigilance du Vifir* Ce dernier nabitoit un 
vieux Palais . qui avoit été autrefois la demeure 
des Rois prédéceiFeurs du Monarque régnant*. 
Il y avoit un fouterrein inconnu au public , qui 
aboutiffbit à la iftaifon où étoit le Roi. Ce Mi- 
niftre fe flatta de fauver foa maître par cet en- 
droit y & rentrant promptement chez lui , il fe 
munit d'habits de femmes , d'une bourfe remplie, 
de pièces d'or , & d'un panier couvert , dans le- 
quel il mit deux pigeons dréfles a porter les let- 
tres. Enfuite il pafla dans le fouterreia, & fe 
rendit à rappan;ement qui y répondoic. par un: 
efculier dérobé. 

Quel fut l'étonnement du Prince à rafpeft 
du Vifir (jui ne lui donna pas le tems de faire, 
des queftions ? Habillez - vous promptement > 
Seigneur, lui dit-il, en lui préfentant le pa- 
quet qu'il tenoit j & fuyez , fans tarder , d'un 
liqu où vQtre perfonne n dkplus en fureté '^ Am- 
bitieux Veft rendu n)iaître delà Ville , où il a 



Madame SE VillÊnbvvÏ.' iii 

iionhé des ordres qui couronncQC fa perfidie. 
Vous n'avez que ce moment pour éviter la fu- 
reur des Conjurés. Bon & Rebon céda aux inftan- 
ces de fon Miniftre & de la Princelfe fa fille ; & 
le yifir leis ayant fait fortir l'un & l'autre , rentra 
dans la Ville pat le fouterrein , & feignit d'ap- 
plaudir au fuccès de l'ufurpateur, qui lui donna 
les bonnes grâces. 

Le Roi & fa fille croient en marche , lorf-. 
qu'on apprit leur fuite. Ce Prince infortuné , 
jugeant qu'il y auroit de l'imprudence à ten- 
ter une rettaite hors du Royaume > dont tou- 
tes les avenues étoient fans doute bien gar- 
dées , erra pendant fix mois,avec la Princeflejdans 
-les bois , évitant avec foin tous les endroits ha- 
bités. Mais enfin , s'ennuyant de cette vie , ils 
quittèrent les pays iauvages y leur aflurance al- 
lant infenfiblement |ufqu'à fe montrer dans la 
plaine. Us en trouvèrent une qui leur parut 
xrès-agréable. Us tournèrent leurs pas vers l'ha- 
bitatioiiqui leur fembla la plus apparente. Us 
en virent fortir une Villageoife d'aflez bonne 
mine. Cette femme vint au-devant d'eux, & leur 
demanda ce qui les ^menoit. Nous cherchons 
tm afyle , dit le Roi , en lui montrant quelques 
pièces d'or. A certe vue j elle leur permit de refter 
chez elle aufii lone-rtçms qu'ils le jugeroient à 
propos. Elle leur donjua une chambre fort fim- 
pie, mais aflfez propre, où ils trouvèrent une gran- 
de fille féche , noire , & qui cependant avoit les 
yeux plus rouges , que le plus ner taureau. Elle 
avoit un air rude & brutal j & tout le refte de 
fa figure étoitfibien zSotti^^ qu'il ne lui man- 
quoit rien pour être • effroyable. Ce monftre 
étoit la fille de là Maîtrelfe de la maifon y on U 
nommoit Pigriéçhe. Menez^'lùi dit la mère, me^ 



112 Ma^AUE de VnCENEÙVt. 

nez n63 hôtes dans des chambres, préparées } 
peut-être que cette jeune fille a befbin de fe met* 
tre au lit } mais loin d'obéir à' fa mère, cettô 
honnête créature îui répondit infolemment^ 
qu elle étoit bien prefTée , & qu'elle n'avoir qu'à 
prendre la peine d'attendre , pîtrce qu'elle avoit 
autre chofe à faire. Lifimene a ce farouche ac^ 
cueil, craignant de lui donner occafion de fe 
courroucer davantage , dit avec douceur , qu'il 
n'étoit pas néceflàire de fe détourner pour elle , 
& qu'elle attendroit fa commodité : en effet s'é- 
tant affife , elle attendit patiemment qu'il plût à 
Pigriéche de faire ce que fa mère lui avoit or- 
donné. 

Richarde, c'eft le nom de la mère, avoir 
perdu fon mari depuis 'plufieurs années. L'envie 
de pofleder toutes les pièces d'or, qu'elle croyoit 
que fes hôtes avoient en abondance , lui fit pro^^ 
pofer au Monarque fugitif de l'époufer. Bon & 
kebon qui ne voyoitpour luixjue cet afyle d*af- 
iuré , y confentit fans fe faite * beaucoup prier. 
Mais fes efpeces d'or ayant fiiànqué tout -a- coup , 
il vit changer la tendrefie de Richarde en un^ 
iiaine effroyable , pour lui ic pour fa fille. Elle 
feur reprochôit fans ceflfe , qu'elle avoit la bonté 
de les nourrir fans qu'ils lui fe^viflent à rien , & 
leur déclara enfin , qu'elle ne prétendoit pas , tan- 
dis que fa propre fille travaiÔoit , que cette pa- 
refleufe, parlant de Lifimene, ne s'occopât qu'à 
chanter avec f^n père. Une efclave de Richarde, 
qui conduifoit les moutons, vint à mourir danis 
ces circonftances. Pigriéche empêcha qu'on n'en 
achetât une autre , en difant qôe cet emploi n'é- 
toit pas fi pénible, que Lifimene ne le pût exer- ' 
cet j &: qu elle s'appelleroit déformais Liron. Le 



Madame m ViLtÊNEtr^îr nj 
ttoi 8c fa fille furent indignés Aq ce difcours ; 
mais Pieriéche ayant menacé de les aller dénoncer 
à la Ville prochaine , la Princeffe fe mit en de- 
voir d obéir. Elle fitfortir les moutons de la Ber« 
gerie & les mena paître , ayant une quenouille 
a fon côré ; & elle reçut Tordre fur la quantité 
d'échevaux dé fil qu'elle devoit rendre le foir. 
Comme elle étoit diligente Se adroite , elle eut 
rempli le nombre des îufeaux en moins de tems y 
que fes perfécutrices ne le croyoient j mais fon 
iervice ne fut point borné à garder les moutons; 
lorfqu'elle fut rentrée, on la força de nettoyer la 
bergerie. Enfin ces impitoyables Furies abu- 
fant de fa douceur , & de la crainte que lui cau« 
foit le danger où étoit fon père , Temployoienc 
aux ouvrages les plus bas & tes plus nénibles. 

Lifimene , devenue Liron , fe nt enfin une 
habitude de ce genre de vie. Quand elle avoic 
achevé fa tâche,elle prenoit fon luth ou fa vielle, 
& fe mettoit à jouer près d'une fontaine écartée, 
qu'elle avoir choifie par préférence. Un jour 
^qu'elle s'y lavoir les mains , elle perdit l'équi- 
libre y Se tomba dans l'eau. La frayeur que lui 
cauia cette chute , lui fit perdre connoiffancew 
En revenant de fa foibleflfe , elle fe trouva dans 
un lieu frais y mais elle n'étoit plus dans l'eau, 
quoiqu'elle en fut environnée, comme fi elle eût 
été dans une caîiïe de cryftal. Elle vit paifer des 
écrévifles & de petits poiflbns , qui aiioient & 
venoient tranquillement , comme étant dans leur 
clément. Ce (^e<%ac4e fingulier ne fut pas ce qui 
lui caufa le plus d'étonnement j elle en reflentit 
davantage de fe voir entre les bras de trois belles 
perfonnes qui paroiflbienc s'empreffer à la faire 
revenir, Ranucez vous, charmante Lifimene, lui 



%i4 Madame ok ViileniuvÎ* 
4it une d'entr'elles ; il n'y z rien à craindre pbUf 
vous ici^ puifqne Vous ères parmi vos amies y 8C 
fans lui donner le cems de repondre , nous fom^ 
mes , ajoûta-c-elle , les Nayaaes de la fontaine « 

3"ui , pour vous témoigner notre reconnoiflince 
u plaifir que nous donne fi Couvent votre agréa- 
ble fymphonie , voulons interrompre le cours de 
vos malneurs ; peut-être ne trouverez-vous pas 
notre, amitié inutile. Une autre Nayade prenant 
la parole:vous ne fongezpas, çUt-elle,que les vête- 
mens de cette Princefle font mouillés , & que ce 
quipreflTe.Ie plus, c'eftde lui ôter,dans le mo- 
ment , un habit qui lui convient fi peu de toutes 
les façons j alors fans lui répondre , fes deu^t 
compaghes fe joignant à elle , s'empreflerent 
toutes troii à la dépouiller de fagrofle robe. Elles 
lui en donnèrent une autre qui étoit de toile fine, 
garnie des plus belles dentelles , entremêlées de 
Heurs» Chrillalline , la plus belle des Nymphes » 
Ja conduifit à fa toillette. Lifimene jettanc les 
yeux fur les miroirs que Teaii formoit de tous 
cotés , trouva qu'elle étoit cocfFée comme Chrif- 
jcalline. Tant d'avantages à la fois, la beauté de 
ces lieux» ainfi que les carefies des Nayades , lui 
xendire»t ces divinités encore plus chères , 
& lui faifoient envifager le moment de les quit* 
-.ter avec beaucoup de regret3»Cependant il apgro- 
choit y & quoique Chriftalline lui eût offert de la 
garder chez. elle, ce fut elle qui avertit la Prin- 
cefle, qu'il étoit tems enfin de fe retirer. Allez 5 
.vertueufe Lifimene, lui dit-elle , en l'embraflant, 
allez confoler votre père , & mériter de plus en 
plus notre ^ftime j mais revenez nous voir , ou 
informez-nous de vos peines. Nous vous affilie- 
rons de nos confeils. £n prononçant feulement 

le 



i, 



Madame de Villeneuve. 225 

it nom de Criftalline & de fes fœurs , vous 

E)ùrre2 pénétrer facilement jufqu'en ces lieux, 
es eaux vous ouvriront leur fein. Elle ajouta a 
toutes fes bontés le préfent d*une houlette j & 
pour lui en.apprendrel'ufage , elle lui dit que 
quana elle auroit envie de s'occuper à toute autre 
oiofe, qu'au foin de fon troupeaii, elle ri'aiiroit 
qu'à planter fa Houlette au milieu ; qu'avec cette 
précaution elle pouvoit être cermine,què fes mou- 
tons auroient . tout eri abondance, &: que lesi 
loups & les voleurs n'oferoient en approcher. Là 
féconde Nayade lui donna un rouet & une que- 
nouille, en difant qu'elle n'auroit qîi'â la charger 
Hefilafle ôc la pofer furie rouet; qu'elle fileroit 
route feule (î tien & fi promptemenr, qu'elle 
n'auroit pas à redouter les reproches dé fes mé- 
chantes.notelTes. La tiroifième lui fit préfent d'un 
îCaûor apprivçifé, & dit à Lifimene, qu'il l'ai- 
iieroit de fes dents , dé fes pieds , & de fà 

2ueue , & iFeroit tout ce qu'elle lui prefcriroit. 
^ -'animal fe nommoit Diligent. En quittant Tes 
bienfaidrices , Lifimene trouva fon troupeaii raf- 
fembié^Sc eii état démarcher aii premiet figne 

3* u'elle lui en fit. Richarde & Pigriédiie parurent 
ans ce. moment. » Ah ! ma mère ; s'écria 
» cette dernière , c'eft Liron ; où a-t-elle pris 
j> fes béaù^ atours ? Qui les lui a donnés ? Mais 
i> <jue dis- je , donnés , il n'y a perfohrie en ces 
» lieux ; qui puiiTe JFairé dé telspréfents ; & il 
» faut abuilument qu elle lés ait fait acheter à la 
«ville. Il faut bien que cela foit , pourfuivit 
i> Richarde j niais pour avoir eu de l'argent , il 
i> faut qu'elle m'ait volée , ou que fon père ait 
> cpiifervé fes pièces d'or , quoiqu'il feignit de 
ià mé les avoir toutes données. Lifimene iie iré- 
tomc iF: ? 



xi6 Madame de Villeneuve. 

» pondit qu'en racontant avec douceur ce qui 
ii lui ctoit arrivé >>. Pigriéche furieufe , voulue 
faire dccoëfFer Liron j mais les fleurs renailToient 
fans cefledans fes cheveux, qui reprenoienr tou- 
jours leur première fituation. Picriéche s*écria 
que Liron étoit forciere ; qu'il n y avoit rien de 
plus certain, & qu'elle méritoit le feu, invitant 
fa mère i la faire brûler fans retardement , de 
peur , difoit-elle /que cette malheureufe ne don* 
nâr queldues maléfices à elles ou à leurs trou- 
peaux. Richarde , dont l'avarice furpaflbit la mé- 
chanceté , n'approuva point le confeil violent de 
fa fille , parce qu'il eût fallu acheter une autre 
efclave à la place de Liron , qui ne leur coûtoit 
rien. Pigriécne fe contenta donc d'ôter à Liron 
fa belle robe ; elle voulut s'en parer ; mais les 
ifleurs fe fanôient fur elle ; fa mère effaya d'en 
orner les cheveux de fa fille ; elle ne fut pas plus 
heureufe. Mais croyant avoir trouvé un expé- 
dient admirable , elle lui confeilla d'aller chez 
les Nayades , perfuadée au'ayant plus d'efprit & 
de beauté que Liron , elle leur plairoit davan- 
tage. Cette efpérance déterminant Pigriéche, 
hlÏQ alla te lendemain garder les moutons » 
& n'oublia pas de mettre la belle robe dont elle 
>iyoit dépouillé la Priûceflie. Ainfi parée , elle ar- 
rivé à la ÏFohtaihe ; mais la peur la prit j &elle 
nofa fe jettera l'eau.. Cependant ne voulant pas 
s'en retourner fans tenter l'aventure, elle efifaya 
d'entrer peu-à-^peu; & s'àflTeyâiït fur le bord, 
elle étenoit un pied, efpérant fe glilïer douce- 
ment. Mais à peine eut-elle touché i eau , qu'elle 
y coula toute entière , & fî lourdement , quelle 
penfa fe tuer en tombant au fond du baflin qui 
étoit d'un marbre fi raboteux , qu'il lui fit autant 



Madame bi Villeneuve. 117 

debtelTiires, auily avoicde pointes. Elle refta 
loi^-tems à le dâbaxcre au milieu de i eau : la 
(txyeac que lui caufoit ce 4aiigef Tayanc faic 
évanouir , elle feroic moite fans fecours , fî les 
Naïades , qui s*étoieat réjouies à fes dépens , 
ne Tavoic fecoume. £n ouvrant les y^ux , elle fe 
trouva emre les mains de trois créatures pref* 
qu'aufli laides qu'elle , qui , pour la faire revenir , 
la tiraiUoient & la pinçoient fans ménagement. 
Loin que ces prétendues Nayades reCemblaflfent 
un portait que lui «n avoir fait la Princefle , elles 
étoient fî hideufes , bc leur ajuftement fi affreux , 

Sue Pigrieche fermoir les yeux pour fe délivrer 
e cette vue défagréable. Ce fut bien pis , quand 
elle fe vit cocfFée ccMxime^Iies, c'eft-à-dire, avec 
une ai&eufe perruque d^ joncs marécageux & 
bourbeu% , qui achevoient de la rendre effroya-^ 
ble. Elle fut enfuite pouflfée brufquement hors 
de la fontaine» 

Lorfqu elle approchante fa maiibn , tous ceux 
l^uii'apperçurentptir'er\t la fuite ^ jamais monftra 
aoffi el^cyable n avoir paru dans ce$ liAix» 
Tranfjportee de colère contre Liron , elle ex- 
hortoit Richarde à ia faire mourir. Ces Mé^- 
gères crurent en avoir «tcou^é le moyen , «n 
iKmvmandant à ia bergeïe d'aller cueillir de$ 
poÎM^ii Vn^a^brefi haut '^ que jufqu alors aucune 
écheBe ii*avoi|: pu y atteiiid)^ ; & de les |perter 
vei]h|Fe au KCarché. Mais avec le fecours puifTane 
des Nayades , Liron vint à bout de ibft -entre* 
prîfe. L'Afna<kiade qui falibit fon Séjour dans 
i^ ^oiribr , pdn^a d'elle-naê^ toutes les bran* 
Aes ) 4U kina cueillir a Liron autant .de poires , 
oif^He^n voulut. Eile prit aufïkot le chemin 
•k 'làViitU ; des Sylphes ^biwfifkifa»sfoute»uiwÇ 



lis Madame de Villeneuve. 

en l'air fou fardeau j mais comme elle ctoit paf-i 
tie trop tard , elle n'arriva qu'aDrèsrheure du mar- 
ché. Elle s*en retournoit triuemeht , lorsqu'elle 
vit paroître un jeune homme richement vêtu i 
fuivi de beaucoup d'autres qui , par les refpefts 
qu'ils lui rendoient, faifoierit connoître aflez qu'il 
ctoit leur maître. Il l'aborda fans cérémonie j 
mais avec toute l'honnêteté due au beau fexe. 
Il s'informa d'abord de ce qu'elle portoit dans 
fon panier j & tharnié de l'air noble & de la 
beauté de cette jeune fille , il lui prit tout (on 
fruit, qu'il paya ae quantité de pièces d or. Mais , 
ajouta-t'il , vous ne me paroiflez pas née pour 
l'emploi où vous êtes j me refuferez-vous le plai- 
fir de m'apprendre votte nom ^ votre condition , 
& comment il eft poflSble , que depuis que je 
çhalïe dans ces bois, je n'ayç pas encore eu le bon- 
heur de vous rencontrer ? Quel lieu écarté peuif 
vous avoir dérobée à mes regards ? Seigneur , 
reprit-elle modçftement*, on m'appelle Lironj 
je fuis àpréfent bergère j ôçma Belle- mère chez 
qui j'habite $ m*a commandé d'aller vendre du 
fruit à la Ville. Son habitation n'eft pas éloi- 
gnée de ces lieux, Puifdue nous fommei fép^éi 
par un fi petit efpace ^ lui dit ce jeune homme j 
je nie flatte que u vous avez encore des poites à 
porter à la Ville , vous me donnerez la préfcren- 
çe.LirQn le lui promît , pourvu que fa Belle- 
TO^re lui en donnât la permiffioh. Cette femme 
& fa fille furent extrêmement furprifes à la vue 
de tant d'or. Pigrieché voulut aufli elle-même ^ 
porter dès le lendemain des poires au Marchés 
JElle dédaigna de Prendre aucune iriftnuftion fur 
la façon de les cueillir, par«e que la vieille ayant 
iu la curiofité de fuivre Liron ^ elle Tavoit ea« 



Madame de Villeneuvi. it^ 

tendue demander au Poirier la permiflîon de prenr 
dre de font fruit. Ne fe croyant pas obligée d'en- 
tretenir fi poliment un arbre qui lui appartenoit , 
c}le l'aborda brutalement : apons vite , lui dit- 
elle , je n*ai ni le tems ni l'envie de m- amufer ici i 
te faire des complimens ^ il me fai}t des poires î 
baifTe promptement tes branches, L'Amadriade 
qui habiroit le Poirier jbaiCTa toutes fes branches 
à la fois avec tant de vigueur , qu'elles appuyèrent 
(cent mille coups de bâton fur les épaules de cette 
ruftique harangueufe. Une Salve fi imprévue fut 
fuivie d une grêle de poires , dont Pigrieche fut 
accablée. Elle fe mit a ramaiOTer les moins meur- 
tries i &4rile partit enfin avec fa çrovifion. 

Déjà dans l'excès de fon impatience , le beau 
Ch^ur avoir fait parcourir toutes les routes 
de la forêt. Après bien des inquiétudes , un de 
fes gens cria a liante voix , qu'il appercevoit la 
tefgere. Pour lui épargnei: une partie du che- 
min , il courut au-devant d'elle. Le voile qui 
cpuvroit fon panier , lui cachoit le vifage. Il ne 
douta pas un inftanta que ce ne fût celle qu'il dé- 
fijroit j mais Pigriec% s'étant montrée à décou- 
vert , l'officieux injcqnnu recula d'épouvante , en 
s*écriant J jufte Ciel l ce n'eft point Liron. Non 
vicaiment, dit pigrieche d'un ton aigre & cour- 
roucé y ce n'eft point ]Liron > mais ç'eft moi , 
qui ne me changcrois'pas pour elle j & voyant 
à l'air du* chaCTeur , qu'il ne pçnfpit pas fur fon 
compte auffi obligeamment qu'elle-même , elle 
fe mit dans une colçre horrible 6c luj dit mille 
injures. L'Inconnu n'y répoqdit que par le mé- 
pris ; fes gens moins endurans firent pleuvoir fui: 
les^oues de la belle une grêle de foufflets , & la 
i^i(fç]re;^t rouée de coups. Ayant gagné le logi| 



ij© Madame bê Vittt^tv^i» 

avec beaucoup de peine , elle vouloit abfolumeiit 
que Richarde fît moutir Liron , & que le Poi- 
iriet fût coupé & brûlé. La vieille y confentit 
d'abord ; mai^ Tavatice s'oppofant à ce projet , 
elle laida Liron porter des poires au marché 5 jtdf- 
qu à ce qu'elle^ tuflent toutes cueillies. Dès qu'el- 
le n'apporta plus de profit , elles cherchèrent con* 
j©intemelît de nouvelles occafions dé la tour- 
menter. 

Il y avôit, à une lieue de leur demeutô , 8c 
dans un endroit extrêmement défert , un moilKrt 
qu'on appelloit le Moulin du malheur^ Il avoit 
été nommé de là forte , parce que depuis biâril 
des années , il n'y étoit jamais allé jl^tfoUtte 5 
i qui il ne fût arrivé on chemin quelques acci* 
dents fâcheux. Od les impûtoit au Meuiiiér ic 
k fà femme \ ôc ce qui aiitorifoit le* plus ces 
foiipçons 5 étoit leur hunleut folitaire- C# 
genre de vie & le péril qa*il y àvoit à les aller 
vifitét j les tendoient fi redoutables , que fi quel** 
qu'un étoit courroucé contre fes ennemis ^ il 
fouhaitoit qu'ils fuffent obligés d'aller chercher 
de la farine au moulin du malheur. Ce fut-là 
que Richarde ordonna à. Liron de conduire fon 
bled; & pour prouver qu'elle y avôit été ; elle lui 
enjoignit d'en rapporter dès pierreries que 1^ 
jardin du Moulin dtt malheur produifoit faAd 
nombre , i ce que difçit le*bruit commun. LiroA 
fe mit eil marche , & courut chez les Nayadôs , 

Elit y prendre les inftruftioiis dont elle avoil 
foin. Criftalline lui recommanda fur tùùteH 
chofes la prudence , l'exâdtitude & la douceur. 
Si houlette d'ailleurs & Diligent qui l'accom- 
pagnoient ^ dévoient lui être d'un grand fecôuf s. 
Elle n'étoit plus qu'à une diftance médiocre du 
moulin^ quand les cris douloureux d*un enfant. 



Madamb DE Villeneuve. iji 

attirant fon atceticion, la firent voler au lieu d*ou 
ils parcoient. Ils ne pouvoient venir que cl*une 
fontaine, près de laquelle il lui falloit pafler pour 
arriver au moulin. Elle précipita fes pas vers cet 
endroit. Elle fut ef&ayée d'y voir un enfant qui 
neparoiâbit(fas avoir plus de cinq ans y quoique 
le froid fut excedif , elle n'hénta point fur le 

Earti qu'elle avoit à prendre. Elle delcendit dani 
L fontaine où elle eut de l'eau jufqu'à l'eftomac; 
& ce ne fut*pas fans rifque pour la vie , qu elle 
ipsiava celle de cet enfant. Elle l'emporta dans fes 
bras jufqu'au moulin. Â fon anivée elle eut i 
efluyer l'attaque de quatre dogues en furie , qui 
voulurent fe jetter lur elle \ mais elle les ap- 
paifa en leur jetrant à chacun une part d'un gâ- 
teau que Çriftalline lui avoit donnée. Elle entra 
dans la maifon du Meunier qui la traita d'abord 
aflez mal y ainii que fa femme. On lui demanda 
ce^ qu'elle avoit, Ç'eft un enfant , répondit la 
Prîncefle, quieftà demi more de froid j je l'ai 
tiré de Teau où il fe noyoit. Que vois-je, s'écria 
cette femme en l9 prenant entre fes bras ! c'ed 
mon fils ! Ah , belle oergere , où l'avez- vous trou- 
vé ? Le Meunier accourut à ces cris. Généreufe 
Princefle , lui dit- il , belle lifimeqe , un bien- 
fait n'eft jamais perdu > vous m'avez rendu le plus 
grand fervice que je pouvois recevoir j il eft jufte 

3tt a votre tour , vous ayez fujet d'être contente 
e ma reconnoiCTance. On vous a envoyé en ce 
lien pour vous perdre , continua-t'il j niais la mau^* 
vaife intention de vos ennemies tournera à leur 
confufion. En effet Liron obtint du Meunier tout 
ce qu elle voulut, fa^is oublier les pierreries. Pi- 
grieche , toujours jalpufe de Liron , voulut aufli 
aller au moulin du malheur ; mais fon impru- 

P iv 



i}^ Madame de Villeneuve. 

jdençe & fon mauvais caradere la firent totnbeç 
dans tous les pièges que tendoit le Meunier à 
ceux qui lui rendoientvifite. Elle gagna la porte 
làu moulin , & crut devoir s-aider dû marteau ; 
mais elle le laiffk aller plus promptement qu'elle 
ne l'avoir pris. Sa main en nit toute grillée. Elle 
pouffa dés cris effroyatles , qui firent fortir le 
Meunier; il la reçut avec beaucoup de tranquil- 
lité , tandis qu'elle exhaloit fa fureur en injures 
& en malédiaions. Elle voulut voir le jardin de 
pierreries -.ill'y conduifit poliment, & lui permit 
d'y cueillir un bouquet y mais Pigrieche ravagea 
tout le Parterije , & prit «ne fi grande quantité de 
fleurs , qu'elle en remplit un fac. Elle partit fort 
Joyeufe ciu Ivioulin du malheur. Dans la • route 
jelle entendit deux hommes qui fe difputoient 
pour le partage de quelques pièces d'or qu'ils 
avoient trouvées. Elle voulut en avoir fa part, & 
les menaça de les dénoncer à la Juftice. Geux-ci 
furieux d'être obligés de perdre une partie dé 
leur proye, aflbmmerent ae coup$ Pigrieche qui 
palfa là nuit dans la boue , le cSrp's brif ë & le poi- 
gnet démii Mais de "retour auprès de fa mère, 
felle fé cohfolâ de tous fes malheurs par la pof- 
fçffion des richeffes qu'elle avoir emportées du 
înouliii. Ayant voulu jbuïr du fpeftacle charmant 
fié fespièrrerîes, elles fe changèrent en Gùefpçis 
& en Frelons, qui lui firent foùffrir des tourmèns 
inexprimables. 

'Cependant Liron paflbit des jours fort agréables 
dans la côiiipagnie au beau chàlfeur qiii avoir eu 
1^ bonheur dé découvrir le lieu de fa retraite. Pi- 
grieche fiirprit un jour ces deux Amans; & com- 
me, malgré h mauvàife réception quelle avoit 
effuyéed? Tinconnù , elle avoit été touchée de fa 



Madame de Villikeuve. 153 

jbenne mine , la jaloufie fe joignit dans fon cofur 
à la haine qu'elle avoir déjà pour fa rivale. Elle 
meHk, y plus vivement que jamais , fa- mère de la 
faire mourir. Mais cette femme qui craignoit les 
fuites de cette aâion , eut recours à une Magi- 
cienne du voifinagejqui lui donna une bouçie noi- 
re, à laquelle étoit attachée la vie de la PrincefTe. 
Ce prcfent avoit de quoi fatisfaire la méchan- 
ceté de Richarde & de fa fille; mais l'avarice de 
k mère lui fuggéra le projet de livrer au Roi 
• Ambitieux, Bon & Rebon avec Lifimene , pour 
en tirer une récompenfe proportionnée à ce fer- 
vice. Elle partit pour fe rendre à la Cour du 
Tyran , qu'elle informa de ce qu'il lui importoit 
fi fort de favoir. Le ChafTeur que nous avons 
biffé auprès de la bergère Liron , étoit le Prince 
Parfait , fils d'Ambitieux. 11 avoit quitté la Cour , 

S Dur ne point paroître prendre part aux crimes 
e fon père , & s'étoit choifi une retraite à l'ex- 
trémité du Royaume, non Ibin de la demeure de 
Richarde. Liron qui ne le connoiflbit point en« 
core pour ce qu'il étoit , avoit pris pour lui les 
fentimens les plus tendres. Elle en fit l'aveu à fon 
pere , qui l'accompagna a la fontaine , réfolu de 
la] donner en mariage au Cavalier , & de la fouf- 
traire , par ce moyen , à la fureur de fa Marâtre. 
Quelle fut fa furprHe , lorfquç demandant au 
Chaflfeur fon nom & fa famille, il fçut qu'il étoit 
le Prince Parfait , fils de fon plus mortel ennemi ? 
Comme il s'en îuUoit beaucoup qu'il reffemblât à 
fon pere , le Roi confentit aifément à lui faire 
épomet Lifimene. Le jour & l'heure furent pris 
pour la cérémonie. Pigrieche qui , cachée dans 
je creux d'un arbre , avoit entendu toute cette 
jponverf^tion ^ réfolut d'en^tirer avantage. Ayant, 



tfi, Madame be VittsNBtyvE. 

Eir la vertu de quelques herbes , ailbupi Bot 
ebon & fa fîlle , i^ie fe rendit dans l'endi 
convenu à l'heure marquée , avec les habits 
Lifimene. Le Prince ne doutant point que c€ 
fut fa belle maîtreffe , s'étoit avance au-de^ 
d'elle , & fe difpofoit à lever le voile qui lui c 
vroir lé vifage. Quatre honunes , qui fure: 
rinftant fuivis de plus de trente , fortirent d 
tre les arbres y fe faifîrent de lui « fajus qu'il 
eoim moment pour fe reconnoitre, encore m( 
pour fedéfeadxe. Us Tcnievereot > & enmci 
cems pluiieuri de leurs compagnons fe jettej 
*far Pigrieche. Us emportèrent l'un &c l'ai 
jofqu'au bocd de la mer , où deux ruvires les 
cendoieur. lis firent monter le Prince furTur 
Pigrieche fut mife dans l'autre* Mais qui po 
fepréfeater la douleur du Prince , brfqu'il vit 
porter Bon &c Rebon^ & que, par ce auel cou 
tems , il perdit l'efpoir de poflTcder Lifime 
Bon & Rebon & lePrtnce Parfait font condu 
b Cour d'Ambitieux, qui les condamne à la n 
On eft fur le point d'en venir à l'exccui 
Toot-à-coup U rivière s'enfle & innoodela p 
oo le bûcher croit dreifé > entraîne les Prince 
les dérobe à la fureur du Tiran^ On voit eni 
fèrcic du fein de l'Onde , un Char environD 
feux écincellans^un nombre prodigieux de N 
des vctues d'une gaze d'argent mèlce des plu 
ves couleiurs, accompaenoient ce char brill 
& l'on fut fort étonné d'y voir le Roi, Lifime] 
Parfait. A leur afpeâ , Ambitieux: demeura 
mobile } mais la nireur l'emportant bknti 
h furpifile , il s'avança fièrement vers le Roi 
commanda qu'on le faifît. La populace ex< 
fcoitrele tiranpar la voix de la Nayade » fe 



Madame m Viz.i.EKBuy«. 2$$ 

ge du câté des Princes qui prennent en triom- 
phe le chemin du Palais. Il étoit de fa politique » 
oue Bon & Rebon s'afTutât au moins de la per-* 
fottne de lufurpateur ; il lui fit grâce fans ba« 
lancer ; une Gnomide fore tout-à-coup de terre , 
le déclare que le Prince Parfait , par un enchaî-' 
nement d aventures , eft le fils de Bon & Rebon » 
6c que la PrincefTe Lifimene doit la naiiTance i 
ime fcent du Monarque, A ce récit rUfurpateut 
fe patTe fon épée au travers du corps. Bon 8c 
Reoon pardonne à Richarde tous fes crimes. II 
fait faire enfuite les préparati^ du mariage de 
Parfait Se de Lifimene« Pigrieche au dé^fpoit 
de perdre fon Amant , engage fa mère à allumer 
la bougie noire , comptant faire périr par-là fa 
rivale. Mais la fin de la bougie eft ceUe de la 
vie de Pigrieche. Lifimene étant bergère , s'en 
étoit faifie , par le confeil des Nayades , & y en 
avoir fubftitué une autre de même couleur. Ri- 
charde appirenantla mort de fa fille, fe Jette par 
la fenêtre. Bon & Rebon la pleiure , la fait in- 
humer , & réfigne le pouvoir fouverain au^rioce ^ 
Parfait. 

Pour ne pas vous actabler de Contes , per- 
mettez-moi , Madame , de paflèr fous filence 
une partie de ceux de Madame de Villeneuve » 
dont les litres font : le Prince des Cœurs if ta 
Princtffe Grenadine ; la Princejfe Anerolle j ou 
t excès de la confiance ; Fleurette o» Abricot; 
le Loup galeux ; h Belinette ou la jeune vieille. 
Je ne m attacherai qu'à celui qui ma paru le plus 
agrélble , la Princejfe Arerolle. 

Dans une de ces grandes Lotteries, où les Fées La Prin 
tiroient au fort les Royaumes qu'elles dévoient ^^^^ ^^^ 
protéger , celui des Aglantiers tomba à la Fée 



a.5^ Madame de Villeneuve* 

Babgnette. C'étoit une bonne créature , trop 
fîmple , pour connoître le mal , trop timide pour 
le aéfapprouver , crédule par bonté , bonne par 
foibiefle. Nulle forte d'elprit , point de naé- 
moire ,& d'une négligence pour fa perfonne , 
oui augmentoit beaucoup les défagrémens de 
ia vieillefle. Elle avoir à peine pris poflTeffion de 
fa Charge , que le Roi moqrat d apoplexie , en 
recommandant à la Fée un fils unique qu'il laif- 
foit au berceau. Du caractère dont étoit Babo- 
iiette , elle ne pouvoit guère cultiver l'efprit & 
le cœur de fon EJeve qu'elle nomma Doudou > 
auifi le laifla-t'elle dans leç difpofitions quelle 
lui trouva j-feulcment elle lui infpira une averfion 
générale pour les femmes. La Fée Canadine 
ayant fait une vifiie de politeflfe à Babonette » la 
vue de Doudou fit impreffion fur fon cœur j elle 

{)|:it cet amour naiflant pour un fimple intérêt à 
'éducation du Prince j & fecrettement elle mit 
tout en ufage pour perfectionner les bonnes qua- 
lités du jeune Monarque. Lorfqu'il eut atteini 
fa quiiftiéme année, Canadine le demanda en 
mariage à Babonette qui le lui accorda : mais 
cette Fée n'ayant pas trouvé le Prince auffi 
facile qu'elle l'avoir été , & ne voulant pas lui 
caufer le moindre chagrin, alla rendre compte 
à Canadine des vains efforts qu'elle avait faits, en 
fa faveur. Canadine crut que le tems jpourroit 
faire changer JDoudoq : elle redouhU fes foins 
S^ fes bienfaits. 

Un JQur que le Roi s'étoit écarté du refte de 
la Chalfe , en pourfuivant un Daim avec tfop 
d'ardeur , il fur extrêmement furpris, de fe trou- 
ver dans une efpece de falle d'une très-grandçj 
çîçijdiie , ^ dq ypir à l'un de^ angles * uçç jei^ç . 



Madame de Villeneuve. 137 

•j^erfonne fous un pavillon de gaze d'argent , aflîfè 
oâez près d une vieille femme qui fembloic dor- 
mir. Il mit auffitôt pied à terre ; & s approchant 
avec un trouble Se uri embarras qui lui étoient 
inconnus , » que vous ctes belle , lui dit-il , en 
i> mettant uri . genou en terre ? Que vous me-» 
» riterîez d'adorations , fi vous n'étiez pas une 
» femme! Je rie fuis pas une femme, repondit- 
* elle j je m'appelle AzeroUe. La Fée Sévère que 
» vous voyez là, me mené au Château inacceflî- 
» ble, . . Mais ne vous appellez-vous pas Tur- 
» lupin , dit-elle ? Non , Madame , répondit le 
99 Roi un peu déconcerté. Les Princes de mon 
a Sang n'ont jamais porté des noms ignobles. 
3> J'en fuis fâcnée ^ répondit AzeroUe en baiflant 
» les yeux. Pourquoi , dit le Prince ? Je m'appelle 
>> Doudou j cela ne fait rien ^ répondit-elle j je 
» vois bien que l'on m'a trompée. Comment , 
» dit le jeune Prince , vous auroit-on parlé de 
f» moi ? Je l'ai cru , répondit-elle j & je ne com- 
» prends rien à cela 5 ni moi non plus , reprit- il ; 
» expliquez-vous mieux , je vous en conjure. 
^ Je vais tout vous dire, continua la jeune pér- 
il fbnne : peut-être vous éclaircirez mes doutes. 
>» Je n'ai jamais vu que la Fée. Elle m'a dit 
» qu^utfefois j'avois un père & une mère j 
» eh avez-vous eu, vous? Sans doute , réj^ndit ■ 
w le Prince 5 ils étoient Roi & Reine j & les 
.» miens auifi , dit AzeroUe. Mais ^ dites-moi , 
» puifque vous avtz eu un père , il ya donc plu- 
« fieurs hommes dans le monde ? Uy en a , ré- 
» pondit le Roi, à peu- près autant que de fem- 
» mes. Ah, voilà qui eft bien , dit la PrincefTe; 
j» je commence à m'éclaircir j & moi , dit le 
t» Prince Je vous entends un peu moins. lin'eft 



15 s Madame db Vil1£K£uv£. 

j> plus néceiïàire à préfent que vous m'enteit* 
9» diez y r^it ccillemenc AztlroUe« Que dites* 
4> vous, s'écria Doudou? Chaque moment aug- 
t> meute ma curio(ké : }e fens qu'il ne m'efl: plus 
$9 pôflible de vivteyfaas être éclakci de vocre lort, 
» Ëh lûen , dit la Pf iace^e , puifque vous voules 
A> tout favoir » je veuK bien vous le dire , mais 
f> à condition que vous me direz auâi « (i vous 
ê> ^tes un homme. Ah , rien n'eft fi vrai » répon>* 
ji dit vivement le Pcince i mais , charmante 
>9 AzeroUe ?» pourquoi en doutez-vous ? Puifque 
sj vous êtes un homme, interrompit-elle, vous 
»^ vous appeliez donc Turlupin ? Eh , lai0ez-4â 
.»» votre Turlupin , reprit impatiemment le Prin- 
4* ce^ ne m'en parlez jamais. Je n'en parlerai 
»> plus , dit laPrinceâfe , puifque cela vovts fait de 
SI la peine y cependaoït j'aurois voulu vous dire 
M que Sévère me mené tcheïs lui , afm qu'il m'é- 
» poufe & me faffe Rçine. Quoi , vous allés 
j> vous marier , s'écria Doudou? Oui, ditÂze*- 
-»> rolle i on m'avait dit qu'il n'y avoit que Jiti 
M <i'homme dans le monde ^ j'en itois'bieaaife) 
» mais à préfent .... Achevez, belle AzeKsUe , 
f» achevez , dit le Prince avec une vivacité dont 
» il ne d^èloit point la c^fe y défireriez-^ous 
9> que k: Fée chas^eiit de xéfolution ? Sflcois-je 
9> aflèz hduffeux. • « . Gix^xiDn , répondit la Prin- 
49 ceue ; apparemment tons les homnoes {e jref" 
V iemblent^&celam'eft égal. Ah, voiU:bienles 
» femmes , s'écria le Prince* î once n*a point 
^ trompé y elles font pecÊdes avant même de 
>» connoître la perfidie. Je crois que vous me 
» querellezjdit AzerôUe ? Que vous ai-re fait ?•. Je 
» iferois bieniachée que vous foyez ma^ureuz«« 
. X^udoîL nafliiré par ces jderniecs mocs , fc 



MaDAMS DI VlLLBNBUVl. I39 

inic à genoux comme s*i\ n'y avoic point en de 
Sévère aa monde \ mfais an mouvement que fit 
k Fée , leur perfutda qu'elle âlbit ^'éreiller. Us 
imaginèrent à* la hâte mille moyens de fe revoir j 
qui leur |»rurent tous très-faciles i exécuter. Le 
Prince monta k cheval & s éloigna. ^11 ne faut pat 
être Fée » pour s'appercevoir du plus petit châi^- 

Semem dans le cdeur de ce que 1 on aime. Canà^ 
ine s'apperçnt de fon nouveau malheur un mo^ 
ifnent après l'arrivée du Roi , lequel à la première 
queftion , conta tout de fuite la rencontre d'Aze- 
rolb. U peignit fa beauté , fes grâces , fa naïveté 
ftvec tranfpoct j iliais U ne dit que ce qu'il falloir, 
pour exprimer les fentimens qu'elle lui avoit 
mfpirés. Cet aven fit un effet bien différent fur 
les deux FéesLfiab<méttepleuroitde joie : a voyez 
n le hafard , di(bit*elle \ le pauvre enfant , qu'il 
9> dit bien tout cela! il me femble que c'eft moi. 
n Mais où eft-elle cette petite Axerolle , que 
j# }'aUle te la chercher ? Qu'ils feront heureux , 
*» continua- t'elle en s'àdreffanr à Canadine ! Nous 
1» lès marierons. Je.fuis fure qu'ils ne cefTeront pas 
9» de fe carefier } cda nous réjouira. Tu es donc 
I» bien amimreujc^ajouta-t'elleen fe tournant vers 
f^ le Prince ? viens ^ mon petit moineau , vienis 
*» que te t'embraâè »>. Canadine emportée par 
la |atouue,le dépit & l'indignation, toMdii^ le Roi 
de&r baguette , en difant avec un fourire amer : 
•> renés , Madame , mettez4e donc en cage ce 
it moineau fi chéri 99. La honte fuiyit de près 
l'em^tement de Canadine y elle fe leva avet 
précipitation pour cherclier le malheuîreuîr oifeau, 
& lui rendre {a ^première fprme. Il s'éfoit déjà 
échappé par une fenêtre qu'il av6it trouvée ou- 
verte.X'inftinâ fe joignait' à r«md«r , le condui* 



i^? Madame de Villeneuve. 

i^t à tirô d'ailes dans là foret , où il avoit laîdS 
Azerolle. Il la trouva qui difpucoit avçc la Fée ; 
pour^e point quictet un lieu où elle efpéroic 
de revoit fon Amant. Mais ehân ^contrainte dé 
monter dans le Char de Sévère , elle prit la route 
éa Château inaccéûible. Le Roi Moineau Vy 
jnivit. C'étoit la demeure de Turlupin. Il étoic 
fort jeune quand fon père mourut. La Fée Sé- 
yerela tante fe chargea de fon éducation ^mais 
comme il étoit prodigieufement fot , elle.fentit 
bientôt que l'on n'en pouvoit faire qu'un Prince 
fainéant j cependant elle fe détermina à lui don- 
ner un Royaume j Si ce fut en conféquenc^ de 
cetçe réfolution, qu'elle éleva la PrinceflTe Aze- 
rolle, héritière d'un fort grand État, dans une 
iblitude & une ignorance totale , parce qu'elle 
iavoit que les fecrets de fonartn'étpiençpas fu£- 
fifans, pour voiler les défauts de Turlupin j fie 
que pour engager laPrincçfle à l'époufer, il fal- 
loir la priver des moyens de compataiibitl , feule 
arbitre de la valeur des chofes. .. * 

En approchant du Château , elles virent Tur- 
lupin qui preiloit le.divertiiïement de balayer 
ia cour. Quoiqu'il attendît les Dames ^ il fut 
ttès-furpris de lés voir j la furprife eft toujours 
le premier mouvement des fôts. Dès que fes yeux 
l'eurent afliiré que c'étoit fa tante qui arrivoit». 
il s'enfuit, en criant de toutes fes forces ,rire:f > 
firei. En même-tems on . entendit une Salve de 
boëtes fi prodigieufement chargées, que la plupart 
crevèrent & bielTerentjde leurs éclats, les Corneil- 
les qui tiroient le Char de la Fée. Ces oifeaux épou- 
vantés s'écartèrent avec fureur , & prenant Ifeur 
fcflbr inégalement, fr^caîferent le Char qui n'étoic 
que de cannes très4egerement travaillées. Se* 

vere 



Madame de VilleheuvI» 141 

Vere & Azerolle fe relevèrent comme elles pu- 
rent y car Turlupiu qui avoir prompcement pa(fô 
un habic & mis une perruque poudrée de la plus 
belle farine de la maifon , pour ne point man- 
quer à fa dignité, les attendoit fur le Perron , 
•n criant « de la joye ^ de laj^e ; n'ayez pas 
» peur. Voilà un beau diverrirfement , lui die 
w la Fée en 'l'abordant. Âh , ah , ma tante , in- 
» terrompit-il en éclatant de rire , vous n cces pas 
>* un bon cheval de trompette , puifque vous 
>» avez peur du bruit. Ce ne fera rien *, divcr* 
n tiflbns-nous ». Quand ils furent arrivés dans 
unfallon magnifique , il s'arrêta ^ &fe tournant 
vers Azerolle, » allons, dit-il, Mademoifelle > 
» vous favez pourquoi vous venez ici j nous fe- 
» rons bientôt familiers enfemble. Commen* 
w çons à bannir les cérémonies ». En mème- 
temsilprit Azerolle par la tête, & l'auroit baifée 
malgré fa réfifta/ice , fans le tendre moineau qui 
étoit entré en mèmetems que la compagnie , & 
qui fondant furie vifage de Turlupin y lui mordit 
une joue de toute fa force , tandis que Sévère > 
déjà de mauvaife humeur de fa chute , perdant 
toute patience , luidonnoitunfouffletfur Tautre. 
>» Bon, bon, dit Turlupin , en fe rapprochant do 
» la Princefle , c'eft qu'elle eft jaloule. Elle vou- 
M droit que je vous ennuyafle avec des compli- 
» mens : par ma foi , ils me donnent la migraine t 
k> tenez , Mademoifelle ,je fuis un bon vivant, 
» qui n'engendre pas la mélancolie > ah ! vous 
w m'aimerez , quand une fois nous • . • Mais xér 
»• pondez-moi donc , dit-il en s'interrompant* 
M Non , Monfieur , répondit Azerolle fans avoir 
» entendu ce qu'il lui difoit. Ah î %'ccria-t'il en 
» ûant plus fore , elle fait la petite fucrée > mais 
Tomeir. Q 



X'4^^ Madame de Villeneuve. 
i> nous verrons , quand je ferai votre mari >f/ 
A ce mot de mari , la PrincefTe qui revoit de 
tout fon cœur à celui qu elle auroit voulu avoir , 
leva les yeux fur Turlupin , Se ne put retenir des 
larmes qui coulèrent en abondance. )> Oh 3 oh » 
>ï dit-il , c'eftbien pire ; venez , venez, Mad. Se* 
»>' vere j je nefçais que dire aux gens quî pleurent. 

« La Fce s'approcha j mais frappée à la vue 
du moineau couché fur Tépaule de la Prin- 
ceflè , auquel jufques-^là elle n'avoir fait aucune 
attention , elle s'arrêta , cherchant à démêler la 
vérité des foupçons que- la force de fon art lui 
faifoit naître fur la mctamorphofe du Prince. Elle 
le coniideroit attentivement , fans s'embarrafler 
des pleurs d'AzeroUe. Le tendre Moineaa > oc- 
cupe uniquement de la douleur de fa Princeffe , 
fe rouloit fur fa gorge, paflbitfonbec autour de 
fon menton, fansfe foncier de Tétoimement de 
Turlupin qui ne cefibit de crieç : »> cela eft ad* 
3> mirable ! on diroit qu'il y entend fineffe. s» 
Lorfque Canadine & Babonette entrèrent , avec 
un bruit qui les tira tous quatre de leurs occu-* 
pations, Severe alla au-devant de feifœurs, qu'elle 
reconnut d'abord j mais Canadine , fans répon- 
dre à fes complimens , s'avança avec précipita- 
tion versleRoi'Moineau« Les carefles qu'il fai- 
foit à fa rivale, n'étoient pas échappées à fon pre- 
mier coup d'œiL >» Ah/ cruel ! s'écria-t'eHe , le 
M moyen le plus fur pour t'arracher aux piaifirs 
» que tu prends , c'eft de te rendre ta première 
» forme »>. En mème-tems elle le toucha de fa 
baguette j 8c le tendre Moineau devint le tendre 
D^doii. 

Les troiv Fées ayant réfolu de tenir con- 
feil , Canadine commença par changer le Prince 
Se la PâncefTe en deux belles ftatues de mar^* 



Madame de V^liinbovï. 145 

bre, pour les empêcher de fe parler pendant lès 
délibérations. Le réfultatfut,quilfalloite(]|^yev 
de détacher ces Amans Tunde l'autre j & pour y 
parvenir^ Canadine leur donna une figure (î hi« 
deofe , qu'il n'y avoir rien de plus laid. Mais la 
conformité de malheurs umlFoit encore plus 
étroitement le Prince & la Princefle. Un troifie^ 
me moyen parut plus efficace : ce fut, en laiflant 
à Doudou la laideur , de rendre à Âzerolle toute 
fa beauté , &: d'y ajouter encore de nouveaux rhar^ 
mes. L'admiration que la beauté d'Azerolle eau- 
foit à Doudou, ne fur pas fi pure , que Ton n'y dé- 
couvrit un mélange de triftefTe , qui déceloit le 
retour de l'amour propre. Ses tranlports étoient 
timides ; fa joie étoit embarraffée j & les remer- 
cîmens qu'il fit à Canadine , tenoient un peu aux 
reproches d*en avoir trop fait. De fon côté , la 
Prmceffe que Canadine avoir placée vis-^à vis 
d'une glace , contente de fa beauté qu'un peu de 
jaloufie lui faifoit comparer a celle de la Fée , 
voulut encore la furpafler dans l'air majeftueux 
de la taille : elle fe tint plus droite ; fon port' 
devint 'plus noble. Elle meta une fierté modefte i 
la tendrefle de fes yeux , dont la comparaifon la 
fatisfit encore. Mais tandis qu'elle jouiffoit de 
fon triomphe , elle pôttoit, fans le favoir , dans le 
cœur de Ion Amant , une première atteinte de 
chagrin , qui fut fuivie de beaucoup d'autres. 

Le Prince avoir trop peu 'de connoiflance deg 
femmes, pour penfer qu'une fimple émulation de 
beauté pftt dérober des momens à l'amour. Azerol- 
le lui parut trop occupée d'elle-même ; il attribua 
las nouveaux agrémens qu'elle ajoutoit à fes char- 
mes , au mépris que fa laideur lui infpiroit. Pour 
cacher U trouble que fes réSejuons répandoienc 



a44 Madame db VtiiMVEvrné 

fur fon vifage ^ il forcic brufquemenc fans écoutée 
Canadine qui vouloit l'en empêcher. d^eroUe , 
que4a vanité ne pouvoir diAiraire long-rems , 
voulur le fuivre j mais elle fut arrêtée par Tur- 
lupin y qui accourut pour lui préfenter un chat « 
qui venoit , difoit-il , de tomber des nues. Ac- 
coutumé à fes platitudes » on ne fit nulle atten- 
tion à fes paroles. La PrincefTe aimoit les chats ^ 
elle ne put fe défendre d'accepter celui-là avec 
empredement. Il valut une révérence de ix)nne 
Çrace à Turlupin , & un rèmercîment dont fa 
iottife fut déconcertée, a Fy donc , Mademoi- 
i> felle , lui dit-il , il n'v a pas de quoi'; vouf jw:e- 
9» nez les chofes trop férieufement.. Enfin fûeft 
ii à vous^ vous en ferez des choux, des raves} il ne 
» me coûte rien». Quoiqu'AzeroUe fut enchan- 
tée de pofTéder cet animal ^ le plus beau de foa 
efpece , elle n oublia pas que le Prince l'avoir 

2[uittée avec chagrin. Elle partit comme un 
clair ^ tenant le chat dans fes bras , qu'elle ca- 
reïlbit chemin faifant , & courut par-tout où elle 
crut pouvoir trouver fon Amant affligé. Ce chat 
entroit pour beaucoup dans les defleins de Ca*- 
nadine y elle refta fort furprife du peu de diftrac* 
cion qu'il avoit caufé à la Princeue. Turlupin » 
fans lavoir pourquoi , en fut encore plus étonné. 
»> Mais . .-. mais • . . m^is y Madame ^ s'écria- 
9> t*il y elle emporte mon chat ». 

, Cependant Azerolle, après avoir parcouru inu- 
tilement tous les endroits du jardin où fon Amant 
avoit coutume de fe promener,rapperçut gnfinaâis 
fur le bord d'un canal d'eau vive,qui bornoit un des 
cotés de ce vafte enclos. 11 avoit le vifage appuya 
fur fes mains , dans l'attitude d'un homme qui rêve 
triftement. Azerolle rallehtic fa courfe â mefure 



MaDAMS 01 VlILENBUVl. 145 

fu^elle amrochoit^ fa démarche écoic fi légère, 
ca'elie arriva fort près de lui,fans qu'il Tapperçût. 
Elle le tirade fa rêverie, en lui donnant fur les 
mains deux ou trois petits cdups de la patte dç 
fon chat. Uefprit de Doudou avoit dans ce mo- 
ment-là (î peu de difpofition à la eaieté , que cet 
innocent badinage lui donna de Thumeur contre 
le chat. Il le repouffa vivement , & reprocha cette 
plaifanterie à la Princeife avec tant d'aigreuj , 

2u*étonnée d'une façon de parler fi nouvelle , 
He crut que les griffes de l'animal Tavoient blelfé. 
Elle lui en fit de tendres excufes y mais ce Prin- 
ce fans y répondre, s'expliqua tout de fuite fur 
le mépris qu'il avoit cru remarquer dans fes yeux. 
L'ingénue Azerolle fe juftifia avec tant de can- 
deur, que le raccommodement fuivit de près l'ex- 
Elication. Cependant cette première querelle fut 
ien-tôt fuivie d'une féconde j & Doudou arra- 
chant brufquement le chat des mains d'Âzerolle» 
alloit le jetterdaiisle canal, lorfqu'il s'échappa 
& devint un jeune honune d\me figure telle 
qu'on la prend, quand on peut choifir , & d'une 
beauté égale à celle d^AzeroUe. C'étoit le génie 
Zumio que fon amour pour Canadine rendoit 
depuis long-tems malheureux. Cette Fée voulue 
s'en fervir dans cette occafion , pour infpirer de 
la jaloufie i Doudou. Elle y réufilt fans peine. 
Zumio employoir tous {qs foins auprès de la 
Princeflê , & lui perfuadoitqu'ea feignant d'y ré- 
pondre y elle rameneroit plus facilement à elle 
fon Amant. Le génie l'engagea mêmeàpouflerla 
feinte jufqu'à vouloir l'époufer. Tout etoit prêt 
pour la cérémonie i & Zumio , dont le bonheuc 
étoit attaché à rendre volage une Amante fidèle y 
iQuchoit au moment heureux , lorfque Turlupia» 

Qiij 



t46 Madami m VinENBinrE. 
qui éroit çntré dans le Laboratoire d'une des Fccs » 
^ qui, d'un mélange de compofitions, avoit formé 
tin flambeau magioue, parut tout-à-coup dans Taf- 
fefnblce , 8c porta la lumière dans tous les cœuts. 
Doudou vit fa Princefle telle qu elle étoit, c'eft-à- 
dire ^ fidelle & tendre. AzeroUe apperçut un 
traître dans Zumio ; Se pour dernier dénouement , 
la Fce Souveraine s'étant montrée auflî-tôt, voulue 
qu' AzeroUe & Doudou fufTent unis à jamais. 

Ce Conte , Madame ^ çQ: une bagatelle y mais 
la plume de l'Auteur a fçu la rendre agréable Sc 
intérertante. 

Je fuis, &c. 




Madame di Villinîvvi. 147 



LETTRE XVI. 



v< 



O I c I encore , Madame , un Roman de Le Beto- 
^ffadame de Villeneuve , le Bcaurfrcrc fuppofé ^ frcrc fup-, 
en quatre parties. Vous y verrez avec horreur , P^^^» 
tout ce qu'une femme , & pour dire encore plus , 
une Italienne ambitiçufe, vindicative & jaloufe> 
eft capable d'exécuter. 

Dans les Colonies que le feu Duc d'Orléans , 
Régent du Royaume , fit çmbarquer pour le 
Miffiflipi , le nombre des hommes étant plus 
grand que celui des femmes , on fut oblige de 
prendre de celles-ci dans les maifons de force. 
Le Cheyalier de Morfan eut k conduite d'un bâ- 
timent chargé de cette galante marchandife j & il 
ne fut pas plutôt en mer, que le Chirurgien & 
l'Âumonier du vaiiTeau lui donnèrent avis,qu'une 
4es filles étoit en danger de perdre la vie par le 
plus violent défefpoir. 11 n étoit pas furprenant 
qu'un grand nombre de ces créatures fuflent très-» 
affligées de faire un pareil voyage j c'eft ce qui 
empêcha le Chevalier de faire attention àce qu'on 
lui rapportoit > mais Madame de Morfan y fa 
Belle-foBur , qu'il conduifoit à S. Dbmingue , té- 
moigna quelque curioiîté de voir cette perfonne. 
Ils defcendirent à fond-de-cale, & trouvèrent en 
etfetune jeune fille ,de la plus jolie figure du 
monde , le défelpérant de la manière la plus too» 
chante , & refulant toute efpece de confolation 
& de fecours. Le Capitaine , naturellement peu 
fenfible , traita cette fille aflTez durement , ne dou- 
. unt point qu elle ne fut ce qu'elle paroifloit être ^^ 

Qiv 



14* MaBAUE t>l VllLENf rvK. 

& U menaça mtme de la fjire puoix» ûelle pe^ 
fiftcic i s'abjLndofinet i I2 dculeur. ^'Luiaine de 
MoriansV prie tout autrement ^ &hc cranfp^ctec 
dans la chambre la malheur eufe qui loi inipiroïc 
tant de piné. Elle vint a boot de lui faire prendre 
quelque nourriture , & n*oublia rien de cooc ce 
qui pouvoir adoucir la rigueur de fca Icit. Dans 
ce moment le Chevalier parut : » eh bien, ta belle, 
» lui dit-il en fouriant , avez-voas encore envie 
^ de mourir ? Ma foi , vous feriez mal ; & ce 
» feroir don^mage^carvousiètes ti ^lis gsntiKe 
* de toure ta c-rgaifon «• L'air tamiliier & uns 
fa<^oadont le Chevalier parloir , Èz connoitrea 
ttcte jeune perlonne , le peu d'etkime quTil avoît 
peur eiie; ce qui lui te baiiîèr les yeux en fca- 
cillant, & Pobltgei a répandre quelques larmes» 
La C0BIK& s'en appercut ; & craiguacc de ia voir 
lecomber dansun nouvel aocidenc , elle te pceââ 
dTiztterroicpre le Chevalier , & hu dica^ei bas, 

Îbe cette ;<Kine perâstne fe difuacdi^ coadtcioQ, 
avoit peut-être tect de la ciaicer avec ranr de 
srépds» t&r ^^il ctoi: ^ propos de sVfffMvig de la 
veiiK^ par le r^cir ie ûs aveBa3re&. 

Ce r£cic> Maiocie « ei: Lapustie du Rcas^n t» 
fhzs tDicnr^iîanae^ &: lur bqoelle ceuleac cous tes 
ancres évefiemecj. >^ Mcn pere> die TiBCCHUDe, 
^ ep^icCherVElcidre^jcs'ippeOoir LeBscoct^ 
ir MakooT^ IL eut^ u pcesûere aanéede ânt ms- 
« aa|j;^^«ne£2e,iiicnaia<e.Jeaaquss cbi^a^ 
» apois» & hi5 reçse ccsime iî de ma ga>tlfcHce 
tt CBC dqvendalatidiijcb^ c:ux a qui jedevrâ 
m Eavie^ ie ienas lobiec ies eaipce£fla»£QS if^ 
m «Ci2rI«£aKiue3pàrexcepciciitieasit«x?;kfeà« 
» iKseca&cp^cseches euemaièfirev^pt «ft 



Madame db Villeneuve. if^ 

» point rhorreur que je lui infoirois ; foit qu'elle 
» prie fafource dans la jaloune, ou qu'ayant cru 

► devoir être toujours unique , elle s'offençât 

> de robftacle que je mettois à cette qualité. 
J'avois quinze ans , lorfqu'une ancienne amie 
de ma mère vint à Paris. C'étoit la Comteflfe 
Boreli , avec le Comte fon'fils, d'une des plus 
illuftres Maifons de Florence. Voulant refler- 
rer les liens de l'amitié qui l'uniflbient à ma 
mère, elle lui demanda, pourfon fils, ime de 
Tes filles en mariage. Le Comte étoit toujours 
avec nous } il avoit de l'efprit , étoit bien fait , 
& on lui avoit donné toute l'éducation qui con- 
venoitàun homme defon rang ; mais le mal- 
heur voulut que, fuivant le torrent , il me pré- 
férât à mon aînée , & que je fufle aflez infor- 
tunée pour lui plaire. Je relTentois pour lui une 
horreur invincible, fans en favoir la raifon ; 
& quand mon père , preflTé par la Comtefle , 
me fit U propontion de cette alliance , je me 
jettai toute en larmes à fes pieds , & le conju- 
rai de ne me point contraindre à lui obéir. II 
me le promit; & quelques jours après , il fie 
part de mesfentimensà la Comteiïe. 11 ajouta 
qu'il étoit au défefpoir , qu'elle & fon fils ne 
fe fuflènt pas plutôt déterminés en faveur de 
mon aînée , qui , plus âgée , & par conféquent 
plus raifonnable , auroit fans doute mieux ré- 
pondu à l'honneur qu'elle nous vouloit faire. 
» Madame Boreli , dont la plus forte paflîon 
étoit de voir fon fils marié à la fille de fon amie, 
s'appaifa un peu par cette offre; elle en fit part 
à ion fils , qui accepta l'échange fans balancer. 
Ma fœur n'avoit pas plus de goût que moi , 
pour l'époux qui lui itoït offert ; cependant 



15 û Madame de Villeniuvi.' 

n elle fe rendit: aux foUicicacions de mon père. 
» Le mariage fat conclu peu de jours après. 
» Quant aux époux , quoiqu'ils fuflfent les plus in- 
« téreffes, c'étoient eux qui témoignoient le plus 
s> d'indififérence pour cet événement. 
■ » Au bout de quelques jours, Boreli parla de par- 
» tir pour Paris. Sa mère qui , par le contrat de ma- 
» riage, s'étoit dépouillée de fes biens en faveur 
>a de cette alliance , & qui n'attendoit que le mo- 
5» ment d'en mettre fon fils en poflfeflion , pour 
» fe retirer dans un Couvent, ne s'opjxffa point 
>> à cet emprefTement. Boreli fe joignit à ma 
» fœur & à fa mère , pourfoiliciter mon père de 
»> la conduire dans fon nouvel établiflement. Il 
y? ne crut pas pouvoir refufer honnêtement ce 
>) qu'ils lui demandoient , & partit avec eux, fans 
» que ma mère ,'àqui il promit d'être de retour 
» dans quinze jours , fongeât à s'y oppofer. Des 
'» affaires de la dernière importance exigeant 
» alors la préfence de l'un des deux à Malcour > 
» elle ne put être du voyage, 

w Le départ de ma fœur rut fuivi de peu de re- 
» grets ; mais l'abfence de mon père m'empêchoit 
» de goûter parfaitement le bonheur dont je cona- 
» mençois a me flatter. Les 1 5 jours qu'il avoir 
99 prefcrits à fon voyage,étoient déjà pafl^s &beau- 
n coup d'autres encore, fans qu'il parlât de revenir, 
M Ma mère s'en impatientoit , quoiqu'elle reçût 
j> fouvent de fes nouvelles, & qu'il lui promît un 
i> prompt retour. Il s'écoula deux mois de cette 
5> forte , où il lui faifoit entendre qu'ayant cjuel- 
» ques affaires à Paris , il les vouloir terminer ; 
}y mais la vraie ràifon de fon retardement étoit 
?> une maladie de langueur , qui le mit bien-tôt 
w au tombeau. Ma taere & moi nous partîmes 



MaOAMB D1 ViLLENEUTl. 25 I 

>i pour Paris ; hoos eûmes le chagrin de le voir 
» mourir , & moi celui de voir ma mère ne 
« pouvoir furvivre à fa perte. Boreli n'avoit pas 
»» peu contribué 4 la mort de mon père , par la 
>> manière donc il fe comportoit par les confeils 
» d'une Italienne , nommée Inès , qui étoit dans 
^ fa maifon , dès le vivant du vieux Comte 
a Boreli , fon père. Elle lui avoit fervi de duègne , 
» ôc depuis , de gouvernante à fon fils , polir qui 
» elle témoignoit une extrême affection. Cette 
« femme toute puiiTante fur i'efprit du Comte^ 
» n'avoit témoigné ni refpeâ , ni complaifance 
^ pour Madame Boreli dans le peu de tems 
>» qu'elle demeura à Paris j ic c'ctoit elle qui 
» avoit poufTé Boreli à faire éprouver à fa mère 
» une fi grande indignité. 

» Ma mère fut enterrée dans un Couvent de 
^ Religieufes où j'avois deux tantes ^ & je voulue 
n affiliera cette trifte cérémonie , après laquelle 
'> je refufai de fuivre M. Boreli , qui vint pour 
»> nous reprendre, ma fœur Se moi , dans fon ca- 
>» rofTe. Malgré fes repréfentations & celles de la 
»» ComteiTe, je voulus demeurer avec mes tantes. 
41 U y avoit déjà trois femaines quej'étois en cette 
»» retraite , lorfque le Comte & fa temme vinrent 
»> m'y voir* Il me dirent,en préfence des Religieu- 
*^ fes qui ne me quittoient point,qu^il étoit abfolu^ 
9x ment nécfelTaire que je mTe un voyage avec eux 
^ au Château de Malcour pour y régler 1 état de 
» nos affaires. Je ne me rendis point d'abord à cet- 
M cepropofition^ mais mes tantes m'y détermine- 
>* rent. Quand le fatal moment de monter en 
Mû carofTe fut venu , ^'embrafTai ces Dames avec 
s^ les témoignages de la douleur la plus vive i 



15^ MaBAMB SB ViLLBNfiUYf. 

>» j'avois toutes les peines du monde aies quitter; 
>' &iime fembloit que je ne les devois jamais 
» revoir. Je me trouvai dans ce caroiTe , feule 
>» avec ma four & fon niari , ma femme-de- 
» chambre ayant été , à ce qu'ils me dirent , 
» mifedans un autre, avec les femmes de Ma- 
M dame Boreli. Il me fembloit voir briller , dans 
» les regards de ma fœur,une indignation qui 
3» me faifoir trembler. Nous arrivâmes à la dînée 
ij où je fus un peu furprife de ne point voir nos 
»> femmes j on me dit quelles avoient pris une 
» autre route, & qu'elles nous rejoindroient. Je 
» o>e contentai de cette réponfe i mais enfin nous 
w vàyant arrivés & entrés dans un Château qui 
» m'étoit inconnu , j'en demandai la raiibn au 
»y Comte. Nous n'irons pas plus loin , me répon- 
» dit-il j & nous voici précifément ou nous 
» avions deflein d'aller. Il ne faut pas que vous 
» m'en vouliez du mal, ajouta-t'il en fouriant , 
y* d'un air fatisfait devoir mon trouble j ce re- 
» tardememnefera pas long^& dans peu vous 
»> ferez où vous defirez d'être. Un coup de poi- 
» gnard nem auroit pas plus effrayée & plus fur- 
» prife, que je le fus â cette nouvelle. Tous mes 
»> foupçons & mes allarmes fe ranimèrent. 

» Je me voyois au pouvoir de l'homme dii 
»> monde que je craignois le plus ^ & je ne doutai 
» plus de ma perte, je demandai en tremblant, où 
» étoit ma femme-de-chambre. Il me répondit 
» qu'il étoit tems d'avouer , que n'ayant pas en- 
»> cote hubité cette roaifon , il n'avoit pas de 
» quoi loger beaucoup de domeftiques, & qu'elle 
» ctoit reftée à Paris à l'Hôtel , en attendant 
3> qu'elle vînt nqus ttoaver à MalcQur^ que ceU 
t> ne devoit pas m mquiéter , parce que je fe? 



M AD AMS DI VxiLSNl VVl. 2 5 J 

h rois auffi bien fervie par une NégrefTe fort 
» adroite » au Inès avoit amenée d'Italie. A ce 
9> nom de NegrefTe, & le titre d'appartenir à Inès » 
P je fus abfolumenc convaincue de ma trifte 
^ deftmée. Je pafTai une nuit affireufe ; mon 
i> tourment fut tel, qu'il me caufa la fièvre ; Se 
n quand la NégrelTe , qui après m'avoir couchée > 
n m'avoit enfermée dans ma chambre , vint la 
» rouvrir y & fe préfenta pour m'habiller , Je ne 
» fus pas en état de me lever. Elle en informa 
n Monfieur & Madame Boreli, qui parurent un 
99 moment après , & me témoignèrent la peine 
19 que leur caufoit mon mal. On envoya cher- 
•9 cher le Chirurgien & le Médecin du vilkgej 
99 ils vinrent^ & fur la parole de leur Seigneur , 
99 ils me jugèrent à l'extrémité. 

a» Le Médecin ne me fm>pofa pas moins que le 
99 pourpre , & là-delfus ordonna de fermer promp- 
.99 tement pones & fenêtres. 11 fut décidé que per- 
» fonne n'entreroit chez moi, excepté la Négrefle. 
99 Ma foetir & le Comte s'enfuirent audi-tôt. Mon 
99 eâroi augmenta encore à l'afpeâ du Curé du vil- 
99 lage, qui me dit , en me parlant de loin,qu'étant 
99 prefque défefpérée , je ne devois pas tarder à 
99 mettre ordre i ma confcience , & à me difpofer 
99 à mourir en bonne chrétienne. Il m'obligea â 
99 recevoir l'Extrcme-Ondion , à quoi je ne ré- 
99 fîftai pas y voyant^ que je n'avois plus rien â 
9» faire oans le monde. Je m'attendois àtoutmo- 
99 ment, que l'on alloit venir m'enchaffer ; & je^ 
99 m'accoutumai à cette idée avec tant de tran- 
99 quillité , qu'elle me rendit la fanté. La fièvre 
99 m'abandonna ) & dans peu de jours j'aurois été 
*• en état de quitter ia chambre , s'il me l'eût été 
» permis 3 mais j'étois toujours renfe,rmée avec 



±54 Madame db Villcneuvc. 

» la même exactitude , n'ayant perfonne à qui 
» parler que la NogrelTe, qui ne le prcfentoit que 
)> pour faire mon ht , me donner de la nourri- 
9» ture y & emporter la bougie , faifant prefque 
» toujours le tout fans parler. Un foir je lui vis 
» un vifage plus ouvert ôc plus eai que de cou« 
9> tume , je la queftionnai y elle plaignit ition 
»> fort , & me dit que le Comte & la Comtefle 
») étant abfens , il étoit dans fa difpofition de 
» me donner un peu plus de liberté , & que Ci 
» je voulois faire un tour dans le jardin, elle m'y 
»> conduiroit à rinftant. 

» Quoique j'eufle toutes fortes deraifonsde me 
iy défier d'elle , rimpoflîbilité de m'échapper lorf- 
t> qu'on voudroit m*immoler,& l'envie de prendre 
» Tair^me j)orterent à la fuivre. Nous descendîmes 
» fans bruit au jardin j Se comme li elle eut voulu 
M féconder mes intentions,elle me dit qu'elle avoit 
>» oublié la clef de la porte de ma chambre, & que 
» je n'avoisqu'à aller l'attendre contreune porte 
» du Parc qu'elle me montra. Je courus à cette 
» porte, croyant toucher au moment de ma liber- 
ï» té i & la trouvant ouverte, jefortis avec prccî* 
» pitation fans attendre la Négrefle. Quatre nom- 
j> mes qui étoient couches dans l'herbe, des deux 
» côtés de la porte, me voyant paroître, fe leve- 
» rent &me faifirent , avant que j'eufTe fait dit 
» pas. Ils méprirent entre leurs bras, malgré mes 
» cris , & me portèrent dans une charette cou- 
n verte , cachée derrière un angle du mur. Il y 
» en avoit deux remplies de filles. Je pouflai des 
» cris affireut , & fis des efforts extrêmes pour me 
>» jetter en bas; mais un homme à cheval qui étoit 
9 accompagné de plufieurs autres que je li'ayoiS 
» point vus, s'étaat approché d£ nous : qu'eft-c^ 



Madame de Villeneuve. i ^ f 

I» 'donc ? Que prétend cette harpie ? dit*il d'un 
*> ton haut & brutal. Je penfe <ju*elle veut être re- 
)} belle. Allons , pouriuivit-il en jurant horrU 
)t blement, qu'on la lie^ peut-être qu'alors elle 
» ne fera pas fi méchante. Cet ordre fut exécuté 
»i à rinftant^ & voyant que je continuois à crier, 
M il me menaça de me faire mettre un bailloa 
n  la bouche. Je voulus lui repréfenter le tore 
»> qu'il avoir d'ofer traiter de la forte une fille 
» comme moi y & lui expliquer mon aventure } 
9i mais fans vouloir m'écouter ^ bon , bon , in- 
99 terrompit-il , je fçais cette«hi(loire par coeur ; 
» & je n'aurois jamais fait, ii je voulois prendre 
99 la peine d écouter toutes lesjiielles qui foiit-lâsi. 
C'eftainfi, Madame, que l'infortunée Made-* 
moifelle de Malcour fut embarquée avec un tas 
de créamres, pour aller peupler le Miiliilipi. Le 
Chevalier de Morfan Se fa Belle-fœur affurerenc 
la malade de leur proteâion ; & lorfque le Ca- 

fûtaine eut déchargé fa marchandife au lieu de 
a deilination , il reprit la route de France avec 
Madame de Morfan Se Mademcifelle de Mal- 
cour , dont les charmes avoient agi puiiïàmmenc 
fur fon cœur. 

Il faut que vous fâchiez , Madame , que le 
Chevalier ayanç voulu dérober à l'équipage de 
fon vai(reau,le retour d'une des filles confiées dfcs 
foins, avoir feint qu'elle étoit morte dans la tra- 
verfée, &avoit pris fon Extrait-Mortuaire des 
mains de l'Ecrivaiii , fous le nom de Marie 
Dubois. Cette Marie Dubois étcrit une femme- 
de-chambre de la Comtefle Boreli, à laquelle elle 
avoir fait un vol de pierreries y Se ç'avoit été fous 
le nom de cette femme , que le Comte avoit fait 
f arâler fa Belle-f<sur. Le Chevalier , homme 



Ijtf MaSA3X£ di Villsnzctz. 

îTinc , cotnine le lonî les zens de mer , ae mift* 
C^Li U2S a aller renire viuce aa Comce Jc à U 
Cjmceifâ Soreli, peur Tcriser plus pzitLadlére-' 
meor ce qu'il sroic appris de NLzdemciieile d? 
Malcoor j il Li die morre , 3c tbcnii: l'ExTriii- 
maciaaire qu'il aToic fiic lever vzz Le voiîêaii ^ 
suis il tue la d;ipe de ia fobcLi:: de Llcalieii » 
crcifaii perfoada qae la c==rfoniifr ioQC il pirloi: , 
C2JÏZ TcrÎLïblemexic la tetnine-ds-c ■"•: mhce cîe la 
Ce rcrsiîê , & qœ c'rrrâc ane pzcc^ qa aveic ¥OcI-a 
leoriaoer, xrazii qaede moarir , i:^:re zncaunre 
i;Iarie Dubois , en idarpanr le ::Lc:n <{e \Ld^- 
cnaiieLÎe <ie Malcoor. La-de^oj , il ir ap|reller 
irs LgrwK poor aKe;câr an Câriiiin'ê , que !a 
i-ner -iê îeor MaiDrettc crci: rzcrre ca pctcpri a 
Ll j.irnpgsBe , Se qc'elîe a»ci: cr^ cncence dans îe 
rr J.T.e- CocETeiir ,ou iaToienr cit, pea di cèms 
a-TTiriTini: , îcn pece i: ù. œri. 

?ocr ijo J::rer esaccce a c=s prîrrt* , î' ce z-itiiii Is 
Ci^Tiiisr m CocvcTxcijci il piilji:- i: Lii £: "cïr 
il icp^rjsTc ii MLe. de Matcr-jr , arec L Iiù"- 

r.-t2 , l'fs crialiiis i: ie pocr c= ta dmci. H âc 

zLz.zc-it'SLiÀiiz^iîzLt^z Malcjcr itcL: «i en- 
ct::i. Jjjzj Lier E^liiV Tin: i* p:='-' =s, fn ap- 
riz^z^z^À caapraincmre* ^-iin^^xezii ie GLera- 

•i . 21Z z^açssi prcr ne «■; îc qs: pirMcô£r 3î ni^- 
z.z=f: cz.'i i-î* -n-iTcis , zr:hz Xusascicifciîe ce 
---i-rrc: .^rciaftî- :^ z-v^iz lai: • 2'rdq::'"it li recd 
i:i: 2CŒ TïLÏeaa ; il I:2i cxiTëi— i. - «: jj t Les lîizse^ 
S^Tt^ôadiitçnsss , £"£liw îzlVâilir tiques Paris 
iia ÉoŒseâc i& iaspwai^rîs* U ii r-T-^-Tg le téciz 
deceçaiiaicÎEJgçca ic v- ij:: :V:i :V*iç; sai^ 



Madame de Vh.lbkeuvBa iy:fj^ 

Madetnoifelle de Malcoar lai ayant dcmanjdé 
en grâce de la conduire au Couvent , il s'y ren- 
dit avec elle Se laCotntefle. Lafurprifej la frayeuç,. 
•lu joie furent extrêmes parmi les Religieofes , i 
' la vue d'une perfonne qui leur étôit fi chère , 
<9t dont elles avoient pleuré la mort. Les tantes, 
fur-tout de Mademoilelle de Malcour étoient ra-. 
vies de cette efpece de réfufreiftion fubite. Au-, 
cune ne la méconnut 5 & fur le récit qu'elle leur 
fit de fes aventures , elles ne doutoieuc point 
d'avoir rendu les honneurs funèbres à unie bûche 
à la place de Mademoifelle de Malcour. Toutes, 
d'une voix, prièrent leur Supérieure de vérifier la 
chofe,& de. faire exhumer le cercueil. Tandis 
qu'on alloit chercher des valets, pour l'ouverture 
de la fofle j la Supérieure dit qu elle croy oit qu'il 
feroit à propos d'en rendre témoin M. Boreîi & fa 
femme , & qu'il falloir les envoyer quérir , fans 
dire ce qu'on leur vouloit j ce qui rut exécuté à l'inf- 
tanr. Us vinrent aulïi-tôt 5 & ayant été priés, par la 
Supérieure , de pafler dans l'Eglife , il éft impolîî- 
ble d'exprimer quel fut leur étonnement , quand, 
lepremier objet qui les frappa, fut Mademoifellè 
de Malcour au milieu de la Communauté. 

Madame Boreli entra la première, & fit un cri 
terrible en l'appercevant, jufte Ciell que vois-je^ 
s'écria-t'elle ? Elle voulut fuir , en difant ces mots }. 
mais les jambes lui mailquant j elle ne put taira" 
un pas i & l'on fut oblige de la foutenir. fiorel^ 
ne rut pas moins étonné j mais la diflîmulation 
lui étant plus familière , il fè remit prompte-^ 
ment; je ne fuis point furpris , dit-il , de l'état 
où la vue de Madame a jette Madame Boreli 5 cac 
je conviens qu'il n'y a point de refifemblance plus 
parfaite, que celle qu'elle a avec feus Mademoir 
Tome JK tl 



i5"y MaiJàm» m VrttEWÉtJtt. 

Me de Malcour. C'eft pour la vérifier &iti&6* 
mém,réptit cette Dertioifelle , qu'on vous a fait 
pilier de vous trouver à Touvérture de fa tombe; 
Je f^rai ravie de voir juger en votf e préfence , fî 
là conformité de mes traits avec ceiix de la dé- 
fiihte èfl telle^ cjtie vous-même le dites. En même* 
tenis les Ouvriers , qui étoient prêts, commence* 
ren*, è un fighe que leur fit la PtieUre , a y tra- 
vidtfer en toute diligence. Boreli voulut s'y op- 
ji^ofer en difatit que, pour une fantaifie femblable, 
rf n'étoit pas permis de troubler le repos des 
morts. Je fui^ perfuadé, lui dit le Chevalier, d'un 
ton- de menace & d'autorité , quoiqu'il eût l'air 
railleur , que feiie Mademoifelle de Malcour , 
qui eft fous cette tombe , eft de trop bon efprit , 
[Jour n'erre ^as contente de paroître en fi bonne 
compagnie i & que le repos dont elle jouit , fer* 
agréablement ttoublé par cette aârion. 

Cependant les Ouvriers alloient leur train ; & 
Bientôt le cercueil fut découvertjmais au lieu de la 
bûche que Ton avoit compté y trouver , on vit ef- 
fetStivément un corps humain, fans qu'il fût pof- 
fîblê de fe méprendre aux traits , puifque c'etoit 
une Néerefle. Elle étoit fi peu défigurée, que Ma- 
demoifelle de Makout s'écria en la voyant , 
hélas ! c'eft la Négrefle qui riie fervoit dans Ina 
prifon y apparemment qu'on lui a été la vie , 
pour l'empccher de dire ce qu'on avoit fait de 
inoi. Toute Taudacè de Boreli ne put teriir à 
tette découverte ; & fa confu^on manifefta fôn 
crime. Pbur fa femme , elle h*avoit pas âffeifté fi 
long^tettis l*efprit fbrt ; & Voyant qu'elle ne pou- 
vait f\lir ni empêcher ce qui s'alloit palfer, elU 
avoir eu recours aux hrmes & aux fanglots. Cet 
affrettx fpetftaclc indignant tout le monde contre 



MaÔAmË ÔE VitLÈNÈÙVÉ. 15 J 

îèût y pérfonnene les plaignoit. Il n'y eut pas jus- 
qu'aux valets, qui avoient creufc la terre, qui ne 
criaflTeftt tout haut, <ju*une telle perfidie mcritoic 
punition publique. Le Chevalier fur-tout ctoit 
cranfporté de fureur , & vouloit immoler fur-le- 
diamp le perfide Boreli ^ mais fa femme s'étanc 
jettée aux pieds de Mademoifelle de Malcour ^ 
obtint que cette affaire demeureroit fecrette , 
«près que Boreli auroit figné l'a^e qui contieii-^ 
droit tout ce qui s'ctoit palïî. 

Mad. Boreli mourut peu de tenis aprè^ cette aven* 
ture , féparée juridiquement de fon mari ; & Mlle 
tie Maicour étoit demeurée avec fes tantes , en 
attendant la reftitution de fes biens, La recon- 
hoiflance ailoit la faire pencher en faveur du 
Chevalier qui lui offrit fa main , lorfque le ha- 
fard lui fit rehcohtrer le Marquis de Manteuil > 
À qui Monfieur & Madame de Malcôur avoient 
vu deflein de l'unir. Elle connoiflbit & aimoit 
ce Marquis j mais elle le croyoit infidèle & marié > 
fur la parole de Boreli. Détrompée tout-à-coup 
de fon erreur , elle fe trouva dans le plus grand 
embarras , ne voulant pas d'un côté parbître in* 
grate envers le Chevalier de Morfan , Sc de l'au^ 
cre ne pouvant & ne voulant pas obliger le Mar- 
quis à renoncer à fei anciennes prétentions. 

Dans ces entrefaites, elle fit un voyage avec Mad* 
de Morfan, Au milieu de la route , des incon-' 
nus armés de toutes pièces, arrêtent l'équipage, 
ea font descendre Madame de Morfan, qu*ils* 
lient à un arbre, & emmènent Mademoifelle de 
Malcour qui reconnoît l'infâme Boreli pour le 
Chef de fes Raviffeurs. C'en étoit fait d elle , fi 
le Chevalier de Morfan , dont le carolfe avoir 
fuivi de près celui de la Comtelfe , ne fe fût hâté' 

Rij 



2tf# Madame de Villeneuve. 

furies avis de fa Belle-fœur qu'il rencontra, cîd 
courir après Boreli. 11 le joignit , Tarracha du 
carofle, & Tctendit fur la poufliere d'une blefliire 
mortelle. On tranfporta le bleflé au Château de 
Madame de Morfan ; & Ton alloit informer la 
Juftice de ce qui venoit d'arriver , lorfque Ma- 
dame Boreli la mère , informée du danger de 
fon fils , accourut implorer la clémence du Che- 
valier. La compagnie fe laifTa fléchir d'autant 
plus aifément , qu'on fçut que le lâche Italien 
ctoit fur le point d'expirer. Avant fa mort , il fit 
venir le Notaire & le Curé de l'endroit, auxquels 
il remit une caflTette qu'il tenoit de fa chère Inès y 
qui étoit morte depuis quelques mois. On en fit 
l'ouverture , dès qu'il eut rendu les derniers fou- 
pirs. Entr'autres Pièces qu'elle renfermoit, il fe 
trouva un mémoire écrit de la main d'Inès , in* 
titulé. Mémoire de ma vie. C'eft un tiflii d'hor- 
reurs & de crimes. Le père d'Inès , fameux Apo- 
thicaire de Florence , avoir pouffé la funefte 
fcience des poifons au point , que leurs effets ne 
laifïbient aucunes traces qui puifent les faire re- 
connoître. Il s'en étoit fervi d'abord pour fe dé- 
fiaure de fes ennemis \ Se puis il les vendoit à prix 
d'argent aux ambitieux , aux vindicatifs , aux 
maris jaloux. Un d'eux fe repentit d'avoir em- 

Cifonné fa femme , & livra l'Apothicaire entre 
mains des Magiftrats , qui le condamnèrent 
au dernier fupplice , & en rendirent témoin la 
feune Inès fa nlle , pour lui fervir d'inftru£kioii. 
Inès fut mife enfuite à l'Hôpital , d'où elle fut 
tirée par Madame Boreli, Ayeiile du Comte , la- 
quelle étoit prête à retourner en France , où : 
elle avoir de grands biens. Inès fe fit aimer du 
fils de fa maîtreffe j & ne prétendant à rien moins 



Madame de Villeneuvi^ i6i 

u*à l'cpoufer , elle fit ufage des funeftes fecrets 
e fon père , pour fe délivrer du père & de la 
mère de fon Amant. Celui-ci cependant , tout 
amoureux qu'il croît, ne put diflimuler à Inès, que 
le genre de mort de l'Apothicaire de FloBence 
feroit un obftacle éternel a leur mariage ; il prit 
une femme en France , comme avoir fait fon père, 
& lui donna, pour furveillante, cette Inès qu il ai- 
moit toujours. Cette fille & Madame Boreli de- 
vinrent grolfes prefqu'en- mème-tems j ce fut ce 
Îui garantit la Comtefle des breuvages de fa 
)uegne y parce qu elle fit jurer au Comte , qu'il 
reconnoîtroit pour fou enfant légitime , celui 
qu elle mettroit au monde , au préjudice de l'en- 
fant de fa maîtreffe. Inès fit adroitement l'échan- 
ge y & plufi^eucs années après , le véritable fils de 
la Comtefle fut élevé dans la maifon paternelle, 
comme fils d'Inès & fous le nom de Don Anto- 
nio , tandis qae le fils de. cette Médée avoit le 
titre & le nom de fes maîtres.. 
Don Antonio laiffbit voir le caractère le plus ai- 
mablej'mais il n'en étoit pas ainfi du Comte Boreli, 
dont lesmauvaifes inclinations fe manifeftoient en 
toutes rencontres. Le Comte fon père , dont l'âge 
avoit amorti la paflîon pour Inès , fe repentoic 
de la foiblefle qu'il avoit eue pour cette femme ; 
à quoi contribuoit encore l'extrême différence 
qu'il voyoit dans les carafteres de fes deux en- 
t.ms. Il prit enfin la réfolurion de rendre jufticê 
aa malheureux Antonio. Pour cet effet , il ra- 
mafla fecrettement toutes les pièces les. plus au- 
thentiq|ies qui dévoient ferviràcette reconndif- 
fance , & les joignit à fon. teftameat dont il 
avoit fait plufieurs copies. A la veille d'envoyer 
ces paquets à Roxue , à Florence > & en d'autreS' 

Riij 



i^z. Madame de Vill-en^uyh.. 

lieux , Inès fbupçonna quelque chofe de (es cîéf-- 
feins y & rendormit pour tou)ours avec une pou-» 
dire morcelle. Maîtreàe alors. 4« cous les papiers 
àsa Comte , elle t3.e cxaignit pli^ rien, pour foa 
fils* Cependant pour plusgtande fureté, elle voulut 
en^iibnner auilî Don Aueonio ^ mais ce jeune 
homme penétça fes deilèinsi & difpaciit. Vous; 
vous doutez bien , Madame , que ç eft cette mê- 
me femme) qui avoir empoifonné M.. & Madame^ 
de Malcour. Leuc fille n^auroit pas eu un meîU 
leur fort , fi la perfide Dœgne ne fiiit tombée ma- 
lade dans ce même'remsi& ce fut par le confeit 
de la femme du Comte , qu'on fit paflTèr cette 
jeune perfonr^ pour une remme-rder^hambre , 
pour cette Marie Dubois j qui avoir volé fa mai- 
treffç ; & , en cette qualité , çHe fut enleyée par 
ç&vLx qui çonduifoient lies. fiUes de la Salpécriere 
i la Rochelle. 
/ Jugez de Texcès defurprife & de Joie de tou- 
te cette fociété , à la ledure de ce Mémoire. 
MadaaïcBoreli rendit grâces au Ciel,de ce qu'elfe 
n'étoit point la mère d'un monftre tel que le faux 
Comte. Elle eut , bientôt après, le bonheur de re- 
trouver fon véritable fils , Don Antonio , qui , 
fous le nom du Marquis Bafquijni , étoit TAmant 
de Mademoifelle.de Mameuil , &yenoit avec le 
frère de fa makreffè, au Château de Madame de 
Morfan. On fut aifément d'accord fur leur union* 
Ee Marquis feul étoit au défefpoir des nouvelles 
obligations qu'il avoir à fon rival. Mademoifelle 
de Malcour , pour confoler en quelque forte le 
Chevalier , lui promit de ne jamais fgjgpoariec 
que de fon, confentemenr. Enfin par un géné-^ 
t&soL effort, le Chevalier approuva fon mariage 
txcq le Marc^uis ^ fie partii: auâi-cot ^ 019: Malte» 



Madame DE Villeneuve. i(?j 

où il venoit d'obtenir uns Commanderiez 

Voilà , je croîs , tous les Ouvrages que Ma- 
dame de Villeneuve pafle pour avoir donnés au 
Public Elle avoir une très-grande facilité à faire 
des chofes médiocres ; & parmi tous les Ro- 
mans publiis fous fon nom , on n'en pire au- 
cun qui mérite une certaine diftini^ion , excep- 
té quelques Contes de Fqes , écrits avec allez 
J'eiprit, de légèreté, 8c dp fineiïi. 

Je fuis, &C. 




tiif 



1^4. Madame l*Evequb. 



LETTRE XV, 

*7^^- JL A RMi une infinité de petits vers que Ma^ 
Madarnc dame PEvêque faifoit inférer dans les Amufemens 
l'Evcquc. du cœur & de l^efprit j je n.'en trouve point qui 
puiflent lui faire honneur. Elle a donné féparé- 
ment deux Poëmes , VAuguJiin j Pièce grave , 
$c b Minet j Pièce facétieufe , lune & l'autre 
auflî inconnues , qu elles méritent de l'être. Lilia j 
pu Hiftoire de Carthage , efpece de petit Ro* 
jnan , imprimé dans le même Recueil des Amu-- 
femensdu cœur & de C'efprk ^ & un autre Ouvra- 
ge du même genre , donné à part , fous le titre 
de Célenie j f(înrpéu[ digl^s'^d'^n meilleur fort. 
Le fevil qui pnifle fe lire , eft uà Roman moral , 
intitulé If Siècle j ou leis Mémoir3s du Cointe 
de S *'*^* : en voici le plan. "^* 

LcSiéck. Menkolph, Gentilhomme de Norvège , croit 
^ voir , étant çndormi ^U SageflTe fous la figure 
d'une Dame , qui l'exhorte à la fuivre , après lui 
avoir reproché fa vie voluptueufe. Frappé de ce 
fonge divin , il quitte les richefles dont l'avoit 
comblé le Souverain du pays , & fe met à voyager 
à pied. En traverfant un bçis , il entend chante* 
un Cantique , dont les paroles exprimoient les 
difpofîtions préfentes de fbn cœur. C'étoit la 
voix d'un jeune Hermite ; il l'aborde & lui fait 
part de fon projet de converfion. Le Solitaire , 
qui eft le Comte de S * * * , lui offre avec joie 
une retraite dans fa petite Grote. MenkolpK 
l'accepte , & devient d!^^abord curieux de fçayoiç- 
les avQnt^vires de l'Hermite. Ce récit Qccupe pçe(-i 
que tout' le livre, ^ • 



Madame l'Eyêque. 16^ 

Le Comte avoir été élevé à la campagne 
par un Précepteur nommé Fabio. Après la mort 
de fon père , étant venu dans une grande Ville 
avec ce Mentor , fa v^rtu cultivée dans robfcu-: 
rite , eft bleffee de la vue des femmes coquettes, 
de rOpéra , des Romans , & fur-tout des petits 
Maîtres , dont il fe plaît à exagérer les vices. Le 
Dévot , qu'on met fur la fcène , eft un brutal qui 
infulte une femme de qualité & fa fille , venues 
chez lui pour lui confier leur mifere : mais c'eft 
pour le Comte une heureufe occafion de parler 
fur la véritable dévotion. 11 devient cependant 
amoureux de la jeune perfonne , qui étoit une 
beauté parfaite j & il prête généreufement mille 
ccus à la mère , qui, quelque tems après , a foin 
de les rendre. Il fe détermine enfuite à i^evoir la 
jeune Demoifelle, fuivant les confeils du Mentor, 
qui croit que la préfence de l'objet détruira Tim-r 
preflîon des charmes exagérés par l'imagination. 

Quelle fut fa furprife , d'apprendre que la for- 
tune du frère de. Madame de Nerville avoir oc- 
cafionné un projet de mariage de la Demoifelle 
avec un Milord! Dans une autre vifite, il vit avec 
joie fon antipathie pour ce Seigneur : elle çft fi 
grande, qu'elle attire à la Nation Angloife des in- 
ventives, très-applaudies par le fage Fabio. La 
mère ne voulant pas gêner rinclinarion de fa 
fille , rompr le mariage , & va à la campagne chez 
Madame ae Sempré, veuve extrêmement aimable. 
Vous jugez bien que le Comte , fuivi de Fabio , 
va leur rendre vifite ; mais au lieu de fe hâter, ils 
ont la malice de s'arrêter chez certains Reli- 
gieux , pour cenfurer l'éducation profane qu'ils 
donnent à leurs Elevés , & mêm^ leurs orne* 
mens d'Eglife , où ils trouvent plus de Blafon,, quç 

é 



%6â Madame l^Evfquf^ 

n'en pourroit faire graver un Genéalogîfte. Ont 
elt édifie du difcours que le Comte tient à ce f«- 
JÊt. Il falloit faire cette vifite , pour en divertir 
enfuite les Dames , comme la chofe arriva effec- 
tivement. 

Le fiere de Madame de Nerville & le Milord 
ne manquèrent pas d'écrire des lettres défobli- 
geantes^ mais celle d^u Milor<i ferr i faire briller 
l^efpric du Comte , que Taniour ne tourmeutoit 
pas infiniment. Je ne vous rapporterai point les 
contes qu'on fait fur des Pkiloiophes occupés de 
trouver un fecret pour fe rajeunir , ai les réfle-» 
xions morales dont ils font ornés. Je ne vous di- 
rai rien non plus de cette Cathédrale près de l'Ai 
lemagne , ou l'on nerçgaràe qu'à la taille , & ott 
tout nomme qui n'aura pas cinq pieds huit pou- 
ces 5 fera inquiété en la pofleflîon de fon Caao- 
nîcat. C'eft au milieu de ces amufemens y que 
Fabio conclut le mariage de fon Elevé avec là dâr 
moifelle de Nerville , qui d'abord l'avoir refuf(^ 
par un fentimenr de délicateflfe , aflez bien placé*. 
Comme leshabitansdu Château aiment la cri- 
tique des mœurs , on fuppofe l'apparition d'une 
jeune Religieufe , qui par une précaution excef- 
five, va aux mux de Forges. Le moralifte Fabio 
faifk l'occafion de déclamer contre ces fortes de 
¥oyage€, & détermine la bonne Religieufe à re- 
tourner à fon Couvent. Mais pendant le repas,, 
nouvelle dofo de morale : on olame l'air mon- 
dain de certains Moines , qui en chantanr l'Of- 
fice , jettent des regards fur les femmes ; & on les. 
condamne à lire tesPfeaumes dans leur Bréviaire, 
quoiqu'ils les fçachent par coeur. La Religieufe 
ne voulant pas être en refte, chante ua Caaôqo^ 
%ixictieî. 



Madame L^Evâjue. 2^7 

Le Comte , qui n'avoit rien voulu perdre de 
.;eséclifians propos, va enfin à la Ville pour faire 
les préparatifs : ixms à fon recour , quel Tgeda- 
de s'offre i fes veux ! Sa maîtrefle prefque 
mouraiiite , &: fur le point d être enlevée par la 
Milord, que le Comte tua ainii que deux de fes 
gens : mais ayant été h\dfé aa bras y il ne put 
empêcher qu elle ne fut enlevée par deux Ca- 
valiers. Cet enlèvement fe fait fi a pr<^>os , qiift 
perfonne du Château ne vienc au fecours de la 
Demoifelk , qui fçaic pourtaiac s'échaf^r deg 
mains de fes Raviifeiiis , leviewt au logis dé^ 
guifée en Païfanne , & efcortée d'un vieillard 
qu'elle avoit trouvé parmi use troupe de gueux ^ 
avec qui elle avoit paflTc une nuit dans cet équi- 
page. Elle eft fi aiïtuée de n'avoir aucune maU'^ 
vaiie rencontre , que dans fa roujte elle s'amufe 
à ridiculifer des Provinciales, Elle conte enfaite| 
Kras ces exploits » fans oublier les aventures de] 
fon suide. Le frère de Madame de Nerville > ^ 
las de fe fâcher, vient 4 la campagn:e , confene 
an mariage de fa nièce » Bc trouve Madame de 
Sempré tort aimable. 11 s'agit de conclure Thy- 
menée fi long-cems iouhaité^ mais la Demoifelle» 
£am dire mot , marque une parfaite indifférence, 
parce ifue pour obceoit la guérifon de fon Amtanc, 
elle avoit faiitvau deia^pas fe marier de troi^ ^ns. 

Le Comfte , à qui oa ^ fait myftec^» fe f0^ 
tire £oxt outrée Mais ayaot: découvfift eufii*ce la 
vérité 5 il va trouver la DenK)ifeUe , qui s'éwic 
réftçiéedans un Couvent fort régulier, ^ fe ré- 
çoiuïlie avec elle ; ce qui donne lietf à «ui> ma- 
gnifique éloge des&eligieofieS:, aiTea^ {kmkhhU 
au compliment qu'un jeune Pcédicalïeitf: a ibift 
de x>o(mt i la jto 4 w f^saupA de V^tw^i^ 



itf'S Madame l'Eveqxte- 

Ce tems étant écoulé , il époufe enfin ta Dlle,; 
de Nerville j mais peu de jours après , comme it 
croit fur la mer dans une petite Gondole , avec fa 
femme, fa Belle-mere & Fabio, un vent furieux 
engloutit la Gondole; le Comte fe fauva , fans 
rien favoir de la deftinée des autres. Depuis ce 
malheureux accident , il fe retira dans une petite 
Grotte , où un domefti<jue lui apportoit ce qui lut 
ctoit néceflaire. 

Le Comte , après avoir aînfi récité fes aven- 
tures , réitère fes offres d'hofpitalité àMenkolph , 
qui ne balance pas à les accepter , & prend THer-. 
mite pour fon Direéfceur, Un jour celui-ci voulur 
favoir fa manière de penfer lorfqu'il étoit à la. 
Cour j le Norvégeois lui fait un aveu bien étran-. 

fe. J'érois occupé , dit-il , de quatre amourettes. 
la fois. L'inconftance étoit la bafe de mes paf- 
fions. J'avois une maîtreffe de regards , une de- 
beaux fentimens , une d'amufement , une d'at- 
tente. Celle de regards, ;e la voyois aux prome- 
nades & aux fpedaclesj mes yeux la cherchoienc 
d'abord que j'y arrivois j |e rencontrois bientôt- 
les fiens ; & nous faifions une converfation de 
prunelles , qui me fembloit la plus jolie du mon-^ 
de. .... Celle de beaux fentimens étoit une 
Dame qui avoit infiniment de mérite ; cet amour 
croit tout d efprit y & ma gloire en étoit extrême-. ' 
ment flattée. La maîtreCTe que j'aimois par amu- 
fement , m'occupoit en attendant celle d'attente> 
que j'aimois par defir de conquête. 

Pendant que Menkolph découvre fa métaphyfi-» 
que d'amour au Solitaire , ils font arrêtés comme 
voleurs, & mis en prifon j mais ils en fortent bien-^ 
tôt y le Norvégeois retrouve le Souverain dont il 
avoit été le favori. Le Prince lui fait des reproches 



jMadamê L*ÈviQUi!. aèf^ 

fiir /on évafîon, Scluiapprend qu'un Sage Tavoit 
converti avec toute fa Cour. Ce Sage eft Fabia, Ju- 
gez de Il joie du Comte qui rencontre en même 
tems fa femme. Elle lui conte d*abord fes aventu- 
res. Après avoir été prife par un Corfaire brutal , 
elle avoit été vendue au Turc le plus poli du 
monde; & de concert avec Olympe, fille du Turc, 
elle s'étoit fauvée par mer avec un jeune efclave. 
Cet efclave époufe la Turque, devenue chrétien- 
ne par les foins de la Comteffe ; quoique pour la 
convertir elle lui débite des fables ridicules fur 
le tombeau de Mahomet. Le Comte quitte fes 
habits d*Hermite , Ôc va briller à la Cour. Men- 
kolph époufe fa Dame à beaux fentimens j 
Fabio eft fait Miniftre j & le frère de Madame 
de Nerville fe marie avec Madame de Sempré. 
A l'égard de Madame de Nerville , l'Auteur n'a 
pu mieux faire que de la noyer. 

Louife Cavelier l'Evèque , née à Rouen le ij 
Novembre 1703 , étoit la fille d'un Procureur au 
Parlement de Normandie. Elle fut mariée à un 
Gendarme de la Garde , nommé l'Evêque , & 
mourut le 18 Mai 1745. Elle étoit d'une belle 
figure , & s'exerçoit également en profe , en 
vers, &c. 



femme Auteur que }e joins , dans cette 

, à Madame l'Evèque , nous a donné une 
. 1 1 j .- !_: jiiari 



La 

lettre. 

petite brochure dans un genre bien différent , Madame 
Madame , de celui qui occupe ordinairement la Marquifc 
votre fexe. Madame la Marquife de Çolombiere ^f Colom- 
a négligé ce genre frivole,pour traiter un fujet qui ^^"* 
a occupé les plus grands Naturaliftes & les plus 
habiles Phyfîciens. Dans un imprimé , qui cou-- 
tient 4 peine cinquante pages , elle attribue aux 
opérations de l'EÎeélricité , la plupart des dé-' 



%y'è XIaDAME Dé CotOMBIBkEi 

Tordres pbyfiques arrivés dans le monde depuis 

ique les Philofophes font de ce phénomène rob|ec 

tie leurs recherches. Cet écrit mérite , par fa fin- 

gularité , de vous occuper roi inftant. Ce font des 

» réflexions fur les caufes de^ trembltmens de terre j 

avec les principes quon dokfutyre pour dijjiper 

■les orages tant fur terre que fur mer, 

?^^f^^°°^ L'Auteur nous apprend d'abord, dans fon aver- 

"^ ^ tiflTement, que fes réflexions ne font dues qu'à 
tremble- ^ , . ^ , m i \ 

de terre. ^^^ expériences ; qu elle ne les auroit pas don* 

Tïi^% au public , h elle n'avoit pas été perfuadée 
qu'elles font nécefTaires à la fureté générale ; que 
les expérience^ ne manquent jamais de diffiper 
les orages \ qu'il vl^w coûte que vingt écus pai^ 
Vaifleau fur mer , & quinze francs fur terre pour 
chaiïerle tonnerre pendant quelques années j 
que , fi Ton fait de cette découvene le cas qu'elle 
hiérite , on parlera plus ouvertement , & qu on 
la conlmuniquera à toutes les Nations \ ta nature 
des chofes l'exige ainfi. Les perfonnes qui ont 
^ur du tonnerre ne manqueront pas èi^n faire 
iirfage , par la facilité avec laquelle fe fait cette 
opération i elle ne demande que de la jufteflfe} 
il ne faut que découvrir , vifec les nuages , pour 
les diflîper. 

Pour faire fentir le danger des opérations 
éledriques , Madame de Colombiere fait et 
raifonnement : la terre eft remplie de foufres plus 
ou moins aâifs : par l'effet de la chaleur centrale 
& de rattraâ:ion qu'en fait le foleil , les foufre j 
les plus inflammables , élevés dans l'air à èi^^ de^ 
grés différens , y forment les brouillards , les 
louages & les orages. Lorfque ces foufres abon- 
dent dans un efpace borné, ils s'enflamment & 
caufeor le tonnerre. Si, au contraire les parties 



XIadame m CotôMiiiÉïiîi. iyt 

iaîiees ic humides de Tait les furpaiïent dans un 
tlegrc convenable , il n'en réfulre que des pluies y 
des rofées ou des bf oaillards. 

Tels font , Madame , les moyens dont la na* 
t«re fe fert pour faire fôrck du centre de la terre 
tles foufres a6!ifs & inâammables , qai y eaufe* 
toiem dés ravages afeetix , s'ils j étoiénf en trop 
grande quantité. L'Eleftricité faifanrune opéra- 
tion contraire à celle de k natute , dit l'Auteur , 
ne peut tien prodiriiîe que de monftrueux SC de 
mauvais : les machinés éleâjrifées attirent les 
foufres & autres matières combuftibles , qui font 
élevées en l'ait , & les forcent de rentrer dans la 
terre. Ils la pénètrent jilfques dans fon intérieur; 
& fe joignant aux autres matières combuftibles 
qails y trouvent , ils s'enftamment avec le tems , 
& caufent les tremblemei^ de terre & le gon- 
fement des eaux. « Puifque la nature pou/Te 
fi kors du fein de la terre ce qui lui eft nuifîble , 
a^ ne la forçons pa» à recevoir de nouveau un en- 
jj nemi capable de la détruire. C*eft comme fi 
>• Ton faifoit rentrer la petite vérole dans le corp» 
» d'un homme qui en feroit attaqué. On lui eau* 
» feroit furement la mort j au lieu qa'en aidant , 
» en facilitant l'irruption , le venin s'exhale , Sc 
5> U malade eft guéri , parce qu'on a aidé & fuivx 
» l'opération de k niture ; Â: fe malade auroit 
» péri , fi on avoir pris le parti de la contrarier , 
» en fuivant un chemin différent decehii qu'elle 
>» nous montre. Enfin , continue TAuteur , les 
» foufres inflammables font életés pôttt empê- 
w cher les défordres qu'ils poiirroient caufer 
>t dans la terre ; pourquoi donc les attirer de nou- 
» veau fur la terre pour fa deftru£troir?NoUS avons 
»> lieu de craindre les. plus grands malheiiirs^ fi 



17^ Madame de Coiombieiu, 

«• cette malheureufe opération de l'éleûricité 
a» n'eft|>as défendue par-tout. Pourquoi,demande 
» l'Auteur , les pays voifîns dé la tiier & les en- 
» droits les plus méridionaux de l'Europe ont-ils 
t> été les plus maltraités ? C'eft qu'on y a travail- 
*> lé plus qu'ailleurs fur l'cleciricité , ôc que les 
99 foufres y font plus abondans & plus fujets à 
» s'enâammer , à C4ufe de la chaleur du climat. 
i> Il pourroitmême arriver, ajoùte-t'on , que la 
» continuation des opérations électriques y for- 
» mât des Volcans. Des hommes habDes en tout 
99 genre, dont les Académies font remplies , fe 
» leroient aflurément oppofés à ces opérations , 
» eii auroient repréfenté les inconvéniens , s^ils 
» avoient affez réfléchi fur les conféquences. Us 
» font trop attachés au bien public, par honneur 
» & par état , pour y avoir manqué »; 

Les perfonnes les plus frappées de la peur du 
tonnerre , avoient fondé leur efpérance fur Té- 
led:ricité. Il v auroit une efpece de cruauté à la 
feur ôter , u on ne leur fourniflbit en tncme-r 
tems , d'autres moyens de fe raffurer. L'Auteur 
leur doit cette confolation, & aime trop fon fexe 
( car ce font les femmes qui font les plus peu- 
reufes ) pour ne pas leur préfeiiter ces moyens. 
Les voici. » La vraie façon d'empêcher les ora- 
3> ges, c'eft de divifer , d'étendre, dedifGper les 
» foufres dans un efpace plus confidéraole de 
w l'air , que celui qu'ils occupoient , qui accélé- 
ii tant leur union avec les parties qui doivent leur 
*> ôter leur qualité inflammable , & les convertir 
*> en humide, les fafle retomber fur la terre eii 
» pluies , d*autant plus douces & plus falutaires , 
» qu'elles feront plus générales 3 de manière 
» qu'un nuage d'orage , qui n'oçcupoit qu'une 

petite 



Mabamé M ColombiirL' >7f 

w petite partie du Ciel que nous voyons , le cou-» 
»> vre prefqu'entiérement pat U divifion du nua-- 
» ge. Par àe moyen on peut empêcher , ou du 
»j moins prévenir ou arrêter Tinflamniation j & , 
» au lieu de contrarier Taftion de la nature , on 
*j lafuivra, on l'iitiitera, on fortifiera , on accé^ 
»> léreta fon aftion ; ce qui eft biert plus Gmple où 
>* bien plus fur que tous les moyens qu'on a pris 
>» jufqu'à préfentjn 

Si vous demandez côrtirtent ort pôutf a avoitf 
des forces fupérieures à celle des orages, pour les 
diffiper , & comment on les fera arriver iufqu auil^ 
nuages ? » Ces deux difficultés , répond l'Auteur i 
M font' raifonnables ; mais je n'y répondrai riem 
» Je me Contenterai d'avoir tracé le vrai chemin^ 
w bien éloigné de l'éledricité. Il faut laifTef 
A7 travailler ceux qui font plus habiles que moi y^ 

Comparez , Madame , cette téponfe avec lei 
promefles rapportées au commencement de cet 
article; L'Auteur finit par demander pardon au 
Ledeur des fautes qui lui font échappées dans lé 
cours de fon travail j c'eft ce qu'il y a de plus rai- 
fonnable dans cette brochure. 

Voici, Madame, quatre autres femmes, connues 
par quelques Poëfies imprimées dans les Mercu- 
res j Mad. de Montegut, de l'Académie des Jeux 
Floraux j Mlle PotarDulu , née à Paris, fille de M. 
Potar, Secrétaire du Roi; Mad. Dutott , morte 
depuis près de quarante ans; & Mlle Victoire de la 
Garde Thomaflin, ProvençàlCé 

Jeanne Ségla de Montéguc eft née à Touloufe ^îâi de 
le 15 Odobre 1709, &y eft morte en i7 5i,*^-oatégut. 
dant la ^y^^ année de fon âge. Elle étoit d une 
famille noble de la Province de Languedoc ,. & 
Tome IF. ^ 



174 Madame m MoMTEGtjr. 
fut mariée à Tàge de feize ans , avec M. de Mon- 
tcguc , Tréforier de France. M, Titon du Tiller 
qui paroît l'avoir connue particulièrement , fait 
réloge de fes mœurs douces & faciles , de fa dou- 
ceur , de fa complaifance, de fa bonté & de fadif- 
crétïon. La décence, TafFabilité , lapoliteflTe , une 
grande égalité d'efprit , d'humeur & de conduite, 
^ccompagnoient toutes fes aétions.Son amour pour 
les Lettres , continue TAuteur que je viens de ci- 
ter , fe manifefta dans fon enfance ; elle apprit 
Ear elle-même , & fans le fecours des Maîtres , le 
.atin, l'Anglois , Tltalien & TEfpagnol. Elle a 
cultivé là Poëfie avec fuccès , & a compofé divers 
Ouvrages , dont plufieurs ont été couronnée aux 
jeux Floraux , & font imprimés dans les Recueils 
de cette Académie. On a d'elle une Ode fur le 
Printems 3 une Elégie fur la Converfion de faintc 
fdagdeleine i une autre belle Elégie fur la Coupe 
£un Bois ; une Idylefurla Mort de Mlle, de Ca- 
telan j fon amie j des traductions de plufieurs 
Odes d'Horace & des Eglogues de Pope. 

Outre ces Vers imprimés, il m'eft tombé entre 
les mains une Pièce manufcrite , qui vous don- 
nera une idée du talent poétique de Madame de 
JMontégut. C'eft une Epicre adrelfée à fon amie 
.Madame de Charron. 

Epitrc. . E p I T R I. 

Pcnfez-vous à moi , cliere Iris , 
. Dans voerc aimable folicude > 

Avcz-vous formé l'habicudc 

Du fccrct <juc je vous ^pris ! 

Je difois : » ht cruelle àbfence 

n Sur les efprits n*a nul pouvoir 3 
'- . || La fidcle amitié qui penfc. 



Madame wMdNTaovf. ij$ 

» Parle à fcs amis Cms les voir, 
» Par de difF(érentcs contrées , 
w En vain nous (erons féparées 5 
» Rapprochons-nous par le defir 5 
» Et dans des routes ignorées 
» Cherchons un innocent plaifir ». 
Ainfî ma tendfeflc facilç 
A concevoir de doux prpjecs , 
Lorfquc j'abandonnai la Ville , 
Modéroit mes triftes regrecji ^ 
MSïs y Iris , fou art inutile , 
Apres mille efforts imparfaits , 
Ne vous rend point à mes fouliaits« 
Si je cherche dans ma mémoire , 
y Y vois votre charmant ponraic ; 
De notre union trait, pour trait , 
J'y retrouve toi^tc Thiftoirc : 
Je vous parle ; & vous vous taifez ; 
Seule il faut que fe me réponde > 
L'imagination féconde 
Voit enfin fcs crayons ufcs j 
Et de mes fens dcfabufés 
S'empare une douleur profonde : 
Par un fkérile fouvenir 
L'efprit ne peut nous réunir : 
Cependant , Iris , je l'avoue > 
Ces tableaux vagues & légcrç 
Où, par tant d'objets meafongcrs. 
L'imagination fe joue , 
Charment quelque^is moo en&ui : 
J'en aime la vive peinture , 
Quoique leur riante inipofturc , 
Apres que les plaiiîfs ont fui , 

Si] 



ij6 Madame di Mokt£<s0t« 

Rende votre abfence plus dure. 
Je ne ûds quoi me die au corar » 
Que de votre agréable afyle , 
Jufques dans ce réduit tranquille , 
Un fentiment plein de douceiir 
Vous porte fur une aîle agilev 
Seroic-ce une âatteufe erreur ? 
Non, non s je puis , fur la promeftê 
Que vous fîtes en me quittant , 
Par-toot chercher avec tendreâe 
Votre aimable efprit qui na'ajcend , 
Tantôt dans ce fombre bocage 
Dont vous cormokScL tes découn , 
£t tantôt £ur ce frais rivage 
Que Zéphire habita toujours ; 
Dans ces jardins » fur ces terralTês » 
Cd je vous . vis trop peu de tems , 
Te fuivrai paȈ pas vos traces. 
Mais que dis-je ! Envain je prétends 
Me remplacer >otre préfcnce 5 
Non , Iris , encore une fois , « 

I^'efprit ne fçauroit de rabfcncè 
Eluder les févéres loix. 

Que de cette Epitre ingéaul? 
Nul que vous ne hfe les traits ; 
7*7 peins mon ame toute nues 
Ce font entre nous des^fecrets ; 
Peu de gens font dignes d'entendre 
Le langage naïf & tendre 
De deux cœurs formés pour s^aimer ^ 
£c dont les humeurs zi^onits 
Par d'agréables fympatliics , 
Ont le don de s'cntre-charmer* 



MaDAMI DI MoHTiûVT. 177 

L*amoar eft, dit-on , pcéférablo 
Auztiédcs feux de l'amitié. 
Quelle erreur eft plus pitoyabl&l 
De cette amitié defirable. 
Hélas i connoit-on la moitié t 
Sincère , feaûble , ôc durable » 
On la croit une belle &ble. 
Oh ! fi de mon léger pinceatt 
J'en favois tracer le tableau i 
Orcz à l'amour fes caprices j 
Ses foupfOQs , fa prompte fureur 
Ses vifs defîrs , fes artifices ; 
LaifTez-lui toute fon ardeur ^ 
Que l'agrément & Tinnocencc, 
La paix , la joie » & la candeur 
Avec lui régnent dans le cœur i 
Alors il c(l digne des âmes 
Sufccptibies des pures liâmes 
Qui feules font le vrai bonheur; 
Alors il eft Tamitié tendre 
Dout la durée a pu s'étendre 
Au-dek même de la mort $ 
Qu on voit s'attrifter de Tab^ènce^ 
Mais qui , d'un aveugle tranfporc 
N'éprouvant point la violence^» 
Courageufement cède au foru 
Iris , pour votre . cara^ere 
Ce beau fenriment fen^ble faiCi. 
Je puis ^ fans être téiuéraire > 
Avancer qu'il peut fatisfaire 
Tout coeur généreux Se parfait. 
En parlant ainfi; je me loue y 
Rougitai-je d'ua tel orgueil l 



Sft MAMMOISlLtB PôTAR DuLVii 

Bien-loin que je le défavouH , 
11 me fuivra jufqu*au ceifcUCiL 
Partagez ma doQce ikianie ^ 
Que le vulgaire, par eiiVie, 
Dife qu'on ne fauîoit trottvôif 
Une fî pure fymparhit j 
Contentons-nous de rcjprouver. 

le. Potar j^^^ ^^^^ fuivan$ , de Mademoîftlle Marî^ 
Thérefe Potar Dulu,forment une Ode Anacréon- 
tique, intitulée /e Songe j qu elle compofa à l'âge 
de 17 ans. 

A l'ombre d'un Mynhe affifc^ 
Je m'endormis l'autre jour : 
Songe* Quel fommeil ! quelle furprifc ! 

Je vis en fonge l'Amour. 

Qu'il me paroiflbit aimable î 
' Mon cœur e;n fut enchanté s 
Il n'avoit de redoutable 
Que fon nom & fa beauté* 

Les Zéphirs, de leurs haleiàes, 
Agitoient Tes beaux cheveux s 
Il me les ofFroit pour chaînes ^ 
Si je brûlois de Tes feux» 

Sa main droite étoit armée 
D'une lyre & d'un carquois» 
Tois, dit-U,tadêftinée: 



Madimoihi Potar Duiu. 179 

Choifis i chante , ou fuis mes loix. 

Prends ma ^re ; U dans les amei 
Fais brûler mes feix vainqueurs s 
Sauve-toi par-là des flammes 
Dont je brûle tous les coeurs, 

Ht 

Je fus long tems incertaine : 
Mais 9 cédant à fon defir , 
Je pris la lyre avec peine ^ 
£c dis , avec un foupir : 

S'ijétoit, fous ton empire , 
Un mortel femblable à toi > 
Je brifcrois cette lyre s 
Elle exige trop de moL 

♦* 

S*ilfaut qu'un jour je te chante « 
Le tems n'en eft pas venu s 
Faut-il donc, pour qu'on ce vante » 
Ne t'avoir jamais cpnna ? 

Repr^nd$ ton ftiCeçx funçfte ^ 

t^/Tç-aaoi » l^i dis-jc cn^jr ; . 

Mais vers la voûte céleftc . . '^ 

Il avoit pris fon eifor. 

■ Ht • --i .' 

Ainfij, fatale vi<5Hme ' * '; • '■' ' ' 

De fes dangereux bienfaits ^ * .' 

Je le chante quand je rime ^ '\ ' ' " / 

Sans fçavoir ce que je fais. "* '' 

** ...-.VA. , ■ 
S IV 



a8o Madams du Tort y bt autres. 

Bergères , craignez vos fonges 
Quand vos fens en font flattés j 
L'Amour» des plus doux mçnfoage^. 
Fait 4c tildes vérités. 

Si je ne trouve rien, parmi les vers de Mad. du 
Madame Tort , qui mérite de vous erre préfente , vous n'en 
au Ton. ferez , Madame , que trop déaommagée pai: ceux 

que M, de Fontenelle a mis au ba$ de xonpottrak^k 

Se quQ je vous envoyé^ 

C*eft ici Madame du Tort { 
Qui la voit fans Taimcr , a tort. 
Mais qui Tcntend Se ne l'adore ^ 
A mille fois plus tojrt encore, 
pour celui qui fit ces vers ci. 
Il n*eut aucun tort , Dicii merci, 

Mlî d n y a un Recueil de ï^ettres ^ de Poëiîes de 
la Ga^de^ Mademoifelle de la Garde Thomaffin , impri- 
ThomafSn ^^^ en 17x5, en deux volumes ;c'eft uniquement 
là ce qui lui donne le titre de fçmme Auteur. 

On loue parmi les femiries d'efprit & de fça- 

Madame voir, qui om vécu daii§ le même tems , Madame 

d'Aucray. la Comtefle d'Aiïtray , merè de M. le Comte 

d'Autray d'aujourd'hui j mais on ne cite aucun 

Ouvrage de fa façon. - 

Mlle de la ^^^ Mémoires de M. deGourvîUe, écrits ou 

ïttfSçre . donnés au Public par Mademoifelle de U Buffiere, 

en deux volumes ,, ne m ont pas femblé affez 

intéreflfans , pour i^çjcicer une attention Se des 

détails particuliers. 



Mademoiselle de Lubert. iSi 



LETTRE XVII L 

A vie retirée & ftudieufe de Mademoifelle Mlle de 

de Luberr, vivante en 17^8, n'offre, fur fa perfon- Lubcrt, 
ne , aucun détail qui foit venu à ma connoifTance. 
On die qu'elle habite la campagne ; qu'elle étoic 
peu répandue dans le monde j qu'elle eft fille d'un 
Prcfident au Parlement , & quelle a préféré fa 
liberté aux engaeemens du mariage. Je ne puis 
vous parler , Macfame , ni de fa figure , ni de fon 
caradere , n'ayant pas l'honneur de la connoître j 
À l'égard de ion âge , on peut juger , par la date 
de fes premières productions , qu'elle doit avoir 

ÎAus de cinquante ans. La fiftion eft le genre dans 
equelelle s'eft exercée; elle a fait des Ouvrages 
•de Féerie ; & elle a rajeuni d'anciens Romans. 
Vous connoifTez , VAmadis des Gaules & les 
hauts faus d' Efplandian ; le ftile n'en étoitplus 
fupportable ; mais par la nouvelle forme que lui a 
donnée Mademoiielle de Lubert , par les retçan- 
chemens au'elle y a faits , la ledure en eft de- 
venue agréable , & fait dcfirer les mêmes change- 
mens dans tous les anciens Ouvrages de ce genre. 
Quoique lé fond de ce Roman n'appartienne point 
à Mademoifelle de Lubert, on peut dire aue» 
par la manière dont il fe préfente aujourd'hui , 
elle fe l'eft, pour ainfi dire , approprié i & à ce 
titre, je crois pouvoir le lui attribuer, & le ran-- 
ger parmi les produdbions de cet Auteur. 

Pcrion , Roi des Gaules , traverfant une forêt , * j. 
.çft attaqué par deux brigands , contre ^^^i^i^ ^^^^^^1^.^^ 



lit MADEHidlSELLB BB LUBSIir« 

il fe défend avec courage en préfence de Garnicer, 
Roi de la pjetite Bretagne , aai s'ctoit égaré , & 

Îpi fait finir ce combat inégal. Le Roi des Gaules 
e couvre d'une nouvelle gloire , en terrifiant un 
Lion furieux , qu'il rencontre dans la forêt. Gar- 
niter le conduit à fa Cour , où il devient amou- 
reux de la Princefle Elifene , fille du Roi. Dans 
ces tems de Chevalerie , les Dames ne faifoient 
pas languir leurs Amans. Elifene eut un fils » 
qu*elle mit fecrétement dans un coffre > & 
l'expofa fur le fleuve. Ce coffre fut porté jufqu à 
la mer , & trouvé par un Gentilhomme nommé 
Gandales , qui alloit en Ecoffe. Il prit l'enfant , 
qu'il appella enfant de la mer j & le fit élever 
avec le jeune Gandalin fon fils. Le Roi d'Ecoffe, 
en paflant chez ce Gentilliomme , fut furpris de 
la beauté des deux enfans qu'il élevoit j il les lui 
demanda , & les emmena a fa Cour. 

Lorfque V enfant de la mer fut en âge de porter 
les armes , il pria la Princefle Oriane , fiJlé du Roi 
de la grande Bretagne, qui étoit venue demander 
dufeceurs au Roi d'Ecolfe , de vouloir bien l'ar- 
mer Chevalier \ il fe confacra au fervic^ de U 
Princefle > & ne refpira plus , dès-lors , cpie les 
hazards & les combats. Je ne finirois point > fi je 
voulois faire l'énumération des exploits du vaii- 
iam enfant de la mer , connu depuis fous le nom 
A'sAmadis. je ne m'attacherai qu'aux aveouires 
iesplus remarquables. 

Arcakus , fameux Enchanteur , retenoit dans 
<les fburerrains les Chevaliers errans qu'il avoit 
vaincus par fes fortiléges. Amadis ne balaoçi 
point à y encrer, & parvint jufqu'à une arriere- 
xour , où il apperçut » dans un lieu fort ohfchr» 
un degré qui alloic fort avant fous terre. Il y def- 



MÀt)iMCISELLB 01 LtJBIllT^ lt| 

cendit feul, & marcha le long d'une muraille » 
auix>at de laquelle étoit une porte; il entrevit la 
clef pendue à une barre de fer j il la prit, & ou- 
vrit cette cave. Alors il entendit plufieurs voix 
plaintives d'hommes & de femmes qui fem* 
oloient accablés des plus grands malheurs. Il com^ 
mença par délivrer la perfonnelaplus proche de 
lui;mais fur les menaces qu'il entendithors du foiH 
terrain, il remonta proVnptement , & commença 
avecArcalaiis un combat des plus furieux. L'En-» 
chanteur ayant attiré Amadis dans un grand 
fallon , le renverfa fubitement , Se le rendit im«> 
mobile par la force de fes charmes. Mais la Fée 
Urgande, qui chériflfoit Amadis, envoya deux 
Dames pour le délivrer; ce Prince, par leurs fe- 
cours , revint de Tefpece de léthargie qui le re- 
tenoit,fitfortitdes fouterrains plus de centper- 
fonnes qui y étoient renfermées , & quitta le 
Château d'Arcalaiis. 

Ce perfide Enchanteur , après avoir terraflS 
Amadis , étoit allé à la Cour du Roi Lifuart , pout 
fe vanter d'avoir vaincu le plus brave des Qiev*- 
liers , ic avoir cru augmenter le nombre de C^ 
Captifs , par la prife du Roi lui-même & de la 
PrincefTe Oriane fa fille , qu'il avoir attirés dans 
une embufcade. Amadis étoit prêt d'entrer à Lon*- 
dres , lorfqu'il apprit cette trifte nouvelle. Dé^- 
iefpcré , il vole au fecours de la Princeflê , tandit 
^ue fon frère Galaor alloit à la pourfuite de» 
gens d'Arcalaiis qui emmenoient le Roi lifuact 
par un autre chemin. L'Efidianteur fut joint par 
Amadis , qui le combattit avec fuccès , ^le mit 
en déroute. D*un autre côté , Galaor ne fat pas 
moins heureux ; Se il retira là Roi d'Angleterre 
des main^ dç fes favi(I^«» 



jiS4 Mademoisills de Lubeut. 

Tout étoit paifible à la Cour du Roi Lifuart; 
& les Chevaliers errans s'ctoient difpeifés pour 
chercher de côté & d'autre des aventures dignes 
de leur bravoure, Amadis , accompagne des Prin- 
ces {qs frères, Galaor & Floreftan , ayant enten- 
du parler d'un Ifle appellée VIfle Ferme j dont 
on racontoit beaucoup de merveilles , réfolut de 
$*y rendre au plutôt. Cette Ifle > où avoit régne 
un Prince fage & très-fçavant , nommé Apolli- 
don , écoit fameufe par un arc de triomphe que 
ce Prince y avoit fait bâtir , & qu'on appelloit 
Vj4rc des loyaux Amans. Il fervoit à éprouves 
les Amans fidèles : quiconque avoit fauCTé fa foi, 
ne pouvoit pafler deflous j il y fortoit tant de feux 
& de flammes , qu'on éroit forcé de rétrograder. 

Amadis voulut tenter l'épreuve \ il s'avança 
fous l'arc, & entendit une harmonie de voix qui 
le félicitoient de fa fidélité. Il vit fon nom gravé 
fur l'arc par une main invifible , & palfa outre 
fans aucun dnnger. ApoUidon avoit prodigué les 
enchantemens à l'entrée de la chambre où il avoit 
goûté les plaifirs de l'union la plus douce avec 
Grimanefe, fa fidèle époufe. Il avoit fait pofec 
deux perrons à cinq pas l'un de l'autre , à la porte 
de cette chambre , l'un de marbre & l'autre de 
cuivre , fur lefquels il fit graver ces mots : » nul 
^> homme n'entrera ici , s'il ne furpafle ApoUi- 
w don en faits d'armes \ & l'entrée en eft égale- 
^ ment interdite à toute femtoe qui ne furpa^er^ 
«f pas en beauté la Princefle Grimanefe j & celui 
a» qui remportera cet avantage fera Roi de. ceue 
99 Ifle)». 

Amadis , après ctre forti viûorieux de Tépreur- 
ve de l'arc, voulut tenter celle de la chambre dé-* 
fendue. Avant lui^ fes ireces Galaor & l-loreftaft 



Mad£mûis£Lle de LuftEUt, tSj 

effayerent inutilement d'en approcher. Amadis , 
répée nue à la main , s'adreuant à Dieu & à fa 
chère Oriane , avança jufqu au premier perron 
avec peine , fe fcntant comme attaqué & com- 
battu par mille perfonnes. Cependant malgré les 
efforts des Génies qui le repouflToient , il parvint 
A l'entrée de la chambre. Là, une main invifible 
le fit entrer doucement ^ 8c on entendit ces pa- 
roles : » foyez le bien-venu , brave Chevalier ; 
n régnez feul dans cette Ifle ; elle vous appar- 
at tient inconteftablement, puifque vousfurpaflez- 
s» en valeur ce qu'il y a eu de plus courageux 
» Chevaliers au monde». 

Le Gouverneur de Tlfle vint auflîtôt , à la tête 
<les habitans , reconnoître Amadis pour Roi de 
rifle Ferme , & lui prêter hommage en cette 
qualité. Ennemi du repos & de l'oifiveté , ce 
Prince quitta bientôt ion nouveau Royaume , 
pour s'expofer auxhazards de la Chevalerie. Mais 
vainqueur des ennemis les plus redoutables , il 
ne le fut pas de Tenvie. On le noircit aux yeux 
du Roi Lifuart , qui oubliant les fervices qu'il 
avoir reçus d'Amadis , lui défendit de paroitre 
à fa Cour. Ce brave Chevalier ne pouvant fouf- 
firir un traitement auflî injurieux à la gloire, prit 
le parti de fe retirer à Tlfle Ferme , où il fut fuivi 
de l'élite de laNoblelTe d'Angleterre & des Gau- 
les. Chacun s'emprefla de donner des témoigna- 
ges d'attachement & d'eftime à un Prince , qui 
en avoit tant de fois donné de fa valeur. 

Cependant l'Empereur de Rome ayant envoyé 
des Ambaffadeurs au Roi Lifuart, pour demande^ 
en mariage fa fille Oriane, & le Roi d'Angle, 
terre la lui ayant accordée malgré la réfiftance de 
la Princeffe > Amadis & les Chevaliers errans 



itS Madimoiselib de Lub^ht; 
^ui l*accompagnoient , attaquèrent les vai({èatus 
des Ambafladeurs , les défirent, 6c délivrèrent la 
Princefle qu'ils conduifirent à l'Ifle Fermci Li- 
fuart , plus indigné que jamais contre Âmadis , 
leva une armée pour venger Taffiiont qu'il en 
avoit reçu ; mais les Chevaliers Confédérés , 
aidés des troupes nombreufes de plufieurs Rois 
voifins , défirent entièrement l'armée du Roi 
Lifuart. 

Dans le tems que les deux partis étoient le 
plus acharnés l'un contre l'autre , un faint Her- 
mite qui avoit élevé le jeune ETplandian , fils 
d'Amadis , que ce Prince avoit eu fecrétement 
d'Oriane , alla trouver le Roi d'Angleterre , à qui 
il déclara les amours de fa fille & d'Amadis ; 
& par fes difcours remplis defagelTe , il changea 
fon cœur Se le difpofa ala paix. £Ue fut conoue 
au grand contentement des deux armées j 8c 
Oriane fut accordée à Amadis qui retourna 
triomphant a TUle Ferme. 

Voilà , Madame , le fommaire de V Amadis des 
Caides ; il eft fiàvi des hauts faits d' Efplandian. 
Ce jeune Prince , dont la gloire & la valeur dé- 
voient furpafler celle de fon père , vint à bout des 
entreprifes les plus périlleuies , avec le fecours 
de la Fée Urgande , qui lui tenoit toujours prêt 
un navire aîlé , zy^^k la grande Serpente. Il dé- 
livra le Roi Lifuart , qui étoit retenu par Arcalaiis 
dans un Château bien fonifié; il tua Arcalaiis lui- 
même, & fes deux neveux qui étoient de terri- 
bles Géans. Il alla enfuite au fecours de l'Empe- 
reur de Conftantinople , dont la fiUe , appeUée 
Léonorine , avoit captive fon cœur. Animé par 
la gloire & par l'amour , il £t des prodiges de 
valeur^ repouiTa les ennemis , prit f luûeurs de 



Mademoiselle de Lubert. 187 

l4urs Villes , & les réduifit à demander la paix, 
Efplandian couvert de lauriers , reçue la main de 
la Délie Léonorine , & monta avec elle fur le 
Trône de Conftantinople , que l'Empereur lui 
céda volontiers. Enfin par une conclufion auili 
miraculeufe^que tout ce qu avoient fait Amadis , 
Efplandian , Galaor & les autres y la Fée Urgan- 
de les ayant ralTemblés avec leurs époufes dai» 
FIfle Ferme, fit fur euxplufieurs enchantemens ^ 
& leur ayant procuré un doux fommeil , elle en- 
veloppa i'ifle d'une nuée obfcure , qui la déroba 
à la vue , &: qui enfevelit tous ces Héros. 

J'ai encore à vous parler. Madame, dequel- 
qu autres Ouvrages de MademoifelledeLubert, 
qu'on peut appeller fes propres produârions , 
puifqu elle en a inventé & traité les fujets. Je 
commence par le Roman deLéonille» 

Un fait fans vraifemblance eft la bafe de 
ce Roman , qui malgré ce défaut , contient 
des fîcuations intéreflantes. Eudoxe & Léon-- lionitl©, 
îin j Gentilhommes Anglois , unis par les liens °°^^ *^ 
de l'amitié , demeurans dans une même terre , 
mariés dans le mcme-tems , furent pères tous 
deux , Eudoxe d'un garçon que l'on appella Floris ^ 
Léontin ^ d une fille qui fut nommée Léonille. La 
mère de la fille mourut en couches. Le père dé- 
folé , & fe fentant hors d'état de donner a fa fille 
une éducation convenable à fou fexe , fit part à 
fon ami de fon embarras. 

Eudoxe , qui étoit fort riche , réfléchif- 
fant fur les dangers auxquels une grande 
formne exf>ofe un jeune homme ,propofa à Léon- 
tin de faire unécnange*de leurs enfans. Ce def- 
feiriy oit Léontin trouva beaucoup detonfenSjScoxï 
je fuis perfuadé que vous n'en trouverez guère. 



l8S . MaoEMOÏSELLB de LuBERtj 

fut exécuté. Eudoxe en fit comprendre l'avahtagot ' 
à Céline fa femme. On s'aflura d'un fecret invio- 
lable de la part des domeftiques j ce qui ne fut 
point encore difficile. Céline reçut chez elle la 
jeune Léonillç 5 comme fa fille y & Léontin 
accepta Floris pour fon fils. Ces deux enfans fu- 
rent deftinés j dès leur naiflance , à être un jou^ 
lUîis l'un à l'autre j mais c'étoit encore un point 
de politique de la part de leurs p^rens , de ne leur 
en rien témoigner , jufqu'au tems où Léonille fe 
montreroit digne du ibrt qu'on lui téfervoit* 
Céline fut même chargée de l'entretenir quel- 
quefois des grands établiffemens qu'elle pouvoir 
attendre , ahn qu'il ne parût pas qu'on la defti- 
noit à Floris , dont la fortime fembloit être trop 
bornée. Enfin , Madame , on vouloir que leur 
union fût moins un effet de leur obéiCTance , que 
l'ouvrage de l'amour. Je pafle fous filence les bril- 
lantes qualités que ces enfans firent paroître à 
mefure qu'ils avancèrent en âge ; mais ce qu'il eft 
elfenriel de ne pas omettre , c'eft l'amour qu'ils 
fentirent l'un pour Tautre , dès qu'ils en furent 
fufceptibles. Ne croyez pas que ce foit de cet 
amour étourdi & pétulant , qui fait le fond des 
Romans de nos jours j c'eft , au contraire , une 
paillon méthodique , qui ne fe déclare que pat 
degrés -, qui fe devine plutôt qu'elle ne fe dé- 
clare. Floris & Léonille , dont les maifons étoient 
voifines , fe voyoient fort fouvent , & vivoienjL 
dans une grande familiarité. Mais quand Léo- 
nille parvint â l'âge où l'on commence à raifon- 
ner > la tendreffe qu'elle fentoit poiïr ce jeune 
homme , & l'oppofition qu'elle crut qu'Eudoxe 
ëc Céline y apporteroient , la firent rougir , d'a- 
voir permis quelquefois que Floris lui baifât la 

main. 



' Màdemoisellh de Lubert. 289 

txiain. Elle réfolut de lui refufer dorefnavant cette 
légère faveur. Depuis cet inftant , ils ne cefTerent 
l'un & l'autre de gémir & de foupirer en fecret. 
L'un fe plaignoitde n'ofer faire l'aveu de fa flam- 
me j l'autre le reprochoitde nourrir en fon cœur 
une paflion , que fes parens ne manqueroieht pas 
de traverfer. Malgiré cette contraime réciproque, 
les deux Amans n'ighorôîent pas qu'ils brûloienc 
d'une ardeur égale. Us \s'étbient iurpris mutuel- 
lement, faifant confidence aux échos^de leur ten« 
dreffe. téonille en devint plus réfervée , St Floris 
encore plus timide. LéoniUe tomba dans un état 
de langueur, qui fit défefpérer de fa vie ; & Floris 
çut une maladie qui le mit prefqu'au . tombeau. 
Leurs pareils ne fe doutoient point que l'amour 
pût en être la caufe , tant ces Amans difcrets 
avoient toujours fçu fe contraindre. Pour difliper 
le mal qui le tourmeritoit , Floris voulut voyager : 
il fuivoiL^h cela les intentions de fon père , qui 
le fit partir pour les Colonies Angloifes dans l'A- 
mérique Septentrionale. 

Un Héros de Roman , qui paffe- les mers , doit 
néceflàirement trouver des aventures. Floris en 
eut de plufieurs efpeces. 11 efliiya . d'abord une 
tempête fi terrible, qu'on crut , pendant trois 
|oùrs ; que tout l^équipage.alloit périr. Le qua- 
trième , un Corfaire Danois^ vint attaquer le 
vaifleau. Floris , qui n'étoit jamais forti de fon 
village , que pour aller au Collège , devient un 
guerrier intrépide , qui jette fans vie fur le tillac ^ 
ou renverfe tous ceux qui ofent l^ approcher ; mais 
étant tombé évanoui de fes bleUures , il fut pris 
& remis entre les mains du Corfaire Spiberg , 
. qui en fit fon aflbcié, fon confeil & fon ami. lit 
allèrent enfembleàla Baye d'Hudfon,où leCor-^ 
Tome IF. ï 



faire faifoit un commerce conûdérable en Pelle^ 
teries. Les Sauvages de cette Contrée furent en-^ 
chantés de Tair noble & des manières engageant 
tes de Floris. Us lui donnèrent toute leur con- 
fiance) ils le fkent l'arbitre de leurs différends^, 
Le Chef de la nation alla même jufqu a lui ofl&ir 
faillie Nifuj pour en faire à fon choix , ou fa 
femme , ou fon efclave ; & enfin la nation en- 
tière lui déféra la Royauté. Le premier tribut 
qu'il reçut de fes nouveaux fujets , fut fix des 
plus belles filles du pays , qui avoienf chacune 
deux jeunes efclaves pour les fervir. Floris n'ac- 
cepta le préfent , que pour en faire un facrifice à 
Leonille. Il rendit Nifa à fon Amant y à qui fon 
père Tavoit enlevée , & renvoya les autres dans 
leur famille. 

Tandis que ces chofes fe pafToient en Améri- 
que , Leonille , que le départ de Floris avoir 
plongée dans une fombre mélaiY:olie f prenoit 
avec Céline les eaux de Bath. Le Duc de Mon- 
mouth^èXs naturel de Charles II , en devint éper- 
dûment amoureux. Ce Seigneur ^accompagnoit 
la Reine d'Angleterre aux mêmes eaux, pa Ma* 
jefté avoir entendu parler de la beauté de Léo-- 
nille i elle voulut la voir y &c trouvant qu'elle fur- 
pafToit tout ce qu'on lui en avoir dit y elle pria 
Céline de laiffe» venir fa fille à la Cour. Après 
. bien des difficultés , il fallut enfin y confentir^ 
& bientôt cette fille charmante eut feule , toute 
la confiance de la Reine. Cette Princefle lui fit 
part de fon hifloire , qui forme ici un fort long 
épifode. Vous demandez. Madame ^ ce que ceit 
que cène hiftoire ? là yoici. 
Catherine Catherine de Bragance j fille de Don Juan s 
de Biagan- Roi de Portugal, aimoit^dit-on ,1« Comtt d^Mri* 



ce. 



JMiADlMOiSELii D£ LuBBllf. iqt 

ièyra avant que d'époufer le Roi d'Angleterre : 
(È'eft encore ici un amour dans le goût des anciens 
tlomans } il ne s'exprime que par des foupirs ^ 
Ses larmes , des évanouïfTemetis continuels , tan- 
dis que la bouche garde un fllence obftiné , & 
i!|u'on périroit plutôt mille fois , que de pronon- 
cer je vous aime. Telle étoit la difpofition de là 
Princeffe de Portugal à Tcgard de fon Amant. Le 
Comte > qui depuis trois ans » brûloit pour elle 
des mêmes flammes , ofa un jour lui en faire 1 a-^ 
veu. Ils rougirent run& l'autre pis baiiTerenr les 
yeux , fe quftterent tout interdits ^ & furent trois 
mois entiers, fans ofer fe regarder. Catherine crut 

Sue cet aveu offenfoit fa gloite i ôc pour éviter 
ans la fuite des déclarations auxquelles fon cœur 
}>renoit trop d'intérêt , elle engagea fon Amant â 
accepter une vice-Royauté en Aîrique , qu'il n'a- 
•Voit refuféè ,que pour iie pas s'éloigner d'elle; 
Le départ du Comte fit le même effet fur la Prin- 
ceâe, que celui de Floris fut la tendre LéoniIle« 
Le chagrin qu'elle en eut lui caufa une maladie 
qui fit craindre pour fes jouts. Le nouveau Vice- 
Roi eut occafion de fignalet fa valeur dans une 
guerre coiitre les Africains ^ mais il ne refla pas 
long-tems dans cette place éclatante ; car ayant 
été bleiré dangéreufement , on le rappella en Por- 
tHgal. Le retour du Comte fit naître à iaPriifceflTe 
ridée de le marier au plutôt , pour oppofer une 
barrière infurmontable à des fentimens, dont elle 
voyoit trop qu'elle n'étoit pas la maîtreffe. Elle 
jerta les yeux fur Séraphine de Cajlro j qu'elle 
avoir toujours aimée ; mais dès le moment qu'elle 
eut fité fes vues fur cette fille ^ elle fentit pour 
•lie , ouelque forte d'ébignement. Quand la 
t^sinctucrât m Vice-Roi k première ouvert;ifre 

Tij 



1^1 Mademoiselle dd LuBEïtT. 

de cet hymen , ib tombèrent tous deux évanouis. 
Revenue à elle-même » Catherine rougit de fa 
foiblefle ^ elle n'en.eut que plus d'ardeur à prefler 
ce fatal mariage. Il fe.nt avec beaucoup a appa- 
reil , & coûta bien des larmes à la Princeflè. 
Dans ce temsJà , le Roi d'Angleterre avait en- 
voyé un AmbaiTadeur à Lisbonne, pour la deman- 
der en mariage y &c elle lui avoir été accordée. 
L'Infant Don Pedre devoit Tépoùfer au nom 
du Roi de la grande Bretagne y mais ce Prince 
étant tombé malade , céda cet honneur au Corn- 
ted' Ericeyra. Quelle affreufe fîtuJtion, Mada- 
me , que celle de. deux Amans qui vont fe jurer 
pour autrui une foi mutuelle ! Auilî , quand il fut 
queftion de prononcer au pied de l'Autel ce cruel 
engagement , la Princeffe tomba évanouie d'un' 
côté , le Comte de l'autre ; & il fe fit un tumulte 

3ui interrompit la cérémonie. Ces fortes d'acci- 
ens étoient les effets ordinaires de leur amour, 
qui comme je vous l'ai dit, nefe manifeftoit que 
par des évanouilTemens; Ils fe remirent cepen- 
dant, & achevèrent la cérémonie avec une gaîté 
apparente qui éloigna tous les foùpçons. Depuis 
ce moment , la nouvelle Reine s'interdit tout ce 

aui pouvoit rappeller fa foibleffe y jamais le nom 
e fon Amant ne lui échappa. 
Léonille voyoit trop de conformité entre l'état 
où s'étoit trouvée la Princelfe , & celui qu'elle 
cprouvoit elle-même , pour n'être point touchée 
de ce récit ; mais notre Héroïne ne connoilfoit 
encore qu'une partie de (es malheurs j L'amour 
du Duc de Monmouth lui préparoit de nouvelles^ 
peines. Il n'y a rien qu'il ne mit en iifage , pour flé- 
chir ce cœur déjà engagé. Il luioffric la main y Se 
voyant qu'il ne pouvoit vaincre fa fermeté ,- il 



MAX>£M0I5EtLB PE LuBERT. I95 

forma le projet de Tenlever. Maisjheureufemcînt 
pour Léonille, il avoir chargé un honnête homme? 
de l'exécution de fbn deflein. Celui-ci eut horreur 
du procédé ^p Monmouth ; & tandis qu'il ^mu- 
fpitjce jeune audacieux par des fervices fimulés , 
il facilita révafion de Lcopille. Elle fut rendue à 
ies parens , fans qu'elle eût à rgugir d'aucun af- 
front j le Duc avoir toujours refpeftç fa verçu. 

Quelque-tems avant cet enlèvement , on avoit 
appris en Angleterre, la perte du vaifleauoùFloris 
s'etoit embarqué. Cetçe nouyelle porta d'aborcj 
le défefpoirdans les deux famille§ j mais quand , 
par une lettre de ce jeune homme', onfçut tout 
ce qui lui étoit arrive , on fentit renaître Tefoé- 
rance j & la douleur fe calma. Pour retirer Ion 
fils d'entre les mains des Sauvages , Lçontin en- 
treprit le voyage ^e l'Amérique. Floris étoit fur 
le bord de la mer , lorfqu'il vit , 'au milieu des 
ftots , un vénérable vieillard, foutenu par deux 
homiîies qui s'approchoient du rivage. C'étoic 
lçontin lui-même , qui. ayaçt débarqué dans une 
Ille voifîne , ^yoit voulu entrer dans une pirogue 
de Sauvages , & étoit tombé dans la mer. Après 
avoir procuré à fon père tous les fecours nécef- 
faires , Floris apprit de Léontin, que Léonille lu^ 
êtoit dbftinée , & qu'on n'attendoit que fon ar- 
rivée en Angleterre , pour conclure ce mariage. H 
^onns^ fes ordres pour un prompt départ \ &c après' 
une navigation , pendant laquelle il eut encore 
quelques aventures , ils arrivèrent heureufement 
nii , Spiberg & Lépntin , au Port d'Exmouth. 
" Nous voici , Madame, à l'endroit intéreflant 
du Roman : c'eft' celui où les deux Amans font 
înftruits de leur naiflance , où Floris apprend 
qu'il eft le fils d'Euàôxe &c de Céline, à ou celle- 

^ ■■ '■ Tiij 



%y4 yéjLWnUKSttlM M 

/^;" u^ .':: du» cctOsnrzage en 
< .^ d léié.î.jf% €&hitn éait. 




Je fait ^ &a 




Madimoisbli,b de LuBSR.n tç^y 

■ ' . r I I ,1 TSSSS 

LETTRE XIX. 



N< 



eus entrons ayeç Mademoifelle de Lu- 
bert , dans le Pay$ de la Féerie j je fais , Mada- . 
me , que ce genre infipide & frivole , eft peu de 
votre goût y 8c que ce n*eft pas celui que vou^ 
choifiriez, pour vos ledures, même de pure oifi- 
veté. Mais vous voulez connoître tous les Ou- 
vrages des femmes qui ont écrit, fans en excep- 
ter ceux y où leur imagination s*eft le{3lus égarée. 
Vous m'ordonnez , il eft vrai , de ne pas trop m'y 
arrêter, pour ne point avoir l'air de mettrede l'im- 
portance , à des chofes qui en ont fi peu \ mais 
vous voulez du nioins vousen former une idée } & 
vous me défendez de rien exclure de mes analyfes. 
J'obéis > & jecommençe par la Tyrannie des Fées Tyranaî 
détruite y ou la Machine 4^ Marly^ ^aL2^^^ 

L'Auteuf repréfente les Fées occupées fans "^* 
çeflè a rendre malheureux l^s Princes les plus 
aimables , & les PrinceiTes les plus belles. 
Ces vidimes infortunées (ont cramformées > 
les unes <en Dragons monftrueu^ , les autres 
en Eléphans, en Centaures, en Ours; & fous 
ces figures l>ideufes , elles font confiées à U 
garde dn Roi des Montres , qui étoit lui-même ^, 
avant fa métamorphofe , , un Prince charmant. 
Enfin , par la puiflance d'une Princeffe nommée 
Adélaïde, le pouvoir de ces Fées cruelles eft 
anéanti \ & çlks font condamnées , pour expier 
leurs crimes , ^ tourner fans çeffé les roues pro- 
digieufes qui fervent à élever l'eau fur la mon- 
tagne de Marly. Les monftres difparoiffent bien- 

Tiv 



icf6 Mademoiselle de {.ubert. 

tôt après, & redeviennent Princes ficPriuceflês», 
Je fouhaite que cette fidtion vous paroifTe agréai- 
ble, & que vous jr trouviez Quelque in^énieufé 
allégorie. J'en dis autant de la Princejje Coaiu^ 
La Prin- d'œuf&*du Prince Bonbon j dont voici le déoun 
^^•^V " ^^ ^^^^^ autrefois un Roi , qui avoit Je nez 
^ ' iy Ci long 5 fi long , que quoique rextrémité fut 
w roulée fur une bobine , & portée par deux 
» Pages , qui n'étoient point payés , & qui s^en-- 
yy trerenoient à leurs dépens , la partie cartilagi- 
» neufe du nez , étoit encore h vafte & fi peu 
»> flexible, qu'on avoit été obligé* dabbatre tous 
w les coins des rues de la Capitale , pour don- 
»> nér au Prince la facilité de tourner, lôrfqu'il 
» alloit à la promenade. Or , comme ce nez > 
w qui croiflbit toujours, étoit fojet à' d'inipor-* 
« tunes démangeàifons , lés Médecins ne trou- 
w vererit d'autre remède pour les appaifer , quef 
« 'de faire donner fans- ceflfe-des croquignoles au 
» bon Prince j ce qui le fit nommer le Roi Cro-^ 

si quignolet». , . . ^ . 

• Ce Prince , le plus avare des hommes , ne • 
voulut point fe marier , parce Qu'une femme te 
jetteroit dans une trop grande dépenfe. Il allai 
donc confulter un fameux Sorcier, nommé Dort-^ 
d*un-<z'd y pour obtenir de lui des enfans fans 
prendre de femme. Ce forcier , par reconnoif- 
îance pour Croquignolet, qui lui avoit appris à 
faire la fauce aux raves j lui fit préfent de deux 
œufs : il lui dit d'en cafler un, lôrfqu'il feroitdô 
rétour dans fon Palais,& de garder l'autre précieu- 
fement. Croquignolet raffembla tous les Grands 
de fon Royaume j & prenant l'un des œufs, ill^ 



Mademoiselle de Lubert. ic^j 

caBâ, félon Tordre que lui en avoit donné Dort- 
U'ùn-œil. 

' Oh en vit auffitot fortir une petite per- 
laniie,plus belle quelamour, richement vêtue , 
Se toute couverte de perles & de diamants ^ ce 
qu'A y eut de plus extraordinaire , c'eft qu'elle 
pandit à vue d œil, & devint tout-à-coup de la 
taille & de la figure d'une fille de quinze ans , 
mais avec des eraces» tant de beauté, & tant 
d'efprit, que ju^u*alors il ne s'étoit rien vu de 
pareil. Clmcun refta la bouche ouverte d admi-^ 
rarion; le Roi lui-même n'en ofoit parler, La 
jeune Princefle , qu'on nomma fur le champ: 
Coqued'œufj tant à caufe de fa ilaillànce fingu- 
liere, que de la blancheur édatante de fon teint , - 
rompit la première le filence, &; d'une voix plus 
douce qu'une flûte Allemande , adrefTa au Roi 
ces paroles. » J'ignore, dit-elle, à quels évene- 
yr mens ma vie eft deftinée ; mais |e fais que 
n comme je n'ai point eu d'enfance , je n'aurai 
n jamais de vieillelTe \ &C que je parviendrai 
» dans l'âge le plus reculé , lans rien perdre de 
» la fraîcheur & des attraits que le Ciel m'a 
n donnés en partage : au furplus ma bonne ou 
yy ma mauvaiie fortime eft attachée à l'œuf donc 
>» le favant Dort-d'un-œil vous a recommandé 
» la Gonfervation. Je dois le porter toujours fur 
99 moi , ainfi je vous prie de vouloir bien me le 
>» donner >». , 

A quelque tems de-là , le Prince Bonbon pa- 
rut à la Cour , & plut à la Princeffe qu'il aima 
d'abord paflionnément. Un jour que ce Prince Sç 
Coqued'œuf jouoient à la Queue-leuleu, Bon- 
hon fit tomber l'œuf que la Pri^cçife avok dans 



%<^i MAPBMOtSXIIB DE LufiBUT. 

une bocte à fa ceinture & récrafa. Auffic6t 
Ccxjued'ocuf pâlit , fes genoux fe roidirent j 6c 
elle refta fjroiae & immobile comme le marbre » 
p^r les jambes. Elle ne fut tirée de cet état » que 
par les foins du favant Dort-d'un-ceil. 
' Je pourroiS) Madame, revenir encore avec Mtte 
de Lubert, au n^ du Prince CroQaignolet,& vous 
dire qu'un troupeau de grues paUant dans le Pays , 
prit ce nez poiur une longue tripe ; & que s'étanr 
jette deflus , il enleva le Prince dans les airs , fuf- 
pendu par fon nez : mais, je doute que de pa-^ 
reilles idées puifiTent vous plaire. ; j'aime 
mieux parcourir rapidement les autres baga« 
telles du même Auteur ^ ce n eft pas qu'elles 
fôienr plus agréables j mais c eft pour vous apr 
prendre les chofes fingulieres dont s'eft occupée 
Mademoif<^lie de Lubert : je commence par 
: Pnacc U Prince Glacé j & la Princeffc EtinçeUantc. 
icé, & la £)^„5 \q Royaume de Scy thie , le plus froid dç 
^^y? tous les climats, rcgnoit autrefois un Prince 
aufli infenfible par ion tempérament , que les 
glaces de fon Pays. Il avoit été Roi de bonne 
heure, & parconféquent livré à tous les piaifirs 
que l'âge & les confeils flatteurs de fes Courtif 
fans lui avoient infpirés. Il étoir beau à mer- 
veille j & jamais créature mortelle ou célefte 
n'avoit raffemblé tant de grâces & de talens en-» 
feînble ;*maîs jamais aulfi fon cœur n'avoit pu 
s'amufer des plaifirs de la tendreffe ; il étoit 
étonné qu'on pût s'attacher à quelque chofe > & 
fa froideur alloit jufqu'à trouver extraordinaire» 
qu'on cherchât à lui plaire. On l'appelloit Glacée 
Non loin de ce Pays> régnoit une Reine qui n'a- 
voit qu'une fille laquelle n'étoit pas belle, mais fi 
fufceptible de tendxeire , que la Reine la gardoit; 



Madimoiselle de Lubert. 299 

avec foift, pour qu'elle ne tombât pas dans Tin- 
convénient d'aimer quelqu'un qui ne lui fût pas 
portable. On avoir beau faire , la Princefle avoir 
}lmagitiation vive ^ & ne fut*ce qu'un portrair j^ 
elle perdoit le boire & le manger y même le dor- 
mir , ^our cekii qu'il repréfenroit ^ & fes fem^ 
mes étoient occupées Jour 6c nuit» à la confoler 
des chagrins que lui donnoit fa chimérique ten« 
drefTe. Ce fut bien pis » quand à la Cour parut 
celui du Prince Glacé. La Reine vouloit qu'on le 
cachât à Etincellante j ( ç'eft fe nom de la Prin- 
cefle ; ) mais la nourrice , qui n'ayoit pas d'autre 
reflburce pour la guérir du foi entêtetxient qu'elle 
venoit de prendre pour une ftame qui repréfen-^ 
toit Âdoms y courut le lui porter, xa voilà folle 
du Prince \ la Reine eut un peu plu9 de complaii» 
fance dans ce moment , pour Ton extravagance » 
& fe réfolut d'accorder la Princefle au plus vite. 
On la propofa : elle étoit dans des impatiences 
mortelles de la répoqfe. Comme ç'étoit une al- 
liance convenable, le Confeil du Prince Glace 
s'aflemhla, & lui arracha enfin fon confentement : 
la tête en penfa tourner à Erincellante^ielle vouloir 
parrir auparavant^mais enfin il fallut attendre que 
tout fût prêt pour la conduire dignement. 

Elle partit avec fa nourrice ^ à qui la Reine 
recommanda fecrettement , de ne point quitter 
la Princefle y craignant que l'Ambafladeur du 
Prince Glacé , qui la conduifoit, & qui étoit 
jeune & joli , ne s'avifat de faire oublier le por- 
trait à fa fille. La nourrice promit tous fes foins > 
& tout le monde partit. 

Le Prince Glace qui redoutoit autant l'arrivée 
4*£t;incellante , ^ue fes Peuples fembloi^Qt la 



^PO AlADEMOIS^tLE DE LuflERT. 

defirer , fe retira dans un Château fdrfitaifft , 
dont il ne fortoit que pour aller à la chafle. Un 
|oiir qu'il pourfuivoit un Ours jnfques dans une 
caverne , il s'entendit appeller par une voix qui 
iembloit partir du fond de l'antre. Il avance , 
réfolu d'éprouver l'aventure. Il ^it les mu- 
railles de la Grotte couvertes de criftal , & au mi- 
lieu , un baflîn de marbre d'une grande beauté. 
Le Prince qui n'entendoit plus perfonne , s'en- 
dormit à quelques pas du bafGn. A fon réveil 
il apperçut dans le-balfin , au milieu de plufieurs 
Nymphes , une dame qui fortoit du bain. Rien 
n'étoit plus beau , que' cette petite cour j mais 
celle qui en parôiflbit la Sotfyerainé , attira les 
regards & Tadmiratiion de Glacé. Un inftant* 
après , toutes ces rnerVeilles difparurent à fes 
yeux; &ilfe trouva à Tentrée delà caverne , ou 
il avoir pourfuivi fdn curs. De retour au Châ- 
teau , on vint lui apprendre que la Princefle Etin- 
cellànte âvoit été etnportée par fon Courfîer 
^vec une telle vîtetfe , qu'on l'avoit perdue de 
vue , & qu'on ne favoit où elle étoit. Le Prince 
donna fes ordres pour la faire chercher ; mais il 
n'étôit pas fâché cle fe voir libre par cet accident. 
11 ne manqua pas de retourner à la caverne , & 
n'y vit plus qu'un gros ferpènt qui le flatta , & 
qui parut lui montrer le chemin qu'il devoir fui- 
vre. Glacé fe laifla conduire 4^ns un Palais de 
rubis 5 où il vit la Princefle Etincellante que 
Miriel , Roi des Sylphes , avoir enlevée , & qu'il 
retenoit dans ce féjôur. Etincellante qui corn- 
mençoit à prendre de l'amour pour le Prince 
Aérien , ne put voir le Roi de Scy thie , fans s'ac^ 
cufei d'ingratitude ; mais celui-ci fut enlevé, 
par une puiflance invifible , fur un char de corail 3 



Mademoiselle db Lubbrt, 501 

ic crahfporté dans un Palais donc les porcesf 
étoient aàt & de criftat. Le j^ince y demeura 

3uelque çeçns, fans favoir à qui.il étoit redevable 
e cène g^anterie. Un jour ayant apperçu uno 
dame voilée dans les jardins ^ il raborda avec 
tranfporc , croyant que c'étoit la NympKe de la 
Grotte ; il lui offrit l'hommage de fon amour ; 
mais il reconnut fon erreur , lorfque la Fée 
Léopardeeut levé le voile qui lui çouvroit le vi- 
fage. L'air décontenancé du Prince irrita la Fée : 
elle lui apprit que cette belle perfonne qu'il ai- 
moit , étoit fa fœur , la Fée Limpide , & qu elle 
fauroit fe venger fur fa rivale , du mépris qu'il 
faifoit de fon amour. Après cette menace » Léo- 
parde permit au Prince d'aller voir Limpide. 
Cette belle Fée , qui en naiflant avort été mena- 
cée de perdre le don de Féerie , fi elle avoir le 
malheur d'aimer , & de voir périr fon Amant 
au bout de Tannée , refufoit les vœux de tous 
fes Adorateurs. Elle en avoit déjà transformé 
plufieurs en guéridons; & le Prince Glacé alloic 
éprouver le même fort , lorfque Léoparde , fei- 
gnant de le vouloir garantir du danger qui le 
menaçoit, luifitpréfenr d'un bracelet enchanté, 
en Tavertiflant de foufflet deffiis , toutes lès 
fois qu'il feroit dans quelque grand péril. 11 
en fit l'épreuve dans le moment même ; & auffi- 
tôt , par un changement merveilleux , il oublia 
Limpide , & fe fenrit la plus violente paffion 
pour léoparde. Celle ci recueillit le fruit de 
fa rufe ; elte vécut pendant un an avec le Prince 
qui ne ceÛôit de l'aimer. 

Pour la conclufion , il faut fe fouVenir que 
la Princeffe Etincellante a été tranfportée par 
le Roi des Sylphes , dans le Palais de Rubis. 



^àï KfADEMOlrSlill Bfe LùiiEâfv 

Ce Monarque eft condamné à perdre toatë 
fa puiiTance , s'il ce^e d*en être aimé. Il ntf 
tarde pas à éprouver la rigueur de fan fbrr : il 
eft changé touc^-à-coup en ftatue de marbre ; ii 
fon inâdelle fubit la thème métaitiorphofe. 

Le Prince Glacé étant entré un jour dans le cabi-» 
tiet où étoient ces belles ftatues, toucha par hafard 
de fon bracelet, celle d'Etincellante , qui fe mit 
auiB-rôt à lui parler. Surpris de ce {^odige ,. 
Glacé attacha Ion bracelet au bras de la ftatue 
de Miriel «^ qui repréfentoit un Adonis. Âufli- 
rât la ft^itue difpanit ; & le Roi des Sylphes re« 
toercia le Prince , de Timportant fervice qu'il 
Venoit de lui rendre. Glacéfe reflôuvint de Lim-* 
bide y & rougit de fon aveugle penchant pour 
Léoparde. Miriel lui apprit que Limpide etpit 
renfermée dans une tour , par le pouvoir d'un 
fameux enchanteur , qui n'ayant pu a)en faire ai-^ 
mer , exerçoit fur elle une cruelle vengeante. 
Avec le fecours du Roi des Sylphes , le Prince 
Glacé Tarrache des mains de ce barbare , à qui 
ion fait époufer la Princefle Etincellante , à 
condition qu'il n'aura aucun {^^«Voir fur elle , 
qu'à la cîentieme infidélité. L'Enchanteur at- 
tend , avec impatience , qu'elle ait rempli le 
nombre prefcrit } mais malheureufement , elle 
meurt à la quatte-vinçt-dix-neuvietne , peut- 
être de l'excès de chagrm qu'elle conçoit, d'être 
fi proche du tems ou elle va céder de plaire. 
Miriel quitte la terre , pour retourner flans fon 
Empire. Glacé & Limpide font coulonnés Roi 
& Reine de Scythie , & font , par leurs vertus^ 
leur bonheur 6c celui de leur^ peuples^ 

Je m'éteqdrai moins fur le Conte , intitulé : 
in Prin^effc S^rifiik^ Se U Prince Typhon^D^M 



MADJBMOISEtLB D£ LùBERT. jôj 

f ces ^ Prudalie & Champêtre ^ \ furent chargées La Prie 
de réducation d'un Prince & d'une Princefle, ccflcScnÉ 

3ui dévoient un jour être unis, Senfible fut ^^ ' ^^ 
ouée de beaucoup d'efprit : elle avoit les or- f^^^ ^ 
ganes fi délicats , que le moindre bruit la met- 
toit à Textrèmité , & qu elle étoit obligée de 
s'enfermer fous une cloche de verre , de peur 
que le moindre zéphir ne lui caufât quelque 
rhumatifme. Prudalie préfidoit à cette molle 
éducation. Champêtre avoit doué le Prince 
Typhon de toutes les qualités du corps , & Té- 
levoit dans une groiTe Ferme , loin du commer- 
ce du monde. Typhon manquoit d'eijprit \ il 
étoit beau 5 mais groiGer \ adroit , mais igno- 
rant. Il avoit beaucoup d^amour propre ; ce qui 
le rendoit fort méprifable. Il fut fîfflé à la Cour 
de Senfible *, & il paroiilbit impoflible que deux 
perfonnes , de caraderes fi différens , puffent 
jamais vivre enfemble. La Doyenne des Fées 
entreprit de réparer le mal qu avoient fait Pru- 
dalie & Champêtre ; elle rendit Senfible moins 
précieufe , & Typhon plus fpirituel ; l'amour 
prit foin du refte. 

Il y a dans ce conte , une defcription du Tem- 
ple de lamoar propre y que vous ne ferez peut- 
être pas fâchée de lire. t> Ce Temple eft ouvert 
99 la nuit comme le joiu: y il paroît toujours 
» bâti fur le deflfein , & dans le goût que Tau- 
si roit fait conftruire celui qui le regarde. La 
» ftatue du Dieu eft feule dans le Temple , 
9> dont elle occupe le fonds ; elle reprélente 
M avec la dernière exaditude , & dans fon plus 
^ beau jour > le portrait de celui qui la regarde ; 
i> & ce portrait paré par les Amours & par les 
H Grâces > lui pa];(Mt remponcr le prix de U 



504 MADSMOISELie DE LuBERT. 

» beauté ^ ou tout au moins celui du mérité. 
» Ce Temple n eft orné que par des tableaux 
>) peints avec les couleurs les plus vives, &par 
» des Trophées &: des bas-reliefs. Les uns 6c les 
yt autres repréfentent , dans le plus grand détail , 
9> lesaâ:iops & les attributs de celui qui vient 
»» adorer la Divinité. Les procédés qui peuvent 
» mériter quelques reproches , font portés ou 
» accompagnés de leurs excufes, que l'on apper- 
» çoit dans le jour le plus favorable. C'eft en 
» ce lieu , que Ton peut admirer réléeance & 
M les vives expreflîons de la générouté mal- 
V entendue , de la faufle noblefle ,.du menfon- 
»> ee prétendu nécefTaire , des devoirs fuppo- 
n lés de fon état , du faux honneur , de des 
»> prétextes de la vengeance n. ». 

Lioancttc t)ans les montagnes de Circaffie , il y avoir 
c Coquc' un vieillard avec fa femme , qui s'étoient retirés 
ico. du monde; las d'en avoir elïuyé les caprices , 

ils s'étoient fait une retraite commode d'une 
caverne ; & leur folitude n'étoit troublée , que 
.par la crainte de fe voir mourir. Le vieillard 
s'appelloit Mulidor, & fa femmç Phila. Un 
matin , que Phila fortit pour mener paître fes 
brebis , elle fut bien furprife de trouverai fa 
porte , un Lion d'une grandeur & d'une force 
prodigieufes , avec une Lionne , qui portoit fur 
Ion dos une petite fille. L'enfant defcendit dès 
qu'elle vit la vieille ; & elle vint l'embraiTer. 
Cette bonne femme , furprife d'effroi & d'ad- 
miration , refta immobile ; & les Lions après 
avoir careffé la petite fille qui répondoit à leurs 
. carefTes 5 s'enfuirent & difparurent en un inf- 
tant. La bonne femme revint alors de fa frayeur; 
; &: régardant cet enfant, qjui ne cef&it de Tem- 

' . ' ' brafler, 



Mademoiselle de LuBERt. J65 
WafTer, elle la prit dans fes bras » & rentra dans- 
la caverne pour la montrer à fon mari. Ils ad- 
mirèrent tous deux fa beauté & fa douceur ,* 
Se remercièrent les Dieux de ce prcfent. Ils 
la carefTerent , & lui donnèrent du lait de brebis 
coût frais tiré ^ elle fourit à cette vue j & les. 
regardant » elle fit un cti qui reffembloit au 
nigiffement des Lions. £He s'accoutuma ce- 
pendant à eux aifément ; elle n'avoit du Lion , 
que {es cris y ce qui lui fit donner le nom de 
Lionnette. Elle répondit à ce nom \ & bientôt 
la vivacité de fon efprit lui fit entendre ce qu'on 
lui difoit y Se enfin elle parla elle-même. £lle^ 
fut un an avec ces bonnes gens ,qui Taimoient- 
paffionnément , & qui en étoient aimés de me-, 
me, lorfque Mulidor , pour l'accoutumer à leurs* 
ufages , en cas qu elle vint à les perdre , la mena 
a la pèche ; mais la petite Lionnette ne fut pas 
au pied du roc y ou le bon homme mettoit fc« 
cher fes poiflbns , qu elle fit un petit rugiffe- 
ment qui réveilla le Lion & la Lionne. Ces 
animaux accoururent » & la carefferent à Tenvi 
l'un de l'autre. Elle embraffoit tendrement la 
Lionne qui fe laiifoit faire ynfuite elle fauta 
fur fon clos , & les Lions s'cioignerent en un 
moment. Le pauvre vieillard fut confterné , & 
defira de mourir , puifqu'il perdoit fa chère 
fille. Enfin, après bien du tems , vovant que fon 
défefpoir ne lui fervoit à rien , il le traîna à fa 
caverne , & y porta la défolation , en apprenant 
à Phila , l'aventure de Lionnette. 

. La nuit fe pafla en plaintes & en larmes. A 
La pointe du jour , ils fe levèrent pour chercher 
leur fille. Ils couroient vers le roc où les Lions 

avoient établi leur demeure > lorfqu'ils virent 
Tome IF. V 



fx>6 Madbmôisbiis db Lvmict. 

cet enfant que la Lionne leur apportoîs» 
Auffitôt que Lionnette les apperçut , elle def^** 
cendit , & vint leur fauter au cou 'y puis tirant 
de deflius la croupe de la Lionne , un Chevreuil 
qu'elle avoir étranglé dans fa chaiTe : » voilà y 
S) dit -elle » ce que mère Lionne vous donne ; 
j> elle m'a menée à la chafTe pom: vous 9). Les 
Lions s'éloignèrent î & Lionnette revint à la 
caverne. 

MuKdor & Phila réfolurent de confulter une 
Fée fameufe du voifinage , appellée Tigreline , 
pour favoir quel feroitlefort de Lionnette. 11$ 
apprirent qu'elle avoit été expofée aux Lions, 
par la méchanceté d'une Reine qui lui avoit 
donné le jour , & qu'elle feroit heureufe y iî elle 
pouvoit s'cmpccher d'aimer ce qui lui étoitoppo^ 
le. Elle alloit fouvent à la chafle fur le dos de 
la Lionne. Un jour le Lion ayant été tué par 
un Chaffeur , elle revint toute éplorée à la ca- 
verne j mais fa douleur augmenta , lorfqu'elle 
vit la Lionne expirer de défefpoir. Cette ai-f 
mable petite fille fut exrraordinairement affli- 
gée de cette perte j elle parut renoncer à la joie 
& aux amufemensMle fon âge. Un intérêt pluar< 
tendre fut à la fin tarir la four ce de fes lar- 
mes. En allant à la foret, elle fit la rencontre d'un 
jeune berger qui lui parut fort aimable , & i; 

r' elle infpira beaucoup d'amour. Dès-lors, la. 
(fe & les bois firent les délices de Lionnette j 
elle voyoit fon berger tous les jours. Dans une» 
de ces tendres entrevues , fon Amant lui apprit 
qti'il étoit fils de Roi , & qu'il s'appelloit le 
firince Coquerico. Ce nom ne fut pas plutôt 
prononcé , que par un prodige furprenant ^ 
jLiojonette fç mit «i fuir de toute fa force > mal^ 



MÀDEMoiskttfi DE XuBEïtr. 567 
Tgré les cris du berger qui la rappelloir. Après 
*x:et acxident , une Fée hideufe entra dans la 
caverne de Mulidor ; & le touchant de fa ba- 
guette , lui Phila & la petite fille , elle les tranf- 
xorma en Liens. 

Le Prince Coquerico étoit fils dW Roi des 
Ifles fortunées. Ce nom lui fut donné , parce 
qii'il fe plaifoit à voir des coqs fe battre enfem- 
ble, Lorfqu il eut atteint fa dixième année , il 
■fut enlevé par un tourbillon; & la Fée Cornue, 

3ui en étoit devenue amoureufe , le tranfporta 
ans un Palais enchanté. Il y vécut plufieurs an- 
liées ,aj[iblic de TUniveis , & occupé à tous les 
iexercices qui pôuvoienr le rendre digne de ré- 
gner. Cornue n*t)ublioit rien pour le perfeâion- 
ner; & elle attendoit autant de fa.reconnoifTan- 
ce , que de Ton amour , le prix de fés peines 
& de fes foins. Ce fut pendant le féjour de ce 
Prince dans ce Palais , que s'étant écarté dans 
nue forêt épaiffc , il vit la jeune Lionnette, 
Cornue s'apperçat bientôt de là' nouvelle in- 
clination du Prince. Pour s'en venger , elle 
transforma Lionnette & les deux vieillards en 
Lions. Non contente de cetfe vengeance , elle 
frappa le Prince de fa baguette , & le métamor- 
phola dans le plus beau Coq du monde. 

C'eft d'après l'opinion , que les Lions font 
naturellement ennemis du chant du caq > que 
Mademoifelle dé Lubert transforme Te Prince 
Coquerico & Lionnette en ces deux efpeces 
d'animaux. Lorfque le malheiTreùx Pifince ainfî 
métamorphofé , chantoit par hazard ëa préfence 
de la belle Lionne , celle-ci prènoitîa 'fuite ^ 
fans que rien pût l'arrêter. Enfin , Coquerico 
prelFé par Cbriiae , & ne voyant pôim d'aucre 

y i j 



jo8 Mademoiselle m Lubert.' 

moyen de finir fes malheurs , & ceux de Lîonr 
nette , que d'époufer la Fée , fe prcparoit à ce 
mariage , lorfque Tigreline vint rendre à Lion- 
nette fa première forme , & la donna pour 
^poufe au Prince , en préfence de Cornue , qui 
en mourut de défefpoir, 
LaPrin- Pj^^nez patience , Madame j nous n'avons 
Te Cou- P^^s ^^^ d^i^ contes de Mademoifelle de Lu- 
ir-dc-Ro- bert j la Princejfe Coulcur-de-rofe ^ & la Prin- 
cejje Camion. La Reine du Royaume des Cè- 
dres , & celle des Âigues-marines , étoient deux 
fours qui mirent au monde , l'une , la Prin- 
cefle Couleur-de-rofe , l'autre , le P^^ij^e Cc^ 
ladon Les Fées qui préfiderent à la muflànce 
de ce dernier , ne virent rien de fâcheux dans 
fa vie y pourvu qu'il put éviter U piquûre d'une 
rofe. En conféquence , il fut ordonne qu'on dé- 
truiroit jufqu'à la moindre plante de Rofier j & 
l'on défendit , fous peine de la vie , d'avoir au- 
cune de fes fleurs. A l'égard de la Princefle , 
elle fut douée des plus rares qualités ; & les 
Fées lui firent préfent d'un bouquet de fix rofes 
de diamans couleur-de-rofe , qui ne devoir fe 
faner , que lorfque fon Amant feroit infidèle j 
c'étoit le feul malheur qu'elle eut à craindre , 
iuppofé qu'elle n'aimât pas avant l'âge de quinze 
ans. Le Roi & la Reine conclurent , qu'il fal- 
loit la marier de bonne heure. Mais nul ne peut . 
éviter fa deftinée. Malgré les précautions du 
Roi des Aiguës-Marines , le Prince Céladon 
fe piqua les mains dune épine de rofe j & la 
Princeife dévînt amoureufe , avant fa quinzième 
année , du Prince Céladon. Une Fée malfai- 
fantè la tranforma en un livre couleur-de-rofe , 
qu*elle plaça, dans fa Bibliothèque, Céladon ré- 



Mademoiselle de Lubert. 509 

foluc de la chercher par toute la«terre ; le ha* 
fard le conduifit dans la Bibliothèque de la Fée ; 
& ayant mis la main fur le livre en queftion , 
il y lut toute la vie de la jeune Princefle. Il ne 
foupçonnoit pas qu'il eut entre les mains celle 
iqu'il aimoit uniquement , & qu'il cherchoic 
avec tant d'empreflement. Il vit dans cette Bi- 
bliothèque , une Guenon , dont les mines & les 
Îrefticulations lui firent croire que c'étoit Cou- 
eur de-rofe. 11 la carelFa j la Guenon répondit 
àfes carefles , de manière à lui perfuader ce 
qu'il ne faiJToitque foupçonner. Bref, il laifli 
Je Livre , & emmena la Guenon , qu'il époufa , 
dans Tefpérance qu elle pourroit reprendre fa 
forme naturelle. La Fce malfaifante fe laifla 
fléchir enfin j on rendit à la Princeffe fon Amant ; 
& la Guenon fut étouffée pour la punir de fes 
artifices. 

Zirphil , le fils unique d'un Roi , entroit dans ta Prin- 
l'âge d'être marié j la Fée Marmotte fe préfente ccflc Ca- 
à. la Reine fa mère , & lui offre une femme lî n"on. 
petite , qu elle peut entrer dans un étui à curre- 
dents. Elle fe nomme la Princefle Camion y ôc 
elle a tout l'efprit qu'il eft poffible d'avoir. 
Zirphil qui croit qu'on fe moque de lui , ne 
peut fe réfoudre à époufer une fi petite créature. 
11 aime mieux fe marier ^vec une Baleine , qui 
en effet devient fa femme. Cependant la Reine 
fa mère perd l'étui où étoit renfermée la*Prin- 
celfe Camion j & il fe trouve que cette Prin- 
celfe & la Baleine font la même perfonne , ainfii 
métamorphofée par des enchantemens qui cef- 
jfent .enfin 5 & le Prince Zirphil eft marié fo- 
lemnellement avec la Princefle Camion. J'ai 
pallé rapidement fur ce conte j Se je crains en- 

;Vii 



3io Mademoiselle de Lubert» 

core de m'y êy:e trop arrête. On ne conçc)ît patf 
comment des Etres raifonnables peuvent s'oc- 
cuper de pareilles extravagances y & dans le tra-- 
vail que je me fuis impofé , ce que j'ai trouvé 
de plus rebutant , de plus dégoûtant même , 
c'eft l'obligation de les lire. 

Quoique les penfées foient fort rares dans 
ces fortes d'Ouvrages , en voici néanmoins quel- 
ques-unes, qui ferviront à terminer cette lettre „ 
d'une manière plus inftruâiive que les chofest 
futiles qui la compofent. 

» Jamais on ne fe reproche fes fautes avec 
>y tant d'amertume y que quand on en fent la 
» peine. 

>y Les hommes » en général , veulent qu'on 
>» leur foie fidèle au de-ld de ce qullsfonc eux- 
s» mêmes. 

3> L'avantage du bon fens , eft de l'emporter 
» toujours fur le précieux & le faux brillante 

» Pour ramener a la vérité quelqu'un d'égaré , 
ij il faut fe conformer à fes idées. 

» L'amour propre eft encore plus aveugle ^ 
n que l'amour même. 

» C'eft déjà beaucoup pour fe former , que 
» de commencer à rougir ; cette rougeur eft la 
99 meilleure de toutes les leçons. 

j> L'étendue de l'efpf it n'amené point à la 
»^ connoiffance de l'amoui; \ il faut Tavoir éprou-» 
Jt vé yy. 

Je fuis , &C. 



'MaDAMB bu CHATSLlf. J X» 



LETTRE XX. 



170^. 



Xx La tète des Œuvres de Madame la Mar- 
quife du Châteîet , fe trouve fon éloge hiftori- ^*^* 
que par M. de Voltaire , qu'une longue & étroi- ^ Chatct 
te amitié uniflbit à cette illuftre & (çavante Ma- 
thématicienne. EnrafTemblant les difFérens traits 
de cet éloge , & le jugement que les Journaliftes 
ontponédes Ouvrages de cette femme célèbre , 
vous pourrez , Madame , vous former une idée 
du mérite & des connoifTances de Gabrielle 
Emilie de Breteuil , Marquife du Châtelet , né» 
en 170^. • 

Dès fa tendre jeunelTe , elle orna fon efprit 

{)ar la leâure des bons Auteurs , en plus d'une 
angue ; elle avoit commencé une traduâion de 
l'Enéide. Elle apprit depuis l'Italien & l'An* 
glois. Le Tarte & Milton lui étoient auflî fa- 
miliers que Virgile. L'Etude de fa propre lan- 
gue fut une de fes principales occupations j 
elle a laiffé des remarques manufcrites , dans 
lefquelles , à travers les incertitudes de la Gram- 
maire , perce cet efpm philofophique , que lui 
avoit donné la nature , & qu'elle cultiva avec 
tant de fuccès. Son premier Ouvrage fut une 
explication de la philofophie dé Léibnitz , fous 
le titre d'Inftiration de Phyfique , adreffée à fon 
fils, auquel elle enfeigna elle-même la Géomé- 
trie. Ce fils eft M. le Comte du Chatelet- 
Lomont. L'éclat répandu fur le nom de fa mère , 
n'ajoure rien à la confidération dont il jouit y 
fon mérite perfonnel y fes talens , fes lumières » 

V iv 



jijL Madame ru CHAtBLBT. 

fon efprit , fon zèle & fes fervices , lui otà ac^ 

quis & lui aflurent l*eftime publique. 

Madame du Châtelet y apxcs avoir rendu les 
imaginations de Léibnîtz intelligibles , comprit 
par le travail même , que cette Métaphyfiqae , 
n belle, mais fi peu fondée , ne méritoit pas de 
borner fes études & fes opinions Elle eut Le cou- 
rage d'abandonner ce pkilofophe , de fe dé- 
faire de tout efprit de tiftcme ,. & de fe livrer 
toute entière à Newton» 

« Madame du Châtelet, dît M. de Voltaire , 
a> a rendu un double fervice à la poftérité » en 
» traduifant le livre des Principes, & enrenri- 
M chidant d'un Commentaire. Il eft vrai que 
» la Langue latine , dans laquelle il eil écrit, eft 
» entendue de tous les Savcns y mais il en coûte 
>* toujours quelques fatigues, à lire des chofes 
j» abftraites dans une Langue étrangère ; d'ail* 
1» leurs le latin n'a pas de termes pour exprimer 
99 les vérités mathématiques & phyfiques qui 
» manquoient aux anciens. 

» A l'égard du Commentaire algébrique , 
» c'eft un Ouvrage audeffus de la traduftion. 
» Madame du Châtelet y travailla fur les, idées 
h de M. Clairaut : elle fit tous les calculs elle* 
$9 même j & quand elle avoit achevé un char 
j» pitre , M. Clairaut l'examinoit & le corri- 
'99 geoit. 

» Autant qu'on doit s^étonner , qu'une fetn» 
99 me ait été capable d'une entreprife qui. de- 
» mandoit de fi grandes lumières & un travail fi 
>» obftiné i autant doit-on déplorer fa perte pré- 
» maturée. Elle n'avoit pas encore entiéremenjc 
» terminé le Commentaire , lorfqu'elle prévit 
» que la mott pouvoir l'enlever ; elle écoit; j^ 



Màdami du Chatelbt. )I) 

n loufe de fa gloire , & n'avoit point cet or^ 
>f gueil de la taufTe modeftie , qui confifte i 
•> paroître méprifer ce qu'on fouhaite , & à vou- 
M loir paroître fupérieare à cette gloire vcrita- 
»> ble, ta feule récompenfe de ceux qui fervent 
» le public y la feule digne des grandes âmes , 
» qu'il eft beau de rechercher , & qu'on n'afFede 
» de dédaigner , que quand on eft incapable d'y 
». atteindre. 

» Elle joignit à ce goût pour la gloire , une 
» (implicite qui ne l'accompagne pas toujours > 
99 mais qui eft fouvent le fruit des ctuder fc- 
a rieufes. Jamais femme ne fut fi favante quelle ; 
» & jamais perfonne ne mérita moins qu'on 
99 dit d'elle , c'eft une femme favante : elle ne 
i> parloir jamais de fcience , <^u'à ceux avec qui 
^> elle croyoit pouvoir s'inftruire, & jamais n'en 
*> parla pour le faire remarquer. On ne la vit 
» point raftembler de ces cercles , où il fe fait 
» une guerre d'efprit i où l'on établit une ef- 
» pece de Tribunal j où l'on juge fon fiécle , par 
» lequel , en récompenfe , on eft jugé très-fé- 
» vérement. Elle a vécu long-tems dans des fo- 
99 ciétés où l'on ignoroit ce qu'elle étoit } & 
» elle ne prenoit pas garde à cette ignorance. 

99 Née avec une éloquence finguliere , cette 
» éloquence ne fe déployoit , que quand elle 
» avoir des objets dignes d'elle. Ces lettres 
» où il ne s'agit que de montrer de l'efprit , ces 
99 pérîtes fineffes , ces tours délicats que l'on 
M donne â des chofes ordinaires , n'enrroient 
» point dans l'immenfité de fes talents ; 
99 le mot propre , la précifion , la jufteife ôc 
» la force ètoient le caraftere de fon cloquen- 
n ce y elle eut plutôt écrit comme Pafcal 6c 



314 Madame bu Cratelbt. 

9» Nicole , que comme Madame de Sévîgné» 

» Mais cette feAnetc févere , & cette trempa 
3» vigoureofe de fon efprit ne le rendoient pas in- 
» acceflible aux beautés de fentiments : les char* 
9» mes de la pocde & de l'éloquence la péné« 
9» troient^ & jamais oreille ne fut plus fenuble k 
» rharmonie. Elle favoit par cœur les meilleurs 
9> vers, & ne pouvoir fouffrir les médiocres. C'é- 
» toit un avantage qu'elle eut fur iVi^wronj d'unir 
9» à la profondeur de la philofophie , le goût le 
99 plus vif & le plus délicat pour les Belles- Let- 
99 très. Parmi tant de travaux que le Savant le 
99 plus laborieux eût à peine entrepris , qui croi* 
99 roit qu'elle trouva du tems , non-feulement 
99 pour remplir tous les devoirs de la fociétc , 
99 mais pour en rechercher , avec avidité, tous les 
99 amufemens ? Elle fe livroit au plus gtand 
» monde , comme à l'étude ^ tout ce qui occupe 
99 la fociété écoit de fonreilbrt, hors la médi- 
99 fance. Jamais on ne l'entendit relever un ri- 
99 dicule ; elle n'avoir ni le tems ni la volonté 
9» de s'en appercevoir j & quand on lui difoit 
99 que quelques perfonnes 11e lui avoient pas 
»> rendu juftice, elle répondoit qu'elle vouloit 
99 l'ignorer. On lui montra un jour , je ne fais 
» quelle miférable brochure , dans laquelle un 
99 Auteur, qui nctoit pas à portée de la con- 
99 noître , avoir ofé mal parler d'elle. Elle dit 
99 que fi l'Auteur avoir perdu fon tems à écrire 
» ces inutilités , elle ne vouloit pas perdre le 
99 fien à les lire \ & le lendemain ayant fçu 
99 qu'on avoit renfermé l'Auteur de ce libelle, 
99 elle écrivit en fa faveur , fans qu'il l'ait ja- 
99 mais fçu. 

9> Elle fut regrettée i la Cour de France , au- 



Madame du Chatelbt. fi 5 

f) tint ou on peut l'être dans un pays , où les 
» intérêts perfonnels font fi aifément oubliée 
>y tout le refte. Sa mémoire a été précieufe i 
9» tous ceux qui l'ont connue particulièrement ,^ 
» & qui ont été à portée de voir l'étendue de 
»y fon efprit & la grandeur de fon ame. 

»> 11 eût été heureux pour fes amis , qu'elle 
» n'eût pas entrepris cet Ouvrage , dont les Sa* 
9i vans vont jouir. On peut dire d'elle , en dé- 
9> plorant fa deftinée , periit artcfuâ. 

» Elle fe crut frappée a mort long-tems avant 
» le coup qui nous Ta enlevée : dès4ors , elle ne 
» fongea plus qu'à employer le peu de tems 
»» qu'elle prévoyoit lui refter , a fanir ce qu'elle 
f> avoir entrepris » & à dérober à la mort ce 
» Qu'elle regardoit comme la plus belle partie 
» a'elle-même. L'ardeur & l'opiniâtreté clu tra- 
» vail , des veilles continuelles y dans un tems 
f où le repos l'auroit fauvée , amenèrent enfin 
» cette mort qu'elle avoit prévue. Elle fentit 
^> fa fin approcher; & par un mélange fingulier 
»> de fentiments qui (embloient fe combattre » 
» on la vit regretter la vie, & regarder la more 
» avec intrépidité : la douleur d'une féparation 
>» éternelle affligeoit fenfiblement fon ame ; & 
» la philofophie dont cette ame étoit remplie , 
» lui laiffoit tout fon courage. Un homme qui 
» s'arrachant triftement à fa famille qui le pleure, 
» &c qui fait tranquillement les préparatifs d'un 
t> long voyage , n'eft que le foiole portrait de 
M fa douleur & de fa fermeté : de forte que 
» ceux qui furent les témoins de fes derniers 
» momens , fentoient doublement fa perte , par 
» leur propre afïliâion & par fes regrets , & 
u admiroienc en même-tems la force de fon 



$i6 Madame du Chatelit,* 
9> erpric , qui mèloic à des rejgrets iî tcmchans^ 
» une conftance fi inébranlable ». Elle mourut 
i Lunevijle en 1 749 , âgée de quarante-trois ans. 
Le Difcours préliminaire qui eft à la tête de 
fes Inftitutions de Phyjique j font , dit M. de 
Voltaire , un Chef-d'œuvre de raifon & d*éla* 
quence y & elle a répandu dans le refte du livre , 
une méthode & une clarté admirables. Je ne 
rapporterai , Madame , que le Difcours préli- 
minaire y c-eft la meilleure notice que je puifle 
^ vous donner de l'Ouvrage même. Vous y verrez 
d'abord avec quelle fageiTe Madame du Châtelet 
parle à fon fils. 
Inftim-- *> J ai toujours penfé que le devoir le plus 
00ns de w facré des hommes, étoit de donnera leurs 
Ayfupic, ^ enfans une éducation qui les empêchât > dans 
j> un âge plus avancé , de regretter leur jeunefle., 
, n qui eft le feul tems où ton puifTe vétitable- 
» ment s'inftruire. Vous êtes , mon cher fils , 
» dans cet âge heureux , où Tefprit commence 
» à penfer , & dans lequel le cœur n'a pas en- 
» core à^^ paflions affez vives pour le troubler. 
» C'eft peut-être à préfent le feul tems de 
« votre vie , que vous pourrez donner à l'étude 
» de la nature j bientôt les paffions & les plai- 
afi firs de votre âge emporteront tous vos mo- 
» mens j & lorfque cette fougue de la jeunefle 
»> fera paflTée , & que vous aurez payé à Tivrefle 
» du monde le tribut de votre âge & de votre 
» état, l'ambition s'emparera de votre ame ; 
9) & quand même dans cet âge plus avaiKé , & 
» qui fouvent n'en eft pas plus mûr, vous vou- 
>y driez vous appliquer à l'étude des vcntables 
^ fciences ,. votre efprit n'ayant plus alors cette 
s» flexibilité qui eft le partage des beaux ans » 



Madame du Chatilit. 517 

i» il vous faudroit acheter par une étude pénible, 
»» ce que vous pouvez apprendre aujourd'hui 
99 avec une extrême facilité. Je veux donc vous 
» faire mettre a profit l'aurore de votre raifon , 
» & tâcher de vous garantir de l'ignorance 
» qui n'eft encore que trop commune parmi les 
» gens de votre rang , & c[ui eft toujours un 
>» défaut de plus , & un mérite de moins. 

n II faut accoutumer de bomie heure votre 
i> efprit à penfer , & à pouvoir fe fuffire à lui- 
» même y vous fentirez dans tous les tems de 
» votre vie , quelles reflources & quelles confo- 
»> tarions on trouve dans l'étude ; & vous verrez 
» qu elle peut même fournir des agrémens Se 
» des plaifirs. 

*> Uétude de la Phyfique paroît faite pour 
99 l'homme j elle roule fur les chofes q&i nous 
M environnent fansceife , & defquelles nos 
» plaifirs & nos befoins dépendent : je tâche- 
» rai , dans cet Ouvrage , de mettre cette fcien- 
31 ce i votre portée , & de la dégager de cet 
» art admirable , qu'on nomme Algèbre , le- 
» quel féparant les chofes des images , fe dé- 
» robe aux fens , & ne parle qu'à l'entendement; 
» vous n'êtes pas encore à portée d'entendre 
» cette langue , qui paroît plutôt cçUe des In^ 
n telligences que des hommes ; elle eft référ- 
ât vée pour faire l'étude des années de votre 
» vie y qui fuivront celles où vous êtes ; mai$ la 
19 vérité peut emprunter di£Férentes formes ; 8c 
i> je cacherai de lui donner ici celle qui peut 
99 coavenir à votre âge , & de ne vous parler 
39 que des chofes qui peuvent fe comprendre 
f» avec le feul fecours de la Géométrie com-^ 
9» mune que vous avez étudiée. 



•Jl15 MaDAMB du CttATElET. 

j> Ne ceflez jamais , mon fils , de cultiver 
9> cette fcience que vous avez apprife 4^s vo- 
» tire plus tendre jeunefle j on Ce flatteroit en 
» vain fans fon fecours , die faire de grands pro- 
9> grès dans l'étude de la nature ^ elle eft la def 
» de toutes les découvertes ; Se s'il y a encore 
» plufieurs chofes inexpliquables en Phyfique , 
» c'eft qu'on ne s'eft point aflez appliqué a les 
» rechercher par la Géométrie , & qu'on n'a 
99 peut-être pas encore été aflfez loin dans cette 
99 fcience. 

« Je me fuis fouvent étonnée , que tant d'ha- 
f> biles gens que la France poflTéde , ne m^ayent 
9> pas prévenu dans le travail que j'entreprends 
» aujourd'hui pour vous ; car il faut avouer que , 
» quoique nous ayons plufieurs excellens livres 
V de Phyfique en françois , cependant nous 
^> n'avons point de Phyfique complette , fi on 
w en excepte le petit Traité de Rohaut , fait, 
5> il y a quatre-vingts ans ; mais ce Traité, quoi- 
»> que très-bon pour le tems dans lequel il a été 
»> compofé , eft devenu très-infumfant par la 
o> quantité de découvertes qui ont été faites de- 
99 puis : &c un homme qui n'auroit étudié la 
9> Phyfique que dans ce livre , auroit encore bien 
99 des chofes à apprendre. 

3> Pour moi , qui en déplorant cette indî- 
99 gence , fuis bien loin de me croire capable d'y 
»• luppléer 5 je ne me propofe , dans cet ouvrage, 
99 que de raflembler fous vos yeux les décou- 
•• vertes éparfes dans tant de bons livres latins , 
99 italiens , & anglois ; la plupart des vérités 
»> qu'ils contiennent font connues en France d« 
*> peu de lefteurs : & je veux vous éviter la peine 
i> de les puifer dans des fources donc la pro^. 



Madame du Chatbl^t* $19 

V fondeur vous cffrayeroit , & pourroît vous 

V rebuter. 

jî Quoique l'Ouvrage quefentreprens , de- 
f> mande bien du tems & du travail , je ne re^ 
n gretterai point la peine qu'il pourra me cou- 
•> ter ; & je la croirai bien employée , s*il peut 
w vous infpirer l'amour des fciences , & le defir 
w de cultiver votre raifon. Quelles pein^ & 
» quels foins ne fe donne-t*-on pas tousle^ jours> 
99 dans Tefpcrance incertaine de procui^er les 
p honneurs & d'augmenter la formne de fes en- 
5> fans ! La connoiffance de la vérité , & l'habi* 
«) tude de la rechercher Se de la fuivre y eft-^lle 
» un objet moins digne de mes foins ; furtouc 
9> dans un (iécle où le goût de la phyfiaue entr9 
s» dans tous les rangs , & commence à faire une 
>' panie de la fcience du monde ? 

» Je ne vous ferai point ici l'hiftoire dw 
» révolutions que laPhyhque a éprouvées } il fau- 
*j droit pour les rapporter toutes , faire un gro^ 
» livre; jemepropolede vous faire connoître^ 
*» moins ce qu'on a penfé, que ce qu'il faut fça-» 
» voir, 

»> Jufqu'au dernier ficelé , les fciences onc 
i> été un fecret impénétrable , auquel les pré- 
•> tendus Savans étoient feuls initiés ; c'étoit uhq 
^. efpece de cabale , dont le chiffre confiftoit en 
j» des mots barbares , qui fembloient inventés 
» pour obfcurcir l'efprit^ & pour le rebuter. . 

» Defcartes parut dans cette nuit profonde j^ 
f9 comme un aftre qui venoit éclairer l'Univers J 
?» la révolution que ce grand homme a caufét. 
# 4an$ les fciea.ces , eft furement plus utile , & 



'310 Madame du CuArttft. 

» eft peut-être même plus mémorable , que céîltf 
»> des plus grands Empires ; & Ton peut dire 
3> que c'eft à Defcartes , que la raifon humaine 
>9 doit le plus ; car il eft bien plus aifé de troU' 
9> ver la vérité , quand on eft une fois fur fes 
3> traces , cjue de quitter celles de Terreur. La 
99 Géométrie de ce grand homme , fa Diop* 
^^ trique , fa Méthode , font des chefs-d'œuvres 
» de fagacité , qui rendront fon nom immortel j 
j> & s'il s'eft trompé fur quelques points de 
»> phyfique , c'eft qu'il étoit homme , & qu'il 
99 n'eft pas donné à un feul homme , ni à un 
»> feulfîecle, de tout connoître. 

}> Nous nous élevons à la connoiiïance de la 
f> vérité , comme ces Géans qui efcaladoient les 
9» Cieux en montant fur les épaules les uns des 
f> autres. Ce font Defcartes & Galilée qui ont 
9) formé les Hughens & les Léibnitzs , ces 
» grands hommes dont vous ne connoiflfez 
99 encore que les noms , & dont j'efpere vous 
9» faire connoître bientôt les Ouvrages j & c'eft 
9» en profitant des travaux de Kepler , & en 
99 faifant ufage des Théorèmes d'Hughens , 
99 que M. Newton a découvert cette force uni- 
99 verfelle y répandue dans toute la nature , qui 
99 fait circuler les Planètes autour du Soleil , 
99 & qui opère la pefanteur fur là terre. 

99 Les (iftcmes de Defcartes &c de Newton , 
99 partagent aujourd'hui le monde penfant y 
99 ainC il eft nécelTaire que vous connoifliez l'utt 
99 & l'autre ^ mais tant de favans hommes ont 
99 pris foin d'expofer , & de réatifier le (îftc- 
99 me de Defcartes , qu'il vous fera aifé de vou» 
# en inftruire dans leurs Ouvrages. Une de 
9> mes vues dans la première putie de x:elui ci r 

eft 



Madame du Chatelet. jzi 

» eft de vous mettre fous les yeux l'autre parr 
» rie dp ce grand procès , de vous faire con- 
» noître le fiftême de M. Newton , de voiijr 
»> faire voir jufqu'où h. connexion & la vrajr 
»9 femblance y font pouffees , & comipent le? 
*> phénomènes s'expliquent par Thipothefe 4ç 
M iattradion. 

w Vous pouvez tirer beaucoup d'inftruAîons 
» fur cette matière , des Elémens de la philo- 
« fophie de Newton , qui ont paru l'anncie 
M paflee ; & je fupprimerois ce que j'ai à vous 
3> dire fur cela , fi leur illuftre Auteur avoir em- 
3> brafifé un plus grand terrain j mais il s 'eft 
» renfermé dans des bornes fi étroites , que je 
»> n'ai pas crû qu'il pût me difpenfer de vous 
*> en parler. 

yy Gardez-vous , mon fils , quelque parti que 
M vous preniez dans cette difpnte des philofo' 
a> phes , derentètemenr inévitable , dr.ns lequjel 
33 i'efprit de parti entraîne : cet efprit eft dan- 
33 gereux dans toutes les occafions de la vie y 
a> mais il eft ridicule en phyfique j la recher- 
3> che de la vérité eft la feule chofe , dans |a 
33 quelle Tamour de votre païs ne doit poi^ic 
79 prévaloir j &c'eft aifurément bien mal à prp- 
» pos , qu'on a fait une efpece d'affaire natip- 
if nale aes opinions de Newton .& de Dçf- 
» cartes : quaivi ^^ s'agit d'un livre de pliy^î- 
53 que , il faut demander s'il eft bon , & npn 
3> pas fi l'Auteur eft Anglois , Allemand , ou 
» François ? 

33 11 me paroît d'ailleurs , qu'il feroit auffi 
» injufte aux Cartéfiens de refufer d'admettre 
» Tattraétion , comme hipothefe , qu'il eft 4^- 
Tome i/^- X 



52i Madame du CnATEttr.* 

n raifonnable à quelques Newtoniens, <IeV(M* 
>> loir en faire une propriérc primitive de k 
« mariete j il faut avouer que quelqaes-Hi 
» d*entt'eux ont été trop loin en cela y 8ctm 
a c'eft avec quelque raiion , qu*on leur reproott 
59 de refTembîer ànn homme , aux mauvais yea 
» duquel échapperoient les cordes qui font ki 
» vols de rOpéra , & qui diroit, envoyant 
35 Bellerophon, par exemple , fe foutenir et 
If l'air : Belletopnon fe foutient en Tair , parce 
» qu'il eft également attiré de tous côtés par 
3> les coulifles ; car pour décider , que les ef- 
fi fets que les Newtoniens attribuent à Tattrac- 
» tion , ne font pas produits pat rimpulfioDi 
5> il faudfoit connoître toutes les façons dont 
a l'impulfion peut être employée y mais c'eft ce 
72 dont nous lommes encore bien éloignés. 

i> Nous fommes encore en Phyfique , comme 
3» cet aveugle né , à qui Chefelden rendit la 
55 vue ; cet nomme ne vit d'abord rien que cou- 
a fufément : ce ne fut qu'en tâtonnant , & an 
ï> bout d'un te ms confidcrable , qu'il commença 
» à bien voir ; ce tems n'eft pas encore tout-a- 
» fait venu pour nous -, & peut-être même ne 
iy viendra- t'il jamais entièrement ; il y a vrai- 
» femblablement des vérités , qui ne font pas 
>j faites pour être apperçues par les yeux de 
»3 notre efprit , de même qu'il y a des objets, 
» que ceux de notre corps n appercevront ja- 
» tnais y mais celui qui refuferoit de s'inftruire 

• 03 par cette confidérarion , reflembleroit à un 
, f> boiteux , qui ayant la fièvre , ne voudroit pas 

• » prendre les remèdes qui peuvent l'en guérir ; 

• >5 parce que ces remèdes ne pourroibnt Tem- 
"'•*> pécher de boiter. 



Madame du Chatelet. jij 

M. 5> Un des torts de quelques Philofophes dé 
j^ *» ce tems , c'eft de vouloir bannir les hypo- 
k m thefes de la pkyfique ^ elles y font auffi nc- 
.. » ceflaires que les échafFauts dans une malfon 

}» que Ton bâtit : il eft vrai que lorfque le bâti- 
a> ment eft achevé ,. les échafFauts deviennent 
if » inutiles j mais on n'auroit pu Télever fans leur 
i » fecours. Toute TAftronomie , par exemple » 
É » n'eft fondée que fur des hypothefes ; & lî on 
; 99 les avoit toujours évitées en phyfique , il y a 
l «3 apparence qu'on n'auroit pas rait tant de de- 
j j> couvertes , auffi rien n'eft- il plus capable dé 
l j> retarder les progrès des fciences , que de vou- 
[ 99 loir les en bannir , & de fe perfuader que Ton 
r «3 a trouvé le grand reflbrt qui fait mouvoir toure 
^ o3 la nature j car on ne cherche point une caufe 
» que Ton croit connoître; & il arrive par -là , 
» que l'application des principes Géométriques 
» de la Mécanique aux effets phyfiques , qui eft 
99 très-difficile & très-néceffaire, refte imparfaite, 
i> & que nous nous trouvons privés des travaux? 
99 & des recherches de plufîeurs beaux génies , 
09 qui auroient peut-être été capables de décou-y 
99 vrir la véritable caufe des phénomènes. 

>» Il eft vrai que les hypothefes devie.nnenc 
99 le poifon de la philofophie , quand on les 
f> veut faire paffer pour la vérité j & peut-ctrs 
99 même font-elles plus dangereufes alors , que 
»j ne l'étoit le jargon inintelligible de l'école j 
33 car cejargon étant abfolument vuide de fens , 
>j il ne ralloit qu'un peu d'attention à un efpric 
99 droit , pour en apperce^oir le ridicule , & 
j» pour chercher ailleurs la vérité j mais une 
99 hypothefe ing;értieufe & hardie ,qui a d'abord 
99 quelque vraUemblance , intérelfe lorgutil 

Xij 



324 Madame du CnArtitT. 

» humain à la croire ; Tefprit s'applaudit d'avoir 
33 trouvé ces principes peu fubtils , & fe ferten- ' 
n fuite de toute fa fagacitc pour les défendre. 
9 La plupart des grands hommes qui ont fait 
)> des fiftemes , nous en fourniflfent dçs exem- 
»> pies ^ & ce font de grands vaifleaox empor- 
9> tés par des courans j ils font les plus belles 
3> manœuvres du monde y mais le courant les 
ia entraîne. 

35 Souvenez-vous , mon fils , dans toutes vos 
» études , que Texpérienct eft le bâton que la 
>5 nature a donné à nous autres aveugles , pour 
33 nous conduire dans nos recherches y nous ne 
3> laiflTons pas avec fon fecours , de faire bien du 
a» chemin j mais nous ne pouvons manquer de 
» tomber , fi nous cefTons de nous en fervir y 
33 c'eft à l'expérience à nous faire cçnnoître les 
93 qualités phyfiques y & c'eft à notre raifon à 
I» en faire mage , & à en tirer de nouvelles con- 
33 noiflances & de nouvelles lumières. 

» Si j'ai crû devoir vous précautionner contre 
33 l'efprit de parti , je crois encore plus néceflaire 
.33 de vous recommander de ne point porter le 
3> refped pour les plus grands hommes , jufqu'à 
33 l'idolâtrie , comme font la plupart de leurs 
33 difciples y chaque Philofophe a vu quelque 
33 chofe y Se aucun n'a tout vu; il n'y a point 
33 de fi mauvais livre , où il n'y ait quelque 
33 chofe à apprendre ; & il nV en a gueres d'aflez 
» bon , pour qu'on ne puifïe y rien reprendre. 
33 Quarid je lis Ariftote , ce Philofophe qui a 
33 efluyé des fortunes fi diverfes & lî injuftes , je 
33 fuis étonné de lui trouver quelquefois des 
» idées fi faines fur plufieurs poinu^ de Phy- 
33 fique générale , à coté des plu« grandes ab* 



Madame du Chatelet. $15 

» furdités y & quand je lis quelques-unes des 
» queftions que M. Newton a miles à la fin de 
» fon Optique , je fuis frappe d'un cténnement 
» bien différent. Cet exemple des deux plus 
»ï grands hommes de leur fiécle , doit vous taire 
M voir , que lorf qu'on a l'ufage de la raifon , il 
» ne faut en croire perfonne fur fa parole , mais 
« qu'il faut toujours examiner par foi-même, 
iy en mettant à part la confidération , qu'un nom 
»> fameux emporte toujours avec lui. 

» C'eft une des raifons pour lefquelles je n'ai 
» point chargé ce livre de citations y je n'ai point 
» voulu vous féduire par des autorités j & de 
»> plus , il y en auroit trop eu y je fuis bien loia 
>5 de me croire capable d'écrire un livre de Phy- 
» fique , fans confulter aucun livre y 8c je doute 
» même que fans ce fecours , on en puîfle faire 
j> un bon. Le plus grand Philofophe peut bien 
99 ajouter de nouvelles découvertes à celles des 
» autres j mais quand une vérité eft une fois: 
9i trouvée , il faut qu'il la fuive ^ & il a fallu ^ 
» par exemple , que M. Newton commençât par 
•> établir les deux Analogies de Kepler , lorf 
79 ou'il a voulu expliquer le cours des Planettes ; 
» uns quoi il ne feroit jamais parvenu à cette 
» belle découverte de la etavitation des Aftres. 

sj La Phyfiaue eft un bâtiment immenfe , qui 
9» furpaffe les forces d'un feul homme y les un^ 
» y mettent une pierçe , tandis <jue d'autres 
99 bâtiflent des ^îles entières y mais, tous doi- 
» vent travailler fur les fondemens folides quott 
>> a donnés à cet édifice dans le dernier fiecle ^ 
» par le moyen de la Géométrie , & des obfer- 
» vations , il y en a d'autres qui lèvent le plaadtt 
» bâcimejit > ^ je fuis da nombre de ces dembcsi. 

X ii| 



}i6 Madame dtj Chatelet. 

» Je n'ai point fongé dans cet Ouvrage i 
•> avoir de refprit , mais à avoir raifon ; & j'ai 
a> fait aflez de cas de la vôtre , pour croire que 
j> vous étiez capable de rechercher la vérité in- 
» dép'endamment de tous les ornemens étran- 
^> gers , dont on l'a accablée de nos jours. Je me 
» fuis contenté d'écarter les épines qui auroient 
j> pu blefler vos mains délicates ; mais je n'ai 
» point cru devoir y fubftituer des fleurs étran- 
*> gères j & je fuis perfuadé qu'un bon efprit , 
» quelque foible qu'il foit encore , trouve plus 
i> de plaifir , & un plaifir plus fatisfaifant dans 
>> un raifonnement claire & précis , qu'il faifit 
w aifément , que dans une plaifanterie déplacée. 

» Je vous explique dans les premiers chapi- 
%y très , les principales opinions de M, de Leibnitz 
H fur la Métaphyfîque , je les ai puifées dans 
'^ les Ouvrages du célèbre Volf , dont vous 
s>' m'avez tant entendu parler avec un de fes 
s> difciples , qui a été quelque tems chez moi , 
j> & qui m'en faifoir quelquefois des extraits. 

» Les idées de M. de Leibnitz fur la Mé- 
^> taphyfique , font encore peu connues en 
»> France y mais elles méritent affurément de 
« l'être : malgré les découvertes de ce grand 
j> homme , il y a fans doute encore bien des 
M chofes obfcures de la Métaphyfique j mais il 
» me femble qu'il nous a fourni dans ce prin- 
.>i cipe de la raifon fuffifante , une bouffole ca- 
M paole de nous conduire dam les fables mou- 
>ï vans de cette fcience. 

w Lès obfcurités dont quelques-unes des par- 
99 ties de la Métaphyfique font encore couver- 
» tes , fervent de prétexte à la p^reffe de la plû- 
>> parc des hommes pour ne la point étudier j 



Madame du Chatelet. 517 

jj ils fe perfuadent que parce que l'on ne fçait 
»j pas tour , on ne peut rien favoir j cependanr il 
99 eft certain , qu'il y a des points de Mécaphy- 
M fique fufceptibles de dcmonfttations aufli ri- 
» goureufes , que les dcmonftrations Géométri- 
» ques 5 quoiqu'elles foient d 'un autre genre : 
»> il nous manque un calcul pour la Métaphyfi^ 
»j que , pareil à celui que l'on a trouvé pour la 
to Géométrie , par le moyen duquel , avec l'aide 
» de quelques données j on parvient à con- 
» nqître des inconnues ; peut-être quelque gé- 
3> nie trouvera-t'il un jour ce calcul. M. de 
» Léibnitz y a beaucoup penfé ^ il avoir fur cela 
i> des idées , qu'il n'a jamais par malheur com- 
» muniquées à perfonne j mais quand même 
» on le trouveroit ^ il y a apparence qu'il y à 
» des inconnues dont on ne trouveroit jamais 
» l'équation. La Métaphyfique contient deux 
^> efpeces de chofe j la première , ce que tous 
>> les gens qui font un bon ufage de leur efprit , 
s> peuvent (avoir j & la féconde , qui eft la plus 
j> étendue > & qu'ils ne fçauront jamais. 

« Plufieurs vérités de Phyfique , de Méra- 
j> phyfique , & de Géométrie font évidemment 
» liées entre elles. La Métaphyfique eft le faîte 
» de l'édifice ; mais ce faîte eft fi élevé , que U 
a».yue en devient fouvent un peu confufe. J'ai 
n donc cru devoir commencer par le rapprocher 
w de votre vue , afin qu'aucun nuage n'obf- 
» curciffant votre efprit, vous puiffiezvoir d'une 
>) vue nette & afiurée , les vérités dont je veux 
» vousinftrnire». 

En rapportant en entier cette excellente Pré- 
face , je n'ai pas craint. Madame , qu'on me le* 
prochât d'être trop-long. 

Je fuis » &C. X iv 



jzâ Madame du Chatelet. 



LETTRE XXL 

Principes | * ^ , , « -, 

lathéma- JLjA Tradudlôh des Principes Mathématiques 

iqucs. de la Philofophte, naturelle de Newton j font le 
fécond Ouvrage de Madame la Marquife du 
Chârelec. Sous ce titre , font coniprifes deux 
produftiohs très-différences ; Tune eft une tra- 
dudion (impie du livre de Newton j l'autre eft 
im Commentaire fur le même livre. 

Les Principes Mathématiques font compo- 
fcs de trois livres , précédés de quelques no- 
tions préliminaires fur Tefpace , le tems , le 
mouvement en général , &c. Le premier livre 
eft divifé en quatorze Sedions. L'Auteur ex- 
plique dans la première, la méthode des prcmie^ 
res & dernières raifons. Les Commençans y 
trouveront une Métaphyfique égalemenr folide 
& lumineufe de la nouvelle Géométrie , qui ac- 
quiert par-là , toute la certitude & l'évidence de 
ranciënhe. Les autres fedions font employées 
i, démonttfer des propositions générales fur le 
mouvement des corps, fans avoir égard ni à Tef- 
pecê de ces corps , ni au milieu dans lefquels ils 
le meuvent. On trouve dans les deuxième • tçoi- 
fieme , quatrième , cinquième & fixieme , 
h déterminaifon du mouvement d'un corps , 
àms dés tràjedoires coniques. Soit que la force 
centrale tende au centre de la courbe , foit 
qu elle tende à l'un des foyers. La feptieme 
contient la Théorie de Tafcenfion & de la def- 
cehfioh ri^ailigne des corps , dans toutes fortes 
d'hypothefes de péfanteur. Dans la huitième^ 



MAfcAMÊ *Û CtïAfÉIlV* J2^ 

l'Autôilr détermine , en génétal , les ôrbés que 
décrivent des corps foUicités pat des forces cen- 
tripedes quelconques. Il eft queftion dans la 
neùvierhe , des orbites mobiles ; on y aflîgne 
quelle doit être la loi de la force centrale , pour 
faire décrire uhe orbite doJmée à un corps au- 
tour d'un centre , tandis que cette même orbite 
tourne autour du centre. Le dixième traite du 
mouvement dans des fupérficiès données , 
& des ofcillations dès cbrp^ fufpendus par des 
fils. 

Jufqu'ici j Newton n'a parlé que des" mou- 
vemens qui réfalteiit dé l'attràtSkion vers un cen- 
tre immobile j mais il h'exifte peut-être pas de 
point de cette efpece dans la nature y car les 
attractions , dit horrfe Auteur , qui ont coutume 
de fe faire vers des cbrps qui attirent & qui font 
attirés , font toujours itiutûelles & égales , par 
le principe que Taàiort & la réadiôn font égales, 
C'eft pourquoi il examine dans la ônziemfe 
fedion , les riiouvemens des cblrpS qui s'atti- 
rent mutuellement. Les douzième Se ttiôizie* 
me f€"tki<)ns font côhfacrééis au5c fôràes àttrac^ 
tives des corps fpWriques ôc des corps noti 
fphériques. On y trouve, au fujet des attrac- 
tions des corps fphériques , des chofés très-re- 
marquûblei. Enfin la quatorzième parle du ftioti^i* 
vement des corfjufcules iattirés par toutes lès 
parties d un corps quelconque. L'AUteur y don*- 
fee une explicarioh de k téfra<5tion , k feule qtA 
foit admilhble dans la faine Phyfîque. 

On voit par ce précis , que ce premier livre 
contient toute la théorie de k gravitation des 
aftres , mais que l'Auteur he s-eft pas borné à 
Texamen des queftions qui y fom relwives j 



3J0 Madami du ChAtïiit.' 

qu'il a cherché à rendre fes folutions générales J 
& à en donner un grand nombre d'applications. 
Dans le fécond livre , Newton confidere le 
mouvement dans les milieux qui réfiftent. Ce 
livre eft partagé en neuf fedtions. Les trois 

(premières traitent du mouvement dans les mi- 
ieux qui réfiftent , ou en raifon de la fimple 
vîteflTe , ou en raifon doublée de la vîtefle , ou 
en partie comme la vîteflfe &C comme le quatre 
delà vîtefle. Dans la quatrième, l'Auteur exa- 
mine le mouvement circulaire dans les milieux 
réfiftans. La cinquième eft un Traité complet 
d'Hydroftatique : on y trouve des recherches 
très-profondes fur la denfité , & k compreflîon 
des fluides. La fixieme parle du mouvement 
d'ofcillation dans les milieux réfiftans. Entr'au- 
très chofes curieufes. Newton fait voir que les 
ofcillations , dans une cycloïde qu'on fçait être 
ifochrones dans le vuide , le feront auflî dans un 
milieu réfiftant , en raifon de la fimple vîtefle. 
Dans la feptieme feftion , il eft parle du mou- 
vement des fluides & de la réfiftance des pro- 
jedtiles , en ayant égard à leurs figures. La hui- 
tième contient une très-belle & trè$f^favante 
théorie de la propagation du mouvement dans les 
fluides ; elle s'applique au mouvement de la lu- 
mière & des fens. Dans la neuvième & der- 
nière fedion , on traite du mouvement circu^^ 
laire des fluides. Il paroit que l'objet principal 
de ce fécond livre , eft de détruire le fiftême des 
tourbillons. 

Enfin le troifieme livre des Principes ^ éft une 
application du premier au fiftcme du monde. 
En fuppofant que tous les aftres s'attirent mu- 
tuellement , fuivam la raifon compofée de leurs 



Madame du Chatelet. jji 

rriafles , & du quatre inverfe de leurs diftances , 
TAureur rend raifon de tous leurs mouvemens. 
Il eft vrai que plufieurs de ces problèmes ne 
font pas réfoius avec une précinon fuffifante 
pour l'ufage de l'Aftronomie. La gloire d'attein- 
dre au but, étoit réfervée aux Géomètres de nos 
jours j mais Nctwon a le premier ouvert la 
voye. 

Telles font les matières qui compofent les 
Principes Mathémathiques. Venons au Co/w- 
mentaire. Il eft divifé en deux parties , auxquel- 
les Madame du Chatelet' prépare fon lefteur 
par une introdudion. 

C'eft une efpece d'hiftoire très-abregée de TAf- 
tronomie , depuis Pythagore jufqu a nos jours. 
L'Auteur raconte comment le fiftême de ce 
philofophe , fur. Timmobilité du Soleil & le 
mouvement de la terre , après avoir été prefque 
oublié durant plufieurs fiécles , fut renouvelle & 
démontré par Copernic \ elle expofe enfuite les 
tentatives & les tempéramens inutiles du grand 
Aftronome Tycho , pour faire revivre , du^ 
moins en partie , celui de Ptolomée j les deux 
découvertes admirables de Kepler , l'une fur la 
pfoportionnalité conftante des aires , décrites par 
les Planettes autour du Soleil , avec le tems de 
leurs révolutions ; l'autre fur le rapport des 
tems des révolutions des Planettes , avec leurs 
diftances moyennes au Soleil , découvertes qui 
ont changé la face de l'Aftronomie , & aux- 
quelles Newton doit en partie , celle de la gra- 
vitation univerfelle. Ce précis eft fait avec la 
plus grande juftefle. 

Ces Préliminaires établis , Madame du Châ- 
ceUc vient à l'explication da iiftcme de lattrac- 



3J1 Madame du Chatelît. 

tion. Elle expofe dans le premier chapitre de 
fa première partie , les principaux phénomènes 
du fiftèHft du monde ; dans le fécond , elle en 
rend raifon fuivant les Principes de Newton. 
Il n'y a point dans tout ceci de calcul , ni d'ex- 
plication Mathématique ; mais l'Auteur ^en- 
voyé , pour la preuve des propofîtions qu'elle 
employé , à l'Ouvrage de Newton qu'on vient 
de lire. Ce morceau eft très-bien fait & très- 
bien écrit ; il me paroît propre à exciter la curio- 
fité j & je ne doute pas qu'il ne contribue à ré- 
pandre le goût de la vraie Philofophie. 

Le troilieme chapitre contient une détermi- 
nation de la figure de la terre dans les princi- 
pes de l'attraftion : toujours même précilion & 
même juftefTe. 

- En expliquant les phénomènes du (îftcme 
du monde , l'Auteur a été obligé , pour plus de 
iietteté , d'en détacher quelques uns qu'il 
examine à part : de ce genre , font la préceffion 
des Equinoxes , le flux & le reflux de la mer , 
k théorie des Planettes fecondaires , celle des 
Comètes , qui font l'objet des quatre premiers 
chapitres de la première partie. 

La féconde partie du Commentaire , la plus 
favante & laplus difficile, contient la folution 
analytique des principaux problêmes qui con- 
«ernemiefiftême du monde. Elle fera très-utile 
^ur faciliter la lefture de l'Ouvrage de New- 
tott. On fait que ce grand homme avoir com- 
mencé par réfoudre fes problêmes par l'analyfe j 
âu'enfuite trop épris peut-être de la méthode 
lynthétique des anciens, il déguifa fes fein- 
tions par une compofition Géométrique. Ce 
petit artifice a renaa pendant très long-tems» 
ibn livre inacceflible aux Géomètres y mais£ 



Madame du Chatelet. j5) 

on lit avec attention l'Ouvrage de Madame du 
Châcelet , il ne fera pas difncile de retrouver 
les veftiges de fa marche. 

La première fedtion eft employée à la re- 
cherche des trajectoires j dans toutes fortes 
d'hypothefes de péfanteur , T Auteur trouve , 
par une méthode.très fimple , une expreffion gé- 
nérale de la force centrale , par toutes fortes de 
courbes j enfuite elle ea fait des applications à 
différentes courbes , mais principalement aux 
trajectoires coniques. Elle démontre ces fa- 
meux Théorèmes, q^q file centre des forces eft 
le centre (tune.ellipfe ou d*une hyperbole j la 
force centrale fera proportionnelle à la diftancc 
du centre ; que^ le centre des forces eft le foyer 
d^une fcclion conique^ ( ce qui eft le cas de 
Torbite des Planettes ) la force centrale fera 
en raifon inverfe du quarré de la diftance au, 
centre y &c. 

Dans la féconde fedtion , l'Auteur détermine 
par le calcul , l'attradion de toutes fortes de 
corps. Elle donne à tous fes problèmes la plus 
grande généralité qu'il eft poflîble , & elle les 
réfoud toujours d'une manière fort fîmple. Tous 
les cas qui pourroient. embarralTcr les Comn 
mençans , font prévus & analyfcs, 

La troifieme feCtion eft une explication de 
la réfraction dé la lumière , par le principe de 
Tattradion. Madame du Cûatelet commence 
par montrer J'infuffifance de l'explication de 
Defcartes , qui faifoit dépendre la réfraCtion de 
la même loi, que la réflexion; de celle de Fermât, . 
qui fe fervoit , pour la même exécution , de ce ' 
principe des caufes finales , que la lumière ne 
fuivant pas le chemin le plus court , elle devoit 
employer dans fa route le cens le plus court. 



3J4 Madame du CrtAXELETé 

Enfuite elle expofe rexplication Newtomenn^i 
d'après un Mémoire de M. Clairaut , impri- 
mé dans le Recueil de l'Académie, année 175 9# 

La quatrième fedion , eft un excellent Ex- 
trait du beau livre de M. Clairaut , fur la figure 
de la terre. Les jeunes gens trouveront ici plu- 
fîeurs détails & plufîeurs cclairciCTemens très- 
inftrudifs , que M. Clairaut ne pouvoit pas fe 
permettre , mais qui entroient dans le plan que 
Madame du Châtelet s'étoit propofé , de rendre 
fon livre Elémentaire. 

Enfin la dernière feârion eft Texplicaticn 
des Marées , d'après le Mémoire de M. Daniel 
BernouUi , qui a partagé le prix de l'Académie > 
en 1740. 

Madame du Châtelet s'eft bornée dans fon 
Commentaire , à ce qui regarde plus particulier 
ïement le fiftême du monde ; c'eft pour cette 
raifon , qu'elle n'a pas commenté le fécond 
livre des Principes. Elle pouvoit d'ailleurs fe 
difpenfer avec d'autant plus de raifon , de tou- 
cher à la théorie des fluides , que cette théorie 
^ a été traitée avec le plus grand fuccès , par M. 
BernouUi , dont les^ Ouvrages font entre les 
mains de tout le monde. 

Pour égayer cette lettre , dont la lecture , 

par la féchereffe des matières, pourroit, Madame^ 

• paroître fatigante , je placerai ici une Pièce faite 

par une Dame , dont la plume a été guidée , 

dit-on, comme celle de Madame du Châtelet , 

par une main étrangère , mais dans un autre 

Mad. d^ genre de travail. Je veux parler de Madame la 

JaGorfc. Comteffe de laGorfe, aduellement vivante, & 

demeurant à Touloufe , qui a réuni aux grâces & 

aux talens de l'efprit, les charmes de la beauté & 

.de la jeuneflè. Ce Pocme a été couronne aux jeiuc 



Madame de la Gorse. 335 

Floraux , où Madame de la Gorfe a reçuplufieurs 
fois le même honneur : ce qui lui a donne le droit 
d'ècre admife dans cette même Académie. 

l'Amour et la Fortune, 

POEME. 

Mufcs , apprenez-moi par quels charmes trompeurs , L*Amoor 
La Fortune à 1* Amour veut enlever les cœurs ; r 

Confacrez de vos voix la force enchanterefTe , 
A vanter les liens d*une heureufe tendrefle ; 
Si les foibles mortels doivent porter des fers, 
Qu'Aniour en puiiTe fcul donner à l'Univers. 
Du Souverain des Dieux , la volonté féconde , 
A peine eut du néant fait éclore le monde , 
Qu'aux premiers des humains , égarés dans les bois , 
L* Amour , le tendre Amour , fit entendre fa voix : 
Séduits par les attraits de Tes plaifirs tranquilles , 
Us vinrent s*enfermer dans Tenceinte des Villes : 
Là y ce Dieu bienfaifant leur prodiguoit Tes feux 3 
Il n avoit fous Tes loix que des Sujets heureux ; 
On n'y connoiiToit pas de flammes paiTageres , 
Point de traîtres Amans , point de beautés légères ; 
Les cœurs , toujours d'accord , par de nouveaux plaifirs » 
Sentoient à chaque infiant ranimer leurs defirs. 
Vous n'étiez pas alors , contrainte bienféancc 5^ 
Vos voiles impofteurs outragent Tinnocence 5 
On ignoroit vos loix , dont les arrêts cruels , 
En condamnant nos goûts, les rendent criminels; 
Sans pénibles combats , fans importun murmure » 
La raifon écoutoitla voix de la nature; 
, Et refpeélant toujours les doux penchans du cœur , 
Lui laifToit fa verm , fans nuire à fon bonheur. 
O Siècles fonunés de l'heureufe innocence l 
Qui de cet Univcis cmbellites rcn£uice » 



i}S Madame de la Gorsx. 

Qu'êtes-vous devenus ? Comment vos jours fcrcins 

Ouc-ils ce/Té de luire aux malheureux humains! 

Héks , couj; nos malheurs nou^ rappc)}ent nos crimes 1 

Rebelles à Tamour^ nousfommes Tes vidbimes. 

Apeine eut-il reçu Thommage des Mortels , 

Qu il vit de toutes parts déferrer fes Autels j 

La Fortune étala fes brillantes prpmeiTes ; 

Elle remplit les cœurs de la foif des richcflès; 

£t les lâch|:s mortels , par de profanes vœux , 

Accrurent à Tenvi fon empire odioux : 

On ne vit plus alors que des oosuds infidèles ; 

L'Amour ne parut plus dans les regards des belles ; 

Le fordide imérêt fit un honteux devoir , 

D*ofFrir de la tendrelTe , & de n*ea poiat avoir % 

La fiiu/Te vanité redoublant nos miferes , 

Nous enivra bientôt de pompeuffs chimères ; 

La folle ambition creufa mille tombeaux , 

Pour punir dle-meme , ou perdre fes rivaux : 

La difcquk , allumant les fiambeauz de la gucrse. 

Signala fps âuemrs en pavageaniia terre ; 

Enfin riropiété défiant cous les Dieu;: , 

Leva contre leur foudre un frpnc audacieux. 

A^ ifayons , dit l'Amour, ces lieux ou ma cvy^ic 

Exerce fur ks cœurs fa puiilance fatale s 

Ils font trop criminels pour écouter ma voix : 

Eh bien , ppuc les punir , laiiTons-les à leur choiz. 

Il dit 'y & fçs .beaux yeux fe baigae^renc àc larmes $ 

La doukur à fon teint donna de nouveaux charmes* 

Ce Diçu£ea£oiceacor pour des monels ingrats. 

Des foucis généi^nix qu'ils ne méritoient pas. 

Il fuit , en. gémiifant ; il cherclie des afyles 

Oii les cœurs à fes loix puilTent être dociles. 

Epris des mêmes feux , Ifmene & Corilas 



Ma0Aue db la Gorsb. 337 

De ce Dieu fugitif accompagnent les pas j 

Charmés de fes bienfaits , heureux par leur tendrefle , 

Ils méprifcnt les dons de lavcugle Décile j 

Uniquement touchés des amoureux plaiiîrs , 

Ils n*ont point de tréfors plus cheis <|ue leurs foup irs 

Loin du bruit des Cités eft un lieu folitaire y 

Que de fes purs rayons le Dieu du jour éclaire j 

Cérès , avec Pomonc , & Plorc, tour à tour, ^ . '. 

Uont orné de concert pour y fixer l'amour > 

Jamais les Aquilons n'ont détruit ces bocages | < 

Zéphir , le feul Zéphir , agite leurs feuillages | 

Une jeune Nayade y répandant fes eaux , 

Sur des lits émaillés forme mille ruiflèaux ; 

Et par les longs détours qu'elle fait dans la plaine ^ 

Semble de ce féjour s'éloigner avec peine. 

C'cft-là que ces Amans , fans craindre de revcis , 

Fidèles à TAgiour , oublioienc l'Univers ; 

Là , pour eux le Soleil fc levoit fans nuages ^ 

£t cerminoit fon cours fans caufet des orages. 

Leur fort ne dcpendoic que d'eux,. que de leftr^corar^ 

Et leur vive confiance en fixoit le boûhéur : 

Tantôt du Di£u d'Amour honorant la préfence ^ 

Ils uniffoient leur voix pourvanittr' £a puîffaAce i 

Les oifeaux étonnés de ces accords touchons , 

En fîlence écouroient leurs foupirs & leurs chants s 

Les échos , réveillés par leurs cbaofoiis^iiouyeUc», 

Prenoient un doux plaifir a paroître fidèles». .... 

Tantôt , ils dctcftoientrefclavagc pompeux, - 

Où la Fortune tient fes fiijets malhcureus : 

Non , non , s'écrioient-ils , à nos flammes finceres 

hk>us ne mêlerons pcl^t de Cbupirs mercenaires s 

A nos cœurs généreux T Amour donne des Ipix y . 

Et notre heureux defUn paffe celui des Rois. 

Tome IF. T 



35.^ * Madaus di la Gor$s. 

Cependant la Fortune apprend qu en ces Contrécfs 

Ses brillantes faveurs ne font point révérées s 

Elle frémit de voir qu'il eft dans l'Univers 

Des cœurs qui ne font point enchaînés de fes fers 5 

Seule )t dois régner^ Ik je crains peu les armes , 

Que mon foible rival croit trouver dans Tes charmes» 

Dit-elle 5 je fçaurai jufques fur fes Autels 

Aller ravir les voeux & l'encens des mortels» 

A ces mots elle part ; elle ordonne une fête 

Digne de confacrcr fa nouvelle conquête 5 

Près de foa char , traîné par 4es Cdurflers vainqueurs , 

Des mortels, en rampant, implo^rent fes faveurs j 

A flots tumultueux une fôulc cmpreflee 

Paroît à xJiaqiie inftant admife & repouffée i 

La Déefle qui voit l'ardeur de fes Sujets , 

Enrretieotpar i'efpoir leurs avides projets 5 

£t d'un air orgueilleux ^ jouiiTant de fa gloire » 

S'applaudit , Se déjà compte fur la viâoire. 

Mais qu'uiL Amour fiacere a de pui/Tàns appas S 

JElien ne peut féparer ifiuene- & Corilas s . 

les efforts redoublés de ravflugle Dédfe 

Reflerrcrent les nœuds de leur vi ve tendrcflc . 

Tu triomphes , Amouc ! icva trouves des cœur» 

Qui connoiflent encor le prix de tes faveurs. 

Achevé ta Tidoirc •,-& Ac tes traits rapides 

Prappe : ?àta$ , venge^toi de <ie&^ames perfides 

Qui vont de la fortune acquérir les txiéfors , 

Sous l'appas féduâeur ^etcplus tendres-dehors. 

£t toi brillant fantôme exerce tapuiiflance 

Pour punir des humains la coupable imprudence : 

Qu'ils éprouvent le poids de toii jougi rigoureux , 

Si , traliiiSant l'Amour» ils t'adrcifeat leurs vœujt. 



Maûamb OB tA Go«.s<* 59 J 

Lefs autres Ouvrages de Madame de la Gorfe , 
qui ont remporté le prix des jeux Floraux , font 
un Poème fur la fondation (t Athhics. j & une 
Ode fur t" imagination. Ces trois Couromies luiont 
Valu, comme je l'ai dit , Thonneur d*être reçiie dans 
cette Académie , dont elle fait un des plus beaux 
ornemens, 

La Ville de Touloufe a la gloire d'avoir pro- Merjâmcs 
duit plufieurs femmes célèbres par les taJens do Chalvc: ^ 
l'efprit ; elle a eu les Chalvet , les Calage , les Calages, &: 
Catelan. Leurs Poëfies auffi ingénieufes qu a- *^^ *^^*^ 
gtéables , ont remporté plufieurs fois les prix 
que Ton y diftribue chaque année , dans di- Madame 
vers genres. Brun. 

Madame Brun , époufe du Subdélégué de 
rintendance de Befançon, acompofé , & fait 
imprimer un Dictionnaire Comtois-françois, Hélcrae 

Je crois pouvoir placer parmi les femmes ^^ ^%- 
de notre Nation , Madame Hélène Baletti , 
qui , quoique née en Italie , a été naturalifiée en 
France, où elle a brillé fous le nom de Flami- 
nia , fur le Théâtre Italien. Elle eft femme de 
l'ancien Ricobpni , dit Lelio. Ses Ouvrages 
principaux font deux Comédies , intitulées le 
Naufrage y & Ahdilly j Roi d€ Çrenade, 

Madame Villers de Billy , eft Auteur d un H- j^^j^^j^ 
vre 5 qui a pour titre , Inflruâioju hijiori^ues en Balccti. 
faveur des Laboureur^. 



Je fuis > fcc 



f^ 



34^ Madame de LnrroTJ 

LETTRE XXI L 

MaJairc /a rexceptîoîi de quelques femmes , mones 
de Liûcûc fort jeunes , celles qui vont déformais faire la ma- 
tière de mes lettres , font toutes vivantes j & 
quelques-unes d'entr'elles fe diftinguent en- 
core tous les jours par de nouvelles produâions. 
D'autres jouiifent dans un long repos & une 
forte d*obfcuritc , du titre de bel efpri» , que leur 
ont acquis des Ouvrages , plus connus que le 
. nom de leur Auteur. Peu de perfonnes , je parle 
ê M^-'- ^^ celles qui lifent , ignorent que nous avons 
BMoiCcUcdc ^^^f^lftoirc de MaiemoïftUt de SalenSj & pref- 
Saicos. qu'aucune ne connoit Mademoifelle CaiiWt , 
dite depuis. Madame de Lintot, qui donna ce 
Roman en deux volumes, il y a plus de vingt-huir 
ans. On dit qu'elle vit encore, & qu'elledemeureà 
Paris y voilà. Madame , tout ce que je puis en dire. 

Farce que c'eft tout ce que j'ai pu en favoir. A 
égard du Roman , les aventures y font tellement 
accumulées & compliquées , qu'on a de la 
peine à fe prêter à Tillufion. 

L'indifférence d'une mère pour fes filles , 
te fa coquetterie naturelle , l'inconftance Se Ii 
légèreté de ces jeunes perfonnes , la paflîon & 
le malheur d'un honnête homme , la rivalité ^ 
la fourberie , les crimes d'un de fes parens , 
tels font les traits qui caradtérifent les prin« 
cipaux perfonnages de cette hiftoire : je vais 
cfîàyer de vous Tes développer. Le Marquis de 
Blefemont , dégoûté de la Cour & du grand mon- 
de , vivoit dans une de fes Terres , à peu de 
<iiftance de Paris. Se promenant un jour , près 



Madame de Lintot^ 341 

du grand chemin , il apperçut un carofle arrccé, 
une femme étendue fur i*heibe , & deux autres 
qui fembloient occupées à la foulager. Il s'avan- 
ça pour leur offrir du fecours , & apprit d'un do- 
meftique , que côtoient les filles de Madame 
laComteffe de Salens, que leur mère envoyoic 
au Couvent. Le Marquis les pria d'accepter un 
appartement dans fon Château j ce qu'elles ne pu- 
rent refufer , vu l'accident qui venoit d'arriver 
a la plus jeune. Félice , c'étoit fon nom , n'avoir 
pu réfifter à l'idée affreufe d'aller paflfer fa vie 
dans la retraite ; & fon chagrin Un canfoit de 
fréquens évanoui (Fe mens. Le dernier pouvant 
avotr des fuites fâcheufes , M. de Blefemont 
écrivit à la Comtefle de Salens , qui , peu fa- 
tisfaite de ce contre-tems , fe rendit , par bien- 
féance y au Château du Marquis. Ce Seigneur , 
à l'âge de plus de cinquante ans , étoit encore 
oimablej comme il n'écoit pas moins fenfible , ii 
il ne put s'empêcher de déclarer à Mademoifelle 
de Salens l'aînée^ nommée Julie , l'a paffion que 
fes charmes lui infpiroient. Julie dont le cœur 
n'étoit encore prévenu pour perfonne , n'ôp- 
pofa à la déclaratioa du Marquis , que la volon- 
té de fa mère , qu'elle étoit téfolue de fuivre 
aveuglément. La Comteffe , qui ne cherchoit 
que l'occafion de fe. défaire de fes filles , parce 
aue leurs charmes lui portoient ombrage y con- 
lentit avec plaifir aux propofitions du Marquis j 
& elle ordonna fur le champ à JuUe , de b re^ 
garder comme cehii. qui devoir être fon épou». 
Mademoifelle de Salens témoigaa qu'elle ohéi*- 
loit fans répugnance : la joie le répandit avec 
cette nouvelle dans le Château & dans les en^* 
virons. Les fêtes y les bals > le$ divertiCremena 
furent les préludes de la aoce*. Y îiî 



J41 Madame de Lintot/ 

Sur ces entrefaites , on vînt avertir le Mar- 
quis , que le Chevalier de Blefemont arrivoit. 
Cette nouvelle le chagrina beaucoup ; il con- 
noifloit lo caractère de fon coufin , & craignoit 
qu'il ne fît des extravagances qui troublaflent 
la fête, >> Le Chevalier de Blefemont avoit en- 
» viron quarante ans ; il étoit gros & de moyen» 
^> ne taille j fon vifage étoit quatre , fort mar- 
» que de petite vérole j & fes yeux croient en- 
» toncés & prefque couverts par deux fourcils 
» larges & noirs qui fe joignoient. Un air bruf- 
»> que paroiflbit au travers d'une politeflTe cam- 
V pagnarde qu'il afFedoit. Il fe livroic volon- 
» tiers au goût qu'il avoit pour le vin ; & dans 
p les accès de folie que cette liqueur lui caufoit, 
» il étoit capable de toute forte d'emporté- 
p mens. Il joignoit à beaucoup de méchanceté , 
u de hnefle & de diiîîmulation, une av^^rice in-» 
9) fupportable. Il y avoir dix ans , qu'il s'étoit 
» retiré du fervice , & qu'il vivoit à cinquante 
» lieues de Paris , dans, un Château ruine qu'il 
>> avoit fur le bord de la mer. Là , il palToit la 
p moitié du jour à la chafle , & ne revenoic chez 
»> lui , que pour fe mettre à table , & v reler 
p une partie de la nuit avec cinq ou lîx Gen il- 
» hommes , dont la mine & les façons ne pou* 
p voient donner qu'une très-mauvaife idée de 
*> la ooblefle de ce Pays-là. 

» Voilà quel étoit le Chevalier de Blefemont ; 
» fon couiin alla le recevoir , & lui apprit en 
p peu de mots, la réfolution où il étoit d'époufer 
» Mademoifelle de Salens. Ceae nouvelle ^ne 
p plut pas au Chevalier qui avoit compte fur 
» l'héritage du Marquis y cependant il fe con- 
u tema de lui dire avec un iQuris forcé , qu'il 



Madame Dt Lintot. t^f 

» lui faifoit fon compliment. Il demanda d'à- 
ï> bord à M. de Blcfemont , où croit fa prétendue 
» ' coufme ; le Marquis le conduifit auprès de 
j> Mademoifelle de Salens. Le Chevalier Tem- 
fy braflTa d'un air très-familier , fe plaça près 
j> d'elle , loua fa beauté , la plaignit d'ctre defti- 
9J née à époufer fon parent , lui fit entendre que 
99 lui qui étoit plus jeune , feroit un parti plus 
» fortable y que fî elle vouloir bien y confentir » 
«> il la demanderoit à Madame de Salens j enfin 
99 il lui tint cent propos qui impatientèrent fi 
» fort la belle Julie , qu elle changea plufieurs 
j> fois de place. Ce fut inutilement. Il ne la 
9> quitta pas de la nuit. Heureufement le bal 
>» nnity&c chacun fe retira». 

J'avois oublié de dire qaen fe promenant 
dans le Parc , avec M. de Blefemont , Madame 
de Salens avoir entendu^derriere une paliiTade^un* 
voix qui lui étoit connue , & qui , s'adreflTant à 
Félice , la plus jeune de fes filles , exprimoit la 
paflîon la plus vive. C'étoit le Baron de Gran* 
ville , dorïtla ComtelFe elle-même fe croyoic ai- 
mée , & qu'elle avoir quitté à regret à fon dé- 
part de Paris. Le Baron éperdument amoureux 
de Félice , n avoir eu garde de dcfabufer Ma- 
dame de Salens. Elle connut qu elle étoit k du- 
pe de ces AxTians -^ôi toute fa fureur fe tournanc 
contre fa fille , eHe forma le projet de la faire: 
enlever , afin de lui faire perdre, en même tems,. 
rhonneut Se l'amour du BaTon ^ & de la faire- 
tranfporter fecrettement dan« une de fes Ter*» 
res. Un vieux Domeftique qui lui étoit entière-» 
ment dévoué , fut le Miniftre qu'elle choifie 
pour exécuter fa réfolurion. Au tems & à l'heure^ 
marqués > Madame de Salens, alla fe promenât 

y iv 



J44 Madame de Lintot.' 

avec fes filles ; & Félice fut enlevée fous fe» 

yeux , comme on en étoit convenu. 

Vous demandez , Madame , ce que faifoît 
alors le Baron de Granville ? 11 étoit percé de 
coups aind que le Marquis de Blefemont , à 
qui le Chevalier avoit donné un rendez -vous 
à l'entrée de la force voifine. Ce lâche avoit 
apoftë quatre aflaflîns pour fe défaire de fou 
coufin i & il eût infailliblement réuffi , fi le 
Baron , qui rôdoit autour du Château , déguifé 
en Jardinier , ne fe fût trouvé là par hafard , 
& n'eût volé au fecours du Marquis de Blefe- 
mont. La Comteflfe fut des premières à rendre 
vifite au Baron de Granville ^ & voulant le dé- 
tacher entièrement de Félice 5 elle s*approcha 
de fon lit , avec une lettre qu'elle venoit d'écrire 
^Ile-même. » 11 faut , lui dit-elle , mon cher 
y> Baron , qu'après vous avoir entretenu du plai- 
*> fir que |'ai de vous revoir , je vous faffe un 
5» aveu fincere des chagrins que j'ai nouvelle- 
» ment elfuyés. 

» Vo»s eonnoiflez mes filles \ vous connoîflTez 
» ma tendrefle pour elles , & les foins que j'ai 
>> pris de les élever dans des fentimens dignes 
» du fang dont elles fortent.^ Vous n'ignorez 
» pas que la crainte de les expofer à des dan*- 
» cers inévitables , en les mettant trop-tôt dans 
» le monde , m'a engagée a ne les laiflTer voir 
M que rarement , & à les renfermer chez moi 
» comme dans un Couvent. . . Félice , que je 
»• croyois fage & vertueufe , ne l'eft pas ; c'eft 
*> avec douleur que je vous apprends qu'elle ai- 
» me éperduement un homme , dont la baflè 
» naiffance & le peu de mérite ne peuvent ex- 
41 cufer fa foibleUe. £nJ5n ^ Baron , elle aime la 



Madame de Lintot."^ $45 

3> Grange, ce Valet-de-chambre que j*aî chaflc 
3> de chez moi il y a quelque tems ; & c*eft kii qui 
»> n'a pas craint de la venir chercher ici , & avec 
« lequel elle a concerté un enlèvement que je 
y> vous ai caché jufqu'i ce jour , par Tintcrct 
»> que vous prenez a ce qui me regarde. . . 

w Quand Madame de Salons nauroit pas été 
» certaine de ce que penfoit le Baron, la cha- 
« leur avec laquelle il prit le parti de Félice , 
>? ne Tauroit que trop convaincue de fa paffion 
» pour elle. Vous ne croyez donc pas ce que je 
» vous dis : eh bien , Monfieur , continua cette 
99 artificieufe femme , il faut vous donner des 
99 preuves certaines de mon malheur. J'ai vu 
3> la Grange auprès de ma fille j je lui ai vu 
99 prendre fa main & la baifer avec tranfport j 
>> c'eft là ce qui m'a déterminée fi promptement 
99 à chafler ce domeftique , & à mettre la ver- 
» tueufe Félice au Couvent. Mais fi ce que 
*> je vous dis ne fuffit pas pour vous perfuader 
>> encore , tenez , lifez cette lettre que j ai vu 
» tomber de la poche d'un des. ravifleurs de' 
» cette aimable fille i & voyez fi je ne juge que 
»> fur des apparences ». Le Baron la prit en 
tremblant ; il en trouva l'écriture fi femolable a 
celle de Félice , qu'il ne douta pas qu elle ne fût 
d'elle i il la lut : voici ce qu'elle contenoit. 

99 Qu'il eft difficile , mon cher la Grange , 
» de changer fcs fentimens , quand ils font auffi 
» tendres & aufli vifs que les niiens ! Ma mère 
» a découvert que je vous aime j jugez de fa 
» fureur. Son deffein eft de me renfermer dans, 
3t un Couvent pour toute ma vie. Que devien- 
5> drai-je , fi je ne vous vois plus ? Je ne fçais. 
9} que deux moyens qui puiuem fixe mettre â 



if 4^ Madami di LnrroTj 

j» couvert de ce malheur ; run eft d*engager 
a» votre rival à me faire demander en mariage 
9 par ieRoi ^ je loi en ai parlé ces jours pafles ; 
» car fon amour l'a condoic ici fecrettement , & 
a» lui a fait trouver le moment de m'entretenir 
» malgré mon Argus impitoyable. Si je lui fuis 
» accordée , comme je n'en doute pas , nous 
j9 pourrons nous voir fouvent , en prenant les 
9 précautions néceflaires ; je ne le crois pas ja- 
» toux. Le fécond moyen me plairoit davanroge. 
» Pour celui-là , il faut , mon cher la Grange , 
s» du courage & de Tanaour. Vous ne manquez 
s» ni de l'un ni de l'autre; ainfi je me flatte que 
9 le confeil que je vous donne de m'enlever,fera 
» de votre goût. Vous pourrez me conduire 
3» dans la petite retraire , ou vous m'avez dit plu- 
» fieois fois que vous feriez enchanté de poiTer 
im VOS jours avec moi : j'aurai foin de me char^ 
9 ger d'afifèz d'argent, pour nous y faire vivre 
9 tranquillement. J'ai fort peu d'ambition 8c 
9 beaucoup de paâîon pour vous ; c'en eft a^êx 
9 pour me rendre heureufe. Ayez donc foin <Ie 
a» vous trouver pendant pkiheurs jcxirs , fur les 
9 fix heures da fair , dans le grajad* rond de la 
9 forêt , avec une Chaife de pofte , & deux oa 
9 trois amis donc vous foyez allbré ; je m y ren- 
9 draL C'eft a ce dernier parti que je m'ancte. 
9 Adieu , n'ayez aucune incpLuétode iiir votre 
9 lîval; je le hais; je vous aime; & ne Tai mé- 
9 nagé, que parce que j*ai cru qu'il fercMt unie 
^ an deflein que j'avois formé de TOUS v€»r loote 
9 iDaviexi. 

Jevons lai£k a jcçer , Madame , de récaf da 
Bonm. Incectaîn s'ildevoit aloorei foi oa non , 
iccaelenie, il ne for pas p&am gucii» qs'il 



Madame 4e Lintôt. 547 

quitta le Château de Blefemont , autant pour 
éviter la Comtefle , que pour aller cacher fa 
honte & fa douleur. A l'égard de Mademoifelle 
de Salens Taînée , elle retourna , peu de jours 
après à Paris , avec fa mère & M. de Blefemont , 
pour y faire le Contrat de mariage ; & Ton fe 
difpofa à retourner au Château , où l'hymen de- 
voitfe célébrer. M. de Blefemont voulut arriver 
des premiers , pour donner fes ordres , & faird 
préparer une fcte. Le foir de fon arrivée , après 
avoir foupé légèrement , il fut attaqué d'une 
fièvre qui l'obligea de fe mettre au lit ; il fe flatta 
qu'elle ne dureroit pas j mais le lendemain elle 
augmentai fort, qu'il en fut allarmé. Il écrivit 
a la ComteflTe , pour la priefr de fe rendre au 
plutôt chez lui avec fa fille ; mai^ fôn Valet-de* 
chambre appelle Lyonnois , avoir joint à cette 
lettre un billet , par lequel il avertiflbit Madame 
de Salens , que fon Maître étoit attaqué du 
pourpre ; qu'ainfi elle ne pouvoir , fans un grand 
danger,venir à Blefemont j îl promit deddnnet 
cxaâement dé§ nouvelles de {on maître. La 
ComtelTe mena fa fille dans une de fes maifons 
4e campagne, à deux lieues de Parii , pour y at- 
tendre la guérifon du Marquis i & ce ne fut qu'au 
bout de fix feinaines , qu'elle reçut de lui cette 
lettre. 

» Je fuis tiré d'affaire , Madame j & j'at- 
»> tends aVec une vive impatience que vous SC 
>> Mademoifelle de Salens veniez aujourd'hui 
»> me confoler de ce que j'ai fouffèrt. Tout eft 
f> ptéparé pour vous recevoir , Se pour célébrei: 
»> le niariage que tant d'accidéhs oht reculé» 
»> Je compte qu'il fe fera fur leS deûi héurëè 
S) après minuit. Vous xne f^réis plftifir de lift 



^4$ Madame ds Liktot. 

n point amener compagnie. J'aurai Thonneac 

jt> de vous en expliquer les raifons <(. 

La ComteflTe partit fur le champ. Il croit 
huit heures du foir , quand elle arriva avec fa 
fille chez M. de Blefemont. Le valet-de-chambre 
vint au-devant d'elles , leur dit que fon maître 
n'étoit point en état de les recevoir lui-même, 

{)ar rapport à une nouvelle incommodité qui 
*empêchoit de fe lever ; que cet accident lui 
avoit fait obtenir la permiflîon de fe marier dans 
fofl lit. La Comterfè répondit qu'elles alloient 

f^afifer dans fon appartement ; mais Lyonnois la 
uppliade n'en rien faire, l'aflurant que M. de 
Blefemont s'étoit mis dans l'efprît que Made- 
moifelle de Salens refuferoit derépoufer,fî elle 
avoit le tems d'examiner les ravages que la pe« 
tire vérole avoit fait fur fon vifage j qu'ainfi 
il ne pouvoir fe réfoudre à fe laifler voir que 
dans le moment même de la cérémonie. 

La Comteffe qui craignoit jufqu'aux moindres 
apparences d'une maladie fi dangereufe , ne 
perfîfta pas dans le deflein d'entrer j mais Ma- 
demoifelle de Salens parut fâchée que M.i de 
Blefemont la crût capable de changer de fen- 
timens. Elle dit qu'elle vouloit lui parler , pour 
lui prouver qu'il étoit dans l'erreur } vous lerez 
bientôt fatisfaire , Mademoifelle , lui répondit 
Lyonnois y le Prêtre qui doit vous fiancer , arri- 
vera dans l'inftant. Il entra en effet : c'étoit le 
Curé du Village, dont le Marquis étoit Sei- 

fneur. Il fit quelques complimens à Madame & 
Mademoifelle de Salens dont il étoit connu. 
Après une converfation afTez courte , il dit qu'il 
étoit tems de pafler chez M. de Blefemont , Se 
catta le pipemier. Julie accompagnée feulement 



Madami i>i Lintot.** ij^jf 

3e fes femmes & de deux perfonnes d'aflez mau' 
vaife mine , amis du Marquis , à ce qu'on pré- 
tendoit , &qui dévoient fervir de témoins , fui- 
vit le Prêtre dans la chambre de M. deBIefemont, 
Deux bougies placées fur une table de marbre 
cloignée du lit , n'éclairoient que foiblement. 
hes rideaux en étoient prefque fermés , & em- 
pêchoient qu'on ne vît diftindement M. de 
Blefemont, quiétoità moitié couché, & enve* 
loppé dans une robe-de- chambre d'étoffe d'or. 
Un bonnet de même étoffe cachoit une partie 
duvifaee. Julie s'approcha du lit en tremblant, 
& lui ht connoître en peu de mots, l'inquiétude 
qu'elle avoit eue de fa lanté , & fa fatisfaâion de 
le voir beaucoup mieux. Le Marquis lui répondit 
d'une voix foible & baffe , qu'il lui étoit obligé/, 
lui prit la main & la baifa. Le Curé s'avançant 
pour lors, fiança ces deux futurs époux, après 
quoi il dit à Mademoifelle de Salens , que l'in- 
tention de M. de Blefemont étoit , qu'elle ne 
revint le voir que iorfqu'il feroit tems de les 
marier. Julie y confentitj mais elle ne put s*em- 
pécher de trouver quelque chofe de fort extraor- 
dinaire dans le procédé du Marquis. Elle alla 
donc rejoindre fa mère qui n avoir ofé paroître 
pour les raifons que j'ai dites. On fervit le fou- 
pé ; la Comteffe , Julie , le Curé & les deux amis 
du Marquis fe mirent à table & fouperent affez 
triftement. Madame de Salens étoit extrêmement 
furprife que M. de Blefemont n'eût point invité 
à fes noces plufieurs perfonnes de diftindion , qui 
en avoient d'abord cté priées. Julie n'étoit pas 
moins étonnée de la tranquillité qui régnoit 
dans le Château j elle ne voyoit que vifages nou- 
ireaiix y car de. tous les domeftiques qu avoit le 



15^ Madame de Liîtrof. 

Marquis , elle ne reconnut que le valet-<îe- 
chambre. Après le foupé on continua la couver-^ 
fation,qui ne fut pas moins férieufe,qu'elle avoir 
jeté pendant le repas. Julie , trifte & diftraitô , 
foupiroit à chaque inftant malgré elle 5 enfin 
deux heures fonnerent j celui avec qui elle avoit 
joué , lui donna la main & la conduifit dans Tap^ 
partement de M. de Blefemont. Il étoit dans le 
•même état, que lorfqu'il avoir été fiancé. On fit 
approcher la belle Julie de fon lit j le Curé fe 

{»iaça devant eux ; les témoins à côté de lui ; & 
a Comte({e fe tint un peu à l'écart , ne voulant 
point s'approcher ni parler au Marquis , 

Îiu'après la cérémonie , afin d'avoir le tems de 
e préparer à ù, figure ,,dont elle s'écoit fait une 
idée .il effrayante. Le Prêtre ouvrant alors fon 
livre: qui déroboitle Marquis à la vue des fpec 
tatfiurs^, commença. Un'erand filençe régnoit 
dans la chambre ôc y répandoit un air de triftefre. 
lâ Gsrémoqie finie , Madame de Salens s'avança 

Ces de M. de Blefemont , pour lui marquer 
>joieqa'elle avoit de ^e voir enfin fon gendre : 
il.nelui répondit que quelques mots , Se pria 
en parlant toujours fort bas , qu'on le laiffat feul 
avec Madame de Blefemont.La Comteflfe lui 
dit en riant, qu'il n'étoit pas encore aflfez bien 
guéri .pour refter tête à tête avec elle y mais il 
répondit qu'il fe fentoit infiniment mieux , & 
qu'il .feroit certainement en.itat de fe lever le 
lendemain. 

Madame de Blefemont qui s'étoit flattée de 
coucher encore feule cette nuit- là, fut fort fâchée 
quand on lui dit qu'elle la pafferoit avec le Mar- 
quis, Il lui paroiflbit fi changé par l'humeur & 
les façons , qu'elle aaignoit de le trouver feule 



Madame m Lintot. 351 

jftVec lui ; il fallut pourtant bien s'y réfoudre. 
Madame de Salens , après l'avoir embralTée , la 
laida entourée des femmes dont elle avoit be- 
foin pour fe déshabiller. Pendant qu'elles étoienc 
occupées auprès d'elle , Lyonnois donna à M. de 
Blefemont ce qui lui étoit néceflaire. Les fem- 
mes de la Marquife en firent autant , après avoir 
mis au lit leur tremblante maîtrelTe. Elles n'eu- 
rent pas plutôt fermé la porte , que le Marquis 
prit la robe , fortit du lit , & alla fermer jes 
verroux. Julie étonnée de le voir marcher , S^ 
de la précaution qu'il prenoit , lui demanda , 
aVec un redoublement d'effroi , ce qu'il vouloit 
faire ? Il s'approcha d'elle , fans lui répondre , 
ôta un mafque de cire qu'il avoit fur fon vifage , 
& laifTa voir , au lieu du Marquis de Blefemont , 
le Chevalier fon coufîn. Quel fujet d'étonne- 
ment pour la Marquife , à l'afpeâ d'un homme 
qu'elle haifToit mortellement ! Elle fortit du lit , 
appella du monde ^ mais le Chevalier l'arrêta. 
C'eft ici , Madame , que commencent les 
malheurs de l'infortunée fille de la Comceffe d^ 
Salens. Elle eut beau protefter qu'elle n'avoir 
point donné fa foi au Chevalier j il lui fit voie 
que le Marquis fon coufin étant mort , il avoir 
hérité de fon nom & de fes droits. La Comtefle 
ui ne defiroit rien tant , que d'être débarraffée 
e fa fille , la laiila dans les bras de ce perfide 
époux , & reprit le chemin de Paris. 
• Le lendemain de fon départ,le Chevalier emme- 
na fa prétendue femme dans la Province , & lui 
donna, pour furveillante , une jeune Concierge , 
dont il étoit amoureux. Au bout de quelques jours» 
le Chevalier voulut ufer des droits de mari j mais 
la Marquife lui oppofa une réiiftance opiaiâtre* 



3; 



^5* Madame de Lii4Tôt. 

Il écoit réfolu d'employer la force , quand Ùl 
Concierge lui promit de donner à Madame de 
Blefemont une potion affbupiflante , qui le ren- 
droit maître de fa perfonne. Mais au lieu dd 
faire ce qu'elle promettoic , elle alla mettre la 
Marquife en liberté , & fe couchant elle-même 
dans fon lit , elle attendit l'arrivée du Chevalier, 
qui crut palfer avec Madame de Blefemont U 
nuit la plus agréable. Le jour le tira de (on erreur. 
Il s'emporta d'abord contre la Concierge , & fit 
courir après la Marquife ; mais n'en ayant pu avoir 
de nouvelles , il fe confola facilement de fa fuite* 
Voilà donc les deux filles de Madame de 
Salens , Tune enlevée par les ordres de fa mère , 
Se l'autre fugitive & fans reffburce. Par une fuite 
d'aventures trop longues à rapporter , toutes 
deux fe retrouvèrent chez la Marquife de Mefval, 
dont le mari étoit le même Baron de Granville , 
Amant de Félice. Héritier de la Terre & du 
nom de Mefval , il s'étoit marié fan^ goût , & 

Ïlurôt par défefpoir , que par aucune inclination, 
.a vue de Félice rouvrit les plaies de fon cœur^ 
qu'un long tems n'avoit pu fermer entièrement. 
Pour comble de malheur , la Marquife de Mefval 
le furprit aux genoux de Félice. Accablée de cha- 
grins , elle quitte le Château , & va s'enfermer 
dans un Couvent : Félice & Julie prennent le mê- 
me parti. 

Il y avoir déjà deux heures qu*elles étoient en 
chemin , lorfqu'en traverfant une plaine affez 
grande , elles furent attaquées par quatre hom- 
mes, armés chacun de deux piftolets. Le valet- 
de-chambre ) qui voulut s'oppofer à cette vio- 
lence 5 reçut un coup de feu dans la tête , qui 
le fit tomber mort* Deux de ces hommes arrê- 

terenr 



Madame de LiNfot* 35} 

Vdtehl le Poftillon & le Cocher ; un autre , le La- 
quais y Se le quatrième obligea les Dames dô 
defcendre de carrofle. Ellfes crurent d'abord que 
ces gens étoient des voleurs , & leur ôftrirenC 
ce qu* elles avoient \ mais un d*eiitr*eux les tira 
d'erreur) en leur difanc qu'il n'en vouloit qa*à 
Madame de BleCemont. En effet , ils fe faifirenC 
d'elle malgré fes cris & les prières de Félice ^ 
qui né ybuloit point être leparée de fa fœur. lU 
nrent enfuite remonter Mademoifelle de Sa-^ 
lens dans le earrofle , Se dirent au cocher , qu'il 
pouvoit continuer fon chemin. Madame de Ble- 
lemont n'.ivoit été enlevcô que par Tordre de 
fon mari j & depuis le moment qu*elle avoir été 
en fa puiffance y il lavoit traitée comme la plus 
criminelle de toutes les femmes* On l'avoic ren* 
fermée dans une chambré baffe jj grillée & fort 
fombre» Ce fut dans ce trifte Ifeu , qu'elle eut 
encore le chagrin de revoir M» de Blefemont^ 
& d'entendre les difcours que fa vengeance SC 
fa méchanceté lui diderent. Elle fouffroic , avec 
une patience admirable , fes malheurs , & n'en 
arcendoit la fin qu'avec celle de fa vie.* Quoique 
la haine du Marquis femblât augmenter tous 
les jours , elle n'en étoic pas plus allarmée , Se 
craignoit moins fa fureur que fon amour. Cette 
fureur celïa cependant tout-îi'un-coup j & le Mar- 
quis réfolut d'avoir, par la douceur & par la com- 
plaifance 5 ce ^ue les mauvais rraicemens^ n'a^ 
voient pu lui faire obtenir. 

Un jour qu'il étoit avec la Marquife , à la fe- 
nêtre d'une chambre qui donnoic fur le rivage 
de la mer , il apperçut un corps qu'une tempête 
y avôic jette j ^ fur ce que (es gens lui dirent , 
qM la perfonne refpiroit encore , il voulut la 



3 54 MadAmi de LmTotj 

faire rejerter dans les flots ; mais à la prière âe 
la Marquife , il confentit qu'on en prît foin* 
C étoit un Irlandois , nommé le Chevalier de 
GrafFort, comme on l'apprit de lui-même , lorf- 
qu'il fut rétabli. Sa vue donna de Tamour à Luce , 
Concierge du Château , la maîtreflfe du Mar- 
quis i & cette fille ne négligea rien pour s'alHirer 
du coeur de Tlrlandois. Il y avoit fept jours qu'il 
étoit dans le Château j il en voûloit fortir j mais 
il ne fçavoit comment préparer Luce à fon dé- 
part ; il fe doutoit bien qu'elle s'y oppoferoit* 
Il revoit dans fa chambre aux moyens aont il fe \ 
ferviroit pour picndre fon congé , lorfqu'il en- 
tendit parler dans la chambre voifine , d'un ton 
qui le tira de fa rêverie. Il prêta roreille^& recon- 
nut la voix de Luce. Il s'approcha d'une porte 
qui ne s'ouvroU plus j & ayant regarde par le 
trou de la ferruffe, il vit Luce qui paroiflôit fort 
animée en parlant au More de M. de Blefemont* 
11 entendit qu'elle lui difoit : >> miférable , tu 
» refufes une fortune brillante que je t'offre > à 
» quoi penfes-tu ? Songe qu'en ôtant la vie au 
» Marquis & à la Marquife , nous ferons les 
P maîtres de tous les biens qui font ici. L'un éfl: 
f> un monftre qui ne mérite pas de voir le jour ^ 
» l'autre mené une vie languiflante, plus affreufe 
î> cent fois que ne feroit la morp même y tu ne 
» dois donc point avoir de pitié de ces deux per- 
» fonnes. Je me fuis adroitement emparée des 
• w principales clefs de ce Château j ainfi tu ne 
» rifques rien j nous pourrons pendant plufieurs 
» jours cacher leur mort j & nous aurons le 
» tcms d*énibarquer avec nous les meilleurs ef- 
» fets du Marquis. Le Chevalier nous fecon- 
dcra fans doute > &c me montreca fûremenc 



Madame oè LmTbt. jjj 

w ftioiiis d'indifférence 5 quand je pourrai lui of- 
» frir tant de richefTes ; il eft trop aimable pour 
yi être ingrat. Je Taime avec fureur j je ne le 
» crois pas auflî riche qile je Tai jugé d'abotd i 
>j ma pdfleffion & celle des tréfors que je met-» 
^ trai entre fes mains , feront fur lui l'effet qud 
» j'en attends; Au refte^ mon cher Selim , con-» 
» tinui-t'elle éh l'embraffant , Luce partagera 
>> toujours avec toi 'fes plus fecrettes faveurs j 
» 8t rarhour que j'aurai pour un autre , nô 
>* m'empêchera jamais de te regarder comme 
i^ mon plus fidèle ami >>. Après ce beau dif-* 
cours , le More tefta encore quelques moment 
incertain de ce qu'il feroit. Enfin cette fille le 
détermina. Il la quitta en lui promettant que la 
nuit ne fepafferoit pas j fans qu'elle ne fût con* 
tente. 

M. de Graffott j rempli d'horreut de ce qu'il 
Venoit d'entendre , réfolut d'en empêcher l'exé- 
cution* Il voulut donc fortir fur-le-champ poutf 
aller fe faifir de Seliiii j mais en cherchant à ou-* 
Vrir doucement , il mêla la ferrure de façon , qu'il 
fut retenu pendant quelque tems< Enfin la porte 
s ouvrit i il defcendit & chercha le More dans 
l'endroit où il couchoit. Ne l'y trouvant pas i il 
tevint vîtef fur fes pzs , écouter s'il ne fetoit 
point rentré dans la chambre de Luce. La port6 
de cette' chambre étoit entr 'ouverte ^ il la poufTa 
& y encra , danê le deffeiii d'avertir ces miféra-^ 
blés , qu'il favoit leur horrible complot & qu'il 
lesenpuniroic,, s'ils refufoient de lui remettre 
toutes les clefs du Château, 8c d'en fortir promp- 
ti^ment. Ne voyant encore perfonne dans cette 
çhayibre , il traverfa avec inquiétude une enfilade 
d appartemens qui conduifoient a celui du Mac^- 



)55 Maï>ame DE.LmTotr 

qiils. Il étoit près d'y entrer , lorfqu'il en vît 
forcir Luce , qui tenoit d'une main une lanterne 
fourde , & de l'autre un couteau tout fanglant. 
» D'où viens-tu, miférable, lui demanda le Che- 
j> valier , & qu'as - tu fait ? Je viens ^ lui dit- 
» elle , avec un fang-froid furprenant , de fairç 
» un coup qui vous donnera le moyen de re- 
» tourner riche dans votre pays, fi vous voulea 
99 confentir à m'y mener avec vous. Je fuis maî- 
» trèfle des coffres forts du Marquis & de plu- 
» fieurs autres effets confidérables j acceptez-les 
» avec mon cœur , ajouta- t'elle en jettant fon 
99 couteau, & en voulant l'embralfer. Malheu- 
>» reufe, lui dit-il, en la quittant pour aller fe- 
99 courir M. de Blefemont s'il étoit encore tems , 
» n'attends de moi qu'une jufte punition de ces 
39 crimes ^». En diiant ces mots , il entra &C 
trouva la Marquis baigné dans fon fang. Ce 
fp:dacle le faiut d'effroi ; il ouvrit une croiiée 6i 
appella du monde. . . Le Chevalier qui s'apper- 
çuc que le Marquis n'étoit pas mort , fit bandet 
l'es bleflures qui étoient en grand nombre. • i 
Cependant Luce & le More s'éloignèrent j & ce 
fut inutilement qu'on fit courir après eux. . . Le 
Chevalier de Graffort ayant donné fes premiers 
foins à M. de Blefemont , courut fur-le-chamo 
au pavilloH de la Marquife. La première chof^ 
qui s'offrit à fa vue en y entrant , fut un corps 
mort. C'ctoit celui de la Païfane^qui avoit ordre 
de feivir Julie. Cet afpf£t lui préfagea d'autres 
malheurs : pour y remédier , s'il étoit pofïîble , 
il s'avança dans la chambre de la Marquife. 
Cccce jeune & belle perfonne étoit étendue dans 
un f*uireuil j & la fituation où elle étoit , & la 
pâleur mortelle qui couyroit fon vifage , faifoic 



KLlDAMB DE LiNTOr. 357 

conjefturer qu elle avoit auflî perdu la vie. L'E- 
tranger parue extrêmement furpris en la voyant. 
Pour vous expliquer cette furprife , Madame , 
vous fçaurez que Julie s'ctanc mife au fervice 
d'une Dame , après fa faite da Château de Ble- 
femont , avoit rait connoiffance avec un Suédois , 
nommé Iç Comte de Zilman, dont les aventures 
feroient trop longues à vous raconter. Il avoit 
pris depuis , le nom de Chevalier de GrafFort 5 8c 
il n'eut pas de peine àreconnoître la belle Juliew 
Comme elle refpiroit encore , & qn'û ne voyoit 
point de fang répandu , il jugea qu elle étoit em- 
poifonnée ^ c'eft pourquoi il lui.donna ducontre- 
poifon, qui produifit tout l*effet que Ion pou- 
voit fouhaiter. Julie n'eut pas plutôt ouvert les 
yeux , qu elle les tourna fur le Chevalier. 9» Que 
» vois-je, s écria^-t'elle j eft-ce unfonge? Seriez^ 
» vous, le Comte de Zilraan >» ^ A peine eut-elle 
prononcé ces mots , que k pâleur qui étoit fur 
fonvifage , fit place au plus beau rouge du mon>- 
de , auquel fuccéda une nouvelle pâleur , accom- 
pagnée de tremblement.. 

Vous reconnoiflfèz l'amour a ces fymptomes^ 
Madame ;.& vous, allez bientôt perdoe l'eftime 
que voua aviez: conçue pour Madame de Blefe* 
monti- IL étoir fept heures, du matin^ &c la beUe 
Julie Savoir que très-peu dormi , lorfque le 
Jardinier lui apporta une lettre qu'on venoit de 
lui eonfiei. Elle, la prit , & iven eut pas plutôt 
examiné l'écriture , au eile devint pâle & trem- 
blante*. »^ Dieux , cÉt-elle en- elle-même , que 
» ces caraft^res font femblablcs: à ceux de M\ 
» de Blefèmont ! Eft-il poffible qu'ik foienc 
» d'une autre main» ? Elle ouvrit cette lettre: 
avec un faififlement dont elle. ne fut pas- la- 
maîa:efl€i,,& y lut ce qui fuit ::: Zw iij^ 



J58 MADA\tE DE LïNTÔf, 

35 Quelque furprife que vous ayez cri lifao^ 
» ma lettre, belle J^ulie , je m'imagine quelle 
a> n^égalera pas celle que vous auriez eue en 
j» voyant un homme que vous avez cru inorr^ 
i> C'eft donçUcraimç de vous ef&ayer , qui me 
o fait préférer au plaifir de vous voir, celui de 

V vous écrire. C'eft cette crainte qui in*empcche 
»> en ce mome^it , d'êtte auprès de vpus , pour 
n vous inftruire de tout ce qui m*eft arrivé , & 

. » pour vous fupplier de me dire fi vous m'avez 
â> conferyé cette eftime & cette amitié dont vous 
^ m'avez flatté plufieurs fois. Vous m'allçz voit 
4» inceflamment j 6ç je vais vovis tirer de Tefcla- 
«» vage dans lequel le barbare Chevalier vous re^- 

V tient. Cachez-lui mon arrivée j il eft abfolu-^ 
^ ment néçefTaire qu'il l'ignore. A^lieu ^ m^ 
» çhere Julie j je meurs d^envie de vous affurer 
f( ^ue perfpune ne vous aime fi parfait^pientj^qiiQ 

I-E Marqvis i>e Blbsemo-nt^ 

Julie lut & relut plufieurs fois cette lettre j 
file s'imagina d'abord que quelqu'un , pour la 
çromper , avoir imité Técriture du Marquis^ 
jiprès l'avoir bien examinée , elle la confronta 
^vec la dernière qu'elle avoir reçue de lui y la 
trouva toute femblable,, & ne douta plus qu'elle 
4îe fût de fa main. » Comment fe peut-il > di-. 

V foit-eUe > qu'il foit éçhappç dç l'état py Lyou-t 

V nois m'a dit l'avoir va. 

Ce Lyoïmois. çtpit mort d'un coup de pied de 
cheval j& avant aue d'expirer , il s'étoir traîno. 
dans la çhainbre ae Madame de Blefemont , Sç 
lui avoir raconté la mort violente du Marc^uis 3^. 

iia^uçUç il avpitcah^yçoup de fzxtx 



Madame de Lintot. 359 

* » Mais que fe pafle-r'il donc en moi-même , 
>• concinua-c'elle ? Il n'eft point mort j je l'eftime 
n infiniment \ il m'aime toujours , & va me tirer 
■• derétac malheureux où je fuis \ cependant je 
w fens une trifteflfe mortelle qui s'empare de 
t> mon ame. Je devrois être comblée de joie , 
9> en penfant que je le reverrai bientôt ', & loin 
35 de fouhaiter fon arrivée , je la crains. Que je 
» fuis à plaindre dctre fi différente de ce que 
» jctois a Blefemont» ! Ellefe leva en faifant 
ces réflexions. Comme elle achevoic de s'habiU 
1er , le Comte entra pour lui dire que M. de 
Blefemont vouloir ablolument fortir de fon lit 
pour la venir voir , fi elle différoit à fe rendre 
dans fon appartement. Julie lui répondit qu^elle 
vouloir bien avoir encore cette complaifance , 
d'autant plus que ce feroit peut-être la dernière 

3u'elle auroit pour lui. Prenant enfuite un ton 
e voix{>lus bas , le Marquis de Blefemont que 
vous avez connu , n'eft point mort > lui dit-elle j. 
ainfi vous reverrez cet ami que vous avez tant 
regretté j il doit arriver dans quelques inftans.. 
M. de Zilman lui préfenta la main pour paf- 
fer dans l'appartement du malade. Comme elle 
étoit extrêmement foible , elle l'accepta pour fe 
foutenir ^ mais ce ne fut pas fans beaucoup d'émo- 
tion. M. de Blefen:ont ne la vit pasplutotr , qu'il 
lui reprocha le peud'empreflTement qu'elle avoir 
eu à venir s'informer de les nouvelles- Julie s'ex- 
cufa avec douceur, fur le danger où elle avoir été 
elle-même. » Vous vous en êtes bieA tirée >, 
» Madame , lui dit-il j Je n'efpere pas en être 
» Quitte à fi bon marché. Mais ce qui me con- 
» u)le , c'eft que fi je meurs , ma mort vous, fera, 
n auifi fenfibWqu'à moi «u Comme il achevoÎE 

ZLiK 



3^0 Madame di Lintot. 

ces paroles, un domeftique vint dire avec un aif 
effrayé, que plufieurs Cavaliers bien armes, dont 
un fe difoit Marquis de Blefemoûc > avoient de* 
xtiandé à entrer de la part du Roi j que les Ponts 
du Château étant baiffes , on n*avoit pu les en 
empêcher ; qu'ils alloient paroître dajos rinftant» 
i-a Marquife changea de couleur à ce difcours j 
le Comte de Zilman fonit pour aller au-devant 
d'eux ; & M. dcBlefemont , que nous allons re- 
jîommer le Chevalier , ne comprenant rien i 
c^tte étrange aventure, défendit qu'on les laiflat 
entrer dans fa chambre j mais ils parurent dans 
le moment. 

Le plus âgé de ces Meflîeuts fut aifément re- 
connu , par l'aimable JuUe, pour le Marquis de 
Blefemont. Quoique prévenue de fon arrivée , 
•elle ne put s'empêcher d'être tremblante en le 
revoyant. Elle lui tendit cependant la main qu'il 
baifa avec un refped infini. Rencoutr«nt dans 
cet inftant les yeux du Comte , elle rougit & baifla 
promptement les fiens. Le Marquis s'apprpchant 
iilorsdu lit du Chevalier , de qui il venoit d'ap- 
prendre l'accident par M. de Zilman, ne voulut 
pas , dans l'état ou il étoit , faire éclater fon 
jreflentiment, 11 fe contenta de lui dire avec un 
peu de froideur , » vous voyez , Alonfieur , un 
«• parent que vous ave? cru mort y Se je me flatte 
»> que vous le revoyez fans peine , puifqu'il ne 
3» vient ici , que pour vous afluicr qu'il veut bien 
f» oublier le palTé, . . Mcn.parent eft mort , ré* 
V pondit le Chevalier \ & vous êtes un impofteur^ 
»> ou tout au plus fon ombre. Je ne fuis ni l'ua 
w ni l'autre , dit le Marquis; & pour vous le 
» prouver, je n'aurois qu'à vous faire le récit de 
n QQ qui m'cA arrive, à Blefeuiont Se aux endroits 



« 



Madamb de LiNTorr $6t 

*> où j'ai été depuis que j'eii fuis fortî. Votre 
» fituarion ne vous permet pas d'écouter ce dé- 
» tail ; examinez-donc feulement mon air, mes 
» trt^iis, le fon de ma voix , &: vous vertez que 
5> je ne vous trompe pas. 

» Le Chevalier fixant alors fes regards fur lui , 
» je vous reconnois , lui dit-il , d'un ton qui 
?» marquoit l'agitation où il étoit j vous vene» 
9» fans doute reprendre vos biens , & la femme 
» qui vous étoit deftince ; rien n*eft plus jufte. 
j> Pour moi je vais mourir ; vivez contens l'un 
«> & l'autre j oubliez & pardonnez-moi mes cri- 
jt mes;&pourme le prouver, venez » vbus & 
#» Madame de Blefemont , recevoir mes adieux , 
>> & un préfent que je veux vous faire ». 

Le Marquis s'appercevant qu'en effet la vue 
du Chevalier fe troubloit , s'avança plus près de 
fon lit , & engagea la craintive Marquife d'en 
faire autant. >> Approchez encore , dit le mou- 
f> tant j & faites-moi donner une caflette qui 
w eft fous mon lit ». M. de Blefemont la lui 
ayant donnée lui-même, le Chevalier fit un der- 
nier effort pour fe mettre fur fon féant , embraflT^ 
le Marquis & Julie ,«qui commençoient à être 
iîncéremeut touchés de fon trifte fort , prit avec 
autant d'adreflTe que de promptitude dans cette 
cafferte , un petit piflolet â deux coups , chargé 
à balle,quil rira fur M. & Madaihe de Blefe- 
mont. Le Comte de Zilman , à ce bruit , s'avan- 
ça avec tous ceux qui étoient dans la chambre ^ 
pour foutenir le Marquis Se la Marquife qi^ 
chanceloient par la feule frayeur qu'ils avoient 
eue. Heureufement les balles avoient paflc près 
d'eux fans les toucher , & avoient donné con.- 
tre une glace qui écoicfor la cheminée ^ qu'elle^ 



'jiffz Madame ©b LmrÔT. 

avoient cafTé en mille morceaux. » J*ai manqnj 
99 mon coup, s'écria \e Chevalier , à qui Ton 
9» avoitôtépromprementlacafTetce^ & je meurs 
>» le plus defefperé des hommes». En difant ces 
mots & plufieurs autres que la rage lui fuggéra, 
& qu on ne peut répéter fans horreur , il tomba 
dans des convuUîons G, fortes , qu'elles lui ote- 
rent la vie , & délivrèrent la terre du plus grand 
monftre qu'elle eût jamais porté». 

M. de Blefemont fit enfuite le récit de ce 
qui lui étoit arrivé : Lyonnois & le Chevalier 
svoient cru lui voir rendre les derniers fonpirs : 
il eft vrai qu'il tomba dans une létargie fi pro- 
fonde , que lui & le Chevalier y furent égale- 
ment trompés, llnereftapàslong'tems fans être 
cnfeveli : on le porta dans fa Paroifle, où il fut 
enterré le foir fans aucune cérémonie. Heureu- 
fement le Foflbyeur lui avoit quelques obliga- 
tions ; il fît réflexion à la façon dont on avoit pré- 
cipité fon enterrement , & réfolut de le déterrer 
cette même nuit. Il entra dans l'Eglife dont it 
lavoir les defs : lui & fon fils tirèrent le Marquii 
de fon cercueil , & virent avec une grande fatif-; 
faction , qu'il donnoit encore quelques fignes de 
vie. Ils le tranfporterent à leur logis i & par tou- 
tes fortes de foms & de peines , ils vinrent à bout 
de le guérir parfaitement. 

Vous croyez peut-être , Madame , qu'un maria- 
ge heureux va mettre fin à toutes les aventures de 
Mlle de Salens. Il eft vrai qu die époufa M. de 
Blefemont, & qu'elle eut pour lui beaucoup d'df- 
tîme & d'attention j mais le Comte de Ziknan 
avoit feul tout fon cccur. Il n eut pas de peine i 

£ rendre pour elle le même amour. Us ctoienr mal- 
eareu Von Oc Taotre. Dans ces dscoxiftaoces,l4 



M Ai) AMI ôE LmTor.' )(?j 

fea prend à la maifon de M. de Blefemont \ il vent 
fe fauver par la fencrré , fe caflTe la jambe & meurt 
peu de tems après, fans témoigner à la Marquiii 

2u'il avoir découvert fa paffion pour le Comte, 
)elui-ci , par amitié pour M. de Blefemont , étoic 
allé fervir l'Empereur contre les Turcs ; il revint 
quelque tems après j & la Marquife , à qui fou 
cpoux 5 dans une lettre qu'il lui avoir remife en 
mourant , avoit recommandé de ne point époufet 
d'autre perfonne que le Comte de Zilman, n^eut 
pas de peine à fe conformer à fes dernières volon* 
tés. Quant àFélice , fœur de la Marquife, elle ne 
fut pas moins heureufe. La Comteue de Salens 
fa raere, s'ctant repentie de fes injuftices , lui 
amena elle-même le Baron de Granville , au mo* 
menrqu*elle alloit prendre le voile dans un Cou* 
vent,& que cette cérémonie étoit déjà corn-» 
inencée ^ elle le lui donna pour époux ,& alla 
finir elle-même fes jours dans la retraite. 
Ne trouvez^vous pas. Madame » dans ce Roman ^^ 
pluïieurs traits de reflemblance avec le Èeau-pert 
luppfije de Madame de Villeneuve , dont je 
vous entretenois il y a quelque tems. Il el\ ques- 
tion auflî d'un enlèvement forcé , & d'une per-» 
fonne qu'on croit morte , ou qu'on veut raire 
paiTerpour telle. On reconnoît Boreli & fa fem^ 
me dans le Chevalier de Blefemont 5i dans la 
Comtefle de Salens : Mademoif^lle de Melcpurt 
dan3 Félice >^ Inez dans Luçe , la Négrelïè dans 
la Païfanne , le Chevalier de Marian , dans Iç 
Marquis de Blefemont , & le Marquis de Man* 
teuil , dans le Comte de Zilman, 

Je fuiç , écfr 



'3^4 Madame le Piunce de Beavmokt: 



LETTRE XXII L 

j-jj^ Xty a peu de femmes^» Madame, qui ayent 
donné plus d'Ouvrages en tous genres , & peu 
le p ^^ d'hommes qui ayent plus écrit fur l'éducation en 
de Beau - P^^^f iculiex ,. que Madame te Prince de Beaumont ^ 
^ooc .^ce en France > mais retirée depuis bien des an- 
nées eu Angleterre , où elle fait un Journal lit- 
téraire des Traités die morale , & des Romans. 
Le titre qu elle paroît affedionner principale- 
ment , pour mettre à la tête de fes. livres » eft 
celui de Maga^^in : titre que peut lui avoir inf- 
piré le génie de la Nation Angloife ,. fînguliérer 
ment adonnée au commerce, Maga^tn des En- 
fans j Magasin des AioUfccnSy Magasin desjew 
'nés Dames j nouveau Magasin Anglais j c*eft ainlî 
iin^dcsEa- ^^e font intitulés les premiers Ouvrages quelle a 
frpc^ publiés^ & dont je vais commencer à vous rendre 

"compte. 

Former les mœurs 5^ tirer parti de Tefprît , Tor- 
ner , lui donner une tournure géométrique , ré- 
gler l'extérieur , telle eft , Madame , la maxime 
que pofe Madame de Beaumont dans foa aver- 
tiflement fur le Magasin des Enfans^ Tout ce 
qu'on leur dit , tout ce que Ton écrit pour eux j^ 
tout ce qu*on offre à leur regard , doit tendre à 
cette fin. >> Nous avons pour cela , dit-elle, deux 
» moyens : la rekgion & la raifon. Vt ne faut 
a> jamais féparer ces deux chofes ^ & je me flatte 
a> de les avoir Unies dans \e Magasin des Enfans^ 
» Enleurfaifant réciter THiftoise de l'Ecriture- 
» Sainte , j'ai eu foin de donner a leur raifoa 
V des preuve; ^ à leur portée g^de U divioltc de& 



!Maie>àmb le Prince de Ëeaumokt. 5^5 

*• livres faînts. J'ai tâche enfuite de leur faire 
^> trouver , dans cette écriture , des motifs capa- 
»> blés d'exciter leur obciflance : un Dieu bien- 
^> faitwr , ami de la Vertu y Vengeur du crime , 
^> tout-puiflfant pour récompenler l'une &: pu- 
9> nir l'autre , voilà ce que leur réflexion & celles 
w de la gouvernante mettent , à tous momehs , 
» fous leurs yeux. 

i> Je n'ai rien oublié pour leur itioûtrer \x 
5> conformité des maximes de ce livre divin ^ 
w avec leurs lumières naturelles j & j'ai fini pat 
>> les. convaincre , qu'indépendamment d'un^ 
» autre vie , d'un bonheur , ou d'un châtiment 
M futur, leur bonheur en cette vie dépend de leur 
» docilité â fuivre ces maximes. En changeant 
»> de difcours , je n'ai point changé d'objet : mes 
^ contes tendent au même but j tout y ramené 
»» les enfans », 

Ce morceau , Madame , renferme l'idée de 
rOuvrage de Madame de Beaumont , diftrib'ué 
en Journées , remplies par des Dialogues fur 
diftérens fujets. Les Interlocuteurs font Ma- 
demoifelle Bonne j Gouvernante. Lady Sen^ 
fée j âgée de douze ans , Lady-ikf^n^ j âgée 
de cinq , Lady-Charlotte j âgée de fept , 
Lady Babiole ^ âgée de dix , Lady Tempête , 
âgée de treize , &c 

Au feul nom de ct^ Interlocuteurs , vous de- 
vez deviner , à peu-près , quel eft leur caradere. 
C'eft une Lady Babiole, qui eft folle de fes pou- 

f>ées j une Lady Senfée, qui n'a du goût que pour 
es livres \ une Lady Tempête , qui fe, laiffe em- 
porter par fon humeur & fa vivacité , &c. . • • • 
La variété de ces caradteres anime la conver- 
fation, y jette des nuances différentes , & mal- 



^Sê MAbAi^È tt Prince bt ÈuAvUôitti 
tiplie des queftiohs , dont les réponfes , dans U 
tx)uche de la Gouvernante , tournent tyùjours 
au profit des. Elevés : c'eft en les fatisfaifam fur 
les plus petits objets , comme fut le$ plus im« 
t)ortans j (}ue Madame de Beaumont trouve ^ 
a chaque inftant , le moyen de les ihftruire* 
L'une , par exemple , attrape un joli papillon ^ 
qu'elle veut mettre dans une bobte , pour l^y 
nourrit av^c des fleurs , afin d'avoir uh jour des 
petits : Madame de Beau;nôrit ptofite de cet 
âmufement , pour lui apprendre comment fe 
forme ce papillon , &c ce qu'il devient* 
>j Pour vous conteiiter, lui dxt<elle, je vais eh gar*- 
>> der plufieurs. Ils feront dçs œufs en Automne , 
j> fur quelques feuilles que je leut donnerai : les 
99 papillons mourront après avoir fait leurs orufs; 
p & je mettrai la feuille au foleil. Quand ces 
i> œufs feront échauffes , il en fortifa de petite^ 
i; Chenilles qui fileront, auflîrôt qu'elles feront 
» au monde » comme vous voyez filer les arai<* 

V gnées ^ & de ce fil elles fe bâtiront une maifon^ 
Si pour fe cacher durant Thyver , afin de ne pas 
35 îentir le frgid : quand il fera chaud , elles lor-» 
»> riront de leur maifon y Se après avoir ^ mangé 
*> quelque tems ^ vous les verrez fe bâtir un 
a tombeau ^ où elles fe coucheront , & devien- 
» dront comme mortes. Elles ceflTeixibleront 
ii alors à une Fève j mais quelque tetnà après ^ 
j> cette Fève remuera : il en fottiraune tète , des 
i> jambes , des ailes , & enfin un papillon com-* 

V me celui-ci , qui fe nourrira de fleurs , juf- 
sy qu'à ce qu'il ait fait fes œufs , & qu'il meure ». 

Cette explication. Madame , eftà la portée de 
l'enfant dont l'efprit eft le plus borné. . . Les 
leçons d'Ecriture-lainte , que Madame de Beait- 



tiïotii fait apprendre & réciter à fes enfans , onc 
la même (implicite. Le trait fuivant fuffira pouc 
vous en donner une idée. 

Noë & fes trois fils ayant eu beaucoup d'en« 
fans , le pays où ils dôttieuroient leur parut trop 
petit i & ils résolurent de fe féparer : mais au- 
paravant , ils voulutent bâtir une grande Tour 
oien plus haute que le Clocher de S. Paul , par- 
ce qu'ils vouloient que ceux qui viendroient au 
monde , quand ils feroient morts , diflent qu'ils 
avoient beaucoup d'efprit de faire un fi bel Ou- 
vrage. Us difoient auffi , fi Dieu vouloit nous 
noyer une autre fois , nous monterions au haut 
de cette Tour j & l'eau ne pourroit venir juf- 
ques-là. Us commencèrent aonc cet Edifice ; 
mais Dieu fe mocqua de leur vanité & de leur 
folie i car tout-d'un-coup il leur fit oublier la 
langue qu'ils favoient , & leur en apprit une 
autre, en forte qu'ils ne s'entendoient plus. C'eft 
comme fi nous oublions préfentement le françois 
& l'anglois j que je parlafle latin , que ma Bonne 
parlât TAllemand, &LadySenfée l'Italien j nous 
ijerions obligées de nous féparer , parce que nous 
ne pourrions plus nous entendre. Ces nommes 
donc furent bien furpris j car quand l'un difoit , 
donnez-moi une pierre , l'autre qui ne l'enten- 
. doit pas , lui apportoit de l'eau ou du bois. Il 
fallut donc laifler la Tour qui étoit déjà bien 
avancée : on la nomma Babel j qui veut dire 
confufion , & chacun penfa a s'en aller de fon 
côté. Les enfans de Cham , & de Chanaam fon 
fils , furent du côté de l'Orient j ceux de Japhec 
allèrent demeurer à l'Occident , & ceux de Sem 
habitèrent dans le Païs d'Aflur. 

Vous devinez bien > Madame , que les en- 



3(Î8 MkDktit LE Prince db ÈEÀtJi^ôOTi 
fans , qui font naturellement curieux , demart* 
dent à leur maîtreffe y ce que c'eft qiie tous ces 
Pays qu'elle leur nomme j la hiaîtrefle 6n eft 
ehcKârttée, preild uneCarte, & en fatisfaifaht leuf 
curiofité , leui: donne une petite idée de la Géo- 
graphie. 

' Mais , tna Bottrle , liil dit Lady Spirituelle, 
avant q]Lie d'aller plus loin,vbudriez- vous m'expli-» 
quer, pourquoi dans la fable que vous nous faites 
apprendre tous les jours , il y a phifieurs chofel 
qui reflemblent à THiftoire Sainte ? Par exem- 
ple , l'âge d'or , le déluge , Tentreprife deJ 
Géans , &:c. 

Lad y-Mary» 

Qu elt-ce que ces Géans , ma Bonne ? 

Mademoiselle Bonne. 

Vous êtes encore trop petite poUr apprendre 
cela. 

Mis s Mot tv* 

Ak ! ma Boniie , je ferai bien (âge J dites* 
moi cela , je vous prie j je vous écouterai bien- 

MademoissIlè Bonne. 

Je vous gâte, je penfe, car je fais tout ce qui 
vous vouiez. Êcoutez-donc bien. . 

Après le déluge , les hommes ne favoient pas 
encore écrire ; ainfi il n'y avoir point de livres. 

Lady Charlotte. 

Comment-donc avons-nous pu favoir THif- 
toire d'Adam , puifqu'on lie la pas écrite ? 

Mademoiselle Bonne. 

Adam Conta cette hiftoire a fes «nfans ; fes 

enrans 



Madame le Prince de Beaumont. 3^5? 
enfans rapprirent à Noé. Quand il fut forci de 
FArche , Noc le dit à fes fils j & il leur recom- 
manda de l'apprendre auflî à leurs enfans. Sem 
qui ctoit très-fournis a fon père , lui obéit 5 & 
- jamais fes enfans ne Toublierenc y mais Cbam & 
Japhet n'y penferent pas beaucoup : ils en par- 
loient quelquefois , mais par manière d'acquit. 
Les quatre fils de Japhet vinrent demeurer dans 
un Païs qu'on appelloit la Grèce; & on les nom* 
ma Grecs z or les Grecs aimoient beaucoup les 
fables & les contes ; & ils en compofoient fur 
tout ce qui arriyoit. Au lieu de rapporter les hif- 
toires comme leurs pères les leut avoieiit appri- 
fes , ils en firent des fables ; & voici celle qu'ils 
imaginèrent à ToCcafion de là Tour de Babel. Mais 
avant de vous dire cette fable , il faut que |ô 
vous apprenne que ces Grecs ' croient des mé- 
chans , qui au lieu d'adorer le bon Dieu , ado- 
roientles hommes, ôcavoient une religion ex:- 
rravagante. Il y avoir eu plulîeurs Rois nommés 
Jupiter; ils firent un Dieu de ces Rois ;& toutes 
les bonnes ôc mauvaifes aâ;ions que ces hommes 
nommés Jupiter , avoient faites , ils difoient 
qu'elles, étoient faites par une feule perfonne , 
qui étoit Jupiter , Roi du Ciel. 

Us difoient encore que les Géans étoient de 
grands JiDmmés , grands comme cette maifon > 
'&c|u'ils eurent envie de chafler Jupiter du Giel : 
mais comme ils n'avoient pas une échelle aflez 
grande pour y monter , ils prirent les plus gran- 
des montagnes , 8c les mettant les unes fur les 
autres , ils en firent une échelle* Ils croient bien 
près d'y atteindre ; mais Jupiter les tua à coups 
de tonnerre j & ceux qui ne furent pas tués , il 
mit fur leurs corps ces gtptfes moncagueii 
TomeJKf Aa 



}j6 Madame le Prînce de ËEAûMoWf* 
qu'ils avoient apportées. Vous comprenez bielîj 
mes enfans , que cette fable n'eft pas vraie. 

Lady-Marv. 

A merveille, ma Bonne ; ces montagnes , cela 
veut cUre les pierres dont les enfans de Nôé fai* 
foien^ une Tour j & ce tonnerre, cela veut mon- 
trer çpinment Dieu les pui\it , en leur faifant 
.oublier leur langage^^. 

Vous voyez. Madame , de quelle façon TAu- 
teut fait conduire infenfiblement fes élevés d'ob- 
jets en objets^ tQais en éclairant leur éfprit , il 
eft néceiïaire de former leur cœur j & c'eft pouK 
y parvenir , que notre habile Gouvernante couî* 
ronne prefque toujours fes leçons , par des ré- 
flexions, morales tirées çlu fujec inême. 

,.Voçre camarade., 4it*elle à Lady Charlotte, 
vient de vous raconter la mort d'Abel , & le 
crime de Caïn fon frère : n'avez-vous rien penfé 
en ^ijoiitant cette hiftoire ? 

Làdy-ChArlotti 

J'ai penfé quelque chofe , ma Boûne j mais je 
n oie le dire j cela eft trop vilain. 

Mademoiselle. 60NNE* 

Allons , ma chère , une jeune perfônne qui a 
^e courage d'avouer fes défauts j eà I^Oûte prècc 
"à fe corriger. 

Ladv-Cmahlotte, 

Èh bien donc, je vais vous fe dire : je ftlis 
jiiîjufe comme Gain , contre'rfiâ fcètn: aînée y 
Papa & Maman l'aîmènc mîeui: qUe -tiioi > & 



tèla liie met fî fort en coler« quelquefois ^ que 
|e la tuerois , fi je pouvpis. 

MABBMoiSBX.Lt. BOKKi» ^ 

Mal$^ iha ckeie » n'eA-ce pas votxe faute | 
fi Ton âiithe Votre fœur plus que vous ^ Dites^ 
inoi , Il vous étiet une tnaman , & que vous euf* 
fiez aetix filles , Tune qui feroit douce ^ konnèce ^ 
obéiflanté , appliquée avec fes maîtres ^ Se rautid 
entêtée , méchante , impertinente avec tout le 
inonde ^ laquelle aimeriez-vous davantage ? 

LAl^Y-CHÀRLÔTTt* 

j'ainletc^is mieux la première* 

MademoïseIlb Bôiî.îljL 1 

' M ne faut donc pas être fâchée ^ coflffë Vôtté 
|>apa & votre maman , s'ils aiment tirtîôitx votre 
iceorque vous : devenez âtiflî bonne qtt*éll'e ^ jeî 
fuis (ure du'ils vous aimeront à la folie» 

Un déraut ordinaire des enfans , éft de tAb-^ 
porter indifcretement ce qu'ils ontvûSrentenaui 
Pour leur en faire fentit les conféqûeftde^ y ]^a- 
dame- de Beaumont leur raconte Thiftpire dé 
Jolïetteé 

C'était u il ehfaiît gâté j qtte lés Fées ,'A/â n^if-^ 
lance , avoient pris fdus léut proteftidn/ Vfinà 
ptortkit à la mere^ qU*elle feroit belle 'cprfimê uii 
Ahgeyraûtre, qu*elle danfeïrôit à ravir j une troî- 
fieiïie, qu'elle ne feroit jamais ^malade j'^une qj^ia-* 
trieme , qu'elle auroit i)€faiicpup d'èfpritr Mais 
ia Reine de ces Féei , qUÎ prévoyoit le mauvais 
nfage que Joliette feroit de fes dons , prononça 
qK*tttô fdtoit muMé liîfquU Tâge de vingt ans* 

Âa ij 



j7^ Mapami le Prince de Beaumoni^; 

Malgré cela , Jolierte devint un petit efpîod^' 
fe faîfoit entendre par geftes, & rendoit compte 
à fa mère, de tout ce qui fe paflbit fous fesyeux* 
Mais comme elle n avoir pas toujours afiez de 
mémoire pour retenir tout ce que l'on difoit , 
elle faifoit dire aux uns ce que les autteSL'avoient 
dit : & il nj avoit pas de femaînes, qn'îl n^. ôût 
vingt tracafleries dans la Ville; quand on- verioit 
à examiner ce qui caufoit ces bruirs; on décou- 
vroit que cela provenoit des rapports de JoHette : 
elle brouilla fa mère avec toutes fes amies > & fit 
battre trois ou quatre perfonnes. ♦ 

Cela dura jufqu'au jour où elle eut vingt ans: 
elle attendoit ce jour avec une grande impatience, 
pour parler tout à fon aife : il vint enfin ; & laRei-' 
ne des Fées fé préfentant devant elle, lui dit : » Jo- 
» liette, stvant que de vous rendre Tufage delà 
•» parole , dont certainement vous abuferez ^ je 
» vais vous faire voir tous les maux que vous 
» avez caufés par vos rapports >>. En mcme-tems , 
elle lui préfenta un miroir; & elle y vit un hom- 
me , fuivi de trois enfans qui demandoienc Tau* 
mône avec leur père. 

» Je ne connois pas cet homme là , dit Jo- 
9> liette , qui parloir pour la première fois ;. quel 
99 mal lui ai -je fait? Cet homme étoit un rich(| 
» Marchand, lui répondit UFce : il.avp^t; dans 
9' fou Magazin beaucoup de marchandifes ; niais 
» il manquoir d'argent comptant. Cet homme 
» vint emprunter une fomme à votre. père., pour 
n payer une lettre de Change : vous écoutiez à 
» la porte du cabinet ; & vous fîtes connoîcre 
» la iituation de ce Marchand à plufieurs per* 
» fonnes à qui il devoir de Targent : ceU lui fit 
n perdre fon crédit) toui^ te monde voiduc être 



Madame iePrîncb'di Bbaumont. }7j 

*» payé ;- & ta Juftice St'érant mêlée de cette affaire, 
» 4e pauvre homme & fes^'enfans font réduits 
j^ Àl'atumône depuis" 'neuf aiis. Ah mon ÏDieu , 
« Madame , dit Joliette -, . je fuis ^u d^fefpoîr 
M d avoir commis ce crime, ^liikis Je ftusriche',)e 
» veux téparerle ma] que fîSot:cafîDiîné,enren- 

T> dant à' tet homme lé bîèfl que je lui ai . fait 

'i> perdre par mon imprùdëHcéji. 

Après cela , Joli ette vie one*^ belle femme, darîs 
une chambré , dont' tes fèrictxès ét0iéhi gathiés 
de grilles dé fer : elle «toit couchée* fur de Ta 
paille , afaiit une cruche d'éau ', & un morceau 

cde pain'à'tèté d*elie : fe$ gtahds cheveux noirs 
txnnboienf fur fes^cpaulfes ; & fon vifage etoit 
baigné de £es larmes. >» Ah'mon Dreù , dit Jb- 
i iiecti^ , je connois cettîe'Same : fon mari Ta 
»^ menée en France dépuis deux ans ; & il a 
»■ écrit cju'dle étoit mo^te; Sérôit-il bien pollî- 
» bleque je fûfle k caiife'de l'àffreufe fituatiôn 

' i» OÙ je la vois ? Oui V Joliette , reprit là Fée i 
i3 mais ce qu'il y a de- plus*: terriblfe ,' c'eft que 
i> ,voux kes encore la caufe'tâeli mort d'un honi- 
« me que le mari'iiè' éètfcefemme a mé. Voils 
i> fouvenez-vous f^ùrf fiMf , étant dans un jaf- 

1 W di» fu» 'mi bant ; vou s ' fîtes femblçtrit de dor- 
i$t mirpoûtï entencke ce qiie difoient ce^ deux 

-'«•..periolines. Vous comprîtes par leuts difcpurs, 
•y TO^ils:.fc*aimoienrj' & vî>ti^ Te fîtes favoir à toute 

•# :1a Vtiile;"Ce bruit vi^ jùfqu aux oreilles du 
mari de cette dame,, qui eft un homme fort 



si'^fllmtx.fli tni C€ caVèifor,' (K a mené foh.époU- 
riï.»rieiï Fronce if il l'a fait pafler pour morié',. 
'» 'a£n?^ezpouvoifia tour meatër plus long-tems^ 
^«x^fiendant cette pauvre femme étoit iimocenté- 
.ia[ ijer^Èexicilhûmme Ibipiuloit de lamour' t^u'lL 

Aa ii| 



j->4 Madame le Piukce ds Beavmomt. 
avoir pour une de fes couiiaes qu'il wxdotf 
p époufer ; mais comme ils parloiem bas , vous 
a> n^avez entendu que laanoicic de ieuc coiwer- 
a» faiîon , (jue vous avez ccôte ; Se ç^la a Qai£é 
t> ces horribles malheurs. 

» Ah] s'écria JoUetxe , je fuis aae malhea- 

V reufe y je ne mcrîrepas de voir le fom^ .Asce«- 
deza vous coiuiamqer»'que vous ayez conau 

V tous vos crimes , lui du la Fce. Regardez ce( 
v homme a>uché da&s an cachot « «pfa^tgé de 
» chaiues. Vous avez découvert uce converCa* 
a> tîoQ fort innocence ^ue tenoic cet homnae \ 

V & comnie vous ne Taviez écoutée q^'à-moiiiéii 

V vous avez crn entendre cjuil éfoic d'mceUî- 

V gence avec lea ennemis du Roi. Un jeune 
étourdi^ fon méchant , une femme aufli 
sa babiUarde que vous 3 qui n'aîmoiew pas 
« ce pauvre hrâime qui eft prifonnier , ont ré- 

V pété Se auemencé ce que vous leur a&Hsq 

V fait entendre de hii ^ ils lent £û< merso 
pi dans ce cachot , d où il ne forcira que pour 
« ailbmmer le Rapporteur à coups de bacon , & 
v vousuaiter comme la derniUffedies-feaimeSs 
ip fi jamais il vous rencontvev. 

Après cela, la Féemontira à JoUecte qaancicé 
de domeftiques manquant de pain , des mffins fé* 
paçés de leurs femmes « des eofans dcshcricfs 
par leurs pères , & coui cela i caii£e de fes xap- 
ports. Jolie;(e étoit inconfolabîe & promu; de fQ 
corriger. 

a> Vouscfês trop vieille pour voos.ccxmger^ 

» lui dit la Fée s des défauts qu on a aonrriai 

p Jufqu. a vingt a^s , ne fe oc^rigenr pa&quaad on 

veut. Je ne fais qu'un remède à cernai, c*eft 

.1» 4'^«ien$l9xfoweft:i^ pendant dix 




Madake le Prince de Beaumokt. 375 
n ans > ^ de paHeç tout ce tems à léfléchir fur 
P les malheurs que vous ayez caufés ». 

Joliette n'^ut pas le courage de confentîr à 
vm remède qui lui paroiflbic'i^ tetrible : elle pro« 
mit po^rtapp dp ne rien épargner pour devenir 
filentieufe ^ mais la Fée' lui tourna le dos fans 
vouloir récouterj car elle fayoitbien que fi elle 
avoir eu une vraie envie de fe corriger , elle en 
' auroit pris les moyens. 

Joliette ne changea point , & finit par être la 
caufe de la mort de fon mari , qui fut obligé de 
fe battre pour des propos qu'elle avoir tenus : 
cette mort la mit au défefpdir j & elle fe tua elle- 
même , ne pouvant furvivre à fa douleur. 

Lorfque yous vous trouvez dans une compa* 
gnie, ajouté JVladame de Beauniont en finiflaiit 
. ce conte , devenez fourdé , aveugle & muette. 
Quand on parle mal du prochain , devenez four- 
dé j c'eft-àndire , n'écoutez pas ces mauvaii dif- 
cours. Si yous ne pouvez vous empêchet de lès. 
entendre , fôyez muette au fortîr de cette com- 
pagnie i c'eff-à-dire , ne répéteai jamais ce qiie 
vpus ^vez entendu. 

tfxï défaut que Ton peut reprocher i Jufte titre 
a ^adaîi^é Jfe ferince cleBeâûmoht , c*eft d'avoir 
pris fes hiftbires & fes contes Hans divers Au- 
teurs qu'elle ne nonime pas /& de les donner 
comme yénai^ d'cjle ,^ à la faveur de quél- 

Îi|es (éger^ changemens qu'elle. fait dans le ftile. 
çl eA , par exemple » la Bette ZclzScte > Conte 
de Madame de y illeneuvç,. dont je vous entre- 
cenois il V^a peu de jours. Madame de Beau- 
. Hnp^ a a fcait que Tabréger, & changer les expref- 
, figns ^ lefond efl: le même y èc ifans pouvoir dire 
r doà eUe atijcé toutes f^s autres hiftoires » il v ai 

Âa iv 



3/(5 Madame le Prince pe Beatxmont. 
à penfer, qu'il en eft très-peu qui lui appartiens 
Tient. L objet tnptal de celle-ci , eft d*innnuer que 
l'on ne doit pas s'embàrra(fer d'être laide j mais 
qu'il faut faire enforte d'être fi bonne , qu*on 
puiflTe oublier la laideur en faveur de rexcellence 
de notre cœur, " * 

L'humanité , le pardon des injiu'es , la douceur 
envers les domeftiques , la charité envers les 
pauvres , prefqije toutes les vertus enfin paffent 
en revue dans l'Ouvrage de Madame de Beau- 

.luont j & je ne finirais' pas fi je vous citois tous 
les Dialogues dont çe^Magazin eft rempli. Vous 
applaudirez furtout au trait d*humanité que ra- 
conte Lady Spirituelle. >> Mamaii , dit-èlle , dans 

,v le tems qu'elle étdit à Paris ^ a connu une 
>> dame qui a une fille qu'on appelle Mademoî- 
:» jfelle Julie. Elle n'a jamais fait de mal à per« 
9> fonne , pas même aux bêtes j & eHe eft fâ- 
aj chce quand elle voit tuer une mouche. Un 
» jour que Màdemoifelle Julie fe promenoir , 

', ^ elle vit un pauvre chien que des petits gar- 
95 çoiis trainoiént ^vec une corde pour le jetter 

,.pv dans la rivière. Ce pauvre chien etoit fort laid , 

. 9> Ôc tout' crotté : Juuè en eût pitié , & dit à ces 
» petits garçons j je vous donnerai. lûi^efcalin, 
»' fi vous ypulez me donner ce chien 5 la'Femmé- 
?> ,^e chambre lui, dit : que voulez- voUS' faire de 

, j> .ce chiejp ? /U eft vilain : cela eft Vrai, dit Julie j 

..V niais ir éft malheureux ; fi je l'abandonne , 
a>.peffpririe n'en aura pitié. Elle fit laver ce 
» clîien , & le mit dans fon caroffe. Tout le 
>y monde fe môcqua d'elle , quand'elle revint à 

.i> la maifonj oiais cela ne ^Kf^ ^tririêchée de 
^ garder cette 'pauvre bcte depuis^'trti^ ans. Il 
j> y a huit jours qu*elle étoit coucKccèc qu'elle 



Madame ie Prince v'zBiavjiao^. 377 

« commençoit à s'endormir , lorfque fon chiea 
9) a faute fur fon lit , & s'eft mis; à ta tirer par fa 
M manche} il abboy oit fi fort, qu elle s-jeft éveillée; 
» & comme elle avoit une lampe dans fa cham^- 
» bre , elle a vu fon chien qui abboyoic en recr 
» gardant fous le lit. Julie ayant peur , courue 
9> ouvrir fa porte , & ajppella fes dpmeftiques ^ 
» qui par bonheur nétoiem pas encore couchés: 
» ils vinrent à fa chambre. > Se txçmQXcnt un 
» voleur caché fous le Ut» aveic ua poignard ^ 
»> ce voleur confeflfa qui! auxoililûéjaidemoifelle 
3> pendant la nuit, pour prendre k$ dii»ftians« 

MADEMOISELtB BoKNE«/ 

Il eft certain que la pitié , t^hïié pbtir les ani- 
maux , eft la marque 'd*uA cœur , gçnéréuiL 
Jaime beiucoup cette penfée dé votre demoî- 
felle Julie : ce chicri n*cjlpas bcûu j mais il cjt 

malheureux, * . . ^f. . . . e 

'Madame.de Beàumont traite à' fipilff les; de^- 
voirs des maîtres èrivérs les domeftiçài , & tbd?* 
ifonçë fcs réflexidiis par un t^tft^fifr'fe païàoïl 
^d'es offenfes, puifé dahs la Pièce de^Mi de Mi^ 
rïVaiix , intitulée r/^fe^^^ Efiiài^chx^J^^^^l^^ 
m'é' intrigué^ lein&me nttad ,^îè.Énèiiîé déiio^ 
ment. J'aqrois défiré que MSdSrtiy^K^TKfiiic 
Beaumont eut nommé tous les Auteurs qui lui 
ont ainfi fourni fes matériaux- )^<cV^étd une 
inftrudion de plus pour fesledeurs; &cer ayeu 
n'auroit pu que fui faire honneur. C'étoit un 
tribut de reconnoiflîui^e » qu elle devoir à ces 
écrivains. • * 

5> 11 y avoir , dit Lady Senfée , un homme 
» nommé Lyçurguc j qui domia de$ loix à une 



^7^ Mabami II PaïKCB 1>B Bbaumoht. 

* Ville appellée Sparte. Ces loix n'étoient pat 
» du goût d'un jeune homme qui n'aimoit pas 

♦ iycttr^^ & ce jeune homme donna un coup 
» de bâton au Légiflaceur 6c lui creva lŒiK Le 
s> peuple de Sparte dit à Lycurgue^ prenez ce 
i» méchant garçon pour le punir félon votre 
p fai^itaifiç. f^ le veux bien , dit Lyairgue i & je 
i»" le punirai d'une manière gui étonnera tout 
ai le monde. li prit donc ce |eim2. homme, le 
î» mena djins fa maifon ,' 8c le xraita comme 
s^^ 8*il 0&€' été fon fils. Toqs les jours il lui di- 
9> foitqu'il y àvoîtbeaucoupcl.^ plaide à pardon* 
» ner , à être doux & honnête. Ce jeune hom- 
o> me fut il couché de la bonté de Lycurgue ,, 
«»., qu'il r^jCç^V fjç clevenir auffi bon que lui, (î 
j? cela ^oxf ppfl^le ; & véritablement tput le 
j^ pewpj^ .(;i;jjc f4^.^ vengeance que Ljr- 
*. <^gH|^.PQ ^YQJif prJsl^M homme d^t 
» au peuplé : xl' m â puni' plus févérement que 



a» , ___ - . ^, —^r- --. 

» f^W ^fyfiiV^^ ^. Ypos tîreçç|z , IVIadanae, îe 




JiaïQce JMita 


ffcitentâAta 






'■ • !''••'. }■ l 


f 

fc. • 1 • f ( 


» 




• ■"■... .'. ; \i i 







- k \ mmmmmmmmmm 



-tf4- 



t ET TK E X Xi V- 

pai;, celles que f f^^r !b$ Ji^lliipm ^tog^cenuids iQC 
COTïoiçipHes qvi^eUe.ÀJM^ *•*»:* Que ^iw dttk- 

El 4^0iuyieaji pçftr .ette ^t^^ ,4^$ ^rftifiQtt i»- 
. -;^ Ji" f;iw . p^Befor i .|oj5«i,$c , iia^ ^m^ i^ilb iilo 

augmenter l'utilité &c]tMSf»(mM^. > o t>iiao;<j 

Mais ce ne font pasleulement les premières 
années de Tado^^foeocl >t][mx)ti befom dp te^ 
cours & de leçoi\s ; les dernières déci4e|i( or* 
fli^remcht dit^feftê^aè fe rie| j)ui^aç^ en 

ce tems , ou'une jeune perfènne éhôifitiiti érfit* 
On doit cflayer, de^ lui pOi^çir j^eç ^ux fur les 
inconvéfàens 7 W àahgers ", & les avantages 



)io MABAMB le PriNCB Bl RlAUMONT. 

ger poyac un autre : enfin on doit offrir aux jeit-^ 
nés filles des préfervatifs contre le défir immo- 
déré déplaire ,. qui fe couvre du prétexte de la 
néceffitc de fe procurer un établiffement. 

Tel eft , Madame , le plan du Magasin des 

'Adolèfcentés y qui fert de fuite au Magasin des 

Enfans^&c dans lequel Madame dé Beaumonc 

rôntinué fés^lèçons d'Aiftoife & deGéographîe , 

-ince^trempi^par d^sP dialogues , proportionnés 

- à^lariaifoA'iléiâ élevés, pour tefquelles il foiït faits. 

• Il faut V dit-elle d'abdrd , iqâï^leis plaifks qûç, vous 

-«diercKôz i né foientpôiiïMî^auvais eh éux-^mê- 

ttiési } qu'ils né foiént point dangereux pouf tous 

€)ip'àrtiçpliéF j qu'ils ne nuifent pointa vos dé- 

^^bits-ieiTef^éls y que ydus Vous y prêtiez fans 

4 vouls y livrer ; c*eft-à-dîre v qu'il ne faut poiiit 

'"Vdiâ y abandonner u abfôtumént, que votre cœur 

^û foit^ofifidé! Il'faiK pU;rifiei: votre intention^ 

^eif '^th^rehtnt à vonsiamufer^t c'éfl'à-dire endoîéj, 

-«ie adietcher <in'^ vous déUffer de vos devoirs jfc 

« éh vos occupations journalières , pour les repre^- 

^ drç t^ftfiltte avec pius^ dp vivacité* Je ^VâiS yotls 

c-idotilier^AUne règle 5 pour >connoître û >rêé àtnu-^ 

cfejnènfi^font ittnoceiis. A^ lefir-pfëridlê, 

-awjtm>'fi;>iè^ de' dite : mtfh 

nDïëui ï irtfft: pour l'amoiir devons , que'Jé'Viâs 

prejoidre ce diverti^meni -*^ '-••** 

'Jl jL tnoti '. i;A;D;Yr Lo'tJ Is 1. ■ ' '• " ' ■ 
.,,j9^'an:^i4ç(p,ouiion.?. ^..j,^ î . - .: . - 

' MADEMÔISlLitl BoKNE« . , 

■v.r.r :/.;/.'". •■ . . .'^.^tb ; ■'. . ■.•,•• ^ 

i...£tei ^'UÛfl^ Viô^ votçe^corps' ^ 



Madame LE Prince DE fiBAvM^Kf^; 381 
a charge la première du foin de ce derçier. C'eft 
donc obéira Dieu, le glorifier par votre, foutnif- 
Cion à Tes ordres , que d'avoir un foin raifonna* 
ble de votre corps. Le nourrir modérément ^ 
veiller à la confervation de fa fanté , le délaffèr 
par des récréations honnêtes , toutes ces' diofes 
font pour vous des devoirs , auxquels vous ne 
pouniez manquer fans pécher : puifque Dieu 
vous comn^ande ces chofes ,'vous faites -une 
bonne adioii en les exécutant ^ & vous pouvez 
lui offrir votre obéiflance. Mais remarquez que 
pourofer le faire , il faut que vous vous en te-, 
niez précifément à ce qu'il vous a commandé* 
Par exemple , une perfonne qui mangèroit avec 
excès , auroit mauvaife graçe de dire : mon pieu , 
c'eft pour vous obéir que je mange airifi^ f Sa 
confcience lui diroit tout de fuite : as m bien 
laudace de croire obéir à Dieu, en facriâ'aht ta 
fanté qu'il t'a obligée de conferver ? En obfprvant 
les chofes que je viens de vous prefcrire , vpus 
pouvez vous amufer autant que vous le jugekiezi 
a propos.. 

L A D Y L o u 1 s B. 

Voici quels font les plaifirs que je prends or-" 
dinairement : les fpedaclés , c'eft-a-dire rQpéjça , 
&§a Comédie j le Bal , le Jeu, les AfTembleeSj^ 
les promenades, & quelquefois un peu de léélu- 
re : j'ai beau examiner tontes ces cnofçs, je ^o 
les trouve pas mauvaifesen elles-mêmes. . 

Mademoiselle Bonne» 

Qu'en penfez-vous , Lady Lucie ? 

L A D Y L U C 1 E. 

Jfe trouve qu'à U Comçdie, ondit^bîfi^^dof 



' ibttifes } il eft Vrai qu'il n'y eîi a {*as daiis lei 
Tragédies} mais dafts lés ttieilletiifês , il y a des 
itsUtitiieîis bien opfxjfés aft Chtiftiattifitie* Où y 
approuve la Veiigëattce j oli y loue l'aiîlbirion'i 
Ôfl Utt thôt j tiia BoTïne ,il m]éfemble qu'au fori^ 
fir de l'â plus belle Tragédie» j je trouvé ihort^ 
(g«ut Vttide des chofes d^ Dieu , éc plein deis cho- 
fesdé mttodéi auxquelles j'ai renoncé dans itiort 
Baj^èmè^ & puis au cotiimeticeitieftt de là plul 
pure tVâgédîe , il y â un Èuifode , qui quel- 
cjûitfdij Aé î*èft gtietes ; tfr à là iSn une petite 
Piëfce'itlili^rt'diftaitettieînt eft infâme. 

Si l^<iy -Lucie Ait îà Vétité , MefdartieS ^ ii 
fa.ut conclure ^ue la Çptnédie^ celle qu'on la joué 
au|Qb^<^^^iitv^ eil: th^ &. que la Tragédie 

(E^, tOUf âfl tnurins darigereuTeié Je dis la Çomé^ 
ifip^ t^tlà 4]ji\ui la joue aujourd'hui. S'il plaifbic 
a l^ej[&f uips les Àuceucs «le faire de bonnes Co-^ 
tneditils^ ce leroit une excellente école pour les 
jeuiies geuë. Nous avons;^ en François plufieurë 
Pièces! très-bonnes pour former 4es mœurs } & 
oll?pj^.^Â cdhfcieàce àlfet à çélles-U ^ mais je 
{bùwlis (}û pétfonne qui aime fon falut , §e 
dbit^^Ç)int àllèt aux autres. J'ai Vu l'autre jcmr 
tûfê' Compagnie de jeûnes Dames qui alloient 
i/t)tr^|ofièt Amplïifrioiî J Eh bien , cette Pièce eft 
infâme j & je ne conçois pas comment des fem-» 
mes ont lahardiefi!^ de s'y trouvt^r* 

l^iss li'^Àé 

^ous. fonimes quelquefois maîf reftes de faite 
ll^âeflKli^^ce ^que^iotxs jttgéote y mais 



Maî>àmb IB Grince 6e âBÀtJMôAf. ^t) 

tuffi cela ne dépend pas toujours de nous. Si tua 
tnereveutme mener au fpeûacle qu^elle aime » 
irai je lui faire un fertnon ? lui dire qu elle a 
torr d y aller , & GUe je ne veux pas l'y accom:^ 
pagner ? Si une temtae a un mari qui exige 
qu elle aille à la Comédie un tel jour , parce 
qu'il a arrangé une partie pour cela ^ fera-t'eU» 
changer la partie, oufe brouillera*t*elle ayec fon 
mari , en refufant d'y aller? 

Maobmoisblix Bonnb. 

Eh mon Dieti ! Mefdames , ce 'ii*eA ^tfôres 

t)our de pareils fujets que les femmes fe brottit- 
ent avec leurs maris ; c'êft bien pïùibt tout îfe 
contraire. Les mères les moins chrétiennes ne 
font pas fâchées que leurs filles le foient , ÔC 
-même beaucoup; ce n*eft qUe pour leur faire 
plaifir ^ qu'elles les mènent au fpè£fcacle« Viie 
femme raifonnable trouve le tnoyèn de faiîte 
faire à fon mari ce qu'elle veut } ihaîs *^nfin je 
fuppofe qu'il «xige abfoluméftt qu'elle 4e fuivfe 
dans des parties de plaifir * dangereufes , (car fi 
elles étoient abfolument niauvaifés , il faudroic 
défobéir) au lieu d'y aller avec plaifir, une Hlle, 
une femme chrétienne , ne s^ crouveroit ija'èa 
tremblant : elle auroit foin de fe prémunir avaiit 
d'y aller , par la prière , les bonnes réflexions $ 
& Dieu qui cônnottle ècèur , 'Rii ddteieroit des 
grâces fortes & puiflantes , pour réfifter aux dan- 
gers auxquels elle n àuroit pas'chercHë^ ^i'expofer. 

Lab Y Louise. 

Cela eft bien terrible , qu'il ïaiile itenoncetà 
prefque toutes les Comédies ^ipar 4a ^faut^'de 



çS4 Madame it Princb i^e fiiAUMoi^r* 

ceux q^i arrangent le fpedacle j j'ai prefqu'envie 
4e faire une ligue avec le plus grand nombre des 
Dames que je pourrai trouver , & de fignifier 
toutes enfemble à M, Garrick , que pas une de 
nous ne fe trouvera à fon ipedade , à moins 

Îiu'au lieu d une farce , il ne joigne à la fin de 
es belles Tragédies , une petite Pièce qui n'ait 
rien que d'innocent. Depuis quelque rems il 
y joint une Pantomime, où Ton ne dit point de 
fottifes , à la vérité j mais en récompenfe le fu- 
jet en eft mauvais , & les geftes aflbrtis au fujet. 
Et le Bal , ma Bonne , cft-il aufli mauvais par 
lui-même? Pour moi , je le regarde comme un 
bon exercice pour la fanté. 

MADîMôïSEttfi Bonne* 

Je condamne le bal ^ mais je vous permettrai 

Ja danfe tant que vous voudrez ^ je m'ofFrç me-* 

.me à vous faire danfer, chaque femaine, une 

journée entière, pourvu que ce foit entre vous^ 

. Se qu'il n'y ait point de Meilleurs. 

L A D Y Louise. 

On s'ennuietoit , ma Bonne , fi on n'ctoît que 
/des Dames ^ on a l'habitude de danfer avec des 
rliommes. 

. Mad£Moisblls*Bonne. 

Vous oubliez , Madame , oue le bal , félon 
vous , n'eft qu'un exercice néceflaire à la fanté ? 
Avouez que la fanté n'eft qu'un prétexte j & 
apprenez que malgré tout le mal que je vous ai 
dit des fpeûacles , j'aimerois encore mieux vous 
Yoij: aller à quatre Comédies qu'à un Bal. 

Ecoutez, 



Xf At»AMB LE PRIKCË DB BeAUMONT. 385^ 

ïcoutez , Mefdames , & parlons franchement: 
noas naifTons toutes foibles & portées au moL 
Celles qui ne conviendront pas de cette vérité , 
feront celles, qui n'ayant jamais rentré dans leuf 
propre coeur , en ignorent les penchans 9 mais 
parce qu'elles ne les y ont pas vus , ces mauvais 
penchans n'y font pas moins , & font que nou£ 
portons au mal une difpofition prochaine , qui 
n'a pas befoin d'être aidée,. Parmi les penchans 
corrompus qui dominent dans notre cœur , celui 
de plaire eft fans doute le plus violent. C'eft lui 
qui produit chez les femmes , l'amour de la pa- 
rure , la jaloufie , la vanité , & quelquefois , par-^ 
mi toutes ces mauvaifes produdions , l'émula- 
tion & la correction des défauts groflîers. Or 
le lieu où ce defir de plaire prend une nouvelle 
force, c*eft le bal. On n'y va que pour cela , fi on 
s'examine à fond. Et quel mal y a-t'il, me dites- 
vous , à chercher à plaire? la femme la plus fage 
peut ambitionner cet avantage , pourvu que 
perfonne ne lui plaife à elle. Je vous paflerai 
cela , quoiqu'il s en faille bien qu'il foit vrai^ 
Croyez- vous de bonne foi , Mefdames , que par* 
mi ce grand nombre d'hommes , auxquels yott$ 
tâcherez de plaite , il ne s'en trouvera pas quel- 
ques-uns qui vous plairont à leur tour ? Ce ri'eft 
pas encore un crime , me direz^-vous j nous fom-^ 
mes dans l'âge de nous établir; & il faut bien, 
pour nous marier , que quelqu'un nous plaife. 

A la bonne heure , Mefdames ; & c'eft par 
cette raifon*i tjue s'il étoit crij mon pouvoir , vous 
n'iriez janiais au bal* 

L A D Y X6 UISE. 

Je n'entends pas bien cette raifon , ma Bon^e j 
Tomcir. Bb 



)8â Mapàme lb Prince de Bbattmokt; 

vous convenez que pour nous marier nous avons 
befoiii de trouver quelqu'un qui nous plaife : 
^voue^P donc auffi > que c'eft au bal que Ton fc 
•onnpît le mieux , parce que Ion <y con- 
traint le moins j &que c'eft là ton fouvent , que 
(e font les connoiflances qui abouriflent au ma- 
riage 

, / > 

Miss Z i k a. 

Je vous avoue , ma Bonne , que le bal ne me 
Jmtoît pas oppofc au Chriftianifmç. 

LadyLucie. 

Pour moi , je le tro^ve oppofp à la raifon : je 
paiTe une nuit au bal y& pendant tout ce tems, 
mon çfprit eft dans mes yeux & éizns mes jam- 
bes ; je n en fais aucun ufage y je ne fuis qu'un 
automate regardant & danlant. Voilà donc une 
nuit perdue pour ma raifon. Le jour qui précède 
ie bal 3 n a pas été mieux employé. Je n'ai été 
occupée que de mes habits. Si j'examine le tems 
qui luit le bal , c'eft encore pire. Je reviens à 
la m^ifonfî fatiguée, qu'il n'eft pas queftion de 
prière avant de me coucher^ (î je veux la faire, 
ovL je m'endors , ou je ne fuis occupée que de 
ce que j'ai vu. Jeperas toute la matinée a dor- 
mir y je me réveille , la tcte encore pleine du fpec- 
cacle de la nuit y ma prière du matin s'en fent 
;auffî-bien que tous mes autres exercices > & je 
fuis deux ou trois jours avant de me remettre. 
Ce n'eft pas tout : h je m'accoutume à aimer le 
bal, lorlque je ferai ma maîtrefïe , j'aurai un 
jiçUnt defir d'y aller le plus fouvènt que je pour- 



rai. iSi je cède à ce defir, voilà la moitié de ma 
vie perdue pour ma raifon j je m'échauffe le fane ^ 
je détruis ma fanté en changeant les heures du 
iomm^l. Pendant que je dors , mes enfans , 
fi j'en ai , mes domeftiques ont la bride fur le 
col j je ne puis veiller au bon ordre de ma mai- 
fon. Il faut Tabaiidonner à une femme-de-cKar- 
ge i & je deviens coupable de toutes les fautes • 
qui fd commetteht chez moi. . k i ....... k 

Mademoiselle Bonne. 

Je n'ai prefque rien à ajouter à ce que Made- 
tnoifelle vient de dire j ce qui me iréfte à* dire ^ 
eft pourtant de la dernière importance. Leis hom- 
mes au bai fé permettent des difcours qu'iU 
n'oferoient tenir autre part i c'eft un lieu dé 
plaifir , de liberté. Un homme avec lequel vous 
âvez danfé ^ vous regarde comme une connoif^ 
fance, quoiqu'il ne vous ait jamais vue. Sa chargé 
eft de vous entretenir , quand fatiguée de la dan- 
*fe , vous voulez vous repofeti Et de quoi vous 
parlera-t'il?de vos charmes , du bonheur qu'il a 
eudedanfer avec vous , de la bonne grâce avec 
laquelle vous Vous acquittez de cet exercice t la 
belle conversation l C«lle-là eft pourtant fort 
modefte. Le tumulte du bal qui ne vous permet 
pas de refter à côté de vos mères , vous expofe à 
quelque chofe de pis ; il arrivera même quô vo* 
tre imagination échauffée par Tadion de la dan* 
fe , ne vous permettra pas de vous appercevoit 
fur le cl^mp , de Tindécence des difcours qu'on 
vous y tiendra. Ne vous flattez pas , Mefdames j 
une jeune perfonne perd une partie de fa décen- 
te timidité dans un bal. Elle donne la main à un 

Bij 



jSS Madame le Prince de BEAUMOirr; 

homme j elle faute & figure avec lui j pour dâiH 
fer du bel air , il faut qu'elle le regarde en face } 
qu'elle minaude en lui donnant la main. Elle 
ne peut s ofFenfer , s'il la regarde fixem^c , Sc 
de la manière la plus hardie , &c. 

Le jeu fait le uijet d un autre dialogue. Quand 
on joue , dit Madame de Beaumont , c'eft par 
Tefpoir de gagner , ou feulement par complaît 
fance pour autrui : fi c'eft par le premier mo- 
tif, il y a de la barbarie , puifqu on fe propofe 
de s'amufer de la douleur des autres ., & non- 
feulement de leur douleur , mais encore de leur 
mauvaife fituation. 

Cepte femme que vous venez de dépouiller 
avec tant de fatisfadlion , avoit peut-être befoin 
de l'argent qu'elle vient de perdre, pour payer de 
malheureux ouvriers qui attendent après cette 
fomme pour vivre. Vous la mettez hors d'état de 
fe procurer mille petites commodités , dont la 

{privation lui caufera beaucoup de chagrin. Vouïs 
ui enlevez un fuperflu qu'elle doit aux pauvres. 
Vous ferez caufe qu'elle jouera le lendemain pour* 
rattraper , s'il eft poflîble , l'argent qu'elle a per- 
du j & peut être qu'elle perdra davantage j qu'elle 
fera obligée de mettre fes bijoux en gage , ou 
de les vendre; ce qui la brouillera avec Ion mari, 
ou , ce qui eft encore pis , elle écoutera un Amant 
généreux , qui lui offrira de l'argent pour dégager 
fes bijoux, & cacher fes pertes à fon mari. Voila 
à quoi vous expofez celle à qui vous gagnez un 
«rgent confidérable. 

LadyLouise. 
Ce n'eff pas ma faute j je ne me foûcie pas de 



Madame le Prince de BiAvuoiX'f. 3S9 
fbh argent j je ne joue que par complaifance. 
Ne pourroic-on pas répondre cela , ma Bodne ? 

Mademoiselle Bonne. 

Non , ma chère ; il ett fort mal de profiter du 
foible d'une perfonne , pour la dépouiller ; il y a 
là-dedans une vraie baflefle.Vous ne vous fonciez 
pas, Jites-vouSjde fon argent, & vous ne jouez que 
par complaifance, car naturellement le jeu vous 
cnnuiéT Mais fi cette perfonne vous priôitde lui 
prêter un couteau pour fe couper la gorge , vous 
croiriez-vous obligée de le lui donner ? 

Je finis 5 cette lettre , Madame , par un conte, 
dans lequel vous verrez les funeftes effets que 
produifent le menfonge & Timprudence. L'ex-* 
périence nous corrige fouvent de ce dernier dé- 
faut j mais lé menfonge eft une habitude plus daU'^ 
Îjereufe , & dont on ne fe défait prefque jamais , 
orfqu ons'y eft accoutumé. 

Deux jeunes filles furent élevées enfemble 
dans la même école. Elles fe nommoient Char- 
lotte & Marie ; leurs qualités perfonnelles 
croient aflez égales j & elles étoient du même 
rang; mais comme Charlotte étoit fille ii4h|u6 9 
fa fortune étoit bien plus confidérable qtie celle 
de fa compagne. Quand elles furent forties de 
l'écolp , elles continuèrent à être amies, & nepaf- 
foient point de jours , fans fe voir. 

Il y avoit peu de tems que Charlotte étoit re^ 
tournée dans la maifon paternelle . , lorfqu'elle 
fut recherchée par un Capitaine , nommé Frée- 
man. Il avoit reçu de fon père une fortune mé- 
diocre , qui, jointe à fes appointemens , en fai- 
foit un parti honnête ; mais les grands biens que 
le père de Charlotte étoit en état de lui donner > 

Bbuj 



jjb Mat^ams le Prince de Beaumoiît* 
rempècherent d'écouter les propofitions de Frëe* 
jtian ) il le pria de difcontinuer les vifites , de dé-t 
clara àfa fille , qu elle ne devoir plus penfer à lui^ 
£llepria , pleura , conjura j tout fut inutile j & 
elle vit bien qu elle n'avoit d'autre parti à pren-* 
dre que TobéilTance. Elle s'y détermina , npn 
fans peine i & la profonde trifteffe qu'on remar- 
quoit en elle , fit croire à fon per« qu'il çt%it i 
propos de l'éloigner pour quelque tems. Il la con- 
duilît donc chez une de fes tantes, qui demeuroic 
^ cent mille de Londçes y Se qui vivoit av^c fa 
fille dans un lieu très-folitaire. 

Charlotte pafla fix niois chez fa tantç , où elle^ 
s'ennuya prodigieufement j & comme fon goût 
pour Fréeman avoir plutôt été une fantaifie de 
jeuneflTe , qu'un goût réel , elle l'oublia bientôt, 
& fe fut mauvais gré d'un attachement qui avoir 
eu pour elle des fuites fi triftes. Au bout de fix 
xnois , fon peçe vint lavoir, & mena avec lui un 
Jeune homme fort aimable , dont il fouhaitoit 
faire fon gendre. Il fe nommoit James , & ve-t 
noit d'hériter du titre de Baronnet*, & d'une for- 
tune confidérable. Comme il étoit bien fait de 
ia perfonue , qu'il avoir des manières agréables, 
& qu'il fouhaitoit de plaire , il n'eut pas de peinai 
àréuffiri d'autant plus que Charlotte n^avoirrien 
dans le cœur , qu'elle fouhaitoit de revenir en 
Ville, & qu'elle aimoit fon père qui la preflbir 
d'accepter ce parti. Sa vanité entra même pour 
quelque chofe dans fon obéilTance j le titre de 
Milady la flattoit , & toutes ces confidérations; 
Vengagerent à époufer James , pour lequel elle 
?voit de TeOiime & un certain goût , qui , fans être 
de l'amour , étoit fuffifant pour lui faire efpérer 
^u'çlle yivtoit heuçenfe avec lui j^ çfSçdiyemçftÇ 



Madame le Prince de BEAVMOiîf . jft 

îl eut de fi bonnes façons pour elle , qu'il gagna 
fon cœur j en forte qu'elle fe félicita d'avoir obéi 
ifon père. 

Fréeman ayant appris que Charlotte étoit ma- 
riée, s'apperçut, par la tranquillité avec laquelle 
il reçut cette nouvelle , qu'il s'étoit guéri de Tef- 

()ece d'amour qu'elle lui avoir infpiré; & vou- 
ant enfin s'établir , il jetta les yeux fur Marie , 
qu'il avoir vue plufieurs fois chez Chatlotte. Sa 
propofition fut bien reçue j le mariage s'accom- 
plit; & comme Marie etoit fort aimable , il par- 
vint à l'aimer uniquemenr , fans plus penfer a 
Mifs Charlotte. 

Cette nouvelle Milady revint en Ville ; & Ma- 
rie ayant fçu fon retour y fe hâta de lui rendre 
vifite. Elles renouvellerent leur ancienne amitié j 
& par-là leurs maris eurent occafiôn de faite 
connoiflance enfemble, & devinrent fort amis; 
en forte que ces quatre perfonnes éroient infé- 
parables. Cetre bonne intelligence dura fix mois, 
au bout defquels k démon de la jaloufie vint 
la troubler. James & Marie, fans fe communi- 
quer leurs fentimens , en éprouvèrent de fem- 
btables. Il leur paroifibit ^ue loccafion ^toit 
dangereufe , & qu'il étoit à craindre que 
l'amour de Fréeman & de Charlotte ne fe 
réveillât ^, par la commodité qu'ils avoient de 
fe voir tous les jours. Ces foupçons les tour- 
mentoient d'autant plus , qu'ils en connoiflbient 
rinjuftice j la conduite de Charlotte & de Frée- 
man étoit irréprochable, & capable de les raf- 
furer , fi la . jaloufie étoit une maladie qui fe pût 
guérir par la raifon. Tout ce que James & Marie 
purent tirer de la leur , fut de cacher foigneu- 
fement leurs penfécs , en quoi ils eurent tott- 

Bb iv 



^^1 Madame Ie Prince de BEAuMonr. 
Le mariage demande une confiance parfaite j & 
s'ils l'eunent eue , ils euffent évité les terribles 
malheurs qu'ils éprouvèrent. 

Un jour James fut obligé d'aller à douze mille 
<le Londres j & il dit à fa femme , qu'il ne re- 
viendroit que le lendemain. Charlotte alla pafler 
fpn après-dînée avec fon amie qui étoit leule , 
parce que fon mari foupoit en ville j & elles fe 
mirent toutes deux à jouer au piquet. Le tems s'é- 
coula infenfiblement, fans qu'elles s'en apperçùf- 
fent y & Fréeman étant rentré à minuit , elles 
furei^t furprifes d'avoir joué fi long-tems. Char- 
lotte pria ion amie de lui envoyer chercher une 
Chaife ; mais celle-ci lui dit : puifque vous êtes 
toute feule , mangez un morceau avec moi j il 
fait jour de bonne heure , nous paflferons le reftè 
de la nuit à jafer j & vous retournerez chez vous 
demain matin. Charlotte y confentit j & à cinq 
ieures on envoya un domeftique pour lui cher-: 
cher une chaife j il fut impolîible d'en trouver 
une j & le valet amena un c^ofle de place. Frée- 
man penfa qu'il ne feroit pas honnête de laiffer 
aller Charlotte toute feule dans un fiacre à ijne 
telle heure , & s'offrit à la reconduire. Elle en 
fit quelques difficultés j mais Marie qui fouffroit 
dans le fond de l'ame d'une telle propofition , 
voulant furmonter la jaloufie ;, dit à fon mari 
qu'il avoir raifon ; & comme Charlotte difoit 
qu elle avoit quelque peine de la laifler feule , 
Marie Taffura qu'elle mouroit d'envie de dor- 
mir 5 & qu*elle alloit fe coucher dans le mo- 
ment. 

Il faifoit la plus belle matinée du rilonde ; 
Charlotte dit à fon condu6teur y que c'ctoit un 
meurtre de s'aller coucher par un fi beau tems. 



Madame le Prince de Beaumont. 59J 
.& qu'il y auroit bien du plaifir à s'aller prome- 
ner dans le Parc j ce qu'il pouvoir faire fans in* 
quicter fon époufe , qui probablement dormoit 
d'un profond fommeil. Il y confentit j mais 
comme il n'eût pas été convenable d'aller feule 
au Parc avec lui , elle fe fit conduire chez une 
de fes coufines , qu'elle vouloit prier de les ac- 
compagner. Fréeman reli^ dans le caroffe \ & 
Charlotte monta chez fa coufine qui s'excufa de 
la fuivre , parce que fon frère étoit malade , & 
Tinvita à déjeuner avec elle. Elle accepta la partie, 
& dit à Fréeman qu'elle déjeuneroit dans cette 
jnaifon. 

Fréeman la quitta & réfolut de fe promener 
feul , puifque fa femme étoit couchée. Cepen- 
(dant Charlotte qui le croyoit retourné chez lui , 
après avoir déjeuné avec fa coufine, reprit lafan- 
taifiede la promenade, & alla dans le Parc, où 
elle fut fort furprife de trouver Fréeman j ils fç 
promenèrent une heure , après quoi Fréeman la 
conduifit à la porte d'un fameux CafFé , 011 il y 
avoir plufieurs chaifes , & après l'avoir remife 
dans cette voiture , il fe retira. 

Cependant Sir James n'avoir point couché à 
la campagne comme il l'avoit crû y Se étant ren- 
tré fort tard , il fut très furpris de ne point trou- 
ver fa femme. Les domeftiques lui dirent qu'elle 
étoit chez fon ^mie j & il ne put s'empêcher de 
fentir un mouvement jaloux. Il fe raÏÏura néan- 
moins, en penfant que Marie étoit auffi intéref- 
fée que lui dans cette affaire, & fe mit au lit. 11 
eut beau faire pour tacher de provoquer le fom- 
meil > il étoit quatre heures du matin avant qu'il 
pût fermer l'oeil. S'étant réveillé ftu: les huit 
Heures , il courut chez Marie , qui n'étoit pas plus 



)94 Madame le Prince de Beaumokt* 

trailquille que bij & fes foupçons fe fortifiè- 
rent , quand, elle lui eut dit que fon mari étoit 
forti à cinq heures avec Charlotte. Il refta là quel- 
que tems fans favoir à quoi fe déterminer 9 6C 
pendant cet intervalle , un Médecin des amis de 
^ Marie entra. Vous n'êtes point à plaindre d être 
veuve , lui dit-il en plaifantant i vous êtes en 
fort bonne compagnie j votre mari n*a pas dû 
s'ennuyer non plus j je viens de le rencontrer 
avec une très-belle dame , à la porte d'un tel 
Caffé où il l'a remife dans une chaife à porteurs. 
Chaque mot que prononçoit cet» indifcret , 
étoit un coup de poignard pour James & Marie y 
& comme il vit Timpreflion que faifoit fou 
difcours fur cette dernière , voulant raccom- 
moder ce qu'il venoit de eâter y il ajouta d'un 
air férieux , que la dame n'etoit pas aflTurément 
une avenmriere , & qu'elle avoir tout l'air d*ime 
honnête femme & d'une femme de qualité. 
Poiir le perfuader mieux , il la dépeignir de fa- 
çon , qu jl n*étoit pas poffible de s'y méprendre. 
Lorfqu'il fut forti , James & Marie le regar- 
dèrent en filence , & alloîent peut-être fe com- 
muniquer leurs peines , lorfque le Capitaine 
rentra , & dit à James qu'il avoit laiflc fon époufe 
chez fa confine , où elle avoit déjeuné. James 
fortit pour s'informer de la vérité y 6c alors Ma- 
rie raconta au Capitaine le difcours du Médecin, 
Le Capitaine qui prévit les conféquences de cette 
affaire , avoua de bonne foi à fa femme comme . 
tout s'étoit pafie j & comme la vérité porte un 
caradere qu'il n'eft pas poflîble de contrefaire , 
elle demeura convaincue de l'innocence de fon 
mari & de fon amie , & fe hâta d'écrire à cette 
dernière , pour l'avertir de ce qui étoit arrivé J 
mais fa lettre vint trop tard.. 



MadamI h Prince de Beaumokt, ^95 
Jaihes avoit appris de fa coufine , qUe fa fem-- 
me étoit fortie de fort bonne heure; & il ne dou* 
f oit point cju elle n'eût palTé le refte du tems dans 
une mauvaife maifon ; il retourna chez lui fu« 
rieuxj mais il fe compofa , & demanda d'un air 
tranquille à fon cpoule , ce qu elle avoit fait de- 
puis Ion départ. Charlotte avoit été bien fâchée 
de ne s'être pas trouvée au logis quand il y étoic 
revenu. Quoiqu'il n'y eût rien que d'innocent 
dans fa conduite , elle fentoit qu elle avoit été 
în^prudente , & qu'il pouvoit l'expliquer plus 
mal. Elle réfolut de déguifer une partie de la 
vérité , & dit à fon époux , que Fréeman l'avoit 
remifechez fa coufine, d'où elle étoit irevenue 
chez elle. Comme elle n'étoit pas accoutumée â 
mentir» elle rougit prodigieufementj ce qui con- 
firma fon mari dans fes foupçons. Il la quitta 
brufquement , & alla dans une tameufe taverne , 
d'où il écrivit à Fréeman qu'il vouloit lui parler. 
Malheureufement Fréeman reçut ce billet , & 
fe rendit fur l'heure au lieu marqué. James lui 
dit froidement : il ell donc vrai que vous n'a- 
vezpas revu mon époufe depuis que vous l'avez 
laifïee chez fa coufine ? A quoi bon cette quef- 
tion, lui dit Fréeman y je çroyois devoir être cm 
au premier mot ? Non y traître, lui dit James, 
en mettant l'épée à la main ; défends- toi. Frée^ 
man eût bien fouhaité alors lui dire la vérité ; 
mais James étoit dans une telle furie , qu'il n'é- 
coutoitrlen; & fon ami fut obligé de penfer à 
fe défendre. Il ne le ôt pas avec fuccès j ôç ayant 
reçu un coup mortel , il tomba. 

Au bruit qui fe faifoit dans cette chambre, 
les gens de la taverne prirent l'allarme & crie- 
ront au ieçQurs. Parmi les perfonnçs qui açcpu- 



39^ Madame le Prince de BeavucktI 
lurent , il fe trouva un Connétable qui fit cnS 
foncer la porte , & s'aflîira de la perfonne de 
James. Frceman qui fentoit qu'il etoit près de 
fa fin , témoigna qu'il avoit quelque chofe de 
particulier à dire à (on ami. Tout le mond^ for- 
tit, auflî-bien que le Connétable qui fe tint de- 
hors a la porte de la chambre y pour garder le 
meurtrier. Alors Frceman lui raconta tout c6 
qui s'étoit pafTé , & lui protefta que fa -femme 
ctoit innocente. Un homme mourant s*attir6 une 
confiance entière i & fon témoignage n*eft point 
révoqué ; ainfi James convaincu de l'innocence 
de fon ami & de fon époufe , fe trouva dans la 
plus terrible de toutes les fituaçions j & Frceman 
s'apperçQt qu'il sattendriflbit fur fon fort. Il 
lui tendit la main , & lui dit d'une voix foible t 
9i je vous pardonne ma mort , qui eft une fuite 
w de mon menfonge- Vivez pour être le Pro- 
>j tedeur de mon époufe & de mon fils. Vous 
» n'avez qu'un moyen de mettre vos jours en 
j> fureté j fauvez-vouspar cette fenêtre». 

James fuivit ce confeil & s'échappa ; il ne 
rentra pas même chez lui , & partit tout de fuite 
pour un Port , d'où il pouvoir pafler en Hollande. 
Ce fut de-U qu'il écrivit à fon époufe, pour lui 
reprocher fa diffimulation , & les extrémités 
dans lefquelles elle l'avoit réduit. Charlotte.au 
défefpoir fe préparoit à le fuivre ; mais elle 
n'en eut pas le tems j car elle apprit qu'il avoit 
fait naufrage en chemin. 

J'ai rapporté cette hiftoire , quoiqu'elle ne foit 
pas de Madame de Beaumont , pour faire voir 
avec quelle liberté , pour ne rien dire de plus , 
elle s'approprie , fans le dire y l'ouvrage des autres* 

Je fuis , &c 



Madame le Prince de Beavicont. j()7 



LETTRE XXV. 



u. 



' N troifieme Ouvrage de Madame le Prince 
de Beaumont , fait pour fervir de fuite aux deux Inftnic- 
précédens, préfente des inftruclions pour Us jeu- "°^. ?^^ 
nés perfonnes qui entrent dans le monde & fe ™f j!™* 
marient*; leurs devoirs dans ce nouvel état j & . 
leurs obligations envers leurs enfans. Ces inf- 
truâions font diftribuées par journées ; & les 
converfations font variées. De la morale & delà 
jeiigion, oapafTe à l'hiftoire & aux arts : par exem- * 
pie, dans la première journée, on décrit quelques 
effets merveilleux de l'éleûricité ; enfuite on re- 
vient à l'Hiftoire Grecque ou Romaine , ouà des 
Comes,& des hiftoires particulières. 

Vous connoidez, Madame, la mauvaife merc 
qui a fourni à M. Marmontel la matière d'un 
conte fi touchant \ Madame le Prince fe Teft 
encore approprié , & peut-être même l'a-t-elle 
gâté , par les changemens & les retranchemens 
qu'elle y a faits. 

A mefure que l'hiftoire ou la fable , la vérité 
ou la fidion peuvent être utiles à Madame de 
Beaumont , elle les appelle à fon fecours. Ce 
qu'elle dit de Socrate , tend à prouver , que l'on 
eft maître de corriger le vice des penchans na- 
turels \ & voici comme elle introduit fuc la fcene 
ce grand philofophe : » Quand il étoit petit, die 
»> Madame de Beaumont , il étoit fort méchant , 
fi Se devint fort bon , comme vous l'allez voir. , 
» Heureufement pour lui , il avoir beaucoup 
w d'efprit , & reconnut qu'il étoit menteur , goui- 



39^ Mada]^e ib Prikce db BuaHuoUt^ 

»> mahd , pareiTeux , en un moc qu'il avoit Cdol 
•^ les vices. Il connut auffî que ces mauvaifes qua-^ 
» lires le rendroicnt mcprifable Se malheureux ) 
i> ainfi il réfolut de fe corriger. Il vit un jour 
«» fon père prendre un grand morceau de mar- 
« bre pour faire tme ftatue j & fon père lui <lic 
^y qu'il y avoit un homme caché dans ce blocj 
35 qu*il alloit délivrer de prifon à coups de mar^ 
») teau. Bon , dit le jeime Socrate , }e luis comme 
») le bloc de marbre ^ je renferme un honithe ) 
»> mais il faut le faire fortir. A chaque coup de 
« cifeau que donnoiç l'ouvrier , Socîrate difôit § 
» il faut frapper ainfi de bons coups fur mes 
w paffions; ce qu'il difoit, il le fit fi courageujfe-^. 
>y ment , que l'homme de marbre & l'hoimête 
» homme furent achevés en mème-tems j ert 
3» forte qu'on n'auroit jan^ais fçu qu'il eût eu de 
» mauvaifes inclinations , fi un habile hoinmef 
5> ne reût connu au^ traits de fon vifage. 

3> Un des difciples de Socrate interrogea l'O* 
w racle de Delphes , pour favoir quel étoit le plus 
» fage de tous les hommes. L'Oracle lui répondit 
yy que c'étoit Socrate. Le philofophe fut fort 
« étonné de cette réponfe j car il étoit bien 
» éloigné d'avoir une fi haute opinion de lui- 
î"» même. Socrate réfolut donc de chercher dans 
» tous les états de la vie , de quoi confirmer ou 
5> démentir TOracle. Il commença par inviter 
*y un Officier qui avoit quelque réputation , & 
j> fit tomber la converfatiorf fur la guerre. L'Of- 
» ficier commença, fans affedation, par faire fon 
» éloge ; enfuite il critiqua la conduite des Gé- 
>> néraux fous lefquels il avoit fervi , & fit en- 
w tendre à Socrate que , s'il eût été à la tcte des 
9^ armées 5 les affaires deJa République en eùffenc 



Madame le Prince. de Beaumoiit. j^^ 

n mieux été y enfin , il lui fie entendre que Tes 
i> lumières fur la guerre écoienc fupériéures à 
w celles de tous fes concitoyens. Ce philofophe . 
» fe rendit enfuite chez un Avocat 3, qui ne pen- 
» foit pas plus modeftement que TOfficier , fur 
99 fon propre compte. Un Marchand , chez le- 
w quel il rut enfuite , s'efforça de lui perfuader 
» qu'il étoit le premier homme de la Républi- 
»> que dans les chofes qui regardent le com- 
» merce. Enfin , après une longue recherche , So- 
s9 crate ne trouva pas un feul nomme, qui ne fe 
» crût plus éclairé que tous ceux de fa profeffion. 
» L'Oracle a raifon , s'écria le philofophe ; je 
M fuis le plus fage de tous les hommes y car du 
?> moins je fçais clairement que je nefçais rien , 
jj ou fi peu de chofe , qu'il y auroit de la folie 
,9i à m'en glorifier «• 

De cette hiftoire on paflTe à une efpece d'abré- 
gé de la Jardinière de Fincennes j Ouvrage ro- 
manefque de feue Madame de Villeneuve j donc 
je vous parlois dernièrement. Madame de Beau- 
mont eut du bien de cette production aflTez mé- 
diocre , mais qui renferme des préceptes d'hon- 
nêteté. 

Que ce trait de l'Hiftoire Grecque eft inftruc- 
tif & touchant ! Il eft cité à propos des promeffes 
que font les jeunes perfonnes à leur gouver- 
nante, de leur rendre lervice lorfqu'elles feront 
^ans le monde. Périclès étoit un Athénien qui 
avoit pour maître un Philofophe nommé Ana- 
xagore. Comme ce maître étoit fort pauvre , 
Périclès lui donnoit chaque mois une petite fom- 
me d'argent pour vivre. Après quelques années , 
Périclès fe trouva à la tète de toutes les af&ires ; 
Se fes grandes occupations lui. firent oublier fou 



4^ MvA.DAME LE PRINCB DE BeAUMONT* 

pauvre Gouverneur , ou , fi vous voulez , fon 
maître. Anaxagore fut fi touché de ce,t oubli , 
qu'il réfoluc de fe laifler mourir de faim ; & 
fuivant l'ufage de ceux qui choififToient ce genre 
de more , il fe coucha contre terre , & s'envelop- 
pa la tête de fon manteau. Périclès , inftruit dô 
fa réfolution , fe tranfporta chez lai , & le con- 
jura de fe conferver pour lui , qui avoir un fi 
grand befoin de fes confeils. Anaxagore levant 
la tête , lui dit avec douceur : quand on a befoiii 
de la lumière d'une lampe , il faut avoir foin d'y 
mettre de l'huile. 

Madame le Prince de Beaumont peint avec 
beaucoup d'énergie , toutes les circonftanceis de 
la mort d'une de (es élevés , & en tire des le- 
çons de conduite & de religion pour les autres 
jeunes perfonnes qu'elle inftruit. Elle fuppofe 
une lettre écrite par la mère de la Lady qui 
.vient de mourir, ou refpirent lefentiment & la 
vertu. » Je me fis faire , dit cette tendre mère , 
» un lit à côté du fien ( de fa fille) où je me cou- 
» chai pour la fatisfaire. Ella pafla la nuit '& le 
» jour luivant dans de grandes foufFrances j le 
» foir du fécond jour , elle perdit l'ufage de là 
» parole qu'elle recouvra quelques heures après. 
« Je ne vois plus , me dit-elle : l'Eternité s'ap- 
33 proche. Ah , que je fens d'impatience d'aller 
» amon Dieu! Voilà les dernières paroles qu'elle 
« a prononcées ; mais elle a toujours confervé 
s> la connoilfance , & nous ferroit la main pour 
« nous prouver qu'elle enrendoit ce que nous 
» difions. Infenfiblement fa refpiration s'afFoi- 
ï> blit y mais une minute avant de rendre le der- 
» nier foupir , fon vifage s'eft ranimé ; elle a 
attendu les bras avec effort , & eft expirée en 

les 



Madame le Prince DEfisAUMOin'i 401 

> les pofanc joints fur fon lit. Mon premier 

> mouvement , le croiriez-vous , n'a point été 
» de douleur , mais de refped & d'admiration» 
9 Je me fuis jettée à genoux , les bras élevés 
« comme pour fuivre mon enfant. Mes yeux 

> étoient fecs , mon ame tranquille y je la voyois^ 
9 ce me femble , entrer dans le Ciel , voler dans 
» le fein de fon Dieu , lui demander ma con« 
9 folation. Heureux moment , que n'avez-vous 
i> toujours duré 1 Revenue de cette efpece d'i- 
»f vrelTe , je jette de grands cris ; j'appelle ma 
o fille ; elle eft déjà nroide ; mais les horreurs 
^ de la mort refoedent fes traits. Son vifage me 
D parut éblouiuànt. Je n'ofe prendre la liberté 
a de la baifer y j'arrofe fa main de mes larmes. 
o Enfin, on m'arracha d'auprès de fon lit 3 où je 
o crus: que je laifferois mon ame y on ne m'a 
»> pas permis de la revoir »>. Le Pathétique de 
ce tableau ne vous paroit-il pas» Madame, pui-^ 
fé dans la nature même ? Ces beautés appart- 
iennent entièrement à Madame le Prince de 
Beaumont. 

L'Auteur, avecbeaucoup d'adreflè , introduit 
une de fes élevés, qui a le cœur déchiré d'une 
paifîon que fa raifon condamne. C'eft dans le 
fein de fa gouvernante , qu'elle vient dépofer fes 
peines & répandre les larmes j ce qui forme une 
utuation aulfi inftruétive que touchante, & r^r 
nime la monotonie attachée à la forme du Dia- 
logue. Ecoutons cette jeune perfonne faire l'aveu 
de fa foiblelTe. 

» Vous le voulez, je vais vous fatisfaire j ap- 

^^ prêtez-vous à frémir. Premièrement , j'aime 

» ou plutôt j'adore un jeime homme que je mé- 

» priie^oaverîiinement^ p^rce que je fçais qu'il 

Tome IKi Ce 



404 Madame L£ Prikce bs Bbavucitr 

" chercheriez des confeils utiles. Il fe trouve 
*' un grand nombre d'hommes méjprifables , qui 
" attendent le premier moment du dépit ou du 
" mécontentement d'une femme , pour lui of- 
" frirdes consolations dangereufes». 

9^ Qui croiroit , dit ailleurs Madame de Beau- 

9> mont , qu'en étudiant l'Hiftoire Romaine , on 

» pût apprendre à bien gouverner fa famille ? 

w Cependant rien de plus vrai, Mefdames. Vo-» 

j> tre famille repréfente le peuple y votre nuri 

» & vous , en êtes les Confuls perpétuels. Tout 

5> fe pa({ie en petit dans vos maifons , comme il 

» fe paflfoit en grand chez les Romains ; par« 

9> conféquent en étudiant bien Thiftoire , vous 

9» pouvez profiter des bons & des mauvais exem-^ 

»> pics , & parvenir à un bon Gouvernement. 

9> Amufons-nous à compter les fautes que Texem* 

99 pie des Romains doit nous apprendre â éviter. 

. » La première eft le partage dans les fenti* 

w mens des Supérieurs j ce qui fait que Tan 

9> détruit ce que Tautre a établi. Si Publicola 

j> n'aydit point écouté fes lumières au préjudice 

9i de celles de Brutus , le Gouvernement chez 

f> les Romains^eùt ct^ ftable Se durable j on n'y 

«> aurait point vu des çhangemens perpétuels : 

9> or , tout changement à une loi établie eft un 

)> mal , ou tout au moins eft fujet à de grands 

3> inconvéniens. Cela eft encore bien pis , quand 

5> les inférieurs arrachent par force, ces change- 

^ mens à leurs fupérieursé Faites beaucoup d ac* 

w tention à ceci, Mefdames. En youst mariant 

w vous devez cpncerter avec vos époux les régler 

9y Qu'il convient le jplùs d'établir pour.leboa.orr 

<* are de votre famille. Il faut prendre un tems 

?» fuffifantjpouri^ojet^teççerégl^asefitj.^bie» 



Madame li Pioncï dz Beaumokt. 405 
' HP pefer les avantages & les inconvcniens , pour 
» vous y tenir inviolablemerit attachées , i moins 
3> que vous ne découvriflîez par la fuite, qu'il 
9» bleffe la charité , la juftice & la décence. N*a- 
99 bandonnez jamais votre autorité au peuple , 
» c'eft-à-dire ^ à, quelques domeftiques j ce dé-; 
j> faut eft beaucoup plus commun qu*on ne pen- 
»ï fe. Les Dames qui veulent s'abandonner à la 
39 di(fipation& aux plai(irs , font forcées de laif« 
py fer tout le foin de leur maifon a ce qu'on ap- 
a» pelle â Londres des houfe^Kcepen. Ces for- 
t> ces de femmes qui ne font pas faites pour le 
j» Commandement , & à qui l'éducation n'a 
» point appris à en faire un bon ufage 5 ces fem- 
»> mes , dis-je y deviennent les tyrans de vos 
99 maifons. Qui veut y aveir quelqu*agrément , 
99 doit s^aiïiijettir à leur faire baCTement la cour j 
j9 elles exercent leur defpotifme jufques fur les 
99 Gouvernantes des enrans. Une maîtrefle ne 
9) s 'apperçoit pas d'abord de cet abus : qui ofe- 
99 roit l'en iriftruire ? Les autres domeftiques 
» font trop dépendans de celle dont ils ont à 
n fouffrÎT , pour rifquer des plaintes qui les fe- 
9> roient chafler tôt ou tard. Ceux qui ont afTez 
9> d'honneur pour ne vouloir pas obéir à tous 
99 fes caprices , demandent leur congé ; infen- 
» (îblement la maifon fe décrédite : on eft réduit 
» à fefervir dç fujetsqui ne favent où donner 
>> delà tète. Enfin la maîtrefle ouvre les yeux : 
9» elle reconnoît l'abus du pouvoir qu elle a doh- 
39 né j mais elle le voit inutilement. Cette fem- 
. » me eft au fait des affaires de la maifon \ il fau- 
9» droit en prendre une autre qui ne vaudroit 
99 pas mieux qu'elle. Non , ce n'eft pas cela qu'il 
» taudfoit : le feul remède à ce mal , feroit de 

Ccii} 



. j^o6 .Madams le Pjunce de Beaumomt. 

» vous tenir un. peu plus fouvenc danâ votre 
s9 maifon, de veiller fur votre domeftiqae , de 
» permettre au dernier de tous , de vous porter 
j> fes plaintes lorfqu'on l'aura maltraité y car il 
» faut adoucir autant qu'il eft en vous y le |oag 
*> de ces pauvres gens , en les traitant avec bonté. 
» Mais fouvenez-vous que là bonté & la fer* 
w meté ne font point incompatibles. Ne vous 
» laifTez jamais impofer la loi par vos domefti* 
» ques 5 quand mcme ils fe ligueroient tous 
» enfemble pour vous arracher une exemption , 
ï> un privilège , un profit. Il vaudroit mieux les 
» laifier fortir dans le même |our , & faire 
» maifon neuve ,que de vous laifler entamer fur 



cet article '>• 



Vous n'imagineriez pas , Madame» que MM. 

' d'Alembert & RoufTeau de Genève deviennent la 
matière d'un des Dialogues de Madame de Beau- 
mont. Vous fçavez qu^utre fois le Romain Cw- 
cinnams marqua, pour les honneurs & furtoot 
pour les richefîes ,ie defintéreîTtment le ptuspar- 
Fait. Madame de Beauniont qui prétend qu'il 
n'eft d'autres vertus , que celles qui font rappo^' 
tées au Chriftianifme , regarde ce défîntérefle- 
ment de Cincinnazusj comme un orgueil rafiné. 
Lady Lucie devine que la Bonne veut parler 
du Ciroyen de Gencve j mais elle ajoute qu'elle 

■ en connoît un autre , c'eft M. d'Alembert , qui 
a refofc une fortune coniîdérable avec le titre de 
Gouverneur de l'Héririer du Trône de Ruffie. 
» Diftinguons , je vous prie, Mefd^mes , re- 
» prend aumtôt la Bonne : ces deux :iâion$ 
» lonc bien difiTérentes. Le Citoyen de Genève 
» étoit né pour faire l'admiration de Ion ficelé , 
a» s'il eût fait de fes talens Vufcge qu en devoir 
» enefpcr^^r : il n'en fait qjiç Vcicnnemcnt j & 



Madame h Prikce xxb Beaumqkt* 407^ 
99 c eft refprit de fîngularité qui ta pcïdu^ Il eftç 
» peu d'hommes qui ayent autant d'efprit que^ 
w lui :fon ftile eft d'une éloquence qui fcduit,. 
» à moins qu'on ne foit exxrèmement fiu: fes, 
^ gardes : voilà ce que je connois par moi-^ 
29 même j voilà c^ que fes ennemis mcm«^ 
9i avouent. Son cœur eft droit , tendre ,, com-, 
j> pâtiflant j fes mœurs font pures ; mais que;^ 
» dire de l'emploi qu'il fait de fes talens ? Je me . 
j> condamne au filence fur cet article y j'eiliaie^ 
» trop ce qu'il a de bon , pour avoir le courage^ 
iy de péfer fur le mauvais ufage qu'il en fait. Km. 
j? refte , Mefdames , je fuis perfuadée qu'il eft, de 
»> bonne foi dans le.s Paradoxes qu'il avance j il 
»> fe trompe le premier i & c'eft ce qui augmente, . 
w ma pitié & mes regrets à fon égard* Voici celle , 
9i de Tes aâions qui m'a fait fouvenir de lui ea,. 
j> parlant de Cincinnatus. 
.. » Le Citoyen de. .Genève eft perfuadé que 
V chaque homme doit travailler manuellement ,.. 
»> pour gagner fa vie. S'il eût dit que chaque 
w nomme doit travailler d'une manière urile a- 
3> la fociété , nous ferions d'accord. En confé- 
3> quence de ce qu'il croit , on dit qu'il copie de-^ 
yi la mulique , & qu'un Prince voulant lui faire' 
» un pré{ent d'une manière honnête , lui don^, 
» na des airs a copier. L'Ouvrage fini , il luL; 
» envoya une fomme conlîdérable; Roulïeau 
v foutînt qu^on fe trompoit \ que cette fomipe^ 
» ne lui ctoit pas dellinee , & en confcquen^ce la 
yy renvoya ^ après avoir pris fimplement ,'ce qui 
3> lui écoit du pour fon travail. Je fuis perfuadée* 
j> que le Prince qui faifoit cette générolîré , 
5> n'avoic pas l'intention à^ Alexandre j lorfqu'il 
« oftrir une grâce à Diogene, & que c'étoit au cou > 

Ce iv 






arc 



r^oxïfctzs tfc'm?y rt- iiinH^nr ■'i«*'ijk*' IjËftiumc 




A y::g xx fjCTrfex ^cur !hii ^ il ËK.,nr tâsRSS 

a» pfaff-? 

9 P^STsppcctr £ 3ttu f A ir.n hai ^ Si orhjHicfe 
3* âiikissaz ^ icg&ôgrArétîgdgns Ccsoi |raas, 
a» & cûsa o au'is mzcïs esc ps xni nîrs ir^iilCT 
9 il fanxLDt mi hî a ccr qf&rre , ïkzzs ^'es 
9 pnifi^ racnrfer lï'ocgoQl ni aî'szDDBi posr la 
togoLsiixc 0. 

Je is£ boms , Maihmc , 1 ce jea «Tex- 
trzîrs. Le lîne de Madame k Pirnrr de Beza- 
mcxnt e& im grade ixzr posor les feoBes per- 
ibimes ; c'eft rinfimfHow cnne imie i T^^pe- 
jnent. A T^aid du fiile , il mau q n e qnelipe- 
Ibis de nobleâe ^ mais il efi toujoms £xo|iIe , 
ftztnrel , & dans le genre ncceflâire an fiofer ; 
cette familiarÎTc eft fans doiore prcfiêrable an faux 
bel efpcir , au ton prccieox » pamre tDn|oQrs 
étrangère à lavcriic. Je n^ai point patlé de toos 
les Contes mcîcs à les Dialogues , parce qn'ils 
font cojncs de di^a-ens Romans , & qa^ils nap^ 
jiaitienâenc point iMadame de Beaq^KMii. 

Je&isy &C. 



Madame li Princi de Bcaumont. 4091 



D 



LETTRE XXVI. 



"*Ans fon Magajin des Enfans Se des Aioltp- ^ Educa- 
icntesj Madame de Beaumont a fait fentirde "5^^ ^^' 
quelle importance il eft,defubftituer aux puérilités ^ "^^* 
dont on occupe les Jeunes efprits , une étude qui 
puiffe être tout à la fois utile & agréable ; & c'elt à 
cette conviction , que le public çft redevable de 
cette efpece de Traité , que l'Auteur annonce com- 
me un Abrégé dePHiftoire Univerfelle , mêlé de 
Mythologie , de Géographie & de Chronologie. 
C'eft un Extrait de T'Hiftoire Ancienne & Ro- 
maine de M. RoUin , & un précis des Méta- 
morphofes d*Ovide,mis à la portée des perfonnes 
de tout âge- 
Ce qui appartient proprement à Madame de 
Beaumont , dans cet Ouvrage , ce font les Ré- 
flexions qui accompagnent prefque toujours cha- 
que trait d'hiftoire. J'en citerai quelques-unes, 
pour vous donner une légère idée de la méthode 
de notre Auteur. 

Parmi les Loix de Licurgue , il y en avoit 
plufieurs de contraires aux Loix naturelles. Telle 
ctoit celle qui condamnoit à la mort les enfans 
qui naiflbient foibles & difformes ; & celle qui 
permettoit aux femmes de combattre nues j fur 
quoi l'Auteur fait cetce réflexion. 

>j 11 n'appartenoit qu*au Créateur , de donner 
» des Loix parfaites. Les Sages du Paganifme 
» n'ont oftert aux hommes , pour régler leurs 
» mœurs, que des remèdes auiîî pernicieux, que 
3» les maux qu'ils vouloient guérir. Ils détrui- 
» foient une palTion par une agtre \ ôc tout 



4IO Madame le Prince de Beau^ont*. 
» bien conGdéré , un homme vraiment veccueiv 
» anroit moins de répugnance à vivre parmi des 
9> Nations abandonnées au luxe , à la gourman- 
» dife , & aux autres vices qui femblent natu- 
» rels à rhumanitc , que dans un pays , dont lés 
» hftbitans durs & Sauvages fembloient ii avoir 
3> renonce à ces foibiefles , que pour adopter les 
» défauts des bêtes les plus cruelles »• 

Philippe, père d'Alexandre, écrivit à Ariftote^ 
cour le prier de fe charger de Téducatioa de fon 
fils. Alexandre dédaignoit les jeux & les amufe- 
mens puérils. Son père lui reprochoit un jour de 
trop bien chanter j & voici les réflexions que l'Au- 
teur tire de ces trois objets différens. . 

» Il eft des vertus pour tous les états j celles 
» d'un Prince doivent être autant élevées au def- 
»,fus de celles des particuliers, qu'ils font éle- 
a> vés eux-mêmes par leur rang :.il arrive mc- 
s> me, que ce qui feroit une vertu dans une per-: 
j> fonne privée , devient un excès chez ua 
» Prince. Quels foins doivent donc apporter ceux 
» cjui font chargés de l'éducation des perfonnes 
^> illuftres , pour leur infpirer les vertus de leur 
» rang? 

» Philippe met toute fon application à former 
jj fon fils y il ne croit point s'aDaiflTer en écrivant 
M à Ariftote , pour le prier de fe charger du 
M foin d'élever Alexandre. Quelle leçon pour 
» les Princes , qui dans le choix qu'ils font des 
n Maîtres deftinés à élever leurs enfans , ne 
» confultent que leur inclination , leur caprice } 
» ou qui fe laiflent entraîner par une brigue 
j> qui met à cette place importante , des gens 
j> qui n'ont pour tout mérite , qu'une palfion dc- 
^ mefurée de s'avancer! 



Madame 12 Prince Di Beaumont. 411 

» Loin d'envier la place du Gouverneur d*un 
>> Prince , il faut une vertu fupcrieure pour s'ex- 
M pofer aux défagrémens qu'elle produit. L'Elevé 
j> environné de lâches adulateurs , aime rare- 
» ment un Mentor judicieux , qui loin de flatter 
»3 fes paffions , d'encenfer fes vices , s'applique 
»> à lui donner la connoiflance de foi-même. 
*> Pour gagner l'amitié de l'Élevé , & s'attirer 
» la réconnoiflance des Parens , il n'eft fouvent 
99 d'autre moyen , que .«elui de s^cn rendre in- 
» digne. 

>> N*as--tu point de honte de chanter fi bien y 
j5 difoit Philippe à fon fils? Eft-ce donc qu'il 
» eft honteux d*exceller dans les exercices aux- 
*> quels on s'applique ? Ce n'eft point là la pen- 
1» fée de Philippe ; un Prince , comme le refte des 
j> hommes , cloit s'appliquer à faire parfaite- 
j> ment ce qu'il fait \ mais quels que foient fes 
j> progrès , il fe rendroit ridicule , s'il fe piquoit 
>5 de l'emporter fur les Maîtres de l'art. Il doit 
» effleurer les Sciences agréables , pour fe don* 
j> ner entièrement aux Sciences utiles. Philippe 
j> ne reprochoit à fon fils de chanter trop bien , 
j> que parce qu'il fupppfoit qu'il avoit employé 
»> a cette étude , un temps confidérable qu'il 
>3 auroit pu mettre à profit pour des études plus 
>» profitables. Alexandre, encore enfant , mepri- 
i> foit les amufemens puérils , & ceux, qui vou- 
j> loient lui en infpirer le goût. Un homme qui 
j> s'étoit exercé à raire pafler des pois dans un 
» trou fort étroit , où il les jettoit d'aflfez loin , 
» vint faire parade de fon adreffe devant le 
»î jeune Prince , & fe flatcoit d'une bonne ré- 
» compenfe \ mais il fut bien déçu dans fon ef- 
»> pcrance j car Alexandre , fans daigneç le re- 



411 Madame l£ Prince de Beaumokt. 
» garder , lui fit donner pour toute gratification , 
» un boifleau de pois. Que les Jeunes Princes 
» apprennent de cet exemple » qu'il n'eft point 
» pour eux d'enfance , & que h raifon chez 
» eux, doit prévenir fa faifon ordinaire. Qu'ib 
» faflent fenrir , avec une noble fierté , à ceux 
9i qui fe veulent rendre confidcrables auprès 
» d'eux , par des bagatelles > qu'ils leur faflent 
» fentir , dis-je , qu'un pareil deffein les désho- 
» nore j qu'ils s*en tiennent offenfés , & qu'on 
n ne peut leur faire la cour , qu'en leur pro- 
» curant des amufemens utiles , & dignes de 
» leur rang ». 

Ces réflexions , que Madame de Beaumont met 
ainfi à la fin de tous les traits d'hiftoire qu'elle 
raconte , font fages , judicieufes , & toujours 
bien tirées du fujet. Elle ne s'eft pas conten- 
tée de lire l'Hiftoire , elle l'a approfondie j elle 
a étudié les Peuples , les Héros dont elle a voulu 
parler ; & prefquè par-tout vous les trouverez 
bien caradérifés. S'il eft queftion des Romains , 
elle peint leurs mœurs , leurs ufages , leur ef- 
prit en un mot , & n'épargne rien pour leur 
en donner une idée jufte & précife. Par exemple ^ 
dit-elle j 8c c'eft le dernier morceau que je ci- 
terai : « Que penfer des vertus romaines , en 
» confidérant la manière dont ils traitoient les 
>y Rois qu'ils avoient vaincus ? L'humanité , i^ 
» droit naturel ne s'oppofoient-i\s pas a un n 
» indigne traitement , propre feulement ^^}^^r 
» rir la fierté du peuple , & le twèçtVs c^^^^ ^^^^ 
» fait des Rois ? On appelloit c^tx^ fiette %^^^'^ 
5> deur d'ame. Je ne crains pc:>vwt ^^ ?^^cs 
>5 mer férocité y oubli des devoVx^ç^V^^^^^^ ft^^ Ve 
» Le boa ordre demande c^v^^^^ t^îç^^^ 



Madame le Prince ob Beaumoht» 41 j 

99 Rois \ &: dans quelqu état qu'ils foient ré- 
^ duits , la loi naturelle nous diâe à leur égard, 
»> une conduite différente j ils ont tenu la place 
V des Pères d'un peuple , ce caradere eft facré. 

» Veut-on un exemple d'un homn>e vraiment 
y grand ? on le trouve dans Gracchus , qui , fou- 
» lant aux pieds fes relTentimens , devint dé- 
M fenfeur d'un homme qui étoît fon ennemi, 
» mais que fes vertus le forçoient d'eftimer, 

» Quelques Auteurs , & fur tout un Moderne, 
w ont adopté les maximes de Caton , par rap- 
99 port aux beaux Arts , & aux Sciences : elles 
99 altérèrent , difent-ils , la pureté des ûfioeurs 
» romaines , & détruiiireiit leurs vertus. 

» Ces gens-là n'ont jamais réfléchi, que ce qu'ils 
„ appellent vertu chez les Romains ^ ne mérite 
„ guères ce nom y puifque le principe de toutes 
^ leurs adions éçoit l'ambition , 8c une paifîon 
„ démefurée de s'aggraàdir. Cette ambition pre- 
„ noit tous les mafques qu'elle croyoit propres 
,» à la mener à fes nus : elle jouoit la pauvreté , 
„ le déiîntéreffement , ramour de la Patrie y & 
„ fous ces différentes formes^, étoit toujours 
„ une ambition condamnable. En fuppofant que 
» le goût des Arts & des Sciences rue vicieux 9 
t3 qu'il eût énervé la vigueur Romaine, on fou- 
„ haiteroit , pouj: le bonheur du genre humain y 
» qu'ils enflent phitôt adopté ces vices. Que de 
>> milliers d'hommes faaifiés à leur apbition , 
» eixfCpnt vu leurs jours prolongés , filles Ro-r^ 
w mains çuffent fiibftitué le goût des beaoxiArts, 
^ à i'ardeur effrénée de faire des! conquêtes ! La 
.*» République ette-même demeurant dans une 
» heur«ufe médiocrité > n'eût point ftuxombo 
^fous^ le pgid^ dej&jffopre grandeur» Cou-» 



'414 Madame le Pumce de BeaumohtJ 
» claons : Il falloic blâmer Texcès & non la 
99 chofe ) & Caton , s'il eût pris ce parti , anroit . 
1» fans doute ea un grand nombre departifans , 
» an lieu que chacun fe crut en droit de s'unit 
» contre luL U n'obtint rien y parce qu*il deman* 
n doit trop». 

R^îfîï LTIiftoire de la Baronne de Batreville , eft 
une de ^^^c ^^ forme de lettres ; & c'eft elle qui la ra- 
lacrille. conte à, une de fes amies. 

9» Je fuis, lui dit-elle , fille d'un Capitaine 
» de Cavalerie , qui ayant beaucoup diffipc dans 
s» fa jeuneflè , n'avoit plus d'autre bien , que ce 
j> qu'il tiroit du fervice ; ce qui ne rempedu 
1» point d'époufer , par inclination , une fille de 
» qualité , qui n'avoit pas plus de fortune que 
s» lui» La mon de mon père , qui fuivit de près 
9 ce mariage, laifla fon époufe, qui étoitgrofle 
jt de fix mois , dans une indigence abfolue. Elle 
auroit peut-être fuccombé à l'horreur de cette 
9> fituation , fi ledefirde confer/er le gage de 
» fon amour , ne l'eût élevée au-deffus aelle- 
» même. Dénuée de tout , elle fe jetta coura- 
» geufement dans les bras de la Providence , & 
» fe flatta de trouver, dans un travail aflidu , une 
» reflburce contre la pauvreté. Ce fut dans cet 
99 exercice laborieux, qu'elle m'é-init au monde ; 
tf & je lui ai oui dire mille fois , qu elle prie alors 
99 la réf(^ution qu'elle a fi fidèlement exéçocée i 
19 de me dédommager , par une excelléhte édu"* 
9 cation , des difgraces de k ÊDirtune >». ' *'- 
La Baronne raconte enfuite , que fa beauté H 
rendit , dès le berceau , Tadmirarion de tous ceux 
qui|a.voyoient , & qu'elle joigâoit i cette gr^^ 
débouté, une ^aifon précoce y ttaefprit dtoki 
fia cœur fincére% 



Madame lb Prince de Bsauimnt. 415 

5> Une belle femme , lui ckfoit fa mère , fixe 
^^ les yeux d'une manière agréable j on Taime j 
>» mais on n'eftime que celle qui eft fage. Les 
^» années font biencàc difparoîcre la beauté ^ &c 
» avec elle s'envolent les fentimens tendres qu'el- 
>• le infpiroit. Que refte-x-il alors à celle qui ne 
jï s'étoit attiré que des hommages frivoles ÔC 
99 pàfTagers ? des regrets inutiles & cuifans , 
» une folitude défefpérante. La beauté de Tam^ 
ji a feule le droit de fixer pour jamais J'admira* 
n tion & Teftime »• . 

Ces leçons faifoient fur l'efprit de notre Ba- 
ronne ^ toute Timpreflion que fa mère en pour» 
yoit attendre ^ & . tous les jours elle voyoit avec 
crlaifir 9 fa fille croître en vertus r & en per- 
feâiions : mais elle ne fut pas auiB contente de 
fon aptitude à J!Ouvrage y & convainci^e; enfin 
que fon Élevé- n'é toit pas née pour le travail ma- 
nuel^ ^ elle la laidà tranquillemeiicfe livrer à Ictu* 
de des fciencas , pour lefqvieUes elle avoir un goûc 
décidé/Après quelques: années d application, la 
Baronne réfolut.. de . faire tourner ce xju'elle fa- 
voity au foukgement vdfe £a mère; ôcen confé- 
tfoLQOce , elle voulut cleier quelques j^vuies filles j 
mais la fortune ia^fervitL mal 4e; çç.coté-U j & 
cftte abandonna fon projet. î 1 ,. 
'^ S^ mère , qui habitoit Orléans, depuis quel* 
qués années > âtvconiwii&nce ayec la veuve 4'uu 
Offider^^à laqoelle iine^r^ftoii.x-pQur élever fojji 
-fil^ 5 qu'une n3odiqae*pmifiQn qu^elle avoir obter 
«tue: de laCour.'Ce^rfeb. uniqije étoit lobje; de 
•fes oomptaifances.^^Ue en:p^i:li>iiïfan^;Çje(re, de 
«n faifoit fi fôavent; Ij^ôge y.c^P )la ^^ronne , qui 
'^avoitipeu de.foij dat2&il^s^,bonn.çs qualités de;s 
4ionimes ^ . dexintiitt^TiciJtt^fe.flÇ:. k;y5)if .,,.M. 



41^ Madame le Prince de Beaumont^ 

Des-EfTarcs arriva j elle fentir, malgré eIle,qu'eUe 
s'y attacheroit beaucoup , & finit effeclivenienç. 
par Tadorer, Des Eflarts , de fon côté j fut percé 
du même trait y mais il fut fe contraindre , de 
peur que la mère de la jeune perfonne j qui avoir 
des vues d'établiiTement fur fa fille , ne vint i 
l'éloigner. 

Les chofes en étoient là , lorfque cette mère 
reçut une lettre de Marfeille , qui lui annouçoit 
une fucceffion affez honncte : en conféquence 
elle change de fentiment , promet à fa filk d^ 
l'unir à Des-Effàns , qu'elle ne lui refufoit que 
, par rapport à la médiocrité de fa fortune ^ S^ 
part pour Marfeille avec fon gendre futur» Le$ 
affaires étoient arrangées ^ & tous les deux étoiem 
fur le point de r-evenir , lorfque la pefte fe dé- 
clara dans cette Ville. Les portes en furent fer- 
mées auflitôt j &c toutes les communications 
étant défendues > notre malheureufe Amante » 
éloignée d une mère qu'elle chériflbit , & d'un 
Amant qui étoit l'objet de tous fes detirs , refla 
dans l'inquiétude la plus àfeeufe. Tranfportéc 
au Couvent , elle y fut iîx mois dans le même 
état, & reçut enfin , par le -canal.de rÉvcqiie de 
MarfeiHe, une lettre de fa mère. 

» Adorons les fecrets de la divine Providen- 
j> ce , ma chère Julie : c'eft elle, qui de toute 
9> éternité , avoit déterminé, notre voyage, jdans 
93 ces fatales citconftahce» : Ses defFeins nous font 
9> inconnus; ils nous paroiifept. rigoureux^ fou- 
99 mettons-nous j & croyons, fermement. qu'ils 
w font diftés pat fa fageffb , fa bonté & fa mifé^ 
» ricorde. Dieu nous a fotitëmis jufqû'à ce mo* 
« ment, avec une vigilance paternelle qui nous^ 
i> fait efpérer de vous revoir. -.un- jcu^ : encore 

une 



Madame le Prince de Beaumont. 417 

^> une fois , ma chère fille , adorons fes décrets ; 
>» & baifons la main qui nous frappe )>. 

La mère continue , & fait à Julie le récit de 
tout ce qui lui eft arrivé. Elle avoir été prifé de 
lapefte : des Eflarts , avec un remède qu'on lui 
avoir enfeigné, l'avoir guérie , lui avoir deman- 
dé lapermillîondediftribuer en faveur des ma- 
lades , une partie de l'argent de la fucceflîon , 
js'étoit réuni avecTEvcquede Marfeille , & avoir 
fait des chofes admirables. Cette lettre rendit 
la vie & la tranquillité à Julie > mais elle n'en 
jouit pas long-tems ; & la nouvelle de la mott 
dé des Eflarts ia plongea dans les chagrins t les 
plus cuifans. Attaquée d'une maladie terrible ; 
elle fe vit apx portes du tombeau , en revint ; 
& réfolut de fe confacrer toiit<-à-fait au Seigneur-, 
mais onlui fit connoîrre que cette vocation tib 
lui étoit infpirée que par le défefpoir qu'elle 
reflentoit de la perte de fon Amant : & elle ^jr 
renonça : bientôt après , fa mère revint de ïylaiv 
feille y Se toutes les deux fe trouvèrent réuniçs 
dans le même Couvent. 

Elles fe difpofoieht à le quitter , lorfqu une 

?*eune novice , qui s'^toit prifed'amitié paur JaUfè*, 
es pria de différer leur départ <:^e quelques jours , 
afin d'être prêfente à fa Ptdfdllîon. Cette feunb 
novice étoit ^le de M. Ip B^ircjn de Battéville*^, 
homme vertueux & refpefibablé , mais qui , mal- 
gré fpn agp , ne fut pas ii^fenfible aux charmés 
de Julie. Ct^Ue-ci qui venoîr dèçerdredes Eflarts , 
réfîfte d'abordi toutes les'follicitations qu'on lui 
fait , d'époufer le Baron i elle f(^ tendvi^fkîh'maK 
gré elle , & confent à devefnir fa f emitiel . /^ 
»» Vous croyez , peut-êtrfe', dit-eHe à fdnratrtié , 
» que j avois ceflii d'aimer^es'HTarts : non, mia 
Tomeir. Dd 



41 8 Madame le Prince de Beau^cont» 
» chère j concevez cela , fi vous lepouvez. J'avoîs 
» deux cœurs , ce me femble j l'un des deux , 
» fournis à la raifon & au devoir , confentoit à 
» tout ce qu'on exigeoit de moi : l'autre faifoit 
M un bruit épouvantable , fe rcvoltoit , fans que 
3> je daignaUe faire attention à fes cris j & pcn- 
)> dant un an que dura cette contradiârion > jç 
i> n'eus pas un feul moment de foiblefTe à me 
» reprocher : je priois beaucoup j je me remet- 
•»> tois fans cerfe devant les yeux les bonnes quar 
99 litésdemon époux j je ne me permettois pas 
» une feule réflexion lur ce que j'avois perauj 
» j'éyitois l'oifîveté y & ce qui vous paroîtra fin- 
» gulier^ c'eft que je m'étois impofé la loi de 
>j rendre compte au Baron , de toutes mes pen- 
j> fées à cet égard , & de lui laiffer liçe les pro- 
93 grès qu'il faifoit dans mon ame. Chaque jour 
a ma paillon diminuoit ^ & je parvins enfin â 
^y bannir tout ce que le fouvenir de mon Amant 
j9 avoit laifie de tumultueux dans mon cœur >•• 
, . Le Baron , poflèfTeur d'un million de biens , 
faifoit tout fon bonheur de fa femme , dont la 
plus chère occupation étoit d'élever une fille uni- 
,que , que le Ciel lui avoit donnée , & qui , com- 
me^ fa mère , portoit le nom de. Julie. Tous ks 
;trois: habitoient la Ville de Rheitns. } &M. de 
^Batteviile , après avçir • paflTé les trois quarts de 
la journée chez lui , , alloit ordinairiement Jouer 
; une partie de Piquet dans un C^rfe. ,* où fe raf- 
fembloient tous lef hwnêtes gej;s de la Ville. 
Il V vit un Etranger ,,^Q(it la figure étoitfî inté- 
re^çc^^ qu'il fhercna roccafion<le rentcetenir; 
il y parvint j &.chaqué jour il revenoit plus char- 
mé de iâfoliditéiip l'eiprit , & de la bonté du ca- 
raftere de cet JE^trangçr, qui fe. Éaiibit nommer 



Madame le Prince diBeaumokt. 419 

le Chevalier d' Aumône. Il paroiflToit plongé dans 
une mélancolie , dont rien ne pouvoir le diftraire , 
& fe cenoit ordinairement dans .un endroit écar- 
té delà falle, le coude appuyé fur une taJ3le,..& 
cachant £on vifage dans ia main : mais au mo^ 
jnent que M. de Batteville entroit , il quittait 
cette pofturej fon vifage s'a:niiiK)it j il paroiffc^it 
faire trêve avec fon chagrin , & recherchoit*/a 
converfation avec autant de.. foin ^ qu'il, fuyoic 
celle des autres. La conduite de cet. hom^;$ iti- 
triguoit tp\it Iq monde foâ lpqueftionnoit.,eQ« 
vain 'y il mit en défaut la curipfiçé. des plus iclai^- 
voyans, , 'i.rJ. -- 

Madame de fiatteville» ini^niitepajtfqn tpari 
du goût qu il avoit pour le Chevalier ,- re;i^pr{a 
de ne rien épargner pour mériter ia confiatice , 
afin de terminer £es malheurs ji^^'ils étoiej)t car- 
ies par Tindigence, Le Baron agit en confé- 
quence; & avec tous les mén^gemens dont une 
ame délicate eft capable e|i pareil cas ^ illaiffa 
entrevoir ies îbupçons, & omit fon crédit, fa 
bourfe & fa jnaifon. Le Chevalier le remercia, 
avec rexprçilion de la.plus;yiye îreçonnoi,flincç , 
'. & ajouta , en.fT3upirant , quç fçp q;i^l;ieuf:s ^oiçnt 
de natiMTç, J|l, n'attendre 4e .remède que 4^. la 
mort. Le Ba,ron attenctri 
fîpeij^utaiit,. 
efforts pour j 
. peut-ètfe , par ion eforit -& foga caraAere , au- 
rbit le fecrôt de faire trêve à £es chagrins. 
Cettp. pi;of>Qfition ne fut pas plus acceptée que 
' Içîs Wtres p^,&i la feiile çhofe gue le ChevaUer 
.4èï^anda^ av^, Baron , ce fui: ;la confervation de 
, fonj amitiç^ Il avoit loué ^n,appartenient. qui 
,^aYotitVune vue fur le.JardiA de M. de Batte- 

' • Ûd ij 



410 Madame li Prince de B^AVÙonr. 

ville. Une jaloufie lui pcrmettoit de Voir fans 
erre vu j & un garçon qui le fervoic , afluraU 
Baronne , qu'il paflbit (es jours i cette fc- 

• nêtre. 

La petite Julie , qui continuellement enten- 

- doit parler de l'Étranger , fouhaitoit beaucoup 

- dé le vok j ic lef halard lui procura ce qu'elle 
' déftroit avec- tan td^airdeur. Un jour qii'jçUe étoit 
' à rÈglife avec fon^ père , celui-ci ityaiit apperCu 

4e Chevalier , t'^ella tn forçant , & lui dit 

4}Ue ce feroit poufler l'éloignemeht du fexe trop 

teïn i que de-reftifer de faluer "fe -fiîle. ^> Je hii 

» fouhaiterois , ajouta-t-il , quelques années de 

' 3> plus j fa vue nous vengeroit pent-ètre du refus 

»> que vous avez foit de conndître fa mei'e. 

5> Le Chevalier ^parut interdit de ce reproche; 

f> il regardi triftement Julie ; ^fes yeux fe rem- 

" j> plirént de liifirteîîî & ayant pris *la main àt 

, »9 renfant ,<iu'il:baifa fefpeétueufement V il jeùa 

^f9 un profond foluflif, La petite -- fille, fentam 

' ^> que cet honimelui avoit mouillé la main, le 

• « regarda fi:iertient*à fon tour j 'i& Timpreffioa 

• j^deiatrifteflTe^ijdi'étoit peinte fur fon vifage, 
» paflknt dans fe tàmt de renfâiir,- elle fe mit 
>j a pleiirer làftiérét^ent , & lui demanda , en 

• »> fançlôttant , pp^ttaubi il s*afflîgeoit de la voir, 
j» Lfe Chevalier ^oit'lç ccnir fi ferré , qu^il ne 

• r> lui for paspôffibleyerépondrè^unTeur mot; 
99 Se il fe rétif à- en'f aifant une i^bfonde révc- 
■^>-rénce. ■ •. '"-' "*: *'"* 

» Àh ! nia ch%re Àiere , dit Julie eh tentranr , 
n j'ai: VU le Chevalier ; quil -èft ^ibiàblë ! quel 
wtlômmage qu-ilfoit'fi trifte! Voyez ma hii|i, 
» die eft encore mpuiUce de fes lahnfes ; jén^ai 
» pais voi^lu reffu^êr'-poùr vous 4a' montrât.' ta 



Madame li Princb db Bbavmont. 4ir ;• 

» mcme-temps , elle la frotta de fon mouchoir, 
» & ajouta : je veux garder ce mouchoir : mon 
» papa dit que le Chevalier eft le plus honnête ^ 
» homme du monde j fes larmes fontprccieufes». 

Depuis ce moment, Julie , qui n'avoir en- 
core que douze ans , devint rèveufe j & fa mère , 
qi|i jugeoit du cœur de fa fille d'après le fien , 
commença à craindre les fuites de cette entre- 
vue. 

Un dérangement occafionné par la mort d'un 
Fermier, obligea le Baron d'aller pour quelque 
temps à trois lieues de Rheims ; & I peine ,• 
le jour même de fon départ , Madame de Bat- 
teville étoit-elle dans fon lit , qu*elle entendit 
crier au feu de tous les côtés. »> Plus occupée 
3>:du fort de ma fille , que de mon propre dan- 
« ger , dit la Baronne , je me jettai toute nue 
» fur le plancher , pour voler à fon fecours. La 
» frayeur apparemment avoit troublé mes fens , 
» puifqu'il me fut impoffible de trouver ma 
» porte. J'entendis plufieurs perfonnes dans l'ef- 
»fCalier > je leur criai de toutes mes forces de^ 
» ne point penfer à moi , & de ne fongerqu'à- 
>> fauver Julie. Au moment la porte de ma- 
>» chambre fut enfoncée j & l'horreur du fped- 
yy racle qui s'offrit à mes yeux , ne s^effacera 
» jamais de ma mémoire. Une antichatnbre , 
9>.qiii étoit commune à mon appartement ,& • 
>và celui de ma fille , étoit embrâfée j & je^M-- 
>» la femme de chambre de ma chère Jiilie j? 
» ,fe lancer au travers des flammes ; & comme , 
w elle pafla fur un endroit du parquet , qui étoit • 
» déjà brûlé , elle tomba & difparut à mes yeux. • 
>» Cet exemple ne put m'arrcrer ; déterminée à 
>t fauver ma fille , oaà périr avec elle , je m'ef- 

Dd iij 



4^^ MâDAKE LE PkDICE DE BlAVMOirr 

19 forçai d'échapper à deox hommes qm me re-^ 
9» tenoient » lorfqae l'ombre de des Eflâns » i 
t» ce que je crayoîs , fe préfema à ma vue. li 
«I meiâilîc d'une main paiilânre , me remet en- 
r» tre ies mains de qu^ques inconnus , en leur 
» ordonnant, d'un ton qui me pamt plos qn'ho* 
main , de veiller à ma furetc; & à finftant il 
» fe jetta a mes yeux , au milieu de Tembrâfe- 
» ment, pour pénétrer dans la chambre de Julie. 
t> Je ne vis plus rien alors ; je perdis connoif- 
» ÙLDce ; & quand je repris mes fens, après avoir 
» été cinq heures dans cet état , les premiers 
» objets qui frappèrent ma vne , furent ma fille 
f> 8c mon époox qui fe dcfefpéroient de ma fi- 
» tuation... Le Baron me demanda la permiifioa 
» de me préfenrer le Chevalier mon libérateur : 
» le Chevalier, lui dis je , avec furprife , en me 
»y levant fur mon féant, avec une vivacité qu'on 
» n'attendoit pas d'une perfonne époifée par la 
» frayeur ! non ; ce n'eft point au Chevalier que 
9»- je dois mon falut & celui de ma fille : le Ciel 
>va fait un miracle pour notre confervation : on 
»ide fes habitans nous a fauvées. J^ai reconnu 
» fa voix , fes traits: quel autre auroit pu réuf- 
>» fit a tirer ma chère Julie du milieu des flam- 
s>.mes!» 

M. de Batteville , qui ne comprenoit rien a 
ce difcours , crut que fa femme avoit Tefptit 
un peu dérangé , fuite affez naturelle de la frayeur 
qu'elle avoit eue , & ordonna qu'on lui laiflat 
prendre du repos. De fon côté le Chevalier, 
après avoir fauve la vie à Julie , fait éteindre 
le feu , envoyé chercher le Baron en dil^ence , 
& s'être afluré de la fanté de la Baronne , avoit 
monté à cheval , & s'étoit dérobe à la recon- 



Madaue le Prince de Beaumoht^'. 423. 

noiflance de M. <îe Barteville. Ce dernier en- 
voya fur routes les routes , & n'apprit rien qui 
put lui donner aucune lumière lur le lieu de. 
la retraite. Enfin , le matin du troifieme jour , il 
reçut une lettre d'un caradere inconnu pour lui , 
mais dont l'Auteur étoir trop prefent au cœur 
de Madame de Barteville , pour 'quelle pût 
méconnoître fon écriture. 

» Je ne me plains plus de mon mauvais forr >* 
M Monfieur , écrivoit le Clievalier , puifqu'il m'a 
» procure l'ineftimable bien de fauver Madame 
>> votre cpoufe & Mademoifelle votre fille , & 
»> m'a donne en cela l'occafion de vous prouver 
» combien mon attachement pour vous ctoit fin- 
» cere. C'eft la première faveur que j'ai reçue 
9> de la fortune : des malheurs fans exemple , 
» m ont forcé à m'expàtrier dans ma jeuneflTe , 
3> & me pourfuivent avec une opiniâtreté que 
sj rien n'égale. J'ai perdu tout ce qui pouvoiç 
» m attacher à la vie j & je fuis encore forcé de 
»y m'arracher aux douceurs que je goùtois dans 
9> votre commerce. Rien n'exifte plus pour moi 
^^ dans le monde ; ic je n'exifte plus pour per- 
f> fonne : ceux qui pourroient prendre quelque 
»> intérêt à ma fortune , me croient au nombre 
35 des morts. Adieu , Monfieur , adieu pour ja- 
« mais j que je vive au moins dans votre fou- 
•> venir. Si le Ciel terminoit mes peines en fi- 
» niflant ma vie , vous feriez informé , & de 
i> mon nom , & de mes infortunes : je fuis 
>y fur qu'alors vous approuveriez les raifons d'une 
>» conduite qui a du vous paroître bien extraor- 
9' dinaire. » 

Ce^rte lettre fut une nouvelle énigme pour le 
Baron, & fut très-claire aux yeux de Madanje 

Dd iv 



4^4 Madame li Princs de Beaumon-c; 

de Batteville qui y reconnut le Chevalier des 
ÈffsLïzs : cent fois elle fut fur le point d'en inf- 
truire fon mati ; mais elle prit afiez fur elle , 
jiour garder un fecret , auquel le repos du Ba- 
ron croit attaché. 

Après la réception de cette lettre , Madame 
de Batteville eut le malheur de perdre foa 
époux , qui , en mourant , la lai{ïa , par fon tef- 
tament, Théritiere univerfelle de tousfes biens, 
& lui recommanda de bouche y & par écrit , d« 
s'acquitter des obligations qu'il avoit au Che- 
valier d'Aumont , fi jamais elle le retrouvoit , 
en lui donnant la main de Julie. Mais quelle 
fut la furprife de la Baronne , lorfque Julie fe 
jetrant i les genoux , lui fit entendre que jamais 
elle ne confentiroif à ce mariage ; qu'elle bor- 
Boit fes vœux à palFer fa vie avec fa mère , à 
l'aimer, à lavoir , à la fervir ; & que fi Dieu 
k privoit de ce bonheur en l'ôtant du monde 
avant elle , elle fuivroit fon attrait pour la vie 
religieufe, que la feule crainte de l'abandonner, 
i'engageoit à combattre. «Au rcfte, ajouta -t-elle, 
» fi vous croyez que je fuis obligée d'exécuter 
>> les dedeins de mon père , vous pouvez me 
» décharger de ce pénible devoir , en le remplif- 
99 fant à ma place.,... Je me fens les plus gran- 
» des facilites du monde à aimer & à honorer 
« le Chevalier comme mon père & votre époux. » 

Quelques mots de l'hiftoire du Chevalier vont 
vous conduire au dénouement , & vous appren- 
dre , Madame , comment Julie avoit été inf- 
rruite de l'amour mutuel de fa mère & de des 
Eflarts. Ce dernier étant à Paris , fut attaqué 
d'une fiçvre qui dégénéra en langueur , & mit 
â bout toute lafcience des Médecins. Ne fâchant 



Madame le Prince di Beaumont. 425 

plus que lui ordonner , ils l'envoyèrent aux eaux 
de Forges. Dans le même temps , c'étoit avanc 
la mort du Baron , Mademoiselle de Batteville 
vint prendre les mêmes eaux ; & ce fut là qu elle 
reconnut fon Libérateur. 

Une Dame , à qui la Baronne avoit confié fa 
fille , ayant vu clairement que Julie avoit de 
l'amour pour des Eflàrts , & prenant le fîlence 
& l'embarras du Chevalier pour un retour de fa 
part , réfolut de terminer l'affaire. Julie igno- 
roit l'art de feindre ; & lorfque cette* Dame lui 
en parla , elle lui répondit gue fi les fentimeris 
qu'elle avoit pour le Chevalier , croient de l'a- 
mour ,il n'en falloit point reculer la date jufqu'i 
Forges. « Depuis le moment , ajouta-t-elle , où 
3> mon père le peignit à mes yeux, j'ai toujours 
» fenti pour lui tout ce que j'éprouve à préfent... 
3> mais le Chevalier ne partage point ma ten- 
n drefle j fa fuite eft un fur garant de fon in- 
» différence : j'y ajoute fa conduite depuis que 
« nous fommes à Forges : il m'a mille fois pro- 
yy mis fon amitié ; & par la comparaifon que 
» je faifois de fa manière de s'exprimer avec ma 
» façon de fentir , je trouvois qu'il ne me don- 
» noit qu'une amitié foible , languiffante , & 
» dont je ne pouvois être fatisfaite. Une m'aime 
99 point , 'ftn fuis fure y Se dans ce -cas , que peut 
» me fervir l'aveu des parens dont je dépens ? »> 

La Conductrice de Julie lui fit entendre que 
la prétendue indifférence du Chevalier , n'étoic 
qu'une fuite de fa prudence & de fa probité > 
qu'il l'aimoit réellement , & qu'elle en feroic 
bientôt convaincue , fi elle vouloit s'abandonner 
à elle : Julie confentit à tout j & Madame de 
Launay ( c'eft le nom de cette Dame ) après 



41* Madame le Prince de Beaumokt. 

avoir eu une longue converfacion avec le Che- 
valier , lui ménagea un tête à tète avec Julie- 
Tous les deux furent un peu interdits l'un devant 
Fantre j & lorfque le Cnevalier , qui rompit le 
filence le premier , voulut parler du bonheur 
inefperc que lui promettoit le Baron , Julie l'in- 
terrompit en lui difant : « épargnez-vous le foin 
• de feinjlre avec moi , Monueur ; loin de re- 
» garder notre union comme un bonheur , je 
» fais que le confentement que vous y donne- 
» riez , feroit pour vous un fupplice. Comme je 
» fais tous vos fecrets , apprenez les miens : je 
>» vous aime, Monfieur. Formée d'un fane deftinc 
» à vous trouver aimable , je n'ai pu me défendre 
» d'un amour que mon âge ne pouvoir me per- 
*> mettre de prévoir. Mon dépit m'eût fans doute 
» éclairée fur la nature de mes fentimens , fi 
n j'avois été plus inftruite. J'ai cru que vous 
» me haïflîez , que vous me méprifiez : cette er- 
» reur a caufé ma maladie , par les tourmens 
» qu'elle m'a fait foufFrir. Témoin de la con- 
» verfation que vous eûtes hier avec Madame 
» Delaunay , j'ai appris à connoître ma rivale : je 
» refpede fon image dans votre cœur. Après 
>j avoir aimé ma mère , je n'ai pas la préfomp- 
>» tion de me croire capable de vous la faire ou- 
9> blier. Le parti que vous avez pris de la fuir 
» après l'avoir évitée avec tant de foin , m'an- 
» nonce votre vertu , en mcme-temps que vo- 
» tre paflîon ; je la juftifie -, & je fuis perfuadée 
» que mon père ne pourroit vous en faire un 
» crime. Je faurai y comme vous, régler mes 
» fentimens fans les détruire : après l'aveu que 
»|e vous ai fait, vous fentez que je ne dois 
9 jamais vous revoir : partez , Monfieur j & puif- 



Madame LE Prince DE Beaumont. 417 

9) qu'il eft décidé que vous ne m'aimerez ja- 
M mais , je vais travailler au moins à mériter 
» votre eftime. Je renonce au mariage ; & fi 
» par le plus grand des malheurs , je me trouve 
» jamais dans Toccafion de vous iervir , vous 
j> apprendrez par mes adions , que je regarde 
3» votre bonheur comme la feule félicité que je 
j> fois capable de fentir. » 

A peine cette converfation étoit-elle finie , 
que Julie fut obligée de partir pour fe rendre 
auprès de fon père , qui étoit oangereufemenc - 
malade , & gui expira , comme je vous lai dit. 

Le Chevalier fe rendit à Pans : la Baronne 
qui vouloir que les volontés de fon mari fufienc 
exécutées , dit à fa fille , qu elle avoit confacré 
à Dieu fa viduité. <« Et fi après cette afTurance , 
« ajoura-t-elle , vous continuez dans l'obftiné 
« deflein de vous faire Religieufe fans vocation > 
» jç gémirai fur votre fort j j oublirai que j'ai 
» une fiib ; & me regardant comme feule fur 
yy la terre , j*irai me jetter aux Carmélites. Ce 
3> n'eft pas un deflein que j'ai conçu dans un 
j> inftant : au moment de la mort de votre peïo , 
» je Teufle mis en exécution , fi ma tendrefle 
j> pour vous ne m'eût retenue. Le parti que vous 
» prenez rompt mes liens , & me met en liberté 
5> de difpofer de moi. Demain , à pareille heure , 
3> fi vous n'ctes pas chez moi en difpofition de 
jj m'obéir aveuglément , je pars pour Paris , fans 
» que rien puifle m'arrcter. » 

Ces dernières paroles firent fur le cœur de 
Julie , tout l'effet que fa mère en pouvoir at- 
tendre ; & quelque temps après , elle époufa le 
Chevalier , avec lequel elle jouît du bonheur 
le plus confiant & le plus pur. 
Je fuis. Sec. • 



4lS Mao AME le Prince de Beaumont. 

LETTRE XX VIL 

Lettres ^J NE Dameillaftre par fes vertus & fesmal- 
néran- hçurs , s'étoit retirée dans une maifon de campa- 
Lucie, gjjg ^ Q^ gjiç goûtoic un repos qtt*elle n'avoir pas 
trouve au milieu du grand monde. Quoiqu'on 
içnoïâtfonnom ôcfesinfortunes^acuriofitclmar- 
tira d abord la vifite de toutes les perfonnes de con- 
fîdcration^qui vivaient dans fon voifinage^Bientôt 
leurs affiduités eurent un autre motif, Emcrance , 
c'eft le nom que l'Auteur donne à cette femme , 
avoit un charme inexprimable dans la converfa- 
tion y les mères briguoient la permiffion d'y 
conduire leurs filles j & ces dernières s'cton- 
Jioient de trouver dans une perfonne , qui paf- 
foit trente ans , toutes les grâces de la jeunelTe y 
réunies avec la folidlté de l'âge mur. 

Parmi celles qui eurent Te bonheur d'être 
admifes chez Emcrance , trois jeunes Demoi- 
fell^s s'attachèrent à elle d'une manière parti- 
culière. Après avoir pafTc deux ans dans la dou- 
ceur d une fociété intime , des événemens im^ 
prévus réparèrent ces amies : en quittant Emé- 
rance , ces jeunes perfonnes lui demandèrent 
avec inftance,la permiffion de lui écrire fou- 
vent , & la conjurèrent de confentir qu elles 
continuaflent à fe gouverner par fes confeils : 
cette vertueufe femme le leur permit , & fut 
toujours exaéke à leur répondre. 

La première de ces trois amies , qui fe fépare 
d'Emcrance , c'eft Lucie , quç fes parens , dont 
«lie avoit été fôvrée depuis fon enfance , rap- 



Madame LE Prince DE Beavmokt. 419 

pellenc auprès d'eux pour la marier : à cette pro- 
poncion , Lucie frémit fans favoir pourquoi ; 
voit fon Futur qui lui paroît amoureux , mais lé- 

ter ; trouve le moyen de s'informer fecretemenc 
e fes mœurs & de fa conduite , qui n'étoient 
pas louables à beaucoup près , & finit par épott- 
fer M. de Villeneuve , le père même de fon Pré- 
tendu , qui avoir le double de l'â^e de fon fils » 
c'eft-à-dire, qiiarante-cinq ans, & poflTédoit toute 
les vertus qui peuvent rendre une femme heu- 
reufe. Le choix de Lucie fuâSt , |e crois , 
pour vous donner , Madame , tuae idée de fon ca- 
ca6fcere. Ses premières lettres font enaj^pyées - i 
conter â Emérance Thiftoire de .fon mariage : 
Emerance y applaudit ,^& fait eUe-^même part à 
Lucie de fes aventures. 

Vous me croyez veuve , lui dit-elle j & pei^t- 
*ctrelefuis-je en effet ,.puifquil y a quatorze ai\s, 
que je n'ai entendu parler de mon époux. Au mo- 
ment; qu il me fut arraclxé ,, }e perdis une ôlïc 
uniaue , dont le fort m'eft auiS caché que celui 
' de ion père. Aujourd'hui le font^ment; de tous 
mes malheurs s'eft renouvelle avec la plus grande 
force , à la vue d'une bague que. j'avois doniiçe 
, à la Nourrice de ma .malheureufe fille.. , & qijfe 
' j'ai trouvée par hafard. Si je puis revoir cette 
Nourrice , peut-être me donnera-c-elle quelques 
éclaircïfTemens. 

Eméf ance , en eiFet , publie à T9uloufe , qu'elle 
.donnera cent écus à la perfpnne ,quia mis 
\ ce bijou en gage , îî elle veut fe è^ire cpnnoître. 
Dès Ie,.Ien4emain un honinie aflfez mal vctu (e 
préfeqta ., 8c Jûï dit; qi^e.fa femme ^ qui. étoit 
malade, avoit eçgagé cette bague ,p9ui: te procu- 
rer quelques fecours,mais qu'elle n'avoitpas voulu 



4îd Madame le Prince de'Beaumqnt." 

la vendre , parce qu'elle lui venoit de perfonnes 
qui lui étoient extrêmement chères. A ce récit 
la Marquife fe levé avec précipitation , & vole 
chez éette Nourrice qui la reconnoît auflîtôt , 
& lui apprend que fa fille vit , & qu'elle vient 
d'en recevoir une lettre , dans laquelle elle lui 
mande que fon grand-pere , le Marquis de 
Sainville , lui avoir donné dans fon cœur la 
place qu'y avoir occupée fon malheureux fils. 
Emérance , tranfportée de joie , veut partir a 
l'inftant pour aller trouver cette chère enfant ; 
mais un procès la retient ; & elle fe met en 
chemin dès le moment qu'il eft fini. Le mauvais 
tems la fait féjoumer dans plufieurs endroits j 
"elle employé les loifirs , à faire le Journal de 
fa vie qu'elle envoie à Lucie. 

Le Baron de Vafque , originaire du Piémont, 

3uiétoitfon père, mourut au bout de cinq ans 
e mariage , & laifla un bien très-médiocre â fa 
femme , qu'il avoir époufée par amour. Cette 
mère fefixa dans un petit village , & fe livra tou« 
te entière à l'éducation de fa fille. M. de Marfin , 
Seigneur de, la Paroiffe, homme riche , mais de 
la figure la plus défagréable , trouva Madame 
de Vafque à fon gré , lui propofo fa main Se fut 
refufé. Cependant il continua toujours de la 
voir 5 Se il fut arrangé qu'il épouferoir Emérance , 
' quand elle feroit en état d'ctre mariée. Mais , 
plus Emérance croiflbit en âge, plus elle fe feu- 
toit de dégoût pourMônfîéurdeMarfih. 
* Les chofes en étoient-là ^ iorfqn'une de ces 
nuits d'été , qu'on préfère au jour pour voyager 
en Provence, on orage imprévu obligea un étran- 
ger de chercher un afyle dans la Fermé de 'Ma- 
dame de Vafque , à la- tète ide laquelle étôlt 
■ ' ' .' i. . . . .1 ^ j • ■ ;- ■ 



Madame le Prince de Beaumont. 4ji 

la Nourrice d*Emérance , qui adoroit fon élève , 
ôc qui , par tendreffe pour elle , avoit en horreur 
fon mariage avec M. de Marfin. Ce voyageur 
ii'étoit fuivi que d'un feul domeftique j mais fes 
habits annonçoient un homme de condition* La 
Fermière offrit un repas frugal à ces deux paf- 
fans y & les fervit à table : elle aimoit beaucoup 
a parler j & comme Emérance étoit l'objet con- 
tinuel de fes converfations , elle n'eut rien de 
pluspreflTé, que de raconter fonhiftoire à ce jeu- 
ne Seigneur , & lui fit un portrait fi brillant de 
fes charmes, qu'elle lui infpiraun defir extrême 
de la voir. Son envie fut fatisfaitç j & dès le 
matin, la bonne femme , l'ayant faii: cacher , fie 
paflTer devant lui Emérance , dont il fut enchante 
au point , qu'il en devînt /fubitement amoureiix. 
11 avoua à cette Fermière , qu'il étoit fils unique 
du Marquis de Sainville > qu'il étoit en état de 
faire la fortune d'Emérance , & qu'il la pripit 
en grâce , de lui fournir les moyens de s'en faire 
aimer. 

Pour abréger , la bonne femme le déguife en 
fille ; & le faifant paffer pour fa ^îéce qui dévoie 
venir dans peu de jours , pour fervir cie compa- 
gne à Emérance, çUe le prefenté a la Baronne de 
Vafcjue , qui ne foupçonna rien de cptte fuper- 
chêne j au contraire , elle lui parla en particulier , 
& lui recommanda de ne rien épargner , pour en- 
gager fa fille à ne pas rebuter M. de Màrlîn. Dès 
ce moment , le Marquis , connu fous le nom, 
d'j^nnette j ne' quitta plus Emérance , & em-, 
ploya cç tems à lui infpirer des fentimens bien 
différens de ceux qu^il avoit flatté fa mère de 
faire naître en elle. Emérance. conçut pour la 
. fjîïufle Annette l'amitié la plus vive i Se Annette 



4j2 Madame LE Prince de Beaumont. 
en profita , pour lai perfuader de s'échapper , & 
de la fuivre dans le Couvent d*oà elle fortoit» 
lui faifant efpcrer queTAbbeflèla recevroit très* 
bien : Emérance qui n'étoit encore qa*an en- 
fant de treize ans , confentit a tout , pour ne pas 
cpoufer M. de Marfin y & monta dans une Cnai- 
fe de pofte y que le Marquis avoit fait prrpaier. 

Lorfqu'ils furent à quelques lieues ae-la , la 
fauiïe Ânnette fit entendre à Emérance , qae 
comme ils avoient à traverfer on bois où il y 
avoit quelques voleurs » ilferoit a propos quelle 
prit un habit dlionmie y afin d'en impofer à ceux 
qui voudroient les attaquer. Emérance trouva ce 
projet admirable ^ & le valet-de-cfaambre da Mar- 
quis y qui padbit pour le nuâtre de la Oiaife » 
eut ordre d'acheter des habits d'hommes y à peu- 
près de la taille d'Annette« (a conmiiiSon ne fat 
pas difficile : on apporta les habits du Marquis : 
il en choifiton riche y qu'il feignit de marchander 
& de payer ; & étant entré dans un cabinet , il 
revint un demi quart-d'heore après y fous fk for- 
me naturelle* 

» Coomient me trouvez-vous , fous cette me- 
tamorphofe , dit- il a Emérance ? En vérité , loi 
jÊ répondit-elle , ce d^uifement vous va a mer* 
» veille \ Se c'eft dommage que vous ne ibyei 
a» ^çon y vous feriez charmant. Et fi j^étois vé- 
» ntaUement un cavalier , répliqua Le Marquis , 
» auriez-vous autant de répugnance à m^^Kxiier 
» que M. de Marfin } Non y ma chère amie , 
a» (c'eft Emérance qui parle ) lui dis-je > mais 
» tout-à-coup je me fentis arrêtée i la vue de 
» cet habit } & je dis au Marquis : en vérité» 
» je fiiis bien forte, cet habit me fait penr^j'oo- 
m biie que vous, êtes ma chère Annette : je me 

remis 



MàY>àme tE Précis de Béàûmomt, 455 
Y» ternis fur ma chaife d'où je m'étois levée ; & 
» je continuai à dire au Marquis : oui , fi voiis 
»> étiez à la place de M. de Marfin , je tetour- 
ft» netois toutàTheure chez ma mère ; 8rje me 
9> marietois dix mille fois avec vous , fi cela ctoit 
51 néceffaire : tenez ; voilà ma main , pour gage 
3> de ce que je vous dis. Le Marquis fe jetra i 
>» mes pieds^^ & prenant la main que je lui pré- 
>i fentois : vous confentez-donc à me la donner 
» pour jamais , me dit-il , en me regardant ten* 
w diement ? Vous êtes folle , lui dis- je , ma 
>i chère Annette ) levez vous donc } de quoi 
M vous ferviroit ma main ? Ce n'eft pas la rou- 
w tùmeque deux filles fe marient enfemble ; au 
99 moins je n'en ai jamais entendu parler : fi cela 
» fe pôuvoic 5 je vous jure de tout mon cœur , 
» que je vous aimerois mieux que tous les hom- 
*^ mes <lu monde. Que mon bonheur eft grand , 
ïj ma chère Emérance , me <lit k Marquis , en 
5> baifaiit la main que je lui avois offerte ! Vous 
» m'aimez y vous me pardonne^: la tromperie que 
i> je vous ai faite , puifque c'eft l'amour que j*ai 
5j pour vous , qui me l'a infpirée ; vous feréi 
f> mon époufe j nous ne nous fcparerons jamais* 
n Voilà encore ce que je ne favois pas , dis- je 
n au Marquis. Mon Dieu , pourquoi m'a-t-oii 
« élevée dans une ignorance fi profonde ? Je 
yy croyois qu'on ne pouvoir avoir d'amour que 
»9 pour un homme , & que les filles n'avoieiic 
• » entr'elles que de ràmitié. C'eft donc auiîî de 
yy l'amour que j'ai pour vous j car je vous aime 
9> beaucoup plus que ma mère & que ma Nour- 
yy rice : mais dites-moi , je vous prie , pourquoi 
» vous me demandez pardon ? Pourquoi dites- 
}> vous que vous m'avez trompée ? C'eft une 
Tome IV% E e 



434 Madame le Prince de Beavhomt. 

99 vilaine chofe de tromper les perfoimes } ;e ne 
i> vous en crois pas capable ». 

Ces derniers mots amenèrent naturellement 
le Marquis a découvrir à Emcrance & fon nom 
& fon (exe. Il lui propofa en mème-tems de de^ 
venir fon époux ^ Se ils furent mariés à Avignon 
où ils étoient alors. 

Le Marquis avoir quitté Turin , par ordre de 
fonpere , pour fe rendre à Paris , où il devoir 
pa(Ier deux années ^ & en conféquence^ il partit 
avec fa nouvelle époufe pour cette Capitale. Les 
lettres de crédit qu'il avoit fur les Banquiers , le 
mirent en état de foutenir décemment fa fem- 
me , en attendant le moment où il pourroit dé- 
couvrir fon mariage à fon père. Cet heureux inf- 
tant arriva ^& ils etoient fur le point de jouir de 
ce bonheur , lorfque la Providence en ordonna 
autrement. » Nous étions dans le tems de la 
»> Foire S. Laurent , dit Emérance ; j avois réfolu 
w d'aller au Palais , pour y choifir quelques ajuf- 
» temens pour moi & pour ma fille : » le Mar- 
quis me propofa de voir la Foire, & j'y confentis. 
Comme il ne vouloit point m'èxpofer aux yeux 
du public , avant l'arrivée de fon père , il ferma 
les chaHis du carofle de louage que nous avions 
pris pour faire ces deux courfes. Nous comman- 
dâmes au Cocher de nous attendre. Nous relH- 
mes une heure à la Foire ; & lorfque nous vou- 
lûmes nous retirer , il nous fut impolfible.de le 
retrouver. Après l'avoir fait appeller plgdSeùrs 
fois , nous montâmes dans un Fiacre , dont le 
maître nous offroit fes fervices y Se nou^ nous 
y enfermâmes , non pas dans la crainte d'être 
apperçus , car il commençoit à faire nuit j mais 
|>arce que la fpirée étgic froide. Comme il y avoit 



Mahàmie lePrinch de Be JlUMokt. 435 
fort loin jufqu'à la rue de Vaugirard où nous 
logions , nous ne fumes point étonnés de reftec 
lông-cems en chemin : nous étions même (i oc-* 
cûpés deTarrivéedu nere du Marquis , car nous 
l'attendions dans rrors jours , que nous ne nous 
Apperçumes pas d'abord que le caro({e rouloitfuc 
le fable : ma femme-de*ckambre qui nous ac* 
compagnoit , nous v fie faire atcention : Sainville 
ouvrit une des portières, & futefïrayé de difcer*- 
fier , malgré 1 obfcurité , quelques hommes à 
cheval qui le menacèrent d^ tirer dans le caroffe^ 
s'il faifoit le moindre mouvement. Il crut d'à-» 
bord qàe c'étoient des voleurs , Se leur offrit tout 
ce qti^il avoit fur lui. On nen veut point à votre 
bourfe ; lui répondit-on 5 reftez tranquille , ou 
vous ptpoferez les jours de votre époufe. Une 
pareille menace étoit feule capable de le con-^ 
tenir *^ fans cela , il eût bravé le périL te Nous 
»> mstrdbâmes encore environ un quart-d'heure ; 
M après quoi nos guides firent deicendre ma 
•• femme-de-chambre, qu'ils lailTerent au milieu 
M du chemin. Deux hommes mafqués monte«- 
» rentj^lors dans la voiture , & renouvellerent 
« leurs menaces , jurant qu'ils tireroient fuc 
•) moi i û nous proférions un feul mot. • « . • . . 
tt A la pointe du jour, s'appercevant que j'étoic 
•» â demi miorte , dans les bras du Marquis , ils 
M me prièrent de me taiTurèr , puifqu'on ne 
^ vouloir me faire aucun mal». 

>> Le fixieme jour de notre voyage , fur le« 
*^ fept heures du matih , nos Gardes s'arrête-» 
^ reiit à peu de diftance de la mer , & nous 
3» cqmtnanderênt d^ dçfcendre. La réfiftance 
^> eut été inutile *, & le Matquis descendit le 
» premier pour me donner la main. Mais à pei- 

Ee ij 



45 tf MaCAWE IE'PrINGB de BEAUMOrflC 

» ne fui- il hors du caroffe , qae trois de ces mi- 
•> férables fe jetterent fur lui , pendant que les 
» deux autres , à la portière , m'empcchoient de 
>j le fuivre. Ah ! ma chère , on ne meurt pas de 
3> douleur , puifque je furvccus à ce moment fi 
» terrible. Je vis lier indignement mon époux, 
ti auquel on mit un bâillon dans la bouche , 
»>' pour "étouffer fes cris. Un de ces brutaux me 
i> fourrafon mouchoir dans la mienne; & tout 
j> ce que je pus faire», fut de tendre les mains à 
i> l'infortuné Sainville , qui n'ayant plus que lés 
» yeux de libres , s'en fervit pour exprimer foh 
» dcfefpoir. Je le vis porter dans une. Chalpup- 
99 pe , malgré les efFoi?ts, qu'il faifoit en furieux, 
33 pour fe débarrafler des mains de ceux qui lé 
•> tenoient j & dans l'inftant où on l'y eut jette j 
» je la vis s'éloigner du bord avec une vîteflc 
99 qui me déchiroit le cœur. 

» Je ne puis vous rendre compte de ce qui fe 
?> paiTa enluite. Un évanouiflement , qui duri 
99. plufieurs heures , débarrafTa mes guides du foin 
99 d'empêcher que je n'at'tentafTe a ma vie ; car 
» j'avois eflayé pluiieurs fois de me précipiter du 
w haut en bas du caroffe. Lorfque je repris mes 
99 {qxis^ je me trouvai dans un lit , environnée 
v déiplufifcurs femmes, qui s'efForçoient.envaia 
» de calmerimes tranfports. ils. furent fi viôlens^ 
» que mon efprit en fut aliéné; & pendant deux 
99 ans , je fus affez^ heureufe pour n'avoir aucua 
>>1 feritiment de mes maux. 

3> Une fièvre viplçnté me mit au bord dû 

99 tombeau i :au; coinmencement de la troiiîeme 

« aminée : il' fallut meiaigner jufqu'à l'épuife?- 

.^> meiit i & lorfqu'oh liie croyoit prête à rendre 

» le dernier .iWpir., Dieu qi*i ne YQûloic pa« 



Mapame le Prince dé Beaumoht: 457 
» perdre ma lïialheureufe ame , me rendk ea 
>» même-tems la fantéde l'ame & celle du corps. 
*y Jagez de mon étonnemenc , aii premier 
» moment de ma raifon. J'étois dans une petite 
>• chambre grillée y qui n'avoir pour tout meu- 
» ble , qu'un méchant grabat , fur lequel j'étoia 
» couchée , & deux chaifes de bois : une femjne 
» de bout au pied de mon lit , fembloit me 
» confidérer avec attention : je connus diftinc- 
» tement qu'elle s'interrcflbit à ma conferva- 
» tion : elle me quittoit fouvent , & ne rentroit 
» dans ma chambre, qu'avec un air d'empreffè- 
» ment qui me frappoit. Je lui tendis la main j 
*> & comme elle me donna la fienne , j'y appuyai 
» foiblement mes lèvres. Cette marque de gra- 
»> titude parut la pénétrer de plaifir : elle m'em-» 
^ brada , m'excita â prendre courage , puifque 
o j'ctois entre les mains d'une tendre amie. A 
99 ces mots , mes yeux fe remplirent de douces 
» larmes. Pleurez , me dit cette femme ; ne 
yy contraignez point vos mouvemens ; vos mal- 
w heurs font palfés. Elle parut redoubler fes foins 
yy après cette petite converfation y 6c ils furent 
-» fi efficaces , qu'en quinze jours , je fus en état 
>» de me lever», 

A mefure que les fens de la Marquife repre- 

noient leur vigueur , fes pertes fe retraçoient a 

.fa mémoire d'une manière moins confuie ^ elle 

découvrit qu'elle éroit dans un Hôpital , & que 

.cette femme qui avoit tant de bonté pour elle , 

en étoit la Supérieure. C'étoit une parente de 

, M. de Marfm , qui , depuis quelques mois étoit 

morj , du regret de l'aftion qu'il avoit commife : 

^ on l'avoit trompé , en lui faifant croire qu'Emé- 

.lance vivoic en libertine avec un Avanturier. 

Ee iij 



43' Mai>ame u pRmcB de BEAtrMoivr» 

Sor ce rapport il la fait enlever , & emba^aer 
fon éppiixpour les Iles , en qualité de Moufle : 
mais lorfqu il eut appris que c'étoit le Marquis 
deSainville, il frémit à ce nom , écrivit prompte* 
ment en Canada , pour inftruire le Capitaine de 
fa méprife , & mourut avant d*avoir reçu la ré- 
ponfe de fa lettre : en expirant , il laiflk une fom- 
me d*argent pour Emérance , & de toutes les 
façons expia fa faute autant qu*il lui fut poffible. 
Lorfqu'Emérance fe trouva entièrement réta- 
blie , elle réfoluc de ne rien épargner pour fe 
procurer quelques lumières au fujet de fon ma* 
ri y mais toutes fes recherches furent inutiles ; 
& malheureufe de tous les côtés , le Ciel lui re- 
fufa la confolation d*aller fe jetter aux pieds de 
fa mère , qui s'ctoit expatriée depuis la fuite 
de fa fille > & n avoit confié à perionne le lieu 
de fa retraite : Emérance ne tenant plus à rien 
dans le monde , penfa à fe faire Religieufe , 
mais une grande Princeflfe qu'elle ne nomme 

Joint , & qui avoit beaucoup d'amitié pour elle > 
en diffuada : cette Princeflfe mourut, & lui kiffa 
de quoi vivre honnêtement. Ce fut avec ce petit 
bien, qu elle fe retira à *** ,où elle fit la connoif- 
fance de Lucie. Nous touchons , Madame , au 
terme de fes aventures y nous y arriverons par 
un Epifode , qui n eft pas moins interreflânt que 
le fond même du Roman. Tranfportons-nous 
dans les Terres de Lucie , où la fuite de cène 
hiftoire va nous offrir une autre fcène. Dans une 
fête que lui donnèrent fes vafTaux ^ elle fut 
frappée de la figure d'une petite fille fort jeune > 
qui joignoit à la taille la plus élégante , tou- 
te la noblefïè & toutes les grâces poffibles. A 
peine Lucie fut-elle dans fa chambre i, qu'elle 



Madame le Prikce de Beaumokt. 4)9^ 
demanda au Concierge ce quec'ctoit que cette 
fille ? » Elle eft d'un Village à quatre lieues 
» d'ici y lui dic-il j un de fes confins me dit qu'elle 
» cherchoit condition > & je la pris pour faire 
» le tracas du ménage : mais elle eft fi mal adroi** 
» te , que ma femme vouloir la renvoyer au 
n bout de deux jours ; car elle cafle rout ce. 
» qu'elle touche. Je penfai que ce feroit ex- 
» pofer la brebis à la gueule du loup y que de la 
»> mettre dehors : elle eft fi mignonne , qu'on 
^ pourroit bien chercher à la mettre à mal. Je 
>? lui ai donc donné des bêtes à conduire à l'her-» 
» be : comme je favois que Madame devoir ve- 
M nir incelTamment , j'ai cru que je devois la 
s> garder en attendant , parce que fi vous vou- 
»> liezavoir pitié d'elle, vous feriez, je penfe, une 
w grande charité »• 

Lucie applaudit fort à celle de cet homme , & 
lui promit de voir cet enfant le lendemain j mais 
toute la Noblefle qui fe rendit au Château , l'en 
empêcha. » Quelques jours après , dit Lucie , 
» je me promenois dans mon Parc ; & comme 
« je commençons à être fatiguée , nous allions 
» reprendre le chemin du Château , lorfque no$ 
a? oreilles furent frappées de la plus belle voix 

3> qu'il foit poffible d'entendre * Nous 

» demeurâmes immobiles. Je priai la compa- 
a> gnie de m'attendre j & j'avançai vers un en- 
*5 droit afTez toufRi, d'où partoit cette voix. Ju- 
** gez de mon étonnement , lorfque j'ai décou- 
'» vert que ce Roflîgnol étoit ma petite Païfanne. 
» J*ai jette un cri d'étonnement ; & la petite 
*> fille a été fi effrayée , que je l'ai vue prête à 
*> s'enfuir : ma compagnie s'étoit approchée i & 
w tous Qnfemble nous avons joint cet enfant , 

E e iv 



44<5 Màûame le Prince de Beaumokt/ 
» qui , les yeux baiflTés , la tête panchée fur fk 
» poitrine , paroiflToit être dans une confuûon 
M inexprimable. Raflurez-vous , mon enfant , 
a» lui ai-je dit, en la prenant par la main ; vous 
» avez une fort belle voix ; mais vous chantier 
53 on air d'Opéra j qui vous Ta appris? Madame , 
if m*a répondu cette belle innocente , mon p.ere , 
>> quand il étoit jeune , a été laquais d'un hom- 
yr me de FOpéra à Paris. Son maître lui avoit 
»j appris la tnufique y pour le faire auflî entrer à 
>» l'Opéra : il ne le voulut pas y car on dit que 
99 cQs gens-là font excommuniés ; & il avoit 
» peur de devenir loup garou. Mon père m'a 
>5 appris auiïî la note. Il difoit comme tela » que 
i9 ça pourroit un j.our me faire Religieufe. Ce 
ii feroir un meurtre , répondit un Chevalier de 
» Miltlie qui étoit avec nous. Suivez-nous au 
99 Château , dis- je à la petite fille j il eft tems 
33 de rentrer. Et mes vaches , Madame , qui les 
>» ramènera ? Votre Concierge n'entend pas 
>» raillerie ; & s'il s'^^en égaroit une feule , oh 
5> dame , it feroir un beau tapage- Chaffez-les 
-Vs devant nous, mon enfant, lui ai-je répondu > 
y> . je dirai au Concierge , que c'Sft moi qui vous 
y> Tai commandé j & aflurément vous ne ferez 
99 pas grondée ». 

Lucre en entrant chez elle, recommandai fa 
femme-de-chambre d'avoir foin de cette petite 
fille , qui demanda en graœ de ne paint man- 
ger à rOffice ; & ce trait commença à faire foup- 
çonner que la jeune Marie a'étoit pas ce q^u'elle 
difoit être. • 

« En effet, ditLucîe, après avoir été quelque 
V tems impénétrable à ma femme-de-chambre> 
» un incident imprévu la démafquée. Moa 



Madamb le Prince de Biaumoht. 441 
^ cpoux a un valet-de-chambre qui a quarante ans^ 
n &:qui depuis vingt années eft à fon fervice. 
j> Comme il poflede des qualités rares dans un do- 
w meftique , mon mari lui eft très attaché , & 
»» Ta mis en état de vivre fort à. fon aife , s'il 
>» avoit le malheur de le perdre. Cet homme eft 
« devenu éperdûmenr amoureux de notre petite 
w avanturierc , & m'a choifie pour fa confidente. 

>> Il lui offre fa fortune & fa main Je 

>? vis tout-d'un-coup ce que je pouvois efpérer 
» de cet incident pour la connoître. La manière 
» dont elle recevroit cette propofîtion , dévoie 
>» fixer ou détruire mes foupçons. Je n'ai pas 
>» été trompée dans .cette efpérance : à peme 
3> lui ai-je fait entendre que j'approuvois les 
ai vues que cet honnête homme avoit fur elle , 
» qu'elle n'a pu fe défendre d'un mouvement 
9> d'indignation : fes beaux yeux fe font reni- 
9> plis de larmes ^ & les levant au Ciel , elle s'eft 

V écriée. A quoi fuis -je réduite? 

» A peine ce mot étoit-il forti de fa bouche , 
» qu'elle a prodigieufement rougi , a baiffc 
»> les yeux, & a paru quelques inftans recueillie 

V en elle-même. Elle eft fortie tout-à coup de 
P cet état , & s'eft jettée à mes pieds , avant 
» que je pulfe le prévoir & l'empêcher. Madame , 
» m'a-t-elle dit , je ferois indigne de vos boh- 

V tés , fi je conrinuois de feindre avec vous. Vous 
>5 avez , fans doute , pénétré une partie de mon 
3J fecret ; & je meurs de honte d'avoir pu le gar- 
» der fi long-tems vis-à-vis d'une bienfaitrice 
» fi généreule. Je fuis fille de qualité, La né- 
» ceilité de m'arracher à un mariage odieux , 
f> m'a forcée à fuir mes parens j ils font puiflans y 
»> Se pour me fouftraire à lciu:s recherches ^ je. 



442 Mabams le Prince de BEAi7MC>i?r» 
» m'étois déterminée à me retirer dans un Coa* 
» vent. L'infidélité du guide auquel on m'avoir 
s» confiée , m*en ayant ôté les moyens , & me 
9» trouvant abfolument dépourvue de toat , le 
» défefpoir me fit rechercher le déguifemcnt le 
» plus aojeâ : votre bonté m'a fouftraite à une 
» vie fi différente de celle que j'ai menée juf- 
* qu'à ce jour j & j'ai trouvé chez vous un afyle, 
tt où probaWement je ne ferai point recherchée» 
9» Ajoutez à tout ce que vous avez fait pour 
j» moi , une dernière grâce , c'eft de me permet- 
» tre de vous taire mon nom , & les circonftances 

a» de mes malheurs Ne me condamnez 

» pas encore , ajouta-t-elle , en joignant les 
» mains d une façon toute charmante. Une fille 
i9 de mon âee , femble ne pouvoir trouver d'ex- 
» cufe , lorlqu'elle refufc d'acquiefcer aux or- 
s> dres de fes parens y mais , Madame , mon conir 
» & ma main , dont on vouloir difpofer , n'é» 
» toienr plus à moi. L'amour , la reconnoifTance , 
» les fermens les plus facrés , tout me faifoit un 

» devoir de mes refus Le Ciel m'eft 

» témoin , que le filence que je garde vis-à-vis 
» de vous , ne provient d'aucune défiance ; mais 
n mon fecret ne m'appartient pas tout entier* 
» Permettez-moi d'obtenir un confentement 
99 dont j'ai befoin , pour vous ouvrir mon ame ; 
» Se vous connoîtrez que ma confiance pour vous 
» n'a pas de bornes w. 

DeLce moment , la petite Marie fut fur un 
ton tout différent dans la maifon de Lucie qui 
devint fon amie , & qui ayant remarqué qu*elle 
avoit un goût décidé pour la leûure , lui aban- 
donna le foin de fa bibliothèque. Les chofes en 
étoient Jà, lorfque Lucie reçut une lettre d*Emc-: 



Madame le Prince de Beaumokt. 44) 

rance , dans laquelle elle lai racontoic toute rhif-* 
toite de fa fille, depuis qu'elle avoit ctc enlevée 
de Paris avec (on mari. Cette fille, appellée An- 
nette , étoit reftée dans les mains de fa femme- 
de-chambre , qui après avoir été laiflee dans le 
chemin , comme vous l'avez vu , étoit revenue 
dans la rue de Vaugirard , avoit vendu les meu- 
bles , & placé chez un Notaire l'argent qui en 
ctoit provenu , pour fubvenir à l'éducation de la 
petite Annette , conjointement avec fa Nourrice : 
cette femme-de-chambre mourut quelque tems 
après , & laiffa , en expirant , une bocte d'or à fa 
pupile , & lui défendit de la vendre jamais fous 
quelque prétexte que ce fut* 

Lorfqu'Annette eut atteint un certain âge , 
elle fiitmifedans un Couvent, dont l'Abbefle la 
prit en amitié. Elle eut occafîon d'y voir un jeune 
Ecolier ^ dont elle devint amoureufe fans le fa- 
voir , & auquel elle infpira un amour égal. Des- 
homais , c'eft le nom de ce jeune homme , fen- 
tit croître fapaliîon avec l'âge ^ mais le père à qui 
ce mariage ne convenoit pas , s'y prit fi bien, 

3ue Deshomais paffa pour mort dans l'efprit 
* Annette , & Annetce pour morte dans l'efprit 
de Deshomais. Nos deux Amans défefpérés , ré- 
folurent , dès ce moment de fe retirer du monde : 
Deshomais fe fit Jéfuite , & Annette prit l'habit 
du Monaftere dans lequel elle étoit. Un jour 

far hafard, la boëte d or qu'elle avoit, s'ouvrit j 
Aljbeflë apperçut deux portraits qu'elle renfer- 
moit , & poufla un cri de joie , en difant , j'ai 
donc retrouvé le refte d'une fille chérie , & qui 
fans doute n'exifte plus : vous devinez. Madame, 
que cette Abbeffe ctoit la mère d'Emérance. 
Quelques jours après , Deshomais fe trouva. 



444 Madame le Prince de BtAvuonrl 
anilî par hafard dans le même Couvent , y re- 
connur Annette & fe précipira à fes pieds. ÛAb* 
beflfe le trouva fort mauvais , & fignifia à fa pecice 
fille , qu'elle feroic Religieufe : Annette qui ne 
, fongeait plus qu'à fon Amant , répondit qu'elle 
B*y confentiroit Jamais , & redoutant les ^olen- 
ces dont fa Grand'mere la menaçoit ", s'enfuit 
chez le Marquis de Sainville , auquel elle fe fit 
reconnoître , & qui la reçut en père. Annette y 
pafla (ix mois , & difparut tout-d'un-coup , de 
façon que lorfqu*Emcrancc arriva à Turin pour 
la trouver, elle «pprit avec douleur , qn elle n'y 
ctoit plus , & que le Marquis de Sainville étoir 

Î>arti pour Paris. Mais fon chagrin ne fut pas 
ong ; & avant de quitter la Ville dans laquelle 
elle étoit, Lucie lui manda que fon Annette vi^ 
/voit; qu'elle en avoit des nouvelles certaines, 
& qu'en un mot , cette fille chérie , cette An- 
nette étoit la petite Marie qu'elle nvoit retirée 
chez, elle , & quis'ctoit enfuie de chez fon grand- 
pere , parce qu'il vouloir lui faire violer le fer- 
.ment qui Tengageoit à Deshomais , & l'unir à 
«n autre. Jugez, Madame, delà }oie d'Emérance, 
& de celle de Deshomais, qui , par un hafard 
auflî fingulier que ceux dont je viens de vous 
faire part , étant allé à Turin , pour y voir An- 
nette , avoit trouvé Emérance en chemin , & 
lui avoit fervi , fans fe faire connoître ,de corn- 
ïpagnonde voyage. 

A la réception de la lettre de Lucie , ^mc- 
•rance fe met en route avec Deshomais , qui en 
padanc dans un bois , a le bonheur de fauver 
<ia vie au Marquis de Sainville le père, atta- 
qué par des voleurs. Emérance fe fait con 
.noîtreà lui j & le vieux Marquis lui voue tou- 



^ADAM£ Lï PRÏNCÊ DE fisAUMOflT. 44$ 

te l'amiric , toute la tendreflTe qu'il* avoit eue 
pouf {on fils : quelques jours après cet heu- 
reux événement , Annette les rejoint , Se cpouf« 
Deshomaiî; 

Il ne reftoit plus à Emérance , pour Jouir d'uft 
bonheur patfait , que de retrouver fon époux. . 
Le jeune Marquis de Sainville, après avoir été 
jette à fond de. cale , comme je vous i*ai dit, &: 
traité, comme un avanturier ^ après avoir e(fiiyé 
dans les Ifles, tous les maux qu'entraînent à 
leur fuite Tefclavage & la mifcre , trouve 
môy^n <ié «'embarquer pour la France. Dans 
le trajet il cft pris par un Cprfaire qui le conr 
duità ^aroc ,où il cefte en captivité* Les Pères 
de la Rédemption le rachètent & le ramènent a 
Paris, Un hafard le conduit chez Lucie qui dé-* 
couvre /on nom, & le rend à Emérance & à fou 

Î>ere , dans le fèin desquels il pafla les jours 
es plus heureux. . ïçl ett , le précis d'une 
crès-lohgue narration que Madame de Beau-r 
niont nous fait des aventures de M. de Sain- 
ville , & qui , félon moi , n'eft pas la^pli^s inter- 
reflante du Roman. 

Je fuis , &c. 



m*^m 






44^ Madame le Prikce de B£AtJMOKT« 



LETTR E XXVIIL 

Nouvelle V O î c I , Madame » encore un Ronlan , en 
Clarice. forme de lertres. L'Hcroïne élevée pair une 
tante très-riche , vient de la perdre , & fait part 
de fa douleur à fon amie , Lady Hàriote. Elle 
lui peinttout le lugubre qui accompagne ces fortes 
dcvénemens. 

ï> Aflîfe en filence auprès des précieux reftes 
^ de ma tante bien aimée, la confufion qui ré- 
^» gnoit dans le Château, ne fut pas capable de 
»» me diftraire j les gens de Jiiftice , des amis , 
>i des parens éloignes le rempliflToient : les pre- 
» miers mettoient les fceliés partout , fe faifif- 
» foient des clefs , & donnoienc les ordres né- 
j> ceflaires pour hâter l'arrivée de mon père & 
>> du Doyen de Colborn , auquel ma tante avoir 
» confié fon teftament. Les féconds s'effor- 
i> çoient de rappeller mes efprits , & me fai- 
5» foient , pour ainfi-dire , une garde fcentre la 
^> malice des derniers , qui me regardoient avec 
» une forte de fureur , dans la crainte que ma 
» tante ne m'eût avantagée à leurs dépens : car 
» on ne pouvoir fe perfuader qu'elle n'eût pas 
» exclus mon père du nombre de fes fuccefleurs » • 

Clarice n'a jamais vu fon père ni fa mère. Le 
Doyen de Colborn , charge des dernières vo- 
lontés de fa tante , lui apprend que Sir Derby , 
à qui elle doit le jour , eft un libertin , frère de 
fa tante , qu'il a toujours haïe , parce qu'elle 
étoit riche. Ils'étoit marié, & n'avoir eu qu'elle 
d'enfant. Il obiigeoit fa femme à garder fa maî- 
tieûTe chez elle , & à prendre foin des enfang 



Madame le Prince ds Beaumont. 447 

<]u'il en avoir. La bonne tante s*étoit chargée de 
réducation de Clarice. 

Sir-Deibv arrive avec fa femme; on lit le tef- 
rament de la tante qi|i venoit de mourir. £11^ 
fait Ciarice fon héritière , lui défend de lai(fer 

{"ouirfon père de fa fortune ; elle lui permet de 
ui faire ieulement une penfion de cinq cent li- 
vres fterlings , autant à îa mère , fubftituanr fou 
bien à fes enfans û elle en a, & aux pauvres H 
elle n'en a pas. 

Sir Derby paroit réfignc à ce malheur j Ciarice 
fait tout ce qu'elle peut, pour en^pècher fon père 
de fe plaindre; elle augmente fon revenu de {es 
épargnes. Sir Derby feint de fe repentir de fes 
anciens égaremens ; mais le Doyen exhorte Cla* 
rice à s'en défier, n 11 eft défendu , lui dit-il , 
» de juger mal des intentions d'une perfonne ; 
>> & lurtout une fille doit bien f e garder de mal 
» penfer de fon père ; cependant , comme le 
«> pafle a été fi notoirement mal , la prudence 
>» vous oblige à fufpendre votre jugement fur 
>» lepréfent, aulîî-bien que les effufiôns de vo- 
«> tre cœur généreux & crédule, j'ajouterai que 
•n la charité même vous fait une loi de lacir- 
w confpedion que je vous recommande. Quç 
«> Sir Derby foit véritablement réfolu de chan- 
^^ ger de vie , ou qu'il feigne de le vouloir par 
M des motifs d'intérêts , il eft certain dans le 
9» premier cas , qu'il abefoin d'être fortifié par 
M toutes fortes de motifs^à perfévérer dans ces 
99 bonnes réfolutions. Tant qu'il fera forcé de 
» vivre ici , il fera loin de roccafiQn,de fon pé^ 
»> ché ; ne lui fournirez pas les nioyens de s*Qn 
»> rapprocher , en lui remettant un argent comp- 
n tant , qu^ pourroit lui devenir funefte. Que 



44^ Maôame tE Prince ôe BEAuMôiff. 

i9 s'il feint des fentimens qu'il n'a pas , il fod- 
M tiendra quelque tems cette feinte , pour ga- 
M gner votre confiance , & réuflfîr à vous trom- 
n per y vous aurez toujours enlevé ce tems au 
03 crime j & qui fait fi dans cet intervalle , il ne 
j> fera pas touché des douceurs d'une vie hon- 
M nczQ , du plaifir de fe retrouver avec d'hon- 
» nêtes gens , de jouir de leurs careflTes , de leur 
M eftime ? Vous ne rifquez donc rien à faire vio- 
3> lence à votre cœur ; & vous rifqueriez beau* 
^^ coup, fi vous en fuiviez les mouvemens s*. 

Sir Derby engage fa fille à aller dans une au- 
tre maifon , dont elle a hérité de fa tante j elle 
part ; cette maifon a befoin de réparations j on 
choifit ce tems pour faire voir Londres à Claricfet 
Le Doyen meurt prefque fubitement. Lady Hâ- 
riote qui eft avec fon mari en France , où iin 
procès la retient , écrit à fon amie de fe défier 
de fon bon cœur, & lui dit que Mylord fon époui, 
qui connaît Sir Derby , croit qu'il n'y a qu'iin 
miracle qui piriffe le changer. 

« On peut fe contrefaire pendant quelques 
fi jours , quelques femaines , répond Claricé; 
i> mais voici le fixieme mois que je vis avec 
5> Sir Derby ; il n'eft pas probable qu'il eut fu fe 
» contraindre aflez , pour m'échapper entiére- 
3> ment. Ma mère commence à concevoir quèl- 
svque efpérance ; & fi elle a blâmé l'offre <^e 
5> j'ai faite à mon père , c'eft , à ce qu'elle nl'a 
» dit, qu'elle craint que les rriauvailes comp^- 
« gnies ne renverfent les bonnes réfolutions de 
»> fon époux. 11 convient qu'il'a pafle tout ie 
» tems deia jëunefle d'une manière déplorable; 
15 il en gémit i il avoue même qu'il lui en coure 
« quelque chofe , pour fe réduire à l'unifor- 
mité 



Madaxte ib Prince irt Beaumout. 449 

îf9 mité de notre vie j ôrcet aveu eft , ce femble , * 
» unepreuvér de fa finccrité : j'en aii pris droit 
»>" de taire une chofe , dont je ne me lerois ^as 
» cru capable , & qui m'a réufli à fouhait. Après 
f> avoir employé une heure entière à demander 
» le fecours de Dieu , j'ai fuivi mon père dans 
»î le jardin , ( c'étoit le foir du jour où je lui 
M avois offert mon revenu. ) Il s'eft enfoncé dans 
9> une allée ; & aflis fur un banc , il paroiffoit 
» rêver profondément } en forte que j'étois â 
a fes pieds avant qu'il m'eût apperçue. J'em- 
3> bralibis fes genoux avec ardeur j & mes larmes 
» me laiflbientà peine la liberté de lui faire en- 
» tendre ma voix. Oh mon père ! mon cher 
»3 père , me fuis-je écriée , pardonnez à votre 
^>' audacieufe fille , la liberté qu'elle va prendre j 
» permettez-lui de vous ouvrir fon coeur ; il eft 
M furchargé d'un poids qui l'opprime & le tue , 
» déchiré par des devoirs contraires qui lui 
a» font également chers. Mon père avoir paflTc 
» fes bras autour de moi , & s'efforçoit de me * 
»» relever; non, lui dis- je , il faut que ma pof- 
>3 ture , d'accord avec les fentimens du plus 
ï> profond refpedt, expie la liberté de ma langue : 

» mon père me permet-il Tout t'eft per-' 

» mis , chère fille de mon cœur ,m'a-t'il dit; 
i> jeté regarde moins comme moft enfant, que 
» comme une tendre amie qui doit faire le bon- 
w heur de mes dernières années , & dans le (ein 
» de laquelle je répandrai toujours mon cœur 
i> avec confiance ; ne crains pas de m'ouvrir le 
»> tien ; & fois perfuadée que ton bonheur eft 
» le plus cher objet de mes defirs. Encourag'ée 
» par ces marques de bonté , j'ofai lui dire que 
w le refpeft que je devois à la mémoire de ma 
TomeIK f f 



4^0 Madam:^ ib PiiiiYçE OB Bbaumqntv 

M tante , me forçoit malgré moi à une réferve 
»>. qui faifoitmoji tourment. Ah! luidis-je avec 
» ty? jraniport qui j je crois , lui peignoir au 
» . vrai les lentiméns de mon ame : u la fortune 
»>. dont je jouis , étoit le fruit de mes travaux & 
». de mon induftrie, avec quel plaifir viendrois- 
» je la mettre à vos pieds , & recevoir de vous , 
» comme une faveur , les chofes qui me feroient 
« . ncceflàires ! Ma dépendance de vous feroic 
s> mon bonheur; & je ne puis fans eonfufion, 
w me rappeller qu'à mon âge, je fuis tirée de Tor- 
99 dre commun , par la volonté d'une tante à la^» 
M quelle je dois obéir , puifque vous lui aviez 
99, remis toute l'autorité que vous aviez fur moi. 
w. Cette tante étoit vqrtueufe ; pourquoi m'a- 
» t'elle privée du bonheur & du mérite de l'obéifr 
» fance , dont elle connoiflbit li bien le prix ? 

)> Laiffez-moi la liberté d'achever , ajoutai- je , 
» en voyant mon père prêt à m'interrompre. 
»> En réfléchiflant fur tout ce qui s'eft pafle de- 
». puis fix mois que j'ai le bonheur de vivre 
97 fous vos yeux, je crois avoir trouvé la clef de 
». fa conduite. Elle connoiflbit fans doute votre 
» cœur j elle favoit qu'il étoit capable des plus 
99 grandes vertus , & que les écarts dont vous 
3> gémiffcz aduellement , étoient les vices de 
» ceux , avec lefquels de fatales circonftances 
» vous avoient lié. Elle favoit combien il en 
99 coûte pour renoncer à de telles liaifons , qu'une 
99 longue habitude a rendues comme nécefîairçs y 
» & c'étoit pour vous mettre dans Theureufe 
»>. obligation de vous faire cette violence , qu'elle 
» a remis vos intérêts entre mes mains. C'eftun 
»* dépôt dont je dois rendre compte ; & voilà 
ft ce qui caufe mon tourment. Si je fuis les mou- 



Madame le Prince de BEAUMônt. '45 i 
s» vemens de ma tendrefTe , qui me portent i 
s> vous abandonner fans réferve & ma perfonné 
» Se ma fortune , je ne fatisfais point aux in« 
Ta tentions de ma bienfaitrice ;^ par cela feul , je 
s» perds te droit que f avois à fes oienfaits ; ils ne 
J9 m'ajppartiennent plu» j. c'eft un vol , puifqu*ils 
a» ne lont à moi qu a des conditions que je viole ; 
n 8c quels malheurs peuvent ctre la^ fuite dé 
n mon infid^lit^ ! Pourrois*je me confoler y (t 
9i une cendreife mal réglée pouvoir de nouveau 

1» pi édpiter mon père Je n'ai pas le côu- 

9é rage d'achever j mais vous m'entendez j j'en 
9i fiiis fûrô^ i épargnez votre fille y ôc donnez-lui 
1» le moyen 4'accoitapUr fes devoirs. 

9i Comble feÀ révenois toujours à lui dèman- 
fi der pcirdorï de ma hardielfe : vous ne m'avez 
9% point offenfé, me dit- il > ma chère fille; plût 
9t au Ciel qu'on eût toujours employé avec moi , 
9i la douceur & la raifon ; je n'aurois point à rou* 
9% gir en v€>tre préfence ; & vous n'auriez pas 
9» Un jufre fujet ci'appréhender de fuivre les mou- 
1» vemens die votre tendreflfe à mon égard. On 
9f ne coimoi(roit pas mon caraélere j on crut pou- 
9ï voir le réduire par une févérité outrée. Ac- 
>i Coutume à l'exccffive indulgence des feulspa-» 
» rens auxquels je devois du refpeâ, je regardai 
99 l'autorité que ma fœur vouloir i^ùrper fur 
9i moi , comme une tyrannie > fes bonnes în- 
99 tentions qui m'étoient connues , ne peuvent 
9» juftifier le ton qu'elle avoit mis dans fes re- 
9i morttrances j j'étois déterminé à quitter 
99 ma maîtreffe ; la beauté , la vertu de votre 
99 mère m'avoient engagé à faire ce facrificc y 
9» la hauteur avec laquelle ma foeur l'exigea . 
9> ief rades nœuds que j'alloisbrifer ; Jecrus qui! 

Ff ij 



Ayi Madame le Prince de BeaumokIC 

y feroir honteux de céder à fes menaces ^ voill 
>i là four ce funefte de tous mes égaremens : ma 
a maîtreffe aimoit la dépenfe., elle m'excita â 
iy. en faire de telles , que je fus forcé d'engager 
51 mon bien, & bientôt après de le vendre. La 
». dureté de ma fœur qui me laiffa fouf&ir des 
>> extrémités que je ne puis me rappeller fans 
j> frémir , fa dureté , dis-je , acheva de me jet- 
» ter dans le défefpoir. Elle étoft exaûe à rem- 
sj plir les devoirs que la religion prefcric j j en 
tj conclus que la dévotion n'étoit propre qu'à 
ii endurcir le cœur j & cette idée me confirma: 
» toutes celles qu on m'avoit infinuées dans ma: 
j> jeunefle , contre la religion. Mon époufe de- 
» vint l'objet de mon averfion , parce que j*attri- 
ii buai à fes plaintes la hauteur & la dureté de 
» ma fœur. Ces difpofitions ont fubfifté jufqu'au. 
n moment qui vous offrira ma vue} j'étois, ce 
53 femble , déterminé à vous confondre avec les 
j> objets de ma haine j mon cœur fe refufa à cet 
» odieux projet j je crus démêler en vous des 
» fentimens très - oppofés à ceux qui avoient 
3> produit mon éloignement des perfonnes qui 
j> dévoient m'être cïieres y la bonne grâce avec- 
>> laquelle vous me laillates le maître de tout: 
99 ce qui vous avoir été donné à mon préjudice , 
» effaça rimpxeffion du dégoût qu'on a natu- 
99 tellement pour les ravifleurs de fon bien; je 
»' crus que j'en ferois toujours le maître, tant 
» qu'il refteroit à la difpofition d'une fille Ci bien 
f> née ; votre conduite n'a pas démenti l'idée que 
99 je m'étois faite de votre tendrefle à mon égard, 
99 Vous avez payé mes dettes , pourvu à mes be- 
» foins avec plus d'abondance , que je ne l'eufle- 
. f» fait moi-mcme^ mais , ma chère eiuiani > il efte 



MaoXmê ib PâmciB OT RhauVcoot; \$^ 

.i> dur à mon âge de vivre dans là dépendance : 
w là mienne eft fupportable ; tant qu'elle heferà 
» qu'à votre cgard; vôtre refpeft , votre tendreHèi 
3» en ôtent ce qu'il y a de plus pénible. Cepen- 
» dant je ne puis être tranquille 5 vous êtes dans 
a> un âge où l'on doit penfei: à un établiflêment^ 
»> & jô ne puis fupporter l'idée de dépendre d'ua 
» gendre. Qui fait fi votre générolîté à mon 
99 égard ne blefleroit point un époux qui penfè- 
« roit moins noblement que vous ? Qui fait fî 
5> vous ne feriêz^point forcée d'abandonner lei 
» intérêts d'un père , ou d'aliéner le cœur d'un 
^ époux ? Et pourfois-^Je^dànçces deux cas , ne 
> «le pa^ regarder comme le plus mallieureux 
•»> de tous les nommes? Je fais qu'avec ta penfion 
*3> qtie votre tante vous a permis de nous faire', 
^ nous^ pouvons vivre avec une forte d'aifânce J 
r» mais je le dirai avec confiance à mon amie j il 
j^ iôft uâ fupèrâu que l'habitude a changé en né^ 
9» ceffàire j & je ne me fens pas ie courage d'-J^ 
j» renoncer fans peine. Je hais la campagiie j j*y 
» ferois bientôt 'confumé d'ennui , h f enviia- 
M geoisla néceÔité d'y -demeurer toujours j quet 
» ques vmdisî paffés à Londres feroient une dl- 
3> .verfiioin'^ifôrôlôrigeroit' ma- vie j c^éft à m'a 
3> chereenrant a en fixer la durée , par dés'arrari- 
* getnens qui mé feront un état fixe , & un peu 
j» plusagréable,qûecefuîdont je fuis menacé. 

>> Vont réglerez vous-même ce que vous croî- 
»> tez néceffaite à vofrè bonheur ,dis-jei mon 
« pece , en baifàllt téfp'eétuéufement fa maili 
^ c^u'il m'avoit pccfenté^. Je n'ai point de goût 
*> préfenten^ont pour fe mariage j & fi on poif^ 
•» voit répondre defes réfolutions , j'oferois voià 
n promettre que je bomè- mon bonheur à vivre 
V avec vous »?• • f f iij 



Sk Perby va fouvent à Londres : an jour il 
apnoqcç |l fa fille ^ fous le nom (du Skftor de 
Ajoijtglve , un jeune homme qu*il duçtr§ un 
Seigneur Italien très-riche , qui lui ^ été rer 
cointnandé par fon père. Le jeune homme 
pjsyieot amoureux de Clarice , qui fe fenc 
bout Ui Quelqu'eftime ^ & on parvient hienr 
jôt ,i Ie$ difpoïer au mariage. 
[^ YP'WnVeznùUe expérience, lui dit à œ^ôjéc 
^ jfon^MetadyHaxioteî&vousnefaVe^pasçQnv^ 
jf^ bien il on couteppur dire lapremierç fais f:egro8 
» mot : j'aime. Frauph^ ^cpmme vpiis êtes ,-m>u« 
P, n^n aurons paç Tétrenne j fi Mpntf Ive vous 
9> plaît , vous le lui direz aufii franchemenf^^ue 
V Ypiuç k diriez 4 yne de vos amies* V^«^ tfaur 
jj i:ez jamais Tef^rit de m^naud^r , de vous car 
^3 cher le vifage de votre vpij$ , ennn mot ^ de 
WTaire. toutesi les petites. »tiagr4€$ ^ 4aiis ie£r 
}i quelles Qnf;ait cpnfifteg XhùRïï^m d*ime» fiUe> 
^: quoique perfonne n'en foif la dupe. Oà veut 
i> OU 0n ne veut pas éppufei: i^i jbtotmpi?* Si oa 
il ne. le visut pas , il eft tout fim'f^e dft le lui dii» 
jf d'abord iàns Tamuier ; fi on te veut , on ne 
jv.dpît paj5 le tenir un moçieiiç ^riV^pens» & 
ji> lui iaiÂTet croire q^'on a quelque? cbofe à lui 
w i^crîfie^: , quetqft'ipçlin^tipiîçà «fracàer» . , 
.23 Mpn mari veuji^bi^^m^l que jii:YOttsraC0nttf 
» la bejÛl^ riponfe quie j> lui fi$ > quand on n»ç le 
P D^^ér^Ata comme vm kpi^n^ç qui afpitpit au 
9j> c^nheurouaug^gnon4^dQv^nirfiQO£képo«x:) 
p car en vçrité j.c'e^ ^ne torçéùè ^e b «nar 
j^ riag^ ^ 2c, il y a be^u^up pluâ de mauvais bit 
i\i0:f que de lots. JLL pç^Qeiiaque je lui répondi&t 
f J^]^ naipaâ Tboç^fieiir de vous jcoiinoi- 
g^^ixej ?iuw jiemeftfirçift^vA j^vouîidifw 



Madami ic Princb'de BsAtmoMr. 4^5 

» faurai pour vousl'eftime , le refped & ramour 
99 qu'une bonne femme doit à fon maiL Je ne 
^ mettrai point dobftacleàcès feotimens, s'ils 
9> veulent venir ; c'eft à vous â prendre Ift peiné 4é 
99 les faire naître, & a vous bien examiner , pour 
» connoître fi vous avez en vous de quoi les pro- 
^ duire. Je vous eftimerai fi vous êtes eftimabU; 
n je vous refpederai , fi vous êtes plus vertueux 
9> que moi; je vous aimerai, fi vous n'avez poiac 
99 d'autres défauts , que ceux qu'annonce votre 
» phyfionomie. Au refte , l'examen que je vous 
» prie de faire de vos difpofitions , eft dlenticl 
9> pour moi au(S*bien que pour vous. Si l'on 
»> m'avoit trompée fur votre caradere > vous n^e 
ai rendriez miferable ; mais nous ferions à deux 
» de jeu* Je fuis infupportable à tout ce que ^e 
t> n'aime oas > je vous en avertis à ^tems j aye? 
» la bonté de vous régler U-deirus»» 

Telles étoient les difpofitions de Lady Harsote 
à, l'égard de fon Amant j voici ce qui arriva après 
fon mariage. » On m'a dit qu'il faudroitle 
»• refpeéker , hii obéir; ces deux devoirs me pa- 
9» rôiiTent incompatibles avec l'amour qui eft 
». toujours bleffé de la moindre inégalité. Je ne 
99 fais fi ta faeacité de Milord l'a mis au fait de 
»» mes difpofitions ; ce qu'il y a de fur , c'eft qu'if 
»»s'eft comporté comme s'il les avoit connues. U 
99 a ténfH i me cacher le maître , le chef : je n'ai 
99 vu que l'Amant ; & cette foumiflîon que je lut 
» aurois difputéepied à pied, s'il l'avoit exigée» 
à> ne m'a lien coûté , parce qu'elle étbit volonf 
•> taire ) il "i® femWoit que c'étoit un préfehc 
à> quejé lui faifois j&oneft flatté de pouvoir 
i> donner j c'eft le plus nâDblo de tous les rôles » 
i» A^.qui pmte avec lui ui^.faûsfaâion qui a^ 

F f iv* 



$yS Madame le Pkince de BEAUMolrt. 

99 peut recevoir d'augmentation ^ que parleplaî* 

»> nr que JCaufe le don à celui qui le reçoit »>• . 

De fon côté , Clarice ne fait fi elle aime Mon- 
talve j elle a peu d'expérience y elle confulte fon 
amie fur les lentimens qu elle éprouve. » Je vais 
9» vous expliquer , dit-elle , ma fituacion , & vous 
9» prier de décider. Je vois Montalveavec plai-* 
9» nr j je le quitte fans peine. Je ne m'ennuie 
» point avec lui y je ne fens point qu'il me man- 
» que lorfqu'il eft abfent. Je dors mes fept heu* 
» res fans interruption j & il n'eft point mclé 
»> dans mes fonges. Il ne me donne aucune dif- 
» traâion dans mes prières y ni même dans mes 
9» leAures. Je ferois véritablement fâchée qu'il 
» lui arrivât quelque chofe de fâcheuse > je le 
a» -vetrois porter £qs vœux à une autre , fans in- 
-^ quiétude. J'obéirai fans répugnance à .mes 
M parens , s'ils m'ordonnent de i'époufer j je leur 
s» obéïrois fans chagrin , s'ils me defendoient de 
^» penfer à lui. £ft-ce-là de l'amour ? non , répon- 
«w -dez-vou^ avec dépit j mais vous nous trompez , 
y ou vous vous trompez vous-même. Le fécond 
'«-•pourroit arriver i mais aifurément je ne vous 
•» trompe pas»>. 

; Montalve ne demande des biens de Clarice » 
que cinquante mille livres fterlings » qui font fur 
la banque de Gênes. 11 abandonne le rêfte àSif 
Derby , n'en voulant rien qu'après fa mort. Au 
•moment où ce mariage doit le faire , Banni , 
feipme-de-chambre de Clarice , dit à fa mai- 
•orefTe, qu'elle vient de recevoir mie lettre qu'on 
ra chargée de lui faire lire avant la célébration. 
ClariceTouvre j elle eft de Miftriss Colshy , la 
oïiaitreflè de fon père. Elle lui demande, pardon i 
^preflée par fes remords , elle lui avoue qoe-Moi»: 



Madame tt Prikcë.di Biaumckt. 4J7 

tàlve eft un de fes enfans c|u elle a eus fans doute 
de Sir Derby j qu'il ctoxt Moine en France; 
qu'il eft venu en Angleterre , & que Sir Derby a 
.imaginé le rôle qu'il lui fait jouer , pour s'em- 
. parer d'une partie des biens ae fa fille. Clarice 
confondue à cette nouvelle , chafle Montalve qui 
fe préfente j fon père veut la forcer à fe ma- 
rier i il la bat y Montalve l'appaife ; Sir Derby 
enferme fa fille dans une chambre écartée , d'où 
fes cris ne peuvent être entendus. 

Elle fe fauve par une cheminée , franchit des 
toits & des tpurs , active dans la campagne. Elle 
;apperçoit un homme avec une épée fous fon 
bras j elle le prend pour un voleur j elle veut lui 
donner fa bourfej il la refufe , & lui offre fes 
fecours en mauvais Anglois j elle le reconnoît 
pour un François. >» Je navois point .encore fait 
*> attention dit-elle , à l'habit de celui qui me 
» parloit. Qu'il étoit difcordant avec fa ngurç .! 
9i Xa poudre dont il étoit rempli , m'apprit xjuo 
» je parlois à un Perruquier j & maigre les im- 
j> portantes penfées qui dévoient m'occuper , je 
» ne pus m'empèchsr d'avoir une diftraftion. 
f> Quelle doit être la pqlitefTe d'un François qui 
>> a quelque naiflance , puifque j'en trouve tant 
w dans un homme de cette daffe ? Vous n'oblL- 
j» gérez point une ingrate , lui disje j je fuis en 
^ état de faire votre fortune j je vous la promets; 
a auflî-bien paroiffez-vous né pour un état plus 
%9 relevé que le vôtreé Ces paroles firent rougir 
w prodigieufement le jeune homme. Je ferois 
>> bien malheureux, me dit-il , fi je pouvois être 
>» foupçonné de vues bafles & intcrefféesdans 
n le petit fervice que je vous rends j je fuis pau^ 
^ vie; je l'avoue ; mais ma pauvreté n'eft point 



^5 S MadamÎi le Prince de BEAùicôfnrr 

^ à charge , quoique j*aie i rougir de fa canfe ;i 
99 quant à ma profedioit , qui eft , â la vérité. 
Si affez nouvelle pour moi , elle me réhabilite 
99 dans ma propre eftime , puifqne c'eA le defir 
99 d'accomplir un devoir , qui m'y retient n. CU- 
rice accepte fon bras ^ il la mené chez ton maître,. 
& la place dans fa chambre où perfonne »'eiitrer 

Le jour vient} elle entend dans la rue la voix 
de Sir Derby , qjii demande fi Ion n*a point va 
pafler une jeune perfonne qu'il dépeint ^ il oftè 
cens guinées à celui qui lui en donnera des nou« 
velles. Clarice tremble que la fomme ne tente 
Chevalier j c*eft le nom du jettue Perruquier y 
.mais perfonne ne Ta vue que lui ; il ne ta trahie 
point; une femme qu'elle a rencontrce,règt:ette At 
n'avoir pas fçu cela plutôt , & dit que celle qa'ette 
« vue a pris le chemin de Londres j Sir Derby le 
prend auffitôt. Chevalier viefit raflurer Clarice y 
elle lui raconte fon hiftoire; elle ne veutpcrirtt 
chercher à fè juftifier aux dépèhs de fott J>eré J 
elle envoyé le jeune homme au Château ; il lui 
apprend que fa mère eft partie avec Mentalité ; 
que Fanni eft arrêtée pour vol ; que Sit I>èrby 
âccufe fa femme & fa fille d'avoir votilu Teta- 
poifonner ; il fait mettra dans les papiers puUies 
Cette accufarioti qui n'eft point ctue j mais Oa- 
f ice fent la néceffité dé fxÀt ; dlè a befoin d*u« 
condufteur ; ce conduélèut doit être fbh mirL 

M. j&éker , Prêtre Carhôliauetju'elleconfulte, 
TafFermit dans ce Jellein j CmValîer eft répdut 
& le guide qu'elle choifit ; elte fait qu*il eft If 
Baron d'Aftie , îî6mm6 de t^uaHté , tres-^pàuVre ; 
^u'un malhetit de jeunelfe a égaré , qtlé le re- 
mords a converti , & qulfe ttimve dans rhuthi- 
liation pat des cirebttftaiitcsjil |>att aVec Oa« 



tîce au moment qu'on doit venir faire une vi^ 
£te dans la maifon du Perruquier ; ils vont che:^ 
la mece de M. Béker , â laquelle ils font recom- 
mandés ^ elle xiye&ptSyils prennent une voimre 
boarfe rendre ^hess un Fermier qui étoit tuteur 
oe.Clarice ; on lés reconnoit daiisun Village ; 
un homme veut gagner le prix promis par Stt 
Derby à celui qui Ta ramènera. Clarice fe dé- 
guife en homme , 8c s'échappe à pied ; (ts dia- 
itians éroient dans fa chaife , caches dans la dou- 
blure j en chemin ils rencontrent trois hommes â 
^ui ils font autant de peur qu'ils leur en font î 
ce font des Déferteucis rrançois , un Capitaine dé 
vaiiTean , un Lieutenant , un Chirui^ien fait^ 
IMriibnniers avant la déclaration de guerre ; il^ 
ne croyent point leur honneur engagé à refter ; 
îlsiéfont échappés j le Baron leur dit qu'il Teft 
aoffi y de même que fon compagiion , qui eft 
Clarice , vêtue en homme j ils marchent dé com* 
pognie toute la nuit ^ au point du |ôur ils fe ca^ 
client dans des taittid ^Clarice , qui faitrànglois i 
eft -détachée dans un Villagepfbcbaih , pour aller 
•'informer de la route. »> Tout le monde étoit 
3^ plefque forti do Village , parce que c'étoit le 
n tems de la moififon j j'entrai dans une aiTez 
» bonne Ferme, où je rirouvai un bon vieillard 
» aveugle , qui , devant la porte d'une cuifine^ 
n dherchoit a recevoir les premiers^ rayons du 
f% fcfleil i une fervanre étoit à quelques pas de lui , 
#» occupée à donner* à manger aux potrfes. Dieu 
39 vousbénifle, mon bJk père, lui di^je; Dieu 
•» vous bénilfe , ma iUe, répondit le vieillard, 
jt Aces mors qui me firent tranfir , la fervante 
n et un grand éclat de rire. Vous vous y con-* 
n Qoiilfs» dit' elle atf tieiilard j fi toutes les filles 



4(Î0 MA&AMi LE PrWCB 0t BcAUMOKt? . 

>* reflembloient à ce Jeune garçon , il y anroît 
)) prefTe. Garçon od nlle , cUc le vieillard , ma 
:>> bénédiâion n'efl: pas perdue^ il eft vrai <]ue 
j>y c'eft la voix d une fille j y a-|'il quelque chofe 
yy pour votre ferviee , mp» enfant. J*allois: à 
. » Briftol , lui rcpondis-je j je me fuis égarée j j'ai 
» marché toute la nuit »>• :.^' 

Clarice fait là des proviÇons, achette un chcb- 
val , Se revient joindre fes compagnons. Us" fe 
doutent de fonfexe> en avectifTent le Baron , 8c 
lui promettent de le tirer d'Angleterre. Quel- 

3ues jours après , des Chalfeurs paffent dans Te»» 
roitoù ils fe font cachée j. leurs chiens les dé-r 
couvrent ;on les arrête j on le^ conduit .en prir 
fpnjles Déferteurs trouvent lefecretd'ea fort» 
avecClarice&leBtaron. : - 

Après bien des aventures, ils arrivent i Boc* 
deaux *, là, Clarice ajoute à foa mariage les céré^ 
jnonies qui lui manquoient ; elle vieut enfoitO 
chez fa Belle-mere qui k reçoit bien \ elle n -avQk 
que quinze louis de revenu j les bijoux do' 
Clarice lui font une fomme de mille iôuis i fa 
mère amenée en France par Montalve , eft che» 
Lady Haripte. Le Lord eft allé à Londres pouc 
arranger fes affaires j il retrouve la ehaife ouToa 
avoir laiflc les bijoux , & les emporte > il trouve 
auffi un Secrétaire de Lady Derby > où il y avpifc 
une fomme confidérable j il en retire une du Eec» 
mier j il arrange les affaires avec Sir Derby y ou 
lui laiffe la jouiffance du bien de fa fille tant qu il 
vivra j on découvre quil ^yoit falfîfié le teftar 
ment j on fait reftituer au Notaire unie gcpÛe 
fomme qu'il avoir reçue pour cette friponnerieii 
5ir Derby renvoie à fa fill^ fes bijoux & fe$ ^hai> 
desj elle fç trouve enfin vingt-cinq mille Uv^e^i 



Madame ie Prince de Bêaum ôkt. 4^1* 
At fente ; elle pa(Ie fa vie dans le Village de fa 
Belle-mere , à faire de bonnes œuvres , & rend 
heureux tous ceux qui les entourent. 
• Les malheurs de Clarice doivent rendre natu- 
rellement fon ftile férieux ; il n'en eft pas de mê- 
me de fon heureufe amie Lady Hariote ^^ aulfi 
feskttres fe reflentent-elles' de cette gaîté cjûi 
accompagne prefque toujours le bonheur. Voici 
comme elle peint l'amour qu'elle fent pour fon 
époux. » Si aimer fon mari eft une foiblefle , en 
a vérité la mienne fera pardonnable. Je ne fais 
»> pourquoi je mets cet amour au futur j il ne 
931 faut pas qu'une mauvaife honte m'engage i 
j>- tromper ma Clarice : cet amour eft tout venu. 
79 » Je- vous jure que c'eft une chofe amufante d'ai- 
» îmer fon mari y je ne l'eufle jamais foupçonnc. 
j>- Ah ! vraiment c'eft bien cela qui empêche de 
n s'endormir. Milord eft forcé de diner en ville ; 
u'Hatiote qui avoit fort bon appétit, n'a plus 
>* d'impatience pour le diner j eft-elle à table? 
»: malheur aux Cui(iniers , au laquais : ceci eft 
ïj trop doux y l'autre plat eft trop faléj la viande 
» eft durej la falade eft trop longue j le deflfert 
» mal choifi ; les laquais ne devinent pas quand 
5>-onafoif i frappe-t'on une douzaine' ou deux' 
9y Ûe coups à la porte , de ce ton qui annonce une " 
sîT. perfonne de conféquence? Milady jette fa fer- 
M viette , renverfe tout ce qui fe trouvé à fon 
jj. paflage , & en deux enjambées , travetfe la 
>r falle à manger , pour voir par la fenctre , fi ce 
99 n'eft point Ion cher & féal , qui a trouvé quel- 
>> que prétexte , pour quitter quelques minutes 
>9-plurÔL , un diner où il y avoit bonne compa-- 
»»; gnie, mais qui lui paroifïbit ennuyeufe , parce 
•• qu'il n'y voyoit point l'objet de fes afFedtions. ' 



4^1 MAOi^ME LB PniNCE X>B BkàUUOHT^ 

s> Eft-ce lui ? le vifage s*épanouit ; on ouvre U 
» perce; l'appécit revient; ondinefur nouveau 
» frais. S*eft-on trompé ? on revient triftement. 
j> à fa place ; on fait deflfervir ; le vifage s-allon- 
» ge ; les vapeurs arrivent ; on prend la. réfola^ 
9> tien de bouder Milord ; on la tient deux mir 
» nutes y &c puis fa préfence fait tout oublier. Je 
M ne finirois pas , h je voulois vous détaillef \z 
9> diverfité qu'un peu d'amour met dans la vie> 
fy peut-être auffî eft-ce la nouveauté de ces mavt^ 
9> vemens, qui m'amufe , & qa*un peu d'habicude 
» émouiïera les plaifirs qu'ils me procurônt ^ en 
j> ce cas, une femme d'efprit , comme^^moî ^ne- 
» peut manquer de retlburce ; jeprieirai Mi- 
» lord de me donner un peu de jaloufie ; & s'il 
» n'a pas cette complaifance pour moi » je pren«» 
n drai la peine de le cendre jaloux y concevez-^ 
9i. vous quelle variété cela mettra dans notre vie î 
9i Oh ! je le répète , |e ne crains pas le fomnaieil »u 
Tandis que jLady Hariote s'égaye ainfi iucibn 
ajEnour » voici ce que la^ £srieufe & philofopke 
Clarice lui prêche fur les devoirs des femmes* 
n L'abandon à la Providence devroit erre la Tei-« 
9% tu de toutes les pc^ fonnes de nocre fexe. Ek^ 
»>. vées dan&b fein d'une famille,. où pour Foc^ 
M dixuire nousfomm^s chéries , il faut s'y 2sAr 
» cher pour pa0er fous un joi^ étranger , fans 
». pouvoir prévoir notre fort. Les hommes tt'onc 
» pas honte de defcendre j^fqU'à l'artifice, pour 
9> tromper une pauvre viâime qui leur facrifie 
>^ tout ce quiluieft cher , âcluifom: pa^er,le 
» reftede (a vie ,1a contrainte où ils fe font te« 
» nua pendant quelque mois. Je fuis même per^ 
», fuadée que les hommes les plus raifonnahles 
» ont de mauvais quacts-d'heuces^dom il faut dér 



Madami lb Prince db Beaumqkt. ^gf 

« yerer l'ennui. Je vous aflTurequej'eufle cfaoifi 

99 la vocation à la vie Religieufe , u Dieu m'ea 

9? avoic hïdCé le choix : j'ai lu quelque parc , que 

99 Cl o^ faifoit un noviciat dans le mariage , il 

99 y aiuoit peu de profe(Ies y c'eft pourtant Tétac 

.n où Oieu veut le plus grand nombre j Se nous 

n devon$ prendre d'abord de bonnes mefures , 

99 pour alléger notre fardeau. Votre époux pafle 

99 pour çtre Iç plqs hpnnèi:e homme du monde ; 

99 mais oi| dit qu'il eft de fon pays , & qu'il ne 

»> dément point le proverbe , Fier comme un 

>» Ecojfois. Je vous Tavoue , de tous les défauts 

^ c eft celui que JQ fupporcerois le plus volontiers 

99 dansunm^ri ; parce qu'on en peut tirer parti 

99 dans quantité d'occaûons , & qu'il n'y a rien 

V de plus aifé , que de s'eo mettre â couvert. II 

?? ny 4 qu'à refpeéler celui qui en eft atteint; 

99 Je fais que ce mot vous a toujours révoltée : 

» aimer fon mari , palTe , m'avez-vous dit fou- 

99 vent ) mais de quel droit ces impérieufes créa* 

•> tuce^ voudroient- elles nous réduire à un avi- 

f> liflement qui révolte. Non, pa chère amie^ 

%9 la fpunûflîon à un époux n'aviliroit pas la pre- 

t» miere de toutes les femmes : ce refpeft, cette 

^ fQumiflion font de droit divin j & nous devons 

99 être iure$ que plus nou$ ferons fidelles à rem-^ 

9> pUr nos devoirs à cet égatd , & plus nous pour** 

f> rons efpérer d'être refpeftées à notre tour. 

99 N'avez-vous pa3 fait une remarque qui ne m*a 

»> pas échappé ? J'ai peu vu de mariages où l'é^ 

3> poux , entraîné par la coutume , ne donnât la 

ti droite à la future , en la conduifant à l'Autel. 

M Cette marque de refpeâ: n'eft plus de faifon} 

•» le Prêtre remet les chofes dans l'ordre , &c aver* 

99 tip l'époufe des difpoiitiQns dans lefquçUes 



4^4 Madame le Prince de Beaumomt/ 

s» elle doit entrer , en b faifanc mettre a la gan^ 

che de fon époax »• 

L'hiftoire du Baron d'Âftie , mari de Clafice i 
forme mi épifode qui termine le Roman. Le père 
de fa mère croit pauvre. Celle-ci avoir fait un ncfae 
mariage y fon époux étant nK)rt , rintendant fit 
mi procès poor des fommes prér^idaes avancées. 
La Baronne d'Aftie perd ce procès : ilntêndant 
lui propofe de marier fon fib avec Rofette fa fille; 
la Baronne rejette avec dédain cette alliance. 
Quand fon fils eft en âge de choifir on état , elle 
Tenyoie à Bordeaux cl^ un Avocat y en chemin 
il rencontre Rofette , qu'il amené en Ai^eterre ; 
:qvrès bien des excroqueries , elle Tabanïlonne ; 
enfnite il en reçoit cette lettre : 

» J*ai pitié de ton erreur , mon pauvre Baron; 
s> & je veux re prouver que m n'as pas aime une 
» ingrate , en te donnant les moyens de m'cor 
» blier y car ta folle paffion poorroir te pester 
» a des extrémités dont je ferois fadiée. Je te 
» jure, mon rrès-chet , que je ne t'ai pas trcHn- 
a> pé qoand je t'ai ditqœ je t'aimois ; &ta peoi 
a» te vanter d'avoir fixé ma légèreté pendant trois 
» grandes femaines y après ce rems , fuffixjaée 
» par la violence de tes beaux feiitimens , je me 
» fois e£>rcée , par pure générofité , de te d^ui- 
» fer le changement des miens ;f ai footenuaflèx 
a» long-tems la gageure y pour me croire quitte 
» envers toi : mais en vérité , j'étois excédée ; 
» & je ferois morte d'ennui , malgré les entr'ac 
» tes que j'ai fu ménager, fi j avois voula fein* 
» dre plus long-tems. Si qu^que chofe peut te 
» combler > c'eft que ceux'qui m'ont aimée avant 
» toi , n'ont pas été fi bien traités , & que ceor 
m .qoitefuccederont , ne doivent pas s'attendre 



Madamr le Prince de Beaumont. 4^$ 

1» à une celle complaifance de ma part. Retourne 
»> planter tes choux , mon enfant ; c'eft la feule 
j> chofe dont je te crois capable. Si je t'euflfe cru 
»> homme à furmonter les ridicules préjugés , 
M j'eufle pu t'employer utilement pous nos in- 
9> térèts communs ^ mais que faire d'un homme 
y» d'une probité gauloife , qui n a pas Tefprit de 
M comprendre que tout doit céder à la néceffité 
9} de jouir des agrémens de la vie , & que tour 
« ce qui peut les procurer eft légitime. Adieu', 
n mon très-cher > crois , fur ma parole , que tu 
f> ne feras jamais qu'un fot ». 

Rofette avoit eu la précaution d'écarter fon 
Amant , 6ç de démeubler l'appartement pendant 
Ion abfence j le loyer ctoit du j il y avoit d'autres 
créanciersj le B^ron fut conduit en prifonj il mon- 
tra le françois à un prifonnier qui écoit arrêté 
pour les dettes de fa femme. Ce prifonnier exi- 
geoitun rabaiVj puifqu'on neTavcût pas confulté 
en faifautçrédK>en attendant il vivait tranquille 
daps faprifon. Cette reffour ce fourniclavieau Ba-» 
ron. L'Anglais qu'il inftruifoit avoit unefiUe qui le 
venoit voir fguvent > le Baron la frifa quelque- 
fois y RofettQ l'avoit inftruit fur la parure ^ il 
réu(fit. Un parent du prifonnier , Perruquier de 
profeflîon , répondit pour le Baron & l'enmena 
<;he5s lai jUl y fiç connoilfance avec M. Béker ; ce 
bon Prêtre lui fit ouvrir les yeux fur fes défor- 
dr es j 8t l'engagea à écrire à fa mère , qui lui par- 
donna. 

. Lç refte du Roman ne contient que la def^ 
cription des amufeRiens de Clarice à la cam-i 
pagne. Sa mère & fon amie Lady Hariote 
yiennenr la voir j & la correfpondance iinit. 

On voit que l'Auteur s'elt . réfervé la facilité 
Tomeir. G g 



4tf(j Madame le Prince de Beaui^ont. 
d'allonger cette hiftoire } on eft curieux de revoir 
Clarice en poireflîon de {es biens 5 il fera très- 
aifé de faire encore quelques volumes. 

Les lettres de Madame du Montier à fa fille j 
quoique publiées fous le nom de Madame le 
Prihce de Beaumont , ne font point d'elle. Elle n a 
fait que les retoucher , & y a peut-être ajouté 
quelques réflexions. Les Libraires de Lyon les 
ont d'abord imprimées en un volume j & le Ro- 
irfan n'étoit point achevé. Madame de , Beau- 
mont en retouchant l'Ouvrage, a donné une 
fin au Roman ; & les mêmes Libraires , en le pu- 
bliant en deux volumes , l'ont orné du nom de 
cette dame. Voilà ce qui a fait mettre ce livre au 
nombre de fes produdtions littéraires. 

A l'égard de fon Journal ,fous le titre àejiour 
veau magasin français j ou Bibliothèque injlruclivej 
on doit le regarder comme un recueil fait oar 
plufieurs mains , & dont le fonàs-ne conufte 
qu'en extraits , notices de livres , nouvelles? , 
.contes , hiftoires , diflTertations , &c. que di- 
verfes perfonnes fourniflbient à Madame de 
Beaumont. On peut donc réduire fes principaux 
Ouvrages à ceux dont je viens de vous entrete- 
nir , parmi lefquels il y en a plufieurs 'qui ont 
attiré l'attention du public. On a furtout admiré 
avec quel art elle fait fe mettre à la portée des 
enfans qu'elle inftruit j fans dégoûter les per- 
fonnes raifonnabies. Ses livres de moraJe ren- 
ferment d'excellentes leçons j on n^ peut 
trop louer l'adreffe de l'Auteur à déguifer le fé- 
rieux de l'inftruûion , fous Tes agrcmens de la 
fable & de l'hiftoire , & fon talent à fixer Tefprit 
des jeunes gens , par l'air firnple , naturel y in- 
finuant de fon ftile. 
Je fuis , &€. 



Madame du Bocage. 4^7 

immÊÊÈmmÊmÊm ÊmÊÊÊÊmÊÊÊmÊÊmÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊmmÊÊÊÊiÊÊÊÊaÊmÊÊÊÊÊmÊmm 

LETTRE XXIX, 

J L y a , Madame , plus de vingt-deux ans , que . pocae/ 
Madame du Bocage , par un Pocme 'coiiroriné 
a Rouen , fa patrie , fit briller les premières étin- 
celles de ce feu poétique , qui devoir la rendre 
un jour rémule d'Hontere 6c de Milron. Plus 
curieufç de connoître fes écrits , que les diverfes 
circonftanceS de fa vie , vous n'attendez de moi 
aucun détail ni fur farfamille, qui fe nomme le Pa- ^ 
ge» & elle Marie- Anne ^^iiifur fon mariage fait en 
Norntandie avec M. Jofephdu Bocage ^ qui pof- 
fédpiç une Charge dans la Finance , & dont elle 
cft, veuve depuis deux ans; Un égal anK>ur pour 
lôsjettres , une parfaite conformité de çaradere , 
une fortune aifée,& des amis choifîs firent la dou- 
ceur de leur union , & Tagrémelit de leur fociété. 
Paris étoit leur féjourordinaire, & l'étude, leur 
principale occupation. Nous avons un Recueil 
de quelques Pièces tr:iduites de TAnglois , par 
M. du Bocage -, & Madame fon époufe nous a 
donné; trois volumes, d'<E4ivres diverfes , dont 
je' vais vous entretenir. Je commence par le P^z- 
radis terrejlre j Pocme en fix chants , qui eft 
moins une tradudion , qu'une imitation libre te Pa* 
<lu célèbre Milton y &c c'çft fur ce tpn que Ma- radi» tcr- 
dame'du Bocage nous Tannonce. ,. reftrc. 

?> Entraînée par le defir de plaire à ma nation , 
» en me 'Conformant à fon goût , je ne crains 
aï point Te reproche que me teront les Anglois , 
»» furies changemens que jofe faire à un Pocme 
» qu'ils ont en vénération . ; 



^ét Mada^Te du Bocacb. 

yy J'abrège beaucoup le récit du combat des 
3> Anges , dont les peintures me paroilTent trop 
» fortes , pour être rendues par mes foibles 
» craïons, & crois pouvoir retrancher , comme 
3> étraïigeres au fujet , les comparaifons prifes 
»> de la £able , les |euxxtes. diables dans les eth- 
99 (e^$ ,. placeurs :autres morceaux, qu'il feroic 
9i ini^ûl^ de détailler. ... 

» Lq Pocte Anglois crut , avec raifon , pou- 
9» voir f^iûdre des couheur« les plus vives , les 
v feux purs d'Adam Se d'Eve. J'ai tâché d'imiter 
»> ki /implicite ejcpreâive de ibn coloris , en re* 
3i ^préfentant la nature dans ces heureux rems , 
»* où les mots d'art & id'iwdécencê étoient in- 
» ooquuç w. 

Madiinie du Bocage voulapr imiter ^ non 
traduire ^a reiTerré dans fix4:hants via matière des 
dopze livjre^ qui fervent de. diviflon au Poëme 
de Mikon. Elle s'eft fervie de plufieurs' images 
du Poète Anglois ^ mais ^ile les a placées dif- 
fcremYneuti vous les trouverez difperfées dans 
la tra,dïidiipn. Voyons d'abca:d comment elle dé- 
crit Je Paradis Terreftte. 

Dans les càamps oh TEuphrate , éloigné de (k fburce , 

Abatidoiinc k TigFc & le joint dans fa courfc , 

Se préfclit€nt d'Eden les jardins ctichantés : 

ïÀ , d*un premier Printcms tout ioffrc les beautés : 

Des -Cèdres, des Palmiers élevés jufqu'aux nues , 

De ce féjour charmant forment les avenues. 

Sur lor & les faphirs ferpentent les ruifTcaux 5 

Et dans les pré? naiflans bondiffçnt les troupeaux : 

Aux ajprpches du loup lagncau paroit fans cï^intç^ 

Le lion eft docile & le renard £ans feinte 5 



AJadame 0u Bocàgs. 4fy 

Les arbres en tout tems , pleins de fruits , pleins de fleurs « 

De réclatance Iris imient les coulears . 

La rofée y répand iine manne divine y 

L'afpic eft fans venin , la rofe fans épine j 

Les dons que la namre y prodigue au hazard , 

Par leurs charmes divers , paifent l'effort de l'art.' 

Tel cft rheureuz empire od vie, dans l'innocence ; 

Le premier des humains que nourrit l'abondance 3 

Chaque pas le conduit à de nouveaux plaifirs s 

L'air pur n'eft agité que parles doux zcphirs s 

Leur haleine l'embaume ; & leurs ailes légères 

Y portent les parfums des terres étrangères, 

Satan même ent fenti fes tourmens s'y calmer ; 

Mais , dans le défefpoir , rien ne fauroit charmer» 

Il menace , & des monts abandonne la cime : 

Tranfporté par la haine , infpiré par le crime , 

Il s'abat dans Eden , comme un loup raviffeor 

S'élance fur fa proie , & trompe le Pafteijr. 

A peine de ces lieux franchit-il la barrière , 

Qu'un arbre , à fes defirs , offre fa tétc altierc : 

Il y fixe les yeux, fe transforme en vautour , 

Y vole , & du fommet contemple ce féjour. 

Des moiffons qu'il produit , le nombre & les déHces, 

Pour l'efprit infernal font autant de fupplices. 

Dans les objets v ivants qu'enferment ces beaux iicuJt , \ 

Deux Etres diflingués frappent furtout fes yeitt '^ 

Par le noble maintien de leur nudité pure » 

Ils paroifTent les Rois de toute la nature j 

Les charmes, les vertus & la félicité 

Entr'eux font partagés, mais non l'autorité. 

Leur fcxc eft différent , ainfî que leur puiflancc y 

L'un tient l'autre fournis à fon obéîflance. 

Adam unit la force à la beauté des traits s 

Ggu) 



4'« Masjijo 9t Boca 



1 1 fan: lucrtnc £x raik if» pac» ja££axass^ 
Non ot iLjtt Tx:xLLJc an: j^:is. n^-ixT axe £ jgaas ^ 
Sol «JZit . ât It iocccz , J tciï B Rg -I t ■fa*! :jS y 

£dc3Ta2c dcflS0Q3Zw 3 2tt: £ ICC anTf*; fr tii'Hui r ^ 
TjTSSi ■os jx» TÛc^iIis 9 ra jcujat Ào» îc isac^ 

Ce cosjuc suncor , crsr ct^tf i i "wm r riif , 

A i'ftaa&r 'ôcs jcrvf^f ztcaiackss psr ics rai'i y 

Foar soèsr j£ rtpK » 2î ôcs :&ss ijiKacrs ; 
S:;:r 6*:ihxooi âc pcziOQ , ocas âc adlc Sczs, 
Les srxvrcs Irai fGOKcsEr^iaôséc é=soûfazs: 
Lca: v^ ks railiâsc ; Se iazs récoscc às^ . 
Pocr rrrârv^Tc !csr ibu ^ :iç foi-icnf 3zic cxa |«xc: 
Les pEDpos cacÉosESocs , les àacr jan&sacss , 



T^wc es <p aaioor iz^V^ 2 ^ XS3CS Aiains y 

Seals fuHrans ita cio::tk , ixiucaz , 5: ûbs al^armct » 

Saran pénerre àzns ce lieo cte dâices , miiA 
fbnncen Vautour , le perche fur un arbfc , ap» 

Eerçoit Adam Se Eve i lecr beaacc & leur boô- 
eur rétonntnr y û les écoate y apprend qa'tt 
leur e(l dcrtnda de manger du trait de Tarlire 
de la fcience ; & il efpere de leur faire tranf- 
grefler çene loL L'Ange qui prcûde au foleil , 
avenir Gabriel, qu'il eft entré dans le jardin un 
cfpiit pervers i Gabriel promet de le couver. £o: 



Madame du Bocage. 4^« 

tretiens d*Âdam & d'Eve à la £a du jour y dans 
leur Berceau nuptial. 

Chçrc Eve , -dit Adam , tu vois llïiftant tranquille ^ 
Oii les êtres vivants rentrent dans leilr afyle : 
L'exercice a Ton tems , ainfî que le fommeil ; 
Quittons nos doux travaux , demain des le réveil > 
De ces eaux dont nos foins détourneront la fource , 
Dans ces fertiles pré* nous réglerons la courfe : 
Mais fur nous le fommeil va verfer fes pavots : 
La nature le veut : livrons^nous au repos. 

La mcre des humains dit d'une voix touchante, 
A tes vœux , cher époux , mon ame complaifante , 
Ne fçait que t obéir : de Dieu telle cft la loi : 
Tu tiens de lui ta régie : Eve la prend de toi. \ 

Avec toi tout me charme 5 heurcufe en ces demeures. 
J'oublie y ente parlant , les faifons & les heures : 
Mais le frais du matin , le lever du foleil , 
Les concerts des oifeaux annonçant leur réveil ; 
Ces fruits cncor brillanSxdes larmes de l'aurore , 
Le doux parfum des fleurs que nous voyons éclore > 
L'air pur de ce beau foir , le £lencc , la nuit, 
La lune dont l'éclat m'enchante Se nous conduit , 
Les yeux du Firmament Se leur céleAe flamme. 
Sans toi n'ont rien de doux , rien qui plaifc à mon ame 5 
£t ta préfence unie à ces tréfors divers , 
Me rend le jour plus pur , les Arbriifeanx plus verts 3 
Tout flatte ici le goût , l'odorat Se la vue , 
La douceur de ces biens à notre ame e(l connue. 
Mais pourquoi dans les Cieux tant de flambeaux épars > 
Tandis que le fommeil en prive nos regards ? 

Gg iv 



471 Ma0A3Ii du HoCACt. 

Xcs diuToars cbcJebecizxs ft tcjiipb5 oc u^cSc , 
De nioa cgeut , dJzAÀim , an gui e u c cc t k vaaixSk l 
JeToodrois coaccscerccs deârs cxsiGxz ; 
Ccsoftmqae k joot ccîipCbir à iscs veux , 
S'cicTcnc par é^grés; & rur !a ccfxc fc Fouie , 
Aa <ié£cic du (bkîl, &fi£ les fiamb^aax & fiioïkîc 9 
Qnnd oos yazx fbct fmncs , kTirs âaix cdnoellaas y 
Gaïiicnr for ces remparts nos génies tigikxis. 
Os ctkbrcnr k IXci^ rcofeizK en im-flacme 
L'ordre ck rUnîrezs joînr jb hnnIifflTT ùiftxmc. y 
Ta fais <|Be, joar & mit, par de bdSancs matin rs ^ 
Cescék&s efpncs £mk rexexxir ks aixs. 

Eacoorrd^ut ami , ce ca«pk azonUe A: ceadfe^ 
Aa berceaa de J^EfmoL s' emptcJ c de (e readre s 
Le Crêarcir câoîâc , poiK cackanrer korsiraB^ 
Ce iiea ^oe la saiarc rwndÉÎr de pccfess. 
Aa nryrdic TOfasgcr wiiiî £cs bczacaes biiili% ^ 
T parfiry \a aks , nadwig^. ces alVks ; 
Les ZipiiTrs es fikscey faaeac ks ctiuciai: ^ 
Scr jc (^k (ans bnnt (erpezsear ks infCam s 
Kid loîcâe ÛBponas a'cArcg T paiukit ; 
I>:Ioiiiks aniaoBX V refpcôcnt rrsr ualf7e > 
E; ïxizaîs k toanncii a*T cxainr rêde da jcaz : 
I>£s pÎ3s biiâaaKs devis , Eve ocsa ce ^osr : 
Sot foa fii n^dal eae courre !a f e^JgL:^ , 
Ses pxiss, les Appas (Cboimâcne p a ume ) 
Par les ioias amovcnz ibcK encore ezabelis; 
SoQ cam xrzkc î cdat des tdTcs Zl des fis. 



Ces épovxde kar ▼mzni&Hr f^amcme , 
F - T i lTac êi ocs-HaKlapinlIâoce îninBe ; 
Ka^ Mi^iiîzc asx Assis ae lecciî kzis iesaens 



Madame dc Bocage. - 47j[ 

EtémptS d'inquiétude , 8c Tans déguifem^nc , 

Pour jouir des tranfports d'une hcurcufc innocence , 

Eve aux defîrs d'Adam fe livre fans défenfe ; 

De leurs tendres amours rien a altère les feux : 

Du lien conjugal le Ciel ferra les nœuds : 

L'homme en pofféde feul la félicité pure ; 

Ses fages loix ont mis l'ordre dans la nature ; 

De-là, les tendres noms & de père & de fils : 

Les charmes de fes nœuds fempliflcnt mes écrits : 

PuifTcnt-ils des époux rendre le cœur fidèle l 

Tendre hymen i du bonheur , fourcc perpcruelïe , 

Dans tes douceurs l'amour trouve fes traits confiants : 

11 allume à tes feux fes flambeaux éclatants , 

Et fe plait à régner fur ton durable empire 5 • 

Non , dans les yeux trompeurs , ni l'attrayant fourirc 

Des objets dangereux qui vendent leurs appas 5 

Qui feignant des tranfports que leur cœur ne fent pas i 

Se livrent fans defirs , & fe pâment fans joie ^ 

De leur art fédudeur l'Amant rendu la proie ,- 

Dans fa folâtre ivrefle adore des attraits , 

Qu'il raéprife & promet de ne revoir jamais ; 

L'amour fuit les cœurs faux , intérefTés , volages. 

Couchés nuds fur des fleurs, qu*ombragent tes feuillages^ 
Les bras entrelacés , les deux jeunes époux 
S'endorment aux concerts des Roffignôls jaloux. 
Les rofcs fur leur lit pleuvent e|i abondance : 
A mille autres , le jour donne bientôt naiffance : 
Couple heureux ! pour garder un fi parfait bonheur. 
Du defir de fçavoir préfervez votre cœur. 

Gabriel envoyé des Anges pour veiller fur le 
iîc nuptial des deux époux. Ils découvrent près 



474 Madame du Bocage. 

de Toreitle d'Eve , rennemi qui la tente en fon- 
ge ; ils i'encourenr y la frayeur le failit j il s'enfuit 
du Paradis. Eve , à fon réveil , raconte à foa ma- 
ri , le fonge qui la effrayée pendant la nuit» 

L'Amante deTiton, en répandant des larmes, 
A peine à rOrient eut dévoilé Tes charmes» 
Qu'Adam ouvre les yeux & s'arrache au fommeil^ 
Le calme de fon cœur ne craint point le réveil ; 
Le vent frais du matin agite le feuillage , 
£t des hôces de Tair lui porte le ramage > 
Mais il s'éconne en£n que leurs chants & le ioor 
N'éveillent point encor l'objet de fon amour. 
Les cheveux d'Eve cpars , la rougeur qui l'enflâmc ,. 
Peignent dans fon fommeille trouble de fon amc > 
Adam Ùlïû de crainte, & d'amour tranfponé » 
De fa charmante cpoufc admire la beauté. 
Le réveil, le repos , tout lui prête des charmes : 
Tant d'appas réunis fofpendent Ces allarmcs > 
Il lui ferre la main , calme un moment fes feux > 
£t d'une voix femblable au zéphir amoureux » 
Qui murmure de joie aux approches de Flore» 
Fait entendre ces mots à celle qu'il adore 

Chère Eve , don des Cieux , fourcc des vrais plaifîK, 
Objet toujours nouveau de mes tendres dcfîrs ; 
Eveille-toi : l'aurore à nos foins nous rappelle 5 
La verdure a repij^s une fraîcheur nouvelle : 
L'onde joint fon murmure aux concerts des oifeanx s 
Mille naiifantes fleurs ornent ces arbriffeaux î 
L'abeille en vient puifer la liqueur la plus pure s 
N jjs perdons le moment d'admirer la nature » 
£t les heureux fucccs 4e nos foins aiSdus% 



Madame dv Bocage. 475 

^Uit : Evcrcmbraflc j & fcs fens éperdus 
Lui dirent ce difcours qu* exprime Ùl voix cendre : 
Que mon cœur cft ravi de te voir , de t'entcndre I 
Les erreurs du fommeil m'ont Couvent retracé 
Nos amoureux projets , notre bonheur pafTé. 
Ccne nuit , Dieu puifTant ! ( aL î quel funcfte fonge ! ) 
Eft'CC une vérité ? Seroit-cc un vain menfongc ? 
Quel trouble a , près de toi , faifi mes fens furpris ! 
Le fon d*une voix douce a frappé mes efprits > 
Il me fcmbloit t'entendrc ; Eve , viens , difoit-cllc 5 
Ne perds point une nuit & fi fraîche & fi belle : 
Ces aftres que tu vois, brillent pour t'éclaircrj 
Ce font les yeux du Ciel ouverts pour t*admirer. 
Tandis que le fommeil te cache leur lumière , 
Ils parcourent envain la célcdc carrière. 
A ces mots , je me levé , & crois fuivre tes pas 5 
Je cours en te cherchant 5 ton ombre fuit mes bras. 
Seule dans ces forets , je dirige ma route , 
Vers Tarbre défendu que j'admire & redoute : 
Les flambeaux de la nuit , le trouble de mes fens 
M'en rendent les fruits mûrs encor plus raviflants. 
Soudain à mes regards il fe .préfente un Etre 
Semblable aux purs efprits qu'ici l'on voit paroitre 5 
Les zéphirs agitoient fcs cheveux parfumés j 
Sur l'arbre défendu fixant fes yeux charmés , 
Depuis long-tems, dit-il , après toi j^foupire : 
Qui pourroir me priver d'un bien que je dcfirc l 
Il s'avance j & bientôt d'un téméraire bras , 
Atteint le fruit fatal qui caufe le trépas ; 
Il le goûte fans crainte s ô funcfte entrcprife l 
Tandis que ma terreur égale ma furprife , 
Dans fa joie il s'écrie ; arbre miflérieux i « 



Tes dons ainfi ravis , m'en font plus précieux f 
Ne fcfois-tu créé que pour Tétrc fuprêmc ? 
L'homme > par ton pouvoir ed égala Dieu même ; 
Plus on partagera la fource àù bonheur , 
Plus on verra de gloire à fou premier Auteur. 
Eve , pourfuivit-il , fouveràinc du monde , 
Pour recueillir ces biens y que ta main me féconde f 
Transformant ton cffcnce Se t'ékvant aux Cicux , 
Qu'ils rendent ton deftin pareil au £brr des Dieut«^ 
A ce difcôurs flatteur y foudatn l'cïprit célcfte 
Sur mes lèvres porta le fruit doux de funede ; 
Qu'il me parut exquis ! most ame au même inftatit 
Pour ce fruit merveilleux eut un defir conftant* 
Avec Tefprit célcftc au Ciel déjà montée , 
Au féjour du foleil je mq crus tranfportée. 
Tandis que mes r^ards admiroient l'Univers ^ 
Mon guide difparutî; Je retombai des airs : 
Un fommeil plus profond calma mon ame émuoiJ 
Quel charme ! à mon réveil Adam s'afFre à ma Vue ;. 
Et les nouveaux objets qui troublèrent mes fén». 
Sont des fongcs légers , cnlevés^par les vents. 
O moitié de moi-même , A la plus accomplie , 
Je fens , dit-il , l'effroi dont ton ame eft remplie : 
Ces fantômes confus infpirent k terreur ; 
Auroient-ils pour princtpc une coupable erreur ? 
Non : d un ddTein ptrvcrs , la fubite apparence , , 
Dans ton cœur créé pur , ne put prendre naiffancc ; 
Notre ame , tu le fais , eft par divers refforts 
Soumife à la raifbn qui règle leurs accords j 
L'imagination au fécond rang placée , 
Par Torgàne des fens engendre la pcpféc : 
Des objets différents elle fe peint les traits ; 
La raifon les efface , ou les rend plus parfaits > 



Madame du BocageJ 47^ 

Bt-Ià le |bgemenc naît avec la fcience : 
L'homme dans le fommeil privé de connoiflance, 
£ft ea proie aux erreurs que lui diâenc les fens > 
De la vérité même ils premient les accents : 
les bizarres portraits 3c les vains aflcmblages , 
Dont la mémoire prompte offre alors les images i 
Viennent des traits récents gravés dans le. cerveau. 
De nos derniers difcours ton fonge eft le tableau 5 
Mais d'étranges couleurs en chargent la peinture. 1 
Pour un mal à venir , n'en tire point d'augure ; 
Non : fans la volonté rien ne corrompt lé cccur ; 
D'un crime qu'en dormant m vis avec horreur. 
En veillant , ton efprit n*eût point été complice : 
Je te connois , belle Eve , & je te rends juftice ; 
Que ce nuage obfcur ne couvre plus tes yeux : 
Reprends ton air ferein 5 jœiis de ces beaux lieux ; 
Leve-toi 5 retournons cultiver nos tampagnes i 
Déjà le jour naifTant peint le front des montagnes j 
L'étoile du matin fuit Védàt du foleil ; 
Nos troupeaux par leurs cris annoncent le réveil j 
Et des plus doux parfums pour exhaler l'eilènce , 
La jonquille & le myrche attendent ta préfencc» 

Dans un profond filence , Eve verfe des pleurs'; 
Mais ces mots confolants diiCpenc fcs.frayeursy 
Le trouble de fon ame avoir terni Tes charmes : 
. Les lèvres d'un époux recueiUireotLfe^ larmes : 
Dans leurs embrasements Icuc.crftiiuçs'édipir^ - 

Dieu envoyé Raphaël avertir rhomaie d*êrré 
en garde contre les artifices du démon tentateur* 
L'Ange arrive en effet j Adam l'invite à fe repoT 
fer à l'ombre de fon berceau. Kaphaei apprend ^ 



'^yi MADAAtE DU BoCAGté 

Adam, que fon ennemi eft lemème Satan , qaî 
entraîna une partie des Légions du Ciel dans la 
révolte. Adam lui raconte ce qui s'eftpaflTé depuis 
fa création ; comment Dieu lui donna une com- 
pagne , & leur prepiiere entrevue. 

, • . . . . • • • »c vis le jour paroîtrc 
Tel qu'il frappe les yeux au moment du réveil ; 
Couché fur le gazon , je fortis du fommeil : 
Mes regards étonnés vers les Cieux fc tournèrent ; 
Mes membres engourdis fur mes pieds fe levèrent : 
Je vis dans les vallons ferpenter les rui/Teaux : 
Les bois reteAtiflbient du doux chant des oifeaux : 
Qu*avec ravUTement j admirai la nature ! 
Fixant enfin les yeux fur ma propre ftrudlure , : 
Je m'agite s je veux effayer mes reflbrts j 
J'avance , & je les fens ,m obéir fans efforts. 
Peignez-vous cet inftantr & ma furprife extrême ; 
Sans fa voir oii j'étois , &;:m*ignorant moi-même , 
Je cherche à m'exprimer : foudain je rends des fons. 
Pour tant d'objets nouveau? , je forme divers noms: 
J'interroge le Ciel & toute la nature. 
Brillantes eaux , difois-je , & vous fleurs & verdure , 
Toi , foky , dont Té clat- embellit ce féjour , 
Dites : le fayez-vous. Qui m'a donné lejour ? 
Je ne tiens point de moi lé pouvoir qui m'anime : 
Mon Créateur , fans doute , cfï un être fublimc j 
Inftruifez-naoi : comment dois-je ici l'adorer -? 
Je m'adrefTe aux objets que je vois rcfpirer 5 
Aux accents de ma voix ^iout deiAeurecn filcnc« : 
Attentif, inquiet , errant dans l'ignorance , 
Chiqûé^ré diiKrënt fixe mes yeux (urpris. 
\Jti- deiîi'cùrfciix ranim«*mcs cfprits^ 



Madame ùù Bocage. 479 

£t me$ pas incertains précipitent leur courfe ; 

Dieu marcece , &: me dit : de tout je fiiis la four/ce ; 

Parle , que cherches-ta? Je puis tout te donner : 

La joie & le refpeâ m'avoient fait profterner ; 

Lev€-toi , pourfùit-il , jouis de ma préfence : 

Contemple ces beaux lieux , ils font Coms ta puiflance^ 

N*apprchende jamais d*en épuifcr ks dons ; 

Mais il c(l au. milieu de ces amples moiffons , 

Près de larbre dévie , un arbre redoutable : 

Te rendant plus favant , il te rcndroit coupable : 

Craipsd-çngputcrlcs fruits; crains d'enfreindre une loi 

Que je te donne ici pour gage de ta foi : 

La mon fui^Vroit de près ta défobéiâance : 

De ton ^eofieuz; iftat perdant la jouifTance , 

Du crime & des remords tu fentirois les maux; 

D un ton fem^e & £évere , il prononça ces mots : 

Le fon en retentit* encore à mes oreilles ; 

Bientôt d'un front plus doux , l'Auteur de ces merveilles ;' 

En n^éûibliffzat Roi de ce vaftc Univers , 

Raflembla fous mes yeux les animaux divers. 

Leur nomb^« m'étonna s mais mon inquiétude 

Cherchoàt un auqcc objet dans cette folimde ; 

J ofai porter mesygrux à la Divinité, s i . 

Sous quel nom , m^'écriai-jc , inXDquecta boitte I 

Auteur deia nature , à fubfUnce^prême , 

Te peux feul , DjIeH pui/fant , ce fili&re à tot-mcsne ; 

Mais dan&la folirade oii je me vois rédui< , 

L*abondaace des biens que ce climat produit , 

Ne remplira jamais le de^ qui n^'enfUmme : 

Je ne fais quel objet manque aux voeux de mon ame. 

Ces ccres animés que (u mets fous mes loix , 

Sans pouvoir me comprendre accourent à ma vqîx ! .■..", 



4Se Madamb bu BocageJ 

Dé fentir ces bienfaits « leur cœui eft-il capable ? 
Pour partager tes dons , donne-moi mon fcmblable X 
Réponds à mes dedrs : achevé mon bonheur. 
J'obtins CCS mots facrés du puifTant Créateur : 
Dans tes vœux réfléchis , j'admire mon Ouvrage $ 
Je t'ai fait pénétrant , éclaité > libre ic fage : , 
J'ajoute à tant de dons l'objet de tes deiirs s 
Tu trouveras bientôt pour combler tes plaifirs p 
Un Etre intelligent , image de cei-même; 

Dieu ceifa de parler ( ou dans mon trouble c(trêm€ jl 
Ne pouvant foutenir le célefte entretien , 
Je demeurai fans force Se n'entendis plus rien. ) 
De mes rcffons nouveaux fpudain ]t perds t^ufage ^ 
Du néant d'où je fors je retrouve l'image : 
Sur un mont émaillé de verdorb ^ de fleurs y- 
L'efpoir livra mon ame à des fonges flatteurs; 
Le fommeil réparant mes forces épuifées , 
De tous mes fens fut maître , & non de mes penfée&i 
En efprit je vis Dieu dérober de mon fein 
Une part de moi-même» & bientôt de fa maîa 
M'en former pour compagne une figuie^humaiae : 
Ainfi de l'Univers naquit la Souveraine : 
Tout ce que la nature létale de beautés » 
L'accord de fes appas l'oJfFre auK yeux enchantés. 
Son afpcd raviflani produisit en mon ame 
Ce feu doux & feicrec qui l'agite & l'enflamme ; 
Par fon pouvoir mon eoeur plein de faififfcmcns » 
Pour la première foi§ (entit ces mouvemens. 
Cet objet difparufj & foûdain latriftedc; ' 
De mes fens interdits fe rendit la màitrcfïe : 
Je m'év«iy« j fo c^urs 6c le cherche en tous lieux, 

Refoltt 



Madame pu Bocage. 4^1 

Hîfolu , fî jamais il ne frappoit mes yeux , 

De vivre fans plaifirs , fans bonheur & fans joie : 

A cet inftani , vers moi le Créateur Teuvoyc 5 

£t mon œil enchanté revoit l'objet charmant , 

Dont mon ame admiroit les appas en dormant» 

Ses céledes regards retracent à ma vue;^ 

Tout l'attrait qu*eut pour moiieur image inconnue. 

Je ne pus en filence , étouffer mon ardqur 5 

Crand Dieui je m*écriai , tu combles mon bonheur : 

De tes dons inHnis , voici le don fupréme : 

Sous des traits différents , c'efl un ^utre moi-même : 

Je vais donc pofTédçr Tobjct de mes deflrs. 

Eve apperçoit ma joie > elle e^tend (pes foupirs ; 
Près de moi fon penchant la prefTe dç fe rendre } 
Mais le trouble fecret qui l'oblige à m'attendre , 
De fes tranfpoi;ts paiiTants fufpendU vive ardeur. 
J'approche 5 à mon abord une tçqdre pudeur 
Fait détourner fes pas , lui fait baifler la vue j 
Je la fuis; & bientôt une force inconnue , 
Apres un foiblc effort , la liyrc entre mes bras. 
Au berceau nuptial je dirige fes pas. 
Par réclat de fon.teint elle cffaçoit Taurore 5 
J'embraffe avec tranfport là beauté que j'adore : 
Pour hâter mes plaifirs, la nuit couvre les champs : 
L'Hymen eft célébré par vos céleftes chants. 
L air jufqu'à nos échos eii porte l'harmonie » 
Le tenclrc Roffignol y joint fa mélodie 5 
Et les zéphyrs ravis , plus amoureux des fleurs > 
De la feuille agitée emportent les odeurs. 

Envoyé du très-Haut , je viens de vous décrire 
Mon fuprême bonheur dans ce terrcftrc cmpiic ; 
La nature infinie en fa divcrfité , 

Tome IF. H h 



4^1 -Madame' du Bocac^ï. 

De mes foins curieux flatte Taôlvité ; 
Mais de tant de ttéfors , le choix , la jouifTance 
N ufurpent fur mon cœur qu'une foible puifTaiïcc; 
Et près du fcul objet d'où naiflent mes plaifirs , 
Un feu fecret fans cefle enflamme mes defîrs : 
Ma raifon de mes fens nt fe rend plus maîtrefle. 
Oui , j'ai pour ma compagne , un excès de foiblcfïe 5 
Ou de fes doux regards l'attrait cft trop puiflant. 
Tant d*appas n*auroient^ils qu*un charme éblduifTant î 
Le Ciel pour les former afFoiblit-il mon être ? 
Quel trouble me faifit en la voyant paroître ! 
Ses confeils , à mon gré , plus juftcs que Ici miens , 
Contraignent mes defirffà fe foumettre aux ficns 5 
Je cédc^ fon pouvoir : près d'elle je m*oublie y 
£t ma fageffe même a l'air de la folie. 

L'Ange qui voit- Adam trop rempli de fes feux i 
Calme , par ce difcour» î fes^ tranfports amoureux : 
Modère tes ardeurs : la beauté qui t'enflamme , 
Doit régner fur ton cœur , fans aflcrvir ton amc. 
Tu fais que fon pouvoir réfide en fes attraits : 
Songe que ta raifon l'emporte fur fes traits ; 
( L'eftime de foi-même cft fouvcnt néceffairc ) 
Mais conduis fans fiené l'objet qui veut te plaire ; 
Dans fes regards , le Ciel, pour combler ton bonkeur>' 
Au pouvoir de leurs feux réunit la douceur. 
Et lui fit des vertus dignes de ta tendreflc ; 
Crains à fes yeux perçants de montrer ta foible/Ie 5 
Pour lui faire eftimer les dons les plus parfaits , 
Préfère fes vertus à fes brillants attraits 5 ^ 
Aux douceurs de l'amour livre-toi fans allarmes : 
Mais de la paflion crains les dangereux charmes 3 
Le véritable amour enflamme fans fureur 5 



Madame du Bocage. 483 

lï éclaire rcfprit , il élevé le cœuf 5 

£c de la volupté fuyant ractrait ftmefte , 

Son feu pur par dégrés mené à Tamour célefte. 

Satan revient dans Eden , fe prcfente à Eve 
fous la figure du ferpent , & lui perfuade de 
manger dii fruit défendu. 11 commence ain(i fi 
harangue. 

Souveraine des Cicux , de la Terre & des Eaux , 
Sans furprife^ à ma voix daignez prêter foreilk j 
De ces lieux vos appas font la feule merveille : 
Tournez vers moi ces yeux dont les traits raviffantç 
M'entraînent fur vos pas , & régnent fur mes fens. 
Beauté qucla nature avec plaifîr vit naître , 
Tout s'arrête en extafe en vous voyant paroîtrc ; 
Mais ces êtres bornés ne peuvent difcerner 
Les préfents dont le Ciel a voulu vous orner. 
Un fcul en fait le prix ; eft-ce aflcz d'un hommage > 
D'un objet fi parfait , quel cft le vrai partage i ' 

L'encens & les honneurs dus aux êtres divins. ' 

L'organe d'un ferpent qui rend des fons humains , 
Vous furprend , .j^ le vois : fuivez-moi pour apprendre 
Où j'ai puifé les fons que vous venez d'entendre. 
Doué du feul i-nflmâ qu'on trouve aux animaux , 
Errant fyis réfléchir entre ces arbriffeaiut. 
Je cherchois l'alimenta mon goât convenable : 
J'apperçois entre tous un arbre remarquable j 
Les fruits dont fes rameaux étalent les coulcuis , 
Des plus raf es parfums exhalent les odeurs. 
Dans la foif que toujours ces tréfors font renaître ,. 
Je m'élance fur l'arbre , ardent à le connoîcie : 
Eaivrc de fes dons, mes fcns dans le moment 

Hh ij 



4S4 Madame du Bocags* 

Eprouvent fans cfFon un fubit changement ; 
Mon être illuminé , d'une plus pure efTence , 
Reçoit , entend , connoit la fublime fcience. 

Eve fait d'abord quelques difficultés d'écou- 
ter des propos fi contraires ^ux ordres de Dieu j 
jnais elle fe laiflTe p^rfuader par la fuite du 
difcours que lui tient le ferpent , pour la 
raflurer. 

Reine de l'Univers , craignez-vous de périr 
Par des mets dedinés à charmer, à nourrir ? 
Vous me voyez vivant : j'en goûtai fans obftacles ; 
C'efl pour vous que le Ciel enfanta ces miracles s 
Il doit vous admirer , quand par un noUe effort 
Four chercher le favoir , vous braverez la mort* 
Par ce fruit ^ Ci mes fens dégagés de leur chaîne 
Parviennent au degré de la raifon humaine , 
Vous obtiendrez ainfi la fagefTe des Dieux. 
Que peut la mort fur vou$ ? Vous priver de ces lieux ? 
On vous verroit bientôt régner dans l'empiréc. 
Quelle horreur pour ces fruits vous cft ^donc infpirce î 
Un pouvoir envieux défendit d'en goûter. 
Le fa voit feroit-il un don à redouter ? 
Non , nulle autorité ne fauroit vous réduire 
A vous priver d'un bien dontrcffct eft d'inftruirc.' 
San^ balancer , Déeâc ^ acceptez cespréfents : 
£n éclairant l'efprit , ils enchantent les fens* 
Il dit : Se .ces difcours didés par l'impofture , 
Du vrai dans Tamc d'Eve ont la vive peinture : 
Elle s'avance , héfîte , admire , fe repent , 
Penfc voir la raifon fous les traits du ferpent; 
Sa louange long-tcms murmure à fes oreilles. 



Madame du Bocage. ^5 

De Tarbrc défendu contemplant les merveilles i 
Dans fes ardents dciîrs elle y fixe les yeux. 
Que j*afpire , dit-elle , à ces biens précieux î 
L*ame par ton pouvoir eft inftruite & ravie ; 
Que fervent tes préfcnts , s'ils privent de la vie ! 
Change-tu pour nous feuls tes douceurs en poifons ? 
Les brutes , fans danger , jouifîent de tes dons ! 
Le fcrpent vit encore , & paroit (ans malice : 
Dois-jc dans fes confeils redouter Tartifice ? 
Il m*invite à chercher la gloire & les plaifîrs : 
Qui peut dans ce projet contraindre mes de(îrs ? 
Poiïedons , fans tarder , la fuprême fcience. 

Eve n'a pas plutôt mangé de ce fruit défendu , 
qu'elle veut que fon mari en goûte comme elle j 
Adam a la foiblefle de fe laifler féduire : il 
femble même fc féliciter de fon crime. 

Chère époufe , ces fruits ont produit en mon amc 
Une joie inconnue , une plus vive flamme. 
Que de tranfports ardens manquoient à nos amours l 
Quels moments ! jouifTons du plus beau de nos jours. 
' Depuis rheureux inftant qui te donna naiflance , 
Jamais tes traits fur moi n'eurent tant de puifTancc^ 
Tes grâces à mes yeux ont de nouveaux appas. 
Eve fourit , foupire & vole dans fes bras ; 
D un Bocage de fleurs , l'ombre odoriférante 
Couvre de leurs tranfports rivrcfle renaiflante ; ' 
Sur les gazons , témoins de leurs brûlans foupirs , 
Le calme du fommeil termine leurs plaiiîrs. 

Quand le feu de leurs fcns perdit fa violence , 
Les fongcs ténébreux fils de l'Intempérance , 
De leurs cfprics troublés bannirent le fommeil: 

Hh iij 



4?^ Madame du Bocage* 

Pour la première fois accablés au réveil , 

L'un & l'autre furpris , fur foi fixe la vue ; 

Leur cœur eft agité d'une honte inconnue 5 

La nudité les bleflc 5 & leurs yeux éclairés 

Apperçoivent l'erreur de leurs fens égarés 5 

L'innocence les fuit , le voile fe déchire 5 

Sur un bonheur pafTé , leur ame envain foupire : 

Pour eux un feul inftant change tous les objets. 

Les fombres partions , le trouble , les regrets , 

Des reproches cruels aigrifTent leurs allarmes ; 

De leurs yeux obfcurcis fort un torrent de larmes ; 

£t déjà la raifon ne règle plus leurs fens. 

Le fîlence fuccéde à des gémifTemens ; 

A leurs propres regards ils veulent fe fouftraire > 

Ce couple confterné joint un bois (oHtaire , 

îuit le jour , & d'accord cherche un feuillage épais ,, 

Qui de la nudité leur dérobe les traits ; 

Ils voilent les dehors ; mais la honte cruelle 

En leur fein criminel vit & fe renouvelle. 

Dieu irrité du fuccès de Satan, & de la dc- 
fobéiffance de rhomme , prononce fon arrêt. 
Adam confterné , rejette les confolations d'Eve: 
elle l'appaife. Le Ciel , touché de leurs prières > 
envoie Michel leur annoncer que le moment de 
leur mort eft différé , mais qu*ils font bannis 
pour jamais , du Paradis terreftre. Eve dcfolée> 
répand un torrent de larmes , & dit : 

J'efpérois en ces lieux finir mes triftes jours > 
On m'en bannit : pourquoi prolonge-t-on leur cours î 
Bois qui m'avoz vu naître , agréable prairie , 
Toi j berceau nuptial , ombre que j'ai chérie > 



Madame du Bocaoi^ 487 

£çhos (|uî m'entendez , inftruics par les zéphîrs , 

Pour la dernière fois , rendez- vous mes foupirs ? 

fleurs y ne verrai -je plus vos couleurs jéclatances. ; 

Quelles mains foutiendront vos tiges lan^iiifTantcs ? 
Tribut de mes travaux , lieux chers à nos i^mours , 

Faut- il de vos attraits m*éloigner pour toujoiucs^ 

£n proie à la douleur , aux remords , aux orages , 

Où fuirai-je! & comment vivre en des lieux fauvagcs ? 

L'Archange Michel découvre à Adam , dans 
une viCîon , les drfFérens climats de la terre , & 
les maux de fa poftérité. 

Des folles palTîoas , vois ta race enivrée. 
Tandis qu'Eve au fommeil , par mes foins eft livréc> 
Eloignons-nous ; montons fur ce roc efcarpé.- 
Le père, des humains , de regrets occupé , 
Suit le guide divin. A fes yeux la nature 
Offre tous les climats , peint la race futures- 
De l'Africain farouche il voit les champs brmlés. 
Les bords américains par le fer défolés , 
Le luxe afiatiquc enfanter la molleffe , 
UEurope abandonnée à la première ivreflc : 
Partout il voit voler le démon des combats. 
Et les mortels armés tourner contre eux leurs bras : 
L*avarice , lorgucil , Tambition , Tenvie , 
Des concurrents jaloux excitent la furie ; 
Souvent même à la haine entraînés par Tamout , 
Ils fcmblent plus ardens à fc priver du jour h 
Sur fes rivaux détruits chacun fon4c fa gloire : 
Dans le meurtre & le fang tous cherchent la vi^oirc. 
La Juftice en fuyant la cour de ces vainqueurs , 
Laifle la politique y marquer leurs fureurs s 

Hh iv 



4^i Madame du Bocags« 

Et de vils courtifans exilent de leur vue , 

La vérité vantée & toujours méconnue* 

Le trône environné dé ces flateurs adroits. 

Des fujets opprinoés anéantit les droits > 

La vertu fans crédit voit triompher l'intrigue ; 

L'orgueil a les honneurs qu'on n'obtient que par br igjixe^ 

La coupe de l'hymen fe remplit de poifons 5 

Dans le fein des Amans naiiTent les trahi (bns ; 

Des feux vifs & flateurs, mais nourris d'artifices^ 

Aux yeux qu'ils ont charmés creufent d^ pirécipices. 

Plus loin dans des cités , ks feftins & les jeux 

Des nombreux habitans femblent combler les vœur* 

Mais la guerre intèftine y diftik £a rage 5 

£t ce caUne apparent (e transforme en orage» 

Ces Temples , ces Palais , ékvés par Torgueil 

De leur maître , en tombant , deviennent le cercueil* 

Tout s'arme 5 on voit panout naître le fanatiCnc , 

Milk Divinités ou l'aveugk Atheifme : 

De fon opinion chaque mortel épris , 

Voudroit à les erreurs à^èrvir ks efprfts i 

Dans l'ardeur d'un faux zek ou de l'idolârrrc. 

L'un s'immok à fcs Dieux , & l'autre à fa patrie t 

Du centre de la terre , arrachant les métaux. 

L'impie avec audace y grave fes Héros , 

En parc kurs Auteb , en couronne k vice : 

Le fer fcrt la vengeance j & l'or fert l'avarice. 

Adam voit ce fpeélack 5 Se l'œil baigné de pleurs , 

De fes fils à venir déplore les malheurs. 

Faut-il qu'à ces brigands je donne la naîflancc > 
Que n*ai-je fur kur fort refté dans l'ignorance î 
Je n'aurois point , hélas t à gémir en un jour > 
Des forfaits que ks ans produiront tour-à-tour» 



Madame du Bocagi. 48^ 

En prévoyant ces maux , j avance mon martyre ; 

A fa voir Tavenir fans prudence on afpire : 

Son afped fous cent traits peint des tourmens cruels , 

Dont la crainte déjà nous fait des maux réels. 

Terrible vifîon ! race trop ennemie ! 

Plût au Ciel qu en naiflant vous perdidiez la vie! 

Il dit : d*aucres objets affligent Tes regards : 

Mille maux différens volent de toutes parrs : 

L'un périt déchiré d*une douleur aiguë 5 

L'autre boit à long traits le poifon qui le tue ; 

£t la fièvre en fureur dans ces livides bras » 

Enlevé les monels & les livre au trépas. 

O mort ! s*écria-t-il , frappé de cette image , 

Si je tremble déjà , lorfque je t*envifage. 

Comment de tes rigueurs foutiendrai-je les coups? 

Envoyé du très-Haut , par des fentiers jHus doux. 

Ne peut-on arriver au terme de la vie ? 



Si vous comparez , Madame , l'original An- 
glois avec l'imitation françoife de l'Ouvrage de 
Milton y vous conviendrez que c'eft avec raifon , 
oue quelqu'iin a dit que Madame du Bocage a 
fait une jolie miniature , du fujet le plus terri- 
ble qui puifTe faire la matière d'uh Pocme Epi- 
que. On admise avec quel art elle a i^u racourcir 
celui de Milton , fans éft gâter l'enfemble , ni en 
énerver la force , l'énergie & la majefté ; elle a re- 
jette de cet ineftimable Ouvrage , tout ce qui le 
dépare dans l'original 5 c'eft-a-dire, qu'elle a 
abrégé tout ce qu'il y a de fuperflu dans le récit 
du combat des Anges , toutes ces comparaifons 
prifes de la Fable , qui rallentiflent la marche 
de l'Epopée ; ces jeux des diables dans les en- 
fers , qui font fi peu d'honneur au jugement 



49^ Madame nu Bocagb. 

du Poète Anglais j &c. En un mot, elle a réduit en 
petit le plus grand & le plus fublinic tableau 
qui , depuis Homère , ait été peint : & , ce 
qu'il eût été à défirer que Milton eut fait > 
Madame du Boccage a réuni fous le point de 
vue le plus agréable & le plus féduiiant, les 
grâces & Tinterèt que l'Anglois a répandus 
fur. le bonheur & le défaftre d'Adam & d'Eve 
dans le Paradis terrreftre. 



Je fuis, &c 




Madame du Bocage. 491 



LETTRE XXX. 

J E cfiantc ce Génois conduit par Uranic, 
Combattu par l'enfer , attaqué par l'envie 5 
Ce Nocher qui du Tage abandonnant les Ports 5 
De l'Inde le premier découvrit les tréfors. 

Tel eft , Madame , le début cfé la Colombîa- i^ Co- 
de , autre Poëme de Madame du Boccage , di lembiade» 
vifé en dix chants , dont Chriftophe Colomb 
eft le héros. 

La découverte & la conquête de l'Amérique 
ofFrent un vafte champ a l'Epopée , de l'aveu de 
tous ceux qui aiment la haute Pocfie. Nous 
avons déjà piufîeurs Poèmes Latins fur ce fujet, 
dans lefquels on trouve des détails heu- 
reux. Il y a quelques années, qu'on nous donna, 
dans notre langue , le Mexique conquis , efpece 
de Pocme épique , en douze livres , en profe j 
quelqu'eftimable qu'il fût , il nous laiflbit tou- 
jours à defirer , qu'une Mufe Francoife emon- 
nât la Trompette héroïque en faveur de ce 
nouveau monde , qui a fi fort changé la face de 
l'ancien. Une Femme a eu le courage d'entrer 
dans une carrière, que nos grands Poètes n'ont 
cfé courir. Il étoit réfervé à Madame du Boca- 
ge de célébrer un fujet fi grand & fi fublime. 

L'Auteur invoque Calliope ,,mere d'Orphée. 
C'eft une de ces fautes de coftume , qu'on a to- 
lérées & non approuvées dans le Tafle & dans 
Milton , dont les grandes beautés font évanouir 
cette bigarure choquante. Colomb aborde en 



49& Madamb du Bocage. 

des Ides déferces j il apperçoic enfin nn Port 
favorable» 

* Les démons da noùvéaa ivionSe aflemblent 
leur Confeil : c'eft une imitation du troifiéme 
chant du Taflfe. On dit en parlant de Teule^ 
dcmon des tempêtes : 

le feu fort de Ces yeux de pleurs enfanglantés ; 

La terreur & la mort marchent à Tes côtés 5 

Pour fceptre dans Tes mains dl ta clef des tempêtes. 

Ce dernier vers forme une très-belle image, 
Teule y après que les démons ont i éfolu de 

Eerdre les Efpagnols , bouleverfe le$ airs & les 
ots. Le calme renaît i ils touchent à une Iflc 
moins fauvàge, que celle qu'ils ont côtoyées. Un 
vieillard, chef des babitani, s'entretient avec 
Colomb par le moyen d'un Interprête y il le 
conduit aans fa erotte , & l'invite i un repas 
champêtre : on le rappelle à cette occafion Ift 
vieillard de la Henriatie. 

Zama, fille du vieillard 3, fait fervir le repas. 

Comme Eve elic étoit nue 5 une égale innocence 
L'oiTre aux regards fans honte , & voile fes appas. 
Les grâces , qu elle ignore , accompagnent fes pas y 
Et pour tout vêtement , en formant fa parure » 
îyun plumage azuré couvrirent fa ceinture > 
Mais elle a pins d'attraits que celle de Cypris ; 
L'objet qu'elle embellit n en connoit point le prix ; 
Ses longs cheveux flottoient fur fon fein près d'éclorc , 
Que ce climat brûlant nobfcurcit point encore. 

Le vieillard defire d*être inflruît des defTeins 
4e rAmiral , & de le connoitre j Colomb fe rend 



Madame du BocAge? 4^^ 

à Tes vœuxj &, dansfon difcours , il peint TAfie, 
TAfrique y nos mœurs , nos Loix , nos coutu- 
mes , nos Arts , les fruits divers de notre tnduf- 
cri^ y ces defcriptions font femées de veis 
heureux. 

Vénérable vieillard , répondit le Génois ,' 
Ici la vérité va parler par ma voix $ 
Vous montrez des vertus dignes de la connoicre. 
Sçachez que dans les Cieox ou ne m'a point vu naître ; 
Mais que tout eft fournis au Dieu^qui me conduit. 

Je doute que tes détails agronomiques dans 
lefquels entre Colomb, & rexpofition des diflfé- 
rens fyftèmes de l'Univers , foient à leur place. 
On parle à ce vieillard de 1 ether , des pôles » 
des zones , du fud , de lourfe » du zénith , dés 
atomes d'Epicure^ & de mille autres choies jqu*il 
ne devoir pas entendre. Un difcours plus fîmple 
eût été plus à fa portée & à celle des .Leâèùrs. 
Mais ces favantes explications de l'origine du 
monde y amènent quatre vers qui leniermenc 
]une comparaifon très -noble. 

Ce fccret eft connu du feul Dieu que je fers , 
Qui voit naître & tomber ces fiftêmes diycrs y 
Comme au pied d'un Rocher une vague formée , 
Sous l'autre qui s'élève eft fans céife abîmée. 

L'Auteur palfe deJà aux différentes Nations 
ÀQ la terre. 

Ces Ottomans jaloux peuplant de vaftes champs ,, 
^ù brillèrent jadis des Empires puifTans 3 



494 Madame du BocA(i^; 

le berceau des beaux arcs , l'Egypte utile au monde j 
L'opulente Aflyrie , /sn voluptés féconde 5 
La Phénicie oii l'homme ofa braver les mers ^ 
Et tant d'autres ^tats , dont l'éclat , les revers^ 
Dans l'abîme des tems fe perdent comme une ombre. 
La renommée oublie & leurs faits & leur nombre : 
Tout périt , tout varie j & la coutfe des ans 
Change le lit des eaux & la face des champs. 

Pput faire fentir au vieillard combien les Grecs 
aimoieîit la fiftion , voici ce que lui dit Chrif- 
tophe Colomb : 

Un fleuve cft un vieillard ,,qui , d'une main divine , 
Verfe à jamais les eaux d'une urne qu'il incline. 
Le Printems naît des feux du zéphir & des fleurs ; 
Les vents font immortels ; l'amour , le Dieti des cœurs , 
A tiré du4iéant l'Univers qui l'adore. 

Zama , qui , à l'exemple de Didon, commence 
à fe fentir pour Colomb un tendre intérêt, lui 
demande le récit de fes àvantures. 

L'Amiral entre dans des détails plus particu- 
liers ; il donne une idée des difFérens Princes 
de l'Europe , auxquels il s'adrefla pour exécuter 
fon entreprife. 

Ifabelie, Reine de Caftille, approuve enfin le 
projet de Colomb. Les regrets du peuple , qui 
borde & remplit le rivage au moment du dé- 
part, les adieux des pères , des merés, des fem- 
mes , des enfans , des amis , font dépeints avec 
beaucoup de fentiment. Les phénomènes marins 
font revêtus de toutes lès grâces de la Pocfié, 

Dc5 feux qui voltigeoiçnt,pourfuivoient nos vaiiTeatt^i 



Madame du Bocagib 495 

Ici , d'an verd brillant le jour peignoir les nues ; 
Là y des colonnes d*eau dans les airs Toutenues , 
Portant les flots aux Cienx , retomboienc dans les mers. 

Ils trouvent une Ifle fertile , & y rencontrent 
un Européen , que Colomb fait monter fur fou 
bord. Cet Européen eft Tinrerprête qui lui ferc 
de truchement auprès du vieillard Se de Zama. 
L'Amiral retourne fut fes vai(Ieaux,& laifle Cer* 
rano, (c'eft le nom de Tintetprcte,) raconter 
fes avantures à Zama. Uhiftoire de ce Cerrano 
cft bien romanefque , & n'eft pas trop claire : 
d'ailleurs, cet épifode ne produit aucun effet. 

Les démons , irrités de ce que la tempête 
qu'ils ont excitée , n a point réuflî , envoyent 
Zémès, une des Divinités de ces climats, pour 
engager l'Amour à toucher le cœur de Colomb 
en faveur de Zama. Celle-ci, dans une prière 
qu elle adrefle au foleil , fait ainfi conhoître fa 
paflion pour l'Amiral. 

Ilambeaux de TUnivers , père de la nature , 
A l'inftant oii les feux raniment la verdure , 
Souvent par tes faveurs tu combles nos dcfîrs j 
Dans ce moment propice écoute mes foupirs ; 
Daigne éclairer mes fens -, Dieu puifTaut que )*impIore « 
Donne-moi Tart d'éteindre un feu qui me dévore > 
L'Enchanteur qui l'allume en ignore reffet ^ 
Ne puis-je de fon cœur pénétrer le fecret ? 
Ah ! pour l'interroger , apprend-moi fon langage. 

L'étonnement delà jeune Américaine, qui, 
pour la première fois , voit (es charmes dans un 
miroir, forme un tableau auffi ingénieux,que ce- 



49^ Madame du Bocage 

lui qui fe trouve dans les Lettres Péruviennes, 

Le vieillard apperçoit Colomb Se Zama pleins 
d'un amour qu'ils ne peuvent dillîmuler j il s'em- 
porte contre fa fille i elle quitte fon amant. Les 
Efpagnols commencent à murmurer du retarde- 
ment de Colomb. Marcoufly , un des principaux 
Officiers fous tes ordres de l'Amiral , & fon 
ami , le trouve au fond d'un bois , qui cravoit 
le nom de Zama fur un cèdre y il l'arracne à fa 
foibleffe, en lui parlant de la gloire qui l'attend. 
Acafte , les Chevaliers Danois , Mentor dam 
Tclémaque , Mornay dans la Henriade , que de 
modèles, & de grands modèles de ce Marcouffy! 

Cet ami ramené l'Amiral à U flotte ^ ils par- 
tent. Zama fe répand en regrets , & éprouve dçs 
combats terribles dans fon cœur entre fon père 
&fon amant î l'amour l'emporte j elle fe réfout 
à quitter fon père , & s'embarque dans un canot. 
Fiefqui , féparé de la flotte filpagnole , l'enlevé 
fur fon bord avec Zulma , compagne de la jeune 
Indienne. 

L'Amiral fait route dans la Brume j un brouil- 
lard épais lui dérobe le vaifleau que monte Fief- 
3ui. Un monftre marin , copie du Géant fî bien 
épeint dans le Camoëas , égare la flotte , & 
fait aborder un des Chefs dafts une Ifle d'An- 
tropophages. Colomb , maltraité par une tem- 
pête , arrive à Saint-Domingue; il retrouve fes 
vaifleaux j l'équipage fe révolte contre lui ; tout 
rentre dans le devoir. Un Roi Indien fournit 
des vivres à Colomb , & lui demande ce qui l'a- 
mené dans ces climats. 

CanariC éft le nom de ce Roi. Son Chantre, 
en préfence de fon Maître Se de Colomb , récite 
cette hymne. 

Soos 



Madame du Bocage. 497 

Sous Ton voile étx)ilé la nuit , filfe du tems , 
ladis charma k Dieu qui répan(t la luiniere. 
Vers cecte beauté fombrc il prclToit fa carrière 5 
Elle fuit , il la fuit , & croit par fon ardeur^ 
De Tobjct de fa flamme animer la froideur : 
Vains efforts ! dès qu'aux Cieux naît fa clarté féconde , 
La nuit vers le (touchant , court fe plonger dans Tonjde j 
Le folefl , irrité d\in refus fi confiant , 
De ravir la DéefTe un jour faifit Tiriftant. 
Voilé du crépufcule , il la rendit fenfîMc. 
Cet hymen prôduifit une race invincible , 
Un peuple de Démons qui foumit nos climats J 
Ces Déités foi^vciit fe livroicnt des combats 5 
Leur culte fut détruit* A des Dieux plus propices 
Nos Prêtres enchanteurs offrent des facrificcs : 
Ces Devins m*ont tranfmisquc, des les premiers ans , 
Le fort qui fiu la terre organifa fes fcns : 
Les fleuves font le fang qui circule en fes veines ; ' 
Pour l'animer , les vents lui prêtent leurç haleines 5 . - . 
jSes os font les rochers , fes fibres les métaux j 
Les cheveux de foa front , des cèdres , des ormeaux ; ^ 
par le feu des Vqlcans fes eucrailles fertiles 
De mille êtr^s divcK reipplireht fes afylçç. 
L'un fe cache en ibn fein 5 l'autre fort de fes flancs. 

• 
Un mondée jaloux de troublet l'union ^iii 
règne encre ces deux peuples , fort des enfew 
foat exciter les Efpagnols au pillagç. 

L'a¥»icc «ft foif nom^ ce monftre ardent à aviixt , .^ 
Qui fuit les biens réels pour un efpoir trompeur , 
Pourfuivi de la faim , guidé par la ttrreiîr , 
Chez les Pieux du tartare arrêtoit ia carrière , 

Tomcir. li 



4^8 Madame du Bocag£« 

Qa^d fon front defTéché fourit à leur prière. 

O toi , qui pris nai/Tance au partage des biens , 
UOment doic-il fenl gémir fous tes liens ? 
Tu fis languir Jafon fur les flots du Bofpborc 5 
Par toi Polymneftor immola Polidore : 
Aux lieux qui t cnccnfoient fous le nom de Plutus , 
Tu vainquis Danaë s tu corrompis Créfus s 
Dans un monde nouveau viens protéger nos armes. 
Si jadis nous oAohs y régner fans tes charmes > 
Malgré cet attentat , pour calmer tes foupirs , 
Viens aux fourccs de l'or afTouvir tes defirs. 
Ainlî les Dieux de l'Inde imploroient Tavarice. 
Ce fquelette à letirs vœux prêta fon vol propice ; 
Les vices , la di fcorde , attachés à fes pas , 
Partout où les conduit la fureur des combats « 
LaiiTent des traits d'horreurs , comme on voit , fox la terre. 
Dans les lipux foudroyés , les traces du tohncrreé 

Colomb renvoyé les prifonniers Indiens avec 
des préfens. La famine fe fait fentir : Vafcona, 
Reine d'une partie de Tlfle, fait prier l'Amiral 
de l'aller voir : fon Palais , fes jeux , fa parure , 
fa beauté , tout cela eft peint de couleurs poéti- 
ques & pleines d'agrément. Vafcona offre fon 
trône & fa main à Colomb ; celui-ci les refufe ; 
& Vafcona s'apprête à la vengeance. Elle tient un 
confeil; la guerre eft réfome } le vailTeau de 
Fiefqui, qui s'étpit féparé de la flotte, arrive j il 
eft pris au port. Fiefqui & Zama font faits priioa- 
niers. Colomb, toujours obftiné à refufer les pro- 
pofitions de Vafcona , fe difpdfé à combattre. 

Mufes , qui dirigez m%s pénibles travaux , 
Dans vos mains aujourd'hui je remets mes pinceaux : 



Madame du Bocage. 49^ 

Te tremble au feul récit des maux que fait la guerre ; 
Comment peindre aux combats Mars armé du tonnerre ? 
Loin de cicatrifer fou front plein de fureur , 
Mes couleurs de Tes traits adoUciroient l'horreur. 



i 



Ce début eft ingénieux. Madame du Bocage 
peint agréablement les grâces touchantes &c 
a douceur aimable de fon fexe , plus fait pour 
repréfenter l'amour, que pour chanter le Dieu 
des batailles. Elle, décrit les difFérens peuples 
qui compofent Tarmée de la Reine Indienne. 
Combat entre les troupes de Colomb & celles 
de Vafcona : Vafcona fe retire avec perte. Ja- 
loufede Zama qui eft entre fes mains, elle dif- 
fère fon fupplice , pour la faire fouffrir davan- 

Colomb eft réveillé par deux Indiennes qui 
accourent dans fa tente , & implorent fon appui. 
Ces deux Indiennes font Zama , & Zulma fa 
compagne. Zama raconte à fon Amant fes avan- 
tures depuis leur féparation ; comment elle eft 
tombée entre les mains de Vafcona; enfin elle 
lui apprend qu elle a été empoifonnée par cette 
Reine cruelle; elle meurt Chrétienne entre les 
bras de Colomb. Cette fituation intérelfante eft 
très-tien exprimée. 

Pardonne, cher Colomb , à mon ame féduite 
Les foupçons ofFençans que m'infpira ta fuite : 
L'amour me fit fentir en fes affreux momens , 
Tout ce qu*un tendre coeur éprouve de tourmens. 
Pour fuivre ton vaifTeau , Tardeur qui me féconde , 
Dans un léger canot me tranfporta fur Tonde : 
Quand j*abordai la poupe ou je crus te trouver , 

liij 



50O Madamb du BocÀGiB. 

Sans pitié les Nochers oferenc in'enlcvcr. 
Au milieu d'eux envain je te cherdiois £uis cefTc* 
Mon langage ignoré redoubloit ma trifteflè ; 
Nul mortel de ton fort ne pouvoit m'éclaire ir» 
Quel afped effrayant vint alors me faifîr I 
Au Pon que je quittois , éÇvat mont joint à la nub'. 
Mon père au fein des flots , tombe & meurt à ma vue. 
Tu vois par ce tableau , qui m*arrachc des pleurs , 
Les maux que j*ai caufés , mon deflin , mes malheurs.' 
Je donnois le trépas à qui je dois la vie ; 
Au gré des vents , fans toi-, je foyois ma patrie. 
Conçois mon défefppir , ma crainte , & mes remords. 
Quand pourfavoir ton fort^ le tems 8c mes efforts 
M'eurent des Caftnians enfcigné le langage , 
Fiefqui , dont ma douleur attendrit le courage , 
. Me dit que le jour même ou je t'avois perdu v 
Dans un fombre brouiUard fur les mers répandu , 
Son navire égaré ne revit plus ta flotte 
L*efpoir de la rejoindre enflâmoit le Pilote. • 

Mon cŒur , qui de ton DiMi déjà goûtoit la loi , . 
Sut qu'cnvain , fans la fi|ivre> il voulait être à toi. 
Ce culte ou de l'hymen la chaîne cft éternelle , 
Sans peine eut moa hommage .5 un Pontife £dele 
M'offrit dans l'eau facréc à l'être que tu fers : 
2wlma fuivit mon fort ^ d'angeliques concerts * 

Entendus fur les flots célébrèrent la fête : 
Ce prodige & l'éclair qui brilla far ma tétc , 
De te rejoindre ici m'annonçaient le bonheur. 
A ces mots , le Génois , qu'emporte fon ardeur , 
Par fes embraffemens interrompt fon Amante. 
Zama , s ecria-t-il , que ton récit m'enchante i 
Oui ; quand pour moi ton cœur au vrai culte cft fournis 1 
L'efpoir de ton hymen Qie doit eue penrâs. 



Madame du Bocage. 50X 

Le nom âz toû «^pouz dans ce jour de vidoire » 
£ft le feul dont mon ame idolâtre la gloire : 
Si ton cœur y confent , iuroas-nous à l'Autel, 
Aux yeux de rUniyers un amour écerneL 
Hélas! reprit Zama , m vois que je foupire ; 
Que m unir à ton (brted le bien oii j afpirc : 
De ta félicité qui charme ma langueur , 
Jauc-il par mes récits te ravir la douceur ! • • . . 
Quand pour te rettouver nous abordions la terre , 
Le peuplé de ces lieux nous déclara la guerre -y 
On nous mit dans les fers. • . . Enfin a Xaraga. 
La déroute des fiens attira Vafcona. 
Ce jour, dont à regret je retrace l'hiftoire , 
Par notre arrêt de mon nous apprit la viifboire. 
Au Temple , où je fuivis ion peuple défolc , 
Piefqui joint à fa troupe aux Dieux fut immolé ; 
Invain le fer facré qui leur ôta la vie , 
Sur moi , fur ma compagne arrêta fa furie 5 
La Reine fans pitié vit nos attraits naiâans : 
Sous le prétexte humain de ranimer nos fens , 
Sa main nous abreuva d'une liqueur perfide. 
Dès cet infiant, hélasi la foif laplus avide 
Dans mon fèiii déchiré répandit Con ardeur. 
Le bruit de tes combats augmentoit ma douleur : 
Je rregiblois pour tes jours > & dans l'Inde allarméc 
L'cfpoir de m'éclaircir du fort de ton armée. 
Des Prés fur les coteaux portoit mon vol errant. 
Quand pqur calmer ma foif j'approchois d'un torrent ^ 
Ton fidèle interprète en garde fur fcs rives , 
Accourut aubruitfourd de nos courfes craintives: 
Dans l'ombre dont le foir obfcurciflbit les airs , 
Au lieu d'un -ennemi qu'il crut charger de fers , 
Il reconnut mes traits 5 quelle fut fa furprifc ! 



50Z Madame du BocàgeJ 

Inftruît de nos malheurs & de notre encreprift% 
Pour marcher vers ta tente il aida nés efibrcs : 
Ma joie à ton afpeâ , mon ardeur , tescranfportSy 
De mes jours afFoiblis ont prolongé la trame : 
Mais l'efFort que je fais pour t*cxprimer ma flâmc, 
Spuife mes efpritss & les maux que je fens 
Sur ma langue altérée arrêtent mes accents : 
Je n'ai plus qu un moment à jouir de ta Tue ; 
Yaineraent je combats le venin qui me tue. 
Cher époux ^ foutiens-moi : la nuit couvre mes jcar ; 
Ah ! ces tendres foupirs font mes derniers adieux. • • ; 
Je fuccombe, j'expire. ... A cette voix mourante , 
Du plus feniîble Amant concevez l'épouvante : 
Non , amour, tu peux feul en peindre les toormcns. 
Exprimant fa douleur par fes gémiflcmens , 
A chercher des fecours , Colomb envain s*emprcflê ; 
Zama, qu'un poifon lent anéantit fans ce^e , 
Mourante, dans fes bras n'entend plus fes fanglots; 
A ce fpedacle affreux , 6 Ciel ! dit le Héros , 
C'efl donc pour la ravir à mon «me éperdue » 
Qu'en ce fimefte jour tu la rends à nu vue ? 
Immole-nous enfemble ^ ou plutôt que tes coups 
Aujourd'hui fur moi fculépuifent ton coorroux* 
Hébs ! pour me rejoindre elle a perdu la vie . • • 
Quoi i c'eft moi qui la livre à h Parque ennemie ? • • 
Cherc Zama I pourquoi doutois-ta de mes vceax l 
Tes vertus , ta beauté t'affuroient de mes feux > 
Que^e m'attendois-tu fur ton hearenx rivage ? 
Mon efpoir qui déjà t'y portoit mon hommage » 
Au fein de la viâoirc en formoit le projet. . . . 
Kegrets d'un tendre hymen , dont mon ccrur perd Tobjcts 
Vous n'&ttendnffczplus cette beauté mooxante* 



Madame du Bocagit. 503 

Mon ardeur dans fcs bras n'a plus rien qui rcnchaatc. 
O doideorl fort cruel ! perfide Vafcona! 
Mais que vois-je ? l'amour rend la vue à Zama .... 
Pour former des accents , fes lèvres fe raniment I 

Aux plaintes d'un époux que tant d'horreurs opprimenr, 
L'Indienne un moment triomphe de fes maux , 
R'ouvre fes yeux éteints , & prononce ces mots^: 

Il n'efl plus tems , Colomb , de répandre des larmes ^ 
Mon ame qui dû Ciel goiite déjà les charmes , 
Ne met plus fon bonheur qu'en l'efpoir de fes dons. 
Veux-tu les mériter } dompte tes palfions , 
Sers ton Dieu y fuis fes loix > fais qu'un |our, dans fa gloire^ 
Nos dedins réunis couronnent ta videire. 

Zama meurt après ce difcours ; & Colomb 
s'abandonne au chagrin le plus vif: il fe retire 
dans une grotte , ou le fommeil s'empare de fes 
fens. Zama lui apparoir , lui prédit ce qui ar* 
rivera de fon entreprife , & lui fait entrevoir 
les principaux évenemens qui doivent fe pafler 
dans l'Europe. 

Vafcona recommence la guerre. Marcoufly 
tombe terrafle par le géant Macatcx; Colomb 
fait élever un tombeau à fon ami ^ l'éruption des 
volcans épouvante les Indiens y ils confultent leurs 
Magiciens , qui répondent ; 

Enfin nos pronoftics & la voix des deftins 
Dévoilent à nos yeux le fort de ces humains. 
Ils font nés du foieil 5 ce Dieu , pour les défendre , 
De nos Volcans éteints a rallumé la cendre i 
Mais ces enfans à)i Ciel , cruels, ambitieux , 
Dégradent , par leurs mœurs , le fang de leurs aycufi 

1 i iv 



oûe&. 



504 Madame du BocAct. 

Je fais que le jour feul ranime leur cfleiice 5 
Lear feu cflede meure quand la nuit prend naiflknoe : 
Sur la terre abattus , fans force & fans pouvoir , 
Ils re/Temblent aux fleurs qui fe fanent le foir , 
£t qu'au frais du marin l'aurore voit renaître. 

La Reine meurt frappée par un bras invifi- 
ble. Colomb rend grâces a Dieu de fes fuccès j les 
démons rentrent dans les enfers j & TAmérique 
eft foumife à la foi. 

Ce Pocme ne peut que faire honneur à Ma- 
dame du Bocage , à qui on ne fçauroit donner 
trop d*éloges fur fon Art de peindre les mœurs 
du Nouveau Monde. 
Egalement heureufe dans tous les genres , Ma- 
es ma- j^j^^ j^ Bocage a toujours reçu des applaudif- 
femens , foit qu'émule de Milton & du TafTe, 
elle ait chanté les exploits des Héros , ou la trop 
funefte imprudence de nos premiers parens j foit 
ique difcipie de Sophocle , elle ait excité dans 
nos âmes les paflîons qu*infpirent les foupirs de 
Melpomene. 11 paroît qu'elle s'eft principalement 
propofé dans la Tragédie des Amazones , de 
faiie triompher le penchant invincible , l'attrait 
vainqueur qu'ont les deux fexes l'un pour l'au- 
tre. Il fe V ble que fon buta été de faire voir,, 
que des Loix bifarres peuvent , pendant quelque 
tems 5 réprimer la nature , mais non la domp- 
ter. Pour mettre cette vérité dans tout fon jour, 
elle ne pouvoit choifir un fujet plus heureux, 
L'Amour banni de l'auftere gouvernement des 
Amazones, a fait naître à FAuteur l'idée de 
venger ce Dieu. Le terrible Mars fe laifla 
défajmer par Venus; il étoit jufte, pour rendre 
les chofes égales, que les fieres Amazones fou* 
piraflent pour un rival de Mars, 



Madame du Bocage, 505 

Théfée eft le mortel fortuné , qui a l'avantage 
de déranger les Loix de cette République de 
femmes. Fait prifonnier dans un combat contre 
les Scythes , il devoir périr , fuivant Tufage bar- 
bare d'égorger tous les captifs. On demande fa 
mort à grands cris j mais Oriihie elle-même , 
Reine & Prètrefle , devenue fenfible , diffère le 
facrifice fur de vains prétextes. Son projet, qu'elle 
cache avec foin, eft de conferver une tète fi 
chère dans un Pays où il n*y avoit d'hommes , 
que lui &c Idas fon compagnon. Antiope , Prin- 
ceïfe héritière du Trône, brûle auffi pour ce 
Héros , qui lui a fauve la vie dans la bataille ; 
& fa paillon eft payée du plus tendre retour : il 
n'y a que Ménalippe , Miniftre & Chef de Tar- 
mée , dont le cœur inflexible ne fe laifle point 
attendrir. Elle s'entretient fièrement avec Thé- 
fée ,& lui décrit, en beaux vers, les mœurs de fes 
compagnes. 

' Parmi nous les travaux & la frugalité 
Maintiennent la vertu , la paix , la vérité. 
Sur lempire des Rois le nôtre a Tavantage. 
Souvent , dans vos Etats , le pouvoir fe partage : 
Mille jeunes beautés foumettent leurs vainqueurs , 
Au gré de leurs dcfîrs difpenfent vos faveurs. 
Leur règne d'un inftant dure aflez pour vous nuire , 
Pour ufurper vos droits qu'elles voudroient détruire s 
Et la vieillcflc enfin les livre à vos mépris. 
Loin de la craindre ici , le tems nous donne un prix. 
Les rides fur le front y marquent la puifTancc j 
Nul intérêt fccrct n'y porte à la vengeance i 
Et le fcul bien public y réunit les voix. 
i^cs iîéclcs à venir , furpris de nos exploits t 



5o(> Madame du Bocage» 

Si nos Etats détruits revivent dans l'hifloire , 
En admirant nos mœurs , auront peine à les croire» 
Peut-être on doutera que jamais l'Univers 
Ait vu régner nos loiz jufquau-delà des 6iers. 
Mais, Seigneur , je m oublie en ventant leur fagcflc* 
Mon cœur né fans pitié va preflcr la Prctrefic 
D'interroger le Ciel s & s'il entend ma voix , 
JLa mort terminera vos jours & vos exploits. 

Orithie s'apperçoit qu'Antiope eft fa rivale ; 
elle en témoigne fon chagrin à Théfée ; & , fur 
l'aveu que celui-ci lui fait de fon amour pour U 
Princeue , elle ne cherche plus à s oppofer à fa 
lîiorr. 

On fe difpofe à obéir à la Loi; on élevé un 
bûcher j on conduit le captif dans l'endroit du 
fupplice ; mais une armée d'Athéniens vient aufli- 
tôt l'en délivrer. 

Théfée fe met à leur tète , défait larmée des 
Amazones , '& entre victorieux dans le Palais 
de la Reine. Orithie ne peut furvivre au dou - 
ble affront de voir fes feux mal reçus , & fa ri- 
vale heureufe ; elle laiffe fon tr^ne à Ménalippe , 
fe donne la mort, & Théfée époufe Antiope. 

On ne conçoit pas qu'un fujet fi fimple, dé- 
nué d'incidens , ait pu fournir à Madame du 
Bocage les cinq Aftes de fa Tragédie. La 
paifion de la Reine pour Théfée , l'amour 
de Théfée pour Antiope , la jaloufie d'Ori- 
thie j les craintes de la Princefle; voilà ce 
qui produit toutes les fituations de cette Pièce , 
uniquement faite pour le cœur. On n'y trouvie 

Eoint de ces incidens bifarres , de ces coups 
ardis, de ces fituations hafardées qu^nfante 
une imagiiutioa mal réglée , & qu'une raii^a 



Madame du Bocage. 567 

faîne condamne : on n'y voit point de ces éclairs 
fréquens , qui cblouiflent & qui n'éclairent pas y 
qui plaifent peut-être pour un moment , & que 
l'inftant d'après , le bon fens défapprouve. On 
n'y remarque prefque point de ces maximes ri- 
mées , qui font d'une Tragédie un recueil de 
Sentences, & qui ne fe font introduites chez les 
Anciens , que lorfqu'ils ont commencé à avoir 
moins de goût. 

Sans m'attacher à fuivre TAuteur d'Ade en 
A£te , je m'arrêterai à la principale fituation de 
la Pièce. Orithie veut entretenir Théfée,&: con- 
certer avec lui les moyens de le fauver. Ne pou- 
vant renfermer dans fon fein le feu qui la dé- 
vore , eHe fait à Théfée la déclaration la plus 
tendre , la plus animée. Quelle chaleur dans les 
fentimens & dans les expreflîons ! Il n'y a que 
le cœur qui puifle produire & goûter ce tableau 
d'une pallîon véritable. 

Cruel , laifle ma gloire & confervc ta vie 3 
Je chériflois nos loix : je te les facrifie. 
Fidclle à la vertu , fans toi mon tride cœur 
Jamais des feux d*amour n eût reflenti Tardeur 5 
£c fur le Thermodon tu portes plus d'allarmes , 
Que les monftrcs cruek terraffés par tes armes : 
Leurs perfides regards du moins n'ont point d'appas , 
Qui voilent les dangers qu'on trouve fur leurs pas. 
Pourquoi franchir les mers dont le Ciel nous fcparc , 
Pour bannir la vertu de ce climat barbare , 
Y porter les foupçons , la honte , les remords , 
Et rendre un fol amour vainqueur de mes efforts ? 
£n mille autres climats fa chaîne eft légitime : 
On brife ici fes noeuds 5 8c fon joug cft un crime* 



5^3 MADA3fl 07 BOCAGI. 

Miff» sU cflr (les oBocsËi fbcmrf pour cdoc ( k» iiirT , 

Qiie Koot-ik 4oac des cxoiscpic Toa piBl£e fiittimcc ^ 

Tk fil o^rre en bsix ùàn. os ^ coi oze iémic s 

& nz oass jizfjpL'zzx âifss cSe rjofct ^az c'acsocc 

iUi , <&i notes £ son ane mff nîiLIea.rxaionr , 

N*e^ poizic par «TaEznes feix profenécg @Qiir ! 

Si ncs leçarà crosz^és i g uc cufcnc ssa zirv^Jb 1 

Mû fc csMuioEs mes masz^dcskar {buxLcâsaLr, 

Pcor moQ rcfos ûcrrr , Boa poac ^iziaacées iocx» 

Desjoapespflc tnîré cpc n'ai-ic ci la toix. 

Q2^ =c £*a£-îe baasx ér cr TaLzis gyitfKr- 

Tt C3L3S pbi m icgaiU Î s , ^ac aoabcas i 

T H E S i E. 



Hâas! 



O B. I T H I ?• 



Dï r'arxririr scspLzazs anrotccc-ils kpwTsr : 

SdnohTraz, ^raaâs Dicaz : f cdbËc» mes al^zrzacs , 

Mes r^BTçoQS , ses TSMoxài, sa TràosylcTi^ £r « 

£risÎTanrkspaiç^3ipcal:^ifûsra=accr , 

Fccr soc^ocssaroc » je £iir3» ce fcrocr. 

S: rïsîaus , caes ^^as nomt pâTwarWrasQj 

Par jir? £d3 iacnaîs , czszî£>as -"^a fissiae. 

T a^n os'oa ic pK|are à tcaaizer aas £bir , 

Far ics déroms cadics I a!zad»i:r à la laoxr » 

Atcc ?îh f ofiaad £bffdx oemom cia|àic j 

H cÔT^ à ncs jcsx : pom soi fc=l je leffàic. 

L=s Dîaox 5: ics Hmrunrs fc riri ' mi kar JfnncTS s 

PreaJs raû^oe iBorea 3c cocicrrcr scs^oais. 

Tîatsi je TCBZ «fcc aoâ pofncipasoac lagaczic; 



Madame du Bocagjb. . 509 

. JDc monjftres , de brigands alIoQS.pujcger la teixc i 
Montrons à l'Univers à quel pornc de grandeur 
L'amour d'une Amazone ^leve fa valeur. 
Pour une Amante née au milieu des allarmes , 
Ne crains ni les dangers , ni la fpif , ni lesarnies. 
£n te prouvant l'amour qui guidera mes coups , 
Que ces travaux guerriers à mes yeux feront doux ! 
Quelle félicité départager la gloire 
De l'objet de fes feux , chéri de la viéloirc ; 
D'avoir les mêmes foins , les mêmes ennemis » 
Se voir tous deux vainqueurs , éc le refte foumis ! 

Après que Théfée lui a déclaré qu'il aime Au- 
tiope 3 elle lui ordonne de fe retirer. 

CencftaireZjThéffc- 

La Vimicre renaît dans moQ ame abufée ; 
Epargnez- moi l'horreur de gémir à vos yeuy ;^ "^ • • 
Et ne jouiflcz plus d'un triomphe odieux. 
Laiffez-moi feule en proie à ma rage , à nia honte s 
Sortez 

Théfée eft conduit au bucher.Orîthîe'iJ^Ail- 
tiope fe réconcilient pour le pleurer , comme 
Elifabeth & la Duchefle dans le Comté d^EJJek. 

Vous avez vu , Madame , quel eft le dénoue- 
ment de cette Pièce : à Tégard du fhjet , Madame 
du Bocage paroît s'être propbfé pour modèle la 
{implicite & la fageflfe aes Grecs j elle a craint 

Su'on ne lui reprochât des événemehs inatten- 
us, des incidens extir^âordînairesi i^s fituations 
embarraflantes; 

Je fuis y &(^ 



5IO Madamb du Bocage. 



LETTRE XXX ï. 



A, 



.Près avoir fuivi Madame du Bocage dans 
la carrière glorieufe d*Homere & d'Euripide, 
on aime à l'entendre encore , foît qu'elle s'amufe 
feulement à tirer quelques fons de fa lyre , ou 
que, Voyageufe éclairée &Philofophe aimable, 
elle enttetienne (es Ledeurs des découvertes & 
des observations qu'elle a faites chez les peuples 
qu'elle a vifités. 

Le Temple de la Renommée , Pocme plein de 
feu 5 d'efprit & d'imagination , n'eft ni le plus 
parfait, ni le plus eftimédes Ouvrages de Pope. 
Ce Poëme renferme cependant tant de beau- 
tés, tant de penfées hardies, neuves » quoique 
fouvent bifarres ^ que c'eft avoir rendu un fer- 
vice eflfentiel à la Littérature Françoife , que 
d'en avoir donné une tradudion littérale , & 
d'autant plus difficile , que Madame du Bocage 
a rendu cette Pièce en vers. C'eff à ceux qui 
connoiflent le génie des deux langues , & qui 
ont lu l'Ouvrage de Pope , à juger des diffi- 
cultés vaincues. 

Un autre Pocme couronné par l'Académie de 
Rouen , quelques envois en vers , Se quelques 
pièces fugitives adreflees à des amis , la Traduc- 
tion de rOraifon funèbre du Prince Eugène de 
Savoye , écrite en Italien par le Cardinal Paffip- 
neijune autre Traduâdonltalienne faite àRome, 
de la Conjuration de Valfteinj tout cela. Ma- 
dame , n'eft pas fait pour nous arrêter. 



Madame du Bocage. 511 

Ce ne fut qu'après avoir acquis un nom &un VoyagcJc 
rang diftingue dans la Littérature & parmi nos Madame 
Poètes les plus eftimés , que Madame du Bo* du Bcuàagc» 
cage , à l'exemple des anciens Sages de la Grèce , 
alla étudier les mœurs des Nations étrangères. 
Rien de tout ce qui peut intérefler les Arts , 
Tefprit &la raifon, n'eft échappé à fes regards ob- 
fervateurs. A mefure qu'elle raifoit de nouvelles 
découvertes chez les Anglois, en Hollande & 
en Italie , elle écrivoit fes réflexions , & les com- 
muniquoit à fa fœur , Madame du Perron , veuve 
d'un Confeiller au Paiement de Rouen. De re- 
tour dans fa Patrie , l'aimable & fage Voya- 
geufe n'a fait que retrancher de ces Lettres , les 
détails de famille , & en rendre le ftyle & les 
récits plus exads. Leur fuite forme une relation 
utile & curieufe des difFérens objets que Ma- 
dame du Bocage a remarqués chez ces trois 
peuples. 

Je croyoîs , dit-elle , que Tefprit Philofophi- 
que étoit beaucoup plus répandu chez les An- 
glois j nous fûmes fort étonnés , l'autre jour , de 
voir dix mille perfonnes courir à leurs maifo^s 
de campagne , ou coucher dans les champs , de 
peur d'un tremblement de terre qui avoir été 
prédit par un Soldat. 

Malgré ce refte de fuperftition , les livres de 
xaifonnement font de grands progrès parmi 
ces peuples i mais la méthode dans leurs écrits» 
la bonne Architedture , la Peinture & la Sculp- 
ture y font encore dans l'enfance , &c. L'Auteur 
parle enfuite des aflbciations^que les Anglois 
forment entr'eux,& dans lefquelles ils obfer vent 
il religieufement les Loix qu'ils fe font impo- 
fée«. Il y a tçUe de cesaflfociations, qui eft d'en- 



511 Madame du Bocagi, 

viron cent perfonnes ; nul poftulant n*a la fa- 
veur d'y être admis , que l'cleétion par fcrutiit 
ne foit unanime y & quiconque s y comporteroit 
mal enfuite , en feroit banni. Il en eft une ac- 
tuellement, où il n'eft permis de parler de fuite 
que quelques minutes^ un Boulanger fort élo- 
quent qui y préfide , tient, une montre & un 
marteau dont il frappe,auffi- tôt que le tems donné 
expire : chacun écoute en filence ; & le defii , 
d'exprimer fapenfée en peu de mots, y rend 1*0- 
rateur très-concis. 

Au fujet des défauts du Gouvernement An* 
glois, l'Auteur obferve que les diverfes parties 
iiéceflaires pour la balance du pouvoir , accou- 
tument trop cette Nation à l'efprit contentieux; 
d'où naît la mauyaife foi dans les difputes , &c. 
Dans les Villes où les éleâîions (pour le Parle- 
ment) font prçtes à fe faire, celui qui régale &qai 
enyvre le mieux quiconque fe préfente dans les 
cabarets , ouverts à fes dépens , obtient le plus 
de fufïrages pour le Candidat qu'il protège. 
Quand les concurrens font opiniâtres & opu- 
Igtys , la dépenfe eft immenfe : mais en Ai^le- 
terre, les femmes n'ont aucime iniluence fiir ces 
brigues, fur ces cabales. » Une Dame de la Cour 
» dont j'admirois la toilette , me dit : s'il prc^ 
v noit fantaifie à un de mes Fermiers de dé- 
j> jeunçr deffus , pour le gagner, il faudroit bien 
j> le fouffrir «. Nous plions en Frajtice fous les 
grands; les Anglois devant le peuple : en re- 
vanche , les fubalternes ont befom de la proreo- 
tion des Lords , & leur rendent ici un voloi»- 
taire hommage. De ce befoiu mutuel , naît lé 
meilleur des Gouvernemens, s'il étoit poifible 
4'en r^tranchej les abus. 

j9 Comme 



Madame du Bocagb. 5x3 

w Comme les hommes font par-tout les mc- 
» mes, dit Madame du Bocage , le Théâtre 
M de Londres , quoique différent du notre , y 
j> reflemble pourtant en plusieurs points ; mais 
99 il eft ici des SpeAacles dont nous n'avons 
» nulle idée. Je ne vous parle point des cour- 
M Xes de chevaux , des combats de cocqs & de 
» gladiateurs y je laifle aux hommes à décrire 
3> ces terribles plaifirs, &c m'arrête fur des ob- 
»> jets plus riants , tels que les Jardins de Vaux- 
9> hall & Renelagh, que préfentent les bords 
99 charmans de la Tamife. Là , le matin , pour 
» un Scheling , un Entrepreneur fournit mufi- 
35 que , pain , beurre , lait , caffé , thé , choco- 
99 lat : le foir , illumination , concert & tout ce 
99 qu'on peut defirer en le payant au-delà du 
99 fchelling.. Quelquefois il s'y donne des bals 
^9 de nuit à une guinée j mais , pour ce prix , on 
99 y trouve tous les mets , fimphonies fouterrai- 
99 nés , foires , chants , danfes & mafcarades auflî 
99 élégances , que les parures des Divinités de 
99 nos fèces d'Opéra.Les Dames ne fe démafquenc 
99 point. Les bats font rares dans ces lieux d'alfem- 
99 blée y mais chaque jour des perfonnes de tout 
»9 rang, de tout âge, dans un joli négligé , & rare- 
99 ment parées , y viennent de toutes parts char- 
99 mer leurs ennuis. Ce qui paroît un phénomène 
99 aux yeux François , eft Tordre , le (îlence au mi- 
99 lieu de la multitude ; & chez n#us le plus grand 
99 bruit importune dans la plus petite auembiée. <« 
Madame du Bocage nous donne l'explication 
de cette cérémonie Angloife qui s'appelle Tof- 
ter. Ce mot & cet ufage viennent d'une Maï- 
trelfe de je ne fçais quel Roi , qui fe baignoir. 
Un des Courtifans avala , par galanterie , luic 
Tome ir. K k 



514 Madame bu BocaghJ 

rafle d*eau du bain de la Déefle : chacun en but 
à (on tour. Le dernier dit : je retiens la rot'u , 
pour faire allufion à Tufage du tems , de boire 
avec une rôtie au fond du verre. Tojîer veut 
dire rôtir. 

Manière de faire fa cour au Roi d'Angle- 
terre. L'aflemblée fe tient à une heure : les Da- 
mes en cercle, les hommes derrière en triple 
rangi leurs Altefles , fuivies des jeunes Princes, 
viennent par une porte, & reflbrtent par l'au- 
tre , après avoir parlé aux perfonnes â qui elles 
daignent faire cet honneur. Cette cérémonie 
fatigante dure environ une heure. 

Dans un cabinet de curiofités qu*on voit d 
Oxfort, Madame du Bocage remarqua un fque- 
lette d'une veuve de dix maris , qui fut pendue à 
trente-lîx ans ,pour en avoir empoifonné quatre. 

Parmi les raretés renfermées à Star , chez 
Milord Cobham , on admire un Temple de l'A- 
mour , avec cette infcripïion: 

Nuacamet , qui noadiun amavic , 
Quique amavit , nunc amer. 

Ces deux vers ont aflez de refTemblance avec 
ceux que M. de Voltaire fit pour mettre au bas 
d'un portrait de l'Amour. 

Qui que tu fois , voici ton maître ; 
Il Teft , le fût , ou le doit être. 

Peinture détaillée des Villes & Villages de 
Hollande, de Rotterdam, d'Amfterdam, de Ja 
Waye, &c. Les rues, pavées de briques , y font 
plus propres en tout tems , que la vaiffèlle la 
mieux lavée dans les maifons : les femmes tranf- 



Madame du Bocage.* jij 

portent fur le dos leurs maris , quand elles n'ont 
point de panroulîes à leur donner5pour les empê- 
cher de falir le plancher ; on écure jufqu'aux éra- 
blesà vaches , où leurs queues fon retrouflees, de 
peur qu'elles ne les faliffent. Les fervantes . par 
toute la Hollande , ne voudroient pas d'un maî- 
tre qui ne permettroit point de porter le Samedi 
tous les meubles au grenier , pour laver la mai- 
fon du haut en bas , & chaque jour les vitres , 
les murailles dedans & dehors j on les repeint 
fouvent, ainfi que les volets & chambranles des 
portes, pour leur conferver un air' de nou- 
veauté. 

En avançant dans la Nort-HoUande, on trouve 

f)ar-tout la même induftrie, la même propreté, 
e même goût pour le jardinage. Les habirans 
du Nord aiment tant les fruits ôc les fleuis, dont 
la nature leur eft avare , que les Regiitres d'Al- 
maerdifent qu'en 1737, une vente publique de 
cent vingt oignoiis de tulipes monta à deux cent 
mille livres. 

Defcription d'L^trecht. On conferve au Théâ- 
tre Anatomique de cette Ville , un c:inot d'é- 
corce d'arbre , long & pointu , qiTi contient un 
petit Efquimau , dansTattitude cù il tut pris au 
détroit de Davis , lié dans un rrju au milieu de 
fon bateau, de façon qu'il ^cî.j^le en fair'^ par- 
tie : le relie eft couvcrr, 2: pr-u: fe renverler , fans 
que l'eau y pénètre. Conirrie I2 mot centaure 
nous préfente l'idée d'homme-chcval, il enfau- 
droit un pour fignifier homme bateau, tel que 
notre très-petit navigateur, armé de deux cour- 
tes rames. Ses dents , fes cheveux , fon bonnet 
exiftent encore. Quand il fe vit en mains étran- 
gères , dit fon hiftoire , il ne voulut plus man- 
ger, & mourut de douleur. K k ij 



5i5 Mada?.ce du Boca3i. 

Je p îiTe tout d'un coup au v cy i ge d IrÂlie. 

Dar.î une Lctcre fur Turin, Mndiire du Bo- 
cage cite des vers que M. de Volrjire lui adret 
fa, en lui envoyant Semiramis. I!s ne font prel- 
que pas connus y Se vous me faurez grc de vous 
les envoyer. 

ravois faic an vcea témcraire 
^c chanter an joar , à la fois , 
Les grâces , l'cfprxc , Tan de plaire » 
Le uîcnc d'anir, foos Tes loxx , 
Les Dieax du Finie âc de Cyùiere. 
Scr c<: objei nxanc moc> choix , 
Je chcTchoisce rare alTemblage » 
NoI aocre neucpam'arrêter; 
^lais je vis hier du liocagc , 
£r je n'eus plus rien à chanier. 

Ce n eft pas la feule fois que M- de Vol- 
taire a rendu hommage à Madame du Boccage; 
on fe reUbuvienc encore de ces vers charmant : 

KoavcUe Mafe , aimable grâce , 
Allez au Capirole ; al!ez , rappo:tcz-coiis 
Les myrtes dz Pétrarque & les lanrien da Taflê : 
Si coos deax rerivoienc , ils chanreroient pour vocs s 
Er voyant tos beaax yenx & voae Poeîîe , 

Toas deux moarroien: à vos genoux , 

Ou d*affioar , ou de jalouile» 

Le peuple a Venife connoîc mieux les meil- 
leurs Poctes Italiens, que les nôtres ne font con- 
nus des perfônnesinllruires. Un Gondolier com- 
mence un couplet de TAriofte ou du Tallc ; fon 
compagnon chance le fécond j le voiùn répond} 



Madame du Bocage' 517 

Se aînfi de fuite, jufqua ce que la mémoire 
manque à l'un d'eux. 

Converfation plaifante de Madame du Bo- 
cage avec M. l*AbbéFranquini , qui avoir demeu- 
ré à Paris , & qu'elle n'avoir pas vu depuis long- 
tems. » Il s'eitiprefle , dir-elle , de me deman- 
j> der des nouvelles de rous les gens que nous 
» avons connus enfemble ; une rrifte vériré me 
» force de répondre : cet agréable que vous 
5> voyiez jadis par-tout , eft dans fa chambre 
9y rongé de goutte i cette femme , qui écoutoic 
>> avec tant de grâces , eft fourde ; cet homme 
w d'efprit eft en enfance j ce vieillard , mort 
55 d'apoplexie ; ce jeune homme , de la petite 
» vérole ; cette Nymphe eft d'une taille énor- 
jt me , & fort laide : voilà la converfation con- 
» folante des perfonnes qui fe perdent long- 
9i tems de vue. 

Peinture des promenades nocturnes à la Place 
de Saint Marc. Les Dames vont ainfi feules avec 
leurs Chevaliers , reftes des anciens Paladins j 
les déguifemens font uniforme* j les gondoles, 
toures de la même couleur , fe ferment quand 
on le veut j la clef de la petite maifon eft dans 
la poche; une lanterne de Religieufe, qu'on 
allume dans Tefcalier de la maifon Bourgeoife , 
dont une partie compofe le cafin, y conduit. On 
entre; on s'y repofe en compagnie, ou tète-à- 
tctc , à fon gré , fans que perfonne en médife. 
J'ai vu plufieurs de ces retraites familières , & 
dis avec vérité aux Dames qui me font la grâce 
de m'y admettre, qu'on leur vante à tort notre 
liberté; la leur la furpaffe infiniment. Quand je 
lis dans Miflbn , que les Vénitiennes vivent dans 
la plus grande contrainte , je vois qu'en cenp 

Kk iij 



«îS Madame r>c Bocage, 

ans les rz^iizs changer:: r^iiîtmenr. On n'if- 

fura c-i'ici une 'eune cLiri^e , ca surre , csâ 

s'ennuie à iOcera, ip^js ciiniûr, prcpofe a ion 

Siçisbc un rLiiiîr ciaîLint ccur c-iicGncse Ta 

toajoars pir eiz ; c ;i:: ce crarir une rcire : scsn- 

tôc lis mcntîn: en eo-^l^, fcnr rrois cn?:TS 

cîe lieue poi:r e:zn=r L2 rerre. cc-urenr une rc« 

en chiife, pren.ifnrii ci&, rstcarrîeîti a lenr 

bite^n , COI les rarr.ece Sii foar a Li Ville. L rii- 

binxîô cîe b liberté y snodere uns <îeïire lem- 

preîfe'nenr CLt':i •cnir. On v^ir iri, cc-nreme 

Micjme ca Ecnze , beincc-j^ ce îolies p=r- 

fcnncs plii; bninches en en Fr^nze. J'innbce 

ce bein teint auï mes étroites, ou irzî fc4=i\ 

îîu:':ï pouiiére n'enrrenr, pcilcne rocre? iocres 

ce vnnires, chevini & inules en fc-nr binnis: 

les Dîmes ve^=nr i Tociibre cLins îe^rs e^n- 

coles , 5c ferre.-:: re-j: !e frnr. Leurs ^rmbtces 

de Icîî ne comrr-enjenr Tetc cn'i cît ae.:res; 

avan: de s'y renire , en le pronere fer Li Plice 

Sun: NLiTc, mizninGueînenr ritie , envircîince 

d'srcîd es . fc longue ce trois cens pas î'nr cent 

cîn-:.iin:e de hr::e- \jl foire • qui la cocpe 2c- 

me:;e:r:îr:r en me?, m'ernr^ijhe d'en bien voir 

le.Vice; mais la dccarsricn des boaricaes din- 

îriLTittî , & la cuzjinré ce ctaicnes cm k* 

re-r.pii'Tenr , îcrme En rire cocî»-cVriL D'ca 

ccre, ibnr Maricnnsne*, Danfeurs de cerde, 

Jcneurs de geb^îecs ; de i'snrre , des Dilenrs de 

benne ?v:rînire; cni , Itr ïin rrar tfctdrre cca- 

ven d'in.tr-timens afh-oîî^mîjzes , prcr-oncent 

des crjicle^ 2 mrer? en îcnî; m^'an, roi les reai 

d^iîs i'oreiile eu cririeiEc c;x?cv2nrê ceîenrsprc- 

cicîicnî. Les Cbarlarens , cui et. "fromeRt le 

plïis, l'en: ces ccisresrs d'huîcires , eotcuics 



Madame du Bocage. 519 

d'auditeurs , fans vendre d'onguent : le fujci eft 
ordinairement un moine amoiueux , un mari 
dupé à la manière de Boc3c . c- goût r^^gne 
encore chez les Italien^, On y t. rouve amîi un 
jeu dont parle Claudien; ils forment une rour 
d'hommes montés fur les épaules les uiis des 
autres. Un enfant qui en fair la cime , pour dé- 
truire cet édifice , faute en bas dans les bras de 
fon père , qui le reçoit ; le refte dt la pile dé- 
file de même , aux acclamations des Specta- 
teurs. 

A Rome , le Palais Farnefe, & les ineftima- . 
blés chefs-d'œuvres qui y font raircmblés , font 
les fujets des récits qu'on lit dans les premières 
Lettres de Madame du Bocage,pendant fon féjour 
dans cette ancienne Capitale du monde.EUe décrit 
enfuite le Colifée , ce Théâtre célèbre, qui conte- 
noit jadis quatre-vingt mille fpe6tateurs,& dont la 
ftruÂure , fuivant l'expreflion de Caflîodore , 
coûta un fleuve d'or. Pompée fut le fondateur 
de ce magnifique Théâtre , dont il refte encore 
des veftiges, qui peut-être feroient plus impo- 
fans , fi Tarêne , aduellement pavée , n'étoit en- 
tourée de douze Chapelles portatives , à peu près 
comme des guérites de Sentinelles. Les Pel- 
lerins viennent honorer le fang des Martyrs, 
maflacrés , dit-on , en ces mêmes litsux , où aans 
leurs jeux les Payens égorgeoient un nombre 
incroyable de bêtçs féroces. - - 

Un feul Hermite François, logé* dans cet 
amas de ruines" & de beautés furprenantes , le 
Chapelet en main , en garde nuit & jour l'en- 
trée. ... Le Forum Romnnum j où jadis on dé- 
cidoitdu fort du refte des Nations, neft au- 
o ard'hàï Au un champ couvert de débris. . . . Les 

Kkiv 



510 Madame i>v Bocage. ' 

colonnes da beau Temple. de Faufl;ine font la 
façade d'une Eglife. Le veftibule du Palais de 
Néron eft la Chapelle Sainte Françoife, où re- 
pofent les cendres de Grégoire XII. Le Pan- 
théon, aujourd'hui la rotonde, eft dédié à au- 
tant de Saints, qu'Agrippa y fit encenfer de 
Dieux. Dans l'Eglife fouterraine de faint Pierre, 
une excellente & très-belle ftatue d'un Jupiter 
Olympien , de bronze , eft métamorphofée en 
Saint Pierre. A quelques pas,, on voit la figure 
d'un Conful Romain , auquel les modernes ont 
mis en main les clefs du Paradis. Les Papes 
rendent des Décrets , dreflent des Bules , dif- 
tribuent des Indulgences, & quelquefois lan- 
cent des foudres du haut de ce Mont tant re- 
douté des Payens , & où le Dieu Vaticanus ren^ 
doit autrefois fes oracles. Les deux chevaux de 
marbre que Tiridate , Roi d'Arménie , envoya 
à Néron, & qui ont donné le nom au Monte- 
Cavallo , annoncent la demeure du Souverain 
Pontife : ainfi tout a changé de face i & il faut 
ctre bien inftruit , pour reconnoître les veftiges 
cie Rome ancienne dans la nouvelle Rome. 
. Réception de Madame du Bocage à la nom- 
brcufe Académie (jes Arcades. LaDutheffe d'Ar- 
cé , âgée de fçize ans^ luiadrefla un compliment 
trop joli & trop ingénieux , pour le paner fous 
fileui:w\ L'Auteur diloit au Cardinal des Ûrfins, 
fon père, que fa fille étoit la.DéeflTe de Rome. 
Non > Madame, répondit la PrinçefTe ; les Ro- 
jnains prenoient leurs Pieux, chez les Etran- 
gers^" ; . -j;. '-. - -:\ V ' 

A Rome il y a ,des .iffemblées ou Von ne fe 
rend que trois heures après le coucher , du foleil. 
Eu attendant la fin du "jour ^ chacûit va adorer 



Madame du Bocage. 52JP 

le Saint Sacrement , toujours expofé dans quel- 
que Eglife, avec illumination & mufique. On 
fait enfuite un tour de promenade y Se enfin les 
portes s'ouvrent pour raflemblce nommée con- 
verfation : on y joUe après l'entretien \ 8c l'on 
fe retire • mais la plupart paflTent la nuit dans 
une place , au fon des voix & des mahdolines , 
ou dans les rues , ordinairement remplies de 
gens habilles en bergers & en bergères. 

On trouve toujours dans quelque quartier de 
la Ville , des guirlandes & des lampions artifte- 
ment arranges autour d'une Vierge ou d'un 
Saint , & des dévots qui les honorent par des 
chants , des pétards & même de la danfe. Chaque 
carrefour eft garni de petites boutiques portatives, 
ornées de pampres , de lampions , &c. Enfin ; 
Madame , Rome eft un féjour charmant pendant 
la nuit. 

Le Carnaval attire à Rome beaucoup de mon- 
de ; & ^ pendant les derniers jours furtout , il 
fe forme un très-grand concours de peuple qui 
va dans la rue du Cours , voir la quantité de 
mafques qui la rempliffent. Les femmes qui 
craignent la foule , fe mafquent fuperbement , 
& reftent a leurs fenêtres. Les trotoirs , cou- 
verts d'échafauds , en font pleins , & portent 
cent Polichinels, Arlequins & Dodeurs, qui 
haranguent le peuple , & jettent des dragées aux 
pailàns. Au milieu de la rue , font tes Seigneurs 
xnafqués , traînés dans leurs carrofles : leurs co- 
chers & leurs laquais font auûi déguifés. 

Chaque jour il s'y fait une courfe de che- 
vaux. Dans l'efpace qu'ils ont à parcourir, le fa- 
ble couvre le pavé j & la garde , fuperbement 
vctue, y met Tordre» A fon fignal, on entend 



524 Madame du Bocage. 

Melpomene. En effet , Madame , ce n^eft point 
en s'exerçant fur des fujets communs , que Ma- 
dame du Bocage s'eft acquife une place au 
Temple de Mémoire : elle a chanté l'amour & 
la guerre j mais l'amour des premiers Amans, 
la guerre des premières Héroïnes. Elle a peint 
le cœur de l'homme , non comme il eft aujour- 
d'hui , mais tel qu'il fortit des mains du Créa- 
teur. Elle a célébré le courage de fon fexe , & 
égalé la gloire du nôtre. Si quelquefois elle a 
quitté la trompette & le coturne , pour lue cueil- 
lir que quelques fleurs fur le Parnafle , c'étoit 
fans doute pour en orner fon triomphe , & join- 
dre au mérite des Virgile & des Euripide celui 

Moci^mQ ^^^ Sapho & des Saint Aulaire. 

^Qj;^ Le goût des Lettres & l'amour des Arts , une 
fociégé d'amis fûrs & de gens de mérite, une mai- 
fon agréable, qui réunit l'efprit & les talens, le 
plaifir de la converfation & celui de la Mufique; 
ajoutez à cela les charmes toujours foutenus de la 
figure , les qualités de l'eforit & du cœur ; telle 
eft ridée que m'ont donnée de Mad. Dumont, 
quelques perfonnes qui vivent dans fa fociété. A 
l'égard de fes Ouvrages, un Recueil imprinté de 
petites Pièces fugitives , faites pour des occafions 
particulières , & qui hors de Tà-propos , perdent 
une partie de leur valeur , n'exige pas un long 
détail : il y a cependant des Ttaduûions d'Odes 
d'Horace , des Fables , des Chanfons qui peuvent 
fe lire dans tous les teras. Madame Dumont, née 
à Paris 3 & fille de M. Lutel , Contrôleur général 
de la Maifon de M. le Duc d'Orléans, Régent-, 
avoir époufé M. Dumont , Avocat , doat elle eft 
veuve. 

Je fuis y &G» 



p. 



Madame de.Bbaumër. 525 

"■ ■ ■■■■■ I " ' 

LETTRE XXXI 1. 



RIVÉE des dons de ^a fortune, des agrémens Marîami 
de la figure 6c des grrxes de fon fexe, Madame de Beau 
de Beaumer crue liippléer à ces avantages , en ™cr. 
s'engageant dans la caiTiere du bel-efprit. Elle 
compola une efpece de Roman, quelques piè- 
ces de vers , une allégorie \ Se prêta Ion nom 
au Journal des Dames. Ses œuvres mclces for- 
ment un petit recueil d'Ouvrages médiocres. A 
l'égard de fa naiflance & de fon mariage , ce 
font des circonftances de fa vie qui ne font 
point par/enues à ma connoiffance. Je fais qu'elle 
fe difoit parente de feu M. le Maréchal de 
Belle-Ifle} qu'elle a fait un aflTez long féjour en 
Hollande ; qu'elle a vécu dans la pauvreté , & 
qu'elle eft morte dans la mifere en 17^6. 

Le premier Ouvrage de Madame de Beau- les ca- 
mer, intitulé les Cavrices de la fortune y eft une P"*^^'* ^^^^ 
efpece de Nouvelle Hiftorique. Hyppolitte, fi!s ^''''""^• 
de Théodofe^ Roi d'Arcarie, eft atteint d'une 
maladie de langueur : les Médecins lui ordon- 
nent les eaux de Falante , qui ne Ipi font d'au- 
cun fecours. On décide que le jeune Prince 
doit chercher fon falut dans le commerce des 
femmes ; & cette opinion eft bien loin d'être 
combattue par fon père j il porte la complaifance 
jufqu'à choifir la jeune Nayade qui doit fuppléer 
à l'inefficacité des bains. Il jette les yeux fur 
Bellefamire, qui, dans le même tems, prenoit 
les eaux de Falante, accompagnée aulîî de fon père 
nommé Alcidor. Cette Bellefamire, qui ne le cède 
à aucune princeile en agrémens & en bonuv^s 



^iS Madame de Beaumer. 

qualités , eft à l'égard du Prince , un perfon- 
nage auffi difproportionné par la fortune, que par 
la naiflfance. Cette faute du deftin, rendue plus 
fenfible par toutes fortes de vertus , produit fur 
le cœur aHypolite fon effet ordinaire j il ne fe 
borne pas au projet de lui plaire y Se , dans le 
défir de l'élever à un rang digne de tant de 
charmes , les Etats dont il eft l'héritier pré- 
fomptif , commencent à lui paroitre trop bor- 
nés. Cette confidération arrête même pendant 
quelque tems , l'aveu d'une tendreffe qu'il craint 
a'infpirer en vain. Une pareille délicatefle n'a- 
joute pas peu à fon trouble & à fa langueur. 

Les Médecins lui font différentes queftions, 
auxquelles il ne répond que d'une façon dé- 
tournée. Après avoir épuifé les prières & les 
follicitations , & toujours inutilement , ils lui 
déclarent que fon obftination à leur cacher h 
caufe de fon mal , le rend homicide de lui- 
même , & qu'il ne devoir plus compter fur la 
vie. Cet Arrêt terrible , qui, pour tout autre, au- 
roit été un coup de foudre , ne l'ébranlé point; 
il envifage la mort d'un ccil ferme & ftoïque, 
furcroit d'afflidion pour Théodofe. Ce Prince, 
en verfant un torrent de larmes fur fon fils, 
le conjure , par tout ce qu'il a de plus cher , de ne 
point lui cacher la fource du mal qui le con- 
lume. A fon regard , & a je ne fçais quel air 
embarraffé , il fe doute qu'il eft épris d'une paf- 
iion violente ; mais il ne fçait fur qui il doit 
jetter fcs foupçons. >> Mon fils , lui dit-il , vous 
« aimez ; & peut-être aimez- vous une perfonne 
» fort au-deiTous de votre rang : n'importe; 
» faites- m'en l'aveu; & , fût-ce une limple Ber- 
** gcre, je vous promets de ne me point op- 



Madame ds Beaumer. 517 

w pofer à votre amour ] vivez ^ & je ferai de 
^> tous les pères le plus heureux. Ne vous obf- 
>> tinez donc plus à taire un fecret , c(ui ne peut 
» que nous être funefte à l'un & à l'autre. 

Hyppolite, ralTuré par les bontés d'un père 
aufli tendre , lui répond en ces termes : » Je 
» voulois mourir fans confier à perfonne mon 
55 amour j mais les fentimens de reconnoiflan- 
» ce que vos bontés m'infpirent , ne me per- 
»y mettent pas de cacher plus long-tems à votre 
w Majefté ce qui fe pafle dans mon cdbur. Oui, 
» j'aime , Seigneur ; & je ne rougis pas de mes 
» feux y celle que j'adore peut prétendre au plus 
» haut rang y elle eft belle , & plus recomman- 
» dable encore par fon mérite, que par fes char- 
» mes y en un mot , c'eft Bellefamire : quoi- 
yy qu'elle ne foit pas née Princefle, elle tien 
sj eft pas moins digne de monter fur le Trône , 
» & je m'eftimerois heureux de lui en faire 
. »> hommage. Voilà les raifons , Seigneur , qui 
» m'ont engage à garder le filence jufqu'ici. 
>» Je ne fçaurois vivre fans Bellefamire j &, 
>j puifque je ne puis être à elle , il faut que je 
j> meure. «« 

Théodofe étoit d'un caradere fenfible ; & la 
nature a des droits puiflans fur le coeur des pères. 
Sans réfléchir fur l'inégalité des conditions, il 
ne penfe qu'à fauver fon fils y d'ailleurs , il efti- 
me Bellefamire ; & charmé d'avoir une aiiiïî 
aimable belle-fille , il va , pour avancer fon bon- 
heur , la demander à Alcidor. 

Celui-ci eft agréablement furpris , & flatté de 
l'honneur que lui fait Théodofe : mais comme 
c'eft un homme très-prudent , il craint que l'a- 
mour d'Hyppolite n'cclatt;^, & que le mariage 



jiS Madame de Beaumer.^ 

ne vienne à manquer. 11 prend le parti de ne 
plus permettre à îa fille d'aller dans aucune af- 
lemblée ^ il n'eft pas même poffible à Hyppolite 
de la voir davantage. Théodofe propofe de con- 
clure le mariage. Alcidor y confent ; & cet hy- 
men eft célébré à la grande fatisfadion des jeu- 
nes époux , dans le Temple de Jupiter , en la 
préfence des deux pères & de plufieurs Princes 
& PrincefTes , qui étoient pour lors à Faiante. 
Hyppolite , au comble de fes vœux , n'a plus 
befoin des Médecins j il trouve fa guérifon dans 
la poireflîon d une cpoufe aimable & reconnoif- 
faute , & qui doit faire le bonheur de fes jours. 
Ce jeune Prince s'ctant engagé au fervice 
des Etats de Falfane, fe diif)ofe à quitter Fa- 
iante j pour fe rendre à'Dortune , qui en eft la 
Capitale. Il part avec fa chère époufe j & Théo^ 
dole goûtant la joie la plus fenfible, retourne 
dans Ion Royaume , après avoir fait les plus 
tendres adieux à fes entans , ainfi qu'à Alcidor. 
les Falfaniens témoignent un plaifir extrême de 
ce mariage , lorfque les deux époux arrivent 
dans leurs Etats. La Princeife devient mère d'une 
fille au bout de dix mois. Ce gage de rameur 
d'Hyppolite en refTerre encore les nœuds. 

Un jour que ces deux époux , toujours amou« 
reux & toujours fatisfaits lun de l'autre , avoienc 
pafle l'après-dînée en compagnie , comme ils 
revenoient vers le foir, en s'entretenant des 
plaifirs inexprimables que reffentent deux cœurs 
tendrement unis ; on arrête brufquement leur 
voiture : Hyppolite n'eut pas le tems de fe re- 
mettre de fa furprife ; on le faifit j on le défar- 
me, & on le contraint de monter dans une 
cluife de pofte. Bellefamire fe jette aux pieds 

des 



Madaue db BcAOMiii.' 52^ 

des ravKTeurs , & les conjure dans les termes 
les plus touchans , de ne pas féparer deux époux 
unis par des liens indiflblubles : mais ces hommes 
durs & inflexibles ne daignent, feulement paai 
répondre à cette Princefle éplorée. Elle veuc 
du moins embraiTer les genoux de fon chaiî 
Prince, qui, la prenant dans fes bras, luLpro^ 
tefte qu'on lui arrachera plutôt la vie, que de 
fottfTrir qu'on le fépare d'elle : enfin , malgré 
les prières , les larmes & les réfiftances de ce 
couple infortuné, il fallut céder au nombre ôc 
i la force : cette tendre & inconfolable époufe 
adrefle mille fois au Ciel fes triftes plaintes ; 
elle perd bientôt Tufage des fens & de la voix j 
fes beaux yeux, noyés de larmes, fe ferment; 
l'iaiiTC de la mortparoît empreinte fur fon vifa« 
ge : fes gens con&ernés , la mettent dans fon 
carrofTe , ôc l'emmènent chez elle évanouie. 
On court chercher un Médecin , qui a bien de 
la peine à la rappeller à la vie : cependant , i, 
force de fecours , la connoiflahce lui revient peu 
à peu r elle n'ouvre les yeux , que pour cheroiec 
fon époux. »> Eh! pourquoi, s'écrie- t-elle , ra- 
^ nimer une vie prefqu éteinte ? Séparée de ce- 
» lui qui faifoit tout mon bonheur , je ne puis 
-w»' trouver de foulagement à ma perte, que dans 
j» la mort. «< 

La douleur lui ayant coupé la parole, elle 
tombe dans le plus grand accablement y Se elle 
eft aflaillie d'une fièvre fi violente , qu'on défef* 

Sece de fa vie. Quoique les hommes; ayent or- 
inairement plus de force d'efprit , Hyppolite 
n'eft pas plus maître de lui-même, que fon 
• époufe : on le conduit à la .Cour du Roi fon 
>pere> & on le met aux arrêts. pour l'obliger de 
Tome IF. Ll 



5)0 KiADAMB ^I fisAUMSlU* 

confentir i la dKTolution de fon mariage ; mais 
comme un amant bien épris trouve toujours des 
moyens de faire fçavoir de fes nouvelles à iob- 
^et oien-aimé y Hyppolice fçait franchir tous les 
pbftacles, pour faire tenir à fa chère époufe une 
(omme confidérable , avec cette lettre : 

» Je trompe enfin la vigilance de mes gardes; 

^ on m'aflure que ma lettre èc l'argent que je 

» vous envoie, vous feront remis ndellement. 

n Faites , je vous en conjure , toutes vos dili- 

» gences pom* que notre mariage foie déclaté 

9> en juftice^bon & légitime, comme il Teft en 

y> effet. J'ofe me flatter que votre refpeâable 

a père, que je regarde comme le mien, & i 

i> qui j'ai voué l'attachement le plus inviolable, 

i9 voudra bien fe donner toutes les peines nc« 

èi ceflaires pour cette affaire importante. Il s'agit 

f> de la faire juger promptement. On me garde à 

9> vue dans une fonerefle , où je fouffire nuit & 

» jour toutes les rigueurs de l'abfence. Le cenis 

»> que je pafle éloigné de ma chère Bellefamire, 

s> efk pour moi un fupplice toujours renaiflànt» 

«> Plaifirs purs que je goûtois auprès d^elle, 

9> doux momens trop tôt écoulés, il ne me refte 

» donc plus de vous qu'un trifte & douloureux 

99 fouvenir ! Mais, que dis* je ? Je les goûte en- 

99 core , puifque mon adorable époufe eft tour 

» jours préfente à mes yeux; je crois quelque* 

i> fois la voir, l'entendre & lui parler ; illufioA 

99 flatteufe , mais à peine diffipee , qu'elle ne 

9> laifle autour de moi qu'un vuide af&eux. Il 

» n'y a que votre préfence,quifoit capable de 

»> me rendre la vie : vous pofléder étoit ma foor 

a» veraine félicité ; on me la ravir en m'arrachant 

» d'entre vos bras. C'eft peu; on veut encore 



Madame^ tti Ëeai^mèr; $ j < 

M me ééntraindrë à réhipre les plus fâints iiânids; 
»» mais , quelque chofe que l'on fafTe » ou que 
i> Ton veuilb faire pour y patvenir , ne craignèn 
p rien; |e ne ferai jamais icoupable d'une pa*^ 
'» reille perfidie : vos charmes , votte vertu , -và^ 
n tre amour , le mien , tout vous répond dé 
» ma confiance \ & (i ce n*eft aOè^ > je 
»> vous réitère ici les fermens que je Vous ai 
n faits à la vue du Ciel & de la Terre, auic 
» pieds des Autels , &c ». 

Cette Lettre arriva à propos pour arrètcï le 
progrès de la maladie de fiellefamire. Le defîî 
oe le réunir à fon époux , & de confetver déi 
jours qu'elle lui avoir confacrés, la força dd 
furmonter fon accablement, & de fohger z\xt 
moyens de rétablir fa fantc , dans Tefpoir flat- 
teur qu^on ne tarderoit pas à lui rendre jufticeî 
Alcidor, qui étoît auprès d'elle, la confoloit ^ 
Tencourageoit & la tortifioit de jour en iout: 
Il confulca les Génies les plus fameux <ie là 
Nation , de fe donna tous les mouvémens in^a^ 

finables pour affurer l'état & Thoimeur êè fit 
lie. Parmi tous ceux dont il prit l'avis , ii n^ 
en eut pas un feul, qui ne certifiât que le mariage 
étoit légitime , & que BeHefamire devoir foi:4- 
mer inceffamment fa demande , pour qae fôii 
inari lui fût rendu. Sur de telles aflurances « 
Alcidor fuit le procès au nom de fa fille > maîi 
les Dieux qui vouloient l'éprouver, permirent 
que les Juges fuflènt d'un lentiment contraire^ 
Le mariage fut déclaré nul. Alcidor, pénétré de 
douleur, n'y put furvivre; & BeHefamire eut 
pour furcroit de chagrin , celui de fe voir privéfi 
d'un père qui partageoit fes malheurs , & q^ui 
pouvoir feul les adoucir. 

Llij 



- ; Pour comble de cha^in 9 HyppoUce fende 
iba coeur fè réfroklH: pq^rfon épouse ^ & ou- 
(pliant- (es Jermens*, fpn iie^ir & fa fille , il cefli 
d^ixire a fa fesnqie , & de lui en donner le 
dtie. >» <jrands Di^ux ! s'écrie Madaine de Beau- 
s>: mer-^ que vos 4é<^^FS: (ont impénéccables à 
•9 noS'iifïQÏes lumiere$! )^ous avez permis que 
a>. la œere & la fille i- douées des qualités les 
» pluseftimaUes ,ayent langui dans les horreurs 
99 de la plus humiliante pauvreté l^ 

Bellefamire avoit fac^ifié, par la i|oÙe0è de 
fes fentimens, la. plus grandje partie dt fes pe« 
dtes rellburces 9 pour foutenir ion procès j &ce 
qui lui reftoit, {uffifoit à peine pour vivre elle 
éc fa fille, dans une- fBiférable chaumière » fans 
domeftiques : quelle chute pour une Princeflè 
charmante, fi digne du. plus heureux fore ! Choi- 
fie par. un Roi foa% être lepoufe de fon fib^ 
fhoifiç par ce fils pour être adbciée à fbn rang; 
chérie de ce même époux dont elle faifoit les 
délices , devoit-elle s'attendre a fe voir rejettée 
1^ fcin d'une famille qui «'étoit crue trop heu-, 
reufeide la pc^éder? Cependant elle elpéroit 
toujours remonter au rang d'oà elle s'étoit vue 
précipiter. Il faut lui rendre juftice ; ce n'étoit 
point une vaine idée d'ambition ^ qui rentrete«« 
noit dans cette douce efpérance^mais feulement 
l'amour dont elle étoit éprife pour fon infidèle 
<ppoux. Elle ne pouvoir fe perluader qu'elle fut 
totalement bannie de fon corar. m Je fuis fa 
» femme , difoit-elle quelquefois j les Loii 
19 m'ont confirmé ce titre ; & il ne peut pafTer 
If légitimement en d'autres bras y jamais fon 
99= amour n'a eu à fe plaindre du mien î il re- 
99 viendra donc à moi : la juftice , Ul raifon Se 



w la tendrefle- rappelleront tôr^u tard itàft4 fon 
»> cœur la vertu, cjarae^follô-gtoire eii aJ)an- 
» nie. Cet hymen ^duttefois fi cher ^ & làulour- 
» d'hui fi méprifabl? i tes yeux, xepcendra fe$ 
'> droits y tu reconnqiçra^ une çpoufe ^dellç y & 
» cette chère fille, né^poui.t^tp tes, di^ces. 
3> Viens, cher éppi;ix>yiçns,.par mille ^mBiaffe- 
» menSjfaire oublier a ton époufe touçl^s ijfiaux 
» que tu lui a faits. « C'eft aînfi qu^èlfe arnioic 
i fe repaître d'illufions*^ mais jufqu*ici elles ont 
ctc la fçul^ recompenfesderfoh.miérite:*; ro^' 

Les procédés 4^iX43téôdbfe:&.^'Hypi>oUte en- 
vers Bellefamip3.,.neipAC;p^ de ppre ixLvemion. 
Un Ledeur Phirofophe; doix ïe 4omîpr,q)i;ç des 
inconfcquences fr t^^lprables appartiejguieiit à 
THiftoire plutôt* qn'a»,^ Rgman, Ceci , eft) une 
anecdote récente, alaqueUp' ^)4adame de .Beau- 
mer n'a changé que lès. noms/ Bëllefanurë^ en- 
core jeune, eft ûnè^âes' ajmiés re^^^^^ quo 
r Auteur s'étoit féié^pif^^ôh^mèi^ le 
Pays étranger. > . j^- . . 

Cette leçon de la -fckgilité des plus tendres 
amours, eft fuivie d.'untPî*i9g??^ JîQK^iP^*^'' 
les XII & Mandrin*^ par^ldg ;q^ 
que, dont l'idée neft'jd'àjlleuFS^'qjLi)^^^ de 

la réponfe qu'un Pirate ofa faire' aiiH^tjps de 
la Macedome. ^^ . ^ * , 

Le plus beau c6fil du"|t'ëcuèU''eft .cèldî 3^ la 
Pocfie, Comment'pàrâoSikeï'ÎMaaSkaJ'^^ 
mer d'avoir borné àtfeÛ3c''ddëi5^}l'êi[IoFàc fon p^g£^^^ 
talent dans ce genrëîlia^pr&ttîerfe' effi îfl^iï^ la 
Mon des Herosi -•'■'•-^•'H invbury yy s^-^T 
.ïuq 7^*1 :t:Ô: . :/i =.-. i/ :^ 
Semblable à h feaH!e>i|i9<' tombe 
Au plus foible fouflfe da'ncaà/ ^ s: ^.". :I.'V r.'!^ 

Lliij 



5J4 Madame du Bkaumea;^'' 

' Aa #f»in4i€ çottprhomme ÙKcotçhc j 

£c dcTccnd tcis le foiobxc bpid. 
!. On leres-ca ton front fupctbe , 
;• Vain mortel : Vois d^)à(bu« fhefbQ 
le tefts qui cceafe ton ccrcbeil s . 
Qoitte tes hamaines penfêes ; 
le StfT va* dans Tes eaox glacées ' 
ireoglootii avec ton orgoeiL 

■ ♦♦'-'-- ;..•.; 

Nos jflots {ont dans les auins des Pafqacs s 
-: 3anidifcememetur& ûùscbàix y 
• ••- LcsBecgers>lespiiiffan9Mbnat^i]M - 
\ SalniTenf kars ftinéftes loix. 

- Ccmibien peu de moneis iUùfties 

Ont parcooro plos de dix ïôftrcs f 
'*" Ira trie eft un fôuffle légère ^ - 

les Dleoz dans Téternellê voûte . 
" ;' ^' D'un crayon ont tracé fa.rQutc | 

Kul efibrt ne peat la changer, 

A^iftrtub^iôiigaevie , ' 
" * • iSifonn'cnfignâlé licoois?, 
'" . ' "M^iïft-eUe pat fouVàftt'té'rnic 

' "^ ïaiTopprobre' dc'hos vienx joius î 
^i r€f}uigai danslafiçm^defâge^ 

:;^^'^digne.cfci^^ ^; ^; ;; ' 

^ , i^i'édatdejn^ 

f ,' .,.' AQ;boat d'ooe l]oi]gae.c^nerc» 

Dément cette grandeur première j 
f Et foudain le Hcips n'çft plus. 

On YQÛ Ifs t^tc$ fottvscnoct 



Mabame db Biaumm. ^5} 

^âlir foos les coups de la inoic. 

Les AUzandres , les Turenoes . - 

Ont éprouvé le même fon. . : :;. ^ 

Dans le cercle étroit des années » : 

Les Dieux ont de nos deftinéet ■ 

Renfermé le frêle tiflu j 

RuifTeau cari près de fa fource , 

L'homme touche au bout de fa courfe 

Sans pref^ue s*en être apperçu. 

La vraie Philofophie eft fi voifîne de la piété i 
qu'il fuffit des ftrophes qu'on. vient de lire, jpouc 
annoncer que leur Auteur eft capable de lanc-* 
tifier fa Mufe , & qu'il l'a fait avec fuccès dans 
la féconde Ode. Elle eft tirée du fublime Can- 
tique que les Ifraëlites chantèrent en aûion do 
grâces de leur délivrance. Le feu de Torigina! 
a paffé dans les ftrophes fuivantes : 

D*an barbare tyran le grand Dieu des vengeanoes» 
Sans effort , a rompu les homicides lances j 
Son bras fe levé enfin , trembles , c'cft TEtemeL 
Ton Roi y tes combattans » tes projets & tes crimesJ 

Plongés dans les profonds abîmes^ 

Vengent les cnfans dlfraëL 

•':.'■■' ..** . 

Ces fones légions» 3c CCS chefs nu^antmet ; 
Du même châtiment font tombés les viéHÂet ; ' ' 
Dans fes gouffres > la mer les reçut tout armés ', 
pt d'un fleuve de ftu qu'alluma ta colère » > 

Âinfique la paille légère » 

Seigneur , tu les asconfumés* 

Ll IV. 



5î^ -Madâmb dï Bbaum:erJ * 

Ces Héros infenfés , cû nous fiiifantlagacrrc, 
Blafphémoient ton faintnoni ; mais briflfs cômihc un' vcrrc 
Leurs fronts ceints de lauriers s'abîment daiïs'Iereattis 
Pans les flancs caverifcux des campagnes htnhnles » 

A ces perfëcuteurs arridcs ' ' ■ • ' 

Ta main a creufé des tombeaux. 

•• - ' ** ".'■ \-... 

le fier Egyptien ofe fuiyrcnos traces.; 

11 voit , fans s*étonner , ces effrayantes mafles 

Qu*cnchaînou,partbn,o'rdre,unîrivifîblç'ffcin; - ^ 

De fes Dieux impuifTans il croit voir un prodige. ; 

► ! Lamcr.difHpelepreftige, I 

? r: • ' Et rcnfcvclît dans fon fein. 

-. ' .•;.• ;•; . -.^ ■ , 

Oui -^ tout p:tj:Ci^nohi^ ta grandeur ineffable ; 
£h ! quel pouvoir au tien pourroit être feipblable! 
Par ces traits ëclatans qui peut fc fignaler ? 
Sont'ce ^nations les Dieux (bnrds 8c fnToles: ? 

Ces vaines ôc froides idoles '••..•■. 

Prétenflr^cnt-icllcs t'égalcr ? 

^- • • '■ ^■;.,;** ;\. ■;;;: 

Que tes bienfaits font grands, ^clgneuf ! qiic ta clémence. 
Ton plus noble attribut , dans les dons , èft' immenfè l 
Tu fixes fur les tiens un regatd'paternel ; 
C'efl toi qui nous dondoisrvei^ la> montagne faidtje ; 
Jacob va dan's'foticlic'«nccincc ; 

Se nourrir de lait âcde miol. i ...: j ; / . 
Uégories. . „ / . . , . 

Le Temple 'de là Fortune Sc lè^ Triomphe de 
la faujfe gloire j deux allégories également bien 
écrites , terminent ler^Recueil de des^œuvres mê- 
lée$. Madame de Beaumer , pour défabufer les 



Madame Di BcAuMnr 557 

tidorateors de la Fortune y introduit dans le Tem*^ 

pie de cette Divinités, non un (Impie mortel ^ 

ftmpreiîe d'y paroître à titre d'efclave } mais un 

de ces êtres indépendans , (î connus fous le noin 

de Génies, & qui femblent n'habiter les airs > 

^ue pour voler ati fecours de^ Romanciers. 11 fe 

irranlporte jufq^'au Sanduairé du Temple, où^ 

après avoir tenté inutilement la réforme , il fe 

(ignale par un trait de force, en arrachant i 

r£nvie,le mafque dont elle fe couvre. Le monf- 

çre paroît alors tel qu'il eft aux yeux de tous les 

afliftans. Des ailes de cha^tive-fouris, attachées i 

un corps épais & raccourci i de$ ferres fembla- 

blés à celles d'un aigle fqrieux j une tête hérif- 

fce de ferpens. qui s'agifent , &. lancent leurs 

aiguillons avec rapidité^ des yeux enfoncés, un bec 

pointu,. d'où découle fans ceffe un noir yenin, qui 

corrompt tout ce qu'il touche.. Epouvantés à cet 

afpedt, tous veulent prendre la fuii;e j m^s l0 

fang qui s'eft glacé dans leurs jrepuies , arrête 

hiizs pas. Le Génie en prend ôcca^p; de lem 

reprocher l'encens qu'ils offrent à une.Dç^^fej» 

dont le Temple eft inféré, de .tant def poifonsy 

& qui ne fçait pas mêmç fai^ le difcernemenc 

4es hommage^.quon lui rend. Ce ;Qénie eft 

4f autant plus étonné de la foule attachée au Tem^> 

pie de la Fortune , que dàn$,, ie CQUrs d^ £^% 

voyages-, ilaA^u le culte du Souverain des Qieux^ 

uni verfellement abandonné. : •-» 

; «La feconfie allégorie a pouc objet 'l'éloge diqf 

Chrittine ,' Reine de Suéde, qui a abdiqué 1% 

Couronne en faveur de Guttaye^-Ç'efl; tout ço 

qu'il fuffit que vous connoiflîezi de c,et écrit ^^ qu^ 

n'sL rien d'intéreflant , ni de faillant. . ' . * 

Un dernier Ouvrage de Madame de Beaur 



5 ) s -MApàme ôz' Be a um»* 

iiler , eft une autre alfcgorîé, qu'elle inféra fboi 
fon nom dans le Jouriial des Dénies, Iptfqu'elle 
en avoit la direâion : elle la fit à la pu&Ucaooil 
de la Paix ; & voici quelle en eft tidéei 
r La Difcorde , toujours ennemie des plaifîrs , 
ne pouvoir voir, qu'avec des^yeux d^indignation^ 
les douceurs que goûroieftt les enfans de la 
ferre , dans le tems que les accords de la paix 
^endoient l'Univers tranquille. Elle appella Tef- 
prit de parti , là trahifon & les foupçons à fon 
lecours , & les chargea de précéder la médifance 

6 la calomnie-^ qui dévoient, par fon- ordre, 
jetter par tout le trouble & la confufîoiï. Bien- 
tôt on ne parla: plus que de tentes , d^équîpa- 
ges & d'autres préparatifs de guerre ; on ne ref- 
piroit que lès arrives, ia vengeance, le carnage 
&Ia mort. " 

L'Amour-i fils de la raifon, vitdes époux fidè- 
les s*arrachèr; d'entre les bras d'époufes qu'ils 
adoroient^^à'Vit des amans- quitter leiurs maî- 
tréffes, avec lèfquelles ils dévoient unir leurs 
deftihées, peur voler à la gloire. Il vit des veu- 
ves, en habits de deuil, pleurer la perte de 
leurs maris , & des maîtreffes jau défefpoir de 
ce que la mort vfenôit de frapper xkns le champ 
de Mars,dês amans pour la confervation defquels 
elles avoîent. tods les jours offert de Tencens 
aux immortels, 4cî l'Auteur entre dans un très- 
grand détail de tous les maux que la guerre en- 
fcaînè , &dès efforts de l'Amour pour ramener la 
tranquillité & la paix. Ce Dieu quitte la terre, & 
fë préfente devant le trône de Jupiter , pour le 

Eier de pacifier les humains , & d'enchaîner la 
ifcorde. Le Maître des Dieux fe laiflTe moins 
toucher par les prières de l'Amour , que défar- 



Madame de Beaumer.' 539^ 

mer par les vertus qu'il remarque fur la terre. 
»> Je trouve moins de perverfité que d'erreurs 
» parmi les hommes , dic-il aux Dieux y qui 
»i demàndoient qu'on en détruisît Tefpece ; Se » 
» lorfque quelques-uns d'entr'eux s'attachent à 
99 mériter mon courroux, je jette les yeux fur 
9> les cœurs vertueux , qui , malgré tant de foi- 
99 blefle$ , m'adreifent un culte pur & religieux : 
» leur piété me défarme j je fais grâce aux in- 
to juftices de la terre en faveur des vertus. Oui, 
M oui , il eft toujours des hommes vertueux. 
: 9> Jettez les yeux fur Louis, ce Prince doux & 
99 pacifique , que j'ai mis à la tète d*un grand 
99 Etat : approfondifTez fon cccur ; quelle vertu 
t^ n'y découvrirez-vous pas ? Que de bontés pour 
9> tout ce qui l'environne , Se de douceur même 
99 pour ceux qui l'ofFenfent ! Il eft ma plus vive 
«9 image fur la terre. Admirez cette augufte 
•s» Reine , profternée aux pieds des Autels ; l'en- 
9> cens fume fans cefTe dans fes pieufes mains, 
>9'pour me demander la paix, que défire fon 
» augufte époux pour le bonheur public. Les 
99 vertus de cette Màifon ^fidelleàmonculte, 
^ me font (i agréables , que le nom de fiour- 
/9> bon eft écrit au Livre des Deftins, pour rér 
.s» gner : fur l'Empire François ^ tant qu'il me 
s> plaira de lailTer fubfifter l'Univers. Je vois 
f» avec complaifance les Princes de Condé & 
'J19 de Soubile commander les armées du Souve-- 
•M rain que j'aime. Ces deux héros ont mérité , 
99. par leurs exploits , d être immortalifés. Pour 
;rt- éprouver leur raifon , je leur ai enlevé la 
j3 Princcfle de Condé, qui avoit toutes les vertus 
's> enpartage. La terre étoit indigne alors dépol- 
it féoer une créature fans foiblelTes & fans dé- 



540 Madame dî Beaûm^r. 

» faatsjlatnorr la frappa-i fon aitrorej'Srje^tai 
j9 placée parmi nous au rang des immorcels. Ten- 
» dre époux, tu répandis un torrent de larmes 
» dans ces fâcheux momensj'mais,confole^oiije 
j» telaiifeune tîiledans laquelle ru vois déjabril:^ 
» 1er les vertus de fon augufte mère. Aim^le 
» Prince , c eft à ton bras & à ta valear , aînfi 
» qu a la prudence & i la fagefle de Soubirc , 
» & à celle des Miniftres que j'ai placés auprès 
^ de votre Roi , que l'on devra la pair. Je 'les 
» ai remplis de cet amour pacriocique/lQ^t bcû- 
» lent vos belles âmes ^ ils fçauront décraire^les 
*> projets de. la Difcotde , flc arrêter les atten- 
» tats que des perfides pourroient méditer con« 
w tre TEmpire que j'ai fournis aux Loix d'uH 
>i Monarque, que j'ai mis'al abri de mon aile. 

«Voyez Staniffas , ce Prince ^onc'J^avois 
»• couronnéles vertus, pour le faire palier ra* 
» pidement dans les plus grands événemens de 
P la vie ; il avoir toutes^ les qualités 4Îe L'efprit 
j3^ :&: du cœur , qui foimient les plus ^ands Rpis; 
,sy mais s'il a été tel for le Tjrone, il dS: encore 
,« plus •graiid!'apiâ^r'aÂ?âiè/perdtt fa CDuronne. 
^> C*eft dans la chute; *qu:'ittn' voir briller les vcp- 
99 :tQs daus leur jplus grand jour, & not^ pas au 
^ faîte des grandeurs» Staniflas, toujours légal, 
» eft toujours lui-même dans tous lés étatSs; » 
. n Quelle louange tous- les mortelsriuB dorrem- 
» ils pas à cette:Impci:atrxce Reine, -qliiéj'ai douce 
>y d'une ame -mâle &vraihient héroïque fà^ 1»^ 
P9 quelle J'ai donné des Généraux dont la conp 
» duite éc les explqit^ les'rendent dignes, d'ène 
:3> mis au rang dès Sapions & des Faofus. « 

Après ces paroles > Jupiter garda, quelques 
momcns le filence j Se il dit aux Dieux-.: ji Re- 



Madame de JBeaumer.- 541 

^? gardez ce petit efpace. de tecre où a régné un 
» Priiucé qui s'eft fait refpeiîier par la ^gefle. 
, 9> de ies'Loix. Un Mpnarquç puîflant fe fit une 
» gloire d^aggrandir (ts .Etats j il devint redou- 
35 table i ceux même qui avoient contribué k 
V fôn aggrandiirement. Frédéric , fon fils , s'eft 
f> acquis une gloire qui a effacé la fienne. Cet 
» aftre du Nord éclipl'e tout ce qui i^environne; 
^ fes ancêtres femblent s'obfcurcir devant lui, 
w Un des plus puiflans Rois de la terre a re- 
5> cherché ion alliance j il tient la balance dans 
>» ces vaftes contrées : tous les yeux font tour- 
»> nés fur lui j il eft la teneur des uns & Tef- 
w pérance des autres. Les Mufes ont orné foa 
3? berceau; les Sciences environnent fon fTrone 
» de gloire j les vertus marchent à fes côtés i &:. 
Si fes talens militaires Pégalentaux Céfars. Cou- 
» rage. Prince, fois un exemple à toute la terre^ 
» remplis Tunivers du bruit dé ton nom , & que 
9> lafagefTe t'accompagne dans tous tes fuccès; que 
w la vraie gloire foit toujours le partage des 
» Héros de ton fang, La magnanimité , Fintré- 
»> pidité & rhumanité de ce Prince de ton nom,, 
j> que tu as choilîs pour commander les ar- 
f» mées de tes Alliés , lont fait admirer de 
» toute la terre , S>c eftimer de fes ennemis 
» mêmes. • 

» La France pofledoit , dit encore Jupiter , 
ty le Comte de Gifors , qui portoit dans fon 
M ame toutes les vertus qui forment & qui ca- 
M raftérifent les héros. Je frappai cette tête fi 
» chère ; Mars , jaloux de fa gloire , me de- 
n manda cette vidime; & je la lui accordai. Ce 
« jeune guerrier mourut fous le faix des lau- 
» liers don; il s'étoit couvert. France , contrée 



54t Madame db fisAuMcur 

$9 heureufe & fertile en grands hommes , ti 
j> as verfé des pleurs fur fon tombeau ^ tu n*as 
ij pu voir fans douleur > cet aftre s'éclipfer au 
» moment que fa gloire répandoit le plus vif 
3» éclat; mais tu ne manqueras jamais de Hé-* 
)> ros qui brûleront de répandre leur fang pour 
)> foutenir les droits de ton Empire. C'eft par 
>» eux que tu verras ton nom rétabli dans toute 
3J fa fpfendeur j repofe-toi fur leur prudence & 
j) fur leur courage. La Paix defcendra des Cieux 
99 pour mener la joie dans les cœurs des peu- 
3> pies; & les agitations que tu as" éprouvées, te 
» feront gourer avec plus de fatisfaâion que 
3> jamais , les douceurs du calme. 

Jupiter regarda Minerve, & lui dit'd*un air 
tendre : » vous , fille chérie du Dieu de la Paix , 
» retournez fur la terre; portez l'olive facrée 
» au Duc de Nivernois : je lui ai donné ma 
» prudence ; dites - lui que je lui confie le 
» foin de concilier les différends des Puillances 
» ennemies : il en eft digne par fa naiflance ; 
)> il en eft capable par fes talens. Continuez , 
99 DéefTe , de protéger & de cultiver les Scien- 
99 ces & les Arts, &.de les faire fleurir dans 
»> tout rUnivers. Allez , parcourez tous les pays 
99 du monde; & faites-y régner la concorcfe SC 
t> la paix. 

Je fuis, &c. 



M AD A MB pl**K 541 

LETTREXXXIII. 

%7 E ne défignerai y Madame , ni Técar » ni le d' ^^ ♦ *^ 
nom d'une femme Auteur qui n'a mis fon nom 
à la tète d*aucun de fes Ouvrages. Elle en â 
publié de plus d'un genre, parce qu'elle cultive 
divers genres de fcience. Elle joint au goût de la 
Phyfique & de la Chymie , celui de la morale , 
de la Littérature & des langues : mais comme 
elle préfère lès douceurs d'une vie tranquille i 
la gloire tumultueufe du bel-efprit y elle aime 
mieux éclairer le Public , que de s'en faire çon^ 
noître. Je dois donc refpeûer fon fecret j & 
dans la crainte qu'un pli^ long éloge ne le dé- 
celé , j'arrive fans différer à fa traduûion des 
Leçons de Chymie propres à perfeilionnerla Phy-- • , 

^que j le Commerce & les Arts^ par M. Show , Chyaic 
premier Médecin du Roi d* Angleterre ^ traduites 
de VAnglois ; un volume in-quarto. 

Outre le mérite d'avoir tranfmîs,avec autant 
de fidélité que d'élégance y ce favant Ouvrage 
dans notre langue , Madame d' **^ a encore 
celui d'avoir relevé , dans des notes placées au- 
deflbus du texte , les erreurs qui fe trouvent 
dans l'original , & d'avoir ajouté aux expériences 
du Doûeur Anglois , les nouvelles découvertes ^ 
faites depuis que ces leçons ont été publiées en 
Angleterre. Mais le morceau qui lui fait le plus 
d'honneur , eft un très-grand Difcours préhmi-i 
naire fur la naiflance & les progrès de la Chy- 
mie. Il eft de nature à mériter votre attention 



544 Madame d****. 

dans les endroits où rAuceur ne donne pas trof 
a la conjeAure ; & comment ne pas s'y aban- 
donner, lorfqu'il faut remonter aux premiers 
âges du monde, fans le fecours d'aucun monu* 
ment hiftorique? 

Le feu eft le premier inftrumenr de la Chj^ 
mie. Comment en a-t'on fait la découverte ? 
C'eft ici la première conjefture. » Adam, le 
»> premier des humains , chafle du Paradis ter* 
»> rcftre , où il n'avoit le tems de defirer que 
>9 pour mieux goûter enfuite le plaifir de la 
3> jouifTance , dut éprouver un genre de mal- 
» heur dont nous ne pouvons pas avoir d'idée , 
» parce que nous naidbns rous malheureux t 
»> manquant de tout , avec des befoins bien fu« 
^ périeurs aux nôtres , parce qu'il connoiflbit le 
9> bien-être dans toute ion étendue ; abandonné 
f) â lui-même; humilié de fa foibiefle; fans 
j» reflburce pour fe procurer les fecours les plus 
a» predkns ; & plus tourmenté encore , s'il eft 
» poflible , par les befoins d'une coinpagne qu'il 
3y chérifibit toujours , quoiqu'elle rat la caafe 
j> de tous fes maux, il ne lui reftoit aue l'ef- 
9> pérance de la mort. Le tems, qui diminue 
» la vivacité des peines & des plaidrs , calma 
j> fa douleur, & l'aida à fupportet la vie» La 
i9 naiflance de fes enfans ; le foin de pourvoir 
» aux chofes qui leur étoient néceflàires , ainfi 
j> qu'à leur mère , remplirent avec le tems , le 
3> vuide affreux que laifle dans le cœur une perte 
j> irréparable. Né avec toutes les perfeékions 
w dont un homme peut être fufceprible , fa chute 
» n'avoir point entièrement altéré les qualités 
w de fon efprit ; il avoit le coup-d'œil jufte, 
ji obfervoic bien, & mettoit à profit toutes fes 

obfervations. 



Madame d****. 545 

» obfervations. Il apprit à Tes enfans à l'imi- 
>j ter j & , jufqu'à leurs amufemens , tout avoit 
» pour but un avantage préfent , ou une clécou<« 
3» verte utile pour l'avenir. Ce fut fans doute 
» dans un de ces momens heureux pour Thu- 
>> manité , qu'Adam trouva le feu , en frottant 
j> au hazard deux cailloux l'un contre l'autrç ; 
f> fa furprife, & même fon effroi, en voyant^ 
» fortir de ces deux corps des étincelles briU 
9> lantes , ne rempccherent pofnt de répéter la 
3> même expérience: elle produifit aufll-tôt le 
f> même àffet. Ces étincelles étant tombées fur 
9> de petites branches d'arbre ^ arrachées par le. 
»> vent, & féchées par l'ardeur du foleil, elles 
3> les enflammèrent au même inftant. Frappé d*é- 
9> tonnenient & d'admiration ,. Adam s*appro- 
» cha 4e œ" nouveau feu; & fentant une cha- 
» leur fembïâl>1è à celle du fbteil , & même 
99 plus grande encore , il penfa qu'il pourroit 
5> en ^tirer de grands avantages i que l'aftre qui 
a» l'édairoit n*aVoit pas pu lui procurer jufqu'a- 
j> lorsi En effet , la facilité de jÉairé' naître ce 
«•feu à fa volonté, à toute heure & en tous 
3> lieux', dut préïenter à fon efprit des reffour- 
j» ces înfrnies^ piiiir tous feS bèfoins. Il voulut 
i> fur fe champ faire ufage de cette décou- 
5J vertei ïf ^xbofa différehs corps à cette cha-' 
>» leur artificielle y ceux des. ânirnaux ne fùrenè^ 
ji'poinr oubliés : en peu de tems il purvinc 
>>*a faire ciiire dès viandes & dès légumes que 
>j le foleiHie fâifoiir que i^dTçchér , & a iremé- 
» dier ^u froid & à l'humidité* que rabféricëde^ 
>^ ceÇâtttëéiufe fur la terre «. 

Lmventfon*dçs métaux eft uiïe autre conjéc- 
mrc. w La miâtiplicrté des eipérièiices , &c les 
T^mc 1V% M m 



54tf Madame d'***, 

» befûins journaliers , rempliflbient Souvent les 
93 forêts de plufieurs bûchers enSainmés, autour 
ij dôfquels chaque famille fe raflTeitibloit. Un 
» agent aûflî ncceffaire que le feu, mais en 
»■ m^me tems auffi deftrudeur, iie pouvoir pas 
» manquer de càufer des accidens : les embrâ- 
» femens dévoient être ^réquens , &t d'autant 
w plus terribles , qu*on manquoit alors des 
V .commodités les plus néceflaires pour en ar- 
3> rêter les progrès. Cependant ce qui n'an- 
>i .nonçoit d*abord que malhear 5^ que deftruc- 
w tioil, dévint la fouçce d une 4®$ eonnoiflan- 
» ces 'les pltfs utiles. CTeft aînu' que du fein 
»> même de Fhorreur (!fc. de la confuCon , on 
»' voir fouvehf éctorre les plus grandes mer* 
M veilles. 

a la nature ji fècondée dé nndùilrie des hom- 
w mes , (çut. tourner a ïeiir avaAjC^ les maux 
« même qu'ils ayôiei^t produits y & la décou-» 
53 verte la plus précieufe fut le orîx de leur im- 
w prudence. En effet , ce fut proDablemeut à un 
9) de ces ihçei^i&^ycQnfîdcraMe'siqpQ nous du« 
M mes les prémices ptçjn^ns de,I|^ xnjétaJllurgie. 
t> Le .feu» aprçî( avoir confumé imé écenoue 
>» de forêt immenfe , fans qu'ojapût vwporter, 
>i aucun remède, nç parut laifljh:. api;cs.ïui,,que 




efpiits, un fpëd^jçïf auiïlrenipli 
>> d*hoi»reur, ^ypit. a^batii fc ooi^r^ de tous 
f> les habitàns'|de.'c^s trïftes lieux;. J[i? ayoienc 
»j cherché Içuç ïalub dAns la foït^; 

» La crainte & le danger les ^yo^èht écartés j 
f> rintérêt & la curioITté les raoïçnerent bien- 
») tôt» On avôic fbrnié upe cabôna avec foin; 



Madame d'*** 547 

f> on l'avoit enrichie de divers tréfors dont la 
» nature eft fi prodigue. Tous les âges ont eu leur 
19 luxe : il n'a changé que de forme. Le défit 
»> d'être envie a dû naître avec les hommes. On 
» vouloir être inftruit de fes pertes & de (es 
u malheurs j on fe flânoit que les flammes au- 
j> roient peut-être épargné le travail de plu- 
» fîeurs mois , & même de plufieurs années , ou 
» que du moins il en tefteroit Quelques vefti- 
» ges. En un mot, on defifoit de s'afTurer par 
ty les propres yeux, -du défaftre que l'incendie 
» avoir canfé. 

>j Le hafard fit rencontrer à quelques-uns 

» d^eux ( meilleurs obfervateurs que les autres ) 

)> au milieu de ces triftéà débris , des efpeces 

V de pierres d'un brun noirâtre , brillantes , 8c 

ï3 pius pefantes , eu égard à leur volume , que 

M celles qu'ils avoient vues jufqu'alors. L'efpoic 

fj de les fiaire fervir à quelque deflein utile, 

f> leur fit haître l'idée d'en faire l'objet de di- 

» verfes e^tpériences. L'habitude d'expofer à la 

» violence du feu, toui les corps qui s^of&oîenc 

j» à leurs yeux , leur fit jètter au milieu des 

» flanlme5,resnouvëtfes pierres qu'ils venpiçnç 

» de trouver. Atremifs à l'effet que lé feupro- 

j» duitoit lur elles, i}i s'apperçurent biéntôc 

» avec furprife , qu^êfles rdùgîflbientji & que , 

>» fans fe cohfumer , m même changer cfe for* 

3j me , elles devenoient fèmblables à tfe$ char^ 

M bons ardens : ils les rëriferent du Feu, & 

w leur étonnement augmenta encore davantage 

f> ouand , en frappant fortement defli^s avec 

» de gros cailloux , ifs virent que fans fe caflfer 

>» ni le fendre , ces pierres fembloient s'amoï- 

>9 lir & s'^applatir fous leurs coups. Us coiici- 

ivi m ij 



548 Madame j>'***. 

» nuerent à frapper ; mais cetre efpece de ra.- 
5> iinoUiflement diminua par degrés, à mefiire 
5> que ces corps fe. refroidirent j & lorfqu ils 
» furent totalement froidç , leurs coups devin- 
w rent fans effet. 

« L'efpérance de faire renaître les merveilles 
5» qu'ils venoient d'ofcferver , leur fit remettre 
» auffi-tôt ces pierres '^pplaties au milieu d'un 
j> brader ardent:: le^ mêmes phénomènes re- 
» parurent j & ces pierres acquirent même en- 
yy core,par cette nouvelle «preuve , un plus grand 
« degré de dudilité , & s*applatireiït ali point 
» de devenir très-minces à leurs extrémités. 
» Leur couleur devint plus décidée ,. & parut 
»> d'un noir plus brillant 6c plus clair. Enchan- 
» tés de leur découverte , ils examinèrent de 
f> près leur nouveau trèfor, & remarquèrent 
»> <jue le bord de ces pierres était tranchant. 
■>j lis en firent l'eûTai, & s'apperçurent avec ra- 
j« ' vifleîTient , que ces prétendues pierres cou- 
»3 poientnon-feulementrplus facilement, mais 
5> d'une façon plus nette, & par conséquent plus 
»'exadé que certaines pierres aiguës , dont ils 
«^'^'ctoient fervis, jufqii alors pour leurs diffé- 
i> rensbéfoins. <« 

iEnfin, après çlufieurç.effàis, il$ reconnurent 
toutes Jleis propriétés '&J utilité du fer. On en 
che^h^ les mines i 8^, on les travailla. Ceft 
ici re{5c>^ue des premiers Çhymiftes. On réduifît 
en art, ce qui n'avoir et/ que l'effet du hafard ; 
on fe forma des principes, d'après plufieurs ex- 
périences réitérées. Le premier métal étant une 
fois découvert, on de voit imaginer qu'il pou- 
voir y en avoir d'autres j 11 ne s'agiffoit plus que 
d'ob'ever foigneufemçnt toutes les pierres qui 



Madame d'**^ 545 

s'ofFroient aux yeux , & de leur faire fubir les 
différentes épreuves , auxquelles on pourroit les 
foumetrre. 11 paroît que le cuivre a luivi de près 
rinvention du fer. Madame D' *** parcourt 
toutes les fubftances métalliques , & en fait voir 
l'utilité , relativement au Commerce Se aux 
Arts. 

9i La connoiflance des métaux & des miné- 
» raux n'eft pas le feul avantage , que la décou- 
w verte du reu ait procuré aux hommes. Cet 
» agent a des droits fur prefque tous les Arts ; 
w & ceux même qui ne lui doivent pas leur 
» naiflance, lui doivent au moins leurs progrès. 
« Sans lui , de combien d alimens ne lerions- 
»> nous pas privés ? En effet , fans compter les 
9> animaux , les végétaux même n'acquierent-ils 
« pas, par fon moyen,ce degré de ramolliffement 
3> Cl nécelTaire pour leur ôter leur crudité , & en 
» rendre la digeftion plus facile ? Le froment 
w lui-même, & toutes les efpeces de grains qui 
3' font la plus grande partie de notre nourritu- 
w re , quoique réduits en farine & délayas dans 
» Teau , ne formeroient point d'union , fans le 
>5 fecours du feu : c'eft cet agent qui lui donne 
j> une confiftance folide , & qui rend cette farine 
9> propre à former un aliment aufli fain qu'a- 
>ï gréable. On fut longtems , fans doute, à ne 
1» connoître d'autre elpéce de pain , que ce que 
5> nous appelions galette y on pain fans levain. 
» On ignore le tems où Ton a découvert le moyen 
j> de faire prendre à la pâte, ce léger mouvement , 
j> inteftin, renouvelle fans celle, & fans cefle 
« arrêté. Nous fçavons feulement que le pain 
3> fermenté étoit connu du tems de Moyfe , 
« puifquil ordonna aux Hébreux de faire la 

Mm iij 



55# Madame b****; 

» Pâque avec des pains fans levain; ée qai 

» fuppofe qu'on en faifqit avec le ferment. 

» Quoique les phénomènes duflent être très- 

i> communs , parmi des hommes pour qui tout 

a> écoit nouveau , celui de la fermentation du 

9> pain dut les remplir d'étonnement : un peu 

» de pâte aigrie le produiiit y on en mêla , ians 

99 le favoir» avec la pâte nouvelle, deftinée à faire 

99 les pains ordinaires. Au bout de quelques 

S) heures, ce mélange fe gonfla ; toute la mafife 

3> devint fpongieufe ; il fe forma de petites cel- 

s9 Iules , où Tair en fe raréàant , écartoit fans 

9> ceflfe , les unes des autres , toutes les parties 

99 de la pâte, ôc augtpentoitfon volume, fans 

» rien ajouter à fon poids. Cet effet fingulier 

9» fit craindre qu'il ne f^ fut gliffé dans la pâte 

» quelques fuo ftances étrangères , &peut-êrre 

94 nuinbles. On examina avec foin celle dont 

» on s'étoit fervi j & n'ayant rien remarque 

M d'extraordinaire dans fa couleur, on ofay goû- 

99 ter. On y trouva feulement une petite pointe 

» d'aigreur ,qu'elle n'avoir point ordinairement : 

9> cette différence frappa y Se fansfavoir à quoi 

99 l'attribuer , il y en eut qui propoferent de 

a> pouffer plus loin l'expérience , dont lehazard 

»> avoit été le premier artifte. Le feu , dirent- 

» ils, a coutume de diminuer , & quelquefois 

V même de détruire totalement l'acidité de nos 

9> fruits & de nos légumes. Pourquoi ne pro- 

99 duiroit-il pas le même effet fur ce compofé 

j> inconnu ? Ils le mirent donc fous la cendre 

» chaude , comme on y mettoit les galettes. At- 

99 tentifs à obferver la fuite de leur opération , 

99 ils remarquèrent que la pâte fe renfloit de 

99 nouveau , & occupoit un efpace encore plus 



Madame d****. 55^1 

SI confîdérable qu'auparavant. Quand ils virent , 
j> à la côuleur,que leur pain devoit être fuf&fam^ 
3> ment cuit , ils le retirèrent du feu y ils en 
»> mangèrent y &c, la fupériorité <ju ils lui trouve- 
yy rent lur celui dont ils s'étçnent nourris juf- 
3> qu'alors , leur fit faire les recherches les plus 
« exaâies, pour découvrir quelle pouvoir être la 
» caufe de l'acidité qu'ils lui avoient trouvée 
« avant la cuiflTon , 8c que le feu lui avoir enlevée. 
9) On fe rappella qu'on avoir gardé de la pâte 
»5 pendant quelque tems fans l'employer , & 
» qu'on l'avoir mêlée avec la nouvelle fans y 
5> faire attention. On conjeAura que ce pouvoir 
j» bien être ce mêlange,qui avoir produit les ohé- 
» nomenes qu'on avoit oBfervés y mais il fallut 
» probablement plufieurs expériences de ce 
y9 genre, pour convaincre d'une manière irrévo- 
35 cable , que cette efpece de fermentation qui 
3) donne au pain la légèreté & la faveur agréable 
9i que nous lui trouvons , étoit due au levain ». 
Telle eft , félon la conjefiture de l'Auteur , 
l'origine de notre nourriture la plus ordinaire. 
Ce phénomène de la fermentation du levain , 
n'eft rien en comparaifon de celle que le vin 
éprouve dans la cuve. C'eft avec une efpece de 
tranfport , que Madame D'*** décrit cette 
merveille. >» De quelle furprife mêlée d'admi- 
9i rationne durent point être faifis ceux qui 5'ap- 
» perçurent les premiers de ce frémifTement ré- 
3> pandu dans les liqueurs fufceptibles de la fer- 
j> mentationfpiritueufe , & abandonnées à elles- 
w mêmes ? Bientôt ce frémiflement s'augmente 
» par dégrés y toutes les parties fe rapprochent 
» les unes des autres , & s'en éloignent tour-à- 
j> tour. Un ipouvcmeat tumultueux fuccéde à une 

Mm iv 



55^ Madame d' ***. 

j) agitation d'abord infenfible j un bouillonnt- 

if ment accompagné de fiftlemens , termine en- 

j> fin cette merveilleufe opération. Après que la 

iy liqueur a fubi toutes ces révolutions , elle fe 

» calme infenfiblement , & ne laifle au fond de 

î> la cuve qui lacontenoit, qu'une matière grof- 

» (iere & inaftive, C'eft ainfi que la nature , fans 

»> aide j change & transforme un corps qui , fans 

>» ce travail , refteroit toujours dans un état d'im- 

» perfedion. Un fuc groffier , tel que celui des 

ij raifins , s'affine & fe fubtilife par un mou- 

s> vement qui s'excite de lui-même dans les 

j> molécules de la liqueur fermentante. Ce mou- 

j> vement les divife chacune en particulier , les 

» recombine enfemble , & les fépare enfuite 

j> pour les réunir de nouveau. Dans ce choc & 

3> dans cette union réciproque , les diverfes par- 

«j ties du tout empruntent mutuellement les 

3> unes des autres ce qui leur manque ^ & for- 

» ment enfin un nouveau compofe , dont les 

'y> principes & les produits différent entièrement 

w au premier. Ce fuc épais & trouble fe change 

w en une liqueur tranfparente. Sa couleur lou- 

» che & indccife prend de l'éclat §c du brillant. 

* 35 Son goût fade & doucereux fe tourne en for- 

« ce j & de prefqu'inodore qu'il étoit , il ac- 

'V quiert le parfum le plus exquis. C'eft ainfi que 

s: le moût transforme en vin , produit cet efprit 

'*> fubtil & inflammable , dont on ue pouvoir 

>>*i1ième appercevoir aucun veflige , avant que 

'» la nature lui eût imprimé le mouvement, qui 

35 feul pouvoit lui donner fa dernière perfec- 

» tion>3. 

Plufieurs fiécles s'écoulerentjfans que les hom- 
mes cherchâflent à retirer d'autre utilité de U 



Madame d' ***.. jyj 

découverte de la fermentatian, que la jouifTance 
d'une boiiron agréable. Les Arabes font les pre- 
mier^ qui aient trouvé le moyen d'extraire , par 
la voie de la diftillation , la partie la plus fubtile 
des liqueurs. L'art de diftiller adonné naiifance 
à une foule de connoiflTances avantageufes , & a 
étendu les branches de la Chyniie. Sans cet art , 
nous ne connoîtrions qu'imparfaitement la plus 
grande partie des corps ; les principes qui les 
compofent , & même les Mixtes ne pourroienc 
fe manifefter à nos fens. La diftillation brife , 
pour ainfî dire , leurs liens , & les fépare. 

Parmi les corps fermentatifs , on remarque le 
. miel , cette liqueur précieufe, dont les anciens 
faifoient un fi grand ufage pour leurs alimens ic 
leurs boilTons. On ne connoiffoit point encore 
ce fuc merveilleux, qu on retire de certains ro- 
feaux , qui remplit les mêmes objets que le 
miel , & qui lui eft infiniment fupérieur. Le 
Saccharum dont parle Pline , n'étoit vraifem- 
blablement autre chofe,que le fucre que nous* 
avons aujourd'hui, avec cette différence, que les 
anciens s'en fervoient fans aucune préparation. 
Les Arabes retiroient le fucre de trois efpeces 
de rofeaux. Ces rofeaux produifoient un fuc qui 
fe féchoit , ic fe formoit en larmes par la cha- 
leur du foleil. Dans la fuite , les Arabes coupè- 
rent les rofeaux & en exprimèrent le fuc \ & 
c'cft celui que nous avons employé jufqu'à la dé- 
couverte du nouveau monde. Comme il ne ref- 
toit plus de CQS vieux rofeaux , le fucre naturel 
-des anciens s'eft perdu ; mais nous avons été heu- 
reufemenc dédommagés de cette perte ; cette 
fubftance eft devenue beaucoup plus commune , 
& un des grands objets du commerce, par la cul- 
ture des Cannes de l'Amérique. 



554 Madame b****. 

L'Auteur explique , toujours félon fes idées , 
comment les hommes ont commencé à fe livrer 
au commerce. , ' 

»> Les véritables befoins de la nature avoient 
3> donné nailTance aux arts utiles. L'amour pro- 
3> pre fit naître les arts agréables. Ce fut lui qui 
3> infpira aux hommes l'envie de fe faire con- 
99 noître & de fe faire admirer par leurs talens 
»> & par leurs décoiWertes. Le cercle où ils vi- 
99 voient alors , quoiqu'augmenté , devint en- 
>9 core trop étroit. On vouiu^ étendre fa ré^u- 
» tation dans tout« la terre. Blafé fur le plaifir 
» d'être eftimé& contidérédefes compatriotes » 
» on crut augmenter fa valeur réelfe , par 1^ 
35 nouveaux applaudiflTemens qu'on recevoir chez 
j> les Etrangers. PUifieurs parcoururent les di- 
» verfes Contrées du monde. Us y excitèrent 
9> l'admiration qu'ils étoient venu chercher. 
99 Cette admiration étoit d'autant plus flatteufe> 
» qu'elle étoit le fruit de leur travail. La for- 
5> prife qu'ils caufoient , étoit pour eux une 
» louange non fufpecte. L'étonnement eft fans 
99 impoKure : c'eft le cri de la vérité. Ils obfer- 
» verent les nouveaux objets qui s'offrirent à 
99 leur curiofité y & cherchèrent à en cirer des 
y9 connoiffances utiles. Les arts s'accrurent avec 
99 les fciences & fe répandirent dans tout l'Uni- 
» vers. On fentit bientôt qu'il feroit avanra- 
9> geux aux différentes nations , de fe faire part 
^9 réciproquement des dons que la nature accor- 
4> doit aux divers climats , dans lefquels elles 
99 vivoient. Dès que cette utilité fut une fois re- 
*> connue , tous les habitans du monde ne forme- 
s> rent plus qu'une feule fociété , dont chaque 
5» peuple en particulier étoit une efpece de tribu. 



Madame d* ***. 555 

5> Cette union générale fondée fur les avanta- 
» ges qu'en retire chaque individu , quoique 
>i iouvent troublée par des guerres fanglantes , 
» ramené la paix parmi les hommes , & les force 
»» de facrifier leurs querelles à l'intérêt de leur 
iy bien-être. 

3> Ce nouveau lien changea bientôt la face de 
»y l'Univers & lui donna une nouvelle vie j le 
» defir de poCTéder ce qu'on n'avoir point en- 
» core , rendit plus induftrieux pour multiplier 
9i ce qu'on pofTedoit déjà. On voulut faire part 
» à fes voifins de fes richefles , pour en obtenir 
i> en échange , celles dont onétoit privé. Il fem- 
» bleque l'Auteur de notre être ait voulu , par 
» la diverfité des bienfaits qu'il difpenfe aux 
»> difFérens pays , rapprocher les hommes de tou- 
*> tes les nations par leurs befoins mutuels , quoi- 
» qu'avec des mœurs & des coutumes ablolu- 
» ment contraires. Le fentiment feul de Thu- 
yy manité nefuffît pas. Il nous* faut des befoins 
33 ou des paffioi^s à fatisfaire , pour nous exciter 
32 à la bienfaifance. Ces deux puiflfans mobiles 
» ont gouverné le monde jufqu'à préfent & le 
» gouverneront toujours : l'efprit aiguifé par 
3> eux, cherche , invente , pertedionne & lait 
•> vaincre tous les obftacles qui s'oppofent à fes 
yy deffeins. Tous les peuples devinrent bientôt 
j> commerçans. Les plus ardens ou les plus ac- 
»> tifs entreprenoient des voyages , pour échan- 
yy ger les produdions de leurs climats avec 
^> celles des climats étrangers. Le hafard les fe- 
j> condoit quelquefois , & leur faifoit trouver, 
yy fous leurs pas,des tréfors qu'ils ne cherchoient 
»y point , & dont ils ignoroient même le nom. 

sj Telle fut la découverte du verre , cette 



55<> Madame d' ***. 

>> matière tranfparente , liiTe , incorrnptîble , & 
, » qu'aucune fubftance ne peur altérer. On peut 

/ « dcfunirraggrégation de les parties; mais on ne 

#> fçauroit les détruire. Le feu feul , auquel elle 
» doit fa nailFance , pourvoit peup-être avoir des 
5> droits fur elle, & devenir fon deftrudteur : il 
>3 a au moins le pouvoir de lui faire changer de 
3> forme. Ce corps fingulier , fi Ion en croit 
» Pline , fe forma , pour la première fois , fur les 
M bords du Nil , où des Marchands Phéniciens 
» avoicnt allumé du feu pour faire cuire leurs 
w. alimens. La néceiîîté de former un appui pour 
« pofer les vaifleaux dont ils avoient beloin , leur 
» ht prendre des mottes de natum ^ mêlées de 
• » fable, qu'ils trouvèrent fur le rivage. La vio- 
« lence de la chaleur que ce mélange éprouva, le 
» vitrifia bientôt, & le fit couler comme un ruif- 
35 feau enflammé. La furprife que cet événement 
33 caufa auxfpedateurs , ne peut être comparée , 
33 qu'à lajoie qu'ils eurent, lorfqu'ils virent ce 
33 flot brillant &écumeux prendre, en fe réfroi- 
13 diflTant , une forme folide & en niênie-teras 
» diaphane >3. 

Madame D' *** , penfe que la découverte 
du verre eft auflî ancienne que celle des briques , 
& qu'on peut la faire remonter à la Tour de Ba- 
bel, qui écoit bâtie de brique. Mais fi cette ma- 
tière eft ancienne, lart de la travailler eft une 
invention très-moderne , & entièrement due a 
laChymie. C'eft elle qui a fournis fa compofi' 
tion & fa fufion à des régies certaines ,, & en a 
augmenté la valeur, en variant fon utilité & fe$ 
avantages. 33 Tantôt elle en fait un inftrument 
33 de Chy mie ou de Phyfique \ tantôt , en lui don- 
» oant une forme convexe , cette fubftance de- 
» vient propre à remédier à raiFoibliffemem d'uu 



Madame d' ***. 557 

» d0 nos organes les plus précieux. D'autre fois , 
» elle porte fes vues uir des objets plus vaftés, 
3> & nous fait lire dans les Cieux. Lui donne- 
J3 r-elle une forme concave ? le feu célefte f« 
» foumet à fa loi j il lui tranfmet fon pouvoir 
» dans fa plus grande force } & les métaux en- 
>> trent en fufion à fon foyer ». 

Non contents de tous ces avantages , les Chy- 
mille$ ont poufle encore plus loin leurs recher- 
ches & leurs travaux. Ils ont trouve le moyen de 
former un verre d'une qualité fupérieure , qui , en 
imitant. le cryftal des eaux , produit le même ef- 
fet , & les furpafle. Venife fut long^tems feule 
en poflTeffion du fecret de faire des glaces ; elle 
en envoyoit dans toute l'Europe j mais la France^ 
a été depuis fon émule , & eft aujourd'hui en état 
de donner des leçons à fes maîtres 

L'art de la Porcelaine , la peinture en émail , 
la teinture des étoffes & des toiles , la manière 
de fabriquer le cuir , les vertus & les propriétés 
du favon , les différentes efpéces de fels, la pou- 
dre à canon , &c. font autant d'objets curieux , fur 
lefquels l'Auteur s'étend avec complaifance, tâ^ 
chant toujours , autant que les bornes d'un dil- 
cours peuvent le jpermettre , d'obferver la gra- 
dation des connoiffances humaines » de fuivre 
cette chaîne admirable qui les lie eflentiellement 
enfemble , & de les embellir par des tours agréa- 
bles & poétiques. » Si l'emploi te plus commun 
» de la poudre à canon eft de fervir à venger les 
j» querelles des Rois , & à répandre le trouble 
w & la terreur, elle fertauffi à donner les mar^ 
99 ques les plus éclatantes de la joie & de Tallé- 
» greffe publique. Ces traits de feu qui fillon-^ 
»Ê i}Qnz les airs avec une rapidité c^ue l'œil fuit 



558 Madame d* **'^. 

s> à peine , Taiçrette brillante qui les termine , 
j> & qui retombe enfuite avec tant de majefté , 
3> comme autant d'étoiles détachées du Firma- 
» ment j ces f oleils lumineux , dont Taftivité des 
» rayons répand au loin la clarté, & forme un 
a> nouveau jour au milieu de la nuit la plus fom- 
3> bre y ces feux étincelans qui paroiffent embrâ- 
i> fer l'eau même, & ne s'y plonger que pour ac- 
5> quérir un nouvel éclat j tous ces divers phéno- 
» mènes , d'autant plus merveilleux , qu'ils s'o- 
9» perent en un inftant , durent faire regarder les 
M premiers qui les firent éclore, comme d'autres 
» Prométhées qui difpofoient du feu célefte >». 
Vous voyez , Madame , que conrre l'ordinaire 
de ceux qui traitent ces fortes de matières , tout 
occupée qu'eft Madame D' * * * da fonds de fon 
fujet, elle ne néglige aucun des ornemens qui peu- 
vent rendre laledurede cedifcoqrs auflSagréaole, 
qu'inftrudive. Nous avons d'elle encore un autre 
Ouvrage , dont vous voudrez bien que je ne vous 
envoyé que le titre : c'eft un EJffai pour fervir à 
VHiJloirc de la Putréfaciion. Trois cens expérien- 
ces fur différentes fubftances , telles que la viande> 
les œufs , la bile humaine , &ct , font les niatériaux 
ui foilt entrés dans la compofitidn de ce Recueil, 
ait par une. femme , & dont je crois que peii de 
femmes oferont entreprendre là le^ijre. 

Il en fera de même d'un grand in-'fotèo ^ orné 
de planches anatomiques,& publié fous tm autte 
nom que celui de Madame D' * **, quoicptelle 
en foit véritablement l'Auteur. C'eft tm Traité 
d'Oftéologie , très-eftimé des gens de Part, 8C 
qui doit être ici placé naturellement. La lettre 
Clivante contiendra les Ouvrages de morale. 

♦ 

Je fuis, &C. 



?' 

13 



Madame d' ***• 55^ 



LETTRE XXXIV. 

■ i A Dame anonyme dont vous venez de lire 

un fi beau Difcours , palfe fucceflîvement de la J^^ l'Ami- 

Chymie à la Phyfique, de la Phyfique à la Mo-'*^' 

raie ^ de la Morale aux Ouvrages de fidion \ Se 

de cette variété naît l'agréable & l'utile > Tinf- 

trudion & l'amufement. 

Le Traité de l'Amitié réunit ce double avan- 
tage. » Si j'avois à traiter des paillons , dit Ma*- 
dame D' *** , >i je prendrois ce ton d'enthou- 
t> fiafme qui les cara&érife^ je les peindroi» 
n avec des traits de feu; Se je mettrois tout en 
n ufage , pour porter dans les cœurs , par la cha- 
*» leur de mes tableaux , cette émotion vive , & 
M ce trouble enchanteur, qui en font tout le. 
9} charme Se tout le danger. Tantôt emportée 
j» par la fureur , & tantôt par la volupté , je par- 
jt courrois, d'un vol rapide, les divers égaremena 
99 OÙ elles nous entraînent : échauffôe moi-mê- 
9} me par ces brûlantes images , je ferois aux 
j> hommes la peinture fidelle de cette efférvef- 
99 cence que les paifions excitent en eux ; mais le 
)> pinceau de l'amitié doit être fimple comme elle : 
)> fpn, coloris ,: moins éclatant , mais plus dura- 
t> ble que celui des paffions, n'eft fait pour plaire, 
3f qu'à des âmes épurées de leur feu féditieux ; 
9> qu'à ces âmes fenfibles & délicates , qui n'é- 
>> tant point blafees par les fentimens tnmul- 
M tueux de l'amour ou de l'ambition , fentent 
99 ces touches légères , mais ineffaçables , qui ne 
99 font faites que pour elles , & dont elles feu- 



5tfô Madamb d* ***. 

n les connoiflTent le prix. On ne doit donc pas 
»' s'attendre à trouver dans cet Ouvrage , ce ftyle 
» brillant & ces morceaux fublimes , où Tima- 
j> gination a prefque toujours plus de part que le 
» lentiment. Toute entière a l'amitié , je ne 
» dois parler que fon langage. Puifle-t-elle m'inf- 
>» pirer , & faire pafler, dans cet Edài, fon élo- 
» quence naïve , fans permettre à Tart d'en ofer 
j> altérer les traits ! Puifle-t-elle diiter elle- 
» même Phommage qu'on doit lui rendre, en 
» la peignant telle qu elle mérite de l'être , & 
» telle que je la fens ! « 
- On commence par nous donner un taUeau 
général de l'amitié, dont vous aimerez beaucoup 
k définition. » L'amitié eft un fentiment ou 
>» nos £Qn% n'ont point de part; notre ame feule 
M en eft affe^ée; c'eft le lien des cœurs, ver- 
fy tueux Se fenfibles «• La plupart des hommes 
prennent fouvent le mafque de raroitic pcfur 
elle; c'eft un rôle à jouer^ que celui d'ami ten-^ 
dre, même jufqu'à l'excès : peu de coeurs favent 
^interroger. Q"^ ^'^^ détacne de l'amitié tous 
les motifs qui lui font étrangers, tels que -le be« 
foin , l'habitude^ la reconnoiflànce , Tamour-pro- 
pre, la vanité, les liaifons d'intérêt de'toute fefpece, 
elle fe réduira à un fentiment bien foible. L'Au- 
teur cherche à quelles marque^ on peut recon-^ 
noître la véritable amitié. >^'£lte ne cohfifte pas 
» dans ces démonftrations^excellives & dans 
« cette .Ardeur efFrénée,qui n^âpparti^nnem ^â'à 
>5 l'amour. C'eft un feu -doux ^ mais toiiJ€>^s 
M égal , qui nous échauftefansi^ious confùiltér; 
3> il ne s'aiitane. que lentement ; mais la leh-' 
» teur nûiti.fe. de les progrès l^f^rend plus cer- 
^j cains. Le tems ne fert qu a l'àfcsoître ;* & la 

jouiflance. 



Madame d' ***. ^6i 

5> Jouiffance, loin de diminuer de fa vivacité, 
» femble lui donner à chaque inftant de nou- 
« velles forces. Le fentiment qu'il excite dans 
» les cœurs dignes de le reflentir , eft aârif , quoi* 
» que fage & prudent j il^ eft quelquefois hicme 
3> fupérieur à ramourj il n'eft fujet ni à Tin- 
^> conftance, ni au dépit j & la fatiété lui eft 
ii inconnue : il eft fufceptible de jaloufie, mais 
j> de cette jaloufie douce , qui n'a fon principe 
» que dans le cœur , & dont les furies de Ta- 
» mour-prppre n'ont jamais ofé. fouiller la pu- 
» reté m altérer la célicatelfe. Lés facrificeç 
» ne lui coûtent rien , quand il s'agit du bon- 
» heur de l'objet aimé. Inaçcellibie à Teiivie , 
» & fupérieur aux revers , ils ne peuvent rien 
3> fur lui : il partage la félicité comme rînfor^ 
j> tunç i c'eft ' mênie dans le malheur , qu'il fç 
» montre avec plus d'évidence. 

5> Si on en juge alors par fes effets , on lui 
»» trouvera tous les caraâreres des pallions j il 
» abandonne cette fage modération qui ledif- 
3> tingue de l'amour j il -eii contrafte toute là 
» chaleur & la véhémence y le' danger rirrite 3 
»> il s'oublie lui-même, & ne voit plus que* ce 
?> qu'il aime. La fanté, la fortune, les gpan- 
.3> deurs ^ la vie même , tout , hors Thonriéur ', 
» appartient à l'amitié. Celui qui calcule i cfans 
3> quelque occafion qu« ce puiiïe êtie , quand 
» il s'agit de fon ami , n'eft pas digne d'en portei: 
i> le nom j il avilit & deshonore le plus noble & 
n le plus refpedable de tous lesfentimens. Que 
33 les hommes ne difent plus , qu'ils font né? 
V pour être malheureux \ s'ils connoiflent 1 a- 
» mitié , ils peuvent tous dfpirer au bonhsur» 
99 C'eft elle , fans doute , que la l'able çl voulu 
Tomcir. ' Nu 



5^2 Madame d****. 

>> dcfigtier fous le nom de refpérance , en nous 
» difant qu'elle fe trouva feule au fonds de la 
>i bocte de Pandore. En effet, Tamitiç eftla 
5> reflfource la plus'fùre dans les difgraces pour 
» les âmes vertueufes , comme elle en eft la ré- 
j> compenfe ; elle eft le foutien des foiblesjelle 
j> donne du courage aux plus timides ; fans elle 
V nous h'exiftons qu'à demi j elle eft l'àme de 
» notre ame, & la fource de notre félicité. 

L'Auteut cite un exemple hétoïque de cette 
amitié, dont il vient de tracer un tableau fi vif, 
fi touchant, & capable de la faire fentir aux 
ameis tes plus indifférentes. Eudamidas de Co- 
tirithe , ami d'Aréthus & de Charixene , fit un 
teftam;ent qui Thonoroit lui & fes amis^ ilmou- 
roit pauvre , & laiffbit fa. mère & fa fille expo-» 
fées a la plus cruelle indigence. Il n'en ftrt point 
al)armé ; il jugea dès cœurs d'Aréthus Se de 
tharixene par le fiën propre. Voici l'article de 
lfon teftament qui ne doit jamais s'oublier. » Je 
>> lègue à Arétnus , de nourrit ma mère & de 
» l'entretenir dans fa vieilleflej à Charixene, 
^> de marier ma fille, & de lui donjier là plus 
j> étoffe dot qu'il pourra j & au cas que l'un des 
M deux vienne à mourir , je fubftitue en fa part 
» celui qui furvivf a. << Ce teftament fit du bruit 
dans Corinthe'j on en rit } & on le regarda 
comme un ade de démence ; mais les deuï 
amis d'Eudamidas étoient digues de lui : Aré- 
thùs maria la fille d'Eudàmidas 1^ même jour 
que la fienne , leur donna Une égale portion de 
fon bien ; &c regarda la mère de fon ami com- 
me fa mère propre. 

L'Auteur , après ces idées générales , carac- 
térife les différentes fortes d'amitié : celle des 
cufans pour leurs pères , celle des J>erçs pour 



Madame »'***. 56^5 

leurs enfans j des grands-peres pour leurs petirs 
enfans , des petits enfans pour leurs grands- 
peres j des enfans entr*eux; des enfans pour leurs 
maîtres •& ceux qui les élèvent; des frères & 
des foeurs ; des parens ; des femmes pour leurs 
maris ,. des maris pour leurs femmes ; des fem- 
mes pour les hommes , des hommes pour les 
femmes ; de lamitié qui fuccede à Tamour ; de 
celle des femmes enrr elles , de celle des hom- 
mes entr'eux; des fupérieurs pour le$ inférieurs, 
des inférieurs pour leurs fupérieurs ; des grands 
entr'eux ; des gens du monde ^ dos Rourgèois ; 
du peuple ; des Gens de Lettres ; des gens mé- 
diocres; des fors; de ceux qui vivent en com- 
munauté y des différens âges , de Tamitié de * 
reconnoirtance , de convenance , d'habitude ,• 
d'eftime , de choix & de goût. Je vous cite leii 
fujets de tous les Chapitres , pa.rce qu'ils font 
intéreflans par eux-mêmes , & afin que vous 
voyez d un coup d'œil , le champ que l'Auteur 
s'eft propofé de parcourir. Je ne m'arrêterai 
qu'aux arricles principaux. 

L'aûion de Pline le jeune, qui rifqua plu- 
(leurs fois fa vie pour fauver fa mère de l'em- 
brâfement du Véfuve , eft un exemple rouchaAt 
de tendrelfe filiale, qui mérite d'être rapporté 
& retenu. 

>5 Pline qui étoit i Mifcene avec fa famille , 
» redoutant peu pour lui-même le danger qui 
»> l'environne , eft prêt à tout entreoreftdre,paur 
» fauver les jours d'une mère qui lui.eft phis 
3> chère que la vie. Elle le conjure en vain de 
fi fuir d'un lieu où fa perte éft affurée^ elle lui 
•j repréfente que foii grand âge & fes infirttiitéft 
99 ne lui permettent pas de le f4âvre,.dc que Je 

Nu ij 



5(>4 Madame d'***'. 

57 moindre retardement les expofe à périr tous 
w deiix \ fes prières font inutiles y Se Pline pré- 
yy fere de mourir avec fa mère , plutôt que de 
» l'abandonner dans un péril auflî preflTant : il 
» l'entraîne malgré elle, & la force de fe prêt- 
ai ter à fon empreflcment : elle cède à regret 
3> à la tendreffe de fon fils, en fe reprochant 
»> de retarder fa fuite. Déjà la cendre tombe 
>5 fur eux ; les vapeurs & la fumée dont Tair eft 
33 cbfcurci , font du jour la nuit la plus fom- 
3> bre : enfevelis dans les ténèbres , ils n'ont 
» pour guider leurs pas tremblans , que la lueur 
» du feu qui les menace , &c des flammes qui 
» les environnent. On n*eniend que des gémif- 
>y femens & des cris , que Tobfcurité rend en- 
>> cote plus efïrayans y mais cet horrible fpedla- 
» cle ne fauroit ébranler la confiance de Pline , 
» ni l'obliger à pourvoir à fa fureté , tant que 
>y fa mère eft en danger. Il la confole , il la fou- 
3> tient , il la porte dans fes bras y fa tendrefle 
» excite fon courage, & le rend capable des 
w plus grands efforts. Le Ciel récompenfa une 
M aftion fi louable : il conferva à Pline une 
»> mère plus précieufe pour lui , que la vie qu'il 
»> tenoit d'elle , & à f a mère , un fils fi digne 
>î d'être aimé , & de fervir de modèle a l'Uni: 
3> vers. « 

Madame D' * ^ * dç^nonrre que l'amour des 
pères pour leurs enfanseft rare ^ elle approfondit 
cet amour , en fait voir toutes les foiblelfes , tou- 
tes les diverfes pallions, produites par l'amour- 
propre qui fe cache fous cet amour paternel. 

a> Si nous voulions fcruter notre. çœar, & nous 
« juger fans prévention , nous conviendrions 
»«quçnous ne defiwns Aqs eufans., que nous ne 



Madamb d****. 5(^5 

Si les aimons, que nous ne les élevons, que nous ne 
« nous privons même d'une partie de notre fortu- 
»3 ne en leur faveur , que pour nous : enïin que 
5> nous ne les établilTons que pour fatisfaire notre 
j> amour-propre ou notre ambition. Heureux 
» qiundon nen facrifie pas plufieurs à Télévanon 
T> d*un feul ! Encore n*eft-ce pas ordinairement 
5> par tendreflTe , mais pour être plus en état d'ac- 
» cumuler fur fa tête,ùne fortune ou des honneurs 
j» qui puiffent faire pafTer notre nom à la pof- 
M térité. G*eft même fi peu par amour pour fon 
j> fils, qu'un père en pareil cas fe prive de fes 
j» autres enfans, qu'il s'embarraflTe ordinaire- 
9J ment très-peu, s'il fera fon bonheur i& que 
» loin <le le confulter fur fon établifTement , il 
9y le marie fouvent contre ion gré , & lui fait 
n prendre un état qui lui déplaît, au rifque de 
» faire le malheur de fa vie. Ce père barbais 
t» pialFera cependant pour idolâruer fon filsj on 
« ne le croira même injufte,que par excès de 
-» fentifnenr. Faux jugement, erreur vulgaire; 
»5 fon idole n'eft que lui-même j & ce n'ell qu'à 
«lui feul qu'il facrifie. « 

Les grands-peres n'aiment fouvent leurs petits 
enfans mieux quêteurs enfans propres , que parce 
<iue les premiers leur font plus fournis, & que leur 
âg^ tendra les meta portée d'être plus déperidans 
des caprices d'un Vieillard. L'Auteur -employé 
un très-long article , pour prouver cette vérité 
connue. & dont toutes les familles offrent des 
exemples i fa voir j que l'intérêt défunit les frères 
& les fœurs , &c que la véritable amitié entre 
les uns & les*autres , nefubfifte , qu'autant que 
•cet intérêt ne vient point les divifer. 

A l'égard des enfans j fi leur amitié n'eft pas 

Nu iij 



5,é^ Madame d **♦. 

foUde entr'eux , du moins eft-ella vraie ; & U 
vérité eft un des princifKiux caractères du fen- 
timenr. L'Hiftaire nous fournit des traits fans 
nombre de tendreffe conjugale j & TAuteur rap- 
porte les. plus connus , tels que ceux d'Arie , de 
Cornélie, d'Arremife, &c. Pour ce qui concerne 
Vamitiç des femmes pour les hommes, & celle 
des hommes pour les femmes , « quoique les 
j> femmes paflTent pour avoir le cœur plus ten- 
» dre que les hommes , dit l'Auteur , je les 
^i crois cependant moias fufceptibles d*amitié; 
^ & je penfe que la tendre(Ie qu'on leur attri-r 
« bue , eft plutôt l'effet de la foibleflè , que du 
f> fentimenrj elles ont toutes affex généralement 
P le don des larmes ; & cette preuve de fenû-' 
j> bilité, très-équivoque pour l'ordinaire,, les fait 
» jouir d'une répuçatioa que rarement elles me* 
ai^ rirent. « 

Madame D' * * "^ ne traire pas fon fexe avec 
indulgence ,& femble l'excUire dufentiment de 
l'amitié w. Les femmes ne fon: capables, -dit-elle» 
V d'amitié , qu'autant qu'elles s'éloigneni: de leur 
9i effence , & qu'elles îe rapprochent davantage 
f> des vertus mâles, qui caradérife nt les hommes 
j> fupérieurs. En font-elles plus aimables ? Je 
9> n'ofe décider la queftion^ mais à coup fur, 
J9 elles en valent mieux. « Elle finit par çon- 
feiller à une femme , d'éviter toute Uaifon fui- 
vie avec un homme capable de lui plaire. » Si 
» le commerce des hommes eft dangereux pour 
»> les femmes , celui des fenjmei ne l*eft pas 
j> moins pour les hommes. Outre qu'il retré- 
» cit le cercle de leurs idées, par l'habitude qu'ils 
»> contractent de s'occuper àes petites çhof^ 
^ qui rempliffeut la vie des fsnxnies.^ ils. .oac 



Madame d'**\ 5^7. 

>> encore l'aftiour à redouter. ... Ce fexe à qui 
>> les grâces font échues en part;age, eft d'au-» 
» tant plus fécjuifant, qu'il met prçfque tcHi- 
n jours de Tart dans fa conduite ^ par inftinât , 
9» par projei, ou par habitude: en un mot^ ton-:* 
» tes les circonftances fe réuniiTent j^pourqus. 
j>. le péril foi? encore plus certain pouï les hoçi-; 
» mçs que pour les femmes , parce qu'ils ont, 
>» moins de préjugés à combattre j car pour les. 
99 principes , ils font les mêmes .pour les ^^ix 
5> îexes, Jq fuis même pe^fuadé, qi^e (i le? hj^i;!-?, 
»3 mes étoient de bsonn.e foi, ils avpiu^X;Qi^nx;: 
w qu'ils n'ont jamais r/gflenti d'amitié tendrç^ 
^ pour aucune femme, qi;i'elle n'ait été açcq^v-» 
» pagnée de cette émotion , que les fen$ fçuU 
M peuvent exciter. « 

: En parlant de l'amitié qui fucççi^e à l'^n^our. 
Madame D' * *^ regarde ce p^iffag^ cqmnie vmg 
fhofe rare, qui n'efl cepeindant p<^s f^i^s exçimr 
ple, M A mefure qu'pn fa dég^e d^ liens- 4e^ 
» fens, le fe^timent s'ép.uj;^ y\& fquvenir de fe^ 
» fautes paûTées , le repentir qui Ips ^LCCpmp^gtiÇri 
»> tout contribue à rapprocher deux ctres qui 
t> djevieilnent eftimables , dès que la ftgéfle a 
» dellîllé les yeux., Avec qui pleurer fes égarer 
» mens avec plu$ de confiance, qu'avec celui qui 
V les a .partagés? Où trouver piuç de çoi^foW 
» tion, que dans le fein dV^^ ajpîftnt que U Y§trW 
P> a rendu nqrte ami, Çc qui ivêft, pli^s âsni" 
i9 gereux. a - ^ 

^ L'Auteur regarde comme le phénomeiji^ lf5 

})lus rare , une ^Ljnitié réelle & conftante entr^ 
es femmes y cet efprit de dpniinatipn qqi ne les 
.quitte jamais, s'oppofe à U douce égalité d^ 
j'amitié. A 1-égjrd de l'amitié des gens deLec- 

Nn iv 



5(>8 MaD AME. d' ***. 

très, écoutons encore Madame D'***; » fi fe$ 
« beaux eiptits fç contentoient d'en impofer 
Si au .vulgaire fur les bagatelles importantes qui 
>» les occupent , & que leur orgueil fût fatisfait 
j> dette lés arbitrés du goût , ils ne 4eroient au 
w'hioins qu'inutiles; mais ils prétendent aHdefpo- 
j> t ifme {ur les objets les plus graves ; le gouverne- 
9^ ment , les mœurs , la Religion même y tout eft 
» deleurreflbrt; il n*eft permis de croire, que ce 
y» qu'ils jugent digne d erre cru. ils s'annoncent 
>» comme tolérans , Ô^font les plus grands perfécu- 
^-teurs de ceux qui ofent penTer autrement 
*> qu'eux; ils fe dilént Citoyens du monde, & 
yy ne le font l^eufement pas de leur patrie , qu'ils 
» «e craignent ppint 'de troubler {>ar les fyftê- 
» mes les plus dangereux ; ils fe décorent enfin 
» du titré impofant de Philofôphes j & c'eft 
» tout dire. Ce riotn qui , dans fon origine , ne 
i^préfentoit à Tefprit , que l'idée "d'un amateur 
n de la fageflfe, 3'éll acijuisj par eux, une fignifi- 
i> cation bien plusc noble. Les Philofophes de 
•> TAntiquité n'étoient que les- Difciples de la 
ii'iSag^fle ; les nôtres font eux-mêmes les vrais 
» Sages : en cette qualité , ils fe foAt érigés en 
^> Légiflateurs, non- feulement de la Littérature, 
W mais encore de l'adminiftratiou politique & 
» de la foi : ils font Fondateurs, Inftituteurs; 
j> ils font Apôtres ; que ne font-ils point ? 
■ -Je cr<ysi -Madajn&, vous avoir mis fous les 
yeux un aflez grand nombre de morceaux choifis, 
•pour vous faire juget de tout f Ouvrage. Nous 
avions déjà plufieurs traités de l*amitié, auxquels 
ce dernier ne reffèmble point : il eft plus éten- 
du, plus déraillé que les précédens, plus con- 
forme aux mœurs préfenres , & plus propre à 



Madame d'***. 5^^ 

prouver que rien n'eft plus rare qu'un véritable 
ami. ! 

Le Traité des Paffions a fuivi de près celui j^^ p^ 
^ l^ Amitié : & dans une courte introduction ,. fions, 
^■idame D**** annonce Tétendue de l'objet 
^Telle embrafTe , & la difficulté de le remplir. 
L'Hiftoire des paffions eft celle du cœur hu-r 
main ; c'eft le tableau de l'Univers ; elles font . 

la reffource de Thomme qui fent avec trop de f 

vivacité, pour écouter la raifonj il eiGTaye en vaio: 
de remplir le vuide affreux qu'il éprouve ; errant 
de defirs en defirs, dont le but eft toujours hors de 
lui, il femble condamné à vivre dans les con-^ 
vulfions de l'inguiétude ; il fe crée des tyrans 
auxquels il fe foumet , & n'ofe ou ne peut brifer 
fes Jers. La raifon n'admet point , d'excès : tout 
fentiment exceffif eft une paffion.. Deux fubftan- 
ces diftindtes, l'ame & le corps , compofenc 
notre être : on peut* ranger les paffions fous 
deux clafles , le. phyiique & le imoral 5 celles* qui 
font excitées par les fens , doivent fe développer 
les premières j l'âge ne les a pas plutôt amor- 
ties , que les paffions intelleduelles leur fucce-? 
dent y on peut réduire les paffions à l'amour & 
à l'ambition ^ . toutes les autres en dépendent ^ 
&c nen font , pour ainfî dire, que des nuances 
& des réûiltats. . 

Après cette* diviûon , l'Auteur, nous avertit 
qu'il ne met point l'avarice au nombre des pafr 
litms qui nousr fobfuguént ^ parce (qu'elle ne fe 
rencontre ordinairiement, quedaits ceux dont vies 
fens font glacés par l'âge, & dont. l'ame épùi- 
fée n'a plus d'autre fentiment, que celui de la 
crainte. • : 

. Qeft à l'âgç de. puberté que les hommes font 



57© Madame d'***. * 

ordinairement fufceptiblçs d'amour j l'imagina-*' 
tion cchaufFée par aes images, des ieâures &. 
des converracions , avance quelquefois le cems 
marque par la nature, ^y Ceux qui n'en ont p^ 
» prévenu Tordre , éprouvent la première ^cfÊ^ 
5» la tion de l'amour beaucoup plus tard que Wr 
^ autres: non-feulement ils ignorent les moyens 
» de fatisfaire leurs defirs y mais ils ne fçavent 
>» même ce qu'ils fentent. Triftes , inquiets , 
al ayant perdu le. goût des piai(irs fimples , qui 
s» rempliiToient le vuide de leurs |oiirnées , ils 
» cherchent vainement la caufe de leur ennui ; 
f* la folitude & la rêverie font leurs feuls déli- 
>• ces; ils efperent trouver dans un abandon 

3» al>£3lu , un repos qui les fuit fans cetk 

» Ce trouble , cette inquiétude , qu'on attribue 
99 fauflement a l'ame , n'a pour l'ordinaire d'au- 
*» tre caufe , que l'émotion des fens : comme 
p elle n'a point d'objet •déterminé , leur ima- 
» gination ne leur préfente que des idées con* 
i» tufes,qui fe fuccedent rapidement , fans qu'au- 
99 cune ait le droit de les attacher de préfc- 
9t rence. Cet état d'agitation intérieur eft ordi- 
i» nairement accompagné, d'un abattement, qui 
#> rend incapable de toute occupation férieufe , 
»3 & qui porte à Tinadion. Mais ce repos (imulé 
5» fatigue mille fois davanrage,que- le travail le 
ta plus allidu & le plus opiniâtre ; car ils ne font 
» paffifs qua force d aâivité. Ce qui leur man-? 
te que, quoiqu'ils» ne puiflentpas le définir, 
M rend infipide tout ce qu'ils poffedent ^ tout 
w leur paroît froid , parce qu'ils font embrâfcs 
é» & conïumés par un feu qulls ne fçauroienc 
»> éteindre. Quoiqu'ils ' ne foient réellement 
'»» occupés de lien çn particplier, ils crai^nt 



Madame d****. 571 

w cependant d'être dcrournés des idées vagues, 
» dont leur efprit eft rempli. Celui qui cherche 
» à les faire Xortir de leur inertie apparente , eft 
»> fur de leur déplaire , parce qu'il les arrache 
>» à la nature qui les entraîne malgré eux. Tout 
» eft fenfation alors} & le fentin>ent n*^ de 
5> pouvoir fur eux, qu'autant qu il en eft le fimu-r 
» lacre, ou qu*il les y ramené. Cet état, tout 
» accablant qu'il paroît , eft cependant acconv- 
3> pagné d'une langueur tendre, qui a fes char- 
9> mes. L'amour dont il eft l'avant-cpureut , prc- 
i? pare l'ame à la volupté, & les fens à la jouif- 
» fancQ. « 

« Lyfandre étoit dans, cette fituation , Iprf- 
. 3> que le hazard lui fit rencontrer Lucindiç ; Içs 
»> grâces , mille fois préférables à la .beauté , 
i> ornoient cette jeune perfonne de tout ce 
V qu'elles ont de féduifant; la pudeur x^^"C<?- 
f> loroit point encore fes joues d